Version classiqueVersion mobile

Montréal en paysages

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Sylvain Paquette

4. Enjeux et valorisations

Texte intégral

Quartier des spectacles, rue Saint-Laurent

  • 1 Voir les dispositions particulières incluses à cet égard dans le premier plan d’urbanisme de la Vi (...)

1Que ce soit à travers la valorisation d’un patrimoine architectural, l’évocation d’emblèmes de nature ou l’appréciation de points de vue ou de panoramas sur la ville, les qualités de certaines figures paysagères montréalaises sont reconnues depuis au moins la fin du XIXe siècle. La reconnaissance publique associée aux premières démarches visant la préservation de « cônes visuels » sur les éléments emblématiques de la ville (ex. : le fleuve, le mont Royal, le centre des affaires) au cours des années 1980 ne venait dans ce contexte que reconduire, par les voies institutionnelles1, l’expression de valorisations paysagères plus anciennes. Aujourd’hui, les enjeux en matière de paysage et de cadre de vie occupent une place inégalée dans les principaux dossiers d’aménagement urbain.

  • 2 Notons que le territoire d’inter vention ciblé dans ce plan d’urbanisme intégrait, au moment de sa (...)

2En effet, des réflexions initiées à la fin des années 1980 en matière de protection de perspectives visuelles d’intérêt au dernier plan d’urbanisme de la Ville de Montréal (2004)2, la prise en compte des dimensions paysagères du territoire s’est considérablement confirmée et élargie. Un simple coup d’œil à la définition de la notion de paysage urbain tirée de ce dernier document en fait foi (voir définition en encadré, p. 101). On y propose une vision inclusive grâce à l’évocation des dimensions tangibles et intangibles des paysages, à leur aspect changeant selon les saisons, à leur nature expérientielle, de même qu’à l’importance accordée aux cadres de vie du quotidien.

3Outre les seules mesures urbanistiques, une vision multidimensionnelle de la planification se déploie par l’entremise de nombreuses initiatives municipales récemment adoptées : la Politique du patrimoine (2005), le Premier plan stratégique de développement durable de la collectivité montréalaise (2005) ou la Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels (2004) en sont quelques exemples probants.

4Prenant acte de ce développement récent, le présent chapitre s’attache, dans un premier temps, à dégager la singularité des enjeux que soulèvent ces démarches municipales et supramunicipales en matière d’aménagement urbain. De manière à compléter ce premier tableau, il vise, dans un deuxième temps, à documenter les territoires porteurs de valorisations collectives à l’échelle de l’île de Montréal. Pour ce faire, il prend appui sur les avancées récentes en matière d’outils de partage de documents photographiques accessibles dans internet. Dans un troisième temps, il entreprend l’analyse des enjeux qui s’expriment à l’échelle de l’ensemble des municipalités et des arrondissements de l’île de Montréal de manière à mieux cerner les différentes préoccupations locales. Enfin, à partir de cette triple analyse, un certain nombre de constats seront dégagés de manière à mettre en évidence les besoins à combler en matière de préservation, de mise en valeur et de développement des paysages et des cadres de vie montréalais.

Musée d’art contemporain de Montréal (détail)

Définition du paysage urbain
Le paysage urbain de Montréal et le caractère particulier de chacun de ses arrondissements se façonnent non seulement à partir du mont Royal, du fleuve Saint-Laurent et des autres cours d’eau qui bordent la ville, mais aussi à partir d’autres éléments liés à l’architecture et à l’aménagement urbain.
La qualité de l’architecture, ancienne et contemporaine, l’aménagement des rues et des autres lieux publics, ou même les différentes grilles de rues constituent autant de témoins durables de l’histoire et du dynamisme culturel de la ville.
Inscrits dans la pierre comme dans les jardins, dans la manière d’occuper l’espace comme dans les occasions de créer un événement au détour d’une rue, ces éléments qui définissent le paysage urbain de Montréal sont également le reflet d’une facette moins tangible de sa personnalité : la culture d’habiter la ville.
La personnalité de Montréal se décline également selon les saisons, lesquelles transforment son image et conditionnent les façons de l’aménager, de l’occuper et de la vivre au quotidien. (Source : Ville de Montréal, 2004, Plan d’urbanisme, p. 113)

Enjeux de l’île de Montréal

5Plusieurs démarches institutionnelles ont été engagées à la suite du Sommet de Montréal de juin 2002, événement qui aura permis de réfléchir sur le devenir de la métropole en concertation avec l’ensemble des acteurs concernés (élus, citoyens et associations de l’île de Montréal). Ces démarches, soumises pour la très large majorité au processus de consultation publique, se sont traduites par l’élaboration de politiques et de stratégies sectorielles, de plans d’action et d’initiatives diverses. Elles soulèvent de nombreux enjeux d’ordre paysager en fonction des objectifs sectoriels visés.

6 Admettre aujourd’hui qu’une vision multidimensionnelle de la planification se déploie par l’entremise de nombreuses initiatives municipales récemment adoptées.

7Par exemple, la Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels cherche à concilier des objectifs économiques et de préservation des milieux naturels, en vue d’améliorer la qualité des milieux de vie tout en contribuant à leur pouvoir attractif. Les paysages offerts par les milieux naturels sont considérés comme un atout potentiel pour les développeurs, un argument en faveur de leur préservation. Le Plan d’action 2007-2017 − Montréal, métropole culturelle situe son action, quant à lui, dans une perspective d’amélioration de la qualité du cadre de vie des citadins. Pour ce faire, il vise notamment la recherche de qualité et l’intégration du design dans les pratiques des intervenants publics, parapublics et privés.

Îles-des-Sœurs

8À cette analyse des engagements municipaux et supramunicipaux, il est nécessaire d’ajouter les réflexions menées à l’échelle des instances régionales, soit les exercices de planification et de développement de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et de la Conférence régionale des élus de Montréal.

9Aussi, l’examen d’une quinzaine de démarches institutionnelles aura permis de dégager les principaux enjeux d’aménagement en matière de préservation, de mise en valeur et de développement des paysages et des cadres de vie urbains (tableau 4.1). L’ensemble des préoccupations publiques soulevées mettent en lumière sept principales dimensions, soit les dimensions de cadre de vie, de nature, d’identité, de patrimoine, de développement, d’infrastructure et d’expérience. Les lignes qui suivent abordent la nature et la portée spécifiques de chacune d’elles.

Tableau 4.1. Principaux enjeux d’aménagement relevant des plans d’action, politiques et initiatives récents sur l’île de Montréal

Tableau 4.1. Principaux enjeux d’aménagement relevant des plans d’action, politiques et initiatives récents sur l’île de Montréal

Cadre de vie

10Les préoccupations en matière de cadre de vie concernent plus spécifiquement la qualité des espaces de la vie quotidienne des populations. Elles font référence aux besoins et aux usages particuliers des populations qui se manifestent à une échelle de proximité, soit bien souvent celle de la rue ou du quartier. La possibilité de se déplacer de manière sécuritaire et confortable par l’intermédiaire de modes de transport actifs, de permettre aux habitants de faire un usage récréatif des berges du fleuve Saint-Laurent, de promouvoir une architecture et des espaces publics de qualité, ou encore de limiter les nuisances urbaines (ex. : bruits, insalubrité, etc.) des milieux de vie illustrent quelques-uns de ces enjeux.

11Fait important, ceux-ci concernent l’ensemble des plans d’action, des politiques et des initiatives adoptés récemment (tableau 4.1). Ainsi, outre le Plan d’urba nisme de la Ville de Montréal, le Plan d’action famille de Montréal, le Plan de transport, de même que le Premier plan stratégique de développement durable de la collectivité montréalaise accordent une large place aux préoccupations liées à la qualité des cadres de vie des populations. Ces enjeux visent plus particulièrement des actions en matière de développement (ex. : intégration de mesures d’apaisement de la circulation, aménagement des corridors riverains, encadrement des projets de design urbain, etc.) et, à un moindre degré, de mise en valeur de certains lieux (ex. : des qualités architecturales du cadre bâti, des œuvres d’art public, etc.).

