Version classiqueVersion mobile

Montréal en paysages

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Sylvain Paquette

Présentation

Texte intégral

1L’île de Montréal rassemble de multiples milieux. Ce territoire n’est pas qu’une ville, il est le creuset de diverses singularités rassemblées au milieu d’un archipel du fleuve Saint-Laurent. Les espaces et les ambiances se côtoient et s’opposent : noyau villageois/densité urbaine, agriculture/espace industriel, nature/périurbanité, intimité/vastitude, etc. Le territoire montréalais est un tout complexe qui n’a rien de banal. D’un certain point de vue, son insularité est l’expression d’un microcosme des diverses formes d’organisation spatiale du Québec méridional. Sa véritable nature s’exprime à la fois dans la permanence de certains caractères comme dans son incessante transformation.

Enjeux et contexte

2Lieu de diversité et de concentration par excellence, l’île de Montréal, comme la plupart des autres agglomérations urbaines, cherche à répondre aux nombreux enjeux d’aménagement et de développement auxquels elle doit faire face sur les plans tant économique, social, environnemental que culturel. Au cours des dernières années, elle s’est dotée de plusieurs instruments de planification pour améliorer la qualité des milieux de vie de ses citoyens et pour développer la métropole de manière durable. Dans un contexte de concurrence internationale de plus en plus vif, elle mise d’ailleurs, dans la foulée de la désignation récente Montréal Ville UNESCO de design, sur diverses stratégies et actions en vue de mettre en valeur et d’améliorer les attraits et les qualités de ses espaces urbains.

Vue prise à partir du belvédère de Westmount

3Cet engagement n’est toutefois pas aisé à accomplir pleinement, car il implique des changements majeurs quant aux stratégies et pratiques des gouvernements. Parallèlement, les projets d’infrastructures ou d’aménagement en milieu urbain soulèvent encore très souvent des réactions vives parce que ces derniers viennent bouleverser le cadre de vie des populations concernées. La réaction de certains médias montréalais qui participent au débat récurrent sur la laideur (ou la beauté) de Montréal illustre la portée (ou la dérive) d’un enjeu qui oscille entre le jugement du « bon goût » et la volonté de soutenir une culture partagée de la qualité urbaine. Pour faire face à ces situations, la recherche de nouvelles approches de planification demeure un enjeu important pour les administrations locales et régionales.

4L’enjeu du paysage, en particulier, émerge régulièrement dans les grands dossiers de développement des villes en tant que concept de valorisation et de qualification sociale et culturelle du territoire. Faisant l’objet de démarches formelles (ex. : politiques, chartes, plans ou observatoires de paysage) du côté des pays d’outre-Atlantique en parallèle à la mise en œuvre de la Convention européenne du paysage, force est d’admettre que le « paysage urbain » devient une valeur importante pour le devenir de nombreuses villes dans le monde sur le plan de l’attractivité, de l’identité, de la diversité culturelle et de la qualité de vie.

Belvédère de Westmount

  • 1 Notons en particulier les démarches suivantes : Les Dialogues de Griffintown, 2006 ; Atelier de des (...)

5C’est à l’intérieur de ce contexte que les expérimentations montréalaises favorisant la participation de la population et le dialogue avec les professionnels de l’aménagement et du design urbain se multiplient, comme en témoignent les initiatives d’ateliers ou de concours de design menées récemment sur le territoire de l’île de Montréal1. En dépit de ces expériences, la pleine reconnaissance de la spécificité et de la qualité des paysages et des cadres de vie urbains reste à accomplir.

  • 2 Projet de loi n° 82, 2010. Loi sur le patrimoine culturel, Éditeur officiel du Québec.

6À l’heure où le gouvernement du Québec vient tout juste de déposer un nouveau projet de loi sur le patrimoine culturel2 qui mise sur la reconnaissance des paysages valorisés par les collectivités locales, cet ouvrage propose une démarche claire et des outils adaptés aux divers enjeux sociaux et culturels de l’île de Montréal. Ainsi, elle permettra de soutenir des actions de valorisations territoriales qui constitueront de véritables « projets de paysage ».

Rue Sainte-Catherine

Positionnement

7Parce que nous prenons acte des besoins pressants en matière de développement de stratégies et d’outils de gestion des paysages urbains, la production de ce livre tient compte de préoccupations spécifiques. D’une part, la Conférence régionale des élus de Montréal souhaite se doter d’un cadre de référence qui lui permettrait de mieux saisir les différents aspects de la question du paysage en milieu urbain et d’évaluer les démarches à privilégier en matière de mise en valeur et de développement des paysages, actions susceptibles de générer un dialogue constructif avec la population et les acteurs du développement montréalais. D’autre part, ce livre est l’aboutissement d’une réflexion menée depuis 2002 à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CPEUM) sur la question du paysage urbain en collaboration avec ses principaux partenaires québécois et montréalais des secteurs public, parapublic et privé. Il bénéficie également des expérimentations conduites à l’échelle internationale dans le cadre des activités de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de la même institution. Enfin, il tire profit des relations de proximité et des échanges privilégiés avec les principaux intervenants actifs dans le domaine du paysage à l’échelon local (municipalités, municipalités régionales de comté, groupements associatifs), national (gestionnaires et professionnels gouvernementaux) et international (ex. : Convention européenne du paysage).

8En raison de la volonté exprimée des acteurs régionaux et locaux en matière de protection, de mise en valeur et de développement des paysages et des cadres de vie montréalais, le présent ouvrage s’inscrit à l’intérieur de valeurs communes positionnant l’île de Montréal comme une région qui :

  • valorise l’apport essentiel de la qualité du cadre de vie pour le bien-être de ses citoyens ;

  • soutient la mise en valeur de la diversité culturelle des quartiers comme levier de développement social, culturel et économique de son territoire ;

  • engage le dialogue avec l’ensemble des acteurs, qu’ils soient citoyens, élus, promoteurs, experts ou professionnels de l’aménagement, en faveur de la mise en œuvre d’objectifs partagés et de projets structurants pour le devenir des paysages et des cadres de vie urbains de l’île de Montréal ;

  • aspire à être reconnue, à l’échelle nationale et internationale, pour sa capacité à innover en matière d’intégration des valeurs paysagères aux démarches d’aménagement et de développement du territoire montréalais.

  • 3 Le chantier « Réalisons Montréal Ville UNESCO de design » est une initiative conjointe du Bureau du (...)

9Pour rendre compte de ces valeurs, ce livre se situe en résonance avec les approches les plus en vue tant en matière de gestion des paysages qu’en matière de design urbain. D’une part, il s’inscrit dans la poursuite logique des réflexions engagées dans le cadre de l’élaboration du premier Guide de gestion des paysages au Québec (Paquette et al., 2008) tout en s’inspirant de certaines expériences menées à l’étranger comme la mise en place de Plans de paysage en France (Folinais, 2006), les démarches catalanes de mise en œuvre des principes de la Convention européenne des paysages (Busquets et Cortina, 2009), les approches défendues par l’UNESCO au regard du devenir durable des quartiers urbains historiques (Veirier, 2007) ou celles qui prennent corps actuellement dans la foulée du mémorandum de Vienne sur la question des paysages urbains historiques (UNESCO, 2005). D’autre part, il fait écho aux initiatives en forte effervescence dans le domaine du design urbain (CABE, 2009), où les nouveaux savoir-faire tirent profit aujourd’hui, tant à l’échelle locale qu’internationale, d’une large diffusion en raison notamment de la publication récente des Cahiers des bonnes pratiques en design de la Ville de Montréal (Lemieux et Brodeur, 2008) et des premières initiatives mises en place dans le cadre du chantier « Réalisons Montréal, ville UNESCO de design3 ». Au même titre que ces contributions, le présent livre prend appui sur une approche par processus qui fournit un certain nombre de balises sur le plan stratégique et présente, sur le plan opérationnel, une instrumentation éprouvée en matière de préservation, de mise en valeur et de développement des paysages et des cadres de vie urbains. Élaboré sur la base des principes d’actions paysagères reconnus et mis de l’avant dans les démarches précédemment évoquées (voir encadré ci-haut), cet ouvrage fournit un ensemble d’outils apte à prendre en compte la diversité des contextes territoriaux et les aspirations sociales et culturelles qui s’expriment à l’échelle locale.

