Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XIXe siècle

1891 • Henri-Raymond Casgrain

Montcalm et Lévis

Laurent Veyssière

Texte intégral

Henri-Raymond Casgrain, Montcalm et Lévis, Québec, L. J. Demers & frère, 1891, vol. II. Collections de BAnQ (971.0188092 M771c 1891).

1En affirmant dans son célèbre rapport de 1839 que les Canadiens français sont « un peuple sans histoire ni littérature », lord Durham provoque chez plusieurs intellectuels un véritable électrochoc. À l’instar de l’éveil culturel des nationalités européennes, la révolte des Patriotes de 1837-1838, le rapport Durham de 1839 et l’Acte d’Union de 1840 suscitent une prise de conscience générale dans la société et une évolution significative du sentiment national. Plusieurs auteurs, à commencer par le libéral François-Xavier Garneau et le catholique Jean-Baptiste Ferland s’emploient à démontrer dans leurs ouvrages respectifs Histoire du Canada (1845-1852) et Cours d’histoire du Canada (1861-1865) que l’histoire des Canadiens français est ancienne et glorieuse. À partir des années 1860, les premiers romanciers comme Philippe Aubert de Gaspé, Napoléon Bourassa ou Joseph Marmette s’inspirent de la Nouvelle-France et de sa fin qui offrent le cadre parfait pour évoquer leurs thèmes de prédilection : vaillance du peuple canadien, rôle de l’Église catholique, comportement du corps expéditionnaire français, abandon de la France, etc. Seule la manière diffère selon les opinions politiques et religieuses des auteurs, partagés entre les libéraux du parti rouge et le clergé ultramontain. L’œuvre d’Henri-Raymond Casgrain s’inscrit dans ce dernier courant.

2Henri Raymond Casgrain est né le 16 décembre 1831 à Rivière-Ouelle, de Charles Eusèbe Casgrain, avocat et homme politique, et d’Eliza Anne Baby (il est le cinquième des 14 enfants du couple). Il passe une enfance heureuse dans cette seigneurie de la Côte-du-Sud, acquise entre 1813 et 1815 par son grand-père Pierre Casgrain. Dans la biographie qu’il lui consacre, l’abbé Camille Roy insiste tout particulièrement sur l’influence qu’auront ces premières années passées dans la rurale Rivière-Ouelle sur la vocation littéraire et sacerdotale du jeune Casgrain, qui grandit en effet dans un territoire encore vierge de toute modernité, où les anciennes traditions populaires canadiennes-françaises se transmettent oralement depuis la fin du régime français, comme dans toutes ces vieilles paroisses de la vallée du Saint-Laurent rythmées par une vie faite de simplicité et de piété. D’autre part, le milieu naturel dessine une beauté romantique qui fait naître chez le jeune Casgrain une véritable fascination pour son terroir. Au soir de sa vie, dans ses « Souvenances canadiennes » inédites (plus de 1 100 pages écrites entre septembre 1899 et octobre 1902), Casgrain se confiera sur cette précoce attirance : « Ce qui fait l’écrivain, c’est la couleur ; ce qui fait la couleur, c’est l’imagination. Or, l’éducateur par excellence de l’imagination, c’est la nature. Elle est la première des muses. »

3À compter de 1843, au collège classique de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, il assiste aux cours de l’abbé français Pierre-Henri Bouchy, qui lui fait découvrir la littérature romantique, en particulier les ouvrages de Chateaubriand et de Lamartine, qui « ont été dans [sa] jeunesse et sont restés [ses] dieux littéraires ». Son autre grande source d’inspiration réside dans la découverte de l’Histoire du Canada de François-Xavier Garneau, qui venait « de faire sortir de leur indifférence pour l’histoire nationale les Canadiens français » et surtout les collégiens de Sainte-Anne, tous saisis d’une fièvre patriotique. Pour Casgrain, la littérature canadienne doit désormais s’enrichir d’une relecture populaire, romantique et patriotique de l’histoire du Canada, et en particulier de celle du régime français. Il perçoit dans ce genre un filon presque inépuisable, qui rendrait fierté et ambition nationale à ses compatriotes.

