Version classiqueVersion mobile

Errances photographiques

 | 
Suzanne Paquet

Première partie. Mobilités photographiques. Aires et erres de circulation

Ces parts d’ombre

Dans l’ici-ailleurs ce qui reste des pas et des jours

Richard Baillargeon

Texte intégral

1Dans le dédale des rues, on a peine à s’y retrouver. Baldev, le chauffeur, s’impatiente, il ne comprend pas bien là où je veux aller. Il se retourne et lance par-dessus son épaule et avec un fort accent : « Street name, I need street name ». L’impression tenace qu’on ne va nulle part et que depuis un bon moment déjà nous tournons en rond. Dans ce pays, les indications sont rares et les plaques donnant le nom des rues le sont encore davantage. L’adresse griffonnée sur un bout de papier ne suffit vraisemblablement pas. Le chauffeur s’arrête pour demander le chemin, de la main et sans un mot, on lui montre une direction, nous repartons. À plusieurs reprises Baldev s’arrêtera ainsi. Il fait maintenant très chaud dans la voiture et à l’extérieur, le trafic est lourd. La voiture avance avec peine. À chaque carrefour, des vendeurs itinérants ou des mendiants s’agglutinent aux fenêtres de la voiture. Faire non de la tête ou de la main, feindre l’indifférence, peut-être vaudrait-il mieux continuer à pied.

2Telle une gigantesque sentinelle, la statue d’une hauteur démesurée du dieu à face de singe se dresse au milieu de la grande esplanade du temple. Au pied de la statue, un prêtre est assis à même le sol sur un tapis délavé et sali. Des pèlerins tournent lentement autour de la grande statue. À l’invite du prêtre, je m’arrête et m’assieds devant lui. Il prend ma main et y verse un peu d’eau provenant d’un récipient de cuivre. On doit boire cette eau sacrée ou à tout le moins s’en mettre sur le visage. Sur un mode répétitif, il psalmodie des invocations aux dieux et me remet une fleur, un chrysanthème, puis il prend un peu de pigment rouge et trace sur mon front le tika. Sans cesser son chant, il me sourit et du regard m’indique la petite assiette devant lui. Quelques billets de banque, des pièces de monnaie, j’y dépose aussi quelques roupies. Aux pieds de la grande statue, dans une boîte vitrée, brûle une petite lampe. Il flotte dans l’air une odeur d’huile rance.

3Dans un grand cadre et protégés par une vitre, des lambeaux de soie aux teintes incertaines où l’on devine, plus qu’on ne voit, une haute figure humaine. Dans la salle mal éclairée, sur un tout petit cartel, il est écrit qu’il s’agit du portrait en pied d’un roi d’une province d’Asie centrale au temps de la Route de la soie et de Marco Polo. Pas de gardien dans la salle, que ces objets anciens mal éclairés et des figures étranges qui s’accrochent à des tissus mal conservés. Voyage dans le temps, sur des steppes enneigées, un convoi de chameaux, cris des bêtes et des hommes, mais on entre dans la salle, un couple d’étrangers qui chuchote et va rapidement et sans s’arrêter d’une vitrine à l’autre. Plus loin, à l’extérieur de la salle, dans le grand déambulatoire circulaire du musée, une bruyante colonne d’écoliers et d’écolières passe sans s’arrêter. Ils s’interpellent les uns les autres et rigolent, certains écoliers ont un appareil photo et s’amusent à photographier les étrangers qu’ils croisent.

4Il a plu toute la nuit. Parfois, il y avait de grands coups de tonnerre et de violents éclairs. Le vent projetait avec force la pluie contre les fenêtres. Au matin, autour du grand banyan, il y avait une large mare. On aurait dit que l’arbre formait à lui seul comme une sorte d’île prenant l’aspect d’un vaste château fort entouré d’une douve infranchissable. Avec ses branches qui deviennent en ployant vers le sol des racines, le banyan, telle une forteresse imprenable, s’élance dans les airs en une architecture compliquée. La pluie a maintenant cessé et de nombreuses feuilles tombées de l’arbre lors de la tempête flottent à la surface de la mare. Plus tard, quand l’eau se sera retirée, des jardiniers viendront avec de grands balais ramasser les feuilles et on entendra alors la chanson monotone du chuintement des balais sur le sol. Même sans grand vent, le matin, il y a toujours des feuilles mortes à ramasser.

Auteur

Professeur à l’école des arts visuels de l’Université Laval. Anthropologue de formation, il poursuit un travail artistique en photographie reposant sur la rencontre de l’image et du texte pour ouvrir de multiples brèches poétiques.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search