Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le campus

 | 
Christina Cameron
, 
Claudine Déom
, 
Nicole Valois

CIRCUIT F – Le village étudiant • The student village

41. Le pavillon Résidence C

Gérard Notebaert, 1965-1970

The résidence C pavilion

Texte intégral

Le pavillon Résidence C

1La Résidence C est constituée de deux tours de douze étages reliées par un corps de logis de deux étages abritant un café étudiant et des espaces à bureaux pour l’administration des résidences du campus principal. L’emploi du béton sans traitement particulier l’associe à l’architecture brutaliste, un courant en vogue à l’époque et qui est alors déjà bien incarné entre autres par le pavillon Thérèse-Casgrain et par le garage Louis-Colin. Ce pavillon est le dernier à compléter l’ensemble des résidences sur le campus. Sa construction suit de près celle du pavillon Thérèse-Casgrain.

2De tous les pavillons résidences du campus, le pavillon Résidence C est celui qui bénéficie le plus de l’environnement naturel de la montagne, en raison de sa proximité avec la coulée verte du mont Royal. On y accède à pied par un long escalier qui commence sur la place publique située entre le pavillon J.-A.-DeSève et le pavillon Résidence A. En haut, l’espace confiné entre les deux tours est conçu comme un lieu de repos et de transition pour les étudiants. Il comporte deux parties, l’une surélevée et construite sur une dalle, l’autre, plus basse, de forme longitudinale devant les tours. Ces espaces se connectent au réseau piétonnier qui relie le CEPSUM à l’École Polytechnique. L’architecte et urbaniste Jean-Claude La Haye reprend le motif en hexagone dans l’aménagement des dalles de béton, une forme que l’on retrouve à plusieurs endroits sur le campus et qui constitue un signe distinctif des aménagements de cette époque. Derrière les résidences, la paroi de roches intrusives constitue une des qualités de l’espace. Cette masse de monzonite est unique sur le campus.

*

3 The Résidence C pavilion is composed of two twelve-storey towers linked by a two-storey high central volume, which houses a student café, as well as administration offices for all the campus residences. The use of exposed concrete is associated with the Brutalist trend, which was in vogue at the time, and was therefore well-represented on campus – most notably by the Thérèse-Casgrain pavilion and the Louis-Colin garage. Its H-shaped plan – unusual for the campus – has proven to be an effective response to the program. Built after the Thérèse-Casgrain pavilion, it was the last residence to be erected on campus.

4 Of all the residences that were built on campus, the Résidence C pavilion perhaps benefits the most from the presence of Mount Royal, due to its proximity to the Green Corridor of the mountain. The mountain is accessible on foot by means of a long stairway which starts between the J.-A.- DeSève and Résidence A buildings. At the top of the staircase, there is a space which is defined by the presence of two towers. It was conceived as a quiet, meditative area for the students. It is divided into two parts: the first being a raised slab and the second a long lower volume in front of the towers. These spaces are connected to the pedestrian network that links CEPSUM to École Polytechnique. The designer responsible for this plan – architect and urbanist Jean-Claude La Haye – used the same hexagonal concrete pattern that appears extensively throughout the campus. Behind the residences, the wall of rocky outcroppings stands as one of the finest qualities of the space. The mass of monzonite is unique to the campus.

Table des illustrations

Légende Le pavillon Résidence C
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter