Version classiqueVersion mobile

Le campus

 | 
Christina Cameron
, 
Claudine Déom
, 
Nicole Valois

CIRCUIT F – Le village étudiant • The student village

40. Le pavillon Thérèse-Casgrain

Papineau Gérin-Lajoie Leblanc, 1964-1965

The Thérèse-Casgrain pavilion

Texte intégral

1Cet édifice de seize étages abrite 168 chambres de résidences universitaires. Son surnom, « la tour des vierges », s’explique par le fait que ces résidences étaient destinées exclusivement aux étudiantes. Le pavillon Thérèse-Casgrain est un bon exemple du courant brutaliste en architecture, qui connaît une grande popularité au Québec à partir des années 1960. Cette architecture se caractérise par son fonctionnalisme et par l’emploi du béton de façon franche, c’est-à-dire sans recouvrement et sans coloration. S’il est vrai que le pavillon Thérèse-Casgrain n’est pas le seul à incarner cette architecture sur le campus (on pense au garage Louis-Colin, à l’édifice Decelles de HEC Montréal et à la Résidence C), il réussit à se démarquer de l’aspect massif qui caractérise habituellement l’architecture brutaliste par des subterfuges architecturaux ingénieux qui rehaussent la qualité de sa conception esthétique. En effet, l’alignement des parois de béton courbées en façade et leur disposition en redans créent les lignes pures de la tour. La pureté de la forme est également livrée par la figure en éperon du plan de l’édifice, qui s’assoit sur un socle surélevé par rapport à la rue. Cette plate-forme, une des composantes de l’aménagement paysager du projet, est constituée d’un muret revêtu de pierres, d’un pavage à motif hexagonal et de bancs en béton. On attribue sa conception à Jean-Claude La Haye. Le résultat est un objet architectural sculpté, voire plastique, dont l’originalité est incontestable.

2La forme en éperon constitue une réponse créative à la fonction de résidence. Les circulations verticales et les aires de services sont aménagées le long d’un des côtés du triangle (celui de l’entrée principale), permettant ainsi aux chambres d’être aménagées parallèlement aux deux autres parois. L’angle le plus aigu du triangle abrite un autre escalier. L’éclairage naturel des chambres est assuré par des fenêtres étroites insérées dans la succession des panneaux en béton, dont la forme courbée agit en tant que brise-soleil. Finalement, l’implantation de la tour (selon un axe nord-est par rapport à l’entrée principale), permet de maximiser cet éclairage.

3Le bureau d’architectes montréalais Papineau Gérin-Lajoie Leblanc est l’un des plus réputés et influents du Canada au cours des années 1960 et 1970. Ces architectes conçoivent un nombre important de projets institutionnels, dont le pavillon du Québec de l’Exposition universelle en 1967 et la station de métro Radisson (1972). Ils reçoivent en 1967 la Médaille Massey (aujourd’hui la Médaille du Gouverneur général en architecture) pour le projet, le premier bâtiment du campus à recevoir un prix prestigieux d’architecture.

Le pavillon Thérèse-Casgrain

*

4 This sixteen-storey building houses 168 University residence rooms. Its nickname, “the tower of the Virgins,” comes from the fact that the residence was initially intended as a women’s-only residence.

5 The Thérèse-Casgrain pavilion is a good example of the Brutalist trend in architecture which was popular in Quebec in the 1960s. This style of architecture is characterized by its functionalism and by the use of straight, unadorned concrete, devoid of any facing or colouring. While the Thérèse-Casgrain pavilion is not the only example of Brutalism on the campus (others include the Louis-Colin garage, the HEC Montréal pavilion 5255, avenue Decelles building and the Résidence C pavilion), it is the only building which was not built on the immense scale typical of the tradition. Its smaller size makes it stand out from the other Brutalist buildings on campus. The alignment of the curved and stepped-back concrete blades on the façades creates the pure line of the tower. This purity of form is also due to the building’s triangular plan, resting on a raised plinth. This platform consists of a low stone wall, hexagonal motifs and concrete benches. The design is attributed to Jean-Claude La Haye. On the whole, the work is an architectural sculpture, a work of plastic art whose originality is undeniable.

6 The triangular form is an ingenious iteration of the residence function. Vertical circulation and service areas are laid out along the main-entry side of the triangle, allowing the rooms to be positioned parallel to the two other faces. At the acute angle of the triangle, there is another stairway. Natural light enters the rooms by means of a series of narrow windows along the succession of curved concrete panels of the sun shield. The location of the tower along the northeast axis leading from the main entry maximizes the amount of natural light that is allowed to seep in to the building.

7 The Montreal architectural firm of Papineau Gérin-Lajoie Leblanc was one of the most reputable and influential in Canada throughout the 1960s. The firm was responsible for a number of important projects, including the Quebec pavilion at Expo 67 and the Radisson metro station (1972). The Thérèse-Casgrain pavilion received the Massey Medal (now the Governor General’s Medal in Architecture) in 1967. It was the first building on campus to receive such a prestigious architectural award.

Table des illustrations

Légende Le pavillon Thérèse-Casgrain
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6964/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 417k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search