Version classiqueVersion mobile

Montréal en paysages

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Sylvain Paquette

1. Le nouveau siècle des villes

Texte intégral

Développement de la ville d’Incheon sur la mer Jaune – République de Corée

1Si les villes représentent moins de 3 % des terres émergées du globe, elles concentrent actuellement la moitié de la population mondiale. Tout porte à croire que cette proportion s’accentuera au cours des deux prochaines décennies alors que 60 % des habitants de la planète seront des citadins. Ces quelques données nous forcent à reconnaître que le XXIe siècle sera, sans aucun doute, le siècle des villes.

2Ce sont les zones largement caractérisées aujourd’hui encore par un mode d’occupation rurale, en Asie et en Afrique notamment, qui participeront le plus fortement à cette croissance (UN-HABITAT, 2008). Du côté des pays dits développés, la population urbaine est appelée, dans son ensemble, à se maintenir d’ici 2050, voire à connaître une légère hausse. Sans l’apport important des mouvements migratoires à destination de ces pays, cet ensemble observerait toutefois une décroissance assurée. Cet équilibre démographique masque ainsi des variations régionales importantes. En effet, à l’échelle de nombreuses agglomérations dans le monde occidental, en particulier du côté de l’Europe, du Japon et des États de l’ex-Union soviétique, les tendances actuelles annoncent la poursuite probable d’une diminution de leurs populations (UN-HABITAT, 2008).

Quartier ancien de Kobe (Japon), ville en décroissance

3Ces phénomènes posent de nombreux défis. Dans les situations où de fortes pressions démographiques pèseront sur certaines agglomérations comme dans les contextes où des moyens devront être mis en œuvre pour retenir les populations en place, les villes et les métropoles feront face à des enjeux de plus en plus pressants en matière par exemple d’accessibilité et de qualité des logements, de fluidité des transports, de sécurité des habitants, de lutte contre la pollution, de santé publique ou de qualité de vie.

Hyde Park à Londres – Royaume-Uni

  • 1 Notons que le thème « Better City, Better Life » a été choisi par les Nations Unies dans le cadre d (...)
  • 2 Cette importante étude sur les rapports que les citadins entretiennent avec leur lieu de vie menée (...)
  • 3 Dans la foulée du premier coup de sonde de l’Observatoire Veolia des modes de vie urbains mené en 2 (...)

4Ces défis sont d’autant plus urgents à relever que les citadins se montrent plus exigeants quant à la qualité de leur cadre de vie1. Comme le dévoile en effet une vaste étude2 menée récemment dans 14 grandes villes du monde, pour une majorité de citadins (75 %), la décision de vivre en ville « relève avant tout du choix d’un mode de vie » (Veolia Environnement, 2008, p. 20). Dès lors que la condition citadine découle d’un choix revendiqué, les aspirations, les attentes et les craintes des populations quant au devenir de leurs villes prennent toute leur importance aux yeux des décideurs des milieux municipaux. Par exemple, la plus récente enquête effectuée par ce groupe3 montre que le prix des logements constitue la principale crainte des habitants de Bombay, de Paris et de Pékin, alors que ce sont les problèmes d’insécurité qui préoccupent prioritairement les populations de Chicago, de Londres et de São Paulo (Veolia Environnement, 2010, p. 19). Pour l’avenir, l’ensemble des citadins interrogés souhaite, entre autres demandes, une réduction de la circulation automobile au profit du transport en commun, une amélioration de la qualité de l’air et le développement d’espaces verts (Veolia Environnement, 2010, p. 34).

Villes en concurrence

5Au moment où les tendances lourdes de l’urbanisation des villes obligent à un rééquilibrage certain quant à l’occupation des territoires urbanisés (ex. : reconquête du centre afin de limiter les fuites vers les périphéries), au moment également où les intervenants publics visés par l’aménagement et le développement urbain sont contraints de répondre aux demandes croissantes des populations en terme de qualité de vie, il importe de garder à l’esprit que les actions entreprises par les villes s’inscrivent dans un contexte de vive concurrence.

