Version classiqueVersion mobile

Montréal en paysages

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Sylvain Paquette

3. De l’impression à l’expression

Texte intégral

Le paysage est une appréciation du territoire par un individu ou une collectivité […]. L’appréciation requiert que certains caractères particuliers d’un lieu […] ainsi que son expérience sensible, qu’il soit emblème consacré ou cadre de vie quotidien, fassent l’objet d’un attachement ou de valorisations sociales et culturelles. (Paquette et al., 2008)

1Cette description définit très clairement le paysage comme une appréciation qui contribue directement ou indirectement à la mise en valeur de certains caractères ou traits évocateurs du territoire. Ces derniers sont constitutifs de qualifications de formes, de cadrages visuels et de représentations des lieux soumis aux regards de tout un chacun. Ainsi, le paysage s’apprécie de multiples façons. Toutefois et sur la base des discours et des pratiques sur la ville (Poullaouec-Gonidec et Paquette, 2005), ils se dégagent deux figures prégnantes de son appréciation.

2La première est celle du regard englobant sur la ville qui nous livre une ou des impressions générales, soit celle qui exprime la beauté ou la laideur d’une ville. Cette appréciation paysagère s’opère par une mise à distance de la ville et une opinion générale émise vis-à-vis de celle-ci à laquelle les points de vue panoramiques peuvent fortement contribuer tout comme l’expérience du lieu lui-même ou la conjonction de multiples images ou représentations.

Cette considération paysagère est présente dans l’appréciation courante des villes, elle singularise un point de vue trivial participant à construire une figure d’impression générale et discernable de la ville dans l’imaginaire collectif. (Poullaouec-Gonidec et Paquette, 2005, p. 304)

3La deuxième figure est celle qui révèle le caractère intérieur de la ville, l’expression de son âme. Ses références ne sont plus celles de l’appréciation distante et éloignée, mais bien celles des regards et d’une expérience de proximité. Celles que l’on associe aux espaces de vie, au quotidien et aux déambulations urbaines qui livrent les textures matérielles et immatérielles ainsi que les détails de chaque rue et de chaque quartier.

Cette figure d’intériorité […] implique le plus souvent un observateur se déplaçant et une ville elle-même en mouvement autour de lui. C’est l’expérience de la rue, mais aussi celle de lieux et de contextes renvoyant à des identités multiples conférées par une histoire, une culture, une population et un climat particulier. Il peut s’agir d’un paysage palimpseste, qui se découvre progressivement par le parcours, ou d’une multitude de tableaux résultant d’une fragmentation du territoire par le regard. Dans la profusion des stimuli, l’observateur ne s’attarde que sur les éléments qu’il reconnaît et valorise. (Poullaouec-Gonidec et Paquette, 2005, p. 305)

Vue prise à partir du belvédère Camilien-Houde du mont Royal

4L’urbain à cette échelle d’expériences est un univers d’expressions paysagères qui se complètent, se juxtaposent et qui s’opposent parfois entre elles et vis-à-vis de l’impression générale que nous avons d’une ville. Ainsi, la qualité environnementale ou l’intérêt patrimonial de certaines ambiances de rues et de quartiers d’une ville peuvent coexister avec sa laideur. Ces deux figures d’impression et d’expression s’interpellent et se façonnent mutuellement pour livrer les traits caractéristiques des paysages urbains. Elles représentent en quelque sorte les deux pôles d’un continuum d’expressions variées.

5La présente section livre un aperçu des impressions et des expressions paysagères de l’île de Montréal. Sur la base de missions photographiques, les regards portés sur le territoire traduisent quelques traits significatifs de ses paysages. Ceux-ci ne constituent en aucun cas un inventaire. Bien au contraire, ces mises en images du territoire sont des illustrations non exhaustives des singularités présentes.

6Deux types de caractérisation ont été retenus à cette fin, soit un assemblage photographique d’expressions paysagères et une analyse des traits dominants de l’organisation et des formes territoriales de l’île de Montréal.

7Livré à titre indicatif, ces aperçus complètent la lecture des enjeux et des valorisations des paysages montréalais présentée dans le chapitre suivant.

Mosaïques paysagères

8Le balisage photographique présenté est une association d’images, une courtepointe. Ces mosaïques photographiques accolent et opposent des cadrages pour offrir à la fois une palette d’expressions singulières du territoire et une impression générale de celui-ci. Elles sont des tableaux impressionnistes de la ville, du territoire urbain montréalais.

