Version classiqueVersion mobile

Errances photographiques

 | 
Suzanne Paquet

Première partie. Mobilités photographiques. Aires et erres de circulation

Circuits de foi

Les représentations du Nord canadien dans la revue oblate Pôle et Tropiques

Martha Langford
Traduction de Denis Lessard

Texte intégral

  • 1 Le fonds Richard Harrington, détenu par Bibliothèque et Archives Canada (BAC), comprend cinq journ (...)

Notre époque est éminemment visuelle et il faut que les réalités passent par les yeux et les oreilles pour entrer dans le cœur et l’intelligence 1.

1Le pouvoir actif de la photographie comme instrument de colonisation, d’exploitation, de conversion et de coercition est depuis longtemps connu. Bien des analyses ont été consacrées aux effets de la reproduction mécanique et de la circulation de masse sur la formation des nations et d’autres constructions idéologiques, par exemple les stéréotypes de l’Ouest et de l’Est issus de la guerre froide. Rien d’étonnant, donc, dans l’épigraphe de cet article, sauf peut-être sa source : la revue illustrée Pôle et Tropiques : revue apostolique des Missionnaires de Marie Immaculée [figure 1]. Peu d’historiennes de la culture et d’historiennes de la photographie auront entendu parler de cette revue, malgré sa longue existence et sa diffusion internationale. De 1947 à 2002 – 55 ans, ce qui est remarquable – Pôle et Tropiques a été publiée depuis ses bureaux de rédaction en France, d’abord à Lyon et plus tard à Strasbourg, pour être distribuée aux missionnaires oblats, aux curés et aux autres abonnés catholiques romains à travers le monde. En janvier 1948, la revue tirait à 20 000 exemplaires. Cette revue d’expression française visait à rejoindre les missions oblates, c’est-à-dire partout où le paganisme persistait dans le monde.

  • 2 Albert Juillé et Yves Plumey, « Vers le cœur de l’Afrique », Pôle et Tropiques, janvier 1947, p. 1 (...)

2Les oblats étaient des communicateurs chevronnés, mais comme le rédacteur en chef l’expliquait dans le premier numéro, de janvier 1947, la revue correspondait à une nouvelle ère, à plusieurs égards. Pôle et Tropiques allait s’établir grâce à l’imposante liste d’abonnés de la Revue apostolique, qui avait cessé sa publication – plusieurs milliers de nouveaux abonnés dans la seule région d’Alsace-Lorraine ! Son nouveau titre soulignait la fondation de deux nouvelles missions, une au Labrador, et l’autre couvrant le territoire du Tchad et du nord du Cameroun [Tchad-Cameroun], auxquelles est consacré le numéro entier. On explique le jumelage de ces deux vastes territoires (« Deux missionnaires pour 135.000 païens ») comme un résultat différé du Traité de Versailles, puisque l’Allemagne avait perdu sa colonie africaine en faveur de la France. L’article de tête est une véritable leçon de géographie, avec une carte, comme il se doit, et des illustrations dans le style de la revue National Geographic, montrant la flore, la faune et les habitants exotiques – des images attribuées à l’Agence des Colonies, reprises à une époque de décolonisation. Le deuxième article de fond est un récit à la première personne, écrit par Yves Plumey OMI (Oblats de Marie Immaculée), et illustré d’instantanés décrivant le périple ardu des missionnaires « Vers le cœur de l’Afrique ». Des premières impressions photographiques, le choc de la nature (« de gigantesques rochers émergent de la Savane ») atténué par des comparaisons avec la culture (« on dirait un alignement de flèches de cathédrales »), ainsi que le cri photographique du voyageur – Je suis ici ! –, construisent un récit de voyage à la couleur locale et aux aspirations universelles, notamment en ce qui a trait à la survie2. Ce compte rendu sous forme de journal personnel, similaire en apparence aux récits de voyage contemporains du National Geographic, aussi vivant et ostensiblement adressé à des membres, s’inscrit également dans une tradition oblate plus ancienne. Pôle et Tropiques est un nouveau véhicule amélioré pour la diffusion interne des relations et des lettres, un programme institué par l’Ordre en 1862.

Figure 1. Richard Harrington. « Le Père Franz Van de Velde, un fils de la Flandre belge. Son nom esquimau : Vitipik ». Pôle et Tropiques, avril 1952, couverture.

  • 3 Peter Geller, « The “True North” in Pictures? Photographic Representation in the Hudson’s Bay Comp (...)

3En 1947, la famille oblate avait augmenté de manière exponentielle, tout comme l’appétit de ses membres et de ses publics cibles pour la culture visuelle, et pour le photoreportage en particulier. Pôle et Tropiques allait utiliser largement l’illustration, principalement sous forme de photographies. Éventuellement, six numéros allaient être imprimés annuellement en héliogravure. Les images étaient parfois fournies par les auteurs. Le plus souvent, toutefois, les illustrations photographiques de Pôle et Tropiques semblent avoir été choisies par les rédacteurs en chef, qui avaient leur propre collection, et qui entretenaient de solides relations avec des photographes individuels et d’autres banques d’images du pays, comme l’Agence des Colonies, ou au Canada, des fournisseurs gouvernementaux, comme le ministère des Mines et l’Office national du film, ainsi que la revue de commerce et de tourisme de la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH), The Beaver3.

4La technologie photographique au service des missions s’étale généreusement sur les pages de Pôle et Tropiques, captée en mots comme en images, et mon seul article ne peut qu’amorcer l’important travail d’archive à faire, celui d’exhumer ses sources. Il est cependant possible de démontrer la représentation, dans cette revue, des liens entre différents intérêts pour l’Arctique canadien, et comment la diffusion des images a pu servir ces intérêts. Les travaux d’un photographe canadien, Richard Harrington (Munich 1911 – Toronto 2005), ont attiré mon attention sur Pôle et Tropiques, et je me référerai au déploiement de ses images dans le magazine oblat, qui fut d’abord approvisionné par The Beaver et ensuite directement par le photographe. Un bref plaidoyer conclura mon étude.

Un Pôle singulier

  • 4 « Pôle et Tropiques », Pôle et Tropiques, janvier 1947, p. 2.

De lourdes masses de glace en dérive dans un océan démonté, la steppe sauvage, les cris graves ou aigus des conducteurs de traînes à chiens, la voix du missionnaire oblat qui, hésitant, cherche dans son vocabulaire indien ou esquimau des mots expressifs pour mieux traduire l’immense amour de Dieu à l’égard des hommes […] Il y a tout cela caché sous ce mot évocateur de « Pôle »4.

  • 5 Jean Philippe OMI, « INNOUKTOUT OKARPIT (Parlez-vous Esquimau ?) », Pôle et Tropiques, mars 1947, (...)

5Au commencement était le Verbe, et le verbe était « progresser ». La justification de la mission catholique romaine en termes de progrès représente une caractéristique frappante de Pôle et Tropiques. Les comptes rendus mettent invariablement l’accent sur les détails primitifs du quotidien, tandis que les missionnaires risquent leur vie et celle de leurs ouailles afin d’aller de l’avant : les femmes autochtones converties sont affranchies du travail d’exploitation primitif ; les autochtones ont progressivement accès à la Bible et à leur propre histoire grâce à l’alphabétisation5 ; le baptême est la porte du ciel pour celles et ceux qui meurent de maladies importées. Ces idées progressistes circulent dans le Nord canadien, animées par un puissant courant mondial.

  • 6 R.P. Jean Donze OMI, « Esclave ou libre ? », Pôle et Tropiques, mars 1947, p. 28-30.

6Dans « Esclave ou libre ? » (mars 1947), le père Jean Donze de la mission de New Hazelton, en Colombie-Britannique, compare les « Barbaries d’autrefois » à la condition actuelle, « l’état d’abjection » des femmes indiennes du Nord-Ouest canadien6. Tout en admettant qu’il ait essayé, sans réussir, de modifier ces conditions, Donze conclut en disant que la vie de ces femmes s’améliore légèrement lorsque l’Évangile atteint leur communauté. Le portrait ethnographique d’une femme d’âge mûr, intitulé « Une Indienne de la Colombie-Britannique », en constitue la preuve ténue : elle savoure sa pipe, sa longue scie métallique appuyée contre le mur derrière elle, sa hache posée sur le sol. L’instantané du père Donze en compagnie des femmes de la mission est encore plus affirmatif : ces femmes et ces filles christianisées, qui portent des chemisiers et des jupes à motifs, savent aussi comment se tenir droites et sourire devant l’appareil photo. La plus jeune, qui résiste par jeu, est contenue par une jeune fille plus grande et plus docile. Sur la gauche, une figure féminine à demi visible dans le cadre de l’image a peut-être été coupée par un photographe inexpérimenté, ou recadrée parce qu’elle ne souriait pas ; car le but de cette illustration est de représenter le bonheur, ou l’absence de tristesse, dans le troupeau du pasteur : « On n’est pas triste dans le Grand-Nord. » Ces instantanés d’amateurs (sans auteur et sans date) portent la mention « Cliché R.A. », abréviation probable de « Revue Apostolique », qui suppose une culture interne établie d’accumulation de stock photographique – des clichés scientifiques autant que des instantanés – pour usage ultérieur.

  • 7 Ibid., p. 30. En réalité, le projet a été complété à la fin des années 1860, après l’abandon du pr (...)
  • 8 Peter C. Kent, The Lonely Cold War of Pope Pius XII : The Roman Catholic Church and the Division o (...)

7Ce bref article annonce clairement la direction prise par Pôle et Tropiques et révèle ses faiblesses. Son attribution de « progrès » humain à la propagation de l’Évangile n’est aucunement fondée ; qualifier le tout de « preuves indirectes » serait même très indulgent. La ville de New Hazelton, constituée en municipalité en 1914, s’est développée conformément à des intérêts miniers. Si l’avant-poste oblat a eu un effet civilisateur à New Hazelton, cela faisait partie d’un consortium d’intérêts. Le père Donze ne mentionne rien de l’emploi non traditionnel dans la région, bien qu’il inclue un récit à propos des « Indiens d’Hagwilget » qui avaient construit un pont suspendu sur la rivière Bulkley, quelque « soixante ans » auparavant, et qui avaient prouvé sa solidité en forçant « les femmes de la Réserve à avancer toutes ensemble sur leur chef-d’œuvre7 ». Ce petit lapsus – la mention des capacités d’ingénierie du peuple gitksan-wet’suwet’en et de la « Réserve » – trouble le récit, par ailleurs intemporel, de la chasse, la pêche, la coupe du bois et la préparation de la nourriture, au moyen de jalons historiques et d’instruments d’interaction entre les autochtones, les colons et les populations d’ouvriers de passage. Il s’agit d’un développement local, mais l’émancipation des ouvriers – l’amélioration des conditions de travail – représente également une stratégie de l’Église catholique romaine, tout particulièrement en Europe où, à la fin des années 1940, on envisageait « d’importantes réformes sociales » comme l’outil le plus efficace pour contrecarrer l’intérêt représenté par le communisme8.

