Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

Les collaborateurs

Texte intégral

1Alain Beaulieu est professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal. Il est l’auteur ou le coauteur de plusieurs ouvrages, dont Les Autochtones du Québec : des premières alliances aux revendications contemporaines (Fides, 1997) ; Représentation, métissage et pouvoir (Presses de l’Université Laval, 2012) ; Les Autochtones et le Québec. Des premiers contacts au Plan Nord (Presses de l’Université de Montréal, 2013) ; Les Wendats du Québec. Territoire, économie et identité, 1650-1930 (GID, 2013).

2Pierre Berthiaume, professeur émérite de l’Université d’Ottawa, est spécialiste de la littérature française du XVIIIe siècle et des relations de voyage aux Amériques (XVIIe et XVIIIe siècles). Il a notamment réalisé l’édition critique du Journal Historique d’un Voyage fait par ordre du Roi dans l’Amérique Septentrionnale, de Charlevoix, dans la « Bibliothèque du Nouveau Monde » (Presses de l’Université de Montréal, 1994).

3Aurélien Boivin est professeur associé (littérature québécoise) à l’Université Laval, où il a enseigné pendant près de trente-cinq ans. Membre de l’équipe de recherche du Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, dès 1971, il a codirigé le tome VI et dirigé les tomes VII, VIII et IX. Spécialiste du conte littéraire québécois au XIXe siècle, il a publié plusieurs articles sur le sujet et des anthologies, dont Les meilleurs contes fantastiques québécois du XIXe siècle (Fides). Membre du collectif de la revue Québec français, il a assumé les fonctions de rédacteur en chef et de directeur, jusqu’en 2012. Il a reçu plusieurs prix et distinctions.

4Claude Boudreau, chercheur émérite, est titulaire d’un doctorat en géographie de l’Université Laval, avec une spécialisation en histoire de la cartographie du Québec. Boursier de l’American Geographical Society, il a étudié à Chicago et à Milwaukee. Reconnu comme l’un des rares spécialistes canadiens de l’histoire de la cartographie et de l’arpentage au Québec, il est l’auteur d’une trentaine de publications et de cinq ouvrages sur le sujet. Il a été responsable de la division des archives cartographiques et architecturales de BAnQ durant plus de dix ans et, depuis une dizaine d’années, il agit à titre d’expert-consultant en matière d’histoire et d’organisation du territoire québécois, auprès de différents ministères.

5Monique Cormier est professeure titulaire au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal. Elle est reconnue internationalement pour ses travaux sur l’histoire des dictionnaires, dont la qualité et l’importance lui ont valu de nombreux prix et distinctions. Lauréate du prix Georges-Émile-Lapalme en 2009, elle a notamment été élevée au rang de chevalière de l’Ordre national du Québec en 2011.

6Catherine Desbarats est professeure agrégée au Département d’histoire et d’études classiques de l’Université McGill. Spécialiste de la Nouvelle-France, elle a édité, entre autres, Les Lettres édifiantes et curieuses écrites par des missionnaires de la Compagnie de Jésus, (Boréal, 2006). Elle prépare une monographie sur l’histoire de la monnaie de carte coloniale qui prit naissance au XVIIe siècle canadien, pour se diffuser jusque dans les espaces impériaux français de l’océan Indien après la guerre de Sept Ans.

7Dominique Deslandres, professeure titulaire au Département d’histoire de l’Université de Montréal, a publié Croire et faire croire. Les missions françaises au XVIIe siècle (2003), qui a reçu de nombreux prix, dirigé, avec J. A. Dickinson et O. Hubert, Les Sulpiciens de Montréal : une histoire de pouvoir et de discrétion 1657-2007 (2007), un best-seller, suivi d’une exposition au Musée des Beaux-Arts de Montréal, et dirigé, avec R. Brodeur et T. Nadeau-Lacour, Lecture inédite de la modernité aux origines de la Nouvelle-France (2010) pour le 400e anniversaire de la fondation de Québec.