Nature

12La protection, la gestion et la mise en valeur des milieux naturels constituent un enjeu majeur pour le développement durable du territoire de l’île de Montréal. Les engagements et les initiatives concernés visent tantôt une protection accrue de certains écosystèmes particuliers (ex. : consolidation des corridors naturels, renaturalisation des rives, maximisation de la biodiversité), tantôt des besoins spécifiques des populations, que ce soit en matière de santé publique et de confort urbain (ex. : îlots de chaleur urbains) ou en matière de loisir (ex. : accessibilité aux espaces verts).

13La Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels ainsi que le Plan de protection du mont Royal considèrent de manière spécifique ces préoccupations. Ces démarches sont accompagnées de nombreux engagements inscrits dans le Premier plan stratégique de développement durable de la collectivité montréalaise et le Plan d’urba nisme de la Ville de Montréal. Somme toute, ces enjeux visent des actions indéniables en matière de protection des milieux mais, également, des actions de mise en valeur et de développement (ex. : intégration des milieux naturels à la trame urbaine, verdissement des quartiers, etc.).

Identité

14Plusieurs lieux contribuent à la spécificité territoriale et culturelle de la collectivité montréalaise. En ce sens, d’aucuns reconnaissent que la présence du mont Royal, le caractère insulaire de l’agglomération, ainsi que les traits distinctifs de certains de ses quartiers participent de manière significative à son identité. Ces lieux ou caractéristiques font l’objet de valorisations collectives particulières. Qu’ils prennent la forme de paysages emblématiques (ex. : mont Royal) ou qu’ils relèvent d’éléments moins spectaculaires (ex. : trame octogonale du tissu urbain), ceux-ci recoupent de nombreuses préoccupations d’aménagement urbain.

15Si le Plan d’urbanisme de la Ville de Montréal en recense plusieurs, ces préoccupations sont portées, entre autres, par la Politique du patrimoine, les initiatives de planification de la Communauté métropolitaine de Montréal et de la Conférence régionale des élus de Montréal, de même que par la Politique de l’arbre. Pour l’essentiel, ces initiatives témoignent de la volonté d’engager des démarches de mise en valeur des paysages et territoires porteurs de valeurs identitaires (ex. : quartiers, milieux riverains, paysages agricoles, etc.).

Chemin Olmsted du Parc du Mont-Royal

Patrimoine

16Un paysage, un monument de nature ou une architecture sont porteurs de valeur patrimoniale si l’on reconnaît que les traces matérielles d’occupation ancienne (ex. : bâtiment, végétation, site archéologique, etc.) ou les valorisations collectives de longue date envers un lieu particulier recouvrent un intérêt significatif pour une population. Dans les plans et politiques consultés, les valeurs patrimoniales visées concernent des lieux hautement emblématiques tels que le mont Royal, le Vieux-Montréal ou le canal de Lachine, en raison de la richesse des patrimoines tant naturels que culturels que révèlent ces lieux. À ce titre, les intérêts d’ordre patrimonial attribués à l’arrondissement historique et naturel du Mont-Royal ressortent de manière récurrente. Ces démarches visent plus largement les bâtiments d’intérêt, les grands parcs et espaces verts montréalais que l’on retrouve sur l’ensemble du territoire de l’île.

17Ces préoccupations sont soutenues plus particulièrement par la Politique du patrimoine, le Plan de protection du mont Royal, le Plan d’action 2007-2017 – Montréal, métropole culturelle, les initiatives de planification de la Communauté métropolitaine de Montréal ainsi que par le Plan d’urbanisme de la Ville de Montréal. Dans l’ensemble, elles proposent l’adoption de mesures de protection et de mise en valeur des éléments d’intérêt patrimonial, qu’il relève de l’emblème reconnu d’envergure nationale ou plus simplement d’un patrimoine local.

Développement

18Dans un contexte marqué par une concurrence de plus en plus vive entre l’île de Montréal et ses banlieues limitrophes sur le plan notamment de la rétention et de l’attraction de populations résidantes, la qualité des paysages et des cadres de vie urbains représente un enjeu majeur. Les questions d’attractivité des milieux urbains deviennent ainsi une préoccupation tant sur le plan des marchés résidentiels qu’en matière d’activités commerciales et touristiques. De manière concrète, les intentions visant à faire de l’île de Montréal un cadre de vie et un lieu de visite attrayant démontrent la nécessité de valoriser certains secteurs actuellement délaissés et dépourvus de qualité (ex. : terrains vacants, etc.) et, dans une moindre mesure, de réussir la réalisation de quartiers thématiques particuliers (ex. : quartier des spectacles, secteur du Havre, etc.). Les intentions soutiennent également l’exigence de protéger certains acquis en matière d’espaces de nature, notamment par des mesures d’encadrement des constructions ou des incitatifs à la protection des milieux naturels comme ceux proposés à l’inté rieur de la Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels.

19En plus de cette politique, plusieurs autres démarches soulèvent des enjeux de développement des paysages et cadres de vie montréalais tels que le projet Imaginer-Réaliser Montréal 2025, le Plan d’action 2007-2017 – Montréal, métropole culturelle, la Stratégie de développement économique 2005-2010, ainsi que le Plan d’urbanisme de la Ville de Montréal et les initiatives de planification de la Communauté métropolitaine de Montréal. Pour l’essentiel, ces préoccupations visent des actions de requalification (ex. : redéveloppement de secteurs déstructurés, requalification d’artères commerciales), de développement (ex. : aménagement de secteurs résidentiels) et, dans une moindre mesure, de protection en regard de territoires d’intérêt limitrophes à certains projets de développement (ex. : constructions adjacentes à un milieu naturel).

Infrastructure

20Les préoccupations aménagistes sur le plan des infrastructures regroupent pour l’essen tiel l’encadrement des pratiques d’affichage commercial ainsi que la contribution des équipements de transport à la mise en valeur des paysages urbains, notamment dans les contextes d’entrées routières sur le territoire montréalais. Celles-ci sont portées par les démarches de planification urbaine de la Ville de Montréal (ex. : Plan d’urbanisme) et de la Communauté métropolitaine de Montréal (ex. : Schéma d’aménagement et de développement) ainsi que par le Plan de transport de Montréal adopté en 2008. Aussi, l’intégration des dimensions paysagères aux processus de planification des infrastructures concerne davantage des mesures de mise en valeur des qualités des territoires d’entrée et de traversée. Cela dit, certaines intentions de protection (ex. : percées visuelles sur les éléments significatifs du territoire) et de développement (ex. : plantation d’arbres aux abords de tronçons routiers) sont également considérées.

Expérience

21Le paysage résulte d’une appréciation du territoire qui s’élabore, entre autres, sur la base d’expériences sensorielles multiples (visuelles, auditives, olfactives, etc.). Le caractère expérientiel de cette appréciation paysagère soulève des enjeux ciblés à l’intérieur des démarches institutionnelles, notamment à partir de ses dimensions visuelles. C’est ainsi que certaines initiatives prêtent une attention particulière à la protection de perspectives visuelles, notamment à partir du mont Royal, mais aussi dans certains milieux naturels (ex. : espaces boisés). Plus encore, c’est la volonté de permettre un accès visuel accru le long du parcours riverain de l’île qui retient l’attention de nombreuses initiatives, notamment la Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels, la Politique du patrimoine, le Premier plan stratégique de développement durable de la collectivité montréalaise ainsi que le Schéma d’aménagement et de développement de la CMM.

22Compte tenu que les expériences paysagères sont susceptibles de varier selon les saisons et l’heure du jour, la valorisation des attraits de l’hiver et la mise en valeur des paysages nocturnes (ex. : plan lumière) sont quelques considérations isolées mais néanmoins fort originales qui ont également été intégrées au Plan d’urbanisme de la Ville de Montréal. Dans l’ensemble, ces démarches poursuivent principalement des intentions de protection et de mise en valeur des expériences offertes par les paysages montréalais.

***

23À la lumière de ce tableau d’ensemble, un constat se dégage. Force est d’admettre la convergence des orientations municipales et supramunicipales qui s’observe par la récurrence de certaines préoccupations spécifiques. La qualité des milieux de vie, la protection des milieux naturels et l’attractivité de l’agglomération représentent quelques-uns de ces enjeux qui sont considérés comme prioritaires pour de nombreuses démarches. Le Plan d’urbanisme de la Ville de Montréal et, à un moindre degré, le Schéma d’aménagement et de développement de la CMM constituent par ailleurs l’épine dorsale de l’ensemble de ces préoccupations par leur nature fondamentalement intersectorielle. Le Plan d’action 2007-2017 – Montréal, métropole culturelle, la Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels, la Politique du patrimoine ainsi que le Premier plan stratégique de développement durable ressortent quant à eux comme des documents phares en raison du caractère transversal des orientations qu’ils impriment à la planification de l’agglomération.

Valorisation collective et figures d’impressions paysagères de l’île de Montréal

24Si les paysages urbains suscitent des préoccupations en matière d’aménagement, ils résultent, d’abord et avant tout, d’une appréciation du territoire qui découle de valeurs sociales et culturelles particulières que partagent les populations qui l’habitent, le fréquentent ou le visitent. Par le fait même, les assises de la présente démarche seraient incomplètes sans une information qui permette de documenter les territoires porteurs de valorisation du point de vue des citoyens. Or, de la même façon que le dépouillement de cartes postales constitue un moyen d’exploration utile pour mettre en évidence les valorisations anciennes entretenues envers un lieu donné (Domon et al., 2000), certaines applications misant sur les plus récents développements en matière de partage d’informations géographiques et iconographiques en ligne (ex. : Google Earth, Maps, etc.) fournissent une indication des territoires les plus valorisés à l’heure actuelle.

  • 3 Pour des fins légales, une politique d’admissibilité des images est mise en place par Panoramio su (...)

25Parmi les sites collaboratifs les plus populaires intégrant informations cartographiques et images, le site Panoramio (www.panoramio.com) se distingue en permettant le partage interactif de photographies géoréférencées. Les images sont soumises et localisées directement par les usagers par l’intermédiaire du portail3. Soulignons que certaines de ces images sont versées ensuite dans la base de données de Google Earth, et sont visibles, par conséquent, à partir de cette application.

26Partant de l’idée générale que l’acte de photographier un lieu est révélateur d’un investissement de valeurs particulières dans un espace donné, il est possible, à partir de l’inventaire des photographies mises en ligne par les utilisateurs de Panoramio, de livrer une impression générale des segments de territoire valorisés du point de vue des usagers, qu’ils soient habitants, visiteurs ou touristes.

27Cet inventaire aura permis de positionner plus de 13 000 prises de vue sur l’ensemble du territoire de l’île de Montréal, chacune d’elles étant représentée par un point sur la figure résultante (figure 4.1). De fortes concentrations d’images ressortent de manière marquée autour des lieux et des secteurs à forte attractivité. Les secteurs du Centre des affaires, du Vieux-Montréal, des îles Sainte-Hélène et Notre-Dame, du Village olympique, du Jardin botanique, de l’oratoire Saint-Joseph ou du parc du Mont-Royal (figure 4.2) se dégagent significativement.

Figure 4.1 Localisation des images géoréférencées et mises en ligne par les utilisateurs du site Panoramio pour le territoire de l’île de Montréal. À partir de cette figure, il est possible de dresser un portrait général des secteurs valorisés du point de vue des usagers. (Source : www.panoramio.com,consultéentrele26aoûtetle2septembre2009)

Figure 4.2 Exemples d’images tirées du site Panoramio réalisées à partir du belvédère Kondiaronk du mont Royal, arrondissement de Ville-Marie. (Source : www.panoramio.com, consulté le 1er octobre2009)

28Outre ce premier niveau de lecture, d’autres espaces d’intérêt régional ou local ressortent clairement (tableau 4.2). Aussi, est-il possible de déceler le portrait d’ensemble (figure 4.1) des regroupements d’images le long de certaines berges du fleuve Saint-Laurent (figure 4.3), de la rivière des Prairies ou du lac Saint-Louis. La très large majorité des parcs et des espaces verts est également représentée, tant les espaces inscrits au réseau des grands parcs de l’île de Montréal (figure 4.4) que les parcs d’envergure locale (ex. : parc Terra Cotta, Ville de Pointe-Claire).

Tableau 4.2 Principaux secteurs de l’île de Montréal visés par les photographies mises en ligne sur le site Panoramio

Tableau 4.2 Principaux secteurs de l’île de Montréal visés par les photographies mises en ligne sur le site Panoramio

Figure 4.3 Exemples d’images tirées du site Panoramio réalisées le long du parc des Rapides, arrondissement de Lasalle. (Source : www.panoramio.com, consulté le 1er octobre 2009)

29Parmi les sites visés, on retrouve également des lieux institutionnels (figure 4.5) et certains axes routiers particuliers (figure 4.6). Enfin, d’autres images ressortent de manière plus dispersée à travers la trame urbaine de certains quartiers (figure 4.7), images représentatives de la diversité des cadres de vie urbains.

Figure 4.4 Exemples d’images tirées du site Panoramio réalisées dans le parc-nature du Boisde-l’Île-Bizard, arrondissement de l’Île-Bizard – Sainte-Geneviève. (Source : www.panoramio.com, consulté le 1er octobre 2009)

Figure 4.5 Exemples d’images tirées du site Panoramio réalisées sur le campus de l’Université de Montréal, arrondissement Côte-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce. (Source : www.panoramio.com, consulté le 1er octobre 2009)

Figure 4.6 Exemples d’images tirées du site Panoramio réalisées à partir et à proximité du pont Jacques-Cartier, arrondissement Ville-Marie. (Source : www.panoramio.com, consulté le 1er octobre 2009)

Figure 4.7 Exemples d’images tirées du site Panoramio réalisées à partir de la trame urbaine, arrondissement du Plateau-Mont-Royal. (Source : www.panoramio.com, consulté le 1er octobre 2009)

30De ce survol volontairement global des différents lieux représentés à partir du site de partage d’images Panoramio, deux éléments d’intérêt méritent d’être dégagés. D’une part, cet examen aura permis de révéler les principales figures d’impres sion et de valorisation paysagères entretenues envers le territoire de l’île de Montréal. Il vient de ce fait compléter le balisage des préoccupations aména gistes abordées précédemment en accordant une attention plus directe aux éléments de valorisation portés par les citoyens de l’île de Montréal ou d’ailleurs, que ce soit envers leurs cadres de vie quotidiens, leurs lieux de loisirs ou leurs destinations touristiques. Il illustre, d’autre part, le potentiel considérable de cet outil collaboratif et accessible, potentiel qui gagne à être exploité pleinement par les intervenants montréalais intéressés par les enjeux de préservation, de mise en valeur et d’aménagement des paysages et des cadres de vie.

Préoccupations locales

31Parallèlement aux grandes orientations d’aménagement et de développement engagées à l’échelle supramunicipale et régionale, le débat public en matière d’aménagement des milieux de vie montréalais s’exprime de manière encore plus palpable à l’échelle locale. De fait, les élus municipaux et les responsables des dossiers d’aménagement urbain sont exposés, en tant qu’intervenants de première ligne, aux préoccupations des citoyens. Aussi, il s’avère essentiel de tirer profit du savoir de ces experts locaux, en particulier de leur connaissance des principales préoccupations d’aménagement telles qu’elles sont communiquées, notamment par les populations.

  • 4 Une première phase d’entretiens a été menée entre novembre 2004 et mars 2005 par la Chaire en pays (...)

32C’est ainsi qu’un examen des préoccupations locales en matière de protection, de mise en valeur et de développement des milieux urbains a été réalisé à l’aide d’une série d’entretiens menés auprès des gestionnaires municipaux de l’île de Montréal responsables des services d’aménagement urbain4. Au cours de ces entretiens, une attention particulière a été portée aux attraits et singularités des villes et des arrondissements montréalais, aux préoccupations que soulève l’aménagement de ces territoires urbains ainsi qu’aux démarches, en cours ou à venir, qui sont susceptibles de répondre aux problématiques évoquées. Cette approche permet de rendre compte des enjeux en matière d’aménagement qui se manifestent à l’échelle locale et, de ce fait, de cerner les préoccupations publiques adressées aux élus en matière de qualité des cadres de vie.

  • 5 Notons que cette grille de lecture a été adaptée et validée sur la base de la première série d’ent (...)