4Après un bref passage à l’École de médecine et de chirurgie de Montréal, il entre en février 1853 au Séminaire de Québec afin de poursuivre des études en théologie qu’il complète dans son cher collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, où il entreprend une carrière d’enseignant en littérature, dessin et catéchisme. La même année, il se lie d’amitié avec le jeune poète Octave Crémazie. Ordonné prêtre en 1856, des problèmes récurrents de santé lui font abandonner l’enseignement. L’année 1858 est consacrée à un voyage de repos en Europe, premier des nombreux voyages de Casgrain, dont 17 à destination de l’Europe, motivés soit par ses soucis de santé, soit par ses recherches historiques, qui dureront jusqu’en 1899. Ces séjours à l’étranger lui permettent de rencontrer de très nombreux intellectuels, dont plusieurs historiens comme Francis Parkman en 1871 à Boston (avec qui il va correspondre durant vingtsix années). Vicaire à compter de 1859 dans des paroisses de Québec, il fréquente l’élite intellectuelle et retrouve son ami Crémazie avec qui il va présider à une véritable naissance littéraire nationale.

5La carrière littéraire de Casgrain débute en 1860 avec la publication de deux légendes dans le Courrier du Canada, sous le pseudonyme de Mme E. B., initiales de sa mère : Le Tableau de la Rivière-Ouelle et Les Pionniers canadiens. À la même époque, Casgrain se lance éperdument dans des activités de diffusion et de défense des œuvres d’Octave Crémazie, François-Xavier Garneau, Jean-Baptiste-Antoine Ferland, Philippe-Joseph Aubert de Gaspé, Joseph-Charles Taché, Antoine Gérin-Lajoie, Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, Étienne Parent et autres, qui constituent ce que l’on a coutume de nommer le « mouvement littéraire de Québec » ou l’« école patriotique de Québec ». En 1861, il participe à la création de la revue Les Soirées canadiennes et, en 1863, à celle de la revue Le Foyer canadien, toutes deux destinées à la promotion de la littérature canadienne. « Les hommes de lettres rêvaient la création d’une littérature nationale », écrira bien plus tard Casgrain dans ses « Souve nances ». Dans un essai intitulé Le Mouvement littéraire en Canada et paru en 1866, il théorise ce que doit être cette nouvelle littérature patriotique et catholique. Libérée de tout sentiment d’infériorité vis-à-vis des écrivains français, dominée par le genre historique, emportée par le souffle romantique, elle doit rendre la fierté à la communauté canadienne-française. Casgrain, « promoteur par excellence de la vocation providentielle de la race française en Amérique », comme l’écrit Yvan Lamonde, voit ainsi dans la littérature le meilleur instrument de l’expression de cette vocation. Il y consacre alors toute son énergie, devenant le principal animateur de ce cénacle d’auteurs et contribuant ainsi à la vie du mouvement littéraire. Son rôle de critique lui vaut de la part de Laure Conan le surnom de « père de la littérature nationale », expression devenue consacrée mais régulièrement contestée. À l’été de 1872, Casgrain quitte le ministère en raison d’une maladie ophtalmique chronique, ce qui ne l’empêchera pas d’avoir une activité soutenue durant les trente-deux années suivantes. Lucide, il écrira bien plus tard : « Les années de retraite qu’Elle [la Providence] me préparait devaient me donner plus de loisir pour faire les travaux historiques auxquels j’étais préparé que si j’avais été employé dans le ministère pastoral. »

