Version classiqueVersion mobile

Fabrications

 | 
Louis Hamelin

Confidences internautiques d’un ancien policier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

J’ai bien aimé ta conférence, mais il faudrait améliorer tes connaissances de la pensée et philosophie [sic] des corps policiers1.

Pour certains policiers, c’est frustrant et déshonorant de ne pas connaître ceux qui commettent des crimes. Qu’à cela ne tienne, on n’a qu’à inciter des gens à commettre certains crimes, et ce, par la persuasion, agent double [sic], agent provocateur ou par intimidations ou menaces.

C’est la raison pourquoi c’est au Québec qu’on a eu le plus de crimes au Canada, soit par le nombre, la gravité et la qualité [sic].

À mon avis, cela a commencé dans les années 1955 [sic], alors que la GRC s’ennuyait de ne pas avoir d’enquêtes sur la fausse monnaie. Donc, on a préparé des dossiers et activé les crimes sur la fausse monnaie dans le but de décourager le monde d’être tenté d’en fabriquer, et si on était capable, on pourrait possiblement prouver que les mêmes plaquettes ont servi plus d’une fois à la commission de crimes sur la monnaie. Que veux-tu, c’est plate de n...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search