Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Paul Gouin. Médailles anciennes1

Texte intégral

  • 1 « Médailles anciennes — Poème historique par Paul Gouin », Le Canada, 17 janvier 1928, p. 4 ; Poète (...)
  • 2 Paul Gouin, Médailles anciennes, avec des dessins de Jean Palardy, Montréal, Éditions du Mercure, 1 (...)

1Ces jolies et curieuses « médailles2 » sont l’œuvre collective d’au moins trois arts et une science, et offrent, par suite, un intérêt complexe. L’histoire, notre histoire nationale, a fourni le métal où elles sont frappées. La poésie, le dessin, l’art typographique, ont contribué à leurs reliefs, à leurs lignes, et, sans détruire leur unité, les agrémentent et les varient. C’est donc par leur effet d’ensemble, par leur caractère total qu’il faut les juger tout d’abord, et, à ce point de vue, elles sont d’un charme délicat pour l’esprit comme pour le sens esthétique. À feuilleter ces pages où alternent des extraits de nos vieilles chroniques, des vers originaux, des dessins d’une naïveté habile, et que revêt la touche experte de l’éditeur Carrier, on s’instruit et on se délecte, sans trop chercher à faire la part de chaque appoint. On découvre pourtant bientôt l’existence d’une pensée maîtresse que tous ces efforts ont servie, et l’éloge s’oriente vers le primitif architecte. Ce sont, en fait, l’érudition, le tact artistique, le talent lyrique de Paul Gouin que révèle surtout ce volume. Ce défilé de faits peu connus, d’anecdotes piquantes, de personnages placés dans une lumière neuve, que décorent le fusain, la lettre et la rime, il l’a conçu et dirigé, il en a créé les costumes.

  • 3 Dantin écrit à Olivar Asselin que « Paul Gouin, ce dernier venu, n’est pas sans caractère » et que (...)
  • 4 Voir supra, p. 97-114 et 244-251.

2Ce n’est pas une parade solennelle et lourde : et en cela l’œuvre dénote son cachet distinct3. L’auteur n’a pas, après tant d’autres, gravé nos preux, nos fondateurs, dans des poses figées et hiératiques ; ce sont leurs attitudes humaines, leurs gestes familiers, qu’il a voulu saisir. Hors des grandes routes de nos annales, il explore les coins ignorés où tel incident sans portée a révélé un caractère, où tel grand homme se retrouve au niveau commun, où l’héroïsme même se pare de sentiment et de grâce. Loin de lui reprocher ce point de vue restreint, il faut y voir une belle tendance vers la réalité vivante et pittoresque, vers la fusion trop rare de l’histoire et de la psychologie, et constater que M. Gouin, par sa tentative, ouvre chez nous une voie littéraire. Nous connaissions de Maisonneuve, le guerrier et l’apôtre, mais il est touchant de le voir, après une journée de labeurs, pinçant du luth presque en cachette. Champlain portait sur ses épaules le poids de tout un monde naissant, mais il trouvait le temps de venir admirer les plate-bandes de Louis Hébert. Jean Talon, l’intendant, ne rédigeait pas que des comptes et des rapports officiels ; parfois, le soir, en manches de dentelles, il rimait un sonnet à la mode précieuse pour la Mère de la Nativité, sa charmante voisine, qui répondait du tic au tac. Le médecin Michel de L’Étang fut un prodige de dévouement et de science, mais a-t-on oublié qu’il dota le pays de sa plus succulente richesse, le sucre d’érable ? Même les exploits altiers gagnent une émotion neuve à être pétris d’éléments humains. Le sieur de Frontenac arpente les quais canonnés par l’Anglais avec la même nonchalance hautaine qu’il foulait les nobles tapis. La coiffe de Marguerite Bourgeoys évoque le vague regret des beaux cheveux qu’elle a coupés. Lévis sent se choquer dans son âme troublée l’appel d’une vie facile et la vision de ses drapeaux tordus et empourprés de sang. En faisant palpiter ainsi l’âme sous l’écorce et l’homme sous le demi-dieu, M. Paul Gouin démontre une pensée personnelle, une perception subtile des choses, et se classe avec les poètes qui font jaillir une philosophie des sources naturelles du beau. Notre Alphonse Beauregard4 était de ceux-là, et dans le vide d’idées qu’étale trop souvent notre littérature, il est heureux qu’il ait fait école.

