Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XIXe siècle

1898 • Léon Gérin

L’habitant de Saint-Justin

Jean-Philippe Warren

Texte intégral

Léon Gérin, L’habitant de Saint-Justin – Contribution à la géographie sociale du Canada, Ottawa/Toronto/Londres, J. Hope et fils/Copp-Clark/Bernard Quaritch, 1898. Collections de BAnQ (265479 CON).

  • 1 Ce texte reprend, en les remaniant, des passages de L’engagement sociologique du Québec francophon (...)

1Petit-fils du publiciste Étienne Parent, neveu de l’historien Benjamin Sulte, fils du romancier Antoine Gérin-Lajoie, condisciple de l’essayiste Edmond de Nevers, collègue de l’économiste Errol Bouchette, Léon Gérin (1863-1951) fut brillamment entouré1. Son œuvre est d’ailleurs à la convergence de ces multiples influences, parfois contradictoires. Attiré tôt par les discussions intellectuelles, il part pour Paris en 1885, dès la fin de ses études de droit Passionné de botanique et de zoologie, son premier geste en France est de s’inscrire au Muséum d’histoire naturelle. Plus tard, au hasard de ses promenades, il voit l’annonce d’un cours donné par un professeur dont le nom lui est inconnu, Edmond Demolins, consacrant ses conférences à la « Constitution des pays qui tirent leurs principales ressources des exploitations agricoles, forestières et minières ». Très intéressé, le jeune Canadien s’inscrit.

2Sans le savoir, Gérin rencontre l’un des deux plus importants organisateurs, avec l’abbé Henri de Tourville, d’une branche dissidente de l’École de la paix sociale, fondée quelques années plus tôt par Frédéric Le Play (1806-1882). Lui qui avait un faible pour la botanique, il trouve dans ce cercle (appelé École de la science sociale) une méthode basée sur une nomenclature des faits sociaux. « De mon incursion sur le terrain des sciences naturelles, il m’était resté au moins le goût de l’étude méthodique de phénomènes concrets. » Dans ses lettres à son frère, il parle avec beaucoup d’enthousiasme de sa découverte d’une science occupée d’abord par les faits concrets et appuyée sur des enquêtes monographiques. Il rêve d’en faire connaître les enseignements à son pays.

3Revenu au Canada au printemps de 1886, à une carrière d’avocat, il préfère un poste dans la fonction publique fédérale, qui lui laisse de nombreux loisirs, occupés à des études sociales. Il lui semble que de nombreux défis se pressent au-devant du peuple canadien-français et que l’étude des phénomènes sociaux constitue d’emblée une œuvre patriotique. Dès 1891, il fait paraître ses premiers articles et, en 1898, sa plus célèbre monographie, consacrée à l’habitant de Saint-Justin. Dans ces articles, encore aujourd’hui ressort une grande volonté de rigueur. Gérin veut être un savant, avec ce que cela suppose de méthode, de minutieuses observations et de précises classifications.

4En 1905, devant un public dilettante, Gérin vulgarise la méthode le playsienne et apporte quelques modifications à la nomenclature de Tourville. Il écrit une longue présentation de la science sociale, dont il publiera une première tranche dans la revue de l’École de la science sociale. Vers la fin de sa carrière, Édouard Montpetit le presse de réunir en livres ses principaux articles. Il en résulte, en 1937, Le Type économique et social des Canadiens. Milieux agricoles de tradition française, puis, en 1946, Aux sources de notre histoire. Les conditions économiques et sociales de la colonisation française en Nouvelle-France. Le premier ouvrage présente cinq milieux sociaux liés à cinq milieux géographiques : le colonisateur de Saint-Irénée, l’habitant de Saint-Justin, le cultivateur progressiste de Saint-Dominique, l’émigrant déraciné, l’exploitant émancipé du vallon de Coaticook. Le second ouvrage retrace le développement de la colonie de la Nouvelle-France en insistant sur les principaux personnages de cette histoire : le pieux curé, le marchand volatil, l’aristocrate parasitaire, le fonctionnaire paresseux et l’habitant, pierre angulaire de la colonie.

5Gérin n’a jamais été invité à enseigner dans une université québécoise. Son œuvre était toutefois connue et reconnue à l’École des sciences sociales, économiques et politiques de Montréal, et davantage encore à l’École des sciences sociales de l’Université Laval. Le premier, il avait tâté de la sociologie. En fondateur, il avait voulu pratiquer cette science avec méthode dans plusieurs champs d’études (milieux campagnards, analyse biographique, histoire, peuples amérindiens, etc.), et aussi en préciser les frontières et les postulats.

  • 2 Léon Gérin, Antoine Gérin-Lajoie, Montréal, Éditions du Devoir, 1925, p. 321.

6D’une certaine manière, Gérin a suivi les traces du héros du roman de son père. À l’instar de Jean Rivard, il a acheté une ferme dans les Cantons-de-l’Est afin de se lancer dans le défrichement et la culture. Sans cesse, il a tenté de favoriser le développement socioéconomique de la nation canadienne-française, mais en adhérant au programme modérément progressiste de son époque. Il serait facile de dire de lui ce qu’il disait de son père : « Il a prêché le respect du passé et de la tradition, tout en prônant l’initiative privée et le progrès des méthodes. Il a été religieux sans fanatisme, patriote sans chauvinisme2. »

7Gérin est de la trempe des libéraux progressistes de la fin du XIXe siècle qui proposaient la modernisation tout en croyant devoir peu sacrifier des traditions anciennes et des habitudes du cœur.

Introduction à « L’habitant de Saint-Justin »

8L’article intitulé « L’habitant de Saint-Justin, Contribution à la géographie sociale du Canada », publié en 1898 dans les Mémoires de la Société Royale du Canada, a été commencé près de dix ans plus tôt. Cette étude, qui se veut scientifique, est basée à la fois sur une observation empirique et sur une grille analytique tirée de la tradition le playsienne.

9Fidèle à l’École de la science sociale, Gérin considérait non seulement la société humaine comme la résultante d’une agglomération de familles, mais distinguait les groupements à formation communautaire ou patriarcale, qui font peser sur l’individu un ordre social collectif plus ou moins lourd, les groupements à formation particulariste, qui permettent une émancipation plus grande de l’individu par rapport au groupe, et les groupements à formation instable, résultat de la désorganisation des autres types. La situation des peuples « arriérés », Gérin l’expliquait par l’influence du type de famille sur les institutions sociales. La famille de type communautaire encourage le développement exagéré du pouvoir central et des organismes publics, tandis qu’ailleurs la famille particulariste tend à un « juste équilibre » entre la vie publique et la vie privée. L’étude détaillée des activités d’une famille typique était par conséquent nécessaire pour qui souhaitait dresser le portrait juste de la situation sociale d’une collectivité.

  • 3 Léon Gérin, « La famille canadienne-française », 1933, Archives de la Congrégation Notre-Dame du B (...)

10Pour tester ses idées, le jeune sociologue s’établit à l’été de 1886 chez son oncle, curé de Saint-Justin, petit village situé un peu à l’ouest de Trois-Rivières, pour y entreprendre sa première monographie d’une « famille ouvrière » (dans ce cas-ci une famille d’agriculteurs). Près de cinquante ans plus tard, Gérin se rappelait avec une certaine émotion son premier contact avec la famille Casaubon : « [I]l me vint à l’idée de me rendre à St-Justin. Déjà j’avais l’habitude de passer une partie de mes vacances chez mon oncle Denis, curé de cette paroisse […]. Je priai mon oncle de me signaler une famille qui fût en condition prospère, mais exceptionnelle. J’ai ce qu’il te faut, fiston, me répondit-il, nous irons chez les Casabon [sic]. [...] La journée faite – ou supposée – les hommes et les femmes prenaient le frais sur le perron. On nous fit un accueil chaleureux. Je notai la composition du groupement de la famille. Les Casabon [sic], le père, à la figure placide, au regard à la fois inquisiteur et bienveillant, cinq pieds et six pouces, très actif, malgré ses soixante et un ans, s’avança vers nous. Son jeune fils Ovide apporta une chaise. Nous, les hommes, nous fumions et les femmes d’une oreille curieuse écoutaient nos propos. […] Il y a déjà 47 ans de cela et, dans l’intervalle, je n’ai jamais perdu de vue la famille3. » Il revisita le village, en 1890, se promettant que la monographie de ce village serait la première de toute une série consacrée à la « géographie sociale » du Canada.