  • 4 Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Bulletin de santé de Montréal, 2004, 84 p. (www.ccmm (...)
  • 5 Stolarick, K., R. Florida et L. Musante, Montréal, ville de convergences créatives : perspectives e (...)
  • 6 Consulter à ce sujet le « Liveable Cities Index – 2010 » de la revue Monocle, vol. 35, no 4, juille (...)

6En effet, jamais comme auparavant les villes ont tenté de se démarquer les unes des autres. Jamais n’ont-elles autant cherché à promouvoir leurs avantages comparatifs auprès des marchés résidentiel, industriel comme touristique. Elles sont entrées de plain-pied dans l’ère de la séduction. Aussi, les villes se font-elles compétition, à l’échelle tant internationale que continentale ou régionale, pour attirer les entreprises, les touristes, les habitants, voire les talents (Hooge, 2009). Nous en avons pour preuve les nombreux palmarès, indices et classements de toute sorte qui s’emploient à évaluer le potentiel des villes sur le plan de l’attraction et de la croissance économique, mais de plus en plus aussi en terme de qualité de vie. L’indice de développement métropolitain MACADAM4, l’indice des villes créatives mis au point par Florida5 comme le classement des meilleures villes à vivre de la revue londonienne Monocle6 en constituent quelques exemples. Cette situation n’est pas étrangère au fait que les villes jouent un rôle de plus en plus important dans la création de richesses, le renforcement du développement social, l’exploitation des ressources humaines et techniques de même que pour l’attraction d’investissements.

  • 7 Rappelons que cette situation entre les villes n’est pas nouvelle. Si ce phénomène s’exprime de man (...)

7Dans ce contexte hautement concurrentiel7, un constat s’impose : la qualité des lieux représente un facteur déterminant pour maintenir ou accroître ses actifs et sa population (Haëntjens, 2009). Les attraits qualitatifs des espaces urbains (esthétique, confort, nature, etc.) prennent dès lors de plus en plus d’importance aux yeux tant des habitants que des décideurs. Au même moment, d’aucuns reconnaissent une transformation excessive du tissu urbain, voire une accélération de sa dégradation. Pour plusieurs, le développement urbain serait synonyme de banalisation, laissant partout les mêmes empreintes : entrées de villes, centres commerciaux, échangeurs, lotissements pavillonnaires, affichages publicitaires.

8Ce point de critique que suscite la ville dans nos sociétés contemporaines est avant tout symptomatique d’une crise du territoire, de son aménagement et plus largement de sa gestion. Malgré la mise en œuvre d’encadrements urbanistiques et législatifs (ex. : plan d’urbanisme, loi sur l’aménagement du territoire), le laisser-aller des actions cumulatives et délibérées sur plusieurs décennies, tout comme l’absence de considération envers certains lieux, en sont les principales causes.

9Or, afin de contrer cette tendance, plusieurs villes dans le monde engagent depuis peu leur redéploiement territorial à travers des logiques de requalification paysagère qui participent tout autant à améliorer leur positionnement stratégique sur les plans économique et concurrentiel qu’à assurer le bien-être de leurs habitants. Les opérations d’aménagement urbain, la production de formes architecturales avant-gardistes, la réhabilitation de certains patrimoines ainsi que la requalification des espaces industriels sont l’expression éclatante de ces nouvelles préoccupations. Bref, rendre la ville plus viable constitue certainement une des priorités stratégiques et un des défis majeurs pour l’avenir de nombreuses agglomérations (Veolia Environnement, 2008).

Enjeux de paysage urbain

  • 8 Voir à ce sujet le FUM4 organisé en 2008 à Nanjing (Chine) sous le thème « Harmonious Urbanization  (...)

10Les débats internationaux quant au devenir des villes (ex. : Forum urbain mondial – FUM8) suscitent depuis plus d’une décennie des expérimentations dans le cadre de concours d’architecture et de design urbain (ex. : Europan, Grand Paris).

11Cette préoccupation qui concerne la qualité et l’identité des cadres de vie urbains participe directement au processus de réinvention des villes et s’exprime d’ailleurs de diverses manières. Elle se manifeste, entre autres aspects, par des expériences menées en matière de développement durable qui cherchent à promouvoir une mise en cohérence (Prieur, 2006) des intérêts d’ordre environnemental, social et économique en jetant un regard prospectif sur l’avenir souhaitable des territoires (Paquette, 2008) ou encore par les actions visant l’amélioration du bien-être des habitants (Luginbühl, 2003) et du confort des milieux de vie urbains (Pezeu-Massabuau, 2003). Elle se traduit enfin, comme mentionné précédemment, dans les démarches qui tendent à rendre les villes plus attractives par le marquage d’identités urbaines singulières.

  • 9 Voir à ce sujet les actes des conférences offerts dans le cadre de la troisième rencontre des ateli (...)

12Contribuant directement à cette réinvention, un constat s’impose en ce début de XXIe siècle : le paysage urbain est devenu un enjeu déclaré à l’échelle internationale en matière de préservation, de mise en valeur et de développement pour de nombreuses villes. Cette reconnaissance est éloquente, que ce soit dans la foulée des ateliers de mise en œuvre de la Convention européenne du paysage9 (Poullaouec-Gonidec et Paquette, 2005) ou dans la mouvance des réflexions engagées à la suite de la déclaration du mémorandum de Vienne sur la gestion du paysage historique (UNESCO, 2005).

Quartier industriel en reconversion, parc d’industries créatives, « Red Town » à Shanghai – Chine

Projet de paysage
Accroître la capacité des collectivités à accompagner les évolutions paysagères tout en tenant compte de la singularité des lieux : tel est l’objectif principal du projet de paysage. À l’opposé d’une approche strictement normative et coercitive, le projet de paysage n’est pas reproductible (Poullaouec-Gonidec, 1999). Chaque lieu étant porteur de significations particulières, il s’agit plutôt d’en évoquer la spécificité en résonance avec les états futurs socialement valorisés et désirés. Aussi le projet de paysage ne peut-il prétendre dicter une seule manière de voir (le parti pris) ou de faire (les moyens d’action). Les perceptions collectives (ex. : sensibilisation aux paysages d’intérêt patrimonial, à la qualité des cadres de vie), les processus et les modes de régulation, notamment les politiques et programmes ayant une incidence sur le paysage, les pratiques d’aménagement (design, production et entretien des espaces) sont autant de finalités possibles et distinctes du projet de paysage (Paquette et al., 2008).

Quartier historique en reconstruction, Beyrouth – Liban

  • 10 Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CUPEUM) : www.unesco-paysage (...)
  • 11 Reggio Calabria (2003 – Italie), Marrakech (2004 – Maroc), Saïda (2005 – Liban), Mahdia (2006 – Tun (...)
  • 12 Cette activité internationale interpelle annuellement des participants de cinq régions du monde, so (...)

13Tirant profit de ce contexte favorable, les initiatives récentes qu’a lancées la Chaire UNESCO en paysage et environnement10 dans le cadre de ses Workshop/atelier _ terrain (WAT) interpellent directement la question du devenir des villes en encourageant l’idée de « projet de paysage ». Ces expérimentations de projets menées sur une base annuelle dans différentes villes du monde11 sont l’occasion à la fois d’engager un dialogue transdisciplinaire quant à l’évolution souhaitable des territoires urbains et de proposer des visions d’aménagement. Chaque année, une ville soumet son territoire et ses paysages urbains aux débats d’idées et mise sur le brassage multiculturel d’universitaires, d’étudiants et d’experts de diverses régions du monde12. Ces exercices prospectifs, engagés en étroite collaboration avec l’UNESCO et les collectivités locales, permettent de prendre acte des enjeux des villes. Ainsi, parmi les constats qui se dégagent, certaines formes d’urbanisation se déploieraient de manière similaire indépendamment des lieux et des contextes.