6De 1876 à 1886, Casgrain assure également un rôle d’éditeur à L’Opinion publique et plus encore auprès du ministère de l’Instruction publique auquel il va vendre habilement près de 80 000 livres canadiens donnés en prix dans les écoles. Cette opération, menée régulièrement aux dépens des auteurs auxquels ne sont pas versés de droits, va lui assurer des revenus très confortables, mais également de nombreuses inimitiés. Avec les bénéfices ainsi réalisés, Casgrain propose à plusieurs communautés religieuses des prêts à fonds perdus, mais récupère des intérêts sur les versements ! Ces comportements illustrent parfaitement une facette peu reluisante de la personnalité de l’abbé qui sait toujours tirer les meilleurs avantages possible de chaque situation, cherchant avant tout son profit personnel et plus encore les honneurs, parfois même en travestissant la vérité (comme dans l’affaire de l’inscription du monument Champlain).

  • 1 Manon Brunet, « Prolégomènes à une méthodologie d’analyse des réseaux littéraires : le cas de la c (...)

7L’abbé revient à l’enseignement comme professeur d’histoire de la littérature à l’Université Laval de 1887 à 1895, puis d’histoire de 1895 à 1904. Il poursuit également durant cette période ses voyages en Amérique et en Europe, où il crée un réseau de près de 850 correspondants avec qui il va entretenir une relation épistolaire estimée à 5 000 lettres (reçues et envoyées) entre 1852 et 19041.

8Henri-Raymond Casgrain meurt à Québec le 11 février 1904 à l’âge de soixante-treize ans, d’une congestion pulmonaire.

  • 2 Dans « Travestissement littéraire et trajectoire intellectuelle d’Henri-Raymond Casgrain », Voix e (...)

9L’œuvre de Casgrain est importante et variée. Manon Brunet estime au minimum à 401 le nombre de publications2 de Casgrain entre 1857 et 1903 ! Lorsqu’il publie Le Mouvement littéraire en Canada, Casgrain est déjà un auteur connu avec ses légendes évoquées précédemment, des biographies et un ouvrage historique. Mis à part le recueil de poésies Les Miettes : distractions poétiques (1869), Casgrain s’oriente durablement vers le genre historique après 1867. Il y voit la meilleure forme d’expression de l’identité canadienne telle qu’il la conçoit, subordonnée à la foi catholique. Il poursuit ses biographies canadiennes, à mi-chemin entre hagiographie et essai historique, qui consistent en des modèles édifiants dont, par exemple, Philippe Aubert de Gaspé (1871), Francis Parkman (1872), Octave Crémazie et Antoine Gérin-Lajoie d’après ses mémoires (1886), et écrit plusieurs ouvrages historiques d’importance : Histoire de l’Hôtel-Dieu de Québec (1878), Une paroisse canadienne au XVIIe siècle (1880), Un pèlerinage au pays d’Évangéline (1887), que l’Académie française couronne en 1888 par le prix Marcelin-Guérin, Montcalm et Lévis (1891), Une seconde Acadie (1894), Les Sulpiciens et les prêtres des missions étrangères en Acadie (1676-1762) (1897). Tous ces ouvrages permettent la construction d’une mémoire nationale, autonome de toute conception britannique ou française.

Le livre

  • 3 Voir, par exemple, les échanges de copies de documents avec Francis Parkman dans Manon Brunet, « L (...)
  • 4 Voir à ce sujet Laurent Veyssière, « L’honneur de Montcalm (1759-1761) », dans Bertrand Fonck et L (...)

