Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Paul Morin. Poèmes de cendre et d’or1

Texte intégral

  • 1 « Les Poèmes de cendre et d’or de Paul Morin », L’Avenir du Nord, 2 février 1923, p. 1 ; Poètes de (...)
  • 2 Paul Morin, Poèmes de cendre et d’or, Montréal, Éditions du Dauphin, 280 p. Après ses études en dro (...)

1Des vers d’inspiration choisie, de facture affinée, de timbres curieux et multiples ; — une rêverie qui passe du tourment à la paix, de la contemplation au rire, de l’enthousiasme à un détachement presque cynique ; — une grâce tantôt hellénique dans ses gestes mesurés et sobres, tantôt gauloise et même gamine dans de lestes acrobaties ; — une langue extrêmement dextre et souple, qui voudrait épuiser toutes les formes de l’expression, s’assimiler toute la saveur changeante des mots, et qui pourtant, par une discrétion native, reste prudente, presque académique, et n’ose rien qu’à bon escient ; — de la philosophie, de la tristesse, de la sympathie, de l’envol, ce qui finalement injecte la poésie sous la rime et lui insuffle une âme vivante : — je crois bien trouver tout cela dans les Poèmes de cendre et d’or2. Et c’est pour moi une œuvre intéressante, habile, comme écrite par un professeur expert sous la dictée d’un rêveur subtil.

  • 3 Double poétique de Victor Hugo, avec lequel le poète dialogue dans ses recueils de poésies lyriques (...)

2Je goûte pour leur sentiment vrai, pour leur mélancolie avouée, pour leur belle forme régulière, ces poèmes où l’auteur revit les souvenirs d’années errantes, les visions d’Italie, de France ou de Grèce, qui le soulevèrent, on le sent, d’une émotion chaude et directe. « Il pleut », « C’est le petit matin », « Harmonie pour un soir dauphinois », « Harmonie pour un soir grec », « Le berceau », valent à la fois par l’intensité de l’évocation et la ligne pure de l’image. Notre poète retrouve ici, en même temps que les rythmes romantiques (le quatrain, par exemple, où l’alexandrin fait la paire avec l’octosyllabe), quelque chose de l’inquiétude et des élans d’Olympio3. Ce sont les pièces peut-être où il a mis le plus de son âme et le moins de soucis livresques. Les mots n’y sont que des symboles disparaissant sous les choses exprimées.

Et je rêve aux jardins Ypsilanti,
Où les bouvreuils, frêles flûtes de jade,
Mêlaient leur voix au Bosphore alenti,
Et des rires venaient de l’ambassade...

  • 4 « Le petit square » (deux dernières strophes, op. cit., p. 101) : « Mêlaient leurs voix [...] Où j’ (...)

Mais je songe surtout au Luxembourg
Où j’écoutais sa voix, française et fine,
Me murmurer, dans l’or mourant du jour,
La tristesse ardente de Jean Racine4...

La brise tiède joue avec les cerisiers
Comme une main sur une harpe.
Des rosiers,
Plus ingénus que l’œil d’une petite fille,
Haussent leur tête blanche au-dessus d’une grille.
Les volets verts d’une humble et joyeuse maison
S’entr’ouvrent, et j’entends jaillir une chanson
Si fraîche, si jeune...

  • 5 « Harmonie pour un soir dauphinois » (ibid., p. 261) : « Comme des mains sur [...] chanson, [...] n (...)

Ah ! mon pauvre cœur nomade,
Sois satisfait du lac, des jardins et des bois,
Des toits d’ardoise bleue où courent des fumées,
Des aurores d’argent que tu as tant aimées5...

3C’est l’impression cueillie à l’arbre, la sensation de premier choc, et cela touche comme tout ce qui est sincère. Ailleurs le vers est plus impersonnel et alors moins naïf. Le mot y joue un rôle plus net et s’y déploie pour sa beauté propre. Paul Morin est, quand il s’y met, un artiste en syllabes, ayant le sens des combinaisons rares et des sonorités brillantes, adroit à fignoler une strophe comme on cisèle un chapiteau (« Crépuscule », « La mer »). Plus rarement il peut atteindre à des pensées fortes et hautaines, comme dans « La récompense » et « Le dernier travail d’Hercule » :

  • 6 « Le dernier travail d’Hercule » (ibid., p. 155) : « Hespérides, / je sais [...] ciel, vous [...] A (...)