33Un outil de lecture des enjeux publics liés aux questions de paysage et de cadre de vie en milieu urbain (figure 4.8) a été mis à contribution5. Il prend appui sur les assises conceptuelles définies au cours de travaux antérieurs menés en partenariat avec le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (Poullaouec-Gonidec et al., 2004).

34Cette grille de lecture propose d’aborder ces enjeux de manière à faire ressortir trois principaux attributs, soit les formes paysagères visées (tableau 4.3A), les thèmes évoqués (tableau 4.3B) ainsi que les intentions projetées (tableau 4.3C). De fait, tout enjeu renvoie, premièrement, à un contexte spatial de référence faisant intervenir des échelles et des formes matérielles concrètes. La forme physique du cadre bâti, une perspective visuelle singulière ou l’environnement sonore d’un quartier représentent quelques-unes de ces formes. Deuxièmement, un enjeu de paysage interpelle également un mode particulier d’appréciation du territoire urbain, un même espace pouvant faire l’objet de valorisations variées à travers l’évocation de thèmes comme ceux de nature, de patrimoine ou de cadre de vie. Troisièmement, ces enjeux projettent de multiples intentions de révéler, de protéger ou d’aménager un espace donné. Ainsi, une forme paysagère est source d’enjeu lorsque, par exemple, ses qualités sont menacées (ex. : préservation d’un espace vert, d’un patrimoine bâti) ou lorsque son état impose un changement important (ex. : requalification d’une rue commerciale, redéveloppement d’un secteur urbain dégradé).

35Comme on l’a mentionné précédemment, cette perspective inclusive rend compte tant de figures d’impressions générales de la ville que des figures d’expressions locales (figure 4.8). De fait, elle intègre des échelles de perception de la ville fort variables, passant du spectacle de ville embrassée d’un seul regard jusqu’à l’expérience urbaine intimiste et localisée. Elle évoque en ce sens autant les formes consacrées, voire les emblèmes reconnus sur le plan national et international, que les lieux porteurs de significations particulières pour les habitants d’un quartier ou d’une rue.

Figure 4.8 Outil de lecture des préoccupations publiques en matière de paysages et de cadres de vie en milieu urbain. (Source : Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal, 2009)

Tableau 4.3A Formes paysagères visées par les préoccupations publiques en matière d’aménagement urbain

Tableau 4.3A Formes paysagères visées par les préoccupations publiques en matière d’aménagement urbain

Tableau 4.3b Thèmes évoqués par les préoccupations publiques en matière d’aménagement urbain

Tableau 4.3b Thèmes évoqués par les préoccupations publiques en matière d’aménagement urbain

Tableau 4.3c Intentions paysagères projetées en réponse aux préoccupations publiques en matière d’aménagement urbain

Tableau 4.3c Intentions paysagères projetées en réponse aux préoccupations publiques en matière d’aménagement urbain

Vue prise à partir du sommet d’Outremont

  • 6 Les pages suivantes présentent une lecture de ces préoccupations évoquées dans des entretiens mené (...)

36Aussi, l’examen mené en 2009 auprès des villes et des arrondissements de l’île de Montréal présente-t-il une image plurielle des préoccupations locales en matière de protection, de mise en valeur et de développement des paysages et des cadres de vie urbains6.

Des formes paysagères variées

37Si le sens commun tend à consacrer les vues de ville comme une forme incontournable lorsque la question du paysage est évoquée, l’attrait visuel, considéré dans la présente démarche sous l’angle des préoccupations locales en matière d’aménagement du territoire, demeure ici relativement marginal en proportion (5 %) (figure 4.9). Circonscrites au plan spatial, les perspectives visuelles ne représentent une forme dominante que pour un seul arrondissement, celui de Ville-Marie (figures 4.10 et 4.11G) où la relation singulière entre le mont Royal, le centre des affaires et le fleuve offre diverses perspectives visuelles qui constituent autant de figures paysagères essentielles de cet arrondissement (figure 4.12). Or, si ces paysages sont aujourd’hui formellement reconnus, d’autres formes paysagères marquent plus fortement encore les préoccupations publiques en matière d’aménagement.

Figure 4.9 Occurrence relative des formes évoquées dans les préoccupations d’aménagement (paysages et cadres de vie) entretenues à l’échelle des villes et des arrondissements de l’île de Montréal. (Source : CPEUM, 2009)

Figure 4.10 Dominance des formes paysagères évoquées mesurée à l’échelle de chaque ville et arrondissement de l’île de Montréal. (Source : CPEUM, 2009)

Figure 4.11 Illustration des formes paysa gères dominantes à l’échelle de chaque ville et arrondissement de l’île de Montréal. Cette série de cartes présente la répartition géographique de chacune des formes évoquées. (Source : CPEUM, 2009)

Figure 4.12 En haut à gauche : exemple de corridor visuel vers la montagne. En haut à droite : perspective sur la silhouette du centre-ville. En bas : fenêtre sur le fleuve Saint-Laurent (arrondissement de Ville-Marie).

38 Si le sens commun tend à consacrer les vues de ville comme une forme incontournable lorsque la question du paysage est évoquée, l’attrait visuel demeure ici relativement marginal.

Figure 4.13 Les formes du haut lieu regroupent à la fois des emblèmes d’envergure métropolitaine, voire nationale, comme des secteurs investis de valorisations collectives explicites à l’échelle d’une municipalité. Pour les premiers, (en haut à gauche) le mont Royal, (en haut à droite) le canal de Lachine, ou (en bas à gauche) le Jardin botanique de Montréal en sont quelques exemples éloquents, tandis que, pour les seconds, (en bas à droite) le secteur du Bocage (« The Grove »), témoin des premiers espaces de villégiature de l’ouest de l’île (Ville de Beaconsfield) fait l’objet d’une reconnaissance patrimoniale marquée par la collectivité locale.

39En ce sens, les espaces élevés au rang de haut lieu (21 % des réponses) constituent des formes paysagères dominantes pour plusieurs entités municipales (figures 4.10 et 4.11A). Il s’agit de territoires ou de secteurs de la ville qui sont valorisés de longue date par une collectivité donnée en raison de leur caractère unique, de même que pour l’intérêt d’ordre patrimonial ou naturel qu’il recouvre (figure 4.13).

Figure 4.14 Quelques exemples de territoires identitaires qui sont fortement investis par les populations locales. En haut : le parcours riverain du lac Saint-Louis dans le secteur ouest de l’île de Montréal (chemin Bord-du-Lac, Cité de Dorval). Page suivante, en haut à gauche : le Parc du centenaire à Dollard-des-Ormeaux. En haut à droite : le rond-point central de la cité jardin de Ville Mont-Royal. En bas à gauche : le marché Jean-Talon (arrondissement de Villeray – Saint-Michel – Parc Extension). En bas à droite : les ruelles du Plateau Mont-Royal.

40Plusieurs identifient, dans une proportion de 16 % des réponses, certains territoires particuliers en raison du caractère identitaire qu’ils ont. Au même titre que les formes du haut lieu, ces formes sont considérées comme dominantes pour près de la moitié des entités administratives (figure 4.11B). Les formes visées sont multiples, elles incluent des lieux de rencontre chers aux populations locales comme des marchés publics, des noyaux villageois, des artères commerciales, des parcs publics de même que des espaces conviant à la promenade urbaine (figure 4.14).

41Les espaces en qualification (14 % des réponses), qu’ils représentent des sites industriels en transition d’usage, des boulevards urbains à revitaliser ou des infrastructures urbaines à requalifier, soulèvent également des préoccupations en matière de paysage et de cadre de vie. Les enjeux de redéveloppement de secteurs ciblés ressortent clairement pour certaines municipalités (figure 4.15).

Figure 4.15 Plusieurs entités municipales de l’île de Montréal requièrent des interventions visant à redonner de nouvelles qualités ou de nouvelles fonctions à un secteur donné. C’est le cas notamment (à gauche) d’un secteur du Mile End actuellement en redéveloppement pour des fins résidentielles (arrondissement du Plateau-Mont-Royal) et (à droite) du boulevard Newman à LaSalle que l’on cherche à requalifier.

Figure 4.16 La présence d’une forêt urbaine contribue grandement au caractère spécifique de certains secteurs ou quartiers entiers. Les arrondissements (à gauche) de Saint-Léonard et (à droite) d’Outremont constituent des exemples éloquents à cet égard.

42Parmi les autres formes évoquées, les espaces végétalisés représentent souvent des milieux reconnus pour leur qualité et leur apport singulier à un quartier (10 % des réponses). La présence d’un parc public ou de nombreux arbres matures en milieu résidentiel participent fortement à la spécificité d’un milieu urbain (figure 4.16).

Figure 4.17 Les emprises de transport ferroviaire peuvent créer des problématiques en matière d’accessibilité lorsqu’elles enclavent un secteur urbain spécifique, comme c’est le cas à Côte-Saint-Luc.

Figure 4.18 La qualité de l’environnement sensoriel de l’arrondissement d’Anjou est régulièrement soulevée en raison des nuisances sonores que génère la traversée de l’autoroute 25.

43Certaines préoccupations locales soulèvent enfin des problématiques d’aménagement particulières au regard de réseaux d’infrastructures urbaines (figure 4.17) ainsi que des motifs d’irritation liés à la qualité de l’environnement sensoriel d’un milieu de vie donné (figure 4.18).

De nouveaux thèmes

44Comme on l’a mentionné précédemment, la question du paysage en milieu urbain a traditionnellement été associée à l’harmonie des formes bâties, à l’équilibre des volumes ou à la création de perspectives emblématiques dans une optique d’embellissement de la ville. Cet accent mis sur les qualités visuelles des espaces urbains est propre au courant hygiéniste qui a été à la base de nombreux gestes d’aménagement qui ont refaçonné plusieurs villes européennes et nord-américaines. Aujourd’hui, les modes d’appréciation du territoire urbain s’ouvrent sur des thèmes tout aussi nouveaux que multiples (figure 4.19). Plus qu’un simple enjeu esthétique, l’attention particulière que l’on prête aux qualités ou à l’absence de qualité d’un milieu peut découler de points de vue variés.

45Aussi, actuellement, les intérêts locaux pour le territoire montréalais s’articulent d’abord sous l’angle de la qualité du cadre de vie (25 % des réponses), préoccupations qui font référence à la possibilité de jouir d’un environnement confortable et sécuritaire, d’accéder aisément à des services de proximité ou à des lieux de loisir et de récréation (figure 4.22). Fait important, cette dimension est dominante pour une majorité d’entités municipales sur l’île de Montréal (figures 4.20 et 4.21A).

Figure 4.19 Occurrence relative des thèmes évoqués dans les préoccupations d’aménagement (paysages et cadres de vie) entretenues à l’échelle des villes et des arrondissements de l’île 25 Montréal. (Source : CPEUM, 2009)

Figure 4.20 Dominance des thèmes d’ordre paysager évoqués mesurée à l’échelle de chaque ville et arrondissement de l’île de Montréal. (Source : CPEUM, 2009)

Figure 4.21 Illustration des thèmes dominants à l’échelle de chaque ville et arrondissement de l’île de Montréal. Cette série de cartes présente la répartition géographique de chacun des thèmes évoqués. (Source : CPEUM, 2009)

Figure 4.22 L’accès public des berges du fleuve dans l’arrondissement de Verdun (en haut à gauche) constitue un élément fortement valorisé par les populations résidantes. À l’inverse, l’impossibilité de jouir de ces espaces riverains représente une problématique de taille en matière de cadre de vie pour l’arrondissement du Sud-Ouest (en haut à droite) dans le secteur industriel du Havre. Les demandes citoyennes concernant la création de commerces de proximité à Montréal-Ouest (en bas à gauche), les préoccupations liées à la croissance de la circulation de transit dans certains quartiers résidentiels de Kirkland (en bas à droite) ou encore les enjeux de cohabitation entre les secteurs habités de Montréal-Est et la zone industrielle (page suivante) sont autant d’enjeux à considérer en matière de qualité du cadre de vie.

46Comme le montre la figure 4.19, les valorisations locales liées à l’identité et à l’attractivité d’un lieu comptent également parmi les principales dimensions évoquées (pour 16 % et 15 % des réponses respectivement). Aussi, ce qui contribue à l’identité d’un arrondissement ou d’une ville peut se définir tant à partir de caractéristiques concrètes du territoire qu’à partir des rapports moins tangibles qui lient une population à son territoire (figure 4.23). La notion d’attractivité fait référence, quant à elle, aux qualités singulières d’un lieu, qu’il suscite la venue de nouvelles populations résidentielles, qu’il engendre une fréquentation importante sur le plan tant commercial que récréotouristique, ou encore qu’il constitue un levier potentiel en vue d’attirer et de créer de nouveaux emplois (figure 4.24).

Figure 4.23 À Baie-d’Urfé (page précédente, en haut), le caractère de villégiature de la municipalité participe fortement à son identité. Ailleurs, c’est la présence de nombreuses communautés culturelles qui marque la spécificité d’un milieu, comme c’est le cas dans l’arrondissement Villeray – Saint-Michel – Parc-Extension (page précédente, en bas). Dans l’arrondissement Ville-Marie (en haut), la population résidante et aussi l’ensemble des populations montréalaises qui travaillent ou fréquentent le centre-ville éprouvent un fort sentiment d’identification pour celui-ci.

Figure 4.24 Le secteur de la marina de l’arrondissement de Lachine (page précédente) attire chaque année plusieurs milliers de visiteurs, il constitue un attrait à l’échelle tant locale que régionale. La valorisation des rives du canal de Lachine dans l’arrondissement du Sud-Ouest (en haut) représente un levier pour le redéveloppement de ce secteur en favorisant l’installation de nouveaux habitants et la mise en place de nouvelles activités économiques. Enfin, les nouveaux aménagements de la rue Décarie dans l’arrondissement de Saint-Laurent (en bas) participent, pour leur part, à rendre cette artère commerciale plus attractive, notamment en rendant cet axe plus accessible aux piétons et plus convivial.

Figure 4.25 Il est possible de constater les préoccupations quant à la transformation des milieux naturels pour différents secteurs de l’île de Montréal. Ainsi (en haut à gauche) du golf Meadowbrook (Côte-Saint-Luc) ; (en haut à droite) du bois Angell (Beaconsfield) ; (en bas à gauche) de l’Anse-à-l’Orme (Sainte-Anne-de-Bellevue) ; (en bas à droite) ou de la falaise Saint-Jacques (arrondissement du Sud-Ouest).

Figure 4.26 Un secteur de l’arrondissement de Verdun marqué par la présence de nombreux bungalows d’après-guerre fait l’objet de demandes de citoyens en vue de préserver de manière plus formelle ses valeurs patrimoniales.

47Enfin, la forte appréciation que les populations entretiennent envers les qualités qu’offrent certains milieux naturels est à la base de nombreux enjeux d’aménagement locaux (figure 4.25). Les valorisations locales peuvent évoquer encore un patrimoine architectural (figure 4.26), voire des questions liées à l’harmonie des formes urbaines (figure 4.27) ou à l’efficacité des espaces dans le domaine du transport par exemple. Cependant, et comme le montrent les figures 4.20 et 4.21 (E, F, G), ces thèmes ne sont dominants que pour un nombre plus restreint d’entités municipales.

Figure 4.27 Dans la foulée de la tradition hygiéniste, les préoccupations liées à la qualité de l’aménagement des espaces verts (en haut) ou celles liées à l’harmonie et à l’uniformité des formes bâties (en bas) représentent une valeur centrale pour les habitants de Wesmount.

Des intentions d’intervention

48Les formes et les thèmes d’ordre paysager présentés dans les paragraphes précédents sont rarement évoqués de manière isolée. Les préoccupations locales portent le plus souvent une volonté d’agir face aux transformations d’un territoire donné ou aux impressions de nature dépréciative entretenues au regard d’un lieu particulier. Pour le territoire de l’île de Montréal, les intentions avancées par les intervenants municipaux sont nombreuses et variées en réponse aux éléments de valorisation et aux enjeux publics soulevés. Sur la base des résultats compilés pour l’ensemble 7 % des entités municipales rencontrées, il ressort que les démarches de gestion et de planification représentent près du tiers des volontés d’intervention évoquées (figure 4.28). Par ailleurs, ces démarches sont dominantes pour une très large majorité de municipalités (figures 4.29 et 4.30a) et soulèvent une large palette de moyens. De fait, alors que certains prennent appui sur des outils spécifiques en matière de planification (ex. : Plan particulier d’urbanisme – PPU) ou de réglementation (ex %. : Plan d’implantation et d’intégration architecturale – PIA), d’autres vont mettre en œuvre des mesures de gestion adaptées à la particularité des enjeux locaux (figure 4.31).

Figure 4.28 Occurrence relative des intentions paysagères issues des préoccupations d’aménagement (paysages et cadres de vie) entretenues à l’échelle des villes et des arrondissements de l’île de Montréal. (Source : CPEUM Création, 2009)

Figure 4.29 Dominance des intentions paysagères projetées mesurée à l’échelle de chaque ville et arrondissement de l’île de Montréal. (Source : CPEUM, 2009)

Figure 4.30 Illustration des intentions paysagères dominantes à l’échelle de chaque ville et arrondissement de l’île de Montréal. Cette série de cartes présente la répartition géogra phique de chacune des intentions évoquées. (Source : CPEUM, 2009)

Figure 4.31 La mise en place d’un Plan particulier d’urbanisme (PPU) en vue d’encadrer le développement d’un projet d’éco-territoire dans le secteur de l’Anse-à-l’Orme (arrondissement de Pierrefonds-Roxboro, en haut) ou d’une réglementation stricte concernant le maintien des caractéristiques patrimoniales du cadre bâti de Ville Mont-Royal (en bas, à gauche) constituent des exemples d’outils de planification et de réglementation éloquents. De son côté, une démarche d’inventaire des arbres compte parmi les instruments de gestion plus spécifiques dont s’est doté l’arrondissement d’Outremont en vue de mener une gestion rigoureuse de sa forêt urbaine (en bas, à droite).

49Comme le présente la figure 4.28, les volontés d’agir en matière de protection/préservation et de fabrication/création de territoires urbains spécifiques comptent également parmi les principales intentions soulevées (19 % des réponses pour chacune d’elles). Alors que les démarches de protection/préservation sont dominantes pour près d’une dizaine de municipalités, dont une majorité située dans l’ouest de l’île (figure 4.30B), les mesures envisagées visent des milieux habités fort diversifiés (figure 4.32). Les intentions de fabrication/création, elles, sont foncièrement plurielles. Elles incluent des gestes visant tout autant la création de parcs et d’espaces publics et la fabrication de nouveaux quartiers que la dissimulation d’infrastructures linéaires (figure 4.33).

Figure 4.32 Les démarches de protection/préservation sont multiples et concernent aussi bien des formes architecturales témoignant d’époques variées, que ce soit (page précédente) le noyau villageois de Pointe-aux-Trembles (arrondissement de Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles) ou (en haut) le secteur de bungalows construit au cours des années 1960 et 1970 dans Roxboro (arrondissement de Pierrefonds-Roxboro) que des milieux naturels d’exception comme (en bas) le bois Saint-Jean-Baptiste campé sur le flanc nord du mont Royal (arrondissement d’Outremont).

Figure 4.33 Parmi les intentions de fabrication/création, il est possible d’y trouver des projets comme celui visant (page précédente) l’aménagement d’un centre civique autour de la station de métro Mont-Royal (arrondissement du Plateau-Mont-Royal), la réalisation (en haut) d’un parc sur le site de l’ancienne carrière Miron (arrondissement de Villeray – Saint-Michel – Parc Extension) ou la mise en place (en bas) de plantations le long de certains tronçons spécifiques des voies ferroviaires encerclant la ville de Côte-Saint-Luc.

Figure 4.34 Les artères commerciales (en haut à gauche) de Dollard-des-Ormeaux, l’entrée de ville (en haut à droite) de Montréal-Nord à partir du boulevard Pie-IX, ou (en bas à gauche) la jonction des autoroutes 20 et Côte-de-Liesse à la hauteur de Dorval, représentent différents contextes où des démarches de requalification sont envisagées en vue de révéler l’identité particulière d’un lieu ou encore de favoriser une plus grande mixité des usages (ex. : piétons, cyclistes, etc.) eu égard aux simples fonctions de transit que remplissent ces tronçons. Ces intentions peuvent aussi être animées par une volonté de redynamiser un espace public, comme celui du marché Maisonneuve (arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve), espace déjà investi par les populations locales (en bas à droite).

Figure 4.35 Le secteur (en haut) du bassin Peel (arrondissement du Sud-Ouest) ou (en bas) la zone agricole de l’île Bizard (arrondissement de L’Île-Bizard – Sainte-Geneviève) comptent parmi les secteurs faisant l’objet actuellement de démarches de mise en valeur de paysages urbains montréalais.

50D’autres enjeux invitent à repenser les qualités d’un espace ou ses usages en fonction des besoins changeants des populations. Ces préoccupations de qualification/requalification impliquent souvent le réaménagement de tronçons routiers ou autoroutiers ou le redéveloppement d’anciens secteurs industriels aujourd’hui abandonnés (figure 4.34).

51À un moindre degré, certaines entités municipales cherchent à mettre en valeur les qualités reconnues d’un lieu donné, d’en révéler l’identité plus fortement, que ce soit les caractéristiques naturelles d’une forme paysagère ou l’expression particulière d’un patrimoine donné (figure 4.35).

Figure 4.36 Pour l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve, la sensibilisation des propriétaires à la conservation des caractéristiques d’intérêt patrimonial de leur bâtiment reste une préoccupation importante.

52Enfin, soulignons que de nombreuses démarches d’évaluation sont menées un peu partout sur le territoire de l’île en vue de mieux comprendre les différents besoins des populations en matière de sécurité, de loisir, etc. D’autres visent plus directement à sensibiliser les citoyens quant à l’importance de prêter une attention aux qualités architecturales de leur propriété lors des activités de rénovation (figure 4.36).

Constats généraux sur les enjeux et les valorisations

53Le précédent exercice aura permis de cerner les contours des enjeux et des valorisations paysagères à partir d’approches et d’échelles d’analyse variées. Trois constats méritent d’être dégagés sur la base de ce travail.

54D’une part, force est de reconnaître la diversité des préoccupations qui concernent la prise en compte des dimensions de paysage et de cadre de vie au regard du devenir du territoire de l’île de Montréal. En effet, loin d’être associées à la seule question esthétique, les préoccupations régionales et locales concernent aujourd’hui une très large palette de dimensions, de la reconnaissance de l’identité d’un territoire à la préservation des caractéristiques naturelles ou patrimoniales d’un milieu, en passant par la mise en valeur de l’image de marque d’un quartier en vue de stimuler son développement. Ainsi, le caractère pluriel de ces préoccupations fait en sorte que l’ensemble des dossiers d’aménagement du territoire portés à l’échelle de l’île de Montréal implique de près ou de loin des questions de paysage et de qualité du cadre de vie.

55D’autre part, il importe de souligner le caractère récurrent de nombreuses préoccupations d’aménagement à l’échelle du territoire municipal de l’île de Montréal. Citons la récurrence des problématiques en matière de requalification des entrées routières, que l’on rencontre autant à Dollarddes-Ormeaux que dans les arrondissements de Saint-Laurent et de Montréal-Nord. Signalons aussi que des arrondissements comme ceux d’Anjou, de Pierrefonds-Roxboro ou de Saint-Léonard ont en commun des préoccupations quant à la protection des valeurs patrimoniales des secteurs de bungalows construits au tournant des années 1960. Enfin, mentionnons également les nombreuses entités municipales engagées dans des chantiers importants visant le redéveloppement de secteurs déstructurés ou en transition, comme c’est le cas à l’intérieur des arrondissements du Plateau-Mont-Royal, de Rosemont – La Petite-Patrie, de Pierrefonds-Roxboro ou du Sud-Ouest.

56Enfin, si les préoccupations entretenues envers les paysages et les cadres de vie sont multiples, aucune position claire ni aucun cadre d’actions spécifiques et cohérents ne se dégage à l’heure actuelle à l’échelle de l’île de Montréal. Aussi, bien que ces questions soient de plus en plus reconnues dans les démarches publiques, un manque crucial d’arrimage et de dialogue persiste quant aux actions sectorielles engagées au nom du paysage. De là l’urgence de mettre en place un cadre de référence commun en vue d’assurer la gestion et la mise en œuvre des valeurs paysagères de l’île de Montréal. Sachant que ces valeurs sont fluctuantes dans le temps, il importe de les documenter de manière continue afin de permettre la prise en compte à l’intérieur des processus d’aménagement des valeurs déclarées et partagées sur le plan d’une collectivité ainsi que la révélation de valeurs émergentes et, donc, de nouveaux paysages urbains (Brunetta et Voghera, 2008).