10C’est donc en 1891 que Casgrain publie Montcalm et Lévis, sept ans après le Montcalm and Wolfe de Francis Parkman (paru à Boston en 1884), qu’il avait durement critiqué à sa sortie. L’ambition de Casgrain était de répondre à son ami Parkman à qui il reproche de nombreuses erreurs historiques, se brouillant durablement avec lui à cette occasion. Plus encore, il regrettait son rationalisme rejetant toute conception religieuse de l’histoire, et en particulier du rôle de la Providence. Pour satisfaire son projet de nouvelle histoire nationale, Casgrain a besoin de nouvelles sources. Il va les obtenir lors de ses voyages en France et grâce à son réseau de correspondants composés d’écrivains, d’historiens, mais aussi d’archivistes et de bibliothécaires qui vont l’aider à repérer et copier les archives conservées dans des institutions publiques3, et de descendants d’aristocrates canadiens et d’officiers ayant servi au Canada qui vont lui permettre de consulter et de copier leurs archives familiales. Pour préparer Montcalm et Lévis, Casgrain utilise essentiellement les archives conservées par la famille Lévis qui regroupent un ensemble hétéroclite comprenant essentiellement les archives du chevalier de Lévis et les archives militaires du marquis de Montcalm dont le chevalier était le légataire4.

11Casgrain a réussi à identifier ces archives chez le comte Raymond de Nicolay et a obtenu de lui, ainsi que de Gaston, marquis de Lévis, l’autorisation de copier les documents et des les publier pour le compte du gouvernement de la province de Québec, ce qui permettra l’importante publication en 11 volumes de la Collection des manuscrits du maréchal de Lévis (1889-1895). C’est l’étude de ces documents qui lui donne « l’idée d’écrire l’histoire de l’époque » (t. 1, p. 7). Il ajoute à ce corpus déjà imposant les copies des archives de Bougainville, de Bourlamaque, des archives privées des Montcalm, mais aussi de nombreuses archives conservées en France et en Angleterre. C’est le plus vaste corpus de sources jamais utilisé par un historien de cette période.

  • 5 Camille Roy, L’abbé Henri Raymond Casgrain. La formation de son esprit ; l’historien ; le poète et (...)

12Mais comme le relève Camille Roy, « l’abbé Casgrain, à cause peut-être d’un certain défaut de formation, et aussi de l’infirmité dont il souffrait et qui lui rendait le travail plus pénible, n’a pas toujours poussé aussi loin qu’il l’aurait dû faire les longues et patientes recherches5 ».

13Il est certain que Casgrain n’a pas suivi d’études historiques et qu’il ne maîtrise pas les méthodes et techniques d’analyses documentaires. Grâce à ses voyages, Casgrain connaît le développement de ce que l’on a coutume de nommer l’école positiviste française, qui veut faire sortir toute vision religieuse de l’écriture de l’histoire et pratiquer une analyse exclusivement scientifique. Par ses relations avec certains historiens et archivistes formés à l’École des chartes, il constate combien le recours aux documents comme preuve absolue de l’analyse historique est primordial. Cependant, ses opinions et croyances le poussent vers les adversaires des positivistes, les historiens catholiques et royalistes regroupés autour de la Revue des questions historiques. Casgrain va retenir certaines méthodes des positivistes, à commencer par la recherche et l’utilisation de nombreuses sources archivistiques, mais il va aussi rester fidèle à ses convictions, voulant prendre une part active aux débats politico-religieux de son temps. En 1896, il écrit :

  • 6 Notre passé littéraire et nos deux historiens, dans Œuvres complètes, Montréal, Beauchemin & fils, (...)

Il y a deux écoles, ou si l’on veut, deux races d’historiens ; ceux qui effacent et ceux qui accusent leur personnalité ; ceux qui se désintéressent du présent et se contentent de narrer et d’expliquer les événements, et ceux qui, en étudiant le passé, n’oublient pas le présent, qui embrassent une doctrine ou une cause, la font ressortir des faits et en poursuivent le développement. Je ne dissimule pas ma préférence pour cette dernière école6.

