Version classiqueVersion mobile

À contre-langue et à courre d’idées

 | 
Richard Patry

I. Le vocabulaire étranger francisé

Chapitre 3. Le vocabulaire francisé dans l’œuvre de Jacques Ferron : le cas du « Farouest »1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La perspective linéaire est une grande découverte scientifique, préalable et indispensable à la cosmogonie. Avant de conquérir la terre et de la situer parmi les astres, il fallait être capable de se représenter exactement ce qu’on voyait autour de soi.
Escarmouches, vol. 1

La notion d’espace et les lieux se situent au cœur de l’œuvre de Jacques Ferron2. Pas un seul de ses récits dont les racines ne plongent dans un sol natal, en l’occurrence souvent le sien, dans des œuvres qui sont pleines de sa présence et de son histoire familiale.

Pourtant, l’œuvre de Ferron n’est pas foncièrement tournée vers le passé comme peuvent l’affirmer certains critiques et n’est en aucun cas une glorification du terroir ; vision villageoise, tribale et frileusement repliée sur elle-même d’un Québec complètement révolu. Selon Pamela Sing3, la représentation du village carnavalisé que l’on retrouve souvent dans l’œuvre de Ferron, et de façon particulièrement éclatante dans Le ciel de Québec4, marque, au con...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search