Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Antoine Gérin-Lajoie par Louvigny de Montigny1

Volltext

  • 1 « Antoine Gérin-Lajoie par Louvigny de Montigny. Notes littéraires », L’Avenir du Nord, 8 avril 192 (...)
  • 2 Louvigny de Montigny (1876-1955), journaliste et critique, a collaboré à La Presse, à La Patrie, au (...)
  • 3 Antoine Gérin-Lajoie (1882-1924) a collaboré avec l’abbé Casgrain au mouvement littéraire de 1860. (...)

1M. louvigny de montigny2 est un des esprits les plus éveillés et les plus compréhensifs qui aient, en ces derniers trente ans, apporté leur contribution d’idées, dit leur mot opportun et juste sur les grandes questions qui passaient. D’une curiosité très large, d’un jugement éclectique et fin, d’une franchise que n’effraient ni le préjugé ni la routine, il s’est intéressé à la politique, aux lettres, à l’agriculture, à tout ce qui est actif et actuel dans la vie de notre nation, donnant sur tout la note progressive qui talonne l’inertie et qui prêche la marche en avant. Son patriotisme n’a jamais été du genre boursouflé et déclamateur, mais il s’est exercé sur des objets pratiques : sur notre langue à purifier, par exemple, et sur l’établissement de rapports plus étroits avec la culture française. Cette fois-ci, c’est vers le passé qu’il se tourne, et, dans une notice très complète, il fait revivre la vie et l’œuvre du fidèle enfant de la terre et du vrai Canadien que fut Antoine Gérin-Lajoie3.

2Cet historien et ce guide de nos pionniers, cet ancêtre de notre littérature agricole, offre à vrai dire, une figure sans lignes très saillantes, sans contour dramatique ou vif ; elle reste pourtant attirante et noble dans une sorte de grisaille et de clair-obscur. L’existence de Gérin-Lajoie fut unie comme sa pensée calme, liée à des labeurs dignes mais humbles, hésitante souvent entre les chemins, et comme empreinte d’une mélancolie latente. Il naquit, grandit, étudia, prit femme, eut des enfants, fut avocat, employé civil et toute sa vie regretta la terre qui l’appelait et qui le maintenait toujours à distance. Elle finit par être pour lui une passion mentale qui absorba son âme entière. Sans aspirer à être son chantre, il en devint le technicien, l’apôtre, et ses ouvrages eurent pour objet d’ouvrir à une foule d’élus la vocation qu’il croyait avoir manquée. Jean Rivard, sous sa plume, devint le pionnier modèle, pour lequel le défrichement, la culture, l’économie domestique et l’industrie rurale, les problèmes de la famille et de l’éducation n’ont pas de secrets, et qui brille au surplus de toutes les vertus de l’homme, du père et du citoyen. Son travail et sa rectitude aplanissent tous les rocs, surmontent toutes les épreuves et, à travers les nombreux détours où l’auteur le dirige, conquièrent enfin la prospérité et le succès.

  • 4 C’est « sur l’air du Canadien errant » que Dantin a composé sa Chanson javanaise mettant en scène u (...)
  • 5 François-Xavier-Antoine Labelle (1833-1891) fut apôtre de la colonisation des pays d’en-haut. Arthu (...)

3Cette sorte de manuel-récit est bourré de données, de faits, de statistiques, témoignant de recherches sérieuses ; chaque page y foisonne d’avis raisonnes et utiles. Toutefois, comme l’a bien vu M. de Montigny, on y sent plus au moins le théoricien de bureau qui réduit tout à des règles fixes et se laisse enfermer dans un système. L’optimisme s’y révèle trop général et trop constant. Jean Rivard, dans l’isolement des terres neuves, prend l’air d’un Crusoé qui trouve à point précis tout ce qui lui manque et dont les pires tracas s’arrangent infailliblement. Cela donne à son caractère un certain attrait de fiction, sans pourtant le galvaniser assez ; car il se meut à la façon d’un type et ne fait que des gestes impersonnels et convenus. Comme forme, c’est à peine de la littérature ; l’auteur eût cru, sans doute, amoindrir son sujet en sacrifiant à la phrase ou à l’émotion. D’ailleurs c’était un économiste, un didacte, nullement un poète. Certaines tragédies qu’il composa jeune passèrent pour des chefs-d’œuvre vers 1840, et sont pourtant d’une pâleur exsangue. Il serait temps qu’on admît aussi que sa fameuse complainte, « Le Canadien errant4 », est un de ces balbutiements qu’on rencontre à l’origine des langages, qui valent par leur seule naïveté en l’absence de toute espèce d’art. Que reste-t-il donc, en somme, de son effort et de son œuvre ? Un patriotisme idéal et pur, un grand but social poursuivi sans relâche, une probité immuable, un zèle et un travail désintéressés ; par suite, une influence réelle, car nombreux furent les auditeurs et les disciples de ce messager de la terre ; il partage avec le curé Labelle5 la gloire d’avoir retenu ou rendu au sol beaucoup de fils indécis ou indifférents.

  • 6 À la suite de cet article, Louvigny de Montigny s’empressa d’adresser ses remerciements à Dantin. P (...)

4Gérin-Lajoie fut, en son temps et à sa place, une force nationale. M. de Montigny, en recueillant son souvenir avec un discernement sympathique, ressuscite cette force et aide les causes plus que jamais pressantes auxquelles elle s’était consacrée6.

Endnoten

1 « Antoine Gérin-Lajoie par Louvigny de Montigny. Notes littéraires », L’Avenir du Nord, 8 avril 1927, p. 1 ; Gloses critiques, t. II, p. 15-18.

2 Louvigny de Montigny (1876-1955), journaliste et critique, a collaboré à La Presse, à La Patrie, au Canada, au Monde illustré et aux Débats (dont il fut, en 1900, le fondateur et le rédacteur en chef). Il fut l’un des principaux artisans de la fondation de l’École littéraire de Montréal. Au début des années trente, il entreprendra avec Louis Dantin une correspondance qui s’échelonnera sur plusieurs années. Dantin corrigera sa comédie Les Boules de neige (créée en 1903 et publiée en 1935).

3 Antoine Gérin-Lajoie (1882-1924) a collaboré avec l’abbé Casgrain au mouvement littéraire de 1860. Il est l’auteur de Dix ans d’histoire du Canada (1840-18 50) et de Jean Rivard, le défricheur (1862). On lui doit aussi les paroles de la chanson Le Canadien errant.

4 C’est « sur l’air du Canadien errant » que Dantin a composé sa Chanson javanaise mettant en scène un marin de Québec échoué sur l’île de Java.

5 François-Xavier-Antoine Labelle (1833-1891) fut apôtre de la colonisation des pays d’en-haut. Arthur Buies, qui l’avait rencontré en 1879, a évoqué l’œuvre de ce prêtre colonisateur dans L’Outaouais supérieur (1889). Il lui a aussi consacré un essai intitulé Au portique des Laurentides. Une paroisse moderne. Le curé Labelle (1891).

6 À la suite de cet article, Louvigny de Montigny s’empressa d’adresser ses remerciements à Dantin. Par retour de courrier, Dantin l’assurait que « les quelques éloges étaient aussi sincères et justes que le reste ». Il ajoutait : « Ça été seulement un plaisir de plus de les adresser à l’ancien directeur des Débats et d’autres feuilles militantes qui sonnaient si bien les idées larges et hardies, et que la bêtise ambiante rendit malheureusement éphémères. Depuis ce temps, vous vous êtes peut-être assagi, sans perdre, j’en suis sûr, aucune des belles tendances qui vous guidaient alors. Et pour moi, bohème-né, j’ai erré depuis lors dans les avatars innombrables, en poursuivant sans cesse des idéals cruels qui délivrent et tyrannisent à la fois. Le résultat me laisse naufragé et à demi-mort, mais, par Dieu, l’œil encore ouvert, cherchant à distinguer ce qui est vrai et ce qui est beau — décidé à périr les mains tendues vers le progrès. Et je reprends, à soixante ans, des écritures ! voulant qu’elles aient l’air jeunes, pas trop solennelles ni trop sages, qu’elles glissent au passage quelques ruades à la convention et à l’étroitesse. Cela me fait rire d’y penser, et m’empêche de songer à tant d’années perdues !... Et cela m’a permis de renouer connaissance avec vous sur la dépouille de Gérin-Lajoie, ce qui est aussi agréable qu’inattendu » (lettre du 22 avril 1927).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540