Château de banlieue, Blainville – Québec

14Ainsi, les hauteurs de ville n’en finissent plus de cadrer les paysages panoramiques de fleuve, de mer, de campagne, de montagne et de belle nature urbaine. Les villes sont également expressives de diversité culturelle. Les migrants cherchent désespérément l’adoption d’une ville. Toutes les friches industrielles, les entre-deux, les interstices, les résidus sont investis de pratiques artistiques et culturelles. Les friches végétales sont associées à la biodiversité et les villes se verdissent de toits verts. Les infrastructures urbaines font peau neuve et perdent leur statut d’ouvrage d’art en s’effaçant dans la ville. Les plans lumières éclairent les « nuits blanches » des villes. Les plages urbaines sont les nouveaux promenoirs estivaux. L’espace public se privatise au rythme des événements et les promeneurs se réapproprient la rue.

15Les quartiers deviennent des villages à visiter, tout en jouant de concurrence sur la qualité du cadre de vie pour attirer le citadin désiré. Tous les quartiers dits « patrimoniaux », qu’ils soient factices, dupliqués ou non, sont devenus des déversoirs touristiques.

16Dans la plupart des centres urbains, le paysage est avant tout un enjeu de préservation patrimoniale. « Le blanchiment des monuments, de ces édifices urbains qui figurent l’histoire de la ville et son inscription dans le temps, ne fait que consacrer le pouvoir de l’uniformisation patrimoniale » (Jeudy, 2003, p. 11). Dans plusieurs villes, « [l]’idée de paysage reste là, ancrée dans un projet « présent antérieur ». Cette réminiscence semble être le dessein du paysage dans l’urbain qui laisse très peu de place à son invention. Aussi, force est d’admettre que le « projet de paysage » en territoire urbain ne pourra satisfaire à ses finalités qu’en se restreignant à puiser dans le passé. Il nécessite un ancrage dans « l’ici et maintenant » autant que d’une vision du futur » (Poullaouec-Gonidec et Paquette, 2005, p. 117).

17Paradoxalement, dans leur périphérie, les enjeux de paysage sont autres. Généralement ensevelies dans le flot narratif des entreprises promotionnelles du secteur immobilier, certaines banlieues européennes et nord-américaines à l’exemple de Montréal deviennent des « romans fleuves » de récits.

Vue sur Pudong à Shanghai – Chine

Vue d’un gratte-ciel de Pudong à Shanghai – Chine

18En Amérique du Nord notamment, les stratégies promotionnelles des acteurs de l’économie immobilière empruntent un ensemble d’images paradoxales qui puisent aux visions utopiques de la banlieue construites au départ par les élites porteuses de valeurs anti-urbaines (ex. : H. Thoreau, F. L. Olmsted, E. Howard) et marquées par les visions romantiques du « Wilderness » ou par l’idéal pastoral (Duncan et Duncan, 2004). Ces images cherchent à susciter les conditions de l’enchantement à l’aide des archétypes de la campagne (Perkins, 1989), d’une mise en décor factice de la nature (Prytherch, 2002), voire à l’aide de formes architecturales empruntées à un contexte historique totalement étranger à l’identité du territoire en présence. Ce faisant, elles tirent profit du désenchantement ambiant envers le caractère prétendument banal, homogène, voire insipide, de certains développements résidentiels en vue de faire mousser le caractère singulier de projets spécifiques (Paquette et Poullaouec-Gonidec, 2005).

19De leur côté, certaines villes d’Asie fabriquent, dans la démesure, des allégories paysagères à la fois fascinantes et inquiétantes. Shanghai se reconstruit par exemple en jouant à la fois l’hyper modernité avec le développement de Pudong pour inventer un patrimoine du futur et le pastiche pour créer de toutes pièces des miroirs de l’Occident. Cette mégapole comme bien d’autres s’érige au rythme des défis et des images de notre monde pour refonder son sens et une identité paysagère qui ne semblent pas se souvenir d’elle-même.