... Après
avoir conquis les pommes d’or au Jardin, frais
et mystérieux et clair, des Hespérides,
Je sais que je regretterai les monts arides
et les sables, lointains et tragiques, d’Atlas.
Car, mes muscles tendus et mes poignets si las,
l’heure effroyable où vous portiez le ciel vous hante
de son inexplicablement douce épouvante !
Ah ! sentir la divine angoisse, de nouveau,
vertigineuse, faire éclater mon cerveau,
et qu’une fois encor mon cœur puisse connaître
le désespoir humain de mourir et de naître,
la tâche impitoyable aux flancs d’un astre éteint,
et le fardeau du monde, et le mortel destin6 !...

4Mais où il se retrouve chez lui et s’épanche bien au naturel, c’est dans des fantaisies ingambes, des croquis indisciplinés, de prestigieuses gazettes, où s’ébattent de l’esprit, de la gaieté, de la grâce, en costume opulent et bariolé. Tel le charmant prologue intitulé « Réveil », ou la bonne scie d’école dénommée « Stéphanie », ou le « Dialogue du banquier et du bachelier ». Telle surtout « La revanche du Paon », grande pièce di bravura qui instruit, à renfort d’érudition mondiale, et projette en vocables multicolores l’apothéose de l’oiseau sacré :

  • 7 « La revanche du Paon » (ibid., p. 72) : « Au Petit Palais [...] plumage... (ô Voltaire !) / [...] (...)

Depuis le premier œuf de paonne, que saisit
Dans quelque vert ravin de Chine
La première fureteuse main enfantine,
Jusqu’aux paons que l’on voit sur les bijoux qu’exhibe
Au Petit-Palais Paul Iribe,
Depuis le paon de Lancelot du Lac, couvert
De feuilles d’or, depuis le paon au bec ouvert
Du heaume des Montmorency,
Et depuis l’iris de son plumage (ô Voltaire !)
Aux paons blancs de Montilz-les-Tours et de Madère
Qu’on voit perchés sur des tombeaux,
Je suis le plus puissant toujours, et le plus beau7 !

5La diction de cette poésie est toujours distinguée, fluente et discrète en ses aventures. Dans les sauts périlleux qu’elle tente elle retombe toujours sur ses pieds. Sa hardiesse est celle du linguiste se jouant aux passes difficiles plutôt que de l’aède emporté par son afflatus. Le vers dit la pensée en mesures musicales et justes : il connaît rarement de ces bonds sauvages qui étonnent chez les primitifs. Les images y sont choisies plutôt que rares, lumineuses plutôt qu’éclatantes. À cette facture experte on peut seulement reprocher quelques accumulations d’épithètes dénotant l’embarras de remplir le vers :

Souviens-toi que ce calme et paisible hameau
Est la source claire et profonde
Du sang latin tumultueux, hautain et beau,
Qui dans ton cœur murmure et gronde...

Soyez les chœurs furtifs et l’innombrable orchestre
Du simple, délicat et mol automne alpestre.

Petite ville, plus charmante qu’un hameau,
Dont le nom si français, si sonore, si beau...

  • 8 Les quatre premiers vers sont extraits du poème « Le berceau » (ibid., p. 26) ; les quatre suivants (...)

Un cèdre allongera jusqu’à ma porte ouverte
Son feuillage verni, touffu, sombre, odorant8....

6L’on peut, je pense, poser en règle que, s’il y a plus de deux adjectifs dans un vers, les autres sont sûrement des chevilles. Mais vous remarquerez que ces chevilles même ne vous crèvent pas l’œil et savent garder une certaine tenue.

7L’élégance, en somme, même dans la force ou le caprice ; une tendresse délicate sans être brûlante ; un accent toujours pur dans ses intonations diverses ; une harmonie à la fois caressante et ordonnée : c’est bien le caractère de la poésie de Paul Morin.

