Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Deux drames de M. Ernest Choquette. Madeleine — La Bouée1

Texte intégral

  • 1 « Deux drames de M. Ernest Choquette — Madeleine La Bouée », Le Canada, 2 décembre 1927, p. 4; Gl (...)
  • 2 Drame de Louis Fréchette inspiré des événements de la Rébellion de 1838 et présenté, en 1862, sous (...)

1S’il est une province littéraire qui soit restée inculte chez nous, c’est bien celle de l’art dramatique. Est-ce la vie quasi-monastique où notre peuple s’est longtemps enclos qui nous a tenus étrangers aux pompes séductrices du théâtre ? Est-ce l’absence de contact avec les crises morales, les remous sociaux qui agitent le reste du monde ? Est-ce notre défiance envers les idées neuves et les passions ardentes qui fournissent des sujets au drame ? En fait, malgré des tentatives louables et quelques demi-réussites, aucune œuvre scénique n’a encore révélé chez nous le talent mûri et complet. La comédie elle-même, où nous étions plus libres, où nous puisions au fond de notre humour native, n’a pas rompu la ligne moyenne : nous en sommes restés, peut-on dire, à Félix Poutre2. Il faut donc suivre avec intérêt et encourager de bon cœur ceux de nos écrivains qui tentent l’aventure dramatique ; il faut aussi bien se garder de leur dissimuler leurs fautes. Peut-être une trop bénigne critique a-t-elle contribué à l’infériorité présente, a-t-elle donné à nos efforts une direction fausse ? Le niveau se relèvera quand le goût public affiné exigera plus de perfection, rappellera sans cesse à nos dramaturges les lois essentielles de leur art.

  • 3 Ernest Choquette, Madeleine, pièce en cinq actes ; La Bouée, pièce en quatre actes et un prologue, (...)

2M. Ernest Choquette, déjà connu par plusieurs romans méritoires, nous offre dans un récent volume3 deux essais dramatiques qui valent d’être pris au sérieux. Madeleine est tiré de sa première œuvre, Les Ribaud, et encadre dans un épisode historique la tragédie intime de deux cœurs séparés par une lutte de races. La Bouée présente le problème d’un amour en conflit avec un douloureux secret qui semble le condamner d’avance et dont pourtant il triomphe par l’héroïsme. Dans l’un et l’autre, les faits, les personnages, évoluent dans l’atmosphère de notre pays, décrivent le jeu des sentiments et des actes chez des âmes canadiennes. Ils n’ont pourtant rien d’étroitement local, et expriment des données générales et humaines : ce qui est, en passant, le régionalisme qu’il nous faut.

3L’action de Madeleine se passe dans un milieu de patriotes au temps de la révolte populaire de 1837. Chambly fut, on le sait, un des foyers de cette insurrection généreuse et folle. C’est là que le docteur Ribaud et quelques-uns de ses amis caressent le rêve secret de « bouter » l’Anglais conquérant hors de la France Nouvelle. Le docteur se souvient que son père est mort en les combattant, et ambitionne de le venger. Il a lui-même un fils qui partage ses espoirs avec plus de flamme encore et moins de prudence. Quant à Madeleine, sa fille, elle ne suit que de loin les effervescences politiques ; tout son souci est d’être belle, d’aimer tendrement sa famille, et d’aspirer vaguement à quelque autre et plus vif amour. Le drame s’ouvre dans l’auberge de « La Huronne », où fréquentent les soldats du fort aussi bien que les habitants du lieu. Le jeune Gabriel Ribaud s’y rencontre avec des amis ; on y discute les menaces présentes ; incidemment on conte fleurette à la jolie cabaretière. Quand une bande de soldats anglais fait irruption dans la même salle, l’air se charge aussitôt, une dispute est vite soulevée. Le lieutenant Henshaw, à qui Gabriel lance un verre à la face, provoque celui-ci en duel, et, séance tenante, le tue. Le capitaine Percival Smith et le docteur Ribaud accourent au même instant, mais trop tard, l’un pour empêcher la fatale rencontre, l’autre pour sauver la vie à son fils, deuxième victime d’une balle anglaise parmi les siens ; et le premier acte se clôt sur un serment de haine vengeresse.

4Le deuxième dévoile un secret qui noue à l’instant l’intrigue du drame. Madeleine, à qui on a caché la cause de la mort de son frère, et qui se fie aux apparences de paix entre les deux races, s’est éprise de Percival Smith, l’officier britannique, qui à son tour l’aime passionnément. Ils échangent des bouquets, ils ont des rendez-vous à l’insu de tous. Le docteur Ribaud, cependant, est tout entier à sa vengeance. Sa maison est devenue le rendez-vous des conspirateurs politiques. Le curé Michaudin lui-même y encourage les rebelles et regrette seulement, par un scrupule professionnel, de ne pouvoir les bénir. C’est de la suspension créée par des sentiments si contraires, et des incidents qu’ils suscitent, que naît l’intérêt du second acte.

