Version classiqueVersion mobile

Montréal en paysages

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Sylvain Paquette

2. Paysages urbains en six questions

Texte intégral

Détail architectural du pont Jacques-Cartier

1. Qu’est-ce qu’un paysage urbain ? Le paysage est… et le paysage n’est pas que…

1Un paysage montréalais est un point de vue sur le fleuve, sur un quartier, une artère commerciale, un parc, etc. Il ne fait pas uniquement référence à ce que le décor de la ville peut offrir à la vue. Qu’il évoque un espace reconnu et consacré de longue date ou un cadre de vie quotidien, il résulte d’une appréciation du territoire qui se développe sur la base de valeurs (historique, esthétique, écologique, économique, etc.), d’usages (résidentiel, touristique, etc.) et d’expériences sensorielles (visuelles, auditives, olfactives, etc.) divers. Puisque ces valeurs et ces usages sont appelés à se redéfinir continuellement au sein de la collectivité montréalaise, puisque le territoire offre également des expériences variables selon les saisons, l’appréciation des paysages évoluera en conséquence de ces changements. Ainsi, le paysage concerne à la fois un phénomène de valorisation sociale et culturelle d’un milieu urbain et l’expression matérielle et immatérielle de la culture des individus qui l’occupent ou qui le côtoient. De ce fait, il présente une forte connotation économique en raison de sa valorisation actuelle dans l’industrie touristique, les loisirs, l’habitation, que ce soit à l’échelle locale, régionale ou internationale (Paquette et al., 2008).

Paysage (définition de la Convention européenne du paysage)
Désigne une partie de territoire telle que perçue par les populations, dont l’aspect et le caractère résultent de l’action de facteurs naturels ou culturels (c’est-à-dire humains) et de leurs interrelations. Cette définition s’appuie sur l’idée que les paysages évoluent dans le temps, sous l’effet des forces naturelles et de l’action des êtres humains, et met en évidence le fait que le paysage forme un tout dont les éléments naturels et culturels doivent être considérés simultanément. (Conseil de l’Europe, 2000)

Quartier des spectacles

2. Pourquoi faut-il s’intéresser aux paysages montréalais ?

2Aujourd’hui, la question du paysage se manifeste de manière récurrente dans les principaux dossiers d’aménagement et de développement de l’île de Montréal. En effet, cet intérêt pour le paysage, que ce soit en matière de préservation, de mise en valeur ou de développement de la qualité des territoires et des cadres de vie urbains, devient aujourd’hui un enjeu important pour le devenir de la région montréalaise. Parmi ses expressions les plus éloquentes, il importe de signaler, en particulier, la préservation de paysages d’intérêt patrimonial, la mise en valeur du caractère insulaire de Montréal et de l’identité culturelle de ses quartiers, l’attractivité de populations nouvelles et le déploiement du secteur du tourisme. Or, à l’heure où les intervenants publics visés par ces questions sont pressés de répondre aux demandes croissantes des populations, les besoins en matière de reconnaissance et de mise en valeur de la spécificité et de la qualité des paysages urbains dans les pratiques d’aménagement se font pressants. D’où la nécessité de doter la région montréalaise d’une vision commune et d’un cadre de référence cohérent en matière d’intervention paysagère.

Cadre de vie
Le cadre de vie est un concept spatial centré exclusivement sur l’humain. Outre cette caractéristique, il a aussi la particularité de réunir en son sein l’idée de qualité, de spatialité et de matérialité. Il […] peut se définir comme la qualification (partagée collectivement) d’une matérialité de vie spatialisée. Cette qualification va prendre forme principalement à travers les pratiques de l’architecture, de l’architecture de paysage, de l’urbanisme, du design urbain et de l’art public. À cette définition générale peut s’adjoindre quelques attributs supplémentaires comme l’idée de quotidienneté ou d’appartenance […]. Le […] cadre de vie peut alors se définir comme un concept centré sur les espaces de la vie quotidienne des individus. (Poullaouec-Gonidec et al., 2001)

3. Quels bénéfices peut-on tirer de la qualité des paysages ?

3La prise en compte de la qualité des paysages et des cadres de vie dans les actions de préservation, de mise en valeur et de développement des territoires urbains est porteuse de valeur ajoutée durable et significative pour les collectivités. Les attraits d’un territoire, comme la valorisation des abords d’un cours d’eau, la présence d’une architecture d’intérêt patrimonial, d’un espace naturel, ou la qualité d’un aménagement urbain, sont autant de leviers qui sont à même de stimuler son activité économique. La mise en valeur de ces éléments d’intérêt favorisera tantôt une fréquentation accrue des artères commerciales, tantôt une augmentation de la valeur foncière des propriétés, ou encore attirera les investissements nécessaires à la mise en œuvre de projets de revitalisation urbaine. Parallèlement, la qualité d’un cadre de vie ou d’un aménagement donné tend à occasionner une diminution de certains coûts spécifiques. Par exemple, un projet de design urbain bien conçu (ex. : un parc public) contribuera à réduire les coûts d’entretien des lieux et à limiter la présence de comportements antisociaux (ex. : vandalisme, etc.). Outre ces bénéfices économiques, de telles actions affectent directement la qualité de vie des citadins, que ce soit en contribuant au confort et au bien-être des individus, en renforçant le sentiment de sécurité des habitants, ou en créant des espaces publics susceptibles de consolider les liens sociaux et de favoriser un sentiment d’appartenance accru envers un lieu. Le renforcement de l’identité et de l’image de marque d’un quartier ou d’une ville de même que la redynamisation des activités culturelles, récréatives et festives constituent d’autres avantages recherchés.

Projet Benny farm

4. Quels savoir-faire faut-il mobiliser et pour quelle fin ?

4Prendre en compte les valeurs paysagères dans les démarches de planification, d’aménagement et de design urbain passe obligatoirement par la mise en place d’approches pluridisciplinaires et intersectorielles. Les défis liés à la question du paysage nécessitent ainsi une bonne compréhension de la portée des enjeux urbains, et de leurs interactions, et requièrent, pour ce faire, la contribution d’expertises précises dans les domaines de l’aménagement, de l’architecture de paysage, du design urbain, du patrimoine, de l’environnement, de la sociologie, du tourisme, de l’économie, etc. Une telle démarche implique bien évidemment une considération du point de vue des citoyens, une ouverture aux préoccupations des élus et une prise en compte des savoir-faire des groupes d’intérêt (ex. : groupements associatifs, intervenants économiques, etc.) et des professionnels intervenant au sein des instances municipales et régionales. La synthèse de ces savoirs permet de dresser un portrait éclairé des possibilités et des contraintes de protection, de mise en valeur ou de développement des paysages et cadres de vie urbains tout en assurant une plus grande cohérence des actions publiques sous l’angle de leurs dimensions sociales, économiques et environnementales. Ce faisant, elle garantit la formulation de projets concrets d’aménagement qui visent à rendre un cadre de vie plus habitable et significatif aux yeux de la population.

Journée de l’atelier de design urbain du WAT (Workshop_atelier/terrain) de Longueuil (Saint-Lambert, Rive-Sud de Montréal)

5. Valoriser le paysage : pour qui ? avec qui ?

5Si le paysage représente un bien public à promouvoir par la reconnaissance des valeurs plurielles des territoires, le principal objectif des actions à mener à son égard vise à rendre possible l’élaboration de visions d’aménagement et de développement urbain qui fassent écho aux aspirations de la population quant à la qualité et au devenir de leurs cadres de vie. Cela implique de mettre les préoccupations du citoyen au cœur des projets d’aménagement en favorisant des démarches de partenariat élargies qui permettent de mettre en œuvre un dialogue public constructif avec chacun des intervenants visés (ex. : habitants, regroupements associatifs, décideurs publics locaux et régionaux, gestionnaires municipaux, intervenants économiques, professionnels de l’aménagement). À l’heure où un meilleur arrimage des actions sectorielles engagées au nom du paysage est souhaitable sur le territoire de l’île de Montréal, la mise en place de démarches partenariales intersectorielles avec les intervenants publics, parapublics, privés, et plus largement avec la société civile, est nécessaire à l’élaboration d’un langage et d’un cadre de référence communs en matière d’intervention paysagère.

Déambulation touristique dans le Vieux-Montréal

6. Quelles actions paysagères faut-il considérer ?

6Le caractère pluriel des enjeux de paysage en milieu urbain réclame une diversité de stratégies et de moyens d’actions. De ce fait, aucun outil, aucune mesure, aucun statut ne peut, de manière isolée, garantir une prise en charge adéquate des dimensions paysagères. Selon le contexte et les objectifs à atteindre, les possibilités d’actions sont nombreuses et peuvent viser notamment à :

  • révéler les qualités paysagères d’un lieu à l’aide de démarches de caractérisation paysagère ;
  • élaborer une vision de développement, sur la base de l’adhésion de l’ensemble des partenaires impliqués, au moyen d’ententes signées (ex. : charte de paysage) ;
  • assurer la protection de territoires d’intérêt paysager à l’aide d’outils d’urbanisme adaptés (ex. : plan d’implantation et d’intégration architecturale) ;
  • mettre en œuvre des projets d’aménagement intégré des territoires en tirant profit d’un exercice d’expérimentation prenant la forme d’un atelier de design urbain ;
  • accompagner l’élaboration de politiques et de programmes publics ayant des incidences sur la qualité des paysages et des cadres de vie urbains ;
  • renforcer les compétences des intervenants municipaux par la mise en œuvre d’activités de formation continue et de sensibilisation aux bonnes pratiques en design urbain et en matière de mise en valeur des paysages ;
  • mener des démarches de suivi des paysages en vue d’évaluer que les objectifs de qualité paysagère soient bien atteints.

Détail architectural du projet résidentiel « Les Cours Valois »

7Rappelons que toutes ces démarches doivent prendre appui sur la concertation et la participation de l’ensemble des acteurs intéressés (ex. : élus, citoyens, professionnels de l’aménagement, etc.) en vue d’assurer une cohérence accrue des actions publiques en matière de paysage et de qualité des cadres de vie montréalais.

Table des illustrations

Légende Détail architectural du pont Jacques-Cartier
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 970k
Légende Quartier des spectacles
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6910/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende Projet Benny farm
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6910/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Journée de l’atelier de design urbain du WAT (Workshop_atelier/terrain) de Longueuil (Saint-Lambert, Rive-Sud de Montréal)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6910/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Déambulation touristique dans le Vieux-Montréal
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6910/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6910/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 717k
Légende Détail architectural du projet résidentiel « Les Cours Valois »
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6910/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 710k

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search