9Cette lecture paysagère n’est pas sujette à l’appréciation des auteurs puisque la finalité de ces assemblages iconographiques est avant tout illustrative de certains traits territoriaux pour en dégager des impressions paysagères.

  • 1 Le balisage terrain a été réalisé en considérant les enjeux des arrondissements et des municipalit (...)

10En regard de la récurrence de certaines prises de vue photographiques1, neuf thèmes ont été retenus pour cette lecture du paysage montréalais, soit les expressions :

● de points de vue urbains● de structures et d’infrastructures● d’habitats et d’architectures● de rues et de ruelles● de natures

● d’hiver● de nuit● de société● de pratiques hivernales

11Cet aperçu d’expressions paysagères vis-à-vis des éléments représentatifs de la condition territoriale de l’île de Montréal dévoile un univers d’ambiances et d’attraits qui expriment la très grande diversité paysagère du territoire. La juxtaposition photographique montre également des traits représentatifs de Montréal, soit les caractères éclectique et hétérogène des lieux, les ambiances chromatiques, l’échelle intermédiaire de l’habitat, la prégnance des enfilades de rues et de boulevards, le caractère vétuste de certaines infrastructures, la présence de l’eau dans les espaces naturels, la lumière crue des ciels d’hiver, les multiples usages des espaces publics à travers les saisons, etc.

12De ces quelques mosaïques et de leur jumelage se dégagent des impressions paysagères qui contribuent à définir les qualités inhérentes au territoire montréalais tout comme elles s’ouvrent à de multiples interprétations. Cette lecture met en contexte et singularise le territoire. Ces quelques cadrages visuels constituent d’une certaine manière un premier état des lieux qui traduit les traits du paysage montréalais, ses ambiances singulières. Étant donné l’aspect réducteur et schématique de cet aperçu visuel, cette caractérisation paysagère pourrait être enrichie ultimement par les dynamiques spatiales et temporelles ainsi que les aspects sonores et olfactifs pour donner son véritable sens.

Vue sur le Vieux-Port de Montréal et le centre-ville

Points de vue urbains

13Belvédères panoramiques, points de vue cadrés, cônes visuels, « skyline urbain », « vues de ville », le territoire montréalais offre de nombreuses prises sur son horizon, sa montagne, son fleuve ou sur la texture de son environnement bâti. Les mises en scène visuelles sont multiples et infinies. Fixes ou mobiles, les plans se côtoient et se superposent. Planifiées, fugaces ou inscrites dans l’histoire de la ville, ces vues d’impression générale participent fortement à la reconnaissance de ses paysages urbains.

Structures et infrastructures

14Traces d’un passé et d’un présent industriel, monuments architecturaux, ouvrages d’art ou équipements autoroutiers sont les quelques signes de l’omniprésence des infrastructures urbaines sur l’île de Montréal. Certains d’entre eux s’imposent dans le ciel par leur démesure, d’autres sont des points d’appel visuel dans l’horizon montréalais, des repères ou des « landmarks ». D’autres encore affirment, par leur singularité, l’identité et l’image de la ville. Leur vétusté, leur contemporanéité, leur utilité, leur nuisance visuelle, leur intérêt patrimonial ou leur potentialité de reconquête urbaine accompagnent sans cesse nos relations et nos questionnements ambivalents à leur égard.

Habitats et architectures

15Multiplicité de matériaux, de formes, de couleurs, de volumes, les architectures montréalaises restent foncièrement éclectiques. Elles s’inscrivent dans la durée, de la Nouvelle-France aux projets contemporains. L’habitat est l’espace d’appropriation d’une population plurielle, venant d’ici comme d’ailleurs, qui a contribué à forger l’identité de certains quartiers. Il s’étend du noyau dense aux zones excentrées et s’exprime tout au long de ce déploiement territorial. L’île de Montréal est un conglomérat de formes urbaines, tantôt fortement contrastées, tantôt plus régulières. Si certaines singularités se remarquent, elles sont rarement homogènes. Les jardins de rue, les escaliers de métal, les frontons et les toits plats constituent quelques-uns des traits de cette architecture montréalaise. Inclusives des goûts et des humeurs de ses habitants, leurs expressions et leurs textures se dévoilent au fil des rues.