Ville nouvelle en périphérie de Shanghai – Chine

Expression de ville scandinave – Chine

20Les villes affirment leur présence au monde en s’imaginant distinctives et uniques à coup d’actions et d’éclats (ex. : Musée de l’architecte Frank Gehry, à Bilbao). Paradoxalement, elles en viennent toutes à se ressembler. Chacune rivalise avec les autres pour développer les mêmes projets. De moins en moins miroirs d’elles-mêmes et de moins en moins souveraines de leur condition, seraient-elles en voie de perdre leur âme ?

21Devant cette normalisation des territoires urbains, comment peut-on permettre aux citadins de se reconnaître et de se voir vivre ? En fait, la concurrence entre les villes et la multiplication d’actions semblables entre elles nous font prendre conscience de nos différences. Nous devons miser sur celles-ci pour contrer l’indifférence.

Villes en projet de paysage

22Dans cette ville à vitesse et à géométrie variables, « provoquer la différence » nécessite de proposer le paysage urbain comme une réponse pour préserver, mettre en valeur et développer son caractère. Situer le paysage au cœur du projet de ville est avant tout de reconnaître les potentialités sociales et culturelles des territoires en cause et de miser sur elles puisque le paysage résulte de notre capacité de regarder, d’apprécier et de qualifier nos environnements de vie et d’en produire de nouveau. Ce substrat de représentations culturelles existe dans toutes les villes.

23À cet égard, Montréal est riche de figurations et de représentations qui participent encore aujourd’hui à qualifier le caractère de ces paysages (Poullaouec-Gonidec et Paquette, 2005). Par exemple, plusieurs gravures de voyage cadrent la ville tantôt à partir du mont Royal, tantôt à partir des îles ou des berges de la rive sud du Saint-Laurent. La ville a été abordée également dans l’art pictural, en particulier sous l’angle pittoresque des quartiers historiques du Vieux-Montréal (Trépanier, 1998). Les œuvres du peintre Adrien Hébert (1890-1967) ont permis de révéler une sensibilité nouvelle au regard des transformations du tissu urbain résultant du passage de la ville ancienne à la ville moderne. Ses tableaux inspirés par les monuments de l’architecture portuaire ou des scènes d’artères commerciales montréalaises sont évocateurs de ce changement de perspectives. La photographie a pris le relais par la suite, le travail de Notman constitue une marque importante au début du XXe siècle dans la représentation de la ville. En traçant des portraits urbains de quartiers pauvres et ouvriers canadiens-français notamment, l’évocation d’images de Montréal en littérature metttra en branle d’autres registres. Le Saint-Henri de la crise économique de Gabrielle Roy comme le Plateau Mont-Royal des années 1950-1960 de Michel Tremblay demeurent des exemples notoires en ce sens. Dans plusieurs de ces œuvres, la ruelle, la cour arrière, la corde à linge, le balcon, le dépanneur ou le commerce de quartier et les escaliers extérieurs composent l’essentiel du décor dans lequel évoluent les personnages. À ces éléments s’ajoutent d’autres détails représentatifs de l’ambiance montréalaise, comme les particularités de la nordicité québécoise ou les signes rappelant le clivage linguistique de la ville.

Le Bixi de Montréal, initiative que l’on retrouve dans d’autres villes

  • 13 Voir à ce sujet les « habitants paysagistes » de Bernard Lassus (Jardins imaginaires, Presses de la (...)
  • 14 Voir à ce sujet les propos sur le nomadisme urbain et le bois du Sanctuaire de Montréal dans Poulla (...)

24Bref, ces ensembles disparates de représentations et d’imaginaires de ville fournissent un terreau fertile pour alimenter les conditions d’exercice du projet de paysage. Face à l’horizon topographique d’une ville, n’est-il pas fascinant, en effet, de prendre acte de ce qu’elle a pu produire ? Tout comme n’est-il pas passionnant d’écouter les récits imaginaires de citadins vis-à-vis de leur jardin13 et de leur quartier14 ?

25Les potentialités [inépuisables] d’un territoire urbain se renouvellent au gré des modalités de son aménagement. Elles demeurent autant à la disposition du regard des citadins qu’à celle de l’intelligence des architectes, des artistes qui interviennent sur l’espace public. […] Comme l’exploitation de telles potentialités reste la seule manière de leur donner un sens reconnaissable pour la communauté, la ville elle-même continue d’en créer d’autres qu’elle met à la disposition pour son devenir (Jeudy, 2003, p. 62).

