Version classiqueVersion mobile

Le campus

 | 
Christina Cameron
, 
Claudine Déom
, 
Nicole Valois

Un survol historique

Evolution of the campus

Texte intégral

1L’ensemble du campus principal de l’Université de Montréal constitue un patrimoine riche et diversifié. Son implantation sur le flanc nord du mont Royal, lieu emblématique de Montréal depuis la fondation de la ville, témoigne de la volonté de ses créateurs de faire une grande université française au Québec et au Canada. Le nom de certains pavillons, les œuvres d’art public ainsi que les aménagements évoquent des personnages et des événements importants de l’histoire du Québec et de Montréal. Leur association avec le campus rappelle la riche histoire de l’Université et démontre l’existence d’un partenariat continu entre l’institution et la société civile dans la poursuite de l’excellence en recherche et en éducation supérieure.

2Le campus s’est développé en plusieurs phases. La première correspond à l’implantation de l’Université sur le flanc nord du mont Royal à partir de 1928, selon les plans de l’architecte Ernest Cormier. La seconde phase se distingue par une rapide expansion du site entre 1960 et 1968. Cette croissance se poursuit lors d’une troisième phase, plus longue, qui s’étend de 1968 à 1995. La quatrième phase débute avec le plan directeur de 1995 et se termine en 2008, avec l’adoption d’un nouveau plan directeur.

Phase 1 : L’implantation sur le flanc nord du mont Royal (1928-1960)

3Fondée en 1889 en tant que succursale de l’Université Laval, l’Université de Montréal acquiert son indépendance en 1920. À cette époque, l’institution loge dans un édifice de la rue Saint-Denis, dans le Quartier latin de Montréal. C’est en 1924 que l’Université décide d’implanter son campus sur le site de l’ancienne carrière Bellingham, sur le flanc nord du mont Royal. En suivant les plans d’aménagement élaborés par l’architecte Ernest Cormier en 1926 et 1927, l’Université entreprend l’implantation progressive de son campus, un projet dont la réalisation est ralentie par des difficultés financières et par la Deuxième Guerre mondiale. Ce n’est qu’en 1943 que le pavillon principal (le pavillon Roger-Gaudry) est inauguré. Il devient le symbole de l’institution et joue un rôle déterminant dans l’établissement du caractère du campus.

Pavillon principal de l’Université de Montréal, 25 juillet 1948

4Pendant cette période, on assiste aussi à l’implantation de deux pavillons destinés à la vie étudiante, soit la première résidence (Résidence A), et le centre social (pavillon J.-A.-DeSève), tous deux érigés entre 1949 et 1956. L’architecte Ludger Venne inscrit ces réalisations dans la poursuite du plan initial en les implantant dans les secteurs prévus avec une architecture imprégnée d’une forte ressemblance avec le pavillon Roger-Gaudry. Pendant cette première phase, l’aménagement paysager du site est caractérisé par le tracé continu d’un axe de circulation est-ouest qui se veut le prolongement du boulevard du Mont-Royal. Cet axe passe devant le pavillon principal et donne accès à la cour d’honneur, dont les formes sont constituées d’un parterre circulaire et de parterres latéraux.

Phase 2 : Un campus en expansion (1960-1968)

  • 1 La Haye, Jean-Claude et associés, « Rapport d’accompagnement du plan général d’aménagement de l’Un (...)

5Au début des années 1960, l’Université amorce une période de développement intense pour répondre à l’augmentation de la population étudiante et à la diversification des disciplines enseignées. Un nouveau plan directeur est élaboré en 1964 par la firme d’urbanistes-conseils de Jean-Claude La Haye dans le but d’« étudier le potentiel des terrains de l’Université, en vue d’en déterminer l’utilisation optimum1. » La croissance du campus reflète l’expansion rapide que connaissent un grand nombre d’universités en Amérique du Nord au cours des années 1960 et 1970. L’expansion est aussi due à certaines transformations du système scolaire québécois qui ont lieu à partir des années 1960, notamment le transfert des écoles spécialisées et des cours classiques des institutions religieuses aux universités.

