Version classiqueVersion mobile

À contre-langue et à courre d’idées

 | 
Richard Patry

I. Le vocabulaire étranger francisé

Chapitre 4. « La vache morte du canyon »1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour conserver les vieilles outres on a sacrifié le vin nouveau. Le sang de nos enfants coule dans la boue.
Suite à Martine

L’œuvre de Jacques Ferron entretient un rapport très particulier avec « l’anglicité », que ce soit par l’intermédiaire des anglophones du Québec, de ceux du Canada anglais, des États-Unis ou du Royaume-Uni. À ce chapitre, il n’est d’ailleurs pas étonnant de constater que l’auteur ait consacré plusieurs textes à la question de l’Acadie2, lieu où francophones et anglophones se trouvent nez à nez ; terre mitoyenne entre le Québec à prédominance francophone et l’Amérique du Nord anglophone.

Ce rapport à l’anglicité est cependant loin d’être trivial3. Il s’agit d’un discours complexe et nuancé, oscillant continuellement entre les pôles extrêmes de la séduction-répulsion. De plus, ce discours est largement polyphonique, et le plus souvent médiatisé par les voix de nombreux personnages dans ses ouvrages de fiction. Que l’on pense par exemple au délire prophétique de l’ir...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search