  • 9 Armand Clabaut OMI, « Du Paganisme au Christianisme », Pôle et Tropiques, avril 1947, p. 48-52.
  • 10 Cette image, fortement recadrée, avait été publiée un mois plus tôt dans The Beaver, pour illustre (...)
  • 11 Armand Clabaut, « Du Paganisme au Christianisme », loc. cit., p. 51.
  • 12 R.P. Jean Philippe OMI, « Ces Femmes au grand cœur », Pôle et Tropiques, 15 octobre 1947, p. 125-1 (...)

8Le numéro d’avril 1947 de Pôle et Tropiques fait état de la longue durée de la mission oblate dans l’Arctique, depuis les commencements au tout début du dix-neuvième siècle jusqu’à son présent triomphaliste, avec, comme moment suprême imaginé, le chant du Credo sur les bords de l’océan Arctique9. Monseigneur Armand Clabaut décrit les pratiques païennes ayant pu faire l’objet de substitutions chrétiennes, de même que les pratiques immorales comme l’infanticide, le suicide assisté et les rapports sexuels hors mariage, qui ont pu être jadis des stratégies de survie, mais qui seront désormais éradiquées, au prix d’efforts surhumains d’instruction, de conversion, et grâce au baptême. Les photographies illustrant « Du Paganisme au Christianisme » confirment les positions de monseigneur Clabaut de manière subtile et complémentaire. La première image est un portrait de famille avec un homme, une femme et un enfant ; aucune épouse additionnelle, aucun enfant adopté ne figurent dans cet arrangement béni. Et quelle en est la raison ? C’est parce que leur campement comporte une tente-chapelle – la légende attire l’attention des lecteurs sur une tente surmontée d’une croix. Mais il n’y a pas de trêve pour le missionnaire, car l’image de la page opposée renferme des signes de paganisme résiduel : le mal qui persiste dans la perpétuation des cérémonies inuites telles que la danse du tambour. La description par Clabaut de cette barbarie évoque son mystère séduisant – bien que menaçant, comme il le fait remarquer – ; la séance est visitée par les démons et se conclut par un échange de femmes. Ces photographies portent également la mention « Cliché R.A. » et, comme le texte de Clabaut, elles flottent au-dessus de l’histoire. La seconde double page de son article est toutefois dominée par une photographie portant la mention « Gouvernement du Canada » et représentant une famille inuite quittant le rivage dans une embarcation traditionnelle appelée « oumiak », un canot en peau de phoque10 [figure 2]. Cette image s’accorde avec le texte de Clabaut, qui dépeint la conversion d’une famille inuite : « Et l’eau baptismale coule sur le front du père, de la mère et des enfants. La famille tout entière se relève, régénérée dans un flot de grâces11. » Dans l’iconographie catholique romaine, le bateau est le symbole de l’Église en tant que porteuse d’âmes. Est-ce prendre les choses au pied de la lettre que de se plaindre de la suggestion, par proximité, que cette famille inuite est chrétienne ? Devrais-je plutôt accepter le fait que les rédacteurs sont des poètes manqués, rêvant de correspondances entre les mémoires de l’évêque et ces documents photographiques gouvernementaux ? Ma résistance peut paraître exagérée, mais sur la même double page, toujours en vue du portrait de famille, je suis plongée dans le récit par Clabaut du joyeux envoi d’une mère pieuse à son enfant mourant, une scène qui se déroule dans un hôpital de Chesterfield Inlet, où des enfants des Premières Nations et des enfants inuits frappés par des maladies importées sont décédés en grand nombre. Et comme si cela ne suffisait pas, le père Philippe joint un article sur la construction et l’occupation de l’hôpital de trois étages par les sœurs grises, incluant un récit en raccourci du baptême, rapidement suivi par l’extrême-onction, avant que le protagoniste ne meure d’une sainte mort12.

Figure 2. Gouvernement canadien. « L’oumiak : canot de famille entièrement fait avec des peaux de phoque, en usage chez les Esquimaux ». Photographie illustrant l’article d’Armand Clabaut OMI, « Du Paganisme au Christianisme », Pôle et Tropiques, avril 1947, p. 50-51.

  • 13 Aimé Roche OMI, « Partir ! », Pôle et Tropiques, juillet 1947, p. 83-85.
  • 14 Étienne Danielo OMI, « Dans le grand silence noir et blanc », Pôle et Tropiques, juillet 1947, p.  (...)

9Les conditions de vie de la population ciblée par le programme de missionnariat constituent un thème important de Pôle et Tropiques, mais les défis de la vie missionnaire sont tout aussi importants, et peut-être plus captivants pour les lecteurs européens. Bien entendu, tout le monde parle du climat, qui est vraiment extrême en certains endroits, mais ces défis sont généralement contrebalancés par des chroniques de l’expérience quotidienne – comment vivent les missionnaires dans des contrées lointaines. De tels récits établissent des rapports paradoxaux : ils sont inscrits dans le local, dont les détails rehaussent le sentiment d’exotisme, et modelés par le global, car la lutte est la même, de par le monde. Cet argument est explicité, textuellement et visuellement, dans un article de juillet 1947, dont le titre – « Partir ! » – donne le ton à cet exercice d’identification et d’empathie13. La tristesse de la mère du missionnaire est associée à l’ultime sacrifice de la Vierge Marie ; on mentionne également la souffrance silencieuse du père et l’étincelle de vocation dans le cœur des petites sœurs qui restent à la maison. L’article est illustré par la photographie d’un rivage de France, vue générique d’un plan d’eau, à jamais gravée dans la mémoire. Suivent deux récits de missionnaires sur le terrain : l’un à la baie d’Hudson, l’autre dans ce qui correspond aujourd’hui au nord de la Namibie ; l’un des récits se déroule parmi les chasseurs, l’autre est campé chez des agriculteurs14. Ces expériences sont remplies de contrastes avec la vie européenne. Les jours et les nuits polaires sont étranges ; ces dernières sont carrément déprimantes, mais explicables interculturellement, par comparaison avec les tribulations de l’Ancien Testament. Elles sont également mesurables et explicables pour les Européens, en termes techniques d’exposition photographique (longue) et, par figure de rhétorique, comme richement symboliques de l’âme païenne (obscure). Ce curieux amalgame de spiritualité, de sens pratique et d’universalité paraît s’étendre du pôle aux tropiques, avec des similitudes frappantes. Un compte rendu provenant d’Ovamboland (Namibie) en Afrique du Sud-Ouest relate la situation de femmes réduites en esclavage par leurs maris et fait état de polygamie, de vestiges de sorcellerie et de ténébreuse superstition païenne : Ovamboland et New Hazelton ne font plus qu’un.

  • 15 « Du Pôle aux Tropiques : L’Obstacle du Communisme », Pôle et Tropiques, décembre 1960, p. 198.

10Bien que notre centre d’intérêt soit l’Arctique, il faut analyser des comptes rendus d’ailleurs pour dresser le portrait complet d’un territoire construit par Pôle et Tropiques, avec ses articles, ses nouvelles et ses publicités. Il importe d’imaginer et de revivre l’expérience qu’ont faite les abonnés de rencontres privilégiées, fidèlement répétées, bien qu’uniques, sur tout le territoire supranational de ,l’Église, afin de saisir les nuances des articles individuels. Il est également utile de se référer à l’histoire de l’Europe d’après-guerre, et tout spécialement au combat idéologique entre le Vatican et Moscou, puisque les rédacteurs et la plupart des abonnés laïques résidaient en Europe où, comme je l’ai mentionné, l’application locale de la justice sociale faisait office d’antidote au communisme. Sur le front mondial, les rédacteurs avaient constamment à l’esprit « L’Obstacle du Communisme15. » Ils rappelaient avec force à leurs lecteurs que les missions oblates d’Afrique et d’Asie, récemment libérées du joug colonialiste, étaient le point de mire de campagnes communistes hostiles. Dans l’Arctique canadien, la coexistence des militaires américains et des missionnaires chrétiens faisait partie du quotidien : les premiers disciplinaient les Soviétiques, les seconds disciplinaient les populations autochtones – tout cela servait très bien la cause canadienne. Bref, ce n’est qu’en se plongeant dans les nuances de la formation et du système des rédacteurs de Pôle et Tropiques que l’on peut commencer à les saisir et, et c’est ce qui nous intéresse ici, à mieux comprendre la diffusion par la revue des images photographiques du Nord canadien et de ses habitants.

  • 16 La coutume d’attribuer une image à l’agence plutôt qu’à l’individu est expliquée par Michel Frizot (...)
  • 17 Les images de Flizot paraissent dans le numéro de janvier/février 1948 (p. 13-16). P. Flizot, « Le (...)

11Qui sont les auteurs de ces images ? Dans les premières années, il est impossible de répondre à cette question si l’on recherche une signature individuelle. Certains textes contiennent des bribes d’information sur les intérêts et les talents photographiques des auteurs, mais les photographies fournies par les oblats sont absorbées dans le fonds commun par la mention « Cliché : O.M.I.16 ». Mais peu à peu, les noms des photographes commencent à apparaître, alors même que les rédacteurs recherchent des collaborateurs au-delà des missions religieuses. Dans le volume de 1948, des photographies de la ville et des habitants de Reï-Bouba, au Cameroun, sont attribuées à un certain P. Flizot, qui semble avoir été inspecteur des chasses dans la région17. L’article principal a été rédigé par le naturaliste et explorateur Albert Monard, qui passe habilement de l’admiration pour l’Autre au racisme. Dans le même numéro, on trouve un texte du père Claude Zeltner, ethnographe, linguiste et missionnaire oblat du Cameroun, dont la brève histoire du peuple Foulbé est offerte en guise de préparation mentale pour la prochaine étape de leur histoire en tant que membres de l’Église. Tout cela pour dire que la revue, bien que superficiellement similaire aux magazines d’exploration, d’aventure et de voyage de l’époque, ne s’écarte jamais de sa mission, même alors que sa portée géographique continue de s’étendre.

