Version classiqueVersion mobile

Le campus

 | 
Christina Cameron
, 
Claudine Déom
, 
Nicole Valois

CIRCUIT A – Le pavillon principal et ses abords • The main pavilion and its surroundings

11. Le pavillon de la faculté de l’aménagement

Siméon Brais, 1936. Gaston Gagnier, 1958 (aile rue Darlington). Saucier + Perrotte et Associés, et Menkès Shooner Dagenais Architectes, 1994-1997 (rénovation intérieure et aile Louis-Colin)

The faculté de l’aménagement pavilion

Texte intégral

Le pavillon de la Faculté de l’aménagement

1Le pavillon de la Faculté de l’aménagement loge dans un bâtiment qui appartenait autrefois aux Sœurs Missionnaires de l’Immaculée-Conception. On accède à l’édifice depuis le chemin de la Côte-Sainte-Catherine (adresse officielle) et depuis le parterre sud du bâtiment, via l’avenue Louis-Colin. La Faculté de l’aménagement loge dans ce bâtiment depuis sa création, en 1968.

2L’intérêt de ce pavillon tient d’abord au fait qu’il conserve les traces des deux grands moments qui ont marqué son histoire physique. La portion centrale du pavillon en brique chamois est représentative de l’architecture conventuelle et institutionnelle montréalaise de l’entre-deux-guerres. Les assemblages de brique en retrait et en saillies verticales surmontées d’insertions de pierre évoquent, quoique modérément, le style Art déco. La brique jaune est le matériau de prédilection des institutions de cette époque, comme en témoignent un grand nombre d’édifices du quartier Côte-des-Neiges et du pourtour du mont Royal des années 1920 et 1930, tels que le collège Jean-de-Brébeuf (Viau et Venne, 1928), la maison mère de la Congrégation Notre-Dame (J.-O. Marchand, 1925) et, bien entendu, le pavillon Roger-Gaudry. Les ajouts de verre et de métal du pavillon (le portique avec sa composante en acier Cor-Ten de même que l’aile de la façade Louis-Colin) témoignent, quant à eux, des formes et des matériaux privilégiés par l’architecture contemporaine. Cette lecture des deux principales périodes de construction du pavillon est également possible à l’intérieur. Le grand espace dégagé, autrefois la chapelle du monastère, a été transformé en un vaste auditorium. Les bureaux des professeurs ont été aménagés dans les espaces d’habitation des religieuses. La nouvelle aile, du côté de l’avenue Louis-Colin, contient les ateliers. La réhabilitation de l’édifice a aussi permis l’aménagement d’une cour intérieure – où l’on remarque la présence de l’œuvre de Gilles Mihalcean Saint Thomas (1997) – et d’une terrasse sur le toit conçue par l’architecte paysagiste Ron Williams.

3Le pavillon de la Faculté de l’aménagement constitue un bon exemple des projets institutionnels montréalais de la fin des années 1990 qui intègrent une composante nouvelle à un bâtiment existant. Le travail des bureaux d’architecture associés au projet du pavillon de la Faculté de l’aménagement, Saucier + Perrotte et Associés, et Menkès Shooner Dagenais Architectes, a été récompensé par un prix d’excellence en architecture du Canadian Architect en 1995.

*

4 The Faculté de l’aménagement is housed in what was formerly a convent owned by the Sœurs Missionnaires de l’Immaculée-Conception. There are two main entries to the building : by way of chemin de la Côte-Sainte-Catherine (the official address) to the north ; and from the public space through Louis-Colin to the south. The Faculté de l’aménagement has been located in this building since its inception in 1968.

5 The significance of this building stems from two significant phases in its history. The influence of religious and institutional architecture in Montreal, in the period between the two wars, is illustrated in the building’s central volume composed of buff-colored brick. The modest influence of Art deco can be read in the vertical elements of recessed brick and stone insertions. This yellow brick was preferred by institutions during this period, evidenced by its use in a significant number of institutional buildings in Côte-des-Neiges and around Mount Royal, dating from the 1920s and 1930s. These buildings include the Collège Jean-de-Brébeuf (Viau et Venne, 1928), the Mother House of the Congrégation Notre-Dame (J-O. Marchand, 1925) and, of course, the Roger-Gaudry pavilion. The use of glass and metal (the glazed Louis-Colin façade and the Cor-Ten steel integral to the entry portico) speaks to the forms and materials favored by contemporary architecture. This reading of the two eras of architectural influences is equally possible from the interior. The large space at the core of the building created by the demolition of the chapel now contains a large auditorium. Professors’offices are housed in the nuns’former living quarters. The new wing that gives onto Louis-Colin contains studios. The rehabilitation of this building has also made possible the creation of an interior courtyard, where the work of artist Gilles Mihalcaen (Saint-Thomas, 1997) has been installed, as well as a rooftop garden designed by landscape architect Ron Williams.

6 The Faculté de l’aménagement building is exemplary of the institutional projects built in Montréal in the late 1990s, which integrated new components into existing structures. The design of the building received the Canadian Architect Award of Excellence in 1995.

Table des illustrations

Légende Le pavillon de la Faculté de l’aménagement
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 369k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search