5Dans le troisième et le quatrième, c’est la lutte déclarée. Le docteur a appris l’amour de Madeleine pour l’Anglais Percival et sa haine contre lui s’en est doublée. Madeleine, d’autre part, sait qu’elle aime un ennemi de sa race, à la veille de s’armer contre les siens ; car la révolte s’étend, se précipite ; l’engagement de Saint-Denis a déjà eu lieu, et l’on projette l’attaque prochaine de la garnison de Chambly. Nous voici arrivés au centre intime de toute l’action ; ce sera le conflit, cent fois retracé mais toujours riche en effets tragiques, de l’amour et du devoir, une variante nouvelle du Cid. Que fera Madeleine dans sa poignante incertitude ? Choisira-t-elle la voie brûlante de la passion ou les cimes froides du renoncement ? Elle se livre d’abord à une douleur désespérée ; elle essaie la prière, qui ne lui montre qu’un dur chemin ; son âme de Canadienne et de fille lui crie bien haut : « Arrière l’Anglais ! » ; — il lui semble impossible de sauver le doux rêve qui, malgré elle, la tient encore. Elle annonce enfin sa résolution, l’héroïque, au prêtre qu’elle a mis dans son secret. Celui-ci lui apprend alors le vrai sort de son frère, qui devrait l’affirmer dans son sacrifice ; mais, par une volte-face bien inattendue, il lui déclare qu’elle doit obéir à son amour, rester fidèle à Percival en dépit de tout. L’amour prime tout, assure-t-il, il le comprend, il a eu vingt ans lui-même ! Encore sous l’heureux ahurissement dans lequel ce conseil la laisse, et sachant que les troupes hostiles vont se choquer dès le lendemain, elle se décide à tenter un effort suprême. Elle va trouver Percival Smith et, au nom de leur mutuelle tendresse, le conjure de s’abstenir au moins dans le combat qui se prépare. Le jeune officier, à son tour, connaît un angoissant problème. Ses obligations de soldat lui permettent-elles un tel compromis ? Il refuse d’abord, puis hésite ; il cède enfin jusqu’à promettre d’éviter, s’il le peut, toute part directe dans le sang qui sera versé. Les deux jeunes gens, toutefois, se jurent, quoi qu’il arrive, « malgré le sang », malgré la mort, une foi éternelle. À peine se sont-ils séparés que l’absurdité de son pacte éclate aux yeux de Percival ; son grand ami Archie Lowell lui en montre même le déshonneur : le voici replongé dans son doute terrible. Un seul moyen lui reste, déclare-t-il enfin : il conduira sa compagnie au feu, mais se laissera tuer sans combattre.

6Entre cet acte et le dernier, l’escarmouche de Saint-Charles a mis aux prises Anglais et rebelles. Le docteur Ribaud s’était réservé pour lui-même de « tomber » le capitaine Smith ; il l’a, croit-il, atteint en pleine poitrine, à la tête de son escouade. La victoire, cependant, est restée indécise, et les Anglais reviennent ; ils vont défiler dans le village. Madeleine, qui ignore la catastrophe, s’attend à revoir Percival sain et sauf, et guette anxieusement son passage. Quand le dernier rang disparaît sans lui montrer celui qu’elle aime, elle jette un grand cri et s’affaisse. Le curé Michaudin arrache alors au vieux docteur l’aveu de son action cruelle. Au moment qu’il la lui reproche, un fait surprenant se produit : Percival lui-même apparaît et se jette dans les bras de sa bien-aimée. Quelle est la clef de ce miracle ? La voici : Archie Lowell, l’héroïque ami, a voulu sauver Percival : il a obtenu l’ordre supérieur de conduire la troupe à sa place ; c’est lui qui est tombé, non l’autre, sous la balle du docteur Ribaud. Instantanément, tout le monde est heureux : l’Anglais serre la main au rebelle qui sur-le-champ lui donne sa fille ; le curé les bénit, et le dernier rideau tombe au bruit des baisers sur une scène d’idylle.

7Réduit à ces linéaments, le drame de M. Choquette montre déjà ses points justes et ses traits douteux, et en fait se critique lui-même. Le sujet en est émouvant, humain, avec une touche d’intérêt historique. L’intrigue s’y développe en gradations bien étagées, en crescendo classique vers l’éclat final. L’action y est leste et rapide, libre d’embarras et de longueurs. Les personnages s’y meuvent avec l’allure d’être vivants, non comme d’automatiques poupées. Autant d’éléments reconnus du drame bien conçu et bien bâti. Mais y trouve-t-on au même degré ces autres lignes essentielles : la logique des situations, la vérité des caractères, la justesse, au moins la plausibilité de la thèse ? Qu’une jeune fille canadienne, même en temps de révolte, s’éprenne d’un officier anglais, cela certes n’a rien d’impossible ; que cet amour persiste en dépit des objurgations sévères et des dictées patriotiques, cela s’est vu. Mais que cette fille croie pouvoir demander à un soldat le sacrifice de son devoir certain, cela frise la faiblesse morale et blesse la beauté artistique ; que ce soldat, réputé loyal, se laisse arracher une promesse qui est une demi-trahison, cela est à la fois improbable et répugnant ; que les scrupules de Madeleine soient combattus par celui même qui devrait les encourager, c’est pour le moins étrange ; — qu’Archibald soit sauvé parce qu’au dernier moment, par pure raison sentimentale, un porte-drapeau prend le commandement de sa troupe, c’est une substitution inouïe, sans exemple dans les fastes militaires ; — que, six heures après la bataille, l’épargné se présente sans gêne dans la maison de l’homme qui s’imagine l’avoir tué, et qui a tué son meilleur ami, réclamant la main de sa fille, c’est plus étonnant que nature ; — mais qu’il y soit conduit par cet ennemi même, lequel, passant sans transition d’une haine féroce à un empressement de beau-père, le jette d’emblée dans les bras de son enfant, cela rompt tous les fils logiques et nous jette en pleine chimère.

8La situation créée par ce dénouement reste d’ailleurs fausse et absurde ; car la révolte armée continue autour de Chambly ; les adversaires d’hier seront ceux de demain ; le docteur Ribaud, l’insurgé, le meurtrier d’Archie Lowell, est passible de la cour martiale ; le capitaine Smith pourra être l’un de ses juges, et, pour rester honnête, devra le condamner à être pendu. On voit quels nouveaux drames s’amoncellent pour les jeunes époux, et comme celui-ci eût pu s’allonger d’une demi-douzaine d’autres actes.

9Empêtrés dans cette trame boiteuse, le docteur Ribaud, le curé Michaudin, Archibald, Madeleine elle-même, sont des personnages incertains et vacillants. On conçoit assez la rancune de Ribaud contre les Anglais, mais puisqu’elle a d’excellentes raisons, elle devrait être plus tenace. Le curé Michaudin pose d’abord en fier patriote, n’ayant que sa soutane entre lui et le sac à balles : quelle surprise de l’entendre prêcher le droit suprême, international de l’amour ! Archibald est un honnête homme, mais cesse presque de l’être au moment critique. Madeleine n’a pas tort d’écouter son cœur, mais elle l’écoute trop quand elle jure d’être à Smith « malgré le sang versé », qui sera peut-être celui de son père. Ajoutons qu’un comparse, Pitre Lajoie, traverse la scène à point nommé, chantant des rimes françaises où il raille et insulte tout ce qui est français : lui aussi manque de proportion et dépasse la canaillerie probable.

  • 4 Henri Barbusse (1874-1935), auteur d’un récit de guerre dans le style naturaliste, Le Feu, qui lui (...)

10En somme, quelle idée se dégage, quelle morale surgit de ce drame ? Ce ne peut être que celle-ci : tout cède aux exigences du cœur. Quand un grand amour est en jeu, il n’y a pas de famille, de parti, de patrie qui tienne. Et ce thème, vrai ou faux, peut, aussi bien qu’un autre, devenir matière d’un beau drame, puisque c’est celui même de Roméo et Juliette ; mais il faut en ce cas qu’il soit présenté franchement, poussé à ses conséquences dernières ; — soit que l’auteur attaque de front les préjugés traditionnels, comme le ferait Barbusse ou Brieux4 ; soit que les héros y soient mus par une passion maîtresse, emportée, aveuglante, y paraissent les jouets d’une fatalité invincible. Le paradoxe est alors sauvé par l’audace intellectuelle ou glorifié par l’émoi tragique. L’unique solution du problème est d’ailleurs le malheur, la catastrophe : c’est la seule conforme à la vie comme à l’esthétique. Ce n’est pas en un temps de guerre ouverte entre deux races que ces amours honnies peuvent trouver une issue à la fois raisonnable et douce. Le tort de M. Choquette a été de vouloir ménager, édulcorer, contenter à la fois le patriotisme et le sentiment, et donner à son drame un dénouement de comédie. Combien plus d’unité, de force eût, semble-t-il, gagné son œuvre s’il eût poursuivi ses prémisses dans leur évolution inévitable : Madeleine envoûtée, conquise, s’obstinant dans son fol amour, et le père Ribaud dans sa haine ; le prêtre terrifié, impuissant entre l’une et l’autre, mais repoussant le rôle de messager de Cupidon ; Archibald crâne et beau dans son désespoir, allant au combat comme à un suicide ; porté peut-être, blessé à mort, dans la maison même de Ribaud. Alors la grande scène où l’on pleure : l’amour se dévoilant, criant sa peine à ciel ouvert, et finalement pardonné, sublimisé par sa défaite. Ce dénouement eût déplu sans doute à un public gavé de friandises du cinéma, mais il eût ressemblé davantage à celui de Shakespeare.