Vue aérienne du campus de l’Université de Montréal en 1968

6Au cours de cette période, onze nouveaux pavillons sont construits et neuf bâtiments situés à proximité sont achetés. L’Université améliore l’offre des services aux étudiants (Résidence A annexe, pavillon Thérèse-Casgrain, Résidence C et stade d’hiver), construit des édifices destinés à abriter les équipements techniques (la centrale thermique et le poste Hydro-Québec) et aménage des nouveaux locaux de recherche et d’enseignement (laboratoire René-J.-A.-Lévesque, pavillons Claire-McNicoll, Maximilien-Caron, 3200, rue Jean-Brillant et Lionel-Groulx). Certaines de ces constructions se situent sur le territoire qui appartient déjà à l’Université, alors que d’autres prennent place sur le site adjacent, qui est alors acquis (Maximilien-Caron, Lionel-Groulx et 3200, rue Jean-Brillant).

7C’est également lors de cette période de croissance rapide que l’on voit les premiers aménagements paysagers du campus. En suivant les principes d’aménagement formulés dans le plan directeur de 1964, l’Université crée des espaces autour des immeubles du campus dans le but de le doter d’aires de repos pour la communauté universitaire et d’intégrer harmonieusement les bâtiments dans le paysage. La place de la Laurentienne, qui est conçue en même temps que le sont les pavillons Maximilien-Caron, Lionel-Groulx et 3200, rue Jean-Brillant, constitue sans conteste l’exemple le plus éloquent de cette volonté. Cette époque marque la fermeture du tronçon est du boulevard du Mont-Royal au profit de la création du chemin de la Rampe, qui permet l’accès au campus depuis le boulevard Édouard-Montpetit. Des circuits piétons apparaissent progressivement afin de relier les espaces de repos et afin de faciliter les déplacements sur le campus.

Phase 3 : La consolidation du campus (1968-1995)

8En avril 1968, l’Université invite Jean-Claude La Haye à élaborer un nouveau plan directeur afin de préciser davantage les paramètres devant encadrer le développement du campus. Ce document vise une meilleure intégration du site dans l’ensemble de la structure urbaine ainsi que la consolidation des infrastructures. De façon générale, cette phase s’inscrit dans la continuité de la précédente, c’est-à-dire qu’elle se caractérise par une expansion du territoire qui se traduit par la construction et par l’acquisition d’immeubles. C’est alors que le campus principal acquiert une grande partie des caractéristiques physiques qu’on lui associe aujourd’hui, exception faite des ajouts contemporains qui constituent le pôle scientifique le long de la ligne de propriété du cimetière Notre-Dame-des-Neiges et à proximité de l’École Poly technique. Des édifices entrepris sous le plan de 1964 sont terminés, soit le garage Louis-Colin et la Résidence C. De nouvelles constructions sont érigées grâce au financement de mécènes, telles que les pavillons Samuel-Bronfman et Liliane de Stewart. Finalement, les acquisitions se poursuivent, quoiqu’au ralenti, avec l’achat du pavillon de la Faculté de l’aménagement, du pavillon de la Faculté de musique et de la salle Claude-Champagne.

Le CEPSUM et l’œuvre de Pierre Granche Topographie/Topologie

9Cette période est aussi caractérisée par une attention particulière portée aux aménagements paysagers du campus, une caractéristique innovatrice relevant du plan de 1968. Les caractéristiques naturelles du campus sont intégrées dans le design des espaces libres, et ce, afin de mettre en valeur et de préserver les particularités naturelles du site. Les attributs naturels, soit les boisés, les affleurements rocheux et la topographie, renforcent l’appartenance de l’Université au paysage de la montagne et contribuent au caractère unique de l’Université de Montréal. L’urbaniste Jean-Claude La Haye est en grande partie responsable de la conception des aménagements de l’ensemble du site. Il en résulte des éléments signature encore visibles de nos jours, tels que les piliers d’identification en pierre des champs marquant les différentes entrées du campus, les guérites d’accueil, les murets en madriers de bois et des éléments de mobilier tels que les lampadaires, les bancs et les mains courantes. Notons enfin un nombre non négligeable d’œuvres d’art public, dont certaines s’intègrent à ces nouveaux aménagements extérieurs.

10Le plan directeur de 1968 guide le développement du campus principal de l’Université pendant plus d’un quart de siècle, soit jusqu’en 1995, lorsqu’un nouveau plan est adopté.

Phase 4 : Le renforcement d’un pôle scientifique et technologique (1995 à 2008)

11La quatrième phase du développement débute en 1995 avec le plan directeur de l’urbaniste et architecte Jean Ouellet, de l’architecte Jean-Claude Boisvert et de l’urbaniste Jean Paré. L’expansion du campus se réalise principalement à l’ouest et à l’arrière du pavillon Roger-Gaudry sur des territoires disponibles pour la construction. Cette période voit le développement d’un pôle scientifique regroupant plusieurs immeubles dédiés à l’enseignement et à la recherche des disciplines scientifiques et technologiques. La création de ce pôle avait débuté à la fin de la phase précédente par la construction du pavillon André-Aisenstadt (informatique) en 1994. La construction de ces nouveaux bâtiments est possible grâce à d’importants dons provenant du secteur privé, démontrant ainsi un partenariat entre le milieu académique et l’entreprise privée québécoise. L’édification, en 1996, du pavillon Paul-G.-Desmarais (physiologie et sciences neurologiques) et, en 2004, des pavillons Jean-Coutu (pharmacie), Marcelle-Coutu (recherche en immunologie et en cancérologie) et J.-Armand-Bombardier (nanosciences et nanotechnologies) confirment l’import ance de la recherche scientifique à l’Université de Montréal. De plus, le Centre des technologies de fabrication en aérospatiale (2003) et les pavillons Lassonde (agrandissement de l’École Polytechnique, 2005) renforcent le rôle de ce secteur comme un pôle d’excellence en recherche et en enseignement supérieur.

Le Centre des technologies de fabrication en aérospatiale

12L’avènement de ce plan coïncide avec la création d’une entente cadre entre l’Université et la Ville de Montréal pour la conservation du mont Royal. Les principes clés de cette entente portent sur la prépondérance de l’environnement boisé, sur le respect des vues, sur l’amélioration des espaces libres et sur la consolidation du boisé, dont le reboisement du dépôt à neige. Subséquemment, la coulée verte, telle qu’identifiée dans le plan de 1995, est agrandie par le reboisement de deux secteurs, soit celui de l’ancienne pente de ski et celui situé à proximité des résidences.

13Ce portrait rapidement esquissé des quatre phases de développement permet de constater que, depuis le début de son histoire sur la montagne, l’Université a eu sans cesse recours à un plan directeur pour guider sa croissance. Le dernier en lice, celui adopté en 2008, prévoit l’expansion du campus vers le site de l’ancienne gare de triage ferroviaire à Outremont.

14Les quatre phases d’évolution mettent aussi en valeur l’importance du campus dans le développement de ce secteur de Montréal qui connaît une expansion rapide à partir de l’ancien noyau villageois de la Côte-des-Neiges. Les aménagements paysagers dédiés à la vie communautaire du campus ont contribué au fil du temps à forger le caractère physique et social des secteurs Outremont et Côte-des-Neiges.

15Enfin, on pourra aussi constater que le campus principal de l’Université constitue un véritable catalogue de l’architecture et de l’architecture de paysage modernes au Québec. Les pavillons et les aménagements paysagers conservent pour la plupart une authenticité matérielle et une intégrité élevées. Certains ont obtenu des prix d’excellence en design. Le campus est l’œuvre de plusieurs générations de créateurs québécois renommés.

*

16 The main campus of the Université de Montréal has a rich and diverse heritage. Its establishment on the north side of Mount Royal – a symbolic place for Montreal since the founding of the city – witnesses the will of its creators to make a great French-speaking university in Quebec and in Canada. The names of certain pavilions, the public art as well as the landscape features evoke personalities and events of significance to the history of Quebec and Montreal. These aspects draw attention to the rich history of the campus, demonstrating the long-standing partnership between the institution and civil society, together pursuing excellence in research and post-secondary education.

17 The campus was developed in several phases. The first corresponds to the establishment of the University on the north face of Mount Royal which began in 1928, following plans by architect Ernest Cormier. The second phase was characterized by a rapid expansion between 1960 and 1968. This growth continued at a reduced rate during the third phase which covers the period from 1968 to 1995. The fourth phase began with the master plan of 1995 and ended in 2008.