  • 4 Léon Gérin, « Trois types de l’habitant canadien-français », Science sociale, XXVIII, août 1899, p (...)

11Rejetant idées préconçues et généralisations hâtives, Gérin s’était décidé à classer et comparer les groupes sociaux par une analyse patiente, et ce en appliquant « à l’élucidation des problèmes sociaux les procédés qui ont donné aux sciences physiques et naturelles leur rigueur, leur force de persuasion, leur intérêt pratique4 ».

12Cette méthode l’avait porté d’abord à analyser la nature du sol de la région et de ses environs immédiats divisés en trois espaces distincts : la plaine basse où se retrouve partout un sol riche en « alluvions fines, profondes et fertiles » ; la terrasse où le sol est davantage argileux, compact, assez difficile de culture, quoique suffisamment fertile pour permettre une récolte abondante ; la montagne où « le sol est variable de composition ; mais partout assez rare, peu profond et médiocrement fertile ». Ces trois types de sol reflétaient une production et une économie différentes. L’herbe, le foin et les animaux domestiques, le lot de la plaine basse et de la terrasse, faisaient place à la chasse et à la pêche au fur et à mesure que l’on s’élevait dans la montagne. En bref, à trois milieux physiques différents, trois ressources et productions différentes. La rive fluviale de la plaine basse, aux alluvions fertiles, produisait du foin en abondance ; en second plan, la terrasse, au sol d’argile moyennement fertile, du grain ; en arrière-plan, la montagne, où une mince couche de sol grossier peu fertile ne faisait que recouvrir du sable, recelait comme ressource principale la forêt. Dans le système théorique de Gérin, cela avait son importance pour qui voulait comprendre la morphologie sociale des habitants d’une région particulière.

13Le sociologue aurait pu s’arrêter là, sans pousser plus loin son étude du régime du travail ; ç’aurait été toutefois négliger deux facteurs aussi cruciaux que les réalités du sol, d’une part les traditions culturelles spécifiques à la nation, et d’autre part « les conditions actuelles du milieu, auxquelles les habitants ont dû adapter leurs moyens de production ». Les habitants de Saint-Justin et des environs avaient une origine commune remontant à la « race » des paysans, petits cultivateurs des régions agricoles de France émigrés en Nouvelle-France au XVIIe siècle. Enlevant tout point de comparaison, ce facteur unanimement partagé devenait négligeable dans l’analyse. Restait le second facteur, cause effective, parce qu’unique, des grandes divergences de culture observables entre la terrasse de Saint-Justin, où à la culture se mêlaient très souvent des métiers de fabrication (chez les Casaubon, par exemple, se retrouvent à la fois une culture mixte et une fabrication domestique de tonneaux, de tissus, d’outils), la montagne de Saint-Didace, où une population clairsemée, pratiquant peu la culture et ne s’occupant pas de métiers de fabrication, s’adonnait à l’abattage et au transport des produits de la forêt, et enfin les rives du fleuve à Maskinongé, où la culture commerciale était favorisée à la fois par de fortes récoltes et quantité de foin à vendre, et par l’activité industrielle et commerciale de la région rendue plus active par la navigation fluviale et la voie ferrée. De ces faits découlaient l’aisance de l’habitant de Saint-Justin, la pauvreté de celui de Saint-Didace, et la richesse de celui Maskinongé. Le mouvement commercial actif, les voies de transport à proximité, le sol plus fertile, autant de facteurs favorisant la prospérité des rives du Saint-Laurent et, dans une moindre mesure, de la terrasse ; l’isolement, la pauvreté du sol, la difficulté de l’approvisionnement, autant d’obstacles à l’essor économique des habitants de la montagne.

  • 5 Léon Gérin, « Trois types de l’habitant canadien-français », Science sociale, XXVIII, août 1899, p (...)

14Cette activité industrieuse et ces moyens de production avaient d’autres conséquences, plus spécifiquement sociales, voire morales. L’organisation de la famille, sans s’opposer d’une région à l’autre, comportait des différences notables. À Saint-Justin, la famille était groupée, elle était aussi prospère. Les nombreux enfants, tôt mis à contribution sur la ferme, aidaient leurs parents jusqu’à ce qu’ils fondent à leur tour une famille. Le domaine et le foyer paternels étaient conservés intégralement. Dans la montagne, l’exploitation agricole pauvre, incapable d’assurer longtemps la subsistance des enfants, forçait ceux-ci à s’engager dans les chantiers de bois et à se marier. L’instruction des habitants de la région était aussi affectée. Selon les statistiques officielles, 23 personnes sur 100 ne savaient ni lire ni écrire à Saint-Didace, contre 10 à Saint-Justin, tandis que Maskinongé fournissait le plus grand contingent de ceux destinés aux professions libérales et au clergé. Pour Gérin, cela coulait de source, l’instruction primaire allant de pair avec le travail intellectuel. « [L]a culture rude, primitive, isolée, et les travaux encore plus rudes d’abattage et de charroyage du bois [...] à Saint-Didace, demandent beaucoup de force musculaire, mais assez peu de calcul et de réflexion5. » Enfin, le domaine spirituel n’était certes pas à l’abri des influences de l’organisation sociale. Prisonnier d’un travail pénible, sans prétentions intellectuelles, rebelle aux subtilités de la casuistique, habitué à une vie frugale, l’habitant de la montagne écoutait avec docilité les directives de son curé. Le contraste était fort avec l’habitant de la plaine basse, fier de sa richesse, vivant dans une assez grosse agglomération. À Maskinongé, les processions étaient plus fréquentes, et aussi plus nombreuses les établissements religieux et les fondations pieuses, mais la foi des habitants y était plus ébranlée et le curé, moins rigoureusement obéi.

15Il restait encore à connaître les conséquences des conditions de travail sur le caractère moral des habitants. Ceux de Saint-Justin n’avaient-ils pas davantage tendance à s’entraider lorsque le besoin s’en faisait sentir, dans les moments difficiles de deuil, de maladie ou d’accidents divers ? À Saint-Didace, l’éloignement des grands centres urbains et la pauvreté, loin de resserrer les liens communautaires, portaient chacun à s’assurer d’abord de sa propre survie. Un milieu rude, la pauvreté, la sauvagerie des conditions de vie donnaient aux rapports humains un caractère fruste. Dans la plaine basse, l’accumulation de richesses et l’essor du commerce avaient provoqué un début de stratification sociale. Les gens cherchaient à s’établir selon une hiérarchie qui les éloignait les uns des autres en même temps qu’elle polissait leurs rapports. Les relations y étaient constamment troublées par des chicanes et des tracasseries de toutes sortes, par cette volonté de distinction qui, représentant en quelque sorte l’envers de la vraie solidarité, brisait l’élan de la charité dès qu’elle cherchait à porter secours. Et tandis que la montagne créait des caractères revêches à l’entraide, la plaine basse provoquait la désunion en « compliquant » les relations sociales.

16Dans sa magistrale monographie de Saint-Justin, un fait ne laisse pas d’intriguer. Car, alors que la terrasse correspondait mutadis mutandis au type quasi communautaire propre aux steppes, les bords du fleuve au type particulariste des rives maritimes, et la montagne au type de famille instable associé à la forêt, Léon Gérin n’espérait aucunement voir Saint-Justin devenir semblable à la « ville » de Maskinongé (où pourtant, signe d’un développement de l’esprit particulariste, des habitants, à la suite d’une querelle avec le curé de leur paroisse, s’étaient convertis à la foi baptiste !). Au contraire regardait-il avec appréhension les progrès, techniques et moraux, susceptibles de mettre en péril l’harmonie sociale de la plaine basse. De manière révélatrice, l’expression « notre race » renvoie au type quasi patriarcal de Saint-Justin. Pourtant, n’aurait-il pas dû vouloir que les habitants de ce village se fondent dans l’agglomération de la ville où prédominaient les caractéristiques du type de famille particulariste, une augmentation du taux d’instruction, l’apparition de grands ateliers de fabrication, de même qu’un début de spécialisation et de commercialisation de l’agriculture ? Un des habitants de ce village, par exemple, fermier propriétaire d’une bibliothèque agricole et fervent adepte des techniques modernes de culture, ne réalisait-il pas l’exact idéal du sociologue canadien ? Pourtant, préférant ranger les habitants de Maskinongé dans le type des familles instables, Gérin y allait d’une description qui trahissait la position en porte-à-faux de l’auteur : sur la rive du fleuve, les richesses étaient incertaines, les gens ne résistaient pas « aux séductions de la vie facile » et se ruinaient « par l’inconduite ou des dépenses extravagantes ».

17Le village de Saint-Justin a littéralement passionné Gérin, lequel, après lui avoir consacré sa première monographie à son retour d’Europe, y est revenu à de nombreuses reprises jusqu’en 1920, s’y intéressant pendant trente-cinq ans. Il visita, bien entendu, d’autres localités, mais aucune ne stimulera autant son ardeur d’apprenti sociologue.

  • 6 Léon Gérin, « L’habitant de Saint-Justin », dans Jean-Charles Falardeau et Philippe Garigue, Léon (...)

18Aussi exemplaire soit-elle d’une conviction individualiste, en définitive, l’œuvre du sociologue canadien respire un attachement communautaire. Lors de ses visites chez les Casaubon, par exemple, il admirait « l’accord qui régnait entre tous les membres de cette nombreuse famille ». « À Saint-Justin, la différence entre les familles est encore peu marquée. [...]. Nous avons une juxtaposition de petits propriétaires indépendants, de paysans, que rien ne sépare, que distingue à peine une nuance dans le degré d’aisance, ou dans la réputation de savoir-faire et de sagesse. Il n’y a donc pas à proprement parler ici de classe supérieure dans la culture6. »

19Les sous-titres du chapitre portant sur le village de Saint-Justin, publié dans Le type économique et social des Canadiens, sont éloquents par leur référence implicite à une certaine concorde qui aurait régné au sein de la famille Casaubon : « Le groupement familial quasi-communautaire », « La ruche familiale », « L’étroite solidarité de la famille », « L’entr’aide familiale et productions spontanées ». À Saint-Didace, les conditions plus rudes, la nature ingrate du sol, la dispersion des habitations avaient favorisé des comportements plus égoïstes et plus chicaniers ; à Maskinongé, « la complication du milieu social résultant de l’apparition des richesses [...] a produit un relâchement des liens du voisinage ».

20Ce qui semblait justifier Gérin de privilégier le village de Saint-Justin, c’était précisément, mais paradoxalement pour un chantre de l’initiative individuelle, une plus solide cohésion de la communauté. La prospérité naissant chez les habitants de Saint-Justin sans troubler l’ordre social par une juste distribution de la richesse entre le pauvre et le riche, il y régnait un climat d’égalité et de politesse qui figurait en quelque sorte l’image idéale de toute société en reproduisant à une échelle plus grande la vraie nature de la vie sociale, soit la famille. Saint-Justin en son entier symbolisait « une grande famille » ; « le premier voisin fait pour ainsi dire partie de la famille » ; « tous se connaissent » ; le curé était « le chef patriarcal de cette grande famille ». Les groupements s’équilibreraient-ils difficilement entre eux, observerait-on les hommes se combattre au lieu de s’entraider, que le village serait menacé de dissolution par une attaque plus dévastatrice que celle d’une armée étrangère. Gérin semblait par conséquent pressé de lutter contre les « pernicieuses » influences extérieures qui menaçaient de corrompre la communauté de Saint-Justin et d’« ébranler » l’organisation de la famille. Est-ce que l’« heureuse médiocrité », caractéristique de la terrasse, saura échapper, angoissait-il, « à l’influence énervante, désorganisante de la montagne pauvre » ; ou est-ce que, à l’opposé, les établissements des plaines devront se soumettre à court terme à l’empire commercial, complexe et stratificateur de la plaine basse ? Ces questions, Gérin les a toujours portées en lui, craignant comme un danger grave la perversion, sous l’influence du luxe de la ville ou de la sauvagerie de la forêt, du petit village de la plaine basse et par contrecoup la mise en péril de la solidarité qui en faisait la gloire et la beauté.

21Cet attachement à la communauté, cette insistance sur le rôle de l’institution paroissiale expriment aussi bien le je-ne-sais-quoi de nostalgie rurale dans les œuvres du fils d’Antoine Gérin-Lajoie. Le respect de la terre, la reconnaissance d’une noblesse de la vie rurale effleurent de ses descriptions de la famille canadienne-française ; ce qui touche à la vie du cultivateur lui semblait toujours plus intéressant que ce qui rappelle la vie urbaine et industrielle. En 1886, au moment d’entreprendre sa première monographie, Gérin n’a-t-il pas choisi un petit village paisible, où son oncle avait sa cure, plutôt que Québec, Montréal, Joliette ou Trois-Rivières ? Dans la description de la demeure des Casaubon, le lecteur devine le sociologue émerveillé devant le décor d’une modestie heureuse, d’une force paisible, d’une authenticité des rapports sociaux, d’une origine inaltérée de la « race ». La vie des champs ne semblait-elle pas la plus douce, la plus honnête, la plus susceptible d’apporter à l’homme la quiétude et la joie ? Sainteté et fierté, foi et patrie, prosélytisme et nationalisme, la terre venait sceller le double destin d’un peuple catholique et français en Amérique.

Le destin de l’œuvre

  • 7 Suzanne Zeller, Inventing Canada. Early Victorian Science and the Idea of a Trans continental Nati (...)

22L’œuvre sociologique de Gérin appartient au contexte scientifique du XIXe siècle canadien, marqué par le développement de ce que l’on a appelé les « petites sciences » (minéralogie, botanique, etc.). Dès le XVIIIe siècle, la science s’était imposée en Grande-Bretagne comme le phare d’un progrès dont la puissance était confiée aux machines de l’industrie. Le siècle suivant consacrera la suprématie de la science sur les autres activités intellectuelles, mais une science entendue dans un sens utilitariste et pragmatique, avec des objectifs d’efficacité et de rentabilité associés à la sphère économique. Au Canada, cette conception nouvelle de la science se déploiera fortement dans l’art de l’inventaire : des mines, des bancs de poissons, des essences des bois de la forêt, etc. La science dressait le catalogue et donc la cartographie des ressources naturelles grâce auxquelles les habitants allaient connaître les moyens concrets de favoriser le progrès économique et social de leur pays. Le Canada de l’époque victorienne privilégia ainsi la géologie, le magnétisme terrestre, la météorologie, la botanique, l’entomologie et la zoologie7.

23La popularité des « petites sciences » de « l’inventaire » permet de rapprocher Gérin et Marie-Victorin (1882-1941). L’analyse de Saint-Justin (aux premiers contreforts des Laurentides !) peut être en effet liée à l’inventaire botanique de la Flore laurentienne (1935), où le lecteur retrouve, à côté d’une description détaillée de chaque espèce, des notes sur le comportement, l’habitat, le folklore ou les usages médicaux et économiques. La flore du sociologue est constituée des habitants d’une région, et l’herbier, de la somme, en quelque sorte, des monographies réalisées lors de ses promenades d’herborisation. En effet, la nomenclature de Gérin ne ressemble-t-elle pas étrangement, en son principe, à la taxinomie du botaniste ? Ne parlait-il pas de « clef analytique », comme en botanique, pour décrire le moment d’analyse des spécimens sociaux cueillis à travers la province ? Il existe un souci de la collection et de la compilation chez Gérin qui n’est pas sans rappeler les travaux des botanistes. Il y a enfin chez lui un désir d’être utile, de faire œuvre quantitative, factuelle, pour le bien de la nation, dont les accents ressemblent à ceux de Marie-Victorin. Pour ces deux savants, la science de l’inventaire, botanique ou sociologique, était indissolublement intellectuelle, économique et nationale.

24Plutôt que de vagues théories appuyées par nulle donnée concrète, Gérin aspirait à du positif, ce que reflètent bien ses descriptions parfois fastidieuses de la géographie des lieux, l’énumération des caractéristiques du sous-sol, du climat, le détail de la composition des cultures, l’inventaire des instruments de travail pour les tâches agricoles, le filage ou les travaux de tonnellerie, la liste des aliments pris aux repas, la quantité de viande consommée, l’organisation du mobilier, les données sur les habitudes vestimentaires. C’est en ce premier sens que l’on peut dire que la science sociale, telle que pratiquée par Gérin, constitue une petite science à l’égale de la botanique. Ici comme là, l’ambition était de décrire, comme le désirait le frère Marie-Victorin, « l’équilibre actuel et plus encore le dynamisme » (lire sous l’euphémisme « l’évolution ») des phénomènes, soit naturels, soit humains.

  • 8 Léon Gérin, « La vulgarisation de la science sociale chez les Canadiens français », p. 75, Mémoire (...)

25Au-delà de leur démarche commune de recension et d’inventaire, botanique et science sociale se ressemblent également par un déterminisme du milieu, sur les caractéristiques des fleurs indigènes ou des populations autochtones. Bien sûr, le sociologue canadien se gaussait de ceux qui déterminaient, selon un préjugé répandu, le type social à partir du sang ou de la constitution physique, et se défendait par conséquent de dissoudre le facteur psychologique dans l’explication des phénomènes sociaux. Cependant, il ne réfutait point l’importance de l’influence de la nature physique sur l’homme, il soulignait seulement que l’homme peut toujours faire quelque chose de ce que la géographie a fait de lui. Car, à ses yeux, les facteurs sociaux qui déterminent les phénomènes humains relèvent en dernière instance (dans la continuité d’une sociologie « à la Taine ») de l’ordre naturel. Le milieu physique pèse sur le tempérament des habitants et les rapports sociaux. Gérin n’abandonnera guère dans ses analyses ultérieures, cette procédure positiviste et scientiste d’interprétation des phénomènes sociaux8.

26La géographie avait selon lui des incidences directes sur la culture, les mœurs, le caractère moral des habitants d’une région, etc. Les maux qui affligeaient une localité s’évanouissaient quelques kilomètres plus loin ; ici, les conditions rudes du sol et du climat rendaient la vie impitoyable, là des aptitudes ordinaires suffisaient à procurer l’aisance à qui ne répugnait pas au travail. L’expression utilisée par Gérin pour décrire ses travaux peut donc être entendue au pied de la lettre : il s’agissait bien de dresser une « géographie sociale » du Canada français.

27Ce positivisme explique en grande partie la faible postérité de l’œuvre de Gérin. Redécouverte dans les années 1950 par les sociologues de l’Université Laval, dont au premier chef Jean-Charles Falardeau, elle servira d’abord de caution à une entreprise de connaissance scientifique de la réalité sociale canadienne-française à un moment où la sociologie est encore regardée avec suspicion par les élites cléricales. Elle représente une étape pionnière dans une histoire des sciences sociales au pays, mais n’a été poursuivie jusqu’à aujourd’hui par à peu près personne. Falardeau lui-même, malgré son admiration pour les travaux précurseurs de Gérin, ne pouvait s’empêcher de conclure que ce dernier avait adopté le modèle de ses maîtres de façon tellement scrupuleuse et littérale qu’il en était devenu le « prisonnier ». Cette accusation porte d’autant plus que les conclusions tirées par Gérin ont été remises en question, notamment par Philippe Garrigue, qui, dès le milieu des années 1950, reprendra le bâton du pèlerin sur les routes de Saint-Justin pour découvrir dans ce village une réalité éloignée de celle décrite par Gérin.

  • 9 Jean-Charles Falardeau, « Léon Gérin : une introduction à la lecture de son œuvre », Recherches so (...)

28Scientiste par son épistémologie et sa méthode, idéologique par ses prémisses, l’œuvre de Gérin appartient bel et bien à un XIXe siècle révolu. Cela ne nous empêche pourtant pas de faire nôtres les mots Falardeau, en conclusion de son propre article sur Gérin, publié il y a près de cinquante ans : « Nous sommes d’une époque où l’estime pour les maîtres ne signifie plus l’imitation des maîtres et où la fidélité à une mission intellectuelle exige l’autonomie et l’innovation. Ni cette autonomie ni cette innovation ne doivent cependant exclure le respect ni l’admiration pour ceux qui nous ont précédés. Surtout s’il s’agit, comme pour Léon Gérin, d’un convaincu et d’un enthousiaste sans lequel très sûrement nous, sociologues [d’aujourd’hui] ne serions pas tout à fait ce que nous sommes9. »

Bibliographie

Bibliographie

Gérin, Léon, « L’habitant de Saint-Justin », Mémoires de la société Royale du Canada, IV, 1898, section 1, p. 139-216.

Gérin, Léon, Le Type économique et social des Canadiens. Milieux agricoles de tradition française, Montréal, Éditions de l’AQ. C-F., 1937.

Études

Carrier, Hervé, Le sociologue canadien Léon Gérin, 1863-1951. Sa vie, son œuvre, ses méthodes de recherche, Montréal, Bellarmin, 1960.

Falardeau, Jean-Charles, « Léon Gérin : une introduction à la lecture de son œuvre », Recherches sociographiques, 1, 2, avril-juin 1960, p. 123-160.

Falardeau, Jean-Charles, et Philippe Garigue (dir.), Léon Gérin et l’habitant de Saint-Justin, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1968.

Garigue, Philippe, «Saint Justin: A Case Study in Rural French Canadian Social Organization», The Canadian Journal of Economics and Political Science, XXIII, 3, 1956, p. 301-318.

Warren, Jean-Philippe, L’engagement sociologique du Québec francophone, 1886-1955, Montréal, Boréal, 2003.

Notes

1 Ce texte reprend, en les remaniant, des passages de L’engagement sociologique du Québec francophone, 1886-1955, Montréal, Boréal, 2003.

2 Léon Gérin, Antoine Gérin-Lajoie, Montréal, Éditions du Devoir, 1925, p. 321.

3 Léon Gérin, « La famille canadienne-française », 1933, Archives de la Congrégation Notre-Dame du Bon Conseil de Montréal, P11 B1, 39.

4 Léon Gérin, « Trois types de l’habitant canadien-français », Science sociale, XXVIII, août 1899, p. 109.

5 Léon Gérin, « Trois types de l’habitant canadien-français », Science sociale, XXVIII, août 1899, p. 109.

6 Léon Gérin, « L’habitant de Saint-Justin », dans Jean-Charles Falardeau et Philippe Garigue, Léon Gérin et l’habitant de Saint-Justin, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1968, p. 108.

7 Suzanne Zeller, Inventing Canada. Early Victorian Science and the Idea of a Trans continental Nation, Toronto, University of Toronto Press, 1987, p. 4.

8 Léon Gérin, « La vulgarisation de la science sociale chez les Canadiens français », p. 75, Mémoires de la Société royale du Canada, 2e série, XI, 1906, p. 67-87.

9 Jean-Charles Falardeau, « Léon Gérin : une introduction à la lecture de son œuvre », Recherches sociographiques, 1, 2, avril-juin 1960, p. 160.

Table des illustrations

Légende Léon Gérin, L’habitant de Saint-Justin – Contribution à la géographie sociale du Canada, Ottawa/Toronto/Londres, J. Hope et fils/Copp-Clark/Bernard Quaritch, 1898. Collections de BAnQ (265479 CON).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

Auteur

Titulaire de la chaire Concordia d’études sur le Québec et vice-président de l’Association internationale des études québécoises (AIEQ), est professeur titulaire au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Concordia. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire intellectuelle et culturelle au Québec, dont Un supplément d’âme. Les intentions primordiales de Fernand Dumont (Presses de l’Université Laval, 1998) ; L’engagement sociologique. La tradition sociologique du Québec francophone (Boréal, 2003) ; Edmond de Nevers, portrait d’un intellectuel (Boréal, 2005) ; L’art vivant. Autour de Paul-Émile Borduas (Boréal, 2011).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search