Notes

1 Voir les dispositions particulières incluses à cet égard dans le premier plan d’urbanisme de la Ville de Montréal en 1992.

2 Notons que le territoire d’inter vention ciblé dans ce plan d’urbanisme intégrait, au moment de sa publication en 2004, l’ensemble des entités municipales de l’île de Montréal.

3 Pour des fins légales, une politique d’admissibilité des images est mise en place par Panoramio sur le plan notamment des droits d’auteurs. Notons aussi que la grande majorité des images versées sur le site sont illustratives de lieux. De plus amples détails sur cette politique d’admissibilité sont fournis à l’adresse suivante : www.panoramio.com/help#GE_3.

4 Une première phase d’entretiens a été menée entre novembre 2004 et mars 2005 par la Chaire en paysage et environnement auprès de 26 arrondissements de Montréal (sur un total de 27 en 2004). Sur la base de cette première démarche, une seconde phase d’entretiens a été conduite entre les mois de mars et mai 2009 auprès de 30 arrondissements et municipalités liés à l’agglomération de l’île de Montréal (sur un total de 34 entités municipales). Le présent document rapporte les résultats de cette seconde phase.

5 Notons que cette grille de lecture a été adaptée et validée sur la base de la première série d’entretiens mentionnée à la note précédente. Pour de plus amples détails concernant son élaboration, voir : Poullaouec-Gonidec, P. et S. Paquette, 2005. « Des paysages de l’urbain », in Poullaouec-Gonidec, P., Domon, G. et S. Paquette (dir.). Paysages en perspective, Les Presses de l’Université de Montréal, Série « Paysages », p. 275-318.

6 Les pages suivantes présentent une lecture de ces préoccupations évoquées dans des entretiens menés auprès des intervenants de l’aménagement urbain de 30 entités municipales de l’île de Montréal (de l’ensemble des entités municipales locales, seules trois n’ont pu participer à l’enquête pour des raisons de disponibilité). L’importance relative occupée par chacun des attributs (formes, thèmes et intentions) est représentée d’abord sous forme graphique. Il est possible ainsi d’identifier les attributs qui ressortent globalement comme les plus marquants à l’échelle de l’île de Montréal (30 entités administratives). Une série de cartes montrent ensuite les attributs dominants à l’échelle cette fois de chacun des arrondissements et de chacune des villes considérés. Sur la base de l’analyse du contenu de l’ensemble des entretiens, une évaluation de cette dominance est rendue possible par la comptabilisation des occurrences de chacun des attributs de formes, de thèmes ou d’intentions évoqués. Si certains attributs obtiennent le même nombre d’occurrences, la dominance est partagée entre ceux-ci.