3À considérer l’expression seule, la poésie de M. Paul Gouin, sans être richement filigranée ni extatiquement lyrique, garde un caractère distingué et expressif. Son vocabulaire n’est pas tourmenté, pas même rare, mais il donne à des mots communs des nuances fines et des résonnances symboliques. Ses images nettes portent le trait sans l’enfoncer à coups de masse. Il y a dans ces strophes comme une modestie qui les tient dans une note discrète et empêche leur ton de monter jusqu’à la clameur. Aucun de leurs vers ne s’impose et ne panache au-dessus des autres ; c’est leur agencement, leur suite qui crée une impression globale. Le rythme en est libre, un peu lâche : c’est peut-être une aisance et peut-être une gaucherie. Cela sert, en tout cas, à garder à ces rimes leur allure simple, leur rayonnement sans jactance et dont l’éclat vient du dedans. Bref, ce qui n’est sans doute qu’une timidité de novice revêt ici l’attrait des pousses spontanées, de l’art qui est presque la nature. Ainsi cette litanie à la louange de Lambert Closse fait surgir une chapelle votive de la rocaille vulgaire des mots :

Gardien de la cité qui bâtit ses cabanes
Entre l’horreur du fleuve et l’horreur des savanes
Où l’Iroquois cruel hante joncs et bosquets :
Maître du chien Vaillant, sentinelle aux aguets ;

Rude Soldat du Christ, farouche Missionnaire
Dont la hache et l’épée égrènent un rosaire
D’ennemis abattus pour la gloire de Dieu ;
Guerrier dont le cri s’élève vers les cieux ;

Terreur des Cinq-Cantons dont les hordes féroces
Se cachent dans la nuit quand l’ombre de ton torse
Ainsi qu’un bouclier protège les remparts ;
« Diable Blanc », ô Fantôme où se perdent les dards ;

Pasteur bardé de fer, berger dont la houlette
Est un glaive vainqueur, la corne une trompette
Qui transforme en soldats les traceurs de sillons ;
Pâtre qui veilles sur un troupeau de lions ;

  • 5 « Lambert Closse » (op. cit., p. 51) : « Missionnaire, / [...] fer, Berger [...] la corne, une [... (...)

Par cette nuit d’automne, où les murs de la ville
Paraissent se dissoudre en la brume subtile,
Garde bien ta cité, car j’en tends tout à coup
Les cris des Iroquois et la clameur des loups5.

4Eh bien, oui, l’épithète banale s’est glissée là-dedans : il y a l’« Iroquois cruel », le « rude soldat », les « hordes féroces », le « glaive vainqueur ». Il y a aussi « guerrier » en trois syllabes. Malgré tout, Lambert Closse se détache de ces vers comme une figure mythique, cernée d’un halo d’épopée. « Jeanne LeBer », « Dollard des Ormeaux », « Vauquelin », « Madame de Péan », contiennent de ces vives évocations obtenues par des procédés très simples. Une seule fois M. Gouin nous prouve qu’il sait, à l’occasion, pratiquer le culte du mot, chercher la ciselure ouvrée et l’imagerie éclatante. C’est dans « Monseigneur de Laval », où l’entrée à Québec du premier évêque se peint en traits héraldiques et somptueux :

Au pied du roc casqué, couronné de son fort,
Le jour, qu’aide l’éclat des voiles et de l’onde,
Qui blanchit les brisants, comme d’un voile d’or,
Résiste au soir d’un long rayon de clarté blonde.

Mais l’ombre, surgissant de son rideau d’instants,
S’empare pas à pas du fleuve et des nacelles
Et repousse le jour vers la côte où s’étend
De gradins en gradins, la Ville-Sentinelle.