Principes d’action paysagère
● Favorise une reconnaissance publique et plurielle des valeurs et des préoccupations paysagères.
● Engage les actions paysagères au développement de l’économie, de la vie sociale et du cadre de vie en vue de promouvoir de nouvelles manières de faire et de penser le développement urbain.
● Stimule l’engagement des savoir-faire des professionnels de l’aménagement.
● Encourage la participation du public dans les processus de préservation, de mise en valeur et de développement des paysages et des cadres de vie.
● Encourage une cohérence accrue des actions en architecture, en architecture de paysage, en urbanisme et en design urbain
● Reconnaît la valeur ajoutée des actions paysagères
● Favorise une pédagogie de la qualité en aménagement et en design urbain.

Séquence de l’ouvrage

10Cette publication vise d’abord et avant tout à accompagner les principaux intervenants de l’aménagement du territoire montréalais en fournissant un cadre de référence et une approche de gestion reconnue en faveur de la promotion de la qualité des paysages et des cadres de vie. Elle est dédiée par le fait même aux décideurs publics, aux professionnels de l’aménagement, aux gestionnaires de politiques et de projets urbains, aux acteurs économiques et aux regroupements associatifs montréalais, mais plus largement aussi à l’ensemble des publics intéressés par la qualité des milieux de vie urbains d’ici et d’ailleurs.

11La séquence des différents chapitres est conçue de manière à aborder, à tour de rôle, les concepts, les enjeux et les outils d’intervention qui alimentent l’approche de gestion privilégiée. Au préalable, un premier chapitre dresse un aperçu des principaux défis et enjeux de développement des villes en ce début de xxie siècle. Ce faisant, il entend montrer que les actions portant sur la qualité des paysages et des cadres de vie sont indissociables d’un processus de réinvention du mieux vivre urbain. Le second chapitre précise, dans un langage simple et concis, les princi pales définitions, les divers intérêts et les arguments de pertinence qui soutiennent notre démarche. De manière volontairement impressionniste, sans exhaustivité et sous la forme d’un aperçu, le troisième chapitre évoque la diversité des caractères et des particularités qui marquent les paysages et les cadres de vie montréalais. Le quatrième chapitre cherche à rendre compte et à illustrer concrètement la nature des multiples enjeux et valeurs associés aux territoires urbains à partir d’une perspective sociale et culturelle. Le cinquième chapitre constitue le cœur de l’ouvrage. Il décrit de manière détaillée et à l’aide de nombreux exemples les différentes étapes du processus de gestion des paysages proposé. Enfin, le dernier chapitre illustre une série de possibilités d’actions paysagères susceptibles de répondre aux enjeux déclarés sur le territoire montréalais.

12Arrimé à la singularité des réalités territoriale, sociale et politique de l’île de Montréal, cet ouvrage voudrait mobiliser, solidariser et engager les citoyens, les élus, les promoteurs et les professionnels en vue d’assurer une appropriation accrue des réflexions sur l’aménagement des espaces publics et privés montréalais et d’appuyer les intervenants dans leurs actions en faveur de la promotion de la qualité des paysages et des cadres de vie de l’île de Montréal.

Notes

1 Notons en particulier les démarches suivantes : Les Dialogues de Griffintown, 2006 ; Atelier de design urbain UNESCO Imaginer la place d’Armes, 2007 ; Atelier de design urbain – secteur Bellechasse, 2008 ; Atelier de design urbain – secteur ouest de Pierrefonds-Roxborro, 2008 ; Chantier Réalisons Montréal Ville UNESCO de design, 2009-2011.

2 Projet de loi n° 82, 2010. Loi sur le patrimoine culturel, Éditeur officiel du Québec.

3 Le chantier « Réalisons Montréal Ville UNESCO de design » est une initiative conjointe du Bureau du design de la Ville de Montréal et de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Il est soutenu par les partenaires financiers suivants : la Ville de Montréal, le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire, le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine en vertu de l’Entente sur le développement culturel de Montréal et la Conférence régionale des élus de Montréal. Pour de plus amples détails concernant ce chantier, consulter le site www.realisonsmontreal.com/.

Table des illustrations

Légende Vue prise à partir du belvédère de Westmount
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6908/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende Belvédère de Westmount
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6908/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende Rue Sainte-Catherine
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6908/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6908/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 455k

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search