Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

L’abbé F.-X. Burke. Nouveau Chansonnier canadien1

Texte intégral

  • 1 « Critique littéraire », La Revue moderne, vol. 3, n° 7, 15 mai 1922, p. 10-13 ; Poètes de l’Amériq (...)

1« Si nous voulons des chansons populaires qui se chantent, purifions ou corrigeons celles qui ne se chantent pas. »

  • 2 Chansonnier canadien-français. Recueil de chansons populaires, chansons nouvelles et vieilles chans (...)
  • 3 Madame Colette (Colette Lesage), « Les vieilles chansons », La Presse, 4 juin 1913 ; cité dans F.-X (...)
  • 4 Camille Roy, compte rendu de In thé Heart of Canada par le colonel Wood, La Nouvelle-France, vol. 1 (...)

2Cet axiome fournit sa raison d’être au Nouveau Chansonnier de M. l’abbé F.-X. Burke2. L’auteur, dans sa préface, constate que nos vieilles chansons ne se chantent plus. Et c’est, d’après lui, grand dommage, car ces chants primitifs l’emportent à son gré sur toutes les productions de la lyrique moderne. Ils « expriment la nature absolument telle qu’elle est, sans fard et sans artifices, avec la plus naïve simplicité ; tandis que les chants nouveaux, en musique et en paroles, à force d’être travaillés et raffinés, nous présentent une nature morte, froide, guindée, artificielle qui peut, admettons-le, frapper l’oreille plus que les compositions populaires, mais qui ne dit absolument rien à l’esprit et au cœur. » Il approuve et fait sienne cette citation d’une aimable chroniqueuse : « J’aime mieux la musique fruste des vieilles chansons que les mélodies savantes et compliquées de certains concerts à la mode. C’est qu’elles prennent la grâce indicible de la nature dont elles sont toutes proches3. » Il invoque l’autorité de M. l’abbé Roy qui a écrit : « Il arrive souvent que ces chansons populaires n’ont pas une grande valeur littéraire ; mais la chanson populaire ne vise pas à l’effet littéraire ; elle s’applique plutôt à exprimer avec sincérité et spontanéité quelques sentiments du cœur, quelques actions de la vie simple des bonnes gens, quelques souvenirs de la petite patrie. Et, telle quelle, elle mérite d’être chantée et conservée4. »

3Tout en partageant le chagrin de voir nos chants traditionnels tomber en désuétude, on peut trouver que M. Burke excède en proclamant leur supériorité sur la poésie musicale moderne ; on regrette même qu’il pèse ces deux arts à la même balance. Le champ du folklore et celui de la romance ou de l’opéra sont tellement distincts qu’ils supportent mal la comparaison. Ils n’ont ni la même matière ni les mêmes moyens d’expression. À les mettre en présence, le lied populaire apparaît plutôt une ébauche, un balbutiement, qu’une création fixée et suprême ; et c’est peine perdue de prétendre que tout est « froid, guindé, artificiel » dans Fauré ou Bizet, qu’il n’y a « rien pour l’esprit et le cœur » dans l’Heure exquise de Hahn ou dans le grand air d’Aïda. Mais enfin, juste ou non, cette théorie appelle une conclusion fort claire : il faut estimer et aimer le trésor de nos vieilles chansons, les préserver intactes comme autant de reliques précieuses, les goûter telles qu’elles sont dans leur charme ingénu et suranné.

4Eh bien ! ce n’est pas tout à fait cela ; c’est même étonnamment le contraire. Car, toujours d’après M. Burke, un très grand nombre, « une foule » de ces chants populaires ne valent rien ou à peu près. Ils sont déparés par une assommante rusticité, parfois par une immoralité grossière, « défectueux à tous les degrés et à tous les points de vue ». On a bien eu raison de les oublier, « leurs perles et joyaux étant enveloppés dans des loques tellement rebutantes qu’ils n’étaient plus chantables du tout ». « Vive la Canadienne », par exemple, ne s’entend plus nulle part dans les « milieux distingués », parce que « tous ses couplets, hors le premier, ne sont que des ineffabilités de débauche et d’ivrognerie ». De même « La Guignolée » « manque d’esprit, de respect et de paroles convenables » ; — « Dans les chantiers nous hivernerons » souffre d’une « forme défectueuse » ; — dans « Gai, lon, la, joli rosier », « l’exposition du sujet n’est ni assez logique, ni assez précise, ni assez claire » ; — « François Marcotte », « J’ai fait une maîtresse », « Marianson », « laissent encore plus à désirer », etc. Bref, notre folklore national fourmille « d’imperfections de grammaire, de rime, de mesure, de sens et de goût, qui sont exactement la cause de sa décadence ou actuelle impopularité ».

5J’ignore comment ceci peut s’accorder avec cela. Tout ce qu’on exaltait il y a un instant dans la cantilène populaire est jugé maintenant rebutant et insupportable. Car enfin c’est précisément par leur invention simpliste, par leurs négligences d’idiome, par leur manque d’élégance et de symétrie, par leur crudité artistique, parfois même par une pointe de vulgarité, que ces inspirations « expriment la nature telle qu’elle est, sans artifices et sans fard ». C’est en cela qu’elles sont l’image fidèle de l’âme des ancêtres et le reflet des mœurs d’antan ; c’est de là qu’elles tirent leur valeur de documents historiques et nationaux. « François Marcotte » n’est pas un chef-d’œuvre classique, mais c’est l’histoire, vivante de vérité et de gaieté, d’un faraud de village tel qu’il en régnait vers 1820, tracée par un poète qui probablement ne savait pas lire. J’avais toujours cru, pour ma part, que la « belle entrée » de François dans la maison Boudreau était délicieusement rendue. « Dans les chantiers » est l’œuvre abrupte de quelque bûcheron, conçue entre deux coups de hache dans l’exil des forêts de pin, et hantée, tout naturellement, des délices prochaines de Bytown. Si « La Canadienne » évoque de flamboyantes soûleries, c’est qu’il y est question de « noces », et que les noces jadis étaient synonymes d’esprit de feu. Quant aux chansons venues de France, allons-nous leur chercