Version classiqueVersion mobile

À contre-langue et à courre d’idées

 | 
Richard Patry

I. Le vocabulaire étranger francisé

Chapitre 2. Le lexique étranger dans l’œuvre de Jacques Ferron : l’intrus mis à la marge1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’œuvre de Jacques Ferron reste insaisissable. Seul son inachèvement peut encore la définir. Nous savons bien, nous voyons, que des rapports se nouent d’un livre à l’autre et que ceux-ci font plus que s’accumuler au cours des années : qu’ils édifient une œuvre. Mais son sens nous échappe encore. Et toute prétention à en donner une vue d’ensemble serait aujourd’hui une imposture2.

D’une élégance toujours teintée d’ironie et d’une agilité verbale que ne peuvent égaler que les prouesses du bateleur, l’œuvre de Jacques Ferron conserve encore aujourd’hui une large part de mystère. Cette œuvre est protéiforme et pourtant d’une remarquable unité de ton, de style et de thèmes. Les référents y sont souvent esquissés de façon allusive, à peine frôlés par le verbe et suggèrent pourtant un enracinement profond, une présence forte et bien tranchée dans des univers narratifs toujours en décalage par rapport au nôtre, mais qui donnent invariablement l’impression d’être plus vrais que nature, parfoi...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search