8Raymond Duchesne, historien et sociologue des sciences, s’est intéressé tout particulièrement à l’histoire des sciences au Canada, des XIXe et XXe siècles. Il a enseigné à la Télé-Université (Université du Québec).

9Jacques Gagnon est titulaire d’une maîtrise en science politique de l’Université Laval et ancien élève de la London School of Economics and Political Science. Il a fait carrière dans l’enseignement collégial. Chercheur autonome, il s’est spécialisé en histoire politique. Il a publié aux presses de quatre universités québécoises (Bishop’s, Laval, Sherbrooke et Université du Québec). Il travaille actuellement sur le phénomène de la parenté en politique.

10Robert Gagnon est professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal et membre du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST). Il a écrit plusieurs livres et articles en histoire de l’éducation, des infrastructures urbaines et des sciences et des techniques.

11Denis Goulet, professeur associé (Faculté de médecine, Université de Sherbrooke), chercheur associé (Département d’histoire, Université du Québec à Montréal), lauréat du Hannah Institute for the History of Medicine, a publié de nombreux ouvrages et articles scientifiques sur l’histoire de la médecine au Canada.

12Louis-Georges Harvey, professeur titulaire au Département d’histoire de l’Université Bishop, a publié Le printemps de l’Amérique française : américanité, anticolonialisme et républicanisme dans le discours politique québécois, 1805-1837 (Boréal, 2005) et a collaboré à la préparation de De la République en Amérique française. Anthologie pédagogique des discours républicains au Québec, 1703-1967, paru aux Éditions du Septentrion en 2013.

13Alain Laberge est professeur titulaire en histoire au Département des sciences historiques de l’Université Laval. Ses recherches portent principalement sur le monde rural seigneurial laurentien depuis l’époque de la Nouvelle-France.

14Marcel Lajeunesse est professeur associé à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal où il a enseigné de 1970 à 2006 ; il a pris sa retraite en 2006 comme professeur titulaire. Il a été directeur de l’EBSI de 1987 à 1994 et vice-doyen de la Faculté des arts et des sciences de 1994 à 2002. L’histoire du livre et des bibliothèques, les aspects comparés et internationaux de l’information, les bibliothèques d’enseignement supérieur, la formation en bibliothéconomie et en sciences de l’information et l’archivistique constituent ses domaines de recherche et de publication.

15Claude Lessard est professeur émérite de sociologie de l’éducation, de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal. Il est présentement président du Conseil supérieur de l’éducation.

16Robert Melançon est professeur émérite de l’Université de Montréal, où il a enseigné la littérature de la Renaissance de 1972 à 2007. En collaboration avec Georges Tissot et Andreas Motsch, il prépare une édition critique de Mœurs des sauvages amériquains, comparées aux mœurs des premiers temps de Joseph François Lafitau.

17Sylvio Normand est professeur à la Faculté de droit de l’Université Laval, où il enseigne en histoire du droit et en droit civil. Ses recherches portent principalement sur l’histoire de la culture juridique québécoise. Il a publié plusieurs études sur la pensée juridique, sur l’enseignement du droit et sur la place occupée par l’imprimé dans la pratique du droit.

18Réal Ouellet, professeur associé à l’Université Laval, a publié plusieurs livres et études sur le roman et la relation de voyage. Il a fait l’édition critique de quelques grands textes issus de la colonisation française en Amérique : Lahontan, Œuvres complètes, Leclercq, Nouvelle Relation de la Gaspésie, Exquemelin, Histoire des aventuriers flibustiers, Pelleprat, Relation des missions des pères de la Compagnie de Jésus dans les Îles et la Terre Ferme de l’Amérique méridionale.