Table des illustrations

Légende Quartier des spectacles, rue Saint-Laurent
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Musée d’art contemporain de Montréal (détail)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Îles-des-Sœurs
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau 4.1. Principaux enjeux d’aménagement relevant des plans d’action, politiques et initiatives récents sur l’île de Montréal
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Rue des Écores
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9k
Légende Chemin Olmsted du Parc du Mont-Royal
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 787k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8k
Légende Pont Victoria
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8k
Légende Figure 4.1 Localisation des images géoréférencées et mises en ligne par les utilisateurs du site Panoramio pour le territoire de l’île de Montréal. À partir de cette figure, il est possible de dresser un portrait général des secteurs valorisés du point de vue des usagers. (Source : www.panoramio.com,consultéentrele26aoûtetle2septembre2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Figure 4.2 Exemples d’images tirées du site Panoramio réalisées à partir du belvédère Kondiaronk du mont Royal, arrondissement de Ville-Marie. (Source : www.panoramio.com, consulté le 1er octobre2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Tableau 4.2 Principaux secteurs de l’île de Montréal visés par les photographies mises en ligne sur le site Panoramio
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 4.3 Exemples d’images tirées du site Panoramio réalisées le long du parc des Rapides, arrondissement de Lasalle. (Source : www.panoramio.com, consulté le 1er octobre 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Figure 4.4 Exemples d’images tirées du site Panoramio réalisées dans le parc-nature du Boisde-l’Île-Bizard, arrondissement de l’Île-Bizard – Sainte-Geneviève. (Source : www.panoramio.com, consulté le 1er octobre 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 4.5 Exemples d’images tirées du site Panoramio réalisées sur le campus de l’Université de Montréal, arrondissement Côte-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce. (Source : www.panoramio.com, consulté le 1er octobre 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Figure 4.6 Exemples d’images tirées du site Panoramio réalisées à partir et à proximité du pont Jacques-Cartier, arrondissement Ville-Marie. (Source : www.panoramio.com, consulté le 1er octobre 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Figure 4.7 Exemples d’images tirées du site Panoramio réalisées à partir de la trame urbaine, arrondissement du Plateau-Mont-Royal. (Source : www.panoramio.com, consulté le 1er octobre 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Figure 4.8 Outil de lecture des préoccupations publiques en matière de paysages et de cadres de vie en milieu urbain. (Source : Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal, 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 4.3A Formes paysagères visées par les préoccupations publiques en matière d’aménagement urbain
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 4.3b Thèmes évoqués par les préoccupations publiques en matière d’aménagement urbain
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau 4.3c Intentions paysagères projetées en réponse aux préoccupations publiques en matière d’aménagement urbain
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Vue prise à partir du sommet d’Outremont
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 4.9 Occurrence relative des formes évoquées dans les préoccupations d’aménagement (paysages et cadres de vie) entretenues à l’échelle des villes et des arrondissements de l’île de Montréal. (Source : CPEUM, 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Figure 4.10 Dominance des formes paysagères évoquées mesurée à l’échelle de chaque ville et arrondissement de l’île de Montréal. (Source : CPEUM, 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 4.11 Illustration des formes paysa gères dominantes à l’échelle de chaque ville et arrondissement de l’île de Montréal. Cette série de cartes présente la répartition géographique de chacune des formes évoquées. (Source : CPEUM, 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 4.12 En haut à gauche : exemple de corridor visuel vers la montagne. En haut à droite : perspective sur la silhouette du centre-ville. En bas : fenêtre sur le fleuve Saint-Laurent (arrondissement de Ville-Marie).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Figure 4.13 Les formes du haut lieu regroupent à la fois des emblèmes d’envergure métropolitaine, voire nationale, comme des secteurs investis de valorisations collectives explicites à l’échelle d’une municipalité. Pour les premiers, (en haut à gauche) le mont Royal, (en haut à droite) le canal de Lachine, ou (en bas à gauche) le Jardin botanique de Montréal en sont quelques exemples éloquents, tandis que, pour les seconds, (en bas à droite) le secteur du Bocage (« The Grove »), témoin des premiers espaces de villégiature de l’ouest de l’île (Ville de Beaconsfield) fait l’objet d’une reconnaissance patrimoniale marquée par la collectivité locale.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Légende Figure 4.14 Quelques exemples de territoires identitaires qui sont fortement investis par les populations locales. En haut : le parcours riverain du lac Saint-Louis dans le secteur ouest de l’île de Montréal (chemin Bord-du-Lac, Cité de Dorval). Page suivante, en haut à gauche : le Parc du centenaire à Dollard-des-Ormeaux. En haut à droite : le rond-point central de la cité jardin de Ville Mont-Royal. En bas à gauche : le marché Jean-Talon (arrondissement de Villeray – Saint-Michel – Parc Extension). En bas à droite : les ruelles du Plateau Mont-Royal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 753k
Légende Figure 4.15 Plusieurs entités municipales de l’île de Montréal requièrent des interventions visant à redonner de nouvelles qualités ou de nouvelles fonctions à un secteur donné. C’est le cas notamment (à gauche) d’un secteur du Mile End actuellement en redéveloppement pour des fins résidentielles (arrondissement du Plateau-Mont-Royal) et (à droite) du boulevard Newman à LaSalle que l’on cherche à requalifier.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Figure 4.16 La présence d’une forêt urbaine contribue grandement au caractère spécifique de certains secteurs ou quartiers entiers. Les arrondissements (à gauche) de Saint-Léonard et (à droite) d’Outremont constituent des exemples éloquents à cet égard.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Figure 4.17 Les emprises de transport ferroviaire peuvent créer des problématiques en matière d’accessibilité lorsqu’elles enclavent un secteur urbain spécifique, comme c’est le cas à Côte-Saint-Luc.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Figure 4.18 La qualité de l’environnement sensoriel de l’arrondissement d’Anjou est régulièrement soulevée en raison des nuisances sonores que génère la traversée de l’autoroute 25.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Figure 4.19 Occurrence relative des thèmes évoqués dans les préoccupations d’aménagement (paysages et cadres de vie) entretenues à l’échelle des villes et des arrondissements de l’île 25 Montréal. (Source : CPEUM, 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Figure 4.20 Dominance des thèmes d’ordre paysager évoqués mesurée à l’échelle de chaque ville et arrondissement de l’île de Montréal. (Source : CPEUM, 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 4.21 Illustration des thèmes dominants à l’échelle de chaque ville et arrondissement de l’île de Montréal. Cette série de cartes présente la répartition géographique de chacun des thèmes évoqués. (Source : CPEUM, 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Figure 4.22 L’accès public des berges du fleuve dans l’arrondissement de Verdun (en haut à gauche) constitue un élément fortement valorisé par les populations résidantes. À l’inverse, l’impossibilité de jouir de ces espaces riverains représente une problématique de taille en matière de cadre de vie pour l’arrondissement du Sud-Ouest (en haut à droite) dans le secteur industriel du Havre. Les demandes citoyennes concernant la création de commerces de proximité à Montréal-Ouest (en bas à gauche), les préoccupations liées à la croissance de la circulation de transit dans certains quartiers résidentiels de Kirkland (en bas à droite) ou encore les enjeux de cohabitation entre les secteurs habités de Montréal-Est et la zone industrielle (page suivante) sont autant d’enjeux à considérer en matière de qualité du cadre de vie.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Figure 4.23 À Baie-d’Urfé (page précédente, en haut), le caractère de villégiature de la municipalité participe fortement à son identité. Ailleurs, c’est la présence de nombreuses communautés culturelles qui marque la spécificité d’un milieu, comme c’est le cas dans l’arrondissement Villeray – Saint-Michel – Parc-Extension (page précédente, en bas). Dans l’arrondissement Ville-Marie (en haut), la population résidante et aussi l’ensemble des populations montréalaises qui travaillent ou fréquentent le centre-ville éprouvent un fort sentiment d’identification pour celui-ci.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 4.24 Le secteur de la marina de l’arrondissement de Lachine (page précédente) attire chaque année plusieurs milliers de visiteurs, il constitue un attrait à l’échelle tant locale que régionale. La valorisation des rives du canal de Lachine dans l’arrondissement du Sud-Ouest (en haut) représente un levier pour le redéveloppement de ce secteur en favorisant l’installation de nouveaux habitants et la mise en place de nouvelles activités économiques. Enfin, les nouveaux aménagements de la rue Décarie dans l’arrondissement de Saint-Laurent (en bas) participent, pour leur part, à rendre cette artère commerciale plus attractive, notamment en rendant cet axe plus accessible aux piétons et plus convivial.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 4.25 Il est possible de constater les préoccupations quant à la transformation des milieux naturels pour différents secteurs de l’île de Montréal. Ainsi (en haut à gauche) du golf Meadowbrook (Côte-Saint-Luc) ; (en haut à droite) du bois Angell (Beaconsfield) ; (en bas à gauche) de l’Anse-à-l’Orme (Sainte-Anne-de-Bellevue) ; (en bas à droite) ou de la falaise Saint-Jacques (arrondissement du Sud-Ouest).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Figure 4.26 Un secteur de l’arrondissement de Verdun marqué par la présence de nombreux bungalows d’après-guerre fait l’objet de demandes de citoyens en vue de préserver de manière plus formelle ses valeurs patrimoniales.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 738k
Légende Figure 4.27 Dans la foulée de la tradition hygiéniste, les préoccupations liées à la qualité de l’aménagement des espaces verts (en haut) ou celles liées à l’harmonie et à l’uniformité des formes bâties (en bas) représentent une valeur centrale pour les habitants de Wesmount.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 999k
Légende Figure 4.28 Occurrence relative des intentions paysagères issues des préoccupations d’aménagement (paysages et cadres de vie) entretenues à l’échelle des villes et des arrondissements de l’île de Montréal. (Source : CPEUM Création, 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Figure 4.29 Dominance des intentions paysagères projetées mesurée à l’échelle de chaque ville et arrondissement de l’île de Montréal. (Source : CPEUM, 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Figure 4.30 Illustration des intentions paysagères dominantes à l’échelle de chaque ville et arrondissement de l’île de Montréal. Cette série de cartes présente la répartition géogra phique de chacune des intentions évoquées. (Source : CPEUM, 2009)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Figure 4.31 La mise en place d’un Plan particulier d’urbanisme (PPU) en vue d’encadrer le développement d’un projet d’éco-territoire dans le secteur de l’Anse-à-l’Orme (arrondissement de Pierrefonds-Roxboro, en haut) ou d’une réglementation stricte concernant le maintien des caractéristiques patrimoniales du cadre bâti de Ville Mont-Royal (en bas, à gauche) constituent des exemples d’outils de planification et de réglementation éloquents. De son côté, une démarche d’inventaire des arbres compte parmi les instruments de gestion plus spécifiques dont s’est doté l’arrondissement d’Outremont en vue de mener une gestion rigoureuse de sa forêt urbaine (en bas, à droite).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 1005k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Figure 4.32 Les démarches de protection/préservation sont multiples et concernent aussi bien des formes architecturales témoignant d’époques variées, que ce soit (page précédente) le noyau villageois de Pointe-aux-Trembles (arrondissement de Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles) ou (en haut) le secteur de bungalows construit au cours des années 1960 et 1970 dans Roxboro (arrondissement de Pierrefonds-Roxboro) que des milieux naturels d’exception comme (en bas) le bois Saint-Jean-Baptiste campé sur le flanc nord du mont Royal (arrondissement d’Outremont).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Figure 4.33 Parmi les intentions de fabrication/création, il est possible d’y trouver des projets comme celui visant (page précédente) l’aménagement d’un centre civique autour de la station de métro Mont-Royal (arrondissement du Plateau-Mont-Royal), la réalisation (en haut) d’un parc sur le site de l’ancienne carrière Miron (arrondissement de Villeray – Saint-Michel – Parc Extension) ou la mise en place (en bas) de plantations le long de certains tronçons spécifiques des voies ferroviaires encerclant la ville de Côte-Saint-Luc.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 4.34 Les artères commerciales (en haut à gauche) de Dollard-des-Ormeaux, l’entrée de ville (en haut à droite) de Montréal-Nord à partir du boulevard Pie-IX, ou (en bas à gauche) la jonction des autoroutes 20 et Côte-de-Liesse à la hauteur de Dorval, représentent différents contextes où des démarches de requalification sont envisagées en vue de révéler l’identité particulière d’un lieu ou encore de favoriser une plus grande mixité des usages (ex. : piétons, cyclistes, etc.) eu égard aux simples fonctions de transit que remplissent ces tronçons. Ces intentions peuvent aussi être animées par une volonté de redynamiser un espace public, comme celui du marché Maisonneuve (arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve), espace déjà investi par les populations locales (en bas à droite).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 650k
Légende Figure 4.35 Le secteur (en haut) du bassin Peel (arrondissement du Sud-Ouest) ou (en bas) la zone agricole de l’île Bizard (arrondissement de L’Île-Bizard – Sainte-Geneviève) comptent parmi les secteurs faisant l’objet actuellement de démarches de mise en valeur de paysages urbains montréalais.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 4.36 Pour l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve, la sensibilisation des propriétaires à la conservation des caractéristiques d’intérêt patrimonial de leur bâtiment reste une préoccupation importante.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6912/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search