26Miser sur l’humain, un citadin situé dans ses lieux quotidiens ou de proximité, sur sa capacité de promouvoir des univers sensibles et des temps sociaux multiples, n’est-ce pas là l’une des préoccupations que la ville doit intégrer dans ces orientations de développement pour se réinventer ? Par contre, ce souci de la dimension humaine ne doit pas se substituer à l’obligation de bien faire la ville ensemble. Les qualités humaines d’une ville, celles de ses citadins, sont certes indissociables d’une qualité de ville, mais elles ne sont pas suffisantes. La qualité d’une ville et de ses paysages impose également la qualité de son cadre bâti, de ses places publiques, de son mobilier urbain, de ses rues, de ses espaces verts...

27Ainsi dans ce siècle des villes où le citadin affirme à la fois sa volonté d’ancrage au lieu et au monde, il importe d’inscrire l’enjeu du paysage urbain comme une véritable intention projective. Tel est l’appel adressé aux élus, aux acteurs publics et privés, aux citoyens et surtout aux professionnels des métiers de l’aménagement (architectes, architectes paysagistes, designers et urbanistes) soucieux de la renaissance paysagère des villes.

Et Montréal…

28Au regard de cette mouvance, nous reconnaissons donc que le paysage est l’expression tangible d’une quête de qualité qui contribue au mieux vivre urbain.

29Pour Montréal, la question du paysage se heurte à un défi particulier, soit celui de reconnaître la diversité en jeu et de gérer une multiplicité de valeurs associées au territoire pour façonner des cadres de vie de qualité. La prise en charge de ses valorisations implique un processus de gestion des paysages urbains qui privilégie la lecture ouverte et inclusive de la ville comme assise du projet d’aménagement et de design urbain. Revisiter les lieux urbains, révéler les valeurs que la population leur accorde, ou observer les paysages pour découvrir leurs singularités permet de dévoiler de nouvelles possibilités de mise en valeur et de développement.

30En effet, ces identités urbaines émergentes se combinent tant aux formes existantes de la ville qu’aux nouvelles aspirations sociales et culturelles des citadins. D’où la nécessité de « lire la ville » pour « mieux la vivre ».

31Envisager le projet suivant cette perspective, c’est affirmer que la réinvention des villes passe d’abord et avant tout par ce qu’elles sont (Masboungi et Mangin, 2009) avant d’imaginer ce qu’elles pourraient être. Pour soutenir des actions de valorisations territoriales, le « projet de paysage » vise, de manière ultime, à rappeler cette mémoire, cette représentation ou cette narration urbaine, bref à donner du sens et des sensibilités au lieu. Ce faisant, il s’inscrit dans la foulée de réflexions montréalaises de plus longue date élaborées notamment dans le domaine de l’architecture urbaine (Charney, 1992). Le projet de paysage réitère également les premiers questionnements stratégiques qui visent à reconnaître la nature plurielle des paysages urbains montréalais et à énoncer les moyens d’actions à privilégier au regard de leur prise en compte dans les démarches de planification urbaine (Poullaouec-Gonidec et Jacobs, 1990).

L’île de Montréal en chiffres

TERRITOIRE

32498 km2

3350 km de long par 16 km de large

34Une île au centre d’un archipel (11 îles) dans le fleuve St-Laurent

35266,6 km de rives

3617 m d’altitude

3717 grands parcs-nature comptant 2 000 hectares au total

38Plus de 1 000 parcs et 97 jardins communautaires

3915 villes liées et 19 arrondissements

401 heure et demie d’avion de New York

411150 ha en terrains vacants à vocation résidentielle (2005)

CLIMAT

42-10,4 ° C Janvier (plus froid en moyenne)

4320,9 ° C Juillet (plus chaud en moyenne)