14Bien que présentant une chronologie détaillée et documentée des événements de ce que Guy Frégault nommera plus tard la guerre de la Conquête, Montcalm et Lévis est un livre partisan, patriote et catholique, comme toute l’œuvre de Casgrain. Les avis tranchés de l’abbé sur les principaux acteurs, non pas sur le fondement d’analyses détaillées mais de jugements moraux (par exemple, Madame de Pompadour, qualifiée de « courtisane », est à l’origine de la décadence française et devient la principale responsable de la défaite militaire ; Bigot est présenté comme « le vice élégant et raffiné du XVIIIe siècle » (t. 1, p. 101)), démontrent cette absence de recul et de critique historique. Plus grave, Casgrain commet sciemment des erreurs, constatées dès 1896 par René de Kerallain (dans son ouvrage Les Français au Canada. La jeunesse de Bougainville et la guerre de Sept Ans), puis en 1911 par Thomas Chapais, dans son livre sur Le marquis de Montcalm et en 1913 par Camille Roy, tant « sa passion patriotique l’a quelquefois mal servi, et l’exposait à voir trop facilement dans les archives qu’il consultait ce qu’il y voulait trouver ». En effet, régulièrement, l’abbé interprète mal ses sources, oublie certains documents qui ne servent pas ses thèses ou tronque les citations. En 1962, Edward P. Hamilton, préparant une traduction anglaise du journal de Bougainville, accuse Casgrain d’être coupable dans son récit de « distorsion malveillante de l’histoire » par une manipulation intentionnelle des archives.

15Comme le titre de l’ouvrage l’indique, la méthode de Casgrain, inspirée des biographies dont il a l’habitude, consiste à relater les événements à travers les acteurs principaux que sont Vaudreuil, Montcalm, Lévis et Bougainville. Tout au long des deux volumes, chacun reçoit bons et mauvais points. Casgrain voit en Lévis le héros de cette guerre, bénéficiant à plusieurs reprises de portraits très élogieux : « calme, froid, sobre de paroles » (t. 1, p. 35), Lévis « avait plus de sûreté dans le coup d’œil, plus de largeur dans les vues, plus de sang-froid et de fermeté dans l’action » (t. 2, p. 425). Les portraits physiques et les caractères sont décrits avec une grande attention. Celui de Montcalm en particulier est encore aujourd’hui largement repris : un petit méridional au « caractère impétueux, irascible mais bon enfant » (t. 1, p. 35). Son conflit avec Vaudreuil, dont l’origine se trouve dans la dualité du commandement imposé par Versailles, est parfois décrit de manière caricaturale et trouve sa source dans le tempérament du général français. Cette rivalité devient même, de manière erronée, « une des causes de la perte du Canada » (t. 1, p. 138). Casgrain est le premier auteur canadien à remettre en question la figure héroïque de Montcalm. Vaudreuil le Canadien bénéficie d’un traitement de faveur et est relativement épargné par Casgrain, qui n’hésite pas à justifier les décisions du gouverneur. Mais c’est Bougainville qui reste la principale cible de Casgrain et cristallise toutes les rancœurs de l’abbé. Casgrain examine chaque événement auquel participe Bougainville afin d’y déceler ses erreurs, son incompétence, ses sentiments anti-canadiens, sa responsabilité dans l’effondrement de la colonie : à William Henry en 1757, lors de la mission à Versailles en 1758 et surtout lors de la bataille des plaines d’Abraham en 1759 où Casgrain l’accuse de porter seul la responsabilité du débarquement des troupes de James Wolfe à l’anse au Foulon : « C’est sur lui avant tout autre que retombait la responsabilité de ce désastre » (t. 2, p. 263) ! Casgrain utilise essentiellement la correspondance et le journal de Bougainville pour lui porter ces terribles accusations. Mais il ne soumet ces archives à aucune analyse et n’y voit donc pas les stratégies d’écriture de l’auteur en fonction du destinataire ou du sujet abordé. Il ne connaît pas non plus plusieurs documents retrouvés depuis qui battent en brèche certaines de ces faciles accusations. L’arrière-petit-fils de Bougainville, René de Kerallain, répond de manière cinglante et très convaincante à l’abbé dans son ouvrage précité toujours de référence. Il dresse un portrait au vitriol de Casgrain et lui réfute toute qualité d’historien, rétablit au contraire la rigueur des travaux de Parkman, avant de démontrer les erreurs historiques de l’abbé. La critique est sévère, mais correspond parfaitement à la manière dont un historien de cette époque, formé à la critique documentaire, peut percevoir Montcalm et Lévis.