  • 18 A.R. (Aimé Roche ?), « Les Oblats au Japon », Pôle et Tropiques, mars 1948, p. 30-31.
  • 19 Alice E. Horner, « Tourist Arts in Africa before Tourism », Annals of Tourism Research, no 20, 199 (...)
  • 20 Les images de Busse lui sont attribuées dans les numéros de février 1955 (p. 7) et février 1959 (p (...)

12Le numéro de mars 1948 apporte la nouvelle que les oblats ont atteint le Japon occupé. Leur nouveau territoire, qui leur a été cédé par les dominicains pour des raisons qui ne sont pas précisées, sera l’île de Shikoku ou « Shikok », indiquée sur la carte en face d’Hiroshima dans la mer Intérieure. Dans le texte, on décrit les Japonais comme déçus par leurs dieux et mûrs pour la conversion. Une possibilité de mission est ouverte par une défaite militaire catastrophique : selon l’auteur, la christianisation du Japon est le but délibéré du général Douglas MacArthur (« Marc Arthur » dans le texte), commandant en chef des forces alliées18. En amont de l’arrivée des oblats, des portraits de gracieuses Japonaises en costume traditionnel et des vues d’un temple bouddhiste sont proposés par le père A. Flachère, missionnaire en Chine et auteur orientaliste des ouvrages En route vers les idoles (1938) et Croisières jaunes avec les cols bleus (1941). La présence de ces photographies confirme la source fiable d’images que représente le « tourisme d’accès spécial19 », un ensemble de privilèges dont bénéficient les voyageurs professionnels comme les administrateurs coloniaux, les hommes d’affaires et les missionnaires, qui peuvent recueillir des objets et des images (certains qualifieraient ceci de « pillage ») dans leurs temps libres. À ses débuts, le National Geographic s’approvisionnait de ce même stock et exploitait également des fournisseurs locaux. Dans le même ordre d’idées, des images de Yellowknife furent publiées dans Pôle et Tropiques par Henry Busse [dit « Henri » Busse], qui semble avoir été incité à ouvrir un studio de photographie et une chambre noire par un prêtre catholique romain20.

  • 21 Richard Harrington et Lyn Harrington, « Madonna of the Peace », The Beaver, juin 1950, p. 25.
  • 22 Couverture, Pôle et Tropiques, février 1955.
  • 23 L’attribution à la CBH revient très souvent dans Pôle et Tropiques, accompagnée du nom du photogra (...)

13Toutefois, les correspondances ne sont pas toujours directes, et il est fascinant de voir comment les images publiées dans Pôle et Tropiques ont attiré l’attention des rédacteurs. Dans plusieurs cas, il y a prémédiation, ou utilisation préalable dans des contextes sans aucun rapport avec l’objectif de la revue catholique, soit le missionnariat. L’œuvre de Harrington constitue un exemple notable. Son portrait d’une mère et d’un enfant des Premières Nations, avec la légende « Madonna of the Peace » (Madone de la paix), est paru pour la première fois dans The Beaver en juin 1950, dans le cadre d’un reportage photographique sur les plaisirs de la pêche et du camping aux abords de la rivière de la Paix, en Colombie-Britannique21. Cinq ans plus tard, la « Madone de la paix » est passée en couverture de Pôle et Tropiques22. Dans cette seconde version, l’image est inversée ; on ignore si c’est par hasard ou à dessein. Fait plus significatif pour la présente étude, l’image n’est pas recadrée – ou, pour être vraiment exact, elle est moins recadrée, puisque la prise de vue originale correspondant au négatif est davantage visible. Ceci démontre que les oblats ne dérobaient pas des images, mais les obtenaient de manière légitime, probablement sous forme d’épreuves, en provenance de quelque part ; dans ce cas-ci, il s’agissait de la revue The Beaver, dont la collaboration est mentionnée avec gratitude23 [figure 3].

Figure 3. Richard Harrington, aimablement communiqué par Le Beaver, H.B.C., Winnipeg. Sans titre. Pôle et Tropiques, février 1955, couverture.

  • 24 Julien Cochard OMI, « Les Esquimaux », Pôle et Tropiques, mars 1948, p. 32-36 ; la citation est en (...)
  • 25 Ibid., p. 35.

14Les crédits des images, dans Pôle et Tropiques, trahissent la présence dans le Nord d’agents transformateurs qui affaiblissent subtilement les conditions a-historiques soulignées par les auteurs du magazine. Le missionnaire oblat Julien Cochard, qui a passé douze ans sur le terrain, explique les difficultés qui surviennent lorsqu’on tente de faire connaissance avec ce peuple impénétrable, « les Innuit [sic] – les hommes par excellence ». Cochard admet que « [c]ertains Blancs, ethnologues, traiteurs de fourrures, officiers de la Gendarmerie royale, et missionnaires, ont apporté de belles pierres à cet édifice », en contraste avec d’autres qui ne maîtrisent pas la langue, qui ne vivent pas parmi les autochtones et font des généralisations hâtives fondées sur quelques faits24. Il est difficile de savoir ce que le père Cochard penserait des illustrateurs de son article, des photographes anonymes à l’emploi du ministère canadien des Mines. Leurs images, à caractère ethnographique, décrivent des technologies inuites de transport et d’habitation traditionnelles. Elles complètent efficacement le mélange que fait Cochard d’observations de première main et de légendes de la toundra, en représentant de robustes travailleurs et travailleuses. Cependant, son article ne comporte aucune référence aux emplois non traditionnels, comme l’exploitation minière Port Radium sur le Grand Lac de l’Ours, qui a mis en danger les travailleurs des Premières Nations et les travailleurs inuits, tout en contaminant l’environnement. Les seuls risques mentionnés dans le récit de Cochard sont liés à l’imprévisibilité du gibier et du climat – c’est l’abondance ou la famine –, et le « struggle for life » (étrangement, l’expression est en anglais dans le texte) passe avant « la vie contemplative25 ». C’est ainsi que les images parlent, en évoquant silencieusement le vrai combat, celui pour les âmes. Voilà le sort du missionnaire, ici comme partout ailleurs ; la revue insiste sur ce point, en s’armant d’une rhétorique autant textuelle que visuelle.

  • 26 Guy Mary-Rousselière, missionnaire oblat d’origine française et anthropologue formé au Canada, éta (...)
  • 27 M. Le Berre, « Pauvres du Christ », Pôle et Tropiques, décembre 1949, p. 174-175.

15À compter de 1949, Pôle et Tropiques opte pour une utilisation plus audacieuse des images, de la typographie et du montage, établissant des liens visuels entre des missions éloignées. Le numéro de décembre, consacré au Cameroun, se termine par un rapport sur de nouvelles constructions à Meiganga. Les images des huttes camerounaises prises par l’auteur sont juxtaposées à la photographie d’un iglou nordique, attribuée à Rousselière26. Les différences sont nombreuses, mais il y a suffisamment de similitudes formelles dans la disposition et l’échelle des éléments pour permettre cette légende : « En faisant le tour de son humble paillote, le missionnaire Oblat du Cameroun se dit que son confrère des Glaces Polaires n’est pas mieux loti que lui27. »

  • 28 Peter C. Kent, op. cit., p. 5-6, 239.
  • 29 Pôle et Tropiques, février 1950, p. 2-3.
  • 30 Pôle et Tropiques, février 1950, p. 28.

16Le magnétisme de ce pôle imaginaire pour les missionnaires et les utopistes européens est concentré dans un même numéro thématique de Pôle et Tropiques, publié en février 1950. Pour la mission canadienne, il a dû s’agir d’un moment de fierté, car 1950 était une Année sainte dont le thème central était la « justice sociale ». En Europe, l’Église était divisée entre la « propriété privée » et la « répartition plus équitable des richesses humaines28 ». L’adaptation de ce thème à l’Arctique exigeait un peu de finesse. Le numéro de la revue, imprimé entièrement en bleu et blanc, s’ouvre fièrement sur un montage en double page : une carte des terres bordées par l’océan Arctique, sur laquelle sont inscrites six missions oblates ; des chaînes brisées sont superposées à la carte29. Cette allusion est expliquée par de courts textes intitulés « Esclavage » et « Libération » : le sous-humain, esclave de la survie primaire (le sujet inuit), a été libéré par la religion. L’arrivée du missionnaire en traîneau à chiens, ou une scène du genre, est résumée par une photographie documentaire placée au-dessus du mot « Libération ». Dans le coin supérieur droit, on retrouve un leitmotiv du numéro : une gargouille (un monstre enchaîné à sa cathédrale européenne) regarde en bas depuis les hauteurs. Les sous-entendus portés par ce motif sont innombrables ; au minimum, ils nous rappellent le point de vue catholique et européen que nous adoptons par l’entremise de cette revue. Le numéro contient plusieurs extraits de livres récents, dont Inuit de Roger Bulliard OMI, mémoires de sa vie parmi les Inuits du cuivre ; Le Chef à l’œil ivoire, un roman d’Aimé Roche OMI ; Cinquante ans au pays des neiges, des mémoires en trois tomes par Mgr Gabriel Breynat ; et Kablouna, un récit de voyage par Gontran De Poncins, aventurier français de haute naissance. Les photographies contenues dans ce numéro sont signées Rousselière, De Poncins, et Gouvernement du Canada. Il est assez étonnant de constater que les mémoires de Bulliard sont illustrés par l’image de la famille dans un canot, dont il a été question plus tôt. Cette image flotte maintenant au-dessus d’un journal personnel relatant la fondation de la Mission du Christ-Roi sur l’île de Victoria30.

  • 31 Clabaut, « Notre-Dame des Neiges. Reine de l’Arctique », Pôle et Tropiques, juillet 1949, p. 75-78 (...)

17Dans les pages de Pôle et Tropiques, des images s’arrêtent brièvement au cours de leur périple qui pourrait être infini. Peu importe l’intention, même si elle est clairement descriptive, une photographie placée entre les mains des rédacteurs de Pôle et Tropiques ne représente qu’un tenant-lieu du monde extérieur. Si les images ne sont pas transparentes, les intentions des rédacteurs le sont certainement : susciter de l’intérêt pour les missions en communiquant, souvent par l’image, les épreuves et les victoires des missionnaires oblats sur le terrain. Les photographies sont porteuses de motifs stéréotypés – pourquoi ne pas tirer parti de ces possibilités ? Cette stratégie paraît presque naturelle dans le contexte d’une culture visuelle qui recycle librement ses figures les plus sacrées sous des formes culturelles et raciales stylisées. « Notre-Dame des Neiges », la madone inuite créée par les artistes de Pôle et Tropiques, appartient à une grande famille d’icônes syncrétiques qui reflètent les attributs physiques de leurs cultures hôtes ou de leurs cultures cibles31.

  • 32 Pôle et Tropiques, juillet 1949, p. 78.

18Les images photographiques semblent également convertibles au sein de l’économie visuelle de Pôle et Tropiques, avec toutefois une importante nuance paradoxalement doublée d’une valeur ajoutée : les photographies sont des agents actifs de la culture de masse, dans laquelle les exigences de vérité font partie de la mise en marché. Ainsi, un même article nous transmet une image fantaisiste de la madone inuite et des portraits de style ethnographique d’Inuits, pour se conclure avec un instantané de deux garçons souriant devant l’appareil photo : « Deux petits amis : Marc et Henri, jeunes chrétiens de la mission d’Iglulik, dans la Baie d’Hudson32 ». Doit-on aussi interpréter cette image de façon fantaisiste ? Sûrement pas : il s’agit d’une preuve photographique. Les deux garçons portant fièrement leurs noms français, transportés par leur conversion, sont présentés comme les porte-étendards d’une mission florissante. Les lecteurs de Pôle et Tropiques sont constamment mis en présence de la preuve photographique de quelque chose – ce quelque chose inscrit dans le texte, magnifié par le montage, et conditionné jusqu’à la saturation par les objectifs de la publication ; après tout, il y est question des missions oblates qui poursuivent le travail de saint Pierre à travers le monde. Il s’agit d’un immense filet, dans lequel on peut attraper des photographies de l’Office national du film, de la revue The Beaver et – d’abord par l’intermédiaire de la Compagnie de la Baie d’Hudson, puis d’une manière plus directe – les photographies documentaires de Richard Harrington.

Le credo d’un photographe documentaire

  • 33 Richard, Harrington, Le visage de l’Arctique, trad. Dominique Guillet, Paris, Albin Michel, 1957, (...)

Je voulais trouver des Esquimaux qui menaient encore la même vie que leurs ancêtres, celle qui convenait le mieux à une telle latitude ainsi que l’avaient démontré des siècles de pratique. J’étais persuadé qu’il en existait encore quelque part33.

  • 34 Richard Harrington, « Spence Bay Trip. April-August 1951 », BAC, p. 29.

19Richard Harrington se rendait dans le Nord en mission photographique. Son objectif était de photographier l’Esquimau autonome, païen et non civilisé. En même temps, il savait que ses espoirs de trouver ce qui subsistait de la vie inuite avant l’arrivée des Blancs dépendaient des agents de sa destruction, les missionnaires, les représentants du gouvernement et les marchands : « En fait, l’hospitalité du poste de la CBH est très précieuse. Je fais grand cas de leur aide continuelle, le seul fait de leur présence, leur accueil généreux du voyageur de passage. Sans eux, je n’aurais pu faire mes voyages34. »

  • 35 Kevin Salemme, « Chasing Shadows : Steichen’s Dream of the Universal », History of Photography, vo (...)
  • 36 John Goddard cite Lorraine Monk, réalisatrice de Richard Harrington. The Incredible Journeys: Phot (...)

20L’œuvre d’Harrington nous remémore les désirs et dilemmes intériorisés par les photographes itinérants du milieu du vingtième siècle qui documentaient l’Autre, et particulièrement leur désir paradoxal d’un langage universel de représentation. Comme Kevin Salemme l’exprime si justement, l’universalisme du modernisme photographique signifiait « le maintien simultané des aspects indiciels et transformateurs du médium35 ». Dans le cas d’Harrington, ce phénomène est résumé par une seule phrase, « Canada’s Madonna and Child » (La Madone à l’enfant canadienne), apposée par ses admirateurs à la photographie d’une femme padleimiute et de son bambin, un sujet « primitif » ou « païen », comme il les désigne volontiers36. Cette photographie, prise pendant l’hiver 1949-1950 dans un camp de chasse padleimiut, a eu une circulation internationale, alors qu’elle faisait partie de la fameuse exposition The Family of Man (1955), organisée par Edward Steichen pour le Musée d’art moderne de New York. Elle ornait également la couverture de The Inuit : Life As It Was. Comme image iconique, la Madone à l’enfant d’Harrington se trouve au croisement de deux registres temporels : la nature cyclique – que certains qualifieraient d’« intemporelle » – du mode de vie des chasseurs, et une crise qui survenait à ce moment-là : la famine. L’approche universaliste, telle que pratiquée par Harrington et peaufinée par les rédacteurs photographiques et les commissaires d’expositions à travers le monde, dont Steichen fut le plus célèbre, pose qu’une image photographique devrait être un instrument flexible, c’est-à-dire capable de transmettre plusieurs messages à la fois.

  • 37 Richard Harrington, Richard Harrington : Canadian Photographer, Edmonds, Alaska Northwest Publishi (...)

21L’écriture de l’histoire de la photographie fait en sorte que les photographies nomades trouvent une demeure dans les monographies et les catalogues d’expositions. La présente analyse les remet en route, tout comme elles ont circulé à l’époque de leur production. Le livre d’Harrington, Le visage de l’Arctique, fait partie de cette littérature, tout comme ses journaux personnels. Pour compléter ces récits, mon projet de cartographie des images d’Harrington inclut leurs apparitions publiques dans des journaux et des revues ; j’accorde une attention toute particulière à la relation spéciale entre The Beaver, le premier patron d’Harrington dans le Nord37, et Pôle et Tropiques, un partenaire subséquent. Les spécialistes canadiens de la culture connaissent bien The Beaver, ses archives sont bien structurées, et les Canadiens, tout comme les touristes, sont au fait de la CBH, qui l’a produite. Pôle et Tropiques m’était inconnue jusqu’à tout récemment ; il est possible que son existence et son utilisation active des images d’Harrington soient des vérités gênantes.

  • 38 Richard Harrington, « Trapline to Trading Post : A Fur Trader Picture Story », The Beaver, décembr (...)

22 The Beaver reflétait les intérêts de la Compagnie en se concentrant sur les voyages, l’exploration et la traite des fourrures dans le Nord canadien ; Harrington a répondu à tous ces thèmes. Le numéro de mars 1947 arborait en couverture son portrait en gros plan d’un lynx du Canada [féroce], et contenait un reportage avec des images de petits lynx à la ferme d’élevage de la CBH et de mannequins anglais admirant un costume autochtone au musée de la CBH, à Winnipeg. Les missions subséquentes d’Harrington furent consacrées à la documentation des pratiques de chasse et de trappe des Chipewyans, un groupe décrit par The Beaver comme « les Indiens les plus primitifs qui existent à ce jour ». Un examen attentif des images dément ceci par la présence d’outils manufacturés, de pièges en métal et de tissus imprimés qui représentent une adaptation considérable aux manières de l’entreprise commerciale38.

  • 39 Richard Harrington (photos) et Douglas Leechman (reportage), « Caribou for Chipewyans » et Leechma (...)
  • 40 Alice M. Johnson, « Ambassadress of Peace », The Beaver, décembre 1952, p. 42-45; illustration, p. (...)

23Si l’on doit tenir compte du Beaver comme source importante de savoir historique au sujet du Nord – les récits de découverte, les premiers contacts, l’établissement des comptoirs, des stations et missions sont soigneusement datés –, la revue plonge aussi de façon inconsciente dans l’intemporalité romantique. Les images des trappeurs chipewyans par Harrington sont accompagnées du récit de la mission par un article « historique en partie » sur l’organisation sociale, la technologie et la mythologie des Chipewyans, dans lequel l’auteur explique que les conditions actuelles sont regrettables, mais qu’il s’agit d’adaptations nécessaires ; par ailleurs, les croyances de ce peuple sont décrites comme si elles étaient préservées dans de l’ambre39. Quelque chose de similaire se produit pour les images d’Harrington. Toutes les photographies arrêtent le temps, mais celles que l’on retrouve dans les pages du Beaver ont une longue durée de conservation, comme on dit aujourd’hui, ce qui les rend disponibles pour être recyclées pour une illustration isolée ou une histoire à dimension humaine. Ceci s’est produit à plusieurs reprises pour le travail d’Harrington ; par exemple, dans le numéro de décembre 1952, son portrait d’une femme chipewyane est utilisé pour illustrer le récit de la légende de l’esclave indienne par un colonisateur du dix-huitième siècle. La légende de la photographie indique qu’elle « pourrait être la contrepartie moderne » d’une femme décédée en 171740. Si cela semble inoffensif, et même ridicule, le recyclage, dans le numéro de mars 1950 du Beaver, des portraits des Inuits de Port Harrison produits par Harrington en 1948 fait davantage réfléchir. Ses visages souriants réconfortent et réjouissent en regard de la vie inuite, au moment où Harrington complétait son reportage sur la famine de Padlei.

  • 41 Voir Richard Harrington, « Reader Interest at Igloolik », The Beaver, juin 1953, table des matière (...)
  • 42 Richard Harrington, Le visage de l’Arctique, op. cit., p. 262-263. Voir également Richard Harringt (...)
  • 43 J.E. Beaudet OMI, « I am in Love with Dogs », The Beaver, mars 1949, p. 36-37. Les photographies s (...)

24 Le visage de l’Arctique par Harrington relate trois périples de plus en plus difficiles vers des comptoirs commerciaux, campements de chasse, villages et missions du Nord. Bien entendu, Harrington était très préoccupé par la diffusion de ces images durement gagnées, motivation première d’un photojournaliste actif ; dans ce but, il s’efforce de plaire à ses clients qui sont visiblement amusés par ses efforts41. Ceci ne veut pas dire que le Nord était étranger à la culture des revues. Les mémoires d’Harrington confirment à plusieurs reprises leur diffusion, parfois par des voies mystérieuses. Au printemps de 1951, à la mission catholique éloignée de Pelly Bay, aujourd’hui Kugaaruk, le célèbre père oblat Vandevelde fait tout à coup le lien entre son hôte et le photographe dont la série sur Coppermine était parue dans un hebdomadaire qu’on lui envoyait depuis son pays d’origine, la Belgique. Tandis qu’Harrington se prépare à partir, il est étonné par la dernière demande du prêtre – il ne demande pas de nourriture ou de matériaux de construction, mais des exemplaires du Beaver42. Non seulement les oblats et les autres missionnaires lisaient le Beaver, mais ils y publiaient des articles sur des sujets aussi variés que l’histoire de l’Église et leurs rapports affectueux avec leurs chiens de traîneaux43.

25Le travail d’Harrington pour The Beaver l’a introduit dans le vaste réseau de la compagnie, incluant des représentants de l’Église et de l’État, avec qui il voyageait fréquemment. En 1949, un télégramme envoyé de la capitale canadienne lui permettait de voyager avec un agent de la GRC dans le cadre de sa patrouille annuelle des comptoirs commerciaux. Cette relation a donné lieu à des images des Inuits, ainsi qu’à un photo reportage sur l’agent Dick Connick qui est représenté en train d’émettre des allocations familiales utilisables seulement au comptoir commercial de la CBH, de porter des sacs de courrier et de serrer la main d’« Esquimaux ». Harrington suivait Connick lors de ses rondes et prenait des photos tout en notant dans son journal que l’aide sociale détruisait la culture inuite en rendant les chasseurs dépendants et en décourageant la tradition inuite de l’adoption libre.

  • 44 Richard Harrington, The Inuit, op. cit., p. 11.

26Il se produit pourtant un curieux dépeuplement du Nord à travers les déclarations et les ouvrages publiés par Harrington. En 1952, la vie arctique est un amalgame coloré de personnages inuits et non inuits à parts égales. Ses mémoires relatent ses voyages avec le père Lemer, OMI (qui allait devenir un collaborateur de Pôle et Tropiques). En 1981, il admet la coopération de la CBH et de la GRC dans l’organisation de tous ses voyages, et mentionne tout particulièrement la patrouille avec des attelages de chiens de la GRC – son voyage avec Connick – quoique, « le plus souvent », poursuit-il, « [il] [s]’arrangeai[t] pour voyager seul avec un guide inuit, et vivre parmi des familles inuites44 ». D’après ses mémoires, nous savons que la plupart de ces guides étaient très expérimentés ; plusieurs avaient des emplois fixes dans les comptoirs ou les missions. Mais la mystification se poursuit. Padlei Diary (2000), publié sous la direction de l’anthropologue Edmund Carpenter, ne mentionne presque pas la présence non inuite dans le Nord. Au fur et à mesure qu’Harrington prenait de l’âge, le photojournaliste à la recherche d’occasions de reportages est disparu derrière le photographe documentaire aux motifs plus élevés. Son expérience des peuples du Nord s’est affranchie des attentes des Canadiens du Sud. L’iconisation de sa Madone renforce cette fausse impression ; le fait de retracer certaines apparitions contemporaines moins prestigieuses l’infirme.

  • 45 Attribuée par erreur à Jean « Michal », Pôle et Tropiques, décembre 1950, n. p.
  • 46 Pôle et Tropiques, décembre 1950, n. p.

27La première photographie signée Harrington dans Pôle et Tropiques est une reprise de ses débuts au Beaver : son superbe « Lynx du Nord Canadien », reproduit en pleine page à l’héliogravure violette et blanche dans le numéro de décembre 1950. L’image semble être un choix logique pour illustrer l’article « Trappeurs de renards », un extrait du livre de Jean Michéa intitulé Terre stérile, six mois chez les esquimaux caribous (Paris, 1949), qui décrit de manière ambivalente la transformation du chasseur de caribou inuit en trappeur de renards – un employé dévoué de la CBH45. Mais le graphisme de ces pages est plutôt curieux. Le texte de Michéa est bordé de chaque côté par des images de nature et des bribes de sagesse concernant le rôle de l’Église. De la même façon, le portrait du lynx par Harrington voisine un dessin à l’encre plein d’imagination, représentant un lynx dans la nature, et une citation de l’encyclique Summi Pontificatus (1939) par le pape Pie XII : « L’Église du Christ ne peut penser ni ne pense à attaquer ou mésestimer les caractéristiques particulières que chaque peuple, avec une piété jalouse et une compréhensible fierté, conserve et considère comme un précieux patrimoine. Son but est l’unité surnaturelle dans l’amour universel46. »

28Dans le même numéro de Pôle et Tropiques, le dernier de l’Année sainte, on trouve des montages proclamant l’Église comme mère de tous les peuples et symbolisant son esprit universaliste. Ce message est proclamé clair et net dans l’éventail des contenus : des articles sur le Japon, le Basutoland, l’Afrique du Sud et « l’Afrique noire ». Ce dernier texte est d’une lecture fascinante. L’article résume les difficultés liées à la propagation de l’Évangile parmi les peuples sensibles aux mystères, qui ne sont malheureusement pas les bons, une déformation raciale qui sera corrigée par les efforts patients et substantiels des missionnaires. Les lumières du paternalisme et de la droiture qui émanent de ce seul numéro ne déclinent jamais, et les adeptes du travail d’Harrington en tant que projet laïque ne peuvent que s’étonner de sa présence qui croît lentement dans les pages de la revue.

  • 47 Le journal d’Harrington est rempli d’amertume à propos de ce rejet : « Spence Bay Trip. April-Augu (...)
  • 48 De Poncins finit par s’imposer comme photographe officiel de la mission de Pelly Bay. Voir « Début (...)
  • 49 Harrington laisse entendre que le père Vandevelde vient d’une famille privilégiée ou, à tout le mo (...)
  • 50 Richard Harrington (portraits extérieurs) et James Houston (dessins), « The Cheerful Eskimo », The (...)
  • 51 Richard Harrington, The Face of the Arctic¸ op. cit., p. 338 (La photographie est à la suite de la (...)

29Lentement, parce que le Français De Poncins demeure un favori de la maison pour les images de l’Arctique ; son travail des années 30 continue d’être diffusé dans la revue. Un signe certain de la faillibilité des rédacteurs : le portrait, par De Poncins, d’un Inuit souriant, vu pour la première fois en bleu et blanc sur la couverture du numéro de février 1950, réapparaît, en noir et blanc cette fois-ci, sur la couverture du numéro de décembre 1961. Entre-temps (en février et avril 1952), le récit en deux parties de la fondation des missions de Pelly Bay et de Thom Bay, par cet infatigable communicateur qu’est le père Armand Clabaut, requiert de nombreuses illustrations, et les rédacteurs composent leur album à partir d’images par De Poncins, le père Philippe, l’Office national du film et Harrington. Ce dernier était alors bien connu des oblats, ayant fait plusieurs voyages sur leur avion de ravitaillement Arctic Wings et par leur trajet de transport en traîneau à chiens lorsque, pour des raisons inexpliquées, on lui avait refusé l’accès aux transports gouvernementaux47. Dans Le visage de l’Arctique, il s’acquitte de sa dette en consacrant un chapitre entier, intitulé « La mission la plus isolée du monde », à l’histoire de Vandevelde, son adaptation au Nord et sa généreuse hospitalité. Les rédacteurs se sont enthousiasmés peu à peu pour le travail d’Harrington ; il a délogé De Poncins de la couverture du numéro d’avril avec un portrait héroïque de Vandevelde, présenté comme un missionnaire de belle apparence48 [figure 1]. Dans le magazine, les portraits posés et candides des prêtres, les pères Vandevelde et Papion, par Harrington, s’entremêlent avec des images attribuées à ses compétiteurs, et même à un amateur dont Harrington avait découragé les efforts dans son journal : Vandevelde lui-même49. Parmi ces strates, on découvre le portrait de l’Inuit aux mains jointes, par Harrington, qui était déjà paru dans le numéro de mars du Beaver, couplé avec un dessin par l’artiste-entrepreneur James Houston, tiré de la même image, qui représente l’homme en train de réchauffer ses mains devant un réchaud de camping50. À elle seule, cette image est un cas d’étude des migrations photographiques et des remises en cause que cela suppose. Elle paraîtra plus tard dans The Face of the Arctic, où l’homme est identifié comme « One of Father Papion’s followers51 » (Un des fidèles du père Papion), ses mains jointes suggérant ici la prière. Elle est reproduite de nouveau dans la monographie d’Harrington, The Inuit : Life As It Was, sans mention des missions.

  • 52 Richard Harrington, « Spence Bay Trip. April-August 1951 », op. cit., p. 13.

30Dans Le visage de l’Arctique, la présentation des missionnaires par Harrington tend vers l’approche impartiale du journaliste à principes. Ce sont des Blancs, attirés comme lui par l’Arctique, et parfois pour les mêmes raisons, alors il hésite, selon la situation, confiant ses incertitudes à son journal. En mai 1951, à la mission de Pelly Bay, lui qui admet n’avoir aucune affiliation religieuse, est profondément impressionné par l’atmosphère harmonieuse : « Le père Vandevelde dit qu’ils [les Inuits] sont catholiques romains par conviction. Je m’en serais moqué auparavant, mais j’aimerais maintenant me rétracter, et croire qu’ils étaient vraiment chrétiens (c’est un mot terrible, comme liberté ou démocratie) pendant tout le temps52. »

  • 53 Ibid., p. 35.

31Mais l’effet se dissipe. Lorsqu’il rapporte des discussions ou ses pensées intimes, lorsqu’il fréquente des gens dans les villages et les comptoirs commerciaux, il se moque en effet de la religion. En juin 1951, au comptoir commercial de la CBH à Spence Bay, après deux mois de voyage dans les missions, grâce à l’aide et à l’hospitalité des missionnaires oblats, Harrington discute de la « race blanche » avec L.A. Learmonth, chercheur de l’Arctic Institute, d’origine écossaise : « Nous sommes tout à fait d’accord que la présence des missionnaires est superflue53. » Harrington flatte son hôte, comme tout invité ; mais avec Learmonth, cela ne paie pas en images. Harrington trouve que son hôte est sans cesse préoccupé, et pas très obligeant. À tel point, finalement, qu’Harrington clarifie le genre d’aide dont il a besoin :

  • 54 Ibid. On peut lire une version atténuée de cette plainte dans Le visage de l’Arctique, p. 294.

Tout est bouleversé ; je me sens continuellement frustré. Soudainement, j’ai une bonne idée qui demande à être expliquée à un autochtone. Eh bien, le soleil ne brille pas aujourd’hui, peut-être plus tard. Alors L.A. trouve que cela ne lui convient pas de se libérer plus tard, et mes prises de vues sont retardées. Et peut-être que l’homme partira camper. J’ai manqué mon coup. « Oh, vous aurez plusieurs autres occasions. »54

32Certainement, mais pas avec l’appui de Learmonth : ce dernier voit manifestement peu d’intérêt pour son propre travail scientifique ou commercial dans l’entreprise photographique d’Harrington ; s’il agit en bon hôte, il ne fait rien pour faciliter des occasions de photos documentaires. Les oblats ont une autre attitude, et la présence du travail d’Harrington dans Pôle et Tropiques montre qu’il participe à la communication des activités des missionnaires au monde catholique romain plus vaste. Et cette participation s’accroît. Elle commence avec une image qui migre d’un magazine à l’autre ; elle se développe à travers une série d’images des missionnaires en interaction avec leurs ouailles, ou – ce qui est remarquable – célébrant la messe et administrant les sacrements. À ce moment, la coopération devient collaboration.

  • 55 Richard Harrington, « Igloolik Trip. December 1952-March 1953 », 2 février, BAC, p. 24.
  • 56 Richard Harrington, « Igloolik Trip. December 1952-March 1953 », 29 janvier, BAC, p. 23.

33Après avoir publié Le visage de l’Arctique, Harrington a fait un dernier voyage dans l’Arctique, relaté dans un journal inédit, « Igloolik Trip. December 1952 – March 1953 », conservé par BAC. Le but du voyage était Igloolik, un village comportant cinq édifices, dont un comptoir commercial de la CBH et une mission catholique romaine tenue par deux oblats, le père Jean-Marie Tréabol, de Brest, en Bretagne, et le père Robert Paradis, de Dolbeau, au Québec. Harrington visait Tréabol, qu’il décrit comme « naïvement et favorablement impressionné par [sa] présence ici ». Le prêtre traite Harrington avec beaucoup d’égards. Il lui donne le meilleur siège, et un verre de vin maison. Le photographe note que « [s] es petits yeux brillent de la finesse du paysan. En même temps, il [lui] fait un peu pitié, avec son aveuglement, sa petitesse, son intolérance »55. Contrairement au récalcitrant Learmonth, Tréabol lui rend service – il est un interprète enthousiaste des idées photogéniques. Le 29 janvier 1953, Harrington dresse la liste suivante : « Images de baptême, de messe et d’extrême onction avec Tréabol et l’Esquimau Ekuma (Flamme) et sa femme Erkalukjoak (Gros Poisson). Enfants baptisés : Richard Cotier. Mère, “Clara” Ahpa56. »

  • 57 « C’est par le Baptême que l’Église grandit », Pôle et Tropiques, avril 1954, p. 2.
  • 58 Clabaut, « Petites Chrétientés du grand nord », Pôle et Tropiques, avril 1954, p. 17-19.
  • 59 Richard Harrington, « Igloolik Trip. December 1952-March 1953 », Samedi 28 février?, BAC, p. 42.

34Certaines de ces images sont parues l’année suivante dans le numéro d’avril 1954 de Pôle et Tropiques, utilisées par les rédacteurs de deux façons différentes, qui nous paraissent maintenant typiques de la revue : pour symboliser et pour décrire. L’article de tête célèbre la fête de Pâques en rappelant au lecteur que l’Église grandit par le baptême57. L’image d’Harrington est la première de trois vignettes alignées pour représenter ce triomphe mondial. La mise en pages symbolise la chaîne de la rédemption – le paganisme s’écroule comme un jeu de dominos, du pôle aux tropiques. On peut toutefois localiser avec précision le lieu photographié par Harrington, car sa photographie de la messe — avec les mêmes personnes, dans le même cadre – figure dans un article sur la mission d’Igloolik : « Le père Tréabol, O.M.I., célèbre la messe sous un iglou58 » [figure 4]. Dans cette deuxième image, on comprend que le point de vue d’Harrington se situe au niveau du tabernacle ; il photographie par-dessus l’autel, depuis le point le plus sacré de la chapelle, celui de l’eucharistie. Il faut se souvenir qu’avant Vatican II, l’orientation du célébrant (le prêtre) était vers l’eucharistie ; pendant la majeure partie de la messe, il tournait le dos aux fidèles. Dans l’espace restreint de l’iglou-chapelle, le prêtre bloquait la vue des trois fidèles inuits. L’image serait meilleure si elle incluait le célébrant et les fidèles ; le père Tréabol contribue à réaliser cette idée en posant de profil, sur le côté. Cela n’a rien de spontané. Dans son journal d’Igloolik, Harrington révélera une partie de la planification de cette image, tandis qu’il observe les folles acrobaties d’une danse, présentée à Kabrivi, sur l’île Jens Munck (loin des missionnaires désapprobateurs) : « Ekuma, qui est venu avec nous, et que le père Tréabol avait choisi comme étant apte aux images de la “messe dans l’iglou”, était le plus fou ; il poussait des cris, se contorsionnait, racontait des histoires drôles (je présume), puisqu’il faisait rire tout le monde aux larmes59. » L’iglou-chapelle requérait d’autres genres de comportements. On voit Ekuma, absorbé dans la lecture de son missel, tandis que son épouse Erkalukjoak lève respectueusement les yeux vers le prêtre. On a apaisé l’enfant baptisé à l’aide d’une collation. En page deux de l’article, on rappelle au lecteur le fait que la chapelle a été construite sur un désert de neige, et les liens qui unissent le prêtre et le paroissien, tandis que le père Tréabol et un homme inuit dont le nom n’a pas été divulgué se toisent avec respect, tout en tenant les harnais de deux énormes huskys. La photographie témoigne d’un progrès pour l’Église, dans un contexte de tradition autochtone.

Figure 4. Richard Harrington. « Le père Tréabol, O.M.I., célèbre la messe sous un iglou ». Photographie illustrant l’article d’Armand Clabaut, « Petites Chrétientés du grand nord », Pôle et Tropiques, avril 1954, p. 17.

  • 60 L’attribution à Harrington accompagne également la photographie de deux hommes inuits qui plissent (...)
  • 61 Richard Harrington, « Igloolik Trip. December 1952-March 1953 », 15 février, BAC, p. 37. À noter q (...)
  • 62 L’établissement (ou le rétablissement) des noms des personnes représentées dans les photographies (...)
  • 63 Fonds Richard Harrington,BAC.<http://bit.ly/10XbdCw>

35Le travail d’Harrington à Igloolik avec le père Tréabol fut très productif pour Pôle et Tropiques. Il a été utilisé en avril 1955, pour accompagner le récit d’un missionnaire ayant frôlé la mort, et en avril 1957, pour illustrer la camaraderie entre le missionnaire et le converti dans un article sur le pensionnat de Chesterfield Inlet60. Il est possible que ces images proviennent d’une excursion d’Harrington avec le père Tréabol et un homme appelé Kalout, en direction d’une île voisine : « une petite mission est établie parmi les collines rocheuses, au-dessus de l’eau, avec une vue sur un univers inspirant par son dépouillement61. » En photographiant le prêtre et son guide en plongée, sur une saillie, il les place sur une scène arctique [figure 5]. Mais l’image beaucoup plus dramatique de l’extrême-onction par Harrington n’apparaît pas dans Pôle et Tropiques [figure 6]. Elle est conservée par BAC, nouvellement légendée par les aînés de Nunavut62 : « De gauche à droite : un prêtre catholique administre les derniers sacrements à Clira Apak. Iqalugjuaq est aussi présent (coin supérieur gauche de l’image). Clira Apak était l’épouse de Immaroitoq et la belle-sœur de Melanie Ipkarnak63. » On a peine à croire que la femme est mourante, tant elle fixe l’objectif d’Harrington. On lui a peut-être dit que la photographie, tout comme le sacrement, était un gage de vie éternelle. La légende est révélatrice sur un autre plan, car on a oublié le nom du prêtre, Tréabol – le seul nom donné dans Pôle et Tropiques –, à moins qu’il ait simplement été omis par l’informateur inuit.

Figure 5. Richard Harrington. Sans titre. Photographie illustrant l’article d’Armand Clabaut, « Affamés, guettant le caribou… », Pôle et Tropiques, avril 1955, p. 18-19.

Figure 6. Richard Harrington. Igloolik, T.N.-O. [Igloolik (Iglulik), Nunavut]. « De gauche à droite : un prêtre catholique administre les derniers sacrements à Clira Apak. Iqalugjuaq est aussi présent (coin supérieur gauche de l’image). Clira Apak était l’épouse de Immaroitoq et la belle-soeur de Melanie Ipkarnak. » Fonds Richard Harrington, Bibliothèque et Archives Canada.

  • 64 Richard Harrington, « Igloolik Trip. December 1952-March 1953 », p. 46.

36Durant ses expéditions photographiques dans le Nord, Harrington était sans cesse conscient des forces contraires qui tuaient, littéralement parfois, le peuple autochtone dont il tentait de préserver photographiquement le passage sur cette terre et les coutumes. À notre époque, l’honneur des missions catholiques du Nord a été souillé sans retour par des révélations d’abus sexuels – Harrington mentionne ces rumeurs dans son journal de voyage à Igloolik64 –, mais avant que les allégations se répandent dans le Sud et soient prouvées, Harrington a dénigré l’union de Dieu et de Mammon dans le Nord, tout en sacrifiant ses images aux deux.

37Parce qu’elles ont satisfait sa propre curiosité et qu’elles ont servi les besoins photographiques de plusieurs partis intéressés, les images d’Harrington ont parcouru le monde avec des objectifs sans cesse renouvelés, ravivées par de nouveaux contextes, de nouvelles attentes de la part des consommateurs, et de nouvelles significations. Je m’intéresse tout particulièrement aux liens entre ces circuits, d’autant plus que Pôle et Tropiques offre une surprenante alternative aux habituels suspects de la théorie de la culture lorsqu’il s’agit de corruption capitaliste et de fausse conscience politique ; ou plutôt, la revue peut être perçue comme une manifestation de l’alliance impie entre le complexe militaro-industriel et les enseignements de l’Église catholique romaine. Paradoxalement, c’est en voyant la jonction de ces fonctions images multipliées, puisqu’il n’avait jamais été prévu qu’elles soient vues, qu’il est possible de mieux saisir les conditions locales de la production et les dimensions mondiales du produit.

Confession d’une historienne

  • 65 « Rennes 1960 », Pôle et Tropiques, décembre 1960, p. 196.

Pour beaucoup cette vision de l’Église en marche fut une révélation et une découverte 65 .

  • 66 Martha Langford, « A Short History of Photography in Canada, 1900 – 2000 », dans Anne Whitelaw, Br (...)
  • 67 Cette liste de magazines est tirée de « Exhibitions, Awards, and Honors », dans Richard Harrington(...)

38En tant qu’historienne de la photographie canadienne, et élevée dans la foi catholique par surcroît, l’inscription de la technologie photographique dans le travail missionnaire de l’Église catholique romaine, comme elle se manifeste dans les pages de Pôle et Tropiques, a été pour moi « une révélation et une découverte », notamment parce que cela se dissimule dans l’œuvre d’Harrington, un corpus qui fait partie du canon canadien66. Aucune notice biographique sur Richard Harrington ne manque de mentionner le choix de son travail pour l’exposition The Family of Man, ou son utilisation par les grands magazines illustrés, tels que LIFE, Look, National Geographic, Paris Match, Der Stern et Parade67. Ses propres mémoires, Le visage de l’Arctique, renferment plusieurs mentions de revues et de journaux canadiens, dont The Beaver. Mais Pôle et Tropiques, qui a présenté deux fois des œuvres d’Harrington en couverture, et publié plusieurs articles illustrés de ses images, a été passée sous silence. Sa découverte a été purement accidentelle.

  • 68 Martha Langford et John Langford, A Cold War Tourist and His Camera, Montréal, McGill-Queen’s Univ (...)
  • 69 Le numéro de janvier-février 1963 de Pôle et Tropiques est consacré à la présence et à la propagan (...)

39En 2009, le politologue John Langford et moi travaillions à la préparation d’un ouvrage sur les diapositives prises par notre père, Warren Langford, pendant sa formation au Collège de défense nationale du Canada68. Au cours de ce programme d’une année, notre père a beaucoup voyagé parmi les installations militaires et les points névralgiques de la diplomatie en Amérique du Nord, en Afrique et en Europe. John Langford a retrouvé une carte postale que notre père lui avait envoyée de Port Churchill, Manitoba, en janvier 1963. L’image de deux personnes, un adulte et un enfant, portant la légende « Missionnaire en voyage sur sa traine a chiens », était attribuée à « Harrigton » et publiée par « Pôle et Tropiques, Lyon ». Ces bribes d’information m’ont conduite au magazine, dont la diffusion régulière d’images et de textes illustres sur le Nord canadien m’a d’abord paru disproportionnée, puis s’est vue réduite à un petit fragment d’une réalité beaucoup plus vaste, formée par l’Église catholique romaine et les autres institutions missionnaires a travers le monde. Les Églises étaient fières de leurs utilisations de la technologie. Le numéro de janvier 1963 de Pôle et Tropiques renferme un article intitule « La Presse d’information au Canada », une vue d’ensemble des activités d’édition des oblats au Canada, incluant un quotidien, Le Devoir, deux journaux hebdomadaires francophones et deux journaux hebdomadaires anglophones, de même que les presses oblates qui font paraitre des magazines spécialisés, des collections d’ouvrages et des publications commémoratives. Dans le même numéro, une enquête sur l’utilisation par l’Église de la radio et du cinéma répond aux instructions de Pie XI en date de 1938 : « Que la propagande missionnaire se fasse par la radio et le film69. »

  • 70 Walter Benjamin, « Sur le concept d’histoire », trad. Maurice de Gandillac revue par Pierre Rusch, (...)

40En tant qu’historienne de la culture, je suis peut-être davantage touchée par cette citation de Walter Benjamin : « Car c’est une image irrécupérable du passe qui risque de s’évanouir avec chaque présent qui ne s’est pas reconnu vise par elle70. » Et je m’accuse d’être arrivée si tard au bal. La consolidation du canon a trop longtemps été une préoccupation de notre domaine, au détriment des photographies nomades et de leur production d’une expérience photographique. Il n’y a rien, dans la vie d’Harrington en tant que photographe professionnel et artiste, qui l’aurait préparé à la fascination actuelle exercée par l’expérience photographique au quotidien, telle que représentée alors par les cartes postales et les revues missionnaires, mais ces dernières sont précisément les matériaux qu’il nous faut considérer pour comprendre le véritable impact de sa production arctique, qui servait plusieurs maitres en leur fournissant des symboles et des preuves. Le pouvoir de ces images résidait dans leur diffusion au sein de circuits aux dimensions incalculables. Il n’était pas nécessaire de les voir pour y croire ; renforcée par la technologie et mobilisée par la foi, la preuve photographique pouvait être propagée par le Verbe. C’est à travers ce portail que nous pouvons commencer à élaborer une critique de l’utilisation de ces images photographiques qui visaient la construction d’une vision universaliste et d’un programme supranational : des images dont la diffusion mondiale a entraîné, localement, la ruine de plusieurs contrées et de leurs habitants.

Notes

1 Le fonds Richard Harrington, détenu par Bibliothèque et Archives Canada (BAC), comprend cinq journaux rédigés par Richard Harrington lors de ses expéditions photographiques dans l’Arctique canadien : « Port Harrison Trip or Eastern Arctic Trip. Winter 1948 »; « Journal of Coppermine Trip. 1949 »; « Padlei Trip. January-April 1950 »; « Spence Bay Trip. April-August 1951 » et « Igloolik Trip. December 1952-March 1953 ». La citation provient de « Rennes 1960 », Pôle et Tropiques, décembre 1960, p. 196.

2 Albert Juillé et Yves Plumey, « Vers le cœur de l’Afrique », Pôle et Tropiques, janvier 1947, p. 12-17.

3 Peter Geller, « The “True North” in Pictures? Photographic Representation in the Hudson’s Bay Company’s The Beaver Magazine, 1920-45 », Archivaria, no 36, automne 1993, p. 166-188.

4 « Pôle et Tropiques », Pôle et Tropiques, janvier 1947, p. 2.

5 Jean Philippe OMI, « INNOUKTOUT OKARPIT (Parlez-vous Esquimau ?) », Pôle et Tropiques, mars 1947, p. 31-32 ; « Nouvelles : Les Esquimaux de la Baie d’Hudson liront l’Évangile en langue esquimaude », Pôle et Tropiques, mars 1947, p. 38.

6 R.P. Jean Donze OMI, « Esclave ou libre ? », Pôle et Tropiques, mars 1947, p. 28-30.

7 Ibid., p. 30. En réalité, le projet a été complété à la fin des années 1860, après l’abandon du projet du Collins Overland Telegraph, qui a fourni les câbles de fer mentionnés par le père Donze sans aucune explication. Voir <http://bit.ly/p4qFva>

8 Peter C. Kent, The Lonely Cold War of Pope Pius XII : The Roman Catholic Church and the Division of Europe, 1943-1950, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2002, p. 204.

9 Armand Clabaut OMI, « Du Paganisme au Christianisme », Pôle et Tropiques, avril 1947, p. 48-52.

10 Cette image, fortement recadrée, avait été publiée un mois plus tôt dans The Beaver, pour illustrer les recherches menées en 1849-1850 pour retrouver les membres manquants de l’expédition Franklin : « L’oumiak était le bateau des femmes esquimaudes, utilisé pour le transport plutôt que pour la chasse. » Voir W.J.S. Pullen, « Pullen in Search of Franklin », The Beaver, mars 1947, p. 40-43.

11 Armand Clabaut, « Du Paganisme au Christianisme », loc. cit., p. 51.

12 R.P. Jean Philippe OMI, « Ces Femmes au grand cœur », Pôle et Tropiques, 15 octobre 1947, p. 125-128.

13 Aimé Roche OMI, « Partir ! », Pôle et Tropiques, juillet 1947, p. 83-85.

14 Étienne Danielo OMI, « Dans le grand silence noir et blanc », Pôle et Tropiques, juillet 1947, p. 86-89 ; Hermann Bücking OMI, « Avec les Aakuambi de l’Ovamboland », Pôle et Tropiques, juillet 1947, p. 90-94.

15 « Du Pôle aux Tropiques : L’Obstacle du Communisme », Pôle et Tropiques, décembre 1960, p. 198.

16 La coutume d’attribuer une image à l’agence plutôt qu’à l’individu est expliquée par Michel Frizot et Cédric de Veigy dans Vu, le magazine photographique 1928-1940, Paris, La Martinière, 2009, p. 14-15.

17 Les images de Flizot paraissent dans le numéro de janvier/février 1948 (p. 13-16). P. Flizot, « Les éléphants des régions du Nord Cameroun et de la Bénoué », Mammalia, no 4, 1948, p. 148-151.

18 A.R. (Aimé Roche ?), « Les Oblats au Japon », Pôle et Tropiques, mars 1948, p. 30-31.

19 Alice E. Horner, « Tourist Arts in Africa before Tourism », Annals of Tourism Research, no 20, 1993, p. 52-63.

20 Les images de Busse lui sont attribuées dans les numéros de février 1955 (p. 7) et février 1959 (p. 8-9). Jessica Klinkenberg, « Archivists rediscover renowned Yellowknife Photographer », Northern News Service, 31 octobre 2007. <http://bit.ly/11i83ei>

21 Richard Harrington et Lyn Harrington, « Madonna of the Peace », The Beaver, juin 1950, p. 25.

22 Couverture, Pôle et Tropiques, février 1955.

23 L’attribution à la CBH revient très souvent dans Pôle et Tropiques, accompagnée du nom du photographe. Des photographies de Max Sauer Jr., identifié par Peter Geller comme étant le premier photographe professionnel à qui The Beaver aurait commandé des images (une pratique ayant débuté dans les années 1930), sont publiées dans le numéro de juin 1950 de Pôle et Tropiques (p. 12-13). Voir Peter Geller, op. cit., p. 174.