  • 9 Voir supra, p. 660-668.

8Il est d’ailleurs, comme René Chopin9, si exclusivement français d’esprit et d’allures qu’on hésite presque à le classer parmi nos poètes du cru, et j’avoue que, si tous lui ressemblaient, cela me ferait presque douter de l’existence d’une « littérature canadienne » ; du moins, nous n’aurions certes pas de littérature nationale. Mais sans doute, à mesure que nos relations avec la France se resserreront, que notre idiome s’épurera, se fondra davantage avec la langue-mère, il nous faudra nous résigner (?) à ne plus trouver de contraste entre nos écrivains et ceux de la Revue de Paris. Notre poésie pourra rester canadienne d’âme, elle ne le sera plus de langage et parlera définitivement le « français moderne ». Seulement, il faut l’avouer, la poésie de Paul Morin n’est pas canadienne du tout.

9Ce n’est pas que je l’en blâme : je suis pour la liberté absolue de l’inspiration. La vraie lacune que je lui trouve, c’est plutôt certain manque d’empreinte personnelle, un défaut d’unité dans la forme et dans la couleur. On sent l’auteur qui a trop lu et qui a dispersé sa propre personnalité dans des réminiscences sans nombre. Il y a bien dans ce livre une douzaine de styles différents qui se côtoient d’une pièce à l’autre et qu’on dirait l’effet d’une collaboration plutôt que le jet d’une seule plume. Il y a des pièces purement classiques qui nous ramènent à André Chénier et à Lamartine. D’autres sonnent les légères clochettes de Banville et de Théophile Gautier. Il y a des sonnets hiératiques du parnassisme le plus pur ; — des tours de force de rythme et de vocabulaire qui ressuscitent Rostand ; — puis diverses variétés de vers libres, depuis celui d’Henri de Régnier jusqu’à celui de Paul Fort. On trouve même un essai de sonnet archaïque : « De toutes ces beautez » ; et, ma foi, ce « los » mignard et sensuel est absolument seizième siècle et Joachim du Bellay eût voulu l’écrire. Bien plus, l’auteur s’exerce à interpréter la poésie de Kiang-Kang-Hu, et, au moins du dehors, ces éventails me paraissent chinois dans la perfection. Chaque pièce garde bien son caractère dans un style ou dans l’autre, on est même étonné de tant de souplesse dans l’adaptation : mais où est l’unité totale ? — l’unité qui vient de la force et de la concentration autour de soi-même — qui ne permet à aucune influence d’empiéter, de trop déteindre, qui crée à l’écrivain un ego défini et incommunicable ? Évidemment, Paul Morin est si à l’aise dans tous les styles qu’il néglige presque d’en avoir un à lui, et son œuvre possède à la fois la maîtrise et la faiblesse de ressembler à une anthologie.

10Cela revient à dire qu’il est trop érudit, trop intelligent, trop fort en versification. Connaissant à fond les procédés, les trucs d’écoles, il s’abandonne au jeu difficile et piquant de les essayer tous. Moins un professionnel qui se crée une méthode et s’y enferme, qu’un dilettante, un virtuose aux habiletés multiples.

11Il y a un mot typique de Jules Lemaître sur Victor Hugo. Signalant les bévues énormes où s’enferre le « père des rimeurs » chaque fois qu’il s’aventure dans la philosophie ou l’histoire, le malin critique ajoutait : « Un homme qui dit de telles bêtises peut avoir du génie, mais soyez sûrs qu’il n’a que cela. » Eh bien ! chez Paul Morin, c’est tout le contraire. Il a un talent poétique superbe et il n’a pas que cela. Il possède au surplus du fond, du goût, des connaissances, de l’étendue, du discernement, de l’équilibre... et c’est peut-être un peu ce qui l’empêche d’avoir du génie.

  • 10 Plutôt « Ginty ».

