Version classiqueVersion mobile

À contre-langue et à courre d’idées

 | 
Richard Patry

I. Le vocabulaire étranger francisé

Chapitre 5. « Loutiquenne » et les « (de) Quéclin » dans l’œuvre de Jacques Ferron1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Or les gens qui ont un train à prendre sont idiots ; les dieux ne leur parlent pas.
Ceux qui se laissent mûrir comme une baie, ceux qui se laissent vivre me plaisent.
Laisse courir ta plume2...

La prose narrative de Jacques Ferron séduit presque tout autant par ce qu’elle raconte que par la manière qu’elle a de raconter ; intrigue et mise en forme langagière y sont les deux indispensables hémisphères qui concourent à « l’intelligence » du récit. Que serait, par exemple, le conte « Servitude », histoire saisissante qui glace le sang et tient presque de l’horreur, s’il était dépourvu de sa forme langagière, entre autres caractérisée par un dépouillement et une concision extrêmes, sinon que la banale histoire d’un cultivateur impécunieux obligé de donner sa fille à un usurier envers lequel il a contracté des dettes qu’il ne peut rembourser. De la même façon que nous venons de le voir dans le chapitre précédent, le conte « La vache morte du canyon » ne pourrait atteindre la profondeur du d...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search