24 Julien Cochard OMI, « Les Esquimaux », Pôle et Tropiques, mars 1948, p. 32-36 ; la citation est en p. 32.

25 Ibid., p. 35.

26 Guy Mary-Rousselière, missionnaire oblat d’origine française et anthropologue formé au Canada, était également un cinéaste ethnographique, le rédacteur de la revue Eskimo et un collaborateur du National Geographic. Voir Bryan C. Gordon, « Father Guy Mary-Rousselière (1913-1994) », Arctic, vol. 47, no 3, septembre 1994, p. 318.

27 M. Le Berre, « Pauvres du Christ », Pôle et Tropiques, décembre 1949, p. 174-175.

28 Peter C. Kent, op. cit., p. 5-6, 239.

29 Pôle et Tropiques, février 1950, p. 2-3.

30 Pôle et Tropiques, février 1950, p. 28.

31 Clabaut, « Notre-Dame des Neiges. Reine de l’Arctique », Pôle et Tropiques, juillet 1949, p. 75-78. Conception de la madone dessinée par M. Moutillet.

32 Pôle et Tropiques, juillet 1949, p. 78.

33 Richard, Harrington, Le visage de l’Arctique, trad. Dominique Guillet, Paris, Albin Michel, 1957, p. 142-143.

34 Richard Harrington, « Spence Bay Trip. April-August 1951 », BAC, p. 29.

35 Kevin Salemme, « Chasing Shadows : Steichen’s Dream of the Universal », History of Photography, vol. 29, no 4, hiver 2005, p. 373.

36 John Goddard cite Lorraine Monk, réalisatrice de Richard Harrington. The Incredible Journeys: Photographs from the Canadian Far North : 1949-1952, Toronto, Ontario, 1987, dans « A Picture and a Thousand Words », Toronto Star, 27 février 2005, D2. Harrington désigne les autochtones comme des « païens » dans « Caribou Change Route, 300 Eskimos Face Starvation », Toronto Daily Star, 11 avril 1950, p. 36.

37 Richard Harrington, Richard Harrington : Canadian Photographer, Edmonds, Alaska Northwest Publishing, 1998, p. xvi.

38 Richard Harrington, « Trapline to Trading Post : A Fur Trader Picture Story », The Beaver, décembre 1948, p. 16-29.

39 Richard Harrington (photos) et Douglas Leechman (reportage), « Caribou for Chipewyans » et Leechman, « The Pointed Skins », The Beaver, mars 1948, p. 12-13, 14-18.

40 Alice M. Johnson, « Ambassadress of Peace », The Beaver, décembre 1952, p. 42-45; illustration, p. 43.

41 Voir Richard Harrington, « Reader Interest at Igloolik », The Beaver, juin 1953, table des matières. Il s’agit d’une photographie de deux hommes inuits qui regardent, captivés, la double page d’une revue.

42 Richard Harrington, Le visage de l’Arctique, op. cit., p. 262-263. Voir également Richard Harrington, « Spence Bay Trip. April-August 1951 », op. cit., p. 18.

43 J.E. Beaudet OMI, « I am in Love with Dogs », The Beaver, mars 1949, p. 36-37. Les photographies sont de Richard Harrington.

44 Richard Harrington, The Inuit, op. cit., p. 11.

45 Attribuée par erreur à Jean « Michal », Pôle et Tropiques, décembre 1950, n. p.

46 Pôle et Tropiques, décembre 1950, n. p.

47 Le journal d’Harrington est rempli d’amertume à propos de ce rejet : « Spence Bay Trip. April-August 1951 », BAC, p. 4.

48 De Poncins finit par s’imposer comme photographe officiel de la mission de Pelly Bay. Voir « Débuts d’une chrétienté au pôle nord », Pôle et Tropiques, juin 1963, p. 141-144. Le père Guy Mary-Rousselière et l’Office national du film continuent également d’être des fournisseurs réguliers.

49 Harrington laisse entendre que le père Vandevelde vient d’une famille privilégiée ou, à tout le moins, possédante. Ses observations sont agacées : « Comme plusieurs de sa classe, il s’amuse à développer et à imprimer des photos, dans des conditions primitives, et les résultats s’en ressentent. Mais les autochtones et lui sont heureux. » Voir Richard Harrington, « Spence Bay Trip. April-August 1951 », op. cit., p. 16.

50 Richard Harrington (portraits extérieurs) et James Houston (dessins), « The Cheerful Eskimo », The Beaver, mars 1952, p. 7-15 ; le portrait de l’homme aux mains jointes porte la légende « Nechilik old-timer » (Ancien de Nechilik), p. 11.

51 Richard Harrington, The Face of the Arctic¸ op. cit., p. 338 (La photographie est à la suite de la page 152 dans l’édition londonienne).

52 Richard Harrington, « Spence Bay Trip. April-August 1951 », op. cit., p. 13.

53 Ibid., p. 35.

54 Ibid. On peut lire une version atténuée de cette plainte dans Le visage de l’Arctique, p. 294.

55 Richard Harrington, « Igloolik Trip. December 1952-March 1953 », 2 février, BAC, p. 24.

56 Richard Harrington, « Igloolik Trip. December 1952-March 1953 », 29 janvier, BAC, p. 23.

57 « C’est par le Baptême que l’Église grandit », Pôle et Tropiques, avril 1954, p. 2.

58 Clabaut, « Petites Chrétientés du grand nord », Pôle et Tropiques, avril 1954, p. 17-19.

59 Richard Harrington, « Igloolik Trip. December 1952-March 1953 », Samedi 28 février?, BAC, p. 42.

60 L’attribution à Harrington accompagne également la photographie de deux hommes inuits qui plissent les yeux à cause du soleil, publiée dans le numéro d’août-septembre 1954 de Pôle et Tropiques, August/September 1954, et dont la légende indique qu’ils accueillent un nouveau missionnaire. Les journaux d’Harrington ne relatent pas ce fait, mais ceci n’est pas concluant.

61 Richard Harrington, « Igloolik Trip. December 1952-March 1953 », 15 février, BAC, p. 37. À noter qu’entre les séances avec le prêtre, Harrington a photographié le chasseur Kalout à l’œuvre et rédigé un reportage à son sujet.

62 L’établissement (ou le rétablissement) des noms des personnes représentées dans les photographies d’Harrington est le fruit d’un projet collaboratif, toujours en cours, entre les jeunes Inuits et leurs aînés, Un visage, un nom. Voir <http://bit.ly/17CceUW>

63 Fonds Richard Harrington,BAC.<http://bit.ly/10XbdCw>

64 Richard Harrington, « Igloolik Trip. December 1952-March 1953 », p. 46.

65 « Rennes 1960 », Pôle et Tropiques, décembre 1960, p. 196.

66 Martha Langford, « A Short History of Photography in Canada, 1900 – 2000 », dans Anne Whitelaw, Brian Foss et Sandra Paikowsky (dir.), The Visual Arts in Canada : The Twentieth Century, Don Mills, Oxford University Press, 2010, p. 279-311.

67 Cette liste de magazines est tirée de « Exhibitions, Awards, and Honors », dans Richard Harrington: Canadian Photographer, Edmonds, Alaska Northwest Publishing Company, 1998, p. xiv.

68 Martha Langford et John Langford, A Cold War Tourist and His Camera, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2011.

69 Le numéro de janvier-février 1963 de Pôle et Tropiques est consacré à la présence et à la propagande missionnaire des oblats à travers le monde, incluant le Canada. Le pape Pie XI est cite en page 30.

70 Walter Benjamin, « Sur le concept d’histoire », trad. Maurice de Gandillac revue par Pierre Rusch, Œuvres III, Paris, Gallimard, 2000, p. 430.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Richard Harrington. « Le Père Franz Van de Velde, un fils de la Flandre belge. Son nom esquimau : Vitipik ». Pôle et Tropiques, avril 1952, couverture.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7097/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Figure 2. Gouvernement canadien. « L’oumiak : canot de famille entièrement fait avec des peaux de phoque, en usage chez les Esquimaux ». Photographie illustrant l’article d’Armand Clabaut OMI, « Du Paganisme au Christianisme », Pôle et Tropiques, avril 1947, p. 50-51.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7097/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Figure 3. Richard Harrington, aimablement communiqué par Le Beaver, H.B.C., Winnipeg. Sans titre. Pôle et Tropiques, février 1955, couverture.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7097/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Figure 4. Richard Harrington. « Le père Tréabol, O.M.I., célèbre la messe sous un iglou ». Photographie illustrant l’article d’Armand Clabaut, « Petites Chrétientés du grand nord », Pôle et Tropiques, avril 1954, p. 17.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7097/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Figure 5. Richard Harrington. Sans titre. Photographie illustrant l’article d’Armand Clabaut, « Affamés, guettant le caribou… », Pôle et Tropiques, avril 1955, p. 18-19.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7097/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Figure 6. Richard Harrington. Igloolik, T.N.-O. [Igloolik (Iglulik), Nunavut]. « De gauche à droite : un prêtre catholique administre les derniers sacrements à Clira Apak. Iqalugjuaq est aussi présent (coin supérieur gauche de l’image). Clira Apak était l’épouse de Immaroitoq et la belle-soeur de Melanie Ipkarnak. » Fonds Richard Harrington, Bibliothèque et Archives Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7097/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

Auteur

Titulaire de la chaire de recherche et directrice de l’Institut de recherche en art canadien Gail et Stephen A. Jarislowsky, rédactrice en chef du Journal of Canadian Art History / Annales d’histoire de l’art canadien et professeure au Département d’histoire de l’art de l’Université Concordia. Ses recherches portent sur l’histoire et la théorie photographique.

Denis Lessard (Traducteur)

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search