12Mais nul n’est tenu au génie, et c’est beaucoup qu’une puissance d’expression éclectique et brillante, qu’une voix juste, nuancée, chaleureuse, capable d’aborder toutes les gammes de l’art. Il est loisible à Paul Morin d’endosser plusieurs personnages s’il ne leur emprunte que l’habit et ne leur sacrifie nullement son être. C’est précisément ce qu’il fait, et c’est ainsi qu’il sauve son œuvre et la garde, malgré tout, originale et vivante. Ce qu’il module, c’est bien sa pensée, sa fantaisie, l’impression du monde sur ses sens, et cela, même lorsqu’il prend ses chalumeaux à droite et à gauche. Puis, en cherchant, on trouverait bien telles chansons intimes dont la musique comme les paroles sont exclusivement de lui ; un profil exquis comme « Guinty10 » ; un soupir profond comme « la course » ; un tragique appel comme « l’attente » ; un fin et délicat tableau comme « la rose au jardin ».

  • 11 Le 20 février 1923, Asselin faisait savoir à Dantin que son article sur Paul Morin avait rendu celu (...)

13En somme, ce qu’écrit Paul Morin, n’est-ce pas aussi franc, aussi achevé, que ce que produisent les mieux regardés des poètes de France en cette période d’après-guerre ? C’est bien assez, je pense, pour l’accueillir de bonne grâce, le féliciter même, et ne pas lui chercher chicane11.

Notes de fin

1 « Les Poèmes de cendre et d’or de Paul Morin », L’Avenir du Nord, 2 février 1923, p. 1 ; Poètes de l’Amérique française, t. I, p. 55-65.

2 Paul Morin, Poèmes de cendre et d’or, Montréal, Éditions du Dauphin, 280 p. Après ses études en droit à l’Université Laval à Montréal, Paul Morin (1889-1963) avait soutenu à Paris une thèse de doctorat intitulée « Les sources de l’œuvre de Henry Wadsworth Longfellow » (1912) et avait publié à Paris, en 1911, Le Paon d’émail. Voir Paul Morin, Œuvres poétiques complètes, édition critique par Jacques Michon, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Bibliothèque du Nouveau Monde », 2000, 640 p.

3 Double poétique de Victor Hugo, avec lequel le poète dialogue dans ses recueils de poésies lyriques Voix intérieures (1837) et Les Rayons et les ombres (1840).

4 « Le petit square » (deux dernières strophes, op. cit., p. 101) : « Mêlaient leurs voix [...] Où j’écoutais Sa voix [...] Jean Racine. »

5 « Harmonie pour un soir dauphinois » (ibid., p. 261) : « Comme des mains sur [...] chanson, [...] nomade, / <deux vers> / Sois satisfait du lac, des jardins, et [...] aimées. »

6 « Le dernier travail d’Hercule » (ibid., p. 155) : « Hespérides, / je sais [...] ciel, vous [...] Ah, sentir ».

7 « La revanche du Paon » (ibid., p. 72) : « Au Petit Palais [...] plumage... (ô Voltaire !) / [...] Montilz-les-Tours, et de Madère, / Qu’on [...] puissant, toujours, et le plus beau ! »

8 Les quatre premiers vers sont extraits du poème « Le berceau » (ibid., p. 26) ; les quatre suivants, de « Harmonie pour un soir dauphinois » (ibid., p. 260) : « délicat, et mol automne alpestre... / / Petite ville, aussi charmante » ; les deux derniers, de « La rosé au jardin smyrniote » (ibid., p. 209).

9 Voir supra, p. 660-668.

10 Plutôt « Ginty ».

11 Le 20 février 1923, Asselin faisait savoir à Dantin que son article sur Paul Morin avait rendu celui-ci « bien heureux » : « Rarement votre plume ne fut plus souple ni plus juste. Cet écrit est à mon sens une de vos meilleures œuvres de critique. Vous n’allez pas maintenant rentrer dans l’ombre pour une vingtaine d’années. Il faut, il faut, cher ami, réagir contre le mauvais sort que la vie vous a fait. Vous ne devez probablement rien à nos compatriotes, mais vous devez quelque chose à la cause de la civilisation française. Les Grands mots ! »

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter