Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Miscellanées par Henri d’Arles1

Texte intégral

  • 1 « Miscellanées par Henri d’Arles », L’Avenir du Nord, 15 avril 1927, p. 1.
  • 2 Henri d’Arles, Miscellanées, Montréal, Éditions du Mercure, 1927, 210 p. Henri d’Arles (pseudonyme (...)
  • 3 Karl Wilhem Naundorff (1787-1845), célèbre aventurier prussien qui se fit passer pour le dauphin de (...)
  • 4 Louis Veuillot (1813-1883), journaliste et romancier catholique français qui fut mêlé à toutes sort (...)
  • 5 Journaliste surnommé « le père de la presse franco-américaine », Ferdinand Gagnon fonda et dirigea (...)

1Si jamais ouvrage a justifié son titre, c’est bien celui-ci2. Qu’on en juge : deux ou trois études historiques ; plusieurs souvenirs de voyage ; la nécrologie d’un évêque et celle d’un vicaire général ; une thèse sur le mysticisme d’Alfred de Musset ; une note sur le prétendant Naundorff3 ; la discussion philologique d’un néologisme ; des mémoires d’enfance ; des documents sur Lafayette ; des impressions d’art ; des réflexions sur Louis Veuillot4 et d’autres sur Ferdinand Gagnon5 ; des autographes de diverses célébrités, avec commentaires ; des appréciations critiques ; des fragments de carnet intime ; et enfin deux sermons. L’auteur, évidemment, a jeté là pêle-mêle toute une corbeille d’articles écrits en divers temps et lieux et que rien ne relie, pas même l’unité d’inspiration ou de matière. Il est fatal que tant de sujets, traités en moins de deux cents pages, ne soient guère creusés, ne reçoivent guère de lumière neuve. Ils passent comme des instantanés, amusant l’esprit un instant, laissant à peine un souvenir. On leur reconnaît une grâce légère, mais on se dit : comme c’est ténu, volatile et impondérable ! Où trouver là-dedans l’induction forte, l’enquête originale, la pensée personnelle, l’émotion puissante, ce qui fait qu’un livre laisse l’intelligence plus riche ? À part l’article sur Musset, qui dénote une certaine étude et prouve à peu près ce qu’il veut prouver, tout court sans s’arrêter, voltige à la surface des choses.

2Certains titres sont pleins de promesses et vont s’échouer sur des riens. « Un autographe de René » : — comme ce sera piquant ! Savez-vous quel est l’autographe ? « Monsieur : Je souscris avec grand plaisir à l’érection du monument du général Drouot pour la somme de dix francs. Ayez la bonté, Monsieur, de me les faire recevoir. Je vous prie d’agréer, etc. Chateaubriand. » Il a fallu six pages pour sertir cette merveille, et pour répéter sur René des choses excessivement connues. J’ai relu, tourné en tous sens « Le catholicisme de Louis Veuillot » ; les seules idées qu’honnêtement j’arrive à en dégager sont celles-ci : Louis Veuillot eut une foi orthodoxe teintée par sa nature individuelle ; il se convertit, fut bon catholique, et catholique romain. On conviendra que ce n’est pas éblouissant.

  • 6 Auteurs d’un ouvrage dont Dantin avait fait l’acquisition au tournant du siècle : L’Année préparato (...)
  • 7 Charles du Fresne, seigneur du Gange (1610-1688), lexicologue français, auteur de deux dictionnaire (...)
  • 8 Yvette Guilbert (1867-1944) interpréta au café-concert parisien des chansons d’esprit « canaille » (...)

3Pour une fois que l’auteur hasarde une opinion tranchée, j’ai peur qu’il ne soit tombé à faux : j’entends dans la croisade qu’il mène contre le mot mentalité. Il défiait, dans une première note, qu’on lui montrât le mot dans un dictionnaire ; l’ayant vu malgré lui dans trois dictionnaires, au lieu de s’incliner gracieusement, il s’entête et, je crois, s’enterre tout à fait. Il récuse Larousse, Larive et Fleury6, etc. comme des lexiques indignes de ce nom ; il invoque l’argument suprême, l’Académie française. Or l’Académie est un lieu où les mots ne se colligent pas autant qu’ils ne s’embaument ; tout le monde sait qu’un néologisme entre dans la langue longtemps avant de pénétrer dans ce musée verbal. Le néologisme, par ailleurs, est la vie du langage, en fait un organisme capable de s’adapter à un monde qui marche. S’il a sa raison d’être, s’il suit les lois linguistiques essentielles et s’impose enfin à l’usage, l’Académie le paraphera quelque jour, mais le plus souvent en retard. Et, quoi qu’on en puisse dire, le mot mentalité est de pure origine latine et de dérivation très normale. C’est un de ces vocables de seconde venue ayant passé par le latin du moyen âge ; mais des milliers d’autres mots admis en sont là. Fatalité, réalité, frugalité, cordialité : tous de bons mots français qui ont figuré dans du Cange7 avant de trôner au recueil des Immortels. Mais, dit-on, puisque mens, mentis appartient à la même déclinaison que gens, gentis, au lieu de mentalité l’on devrait avoir logiquement mentilité comme il y a gentilité. Pas du tout : mors, mortis, qui est de la même désinence, forme mortalité, non mortilité. Et la raison en est que les substantifs de cette sorte ne dérivent pas tout droit du nom primitif, mais de l’adjectif correspondant. Légalité, moralité ne viennent pas de legis, moris, mais de legalis, moralis. Mens a formé d’abord mental, mentalement : il est absolument logique qu’il crée mentalité, et l’on peut s’étonner qu’il ait attendu si longtemps. Que dire enfin de la répugnance euphonique que M. d’Arles y trouve ? En quoi mentalité est-il pire que neutralité, brutalité et le reste ? Ne faut-il pas une oreille bien particulière pour préférer à son tintement celui de vastitude ? Il reste que « l’autorité compétente » maintient ce vocable en exil : et pourtant M. d’Arles emploie déficience qui est dans le même cas (à moins d’avoir forcé la porte de quelque édition toute récente) et qui, de plus, n’a la sanction d’aucun usage. Mais il fait pis que du néologisme : il écrit, à propos d’un conférencier : « Son portrait s’étalait dans toutes les poses possibles, tout comme celui d’une grande Vedette. » Est-ce possible qu’il ait confondu « Vedette » avec « divette » ou avec l’admirable Yvette8 ? On met un portrait « en vedette », mais le profil d’une sentinelle de haute taille s’étale très rarement sur les murs de New York.

4Affirmons, en tout cas, qu’il n’y a ni dogme ni vérité dernière en philologie, que tout mot neuf doit se juger à sa qualité intrinsèque, et qu’il est puéril d’en appeler là-dessus à l’Académie infaillible.

  • 9 Le premier tome de Poètes de l’Amérique française paraîtra, l’année suivante, aux Éditions du Mercu (...)

5Ce qui plaît, par ailleurs, dans ce volume, c’est la trace d’un esprit qu’on sent ouvert à de belles et hautes influences ; c’est le charme de certaines peintures rurales et de certains crayons intimes ; c’est une langue généralement gracieuse et concise ; c’est enfin une typographie parfaite, qui fait tout un éloge de ces « Éditions du Mercure » entreprises par M. Carrier9.

Notes de fin

1 « Miscellanées par Henri d’Arles », L’Avenir du Nord, 15 avril 1927, p. 1.

2 Henri d’Arles, Miscellanées, Montréal, Éditions du Mercure, 1927, 210 p. Henri d’Arles (pseudonyme de l’abbé Henri Beaudé, 1870-1930) était aumônier de religieuses, à Manchester (New Hampshire). Il s’intéressa surtout à l’histoire patriotique, littéraire et artistique, mais toucha à tous les sujets et aborda tous les genres.

3 Karl Wilhem Naundorff (1787-1845), célèbre aventurier prussien qui se fit passer pour le dauphin de France, Louis XVII, sous le titre de duc de Normandie ; il publia des Mémoires du duc de Normandie (1831) et des Révélations sur l’existence de Louis XVII (1832).

4 Louis Veuillot (1813-1883), journaliste et romancier catholique français qui fut mêlé à toutes sortes de querelles religieuses. Il fut collaborateur puis rédacteur en chef de L’Univers. Dans l’anthologie poétique « Fragments choisis », préparée par le collégien Eugène Seers, Louis Veuillot occupe dix-sept pages. Le 31 août 1888, le père Eugène Seers publia dans L’Univers une recension de l’ouvrage du père Tesnières, Somme de la prédication eucharistique.

5 Journaliste surnommé « le père de la presse franco-américaine », Ferdinand Gagnon fonda et dirigea Le Travailleur de Worcester (Massachusetts) de 1874 à sa mort, en 1887.

6 Auteurs d’un ouvrage dont Dantin avait fait l’acquisition au tournant du siècle : L’Année préparatoire de Grammaire par demandes et par réponses avec 223 exercices faciles, par MM. Larive et Fleury, 70e édition, Paris, Colin, 1895, 100 p.

7 Charles du Fresne, seigneur du Gange (1610-1688), lexicologue français, auteur de deux dictionnaires de latin et de grec : Glossarium mediœ et infimes latinitatis et Glossarium médias, et infimœ grœcitatis.

8 Yvette Guilbert (1867-1944) interpréta au café-concert parisien des chansons d’esprit « canaille » et fut, au cours de ses nombreuses tournées à l’étranger, l’ambassadrice de la chanson populaire française. Le journal Le Passe-temps de Montréal annonçait, le 21 décembre 1985, la présence à New York de « la célèbre divette des grands concerts parisiens ». Le printemps chante avec la voix de « l’allègre, Yvette, allègre » dans le « Sonnet d’or » de Nelligan.

9 Le premier tome de Poètes de l’Amérique française paraîtra, l’année suivante, aux Éditions du Mercure de Louis Carrier.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540