Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XIXe siècle

1895 • Philéas Gagnon

Essai de bibliographie canadienne

Marcel Lajeunesse

Texte intégral

Philéas Gagnon, Essai de bibliographie canadienne – Inventaire d’une bibliothèque comprenant imprimés, manuscrits, estampes, etc. […], Québec, Imprimerie générale A. Côté et cie, 1895, vol. I. Collections de BAnQ (Z/1365/G34/1895 RSV).

1Le dernier quart du XIXe siècle est une période particulièrement faste pour le développement de la bibliophilie au Québec. Un certain nombre d’individus réalisent à cette époque l’importance du patrimoine imprimé, particulièrement des livres publiés au Québec et au Canada, et la nécessité d’en faire l’inventaire et d’en prévoir la conservation. Parmi ces amateurs de livres rares, citons notamment Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, Louis-George Baby, Louis-Wilfrid Sicotte, Victor Morin, Thomas Chapais, James MacPherson Le Moine et Raoul Renault et trois clercs, Hospice-Anthelme Verreau, Louis-Édouard Bois et Nazaire Dubois. Dans une société aux moyens financiers, éducatifs et culturels modestes comme le Québec du XIXe, il y a ainsi une confrérie d’amateurs et de collectionneurs passionnés de livres, qui constitue un milieu stimulant. Un des membres les plus remarquables, sinon les plus étonnants, de cette génération de bibliophiles québécois est sans conteste Philéas Gagnon, l’auteur de cet ouvrage fondateur qu’est l’Essai de bibliographie canadienne.

2Philéas Gagnon est né à Québec le 6 mai 1854, fils d’un menuisier devenu commerçant en viandes. Il étudie chez les instituteurs Charles Dion et Honoré Rousseau, puis à l’Académie Saint-Jean-Baptiste de Charles-Joseph Lévesque Lafrance. Il devient apprenti tailleur à quinze ans. Pendant cinq années, il fait son apprentissage dans la confection de vêtements. En mai 1874, à vingt ans, il possède suffisamment son métier pour lancer son propre commerce dans la basse-ville de Québec. Ses débuts en affaires correspondent en réalité à l’époque où il fait ses premières armes dans le monde de la bibliophilie au Québec. Dans l’Essai de bibliographie canadienne, il affirme, d’ailleurs : « Quand il y a vingt ans, nous avons commencé à faire cette collection de livres canadiens » (Gagnon, 1895, p. I).

3Philéas Gagnon épouse le 29 janvier 1883 Annie Mary Smith, fille d’un important boucher de Québec, dont il aura 10 enfants. Gagnon forme en 1884 une société pour tenir son commerce avec son apprenti Philéas Turgeon, lui laissant ainsi plus de temps à consacrer à ses activités de collectionneur qui avaient pris de l’ampleur.

4La formation scolaire de Gagnon était limitée, puisqu’il n’avait terminé qu’une huitième année d’études. Il a dû compenser son manque d’instruction par une curiosité intellectuelle remarquable, un esprit de méthode, de recherche et d’organisation élevée. Dans son compte rendu lors de la parution du livre de Gagnon, un contemporain avance l’argument de l’érudition acquise de façon autodidacte :

Rien de plus modeste que les débuts de notre collectionneur, quelques numéros dépareillés d’une de nos revues canadiennes trouvés au fond d’un grenier. C’en était assez pour allumer le feu sacré, pour éveiller la vocation encore endormie. Le chercheur était en quête et ne s’arrêtera plus. Graduellement l’expérience acquise chaque jour et l’ardent désir d’agrandir le champ des investigations et des conquêtes produisirent leurs fruits. ([Chapais] 1895, p. 2)

5Gagnon occupe, à partir du milieu des années 1880, tous ses loisirs, toutes ses soirées libres à édifier, avec des moyens assez limités, une œuvre, c’est-à-dire à la fois une bibliothèque considérable et riche et un inventaire descriptif de celle-ci, que les collectionneurs plus fortunés lui envient. À son décès, en 1915, un journaliste pouvait dresser un portrait pittoresque de Gagnon collectionneur :

Il nous semble encore le voir, sa journée de labeur terminée, se réfugier dans le modeste réduit qu’il s’était ménagé en arrière de son atelier de la rue Du Pont, pour caresser les livres précieux qui garnissent déjà les rayons de sa bibliothèque, et s’y plonger dans les études qui devaient faire de lui le bibliophile le plus érudit de la province de Québec. (L’Action sociale, 25 mars 1915, p. 2)

6Parallèlement à son atelier de tailleur et à ses intérêts de collectionneur, Gagnon est élu par acclamation conseiller municipal en 1888. En septembre 1890, on le retrouve maire suppléant de Québec. En juillet 1895, il est nommé commissaire d’école. La carrière publique de Gagnon prend fin en 1896 par sa défaite en tant que conseiller municipal.

7L’appartenance de Gagnon au Parti libéral était connue. En 1888, il est membre du bureau de direction du club L’Union libérale. Dans ce contexte, il entreprend de se faire la main à l’écriture en collaborant d’une manière assidue à l’hebdomadaire L’Union libérale dans lequel il signe sous le pseudonyme de Biblo une chronique consacrée à l’histoire locale. Il commence sa collaboration à la revue fondée par Pierre-Georges Roy, le Bulletin des recherches historiques, dès sa fondation en 1895. Il y publie plusieurs textes sur des questions d’histoire canadienne ou sur des problèmes de bibliographie chaque année jusqu’à son décès en 1915. La réputation d’érudit et de chercheur acquise par la publication de son Essai de bibliographie canadienne en 1895, ainsi que le retour au pouvoir du Parti libéral en 1897, lui valent la nomination, en février 1898, au poste de conservateur des archives judiciaires de Québec. Il quitte sa boutique de tailleur. Le milieu des archives lui procure plus de temps pour rassembler et échanger des publications, puis pour développer encore davantage sa correspondance avec des amateurs bibliophiles nord-américains et européens. Onze ans plus tard, en 1909, il devient protonotaire adjoint à la Cour supérieure de Québec.

8Il participe à des organismes de nature culturelle, la Société Saint-Jean-Baptiste, la Quebec Literary and Historical Society, la Société de géographie de Québec. En 1909, il publie pour la Chambre de commerce de Québec un petit volume intitulé Québec il y a cent ans : les hommes et les choses de Québec en 1809 : année de la fondation de la Chambre de commerce de cette ville. Tant par sa correspondance avec de nombreux bibliophiles d’ici et d’ailleurs que par son engagement dans de telles sociétés culturelles, il parfait sa modeste formation. Le tailleur est devenu un grand érudit et un remarquable connaisseur du livre et de l’imprimé.

9À la fin du XIXe siècle, Gagnon veut disposer de sa collection dans laquelle il a mis toutes ses économies. Il craint qu’elle ne soit dispersée après son décès. Il veut également assurer l’avenir de ses enfants. Il l’offre en vain au gouvernement fédéral, puis à la Bibliothèque de l’Assemblée législative à Québec. Celle-ci préfère acquérir la collection de l’ancien premier ministre Chauveau. L’Université Laval de Québec et sa succursale de Montréal refusent, ne disposant pas, disent-elles, de budget à cette fin. Finalement, la Ville de Montréal, par l’entremise de l’abbé Nazaire Dubois et avec l’appui de Victor Morin, devient propriétaire de la Collection Gagnon en janvier 1910, au prix de 30 000 dollars, pour en faire le noyau de la future Bibliothèque municipale.

10Gagnon qui n’avait pas cessé d’enrichir sa collection après la publication de l’Essai de bibliographie canadienne en 1895 voit la publication du tome II de l’Essai en 1913, rédigé à partir de ses propres fiches bibliographiques, par le conservateur de la Bibliothèque municipale de Montréal, Frédéric Villeneuve.

11Malade depuis plus d’un an, Philéas Gagnon décède à Québec le 25 mars 1915. Les journaux de Québec et de Montréal, de langue française et de langue anglaise, soulignent le décès du « bibliophile le plus érudit de la province de Québec » (L’Action sociale, 1915, p. 2), qui avait rendu de grands services à la recherche en faisant connaître le patrimoine imprimé québécois.

Le livre

12Le titre du livre est trompeur. Ce n’est pas une bibliographie au sens strict. Le sous-titre, en revanche, décrit bien la réalité de cet ouvrage. Il s’agit ici de l’inventaire d’une collection exceptionnelle constituée au fil des ans par un bibliophile connaisseur et déterminé. Le terme « Essai » mis dans le titre permettait sans doute, dans son esprit, de limiter la portée de son travail qui ne prétendait pas être exhaustif. Ceci dit, l’ampleur de la collection personnelle de Gagnon donne une bonne idée de ce que fut l’édition québécoise et canadienne jusqu’à son époque. En cela, par son Essai Gagnon édifie un véritable monument au livre d’ici.

Le développement de la collection

13La question que l’on se pose, d’entrée de jeu, est la suivante : comment Philéas Gagnon, cet humble tailleur de la basse-ville de Québec, peu scolarisé et disposant de moyens financiers limités, a-t-il pu développer en deux décennies une collection de Canadianas de cette ampleur et rivaliser ainsi avec les plus grands bibliophiles du continent américain de son temps ?

14Les activités bibliophiliques de Gagnon ont commencé lentement. En premier lieu, à partir de 1875, il a visité les bibliothèques de sa ville, celles de l’Université Laval, de l’Assemblée législative, de la Quebec Literary and Historical Society, de l’Institut canadien de Québec. Il a effectué le relevé des ouvrages canadiens possédés par ces institutions. D’ailleurs, dans sa carrière de collectionneur, ses activités se limitent à la seule ville de Québec jusqu’au milieu de la décennie 1880. En second lieu, il est particulièrement actif dans la majorité des encans de livres, nombreux à Québec en ces années. Commissaire-priseur à Québec à partir de 1879, Joseph-Octave Lemieux détient, à partir de 1880, le quasi-monopole des encans de volumes. À la notice 394 de son livre (Gagnon, 1895, p. 54), il mentionne le recueil des catalogues de toutes les ventes effectuées par Lemieux à partir de 1880. Les annotations que Gagnon a inscrites dans les catalogues attestent l’utilisation qu’il en a faite lors des ventes. La fréquentation des salles d’encans lui permet de rencontrer d’autres bibliophiles, d’autres acheteurs de livres et lui sert aussi de formation en ce domaine. Il a eu la chance que, dans le dernier quart du XIXe siècle, les livres, publiés au Québec et au Canada, n’étaient pas encore des biens recherchés par des acheteurs étrangers, notamment américains. Gagnon reconnaît cette réalité quand il écrit dans la préface de son Essai : « [D]ans notre pays, il y a peu de ventes qui aient été faites dans des conditions propres à nous les faire prendre comme un indice de la valeur de chaque ouvrage » (Gagnon, 1895, p. VI).

15Il semble bien que Gagnon ait développé des liens d’affaires étroits avec le commissaire-priseur Lemieux. Ainsi, lors de l’encan du 9 novembre 1881, on constate que Gagnon utilisait les services de Lemieux pour vendre ses propres volumes de littérature et d’histoire. Le modus operandi de Gagnon était le suivant : il achetait des volumes de littérature et d’histoire qu’il revendait à profit dans un encan ultérieur, de manière à financer ainsi ses achats de Canadiana. Les services de Lemieux n’étaient pas gratuits. Gagnon devait débourser deux dollars par page de catalogue utilisée, plus une commission de 10 % versée à Lemieux sur chaque vente réalisée. À la vente de la bibliothèque du consul d’Espagne, le comte de Premio-Real, le 17 février 1883, Gagnon agira lui-même comme commissaire-priseur de son propre lot de volumes (Olivier, 1979). Entre 1886 et 1895, Gagnon continue toujours à suivre les activités de ventes aux enchères, mais ses acquisitions diminuent considérablement, à mesure que sa collection prend de l’ampleur.

16Gagnon ne se limitait pas aux encans de Lemieux. Les commissaires-priseurs Casey, Maxham et Deschesnes opéraient à Québec à cette époque et ils offraient, à l’occasion, des livres en vente. Même si Gagnon n’a pas voyagé dans sa vie, si ce n’est quelques déplacements à Montréal, il s’intéressait aussi aux encans tenus à Montréal. Entre Québec et Montréal, des arrangements étaient possibles. L’abbé Verreau rendait des services à Gagnon lors de ventes à Montréal, tandis que Gagnon s’offrait à faire des achats à Québec pour le directeur de l’École normale Jacques-Cartier.

17Au milieu de la décennie 1880, Gagnon se rend compte qu’il a épuisé les ressources de son milieu. De plus, le développement de sa collection le pousse à élargir son champ d’activités. Dès avril 1884, il insère, pour la première fois, deux annonces dans la revue spécialisée en bibliophilie de Pittsburgh, The Bookmart. Il s’inscrit sur une liste de bibliophiles qui désirent recevoir des catalogues. Jusqu’en 1890, il s’offre à une quarantaine de reprises une colonne d’annonces « Books for sale » pour y vendre des volumes à un prix plus élevé que celui qui a cours au Québec. En plus de la revue The Bookmart, Gagnon a recours aux services d’autres revues, mais d’une manière plus occasionnelle, tels The Canadian Bibliographer and Library Record d’Hamilton, Le Courrier du livre de Paris, North American Notes and Queries de son concitoyen de Québec, Raoul Renault.

18Gagnon publie 39 catalogues entre 1884 et 1909. Ses catalogues présentent, de manière alphabétique, les auteurs des ouvrages d’histoire et de littérature avec, en plus du prix demandé, des notes à certains ouvrages. Treize de ces catalogues sont annoncés dans The Bookmart entre 1885 et 1890. Par les archives de Gagnon, on connaît les noms des personnes qui recevaient ses catalogues entre 1884 et 1895. Mentionnons notamment Joseph-Edmond Roy, James MacPherson Le Moine, Raphaël Bellemare, Hospice-Anthelme Verreau, Louis-George Baby, P.-J.-O. Chauveau et Joseph-Amable Berthelot, Wilfrid Laurier, et de nombreux abonnés de Toronto, d’Ottawa, de Kingston et de plusieurs villes des États-Unis d’Amérique. Parmi les clients de Gagnon, on retrouve la Bodleian Library d’Oxford, la New York Public Library, la Toronto Public Library, la Wisconsin Historical Society, des universités et des libraires américains. Gagnon vendait des ouvrages divers acquis localement et des doubles de Canadianas. Nous savons également que Gagnon recevait, dépouillait, utilisait et conservait les catalogues de maisons européennes comme Dufossé de Paris, Quaritch et Stevens de Londres.

19Le développement de la collection de Gagnon ne s’arrête pas avec la publication de son livre en 1895. Jusqu’à la vente de sa collection à la Ville de Montréal en 1910, il a fait de nombreuses acquisitions que l’on retrouve au tome II de son Essai. En faisant connaître par son livre la richesse de sa collection en 1895, il s’est assuré un excellent moyen pour en combler les lacunes les plus flagrantes. Avec la publication de son livre, Gagnon passe à une autre étape de reconnaissance auprès du monde de la bibliophilie. De plus, le prestige de Gagnon, nouvellement acquis, lui permet de se faire offrir, souvent à titre gracieux, des ouvrages de plusieurs historiens et bibliographes de sa génération. De 1895 à 1910, il enrichit sa collection de nombreux livres, parfois très rares. Des 5 018 notices du tome I de 1895, il en ajoute 2 841 jusqu’en 1910 (Gagnon, 1895 et 1913).