Bientôt le soir s’élance à l’attaque des quais
Et, rongeant routes et maisons, une par une,
Escalade le cap, les remparts, les bosquets...
Et cette vision de Québec, toute brune,

  • 6 « François de Laval » (ibid., p. 79) : « l’onde / [...] blonde... / / [...] s’étend, / [...] Ville- (...)

Sur un ciel de printemps strié, comme un émail,
D’or, de vert, d’orange, au prêtre qu’immobilise
Un son lointain de cloche, a semblé le vitrail
Symbolique et troublant de quelque immense église6.

5M. Paul Gouin, puisqu’il le peut, voudra cultiver ces formules plus riches, et, si sa poésie doit y gagner de la splendeur sans rien perdre de son fonds intime, il ne faut pas l’en dissuader. Il voudra surtout élaguer l’adjectif lieu commun, ce parasite insidieux, purifier sa prosodie quelquefois fautive, peut-être lui souffler des sonorités plus savantes. Le métier, en un mot, pourra hausser son style d’un ou de plusieurs crans. Pourtant, qu’il ne permette pas au métier de mécaniser son inspiration. La technique, sans doute, ne court pas les rues ; mais ce qui est encore plus rare, c’est la conception géniale, ou seulement ingénieuse, échauffée d’un sentiment vrai ; et cela constitue la cellule vivante du poème. Je ne lui souhaite certes pas, comme le fait un de mes confrères, tout un purgatoire de tortures pour en arriver là. On peut être poète sans être martyr, et le Parnasse n’est pas une cour de Miracles, en dépit de Villon. On peut pénétrer la souffrance par la sympathie sans avoir éprouvé de désespoirs ou de sciatiques ; même, si l’on souffre trop, on perd toute envie de chanter. Ce que rien ne remplace, c’est la méditation, la communion avec les êtres, et l’exaltation qui s’éveille de leur rire comme de leur douleur. D’abord cela, ensuite la note parfaite que rendent les cordes exercées.

6Les poèmes historiques ne sont pas, à vrai dire, des médailles aux arêtes aiguës, aux traits définitifs, incrustant dans le dur métal des profils imposants ou des inscriptions lapidaires. Ce sont plutôt des médaillons encadrant de légères miniatures. Comme tels, ils ont la grâce du genre ; ils dénotent leur auteur comme un artiste sensitif et observateur, au tour de main heureux que l’expérience parfaira, et qui déjà, par cette première œuvre, s’affirme à notre horizon littéraire.

Notes de fin

1 « Médailles anciennes — Poème historique par Paul Gouin », Le Canada, 17 janvier 1928, p. 4 ; Poètes de l’Amérique française, t. I, p. 196-204.

2 Paul Gouin, Médailles anciennes, avec des dessins de Jean Palardy, Montréal, Éditions du Mercure, 1927, 172 p. Paul Gouin (1898-1976), fils de sir Lomer Gouin, premier ministre du Québec de 1905 à 1920, dirigea la maison d’édition de Louis Carrier et fonda le journal La Province en 1935. La même année, il fonda son propre parti, l’Action libérale nationale, puis s’associa au leader conservateur Maurice Duplessis pour fonder l’Union nationale.

3 Dantin écrit à Olivar Asselin que « Paul Gouin, ce dernier venu, n’est pas sans caractère » et que ses « Médailles ont un certain angle personnel qui les tire de la hotte commune » (lettre du 1er janvier 1928).

4 Voir supra, p. 97-114 et 244-251.

5 « Lambert Closse » (op. cit., p. 51) : « Missionnaire, / [...] fer, Berger [...] la corne, une [...] qui veille sur un troupeau de lions, / [...] cité car [...] loups ! »

6 « François de Laval » (ibid., p. 79) : « l’onde / [...] blonde... / / [...] s’étend, / [...] Ville-Sentinelle... / / [...] quais, / Et rongeant [...] émail / [...] vitrail, / [...] troublant, de quelque immense église ! »

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540