Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le campus

 | 
Christina Cameron
, 
Claudine Déom
, 
Nicole Valois

CIRCUIT F – Le village étudiant • The student village

37-38-39. Les pavillons J.-A.-Desève, résidence a et résidence a annexe

Pavillons J.-A.-DeSève et Résidence A, Ludger Venne, 1949-1956. Pavillon Résidence A annexe, Paul Lambert, 1963

The J.-A.-Desève pavilion, the résidence a pavilion and the résidence a annexe pavilion

Texte intégral

37. Le pavillon J.-A.-DeSève
38. Le pavillon Résidence A
39. Le pavillon Résidence A annexe
40. Le pavillon Thérèse-Casgrain
41. Le pavillon Résidence C
42. Le Centre d’éducation physique et des sports de l’Université de Montréal (CEPSUM)
43. Le stade d’hiver
44. Le paysage du CEPSUM et du stade d’hiver
45. Le pavillon Marie-Victorin
46. Le pavillon 2101, boulevard Édouard-Montpetit
47. Le pavillon Marguerite-d’Youville
48. Le pavillon Liliane de Stewart

Le pavillon J.-A.-DeSève

1Situés à proximité les uns des autres, ces bâtiments occupent le secteur est du campus, où se trouvent également d’autres édifices dédiés à la vie universitaire, tels que le CEPSUM et des résidences. La présence du pavillon J.-A.-DeSève, destiné aux services étudiants, et de la Résidence A de même que leur emplacement correspondent aux intentions formulées par Ernest Cormier, concepteur du pavillon Roger-Gaudry et du premier plan directeur du campus sur le mont Royal.

2L’architecture des pavillons J.-A.-DeSève et Résidence A témoigne de la période de transition que connaît l’architecture québécoise au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Celle-ci se caractérise par une manifestation modeste, voire frileuse, de la modernité. L’influence de Cormier est perceptible par l’emploi de la brique de couleur chamois utilisée pour le revêtement des façades qui, tout comme pour le pavillon Claire-McNicoll, permet une meilleure intégration architecturale de ces bâtiments avec le pavillon Roger-Gaudry.

3Les aménagements autour de cet ensemble architectural sont adaptés à la fonction communautaire de ce secteur du campus. Les aires de jeux, la place du monument commémoratif à Édouard Montpetit et les espaces de rassemblement sont tous faciles d’accès en plus d’être très visibles depuis la voie publique. L’axe principal structurant est celui qui mène au monument, œuvre de l’artiste Sylvia Daoust, érigé en 1967. Il est composé d’une statuaire et de trois monolithes représentant les trois matières enseignées par le professeur Édouard Montpetit, soit le droit, l’économie et la sociologie. Il est la seule œuvre d’art public dédiée à une personne sur le campus. L’axe structurant se prolonge ensuite en ligne droite vers le pavillon Résidence C, auquel on accède par un imposant escalier aménagé au cours des années 1960.

*

4 These buildings are all located in the eastern sector of the campus, which is home to many buildings dedicated to student life, including the CEPSUM and other University residences. Ernest Cormier – the architect of the Roger-Gaudry pavilion and the creator of the first master plan for the campus on Mount Royal – deliberately placed the J.-A.-DeSève student services building within the immediate vicinity of the residences.

5 The architecture of the J.-A.-DeSève pavilion and the Résidence A pavilion is evidence of the transition that occurred in Quebec architecture after the Second World War. This era is characterized by a very modest – indeed overly cautious – approach to Modernism. The influence of Cormier is evident in the use of the buff-coloured brick used for the cladding of buildings such as the Claire-McNicoll pavilion. This further integrates them architecturally with the Roger-Gaudry pavilion.

6 The landscape around this ensemble of buildings reflects the communal nature of this part of the campus. Playgrounds, the public area of the Édouard Montpetit monument, and the meeting spaces are all readily accessible and very visible from the road. The principal structuring axis leads up to the monument: the work of artist Sylvia Daoust erected in 1967. It consists of a statue, and three monoliths representing the three subjects taught by Professor Édouard Montpetit: law, economy and sociology. This is the only work of public art dedicated to a person on the campus. The axis continues from the monument in a straight line towards the Résidence C pavilion, which is accessible via an imposing stairway built in the 1960s.

L’escalier menant au pavillon Résidence C

Table des illustrations

Légende 37. Le pavillon J.-A.-DeSève38. Le pavillon Résidence A39. Le pavillon Résidence A annexe40. Le pavillon Thérèse-Casgrain41. Le pavillon Résidence C42. Le Centre d’éducation physique et des sports de l’Université de Montréal (CEPSUM)43. Le stade d’hiver44. Le paysage du CEPSUM et du stade d’hiver45. Le pavillon Marie-Victorin46. Le pavillon 2101, boulevard Édouard-Montpetit47. Le pavillon Marguerite-d’Youville48. Le pavillon Liliane de Stewart
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Le pavillon J.-A.-DeSève
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Légende L’escalier menant au pavillon Résidence C
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 383k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter