Version classiqueVersion mobile

Le campus

 | 
Christina Cameron
, 
Claudine Déom
, 
Nicole Valois

CIRCUIT F – Le village étudiant • The student village

43. Le stade d’hiver

David Barott Boulva, 1960-1966

The stade d’hiver

Texte intégral

Le stade d’hiver du Centre d’éducation physique et des sports (CEPSUM)

1Le stade d’hiver du CEPSUM est le premier bâtiment sportif à être construit sur le campus ; il était déjà inscrit dans le plan d’Ernest Cormier de 1927. Son voisin immédiat à l’ouest, le centre sportif, est érigé quelques années plus tard, entre 1973 et 1976. Le stade d’hiver accueille certaines des activités sportives qui se déroulaient auparavant dans l’édifice de la Young Men’s Hebrew Association (situé à l’angle de l’avenue du Parc et de l’avenue du Mont-Royal), qu’acquiert l’Université de Montréal en prévision de la création de son département d’éducation physique en 1964. Lors des Jeux olympiques de 1976, le CEPSUM et son stade d’hiver sont utilisés pour l’entraînement des athlètes et certaines compétitions sportives. Le lieu accueille de nos jours les joutes de football et de soccer universitaires des Carabins de l’Université de Montréal.

2La firme montréalaise David Barott Boulva s’est fait connaître par sa contribution au projet Habitat 67 avec Moshe Safdie. Elle a conçu plusieurs projets institutionnels à Montréal, dont le Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts (1967), le planétarium Dow (1966) et l’actuel palais de justice (1966-1971). Le stade d’hiver propose une architecture dont les mérites reposent à la fois sur ses caractéristiques esthétiques et fonctionnelles, et sur la qualité de son exécution. D’une part, l’implantation judicieuse du pavillon contribue à mettre en valeur la montagne : les gradins sont orientés vers le mont Royal, et sa façade visible de la rue a un volume réduit. D’autre part, la structure en béton laissée à nu, couronnée d’une toiture en porte-à-faux au-dessus des gradins, est d’une grande originalité. Côté rue, elle se prolonge et devient une marquise au-dessus des espaces abritant les salles de cours et les cliniques sportives. Le cuivre dont elle est en partie revêtue donne l’impression de déborder sur les façades latérales de l’édifice avec des bandes étroites verticales au-dessus des murs latéraux en béton, qui arborent également ce motif. Un couloir de circulation en façade est doté de grandes fenêtres qui permettent un éclairage naturel généreux.

*

3 The stade d’hiver of the CEPSUM was the first sports facility to be built on campus, fulfilling the institution’s intention – already evident in Ernest Cormier’s 1927 Plan for this area of the campus – to build recreational facilities. The sports centre, its neighbour immediately to the west, was built several years later between 1973 and 1976. The stade d’hiver was intended to replace the YMHA on the corner of avenue du Parc and avenue du Mont-Royal, which was acquired by the University in 1964 in anticipation of the creation of its Department of Physical Education. During the 1976 Olympics, the stade d’hiver and the CEPSUM were used by athletes both for training purposes, and as the venue for a number of notable events. Presently, both the Carabins football team and soccer team play there.

4 The firm David Barott Boulva made its mark through its contribution to the Habitat 67 project with Moshe Safdie, as well as a number of institutional projects in Montreal, the most notable of which are the Théâtre Maisonneuve at Place des Arts (1967), the Dow Planetarium (1966), and the Palais de justice (1966-1971). The architectural merits of the stade d’hiver lie in its aesthetic and functional design, as well as in the quality of its execution. The stadium is designed so that its bleachers face the mountain, with its smaller side facing the street side. Overall, this has the effect of accentuating, rather than concealing, the mountain’s vastness. The exposed concrete structure, topped off by a roof cantilevered out over the bleachers, is both original and effective. On the street side, the roof extends outwards, supporting a marquee which rises above the spaces housing classrooms and sports clinics. The copper that covers part of this marquee appears as though it extends into the lateral façades of the building, taking up the same pattern of narrow vertical strips. In addition to this, there is a circulation corridor immediately behind the façade, which is lit by large windows that allow for a generous flow of natural light.

Table des illustrations

Légende Le stade d’hiver du Centre d’éducation physique et des sports (CEPSUM)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search