Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le campus

 | 
Christina Cameron
, 
Claudine Déom
, 
Nicole Valois

CIRCUIT A – Le pavillon principal et ses abords • The main pavilion and its surroundings

1. Le pavillon Roger-Gaudry et ses abords

Ernest Cormier, 1923-1931, 1941-1943

The Roger-Gaudry pavilion and its surroundings

Texte intégral

1. Le pavillon Roger-Gaudry et ses abords
2. Le pavillon de la Direction des immeubles
3. La centrale thermique
4. Le pavillon René-J.-A.-Lévesque
5. Le poste Hydro-Québec
6. Le pavillon Claire-McNicoll
7. Le tunnel
8. Le pavillon 2910, boulevard Édouard-Montpetit
9. Le pavillon 3032-3034, boulevard Édouard-Montpetit
10. Le pavillon 3050-3060, boulevard Édouard-Montpetit
11. Le pavillon de la Faculté de l’aménagement
12. HEC Montréal-Pavillon principal
13. Le paysage de la Faculté de l’aménagement et de HEC Montréal

Le pavillon Roger-Gaudry

1Le pavillon Roger-Gaudry est le premier bâtiment de l’Université à avoir été construit sur le mont Royal. Son nom rappelle celui qui fut le premier recteur laïc de l’Université, en 1965. Adossé à la dénivellation du mont Royal, ce pavillon demeure le bâtiment le plus visible du campus, et ce, depuis plusieurs kilomètres.

2Un espace vert aménagé depuis le boulevard Édouard-Montpetit précède le pavillon. Cet espace gazonné et boisé, qui participe à forger l’image de l’Université en tant qu’institution sur le mont Royal, constitue le principal lieu de transition entre le campus et le quartier résidentiel environnant. Dans sa partie ouest, son ambiance de parc est attribuable à la grande pelouse, aux nombreux arbres vénérables et aux arbustes. Les blocs de calcaire exposés et les dykes participent à cette ambiance tout en témoignant de la géomorphologie de la montagne.

3La transition entre le boulevard Édouard-Montpetit et le pavillon Roger-Gaudry est tributaire de la dénivellation de la montagne. Elle s’effectue par des sentiers pédestres ou par des voies carrossables.

L’aménagement paysager aux abords du boulevard Édouard-Montpetit

Le hall d’honneur du pavillon Roger-Gaudry

4Une promenade champêtre par les sentiers qui sillonnent la pente depuis l’avenue Louis-Colin rappelle les premières années de l’implantation de l’Université, alors que seul un escalier de bois permettait l’accès au pavillon principal. De nos jours, la plupart des étudiants franchissent cet obstacle naturel en empruntant la rampe mécanique accessible depuis l’édicule de la station de métro. La rampe a été aménagée à la fin des années 1960 avec les deux édicules d’accès devant le pavillon.

5C’est à la même époque qu’ont été tracés les premiers chemins véhiculaires. Le chemin de la Rampe, aménagé en 1965, est l’une des deux principales voies d’accès du campus. Il possède un tracé sinueux qui épouse la pente et son parcours propose de belles vues sur la ville. L’éclairage installé sur le muret entre les deux voies constitue une technologie innovatrice pour l’époque qui a valu à cet ouvrage le prix d’excellence de la Good Road Association en 1970 dans le cadre du concours Highway Beautiful. À mi-parcours, le chemin de la Rampe croise le chemin de la Tour, premier axe routier du campus. Ce tracé, qui se poursuivait autrefois jusqu’au boulevard du Mont-Royal à l’est, permet d’atteindre le pavillon Roger-Gaudry.

6Le pavillon Roger-Gaudry est composé de trois parties reliées entre elles et disposées de façon symétrique les unes par rapport aux autres : la portion centrale, surmontée d’une tour de 22 étages, est flanquée de deux ailes latérales disposées en avancé comptant chacune six étages. Au centre, devant, se trouve la cour d’honneur, dont la forme circulaire prévue par l’architecte Cormier participe fortement à la mise en scène du bâtiment et permet une percée visuelle sur le pavillon. Depuis son parvis, elle offre un point de vue vers le nord de la ville et les Laurentides. Le stationnement qui se trouve devant date de 1965.

7L’architecture de cette imposante construction est représentative de l’évolution de l’architecture québécoise au cours de la première moitié du XXe siècle, une période qui se caractérise par l’apparition progressive de l’architecture moderne. Dans ce projet, la modernité se manifeste par l’utilisation du béton pour la structure de l’édifice. Ce matériau permet des plans libres qui peuvent s’adapter aux besoins des facultés. L’aspect innovant du pavillon se perçoit également dans le traitement des façades extérieures caractérisé par la verticalité des lignes, par les jeux de saillies et de retraits et par le dépouillement de l’ornementation. Quant aux espaces intérieurs de l’aile centrale, soit le hall d’honneur et l’amphithéâtre Ernest-Cormier, ils sont représentatifs du courant Art déco par l’emploi de surfaces en marbre coloré, de détails en laiton et de formes épurées.