11Malgré ce vice de construction, qu’on pourrait dire fondamental, le drame, il faut le constater, tient encore debout par plusieurs côtés solides : son intérêt, sa marche ferme, la vérité de ses détails et l’acuité de son émotion. L’auteur y témoigne d’un sens exercé du théâtre, d’une belle dextérité à façonner l’argile scénique. La scène de l’auberge au début est bien campée et pittoresque ; celle qui précède le fatal duel, excitante et vive ; celle où Gaston tire de Madeleine le secret de son cœur épris, habile et nuancée. Plusieurs rôles secondaires sont tracés sans une ligne douteuse. Ce qui vaut mieux encore, le dialogue est presque partout naturel, spontané, concis, avec juste le piquant et le factice réclamés par la convention théâtrale. Et c’est certes beaucoup que d’avoir saisi sur le vif le style, le langage de la scène, cette chose élusive, d’avoir fait de ces personnages autre chose que des boîtes à rengaines et à lieux communs. Bref, si Madeleine n’est pas un chef-d’œuvre, ce n’est pas non plus une totale faillite, et il faut reconnaître à M. Choquette une dose de talent et de métier jusqu’ici rare parmi les nôtres.

12De la seconde pièce, La Bouée, je ne dirai qu’un mot, c’est qu’elle échappe à la plupart des reproches signalés plus haut. Son sujet, comme l’autre, est intéressant ; sa structure, de plus, est logique et ne pèche contre aucune réalité. Ainsi, elle est plus parfaite que Madeleine tout en étant un peu moins brillante. Elle sonne le rappel à la terre pour les fils oublieux qui la délaissent, et entrelace à cette leçon l’histoire d’un amour entravé par les suites d’une erreur tragique. On peut trouver que le docteur Verneuil est un traître à l’âme bien noire ; mais, hors lui, tous les personnages se tiennent proche de la nature ; et puis, que deviendraient la plupart des drames sans ce rouage vital : le méchant ?

13Si j’ai choisi pour l’analyser plus à fond la moitié de l’œuvre dont on peut surtout médire, ce n’est nullement pour en amoindrir la valeur totale : c’est dans l’espoir de rendre un meilleur service. Le public est porté à admirer en gros ; il faut l’aider à distinguer et à peser. L’auteur même peut, d’une critique grincheuse, tirer des notes utiles sur quelque faute insoupçonnée ; quant à ses qualités, il les découvre assez lui-même, car, d’après la maxime célèbre, quelque bien que l’on dise de nous, on ne nous apprend rien de nouveau.

Notes de fin

1 « Deux drames de M. Ernest Choquette — Madeleine La Bouée », Le Canada, 2 décembre 1927, p. 4; Gloses critiques, 1.1, p. 127-138.

2 Drame de Louis Fréchette inspiré des événements de la Rébellion de 1838 et présenté, en 1862, sous le titre Félix Poutre ou l’Échappé de la potence.

3 Ernest Choquette, Madeleine, pièce en cinq actes ; La Bouée, pièce en quatre actes et un prologue, Montréal, Librairie Dion, 1927, 172 p. Ernest Choquette (1862-1941) était un romancier dans la tradition du terroir : Les Ribaud (1898), Claude Paysan (1899), La Terre (1916). Sa pièce Madeleine, tirée des Ribaud, fut écrite en collaboration avec Charles ab der Halden.

4 Henri Barbusse (1874-1935), auteur d’un récit de guerre dans le style naturaliste, Le Feu, qui lui vaut le prix Concourt. Eugène Brieux (1858-1932), auteur de pièces à thèses sociales.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540