44760,1 mm de pluie

45217 cm de neige

46162 jours de précipitations en moyenne annuellement

LOGEMENT

47831 555 logements

4837,9 % des logements en propriété

4962,1 % des logements en location

5031 165 logements construits entre 2001 et 2006

QUELQUES REPÈRES : HISTOIRE/PATRIMOINE

511642 Fondation de Montréal

521874 L’île Sainte-Hélène devient un parc public

531876 Inauguration officielle du parc du mont Royal conçu par Frederick Law Olmsted

541931 Création du jardin botanique

551963 Agrandissement de l’île Sainte-Hélène et création de l’île Notre-Dame

561964 Le Vieux-Montréal est décrété arrondissement historique (périmètre élargi en 1995)

571967 Exposition universelle de Montréal

581978 Le lieu historique national du Canal de Lachine administré par Parc Canada depuis 1978, projet de revalorisation depuis 1997

591980 Les Floralies internationales de Montréal sont organisées dans l’île Notre-Dame

601992 Premier plan d’urbanisme

611996 Boulevard Saint-Laurent, désigné lieu historique national

622001 Création du réseau des grands parcs

632004 Inclusion d’une section sur les paysages dans le nouveau plan d’urbanisme (vues, écoterritoires, etc.)

642005 L’arrondissement historique et naturel du mont Royal est créé

652006 Désignation de Montréal, ville UNESCO de design

662007 Déclaration Montréal, métropole culturelle

Vue prise à partir du sommet d’Outremont

BIENS PATRIMONIAUX (protégés en vertus de la Loi sur les biens culturels)

673 arrondissements historiques et naturels

6882 monuments historiques classés (dont 26 bénéficient d’une aire de protection)

6946 monuments historiques cités (d’importance municipale)

7020 monuments historiques reconnus

716 biens archéologiques classés

721 site archéologique classé

7312 sites historiques classés

747 sites du patrimoine (d’importance municipale)

751 site historique reconnu

POPULATION

761 906 811 habitants (2009)

773 714,9 habitants/m2

782e ville francophone du monde

7956 % de la population est bilingue

80558 250 (31 %) immigrants

8175 langues parlées

8250,0 % de francophones

8317,2 % d’anglophones

8432,4 % d’allophones

MONTRÉAL, VILLE INTERNATIONALE

8518 574 499 visiteurs en 2009

861 272 millions $, retombées fiscales du tourisme

871 aéroport international

TRANSPORT

8865 stations de métro et 68 kilomètres de réseau

8933 km de ville intérieure

90350 kilomètres de pistes cyclables

91620 791 (68,8 %) déplacements à destination de Montréal

92281 757 (31,2 %) déplacements à destination de la banlieue

9356,4 % de déplacements motorisés

9432,6 % de déplacements en transport en commun

958,1 % de déplacements à pied

962,2 % de déplacements à bicyclette

9712 224 534 passagers à l’aéroport international Montréal-Trudeau – 2009

9825 106 417 tonnes métriques transitent par le port

99135,8 km de réseau autoroutier

10014 ponts et 1 tunnel entre l’île et les couronnes de banlieue

1013 000 vélos BIXI, 8 419 membres BIXI

ÉCONOMIE

10232 013 $ CAN par habitants PIB

10364,8 % de taux d’activité

104918 300 emplois

10585,3 % des emplois liés au secteur tertiaire

Notes

1 Notons que le thème « Better City, Better Life » a été choisi par les Nations Unies dans le cadre des célébrations du « World Habitat Day » qui ont eu lieu le 4 octobre 2010 à Barcelone, événement mené en lien étroit avec l’exposition universelle de Shanghai (pour de plus amples informations, consulter le site suivant : www.unhabitat.org/categories.asp ?catid =643, consultéle6octobre2010). Ce thème illustre de manière éloquente en quoi les Nations Unies reconnaissent en ce début de XXIe siècle que les villes constituent d’abord et avant tout un ensemble de possibilités et de potentialités à saisir en vue d’améliorer la qualité de vie et le bien-être durable des citadins.