19Jean-Pierre Pichette, ethnologue et professeur titulaire, a enseigné à l’Université de Sudbury (1981-2004), puis il a occupé une chaire de recherche du Canada pour l’étude de l’oralité et des traditions populaires des francophonies minoritaires à l’Université Sainte-Anne (2004-2011). Professeur associé à l’Université Sainte-Anne (2011) et à l’Université de Moncton (2013), il travaille à l’édition du corpus de littérature orale (Éclore) qu’il a constitué dans les 10 provinces canadiennes. Président de la Société québécoise d’ethnologie, membre fondateur de la Société Charlevoix, vouée à l’étude de l’Ontario français, et du Groupe de recherche en études acadiennes, il a publié une trentaine d’ouvrages à titre d’auteur et de directeur de publication.

20Marie-Christine Pioffet est professeure titulaire à l’Université York de Toronto. Ses travaux portent principalement sur les textes de la Nouvelle-France et la littérature française du XVIIe siècle. Elle a publié une soixantaine d’articles et neuf ouvrages ou collectifs. Elle dirige actuellement un projet de recherche sur l’historiographie en Nouvelle-France, subventionné par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

21Louis Rousseau a été professeur au Département de sciences des religions de l’Université du Québec à Montréal jusqu’en 2011. Ses recherches et publications portent sur la place de la religion dans l’histoire du Québec (Atlas historique des pratiques religieuses : le sud-ouest du Québec au XIXe siècle, Presses de l’Université d’Ottawa, 1998) et la fonction de la religion dans le processus actuel de recomposition identitaire, tout particulièrement au sein des communautés ethno-confessionnelles d’arrivée récente. Il a dirigé la publication de Le Québec après Bouchard-Taylor. Les identités religieuses de l’immigration (Presses de l’Université du Québec, 2012). Il est chercheur associé du Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté.

22Fernande Roy est professeure au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal. Spécialiste de l’histoire culturelle du Québec, ses travaux ont porté sur l’histoire des idéologies, l’histoire de la presse, l’histoire du livre et de la librairie, de même que sur l’historiographie québécoise.

23Jean-Claude Simard, philosophe retraité du Collège de Rimouski, est un spécialiste de l’histoire intellectuelle du Québec. Récipiendaire de nombreux prix, il est l’auteur de L’apprentissage de la liberté : quatre décennies d’expérimentation philosophique au collégial (Presses de l’Université Laval, 2010). Avec André Baril, éditeur adjoint aux Presses de l’Université Laval, et Christian Boissinot, du Collège Garneau, il travaille présentement à la mise sur pied d’un site Internet consacré à l’ensemble du patrimoine philosophique du Québec.

24Éric Thierry, professeur au Lycée Paul-Claudel de Laon (France), est docteur de l’Université de Paris-Sorbonne. Historien de l’Amérique française, il a édité, aux éditions du Septentrion à Québec, les œuvres complètes de Samuel de Champlain.

25Laurent Veyssière est conservateur général du patrimoine au ministère français de la Défense. Il a dirigé les ouvrages La Nouvelle-France en héritage (Armand Colin, 2013) ; avec Bertrand Fonck, La guerre de Sept Ans en Nouvelle-France (PUPS, 2011 et Septentrion, 2012), La fin de la Nouvelle-France (Armand Colin, 2013) ; et, avec Sophie Imbeault et Denis Vaugeois, 1763. Le traité de Paris bouleverse l’Amérique (Septentrion, 2013). Il termine actuellement l’édition de la correspondance de Louis-Antoine de Bougainville durant la guerre de Sept Ans au Canada.

26Jean-Philippe Warren, titulaire de la chaire Concordia d’études sur le Québec et vice-président de l’Association internationale des études québécoises (AIEQ), est professeur titulaire au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Concordia. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire intellectuelle et culturelle au Québec, dont Un supplément d’âme. Les intentions primordiales de Fernand Dumont (Presses de l’Université Laval, 1998) ; L’engagement sociologique. La tradition sociologique du Québec francophone (Boréal, 2003) ; Edmond de Nevers, portrait d’un intellectuel (Boréal, 2005) ; L’art vivant. Autour de Paul-Émile Borduas (Boréal, 2011).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search