Le contenu de la collection

20La collection Gagnon, telle que nous la connaissons aujourd’hui, est le produit de trois phases de développement. La première phase est celle présentée dans l’Essai de 1895. La deuxième est constituée des ajouts de Gagnon, de 1895 à la vente de sa collection à la Ville de Montréal en 1910. La troisième est le fait des achats de la Ville de Montréal jusqu’à son transfert dans les collections patrimoniales de Bibliothèque et Archives nationales du Québec en 2005. Nous nous intéressons ici à la collection telle qu’elle apparaît dans l’Essai de bibliographie canadienne publié en 1895.

21L’ouvrage publié en 1895 comprend 6 792 pièces documentaires. Les imprimés, livres et brochures, comprennent 3 742 notices (ou entrées). Certains titres peuvent inclure plusieurs volumes. Nous retrouvons 658 notices relatives à des lettres autographes et autres pièces manuscrites. La section estampes concerne les cartes géographiques, les plans, les dessins et les portraits. Elle rassemble 338 notices. Enfin la partie portant sur les ex-libris a recueilli 259 de ceux-ci. L’auteur a disséminé à l’intérieur de son livre 45 fac-similés de documents, d’autographes ou d’ex-libris.

22La classification adoptée dans ce livre est alphabétique par noms d’auteurs, et au premier mot du titre quand il n’y a pas de nom d’auteur. Par ailleurs, Gagnon déroge à cette règle dans un certain nombre de cas. Il a regroupé tous les ouvrages relatifs à la bibliographie sous le vocable « Bibliographie » au lieu d’une entrée sous le nom de leurs auteurs dans le répertoire alphabétique. Il en est de même pour les brochures politiques récentes, anonymes, mises sous le mot « Politique ». Enfin les almanachs, les livres concernant les langues amérindiennes, les publications anonymes sur l’agriculture, sur les chemins de fer, celles de la Corporation municipale et celles du Havre de Québec, ou encore sur la tenure seigneuriale, se retrouvent sous les termes Almanachs, Sauvages (langues), Agriculture, Chemins de fer, Québec (Corporation de), Québec (Havre de) et Seigneuriale (tenure).

23L’histoire du livre et des bibliothèques et la bibliographie sont bien représentées dans ce catalogue. Mentionnons notamment le livre de L.-A. Constantin, Bibliothéconomie ou manuel complet pour l’arrangement, la conservation et l’administration des bibliothèques (édition de 1841), le classique de Gabriel Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque (réimpression de 1876), les livres sur l’imprimeur anglais William Caxton et la célébration de celui-ci à Montréal en 1877, le Dictionnaire raisonné de bibliologie (1802) et le Répertoire bibliographique universel (1812) de Gabriel Peignot, Le manuel du libraire et de l’amateur de livres de Joseph-Charles Brunet (6 vol., 1860-1865), « immense travail de bibliographie », le Catalogue d’ouvrages sur l’histoire de l’Amérique et en particulier sur celle du Canada de Georges-Barthélemi Faribault (1837), Bibliotheca Americana Vetustissima d’Henry Harisse (2 vol., 1866-1872) « des chefs-d’œuvre de bibliographie et de typographie », Bibliotheca americana d’Henry Stevens (1862), Bibliotheca canadensis d’Henry J. Morgan (1867). Gagnon signale l’importance pour ses travaux des livres de Stevens et surtout de Morgan, sur lequel il note : « C’est probablement le volume que nous avons consulté le plus souvent, parmi tous ceux que nous possédons, et nous avouons y avoir puisé beaucoup de connaissances sur nos livres canadiens » (Gagnon, 1895, p. 55).

24L’auteur a colligé un grand nombre de catalogues de librairies et de bibliothèques. De ces catalogues de libraires, citons le Catalogue général de la librairie canadienne d’Édouard-Raymond Fabre (1837), le Catalogue général de la librairie de Jean-Baptiste Rolland (1855). Gagnon accordait la plus grande attention aux catalogues du libraire londonien Bernard Quaritch (39 vol., 1869-1885). Parmi les catalogues de bibliothèques, sont mentionnés le Catalogue of Cary’s Circulating Library de Québec (1830), le Catalogue de la bibliothèque de l’Institut canadien de Québec (1852, 1881), le Catalogue de la Quebec library/Bibliothèque de Québec (circa 1834, 1844). Montréal est représentée par le Catalogue de l’Œuvre des bons livres de Montréal (1845) et le Catalogue des livres de l’Institut canadien (1870). On retrouve les catalogues imprimés de la Bibliothèque du Parlement du Canada-Uni (1845, 1846, 1857, 1858, 1862, 1867). Pour le Bas-Canada et le Québec, le répertoire mentionne les catalogues de 1825, 1869, 1879, 1884.

25Gagnon présente une liste impressionnante d’almanachs publiés au Canada à partir de celui publié à Montréal en 1777 par Fleury Mesplet (Almanach encyclopédique…) et à Québec par William Brown (The Quebec Almanack) en 1780 jusqu’aux almanachs publiés à la fin du XIXe siècle par le libraire montréalais Jean-Baptiste Rolland (Almanach des familles, Almanach agricole, commercial et historique) et par le libraire québécois J.-A. Langlais (Almanach canadien, historique, agricole, commercial et statistique).

26Un des apports les plus importants du livre de Gagnon porte sur les nombreuses brochures que le Québec et le Canada ont produites sur divers sujets. Ce sont les brochures et les pamphlets politiques qui ressortent en premier lieu. Ils touchent les élections, les orientations et les programmes des partis, les projets de loi projetés ou discutés au Parlement, les discours des hommes politiques. Les éditeurs d’ouvrages religieux ont produit, pour leur part, quantité de brochures concernant des débats sur des aspects religieux, sur des sermons et des textes de doctrine tant catholique qu’anglicane.

27Gagnon a cru à l’existence d’une imprimerie en Nouvelle-France (notice 2780). Cette presse aurait publié deux mandements de l’évêque de Québec, Mgr de Pontbriand, en 1759, l’un à Québec, l’autre à Montréal. Il semble que ce sont l’abbé Bois, curé de Maskinongé, et son frère, Mgr Charles-Octave Gagnon, archiviste de l’archevêché de Québec et éditeur des Mandements, lettres pastorales et circulaires des évêques de Québec, qui avaient avancé cette assertion que reprend Gagnon. Ultérieurement, Gagnon revient sur cette affirmation : « La presse de l’évêque était un outil privé » (Gagnon, 1913, p. 430).

28Vu la richesse de la bibliothèque personnelle de Gagnon telle qu’inventoriée par son Essai, il est difficile d’en faire un compte rendu exhaustif. Gagnon énumère cependant plusieurs grands textes de l’histoire de la Nouvelle-France et du Québec ancien dont un exemplaire se retrouve dans sa collection. Signalons notamment Nicholas Denys, Description géographique et historique des costes de l’Amérique Septentrionale (1673), Chrestien Le Clercq, Nouvelle relation de la Gaspésie qui contient les Mœurs et la Religion de Sauvages Gaspésiens (1691), les deux livres de Louis Hennepin, Nouvelle découverte d’un Pais plus grand que l’Europe, situé dans l’Amérique (1697) et Nouveau voyage d’un Pais plus grand que l’Europe, avec les réflections des entreprises du Sieur de la Salle (1698), les Nouveaux voyages de M. le baron de Lahontan dans l’Amérique Septentrionale (1703), Rituel du diocèse de Québec de Mgr de Saint-Vallier (1703), le Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne, et de la Nouvelle-France de Claude-Marin Saugrain (1726), Histoire et description de la Nouvelle-France du père Charlevoix (1744), Bacqueville de La Potherie, Histoire de l’Amérique Septentrionale (1753). Des premiers temps du régime britannique ressortent deux documents : Pierre du Calvet, Appel à la justice de l’État (1784) et François Maseres, Mémoire à la Défense d’un Plan d’Acte du Parlement pour l’Etablissement des Loix de la Province de Québec (1773). Cela donne une bonne idée de la profondeur de la collection personnelle de Gagnon et son livre en rend compte, éclairant du fait même la variété de l’édition de Canadianas.

La réception du livre

29En réponse au souhait de Gagnon de publier le catalogue de sa bibliothèque, le juge Baby essaie, en avril 1892, de tempérer son enthousiasme en l’avertissant des coûts élevés d’une édition à compte d’auteur et du petit nombre d’acheteurs. Gagnon lance pourtant une souscription qui recueille 177 inscrits qui pouvaient se procurer son livre sur papier de luxe à quatre dollars ou sur papier ordinaire à deux dollars et demi. Il semble bien que le livre a été tiré entre 800 et 1000 exemplaires. Dans le contrat d’achat de la collection, en 1910, la ville de Montréal reçoit 500 invendus.

30La réception du livre est enthousiaste. Les éloges parviennent d’Ottawa, de Paris, de Londres, de New York, de Washington, de Buffalo, de Philadelphie, de Leipzig. Voilà qui est très considérable et impressionnant pour un ouvrage publié au Québec à la fin du XIXe siècle. Pour Ægidius Fauteux, « enfin Gagnon vint. […] Nous disons Gagnon comme on dit Brunet ou Quérard en France, et Sabin ou Evans aux États-Unis. » Le juge Baby écrit à Gagnon que son livre sera un nouvel « Harisse » et l’abbé H.-R. Casgrain compare Gagnon au bibliographe et écrivain américain Justin Winsor.

31Les revues produisent des comptes rendus laudatifs. Dans une revue de l’Université de Toronto, James Bain Jr. loue l’érudition et la persévérance de l’auteur et signale l’intérêt et le nombre des notes bibliographiques, de même « the luxury of number of facsimile title pages is a novelty in Canada which will be appreciated by all book-hunters » (Review, 1897, p. 8). Pour Bookman de New York, « this volume is a distinct gain to the world, and we congratulate the author on the erudite and liberal spirit in which it has been executed » (Gagnon, 1895A, p. 3). Pour le Review of Reviews de New York, « a remarkable instance of private enterprise and industry in book collecting which has recently borne fruit in the publication of this volume » (Gagnon, 1895A, p. 6).

32Le volume de Gagnon a donné lieu à des recensions dans des revues françaises. Le Courrier du livre de Paris écrit :

Ce volume est le premier ouvrage bibliographique de longue haleine qui voit le jour au Canada, et dans lequel nous pouvons trouver une nomenclature des principales publications essentiellement canadiennes. C’est un ouvrage qui a coûté un travail énorme à son auteur. C’est une véritable œuvre nationale à laquelle M. Gagnon s’était dévoué depuis plusieurs années. (Gagnon, 1895A, p. 8-9)

33La Revue de géographie de Paris, sous la plume de Gabriel Marcel, donne un compte rendu du livre de Gagnon :

La bibliothèque canadienne de M. Gagnon est fort riche et l’historien y pourra rencontrer bien souvent des documents inattendus et des informations précieuses ; tous ceux qui s’intéressent à notre ancienne colonie, et le nombre en est grand en France, doivent lui savoir le plus grand gré de cette utile publication. (Gagnon, 1895A, p. 14-15)

34Cet ouvrage, en plus d’être une révélation quant au nombre et à la diversité des imprimés canadiens, a marqué profondément le monde de la bibliophilie et de la bibliographie en notre milieu. Par ailleurs, la constitution d’une collection comme celle de Gagnon avait peu de chance de se reproduire après lui, vu l’implication des institutions et la concurrence dans le marché de l’imprimé ancien. Ce volume fut l’objet en 1962 d’une réédition en fac-similé par la maison W. C. Brown de Dubuque (Iowa).

Bibliographie

Bibliographie

Gagnon, Philéas, Essai de bibliographie canadienne. Inventaire d’une bibliothèque comprenant imprimés, manuscrits, estampes, etc. relatifs à l’histoire du Canada et des pays adjacents avec des notes bibliographiques, Québec, Imprimé pour l’auteur [Imprimerie A. Côté et Cie], 1895, X, 711 p.

Gagnon, Philéas A., Essai de bibliographie canadienne…, Québec, Imprimé pour l’auteur, 1895, 16 p.

Gagnon, Philéas, Essai de bibliographie canadienne. Inventaire d’une bibliothèque comprenant imprimés […] ajoutés à la collection Gagnon depuis 1895 à 1910 inclusivement d’après des notes bibliographiques et le catalogue de l’auteur, préface de Victor Morin, publié par la Cité de Montréal, sous la direction de Frédéric Villeneuve, Montréal [Imprimerie La Patrie], 1913, t. II, XI, 462 p.

Études

Baboyant, Marie, « La bibliothèque de la Ville de Montréal, la Collection Gagnon et son fondateur, Philéas Gagnon », Cahiers d’histoire du Québec au XXe siècle, 6, 1996, p. 67-82.

Baboyant, Marie, « Philéas Gagnon et la Collection Gagnon de la Bibliothèque de la Ville de Montréal », dans Georges-A. Chartrand (dir.), Livre, bibliothèque et culture québécoise, Montréal, ASTED, 1977, p. 311-336.

Bain, James, Jr., « Essai de bibliographie canadienne », Review of Historical Publications Relating to Canada, vol. 1, 1897, p. 5-10.

[Chapais, Thomas], « Essai de bibliographie canadienne par M. Philéas Gagnon », Le Courrier du Canada, 22 juillet 1895, p. 2.

« Feu M. Philéas Gagnon », L’Action sociale, 25 mars 1915, p. 2.

Fournier, Claude, « Philéas Gagnon (1854-1915), bibliophile, homme politique et fonctionnaire », à paraître dans Dictionnaire historique des gens du livre au Québec, 6 p.

Olivier, Daniel, « Philéas Gagnon, bibliophile », mémoire de maîtrise, Université de Montréal, École de bibliothéconomie, 1978, 96 p.

Olivier, Daniel, « La bibliophilie québécoise à la fin du XIXe siècle : l’exemple de Philéas Gagnon », Documentation et bibliothèques, 25, 4, 1979, p. 201-211.

Olivier, Daniel, « Gagnon, Philéas », Dictionnaire biographique du Canada, vol. XIV, 1981, p. 422-423.

Table des illustrations

Légende Philéas Gagnon, Essai de bibliographie canadienne – Inventaire d’une bibliothèque comprenant imprimés, manuscrits, estampes, etc. […], Québec, Imprimerie générale A. Côté et cie, 1895, vol. I. Collections de BAnQ (Z/1365/G34/1895 RSV).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6848/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

Auteur

Professeur associé à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal où il a enseigné de 1970 à 2006 ; il a pris sa retraite en 2006 comme professeur titulaire. Il a été directeur de l’EBSI de 1987 à 1994 et vice-doyen de la Faculté des arts et des sciences de 1994 à 2002. L’histoire du livre et des bibliothèques, les aspects comparés et internationaux de l’information, les bibliothèques d’enseignement supérieur, la formation en bibliothéconomie et en sciences de l’information et l’archivistique constituent ses domaines de recherche et de publication.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search