Rues et ruelles

16Les rues et les ruelles sont les premiers espaces publics au seuil de nos portes. Qu’on les parcoure à pied, à vélo ou en voiture, elles offrent une diversité d’expériences et d’ambiances paysagères. Parcours de l’empressement, de la promenade, espaces de déambulation et d’exploration, elles représentent les paysages de proximité des Montréalais. Les ambiances de rue et de ruelles sont le miroir des gestes de leurs habitants. Dans plusieurs quartiers montréalais, c’est l’enfilade des façades colorées et des petits jardins privés qui anime les voies urbaines. Dans d’autres cas, ce sont les arbres plantés le long d’un avenue ou d’un boulevard qui créent l’unité paysagère recherchée. De leur côté, les ruelles sont les figures intimes des quartiers. Elles restent le terrain d’aventure privilégié de leurs habitants. Lieu d’utopies et de tous les possibles, la nature s’y déploie aisément et dissimule les échos des salles à manger improvisées des soirées d’été.

Natures

17Les berges du fleuve, les flancs du mont Royal, les forêts urbaines, les friches végétales, voire les jardins communautaires constituent les espaces de nature privilégiés pour les Montréalais. Omniprésente dans certains quartiers par les réseaux d’espaces verts, les parcs et les plantations d’arbres de rue, cette nature s’exprime parfois de manière spontanée dans des lieux laissés pour compte qui créent, au fil du temps, des expressions de nature fortement valorisées par la population. Au-delà de la flore, la nature de l’île de Montréal est également l’expression d’une faune qui côtoie le quotidien des citadins. Elle oscille entre indétermination et domestication. Qu’elle soit laissée à elle-même ou fortement aménagée, la nature offre une expérience paysagère variée et unique qui ne cesse de révéler de nouvelles potentialités. Face à ces multiples visages qui s’expriment selon les saisons, on consentira des efforts pour la protéger ou pour mieux la faire connaître et la mettre en valeur.

Hiver

18Les paysages montréalais sont indissociables du caractère cyclique des saisons de cette ville nordique. Les ambiances d’hiver, leur luminosité singulière, leur ciel tranquille et vaste, tout comme les sonorités qu’elles suggèrent, sons feutrés ou bruissements glacés, marquent un temps fort de la vie urbaine. Les fumées blanches des cheminées qui s’élèvent dans le ciel et les vapeurs de glace du fleuve Saint-Laurent constituent l’un des traits expressifs des matins de grands froids. Les rues se rétrécissent, les trottoirs deviennent des chemins hivernaux qui prennent formes pas à pas dans les bancs de neige. La ville perd ses odeurs et plusieurs de ses couleurs. Au fil des parcours, elle semble monochrome ou bicolore. Pourtant, c’est la saison où les maisons livrent toute la richesse et l’éclat de leur texture architecturale. Déparés de leur feuillage, les arbres offrent des transparences et des profondeurs. Celles-ci génèrent de nouveaux points de vue sur la ville.

Nuit

19L’expérience des paysages nocturnes de Montréal est faite de contraste. Qu’ils soient programmés ou involontaires, les jeux d’ombres et de lumières fascinent ou désolent. Ils rendent visible une artère, mettent en perspective un bâtiment, révèlent un quartier ou la silhouette de la ville. Le paysage nocturne devient événementiel dans certains secteurs du centre-ville. L’architecture publique et patrimoniale se met en lumière. Les tours de bureaux du centre-ville révèlent leur transparence. Les enseignes s’affichent sur les façades. Les éclairages de rues dans les quartiers se transforment en veilleuses de nuit. Lorsque les places de spectacle s’inventent des jeux de nuit, d’autres lieux tombent en dormance. Les parcs deviennent les taches sombres des interdits nocturnes. Le fleuve Saint-Laurent perd ses éclats d’écume. Seul, le son assourdissant des rapides nous rappelle sa présence dans la nuit noire.

Société

20La ville est par définition un lieu de concentration. L’humain y est donc indissociable. Les voies de son appropriation du territoire sont diverses. Ici, elles reflètent la manière dont la population montréalaise occupe et aménage son habitat, s’y implique au quotidien dans ses déplacements ou la fréquente dans ses loisirs. Ces pratiques marquent, par-dessus tout, les identités multiples de ses paysages et de ses cadres de vie. Elles nous rappellent également que le territoire est investi de regards, de pratiques, de mouvements des uns et des autres à toutes saisons. Le citadin est une composante incontournable du paysage urbain. Sa présence est de l’ordre de l’attendu dans les rues, les ruelles, les jardins et les parcs de la ville. Son absence sonnerait l’inquiétude. Il est le signe que la ville est avant tout un lieu à partager et à vivre ensemble.

Pratiques hivernales

21La nordicité montréalaise est à la fois rejetée et acceptée. Les citadins sont ambivalents. La belle saison (l’été) est adulée et l’hiver reste malheureusement pour bien des habitants le passage obligé de l’année. Sitôt les chutes de neige passées, la ville cherche tant bien que mal à effacer les traces de son hiver. Pourtant, les paysages urbains hivernaux révèlent une vie citadine joueuse de neige et de glace. Ainsi, plusieurs parcs sont de véritables mises en scène « bruegéliennes ». Les centaines de patinoires comme les nombreuses pentes enneigées sont étroitement associées à la qualité des pauses ludiques et aux spectacles uniques qu’offre cette condition nordique.

Impressions paysagères

Organisation et formes territoriales

22Les paysages résultent de nos regards, de nos appréciations sur un territoire ou des lieux particuliers. Nous en ramenons des opinions diverses qui oscillent entre la beauté, l’intérêt général et l’expression spécifique des lieux. Les illustrations qui suivent rapportent le résultat d’une analyse paysagère réalisée dans 19 arrondissements et 13 villes de l’île de Montréal. Elle livre un aperçu des impressions générales que nous nous faisons de l’organisation et des formes territoriales de l’île de Montréal.

23Une analyse photographique (mission photographique – été 2009) de chacune des localités administratives de l’île, couplée à des données cartographiques et textuelles, a permis de définir, à titre indicatif, certains traits dominants et contextuels du paysage montréalais.

24Ainsi, sur la base d’une appréciation photographique, chacun des 32 lieux étudiés a fait l’objet d’une évaluation des contrastes ou des oppositions sémantiques tels que : « Densité/diffusion », « Singularité/commun », « Pérennité/mutation », « Uniformité/contraste » et « Unité/diversité ». Chaque illustration cartogra phique est associée à l’un des cinq binômes retenus. L’ensemble exprime en mots les caractères dominants et non dominants de l’organisation formelle du territoire.

25Ce bref balisage des impressions paysagères de l’île de Montréal exprime une diversité de situations selon les lieux et les contextes. Il montre également la multiplicité des traits qui contribue à la singularité de ce territoire et à son caractère.

Densité et diffusion

Densité et diffusion

Densité
Villeray – Saint-Michel – Parc-Extension

Diffusion
Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles

Singularité et caractère commun

Singularité et caractère commun

Singularité
Côte-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce

Caratère commun
Dollard-des-Ormeaux

Pérennité et mutation

Pérennité et mutation

Pérennité
Westmount

Uniformité et contraste

Uniformité et contraste

Uniformité
Ville Mont-Royal

Contraste
Ville-Marie

Unité et diversité

Unité et diversité

Unité
Baie-D’Urfé

Diversité
Mercier – Hochelaga-Maisonneuve

Notes

1 Le balisage terrain a été réalisé en considérant les enjeux des arrondissements et des municipalités de l’île de Montréal. L’ensem ble des 2 500 prises de vue réalisées rend compte indirectement des valorisations sociales et culturelles en œuvre sur le territoire montréalais (voir chapitre 4).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Vue prise à partir du belvédère Camilien-Houde du mont Royal
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 799k
Légende Vue sur le Vieux-Port de Montréal et le centre-ville
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Densité et diffusion
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende DensitéVilleray – Saint-Michel – Parc-Extension
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende DiffusionRivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Singularité et caractère commun
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende SingularitéCôte-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Caratère communDollard-des-Ormeaux
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Pérennité et mutation
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende PérennitéWestmount
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende MutationVerdun
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Uniformité et contraste
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende UniformitéVille Mont-Royal
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende ContrasteVille-Marie
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Unité et diversité
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende UnitéBaie-D’Urfé
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende DiversitéMercier – Hochelaga-Maisonneuve
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6911/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search