16La thèse de l’abandon de la Nouvelle-France par la métropole est régulièrement avancée à travers divers arguments. Les chefs militaires, à commencer par Montcalm et Bougainville, sont uniquement venus chercher sur les champs de bataille les grâces individuelles de Versailles ; même les soldats français sont « animés du même esprit. L’avenir de la colonie qu’ils vont défendre les intéresse assez peu » (t. 1, p. 33). Pour Casgrain, la France, dans son incurie, n’a pas fait le nécessaire pour sauvegarder la colonie. Comme bien d’autres historiens canadiens après lui, Casgrain ne prend pas en compte le conflit dans sa globalité et en particulier les conséquences de la situation militaire de la France en Europe en 1761-1763, qui ne lui permettent pas de se présenter en position de force à la table des négociations. Mais dans cet abandon, il voit une chance. Alors que la France n’y était pas arrivée, les 80 000 Canadiens, au terme d’une « bataille acharnée, sans relâche », « ont fondé une France en Amérique. Ils ont gardé intact tout ce que la mère patrie leur avait légué : sa langue, sa religion, ses lois, ses traditions » (t. 1, p. 19). Casgrain développe ici deux de ses arguments préférés sur la « vocation providentielle de la race française en Amérique » (alors que les colons anglais ont été noyés dans un « flot d’émigration que les invasions des barbares peuvent seuls en donner une idée » [t. 2, p. 430]) et sur la chance qu’a le Canada français d’avoir été épargné par les affres révolutionnaires de 1789.

17Cette vocation providentielle est également perceptible dans l’héroïsme des troupes canadiennes décrit par Casgrain. Les batailles de la Monongahéla, Chouaguen, William Henry, Carillon, Montmorency et Sainte-Foy sont le moment de vanter l’apport décisif des soldats canadiens sans qui la victoire n’aurait pu être acquise par les troupes régulières. Face à ces Canadiens « obéissant comme un seul homme, et dont l’élite était de tout temps endurcie à la guerre » (t. 2, p. 409-410), Casgrain dénonce l’arrogance et le mépris des troupes françaises. Il voit dans la rivalité entre Montcalm et Vaudreuil la source principale de cet antagonisme, alors que « la vérité est que ces deux corps de troupes avaient chacun des qualités particulières, également précieuses, dont la réunion, sous une main habile, formait l’armée la mieux adaptée au genre de guerre qui se faisait en Amérique » (t. 1, p. 169). Bien sûr, cette main habile ne pouvait être que celle de Lévis.

Le destin du livre

18À sa parution, Montcalm et Lévis n’a pas retenu l’attention de la critique canadienne-française, au contraire de deux recensions émanant de revues canadienne-anglaise et étatsunienne. Elles portent un jugement sévère sur l’œuvre qui ne peut selon elles remplacer le Montcalm and Wolfe de Parkman. Si leurs auteurs relèvent avec intérêt l’utilisation de nouvelles archives, ils regrettent également les partis pris de Casgrain. Montcalm et Lévis n’est publié qu’une fois au Canada, contrairement à sa version française.

19Aidé par ses amis Edme et Thérèse Rameau de Saint-Père, c’est en 1895 que Casgrain envisage la publication de son livre en France chez Gaume et Cie. Réduit de 300 pages, l’ouvrage doit se destiner à un public ignorant du versant nord-américain de la guerre. Le manuscrit est envoyé à l’historien royaliste Charles d’Héricault pour recueillir son avis. Irrité par les attaques de Casgrain contre la royauté, d’Héricault, qui est aussi un proche de René de Kerallain, s’oppose à la publication et fait échouer le projet. La correspondance de Kerallain sur cet épisode montre combien s’est installée une haine tenace entre ces hommes, dépassant largement le cadre historique. C’est finalement la maison d’édition Alfred Mame & fils, grand éditeur religieux français, qui publie Les Français au Canada en 1895, puis en 1898, 1909, 1926 et 1936, et Les héros de Québec en 1895, puis en 1899, 1927 et 1931. Elle fait de même avec la version originale du Montcalm et Lévis en 1898 puis en 1899 et 1926. On constate ainsi par ses rééditions successives le succès certain de l’œuvre en France, souvent utilisé comme prix de fin d’année dans les écoles. Un an après la mort de Casgrain sort une simple traduction anglaise des deux volumes Les Français au Canada et Les héros de Québec, sous le titre Wolfe and Montcalm. Ces dernières publications démontrent que Casgrain n’a pas eu le temps ou le désir dans les dernières années de sa vie d’intégrer à son œuvre les derniers apports de l’historiographie ni les nouvelles archives découvertes.

20Malgré toutes ces critiques sur les qualités d’historien de Casgrain, ne nous trompons pas sur l’importance de cet ouvrage. Montcalm et Lévis est un texte remarquablement écrit, souvent proche du style romanesque, qui fait date dans la littérature canadienne. Il fait vivre au lecteur, de manière épique, les dernières années de l’Amérique française, en particulier les batailles, et dresse des portraits hauts en couleur des acteurs. Ses descriptions des lieux, de la nature et des mœurs amérindiennes sont empreintes d’un romantisme remarquable. Autant d’éléments qui font écrire à Serge Gagnon, spécialiste de l’historiographie québécoise, que ce livre est « une des pièces maîtresses de notre première littérature historique ». Toutes les opinions qui y sont développées vont structurer l’historiographie québécoise pendant des décennies, au moins jusqu’à La guerre de la Conquête de Guy Frégault en 1955. Il faut pour chaque historien prendre position sur le rôle de Montcalm, Lévis et Vaudreuil. En 1936, l’abbé Georges Robitaille publie Montcalm et ses historiens dans lequel il passe en revue les principales publications sur le conflit pour y analyser le sort réservé à Montcalm. Concernant Montcalm, la recherche de ces dernières décennies s’est avant tout concentrée sur sa décision lors de la bataille des Plaines de sortir de Québec et d’aller au-devant de l’armée de James Wolfe. Devait-il au contraire attendre dans la ville l’arrivée des troupes de Bougainville ? Quant à la thèse de l’abandon, elle s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui dans la conscience collective québécoise et continue d’animer bien des débats…

Bibliographie

Bibliographie

Études

Bourassa, Yves et Hélène Marcotte, « Un discours “exemplaire” : la biographie de François-Xavier Garneau par Henri-Raymond Casgrain », Voix et Images, 22, 2 (65), 1997, p. 276-288.

Brunet, Manon (dir.), Henri Raymond Casgrain épistolier : réseau et littérature au 19e siècle, Québec, Nuit Blanche, 1995, 298 p.

Brunet, Manon, « Henri-Raymond Casgrain et la paternité d’une littérature nationale », Voix et Images, 22, 2 (65), 1997, p. 205-224.

Brunet, Manon, « Prolégomènes à une méthodologie d’analyse des réseaux littéraires : le cas de la correspondance de Henri-Raymond Casgrain », Voix et Images, 80, hiver 2002, p. 216-237.

Brunet, Manon, « Travestissement littéraire et trajectoire intellectuelle d’Henri-Raymond Casgrain », Voix et Images, 30, 1 (88), 2004, p. 51.

Brunet, Manon, « Mémoires et autobiographie dans les « Souvenances canadiennes » de Henri-Raymond Casgrain », Voix et Images, 35, 3 (105), 2010, p. 83-98.

Brunet, Manon, Vincent Dubost, Isabelle Lefebvre et Marie-Élaine Savard, Henri-Raymond Casgrain, épistolier. Réseau et littérature au XIXe siècle, Québec, Nuit Blanche, coll. « Cahiers du Centre de recherche en littérature québécoise. Séminaires », 1995, 297 p.

Hamilton, Edward P., Parkman, Abbé Casgrain and Bougainville’s Journal, Worcester, American Antiquarian Society, 1962, 12 p.

Hudon, Jean-Paul, « L’abbé Henri-Raymond Casgrain, l’homme et l’œuvre », thèse de doctorat, Université d’Ottawa, 1977, 638 p.

Hudon, Jean-Paul, « Henri-Raymond Casgrain, Gédéon Ouimet et les livres donnés en prix dans les écoles de 1876 à 1886 », Voix et Images, 26, 3 (78), 2001, p. 596-616.

Lemire, Maurice, « Henri-Raymond Casgrain, historien », Voix et Images, 22, 2 (65), 1997, p. 261-275.

Robidoux, Réjean, « Fortunes et infortunes de l’abbé Casgrain », Archives des lettres canadiennes, t. 1, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1961, p. 209-229.

Roy, Camille, L’abbé Henri Raymond Casgrain. La formation de son esprit ; l’historien ; le poète et le critique littéraire, Montréal, Librairie Beauchemin, 1913, 141 p.

Notes

1 Manon Brunet, « Prolégomènes à une méthodologie d’analyse des réseaux littéraires : le cas de la correspondance de Henri-Raymond Casgrain », Voix et Images, 80, hiver 2002, p. 216-237.

2 Dans « Travestissement littéraire et trajectoire intellectuelle d’Henri-Raymond Casgrain », Voix et Images, 30, 1 (88), 2004, p. 51.

3 Voir, par exemple, les échanges de copies de documents avec Francis Parkman dans Manon Brunet, « La correspondance Casgrain/Parkman : deux américanités, deux vérités historiques », dans Manon Brunet, Vincent Dubost, Isabelle Lefebvre et Marie-Élaine Savard (dir.), Henri-Raymond Casgrain, épistolier. Réseau et littérature au XIXe siècle, Québec, Nuit Blanche, coll. « Cahiers du Centre de recherche en littérature québécoise. Séminaires », 1995, p. 153-231.

4 Voir à ce sujet Laurent Veyssière, « L’honneur de Montcalm (1759-1761) », dans Bertrand Fonck et Laurent Veyssière (dir.), La fin de la Nouvelle-France, Paris, Armand Colin/Ministère de la Défense, coll. « Recherches », 2013, p. 143-163.

5 Camille Roy, L’abbé Henri Raymond Casgrain. La formation de son esprit ; l’historien ; le poète et le critique littéraire, Montréal, Librairie Beauchemin, 1913, p. 87.

6 Notre passé littéraire et nos deux historiens, dans Œuvres complètes, Montréal, Beauchemin & fils, 1896, t. 1, p. 408.

Table des illustrations

Légende Henri-Raymond Casgrain, Montcalm et Lévis, Québec, L. J. Demers & frère, 1891, vol. II. Collections de BAnQ (971.0188092 M771c 1891).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

Auteur

Conservateur général du patrimoine au ministère français de la Défense. Il a dirigé les ouvrages La Nouvelle-France en héritage (Armand Colin, 2013) ; avec Bertrand Fonck, La guerre de Sept Ans en Nouvelle-France (PUPS, 2011 et Septentrion, 2012), La fin de la Nouvelle-France (Armand Colin, 2013) ; et, avec Sophie Imbeault et Denis Vaugeois, 1763. Le traité de Paris bouleverse l’Amérique (Septentrion, 2013). Il termine actuellement l’édition de la correspondance de Louis-Antoine de Bougainville durant la guerre de Sept Ans au Canada.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search