Phase 1: Establishment on the north face of Mount Royal (1928-1960)

18 Founded in 1889 as part of Université Laval, the Université de Montréal gained its independence in 1920. At that time, the institution was located in downtown Montreal on the rue Saint-Denis. In 1924, the University decided to re-locate to the site of the former Bellingham quarry on the north face of Mount Royal. Following the 1926 and 1927 plans of architect Ernest Cormier, the University gradually established itself on the new site, advancing slowly due to financial issues and difficulties caused by the Second World War. It was only in 1943 that the main pavilion (the Roger-Gaudry pavilion) opened its doors. It became the symbol of the institution and played a determining role in setting the character of the campus.

L’aile est du pavillon Roger-Gaudry

19 During this period, two pavilions were built to enhance student life – the first residence (Résidence A), and the social centre (the J.-A. DeSève pavilion), both erected between 1949 and 1956. Cormier’s successor – architect Ludger Venne – followed the initial plan by placing these pavilions in the designated sectors and adopting architectural designs that strongly resembled the Roger-Gaudry pavilion. During this first phase, the landscape design was marked by a continuous East-West circulation axis, a prolongation of the boulevard Mont-Royal. This road passed in front of the main pavilion, providing access to the ceremonial courtyard with its circular centre and flanking wings.

Phase 2: Expansion of the campus (1960-1968)

  • 2 La Haye, Jean-Claude et associés, « Rapport d’accompagnement du plan général d’aménagement de l’Un (...)

20 In the 1960s, the University expanded rapidly in response to a growing student population and diversification of teaching disciplines. A new master plan was prepared in 1964 by Jean-Claude La Haye’s firm of urban designers whose aim was to “study the potential of the University lands with a view to optimizing their use.” 2 The growth of the campus parallels the rapid expansion experienced by most North American universities in the 1960s and 1970s. Expansion during this period was also fuelled by certain changes in the Quebec educational system that began in the 1960s – in particular, the transfer of specialized schools and classical courses from religious institutions to universities.

21 During this period, eleven new pavilions were built and nine nearby buildings were purchased. The University improved student services (Résidence A annexe, the Thérèse-Casgrain pavilion and the stade d’hiver [Winter Stadium]), constructed buildings to house technical equipment (heating plant and Hydro-Québec station) and outfitted new facilities for research and teaching (the René-J.-A.-Lévesque laboratory, and the Claire-McNicoll, Maximilien-Caron, 3200, rue Jean-Brillant and Lionel-Groulx pavilions). Some were situated on Univer sity grounds, while others occupied the adjacent site, which was also purchased (Maximilien-Caron, Lionel-Groulx and 3200, rue Jean-Brillant).

La pavillion Thérèse-Casgrain

22 This period of rapid growth is also the time when the University began to shape the landscape and outdoor amenities. Conforming to the principles in the 1964 master plan, public spaces were created around the buildings to serve as rest areas for the University community and to integrate the buildings harmoniously into the landscape. La place de la Laurentienne, conceived at the same time as the Maximilien-Caron, Lionel-Groulx and 3200, rue Jean-Brillant pavilions, constitutes without question the most eloquent example of this approach. This was also the period that saw the closure of the East branch of the boulevard Mont-Royal and the creation of the chemin de la Rampe which allowed access to the campus from the boulevard Édouard-Montpetit. Pedestrian paths were developed to link the rest areas and to enhance movement throughout the campus.

Phase 3: Consolidation of the campus (1968-1995)

23 In April 1968, the University asked Jean-Claude La Haye to develop another master plan designed to clarify parameters for the on-going development of the campus. This document proposed a new vision, designed to better integrate the campus into the surrounding urban context and consolidate the functional infrastructure. In general, this phase followed the path of the preceding one: territorial expansion through new construction and property acquisition. It was during this phase that the campus came to most resemble its present configuration (with the exception of the contemporary buildings for scien tific research along the property line of the Notre-Dame-des-Neiges cemetery and the nearby École Polytechnique). Buildings that began under the 1964 plan were completed, such as the Louis-Colin garage and the Résidence C pavilion, and new ones were also erected such as the Samuel-Bronfman and Liliane de Stewart pavilions, thanks in large part to the generosity of donors. Acquisitions continued with the purchase of the Faculté de l’aménagement pavilion, the Faculté de musique pavilion and the salle Claude-Champagne.