8Paradoxalement, l’architecture du pavillon Roger-Gaudry demeure aussi ancrée dans la tradition architecturale québécoise. Son plan et la configuration des volumes, tous deux empreints d’une rigoureuse symétrie, nous rappellent la conception des ensembles conventuels montréalais. Ceci s’explique en partie par le contexte historique de la création de l’Université, caractérisé par une forte influence du monde religieux. Cette symétrie est également évocatrice de l’influence du courant Beaux-Arts, qui se retrouve sur un grand nombre de compositions architecturales montréalaises des années 1920. Enfin, le pavillon Roger-Gaudry est considéré comme l’œuvre maîtresse d’Ernest Cormier. Ce créateur prolifique, qui s’est illustré par sa double formation, en architecture, à l’École des beaux-arts de Paris, et en ingénierie, à l’École Polytechnique de Montréal, est un acteur important de l’histoire de l’architecture canadienne.

*

9 The Roger-Gaudry pavilion was the first building erected by the University on Mount Royal. It bears the name of the man who was the University’s first lay rector in 1965. Built against the sloping flanks of Mount Royal, the Roger-Gaudry pavilion remains the most visible building on campus, seen from many kilometres away.

10 Leading up to the pavilion from boulevard Édouard-Montpetit is a landscaped green space, which creates an institutional image for the Mount Royal campus and serves as a transition area between the University and adjoining residential neighbourhood. On the western side of the campus, the sizable lawn, mature trees and other foliage create a park-like ambiance, intensified by the exposed limestone and rock walls that speak to the geomorphology of the mountain.

11 The transition between boulevard Édouard-Montpetit and the Roger-Gaudry pavilion follows the slope of the mountain, and is traversed by pedestrian paths and roadways. A stroll along the paths that criss-cross the slope from avenue Louis-Colin recalls the beginnings of the University when a single wooden staircase provided access to the main pavilion. Today, most students overcome the natural obstacle of the steep slope by using the moving ramp accessible from an entry next to the metro station. The ramp was built at the end of the 1960s and terminates at two entry pavilions in front of the Roger-Gaudry pavilion.

12

Le chemin de la Rampe

13 It is at this time that the first roads were built. The chemin de la Rampe, built in 1965, is one of two principal means of access to the campus. Its winding route hugs the slope and allows for beautiful views of the city below. The lighting in the median between the two lanes was innovative for its time, garnering an award in the Highway Beautiful competition sponsored by the Good Road Association in 1970. Halfway up, chemin de la Rampe crosses chemin de la Tour, the principal access road to the campus. Its route, which formerly went as far as boulevard Mont-Royal to the east, is the one leading to the Roger-Gaudry pavilion.

14 The Roger-Gaudry pavilion is composed of three volumes: a twentytwo-storey central tower, flanked symmetrically by two projecting six-storey wings. In front of the central tower, the circular form of Cormier’s main courtyard contributes significantly to the public presence of the building. Standing in the courtyard, visitors can glimpse the interior of the pavilion; from the steps the view faces the North of the city and the Laurentians.

15 The architecture of this imposing building is representative of the evolution of Quebec architecture throughout the first half of the 20th century, a period characterized by the progressive appearance of modern architecture. In this particular project, that modernity is manifested in concrete structures that allow for open planning, adapting to the needs of various faculties. These modern and innovative approaches are also evident in the treatment of the facades: their verticality, the play of their shifting planes, and their stripped-down appearance, free of unnecessary ornamentation. The interior spaces of the central volume, from the entrance hall to the Ernest Cormier amphitheatre, recall Art Deco sensibilities, with coloured marble surfaces, brass details and simple forms.

La cour d’honneur du pavillon Roger-Gaudry

16 Paradoxically, the architecture of the Roger-Gaudry pavilion is equally anchored in traditional Quebec architecture. Its plan and the configuration of its volumes – both stamped with a rigourous symmetry – recall the austere design of Montreal convents, attributable to the strong religious influence of the University during its early history. The building’s symmetry equally evokes the influence of the Beaux-Arts, which is evident in many Montreal buildings of the 1920s. The Roger-Gaudry pavilion is considered the masterwork of Ernest Cormier – a monument to his prolific production and the history of Canadian architecture. The pavilion illustrates Cormier’s education in architecture, from the École des Beaux-Arts de Paris, and engineering at the École Polytechnique de Montréal.

L’escalier en spirale du pavillon Roger-Gaudry

L’aménagement paysager aux abords du boulevard Édouard-Montpetit

L’aile centrale et l’aile ouest du pavillon Roger-Gaudry

Table des illustrations

Légende 1. Le pavillon Roger-Gaudry et ses abords2. Le pavillon de la Direction des immeubles3. La centrale thermique4. Le pavillon René-J.-A.-Lévesque5. Le poste Hydro-Québec6. Le pavillon Claire-McNicoll7. Le tunnel8. Le pavillon 2910, boulevard Édouard-Montpetit9. Le pavillon 3032-3034, boulevard Édouard-Montpetit10. Le pavillon 3050-3060, boulevard Édouard-Montpetit11. Le pavillon de la Faculté de l’aménagement12. HEC Montréal-Pavillon principal13. Le paysage de la Faculté de l’aménagement et de HEC Montréal
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Le pavillon Roger-Gaudry
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende L’aménagement paysager aux abords du boulevard Édouard-Montpetit
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6934/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Le hall d’honneur du pavillon Roger-Gaudry
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6934/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6934/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Le chemin de la Rampe
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6934/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende La cour d’honneur du pavillon Roger-Gaudry
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6934/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende L’escalier en spirale du pavillon Roger-Gaudry
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6934/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende L’aménagement paysager aux abords du boulevard Édouard-Montpetit
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6934/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende L’aile centrale et l’aile ouest du pavillon Roger-Gaudry
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6934/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter