Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Henri Letondal. Fantoches1

Volltext

  • 1 « Critique littéraire », La Revue moderne, vol. 3, n° 7, 15 mai 1922, p. 10-13 (voir supra, p. 894, (...)
  • 2 Henri Letondal, Fantoches, Montréal, Imprimerie des Éditeurs, 1922, 140 p. Henri Letondal (1901-195 (...)

1M. letondal2, dans Fantoches, défile un joyeux cinéma de figures et de scènes tracées avec humour et entrain. « Personnages anonymes, dit-il dans sa préface, encore que reconnaissables, malgré les traits un peu soulignés de leurs silhouettes. » En effet, ces fantoches ne sont pas de simples poupées de bois, des magots ouvrés de toutes pièces, carrément absurdes, d’un automatisme ou d’une imbécillité hors nature : ce sont des types normaux s’agitant dans la sphère quotidienne, saisis dans les attitudes et les mots de la comédie commune ; en fait, les humains que nous coudoyons et que nous sommes, le polichinelle qui, sous l’afflux de circonstances falotes, se découvre en chacun de nous. Et l’ironie de ces pointes sèches n’en est que plus fine pour être exempte de grossissement, de déformation voulue, se dégageant surtout du trait observé et du contour. Fantoches, de cette manière, l’employé en villégiature rappelé subitement par une « dépêche du chef de bureau », escorté des condoléances de ses camarades, et qui, une fois le train en route, déplie en souriant le billet bleu d’une bonne petite amie ; — le monsieur qui attend sous la bourrasque un tramway nocturne et dont le couvre-chef s’envole juste au moment où passe la dernière voiture ; — l’amoureux né malin qui endort le petit frère pour être moins gêné avec la sœur ; — l’ingénue que rien ne console de n’avoir pas entendu Becman vociférer : « Tais-toi, j’t’écrase ! » — l’acteur dyspeptique poursuivi en rêve par un dramaturge qui veut, avec menace, lui faire jouer La Crampe d’estomac. Mais ces marionnettes, ce pourraient être vous ou moi, à l’occasion : et c’est pourquoi elles nous intéressent tout en se moquant de nous. Quelquefois seulement le portrait se mue en pochade et les fantoches alors sont bien d’artificielles figurines s’ébattant sans contrainte dans la bouffonnerie et le coq-à-l’âne : tels les clients de l’épicerie Gadbois et de la pharmacie Sodium. Mais la bouffonnerie elle-même a sa place dans l’art, au moins tout à côté, et elle joue dans nos heures un rôle bienfaisant.

2La forme est celle du dialogue, et sied bien à l’allure rapide de ces menues pièces. L’auteur y sait garder le ton de la conversation courante, laisser à l’échange des reparties, des « mots de nature », leur caractère spontané et inévitable. Peut-être perce-t-il, par endroits, une trace d’imitation des maîtres du genre, Capus, Courteline et le reste. Certaines locutions, trop marquées au dialecte d’outremer, font fausse note encadrées dans le vocabulaire natif. Madame, dans « Le baromètre », s’écrie : « Vous me crispez », « Je voulais épater Madame Racuir » ; mais elle prononce aussi : « Si ça a du bon sens ! Tu devrais avoir des remords, espèce de sans-cœur ! » Il est vrai qu’il n’est pas facile de délimiter ces nuances et de savoir au juste où commence et où finit le langage du cru. M. Letondal, en tout cas, manie la phrase parlée avec assez d’adresse et de verve pour nous faire souhaiter le voir un de ces jours s’attaquer à la comédie en trois actes. Et quelques-uns de ces essais seraient déjà de fort gentils levers de rideau.

3Le livre est amusant, léger, lutinant sans être féroce ; il vous hypertrophie la rate sans jamais exciter la bile, et c’est, je crois, ce qu’il prétendait. Les dessins de l’auteur, bien enlevés et lestes, ajoutent leur curiosité à celle du texte. C’est d’une gouaillerie parisienne greffée sur la blague montréalaise et M. Letondal, par son crayon et par sa plume, nous déverse ainsi la gaieté de deux hémisphères.

Endnoten

1 « Critique littéraire », La Revue moderne, vol. 3, n° 7, 15 mai 1922, p. 10-13 (voir supra, p. 894, n. 1).

2 Henri Letondal, Fantoches, Montréal, Imprimerie des Éditeurs, 1922, 140 p. Henri Letondal (1901-1955), fils du musicien et compositeur Arthur Letondal, dont Dantin avait publié certaines compositions dans Le Petit Messager du Saint-Sacrement. Auteur de nombreux sketches parus dans Le Quartier latin, fondateur du « Petit Théâtre », animateur de Radio-Théâtre (CKAC) puis directeur de France-Film. Il partit ensuite faire carrière à Hollywood où il mourut peu après.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540