2 Cette importante étude sur les rapports que les citadins entretiennent avec leur lieu de vie menée dans le cadre de l’Observatoire Veolia des modes de vie urbains (Veolia Environnement, 2008) prend appui sur une enquête réalisée auprès de 8 608 répondants répartis dans 14 villes du monde : Alexandrie, Berlin, Chicago, Londres, Los Angeles, Lyon, Mexico, New York, Paris, Pékin, Prague, Shanghai, Sydney et Tokyo.

3 Dans la foulée du premier coup de sonde de l’Observatoire Veolia des modes de vie urbains mené en 2008, une seconde enquête vient d’être achevée en 2010 (Veolia Environnement, 2010) auprès de 7 128 personnes vivants dans les sept villes suivantes : Bombay, Chicago, Le Caire, Londres, Paris, Pékin et São Paulo.

4 Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Bulletin de santé de Montréal, 2004, 84 p. (www.ccmm.qc.ca/documents/bulletinDeSante/BulletinSante_Fr.pdf).

5 Stolarick, K., R. Florida et L. Musante, Montréal, ville de convergences créatives : perspectives et possibilités, Montréal, Catalix, 2005, 19 p. (www.culturemontreal.ca/pdf/050127_catalytix_fr.pdf).

6 Consulter à ce sujet le « Liveable Cities Index – 2010 » de la revue Monocle, vol. 35, no 4, juillet 2010.

7 Rappelons que cette situation entre les villes n’est pas nouvelle. Si ce phénomène s’exprime de manière plus particulière aujourd’hui dans le contexte de la mondialisation, les villes ont toujours été, à travers l’histoire, de hauts lieux de commerce en concurrence.

8 Voir à ce sujet le FUM4 organisé en 2008 à Nanjing (Chine) sous le thème « Harmonious Urbanization : The Challenge of Balanced Territorial Development » ainsi que le FUM5 organisé en 2010 à Rio de Janeiro (Brésil) sous le thème « The Right to the City – Bridging the Urban Divide ».

9 Voir à ce sujet les actes des conférences offerts dans le cadre de la troisième rencontre des ateliers de mise en œuvre de la Convention européenne du paysage menée sous le thème « Paysages en milieu urbain, suburbain et périurbain », Convention européenne du paysage, Conseil de l’Europe, Cork (Irlande), juin 2005.

10 Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CUPEUM) : www.unesco-paysage.umontreal.ca

11 Reggio Calabria (2003 – Italie), Marrakech (2004 – Maroc), Saïda (2005 – Liban), Mahdia (2006 – Tunisie), Ganghwa-Incheon (2007 – République de Corée), Jinze-Shanghai (2008 – Chine) et Kobe (2009 – Japon).

12 Cette activité internationale interpelle annuellement des participants de cinq régions du monde, soit l’Amérique du Nord, l’Europe, le Maghreb, le Moyen-Orient et l’Asie.

13 Voir à ce sujet les « habitants paysagistes » de Bernard Lassus (Jardins imaginaires, Presses de la connaissance, Paris, 1977).

14 Voir à ce sujet les propos sur le nomadisme urbain et le bois du Sanctuaire de Montréal dans Poullaouec-Gonidec (1993).

Table des illustrations

Légende Développement de la ville d’Incheon sur la mer Jaune – République de Corée
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Légende Quartier ancien de Kobe (Japon), ville en décroissance
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Hyde Park à Londres – Royaume-Uni
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Quartier industriel en reconversion, parc d’industries créatives, « Red Town » à Shanghai – Chine
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Légende Quartier historique en reconstruction, Beyrouth – Liban
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende Château de banlieue, Blainville – Québec
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Vue sur Pudong à Shanghai – Chine
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Vue d’un gratte-ciel de Pudong à Shanghai – Chine
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Ville nouvelle en périphérie de Shanghai – Chine
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Expression de ville scandinave – Chine
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Le Bixi de Montréal, initiative que l’on retrouve dans d’autres villes
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Légende Rue Atwater
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Vue prise à partir du sommet d’Outremont
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6909/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 551k

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search