Le pavillon Liliane de Stewart

24 An innovative feature of this period was the careful attention given to landscape development, a highlight of the 1968 plan. The natural characteristics of the campus were integrated into the design of the open spaces, thus emphasizing and preserving the natural qualities of the site. These attributes, including the woodlands, rock outcroppings and topography, reinforced the connection between the University and the mountain landscape, and contributed to the unique character of the University. Urban designer Jean-Claude La Haye was mainly responsible for this overall landscape concept. He added signature elements such as the identification pillars made of fieldstone marking the various entrances to the campus, ticket booths, low walls of wooden beams, and outdoor features such as the lamp-posts, benches and handrails still visible on the campus today. Noteworthy also are important works of public art, some complementary to the new landscape development.

25 The 1968 master plan guided the development of the main campus of the University for more than a quarter of a century, until 1995 when a new plan was adopted.

Phase 4: Reinforcing the scientific and technological sector (1995 to 2008)

26 The fourth phase began in 1995 with a plan created by urban planner and architect Jean Ouellet, architect Jean-Claude Boisvert and urban planner Jean Paré. Campus expansion occurred mainly to the West and behind the Roger-Gaudry pavilion on lands available for construction. This period saw the development of a scientific sector that grouped together buildings dedicated to teaching and research in the disciplines of science and technology. Creation of this sector began at the end of the previous phase with the construction of the André-Aisenstadt pavilion (computer science) in 1994. New buildings were made possible through important donations from the business community, signalling a partnership between the academic milieu and the private sector. The Paul-G.-Desmarais pavilion (1996, physiology and neurological science) as well as the 2004 Jean-Coutu pavilions (pharmacy), Marcelle-Coutu (immunology and cancer) and J.-Armand-Bombardier (nanoscience and nanotechnologies) confirmed the importance of scientific research at the Université de Montréal. In addition, the Aerospace Manufacturing Technology Centre (2003) and the Lassonde pavilion (2005, expansion of the École Polytechnique) reinforced the role of this sector as a centre of excellence in research and graduate studies.

27 The initiation of this plan coincided with the creation of a framework agreement between the University and the Ville de Montréal for the conservation of Mount Royal. The key principles of this agreement focused on the preponderance of woodlands, respect for sightlines, the enhancement of open spaces and the consolidation of wooded areas, including the reforestation of the snow depot. As a result, the University replanted two parts of the green corridor: the former ski hill and the area near the residences.

L’édifice principal de HEC Montréal

28 This quick sketch of the four development phases shows that the University, from the beginning of its history on the mountain, depended on master plans to guide its growth. The latest in the series, adopted in 2008, anticipates the expansion of the campus to the site of the former railway switching station at Outremont.

29 The four phases of evolution highlight the importance of the campus in the development of this sector of Montreal which expanded rapidly from the former village nucleus of Côte-des-Neiges. The outdoor amenities dedicated to the community life of the campus have contributed greatly to the physical and social character of the Outremont and Côte-des-Neiges sectors.

30 The main campus of the Université de Montréal boasts a veritable catalogue of modern Quebec architecture and landscape architecture. The pavilions and landscape features retain a high degree of authenticity and integrity. Some have received awards of merit for their design. The campus illustrates the creativity of several generations of Quebec architects, landscape architects and artists.

Notes

1 La Haye, Jean-Claude et associés, « Rapport d’accompagnement du plan général d’aménagement de l’Université de Montréal », rapport déposé à la bibliothèque de la Faculté de l’aménagement, Montréal, Université de Montréal, 1964, 47 p.

2 La Haye, Jean-Claude et associés, « Rapport d’accompagnement du plan général d’aménagement de l’Université de Montréal », rapport déposé à la bibliothèque de la Faculté de l’aménagement, Montréal, Université de Montréal, 1964, 47 p.

Table des illustrations

Légende Pavillon principal de l’Université de Montréal, 25 juillet 1948
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6932/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Vue aérienne du campus de l’Université de Montréal en 1968
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6932/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Le CEPSUM et l’œuvre de Pierre Granche Topographie/Topologie
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6932/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Le Centre des technologies de fabrication en aérospatiale
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6932/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende L’aile est du pavillon Roger-Gaudry
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6932/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende La pavillion Thérèse-Casgrain
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6932/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Le pavillon Liliane de Stewart
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6932/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende L’édifice principal de HEC Montréal
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6932/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search