Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Trois poèmes inédits d’Alphonse Beauregard1

Volltext

  • 1 L’Avenir du Nord, 29 février, 1924, p. 1.

1Alphonse beauregard vient d’être emporté, victime d’un accident tragique. Les lettres canadiennes perdent en lui un poète de solide talent et de large envergure, dont la forte pensée s’était créé une forme entièrement personnelle et originale, resté isolé dans une sphère haute et rare que peu d’esprits osent aborder. Sa renommée ira croissant, à mesure que le poids de l’idée dans l’œuvre d’art, l’intensité de pénétration, la subtilité des symboles, la précision calme des formules, seront appréciés chez nous comme il convient. On lui donnera alors une place parmi les tout premiers de nos aèdes présents et passés.

2Beauregard m’adressait parfois, à titre d’ami, la primeur de ses pièces. Je crois intéresser les lecteurs de l’Avenir du Nord en leur communiquant trois de ces morceaux reçus un mois à peine avant la mort du poète, les derniers peut-être sortis de sa plume. Ce sera en même temps servir sa mémoire, justifiant tous nos regrets, car ces vers expriment sa meilleure manière et sont éclatants de beauté intime.

TOUJOURS LUTTER
Toujours le combat à reprendre !
Toujours la pensée sous les armes !
Toujours l’esprit en sentinelle !

On se croyait dans la clarté définitive,
Sur la haute montagne à l’abri des assauts,
Libre avec des bonheurs serrés autour de soi,
Libre dans la féconde et magnifique paix.
La paix !
La plénitude exquise des baisers
Que nul doigt menaçant ne trouble et ne corrompt ;
La beauté des prairies qui s’offre, devinant
Qu’on la cherche plutôt que la terre elle-même ;
La rêverie au bord des lacs où le soleil
Argenté les galets sous le frisson des rides ;
Les fêtes d’autrefois, les espoirs et les rires
Qui, les jours de désir, passent au ras de l’eau ;
Les vies que l’on comprend, à voir, dans le lointain,
La fumée s’échapper, blanche, des cheminées ;
L’âme qui se détache, infiniment ductile,
Se mêle au vent, à la lumière, au bruit des feuilles,
Et répandue sur tout l’horizon s’abandonne
Au Nirvana voluptueux qui la recrée.
Tout à coup la bataille encore,
Les mots qui sifflent aux oreilles,
Les actes chargés de mitraille,
L’avenir qui tourne en cloaque.
Ah ! faut-il de nouveau te conquérir, ô joie ?

ORGUEIL BRISÉ
À quoi bon lutter davantage !
Le soleil, plus fort que ma peine,
Impose un sourire à mes yeux.

L’âme figée, pauvre orgueilleux,
Je me disais hier encore :
« Je resterai toujour ainsi ;

« Je serai le roc taciturne
Qui se revoit lave brûlante,
Sans espérer le renouveau. »

Mais un matin ensoleillé
Ouvre mes pores à la joie.
Je suis trop faible pour pâtir...

FINALE
Ôte ce chapeau. Là ! Viens t’asseoir près de moi :
Sommes-nous pas encore amis comme autrefois ?
Tu n’as guère changé, bien que les gens te prêtent
Une vie qui me semble, à moi libre et sans charge,

Le dur enserrement d’une caverne basse.
Ah ! comme ton langage est amer ! N’as-tu point
Gardé de ton sourire une lueur au moins.
Et tes ailes sont donc enduites de goudron ?
Pourtant il n’est pas loin le temps où les idées
Entre toutes hardies, folles, paradoxales,
Te faisaient éclater d’une joie triomphale.
Souviens-toi ! Je t’aimais, d’autres hommes aussi ;
Toi, pénétrée au cœur délicieusement,
Voyant s’épanouir en ton être la fleur
Dont chacun en naissant suscite la promesse,
Tu marchais, et devant ta magique jeunesse
S’ouvraient en éventail de vastes perspectives
Où riaient au soleil tous les bonheurs du monde.

Tes yeux brillent : déjà ta foi se réjuvène !
Emporte-la sans plus tarder, comme un trésor,
Avant que de ma chair montent pour te reprendre
Les mots pervers et beaux que tu ne peux entendre.

Endnoten

1 L’Avenir du Nord, 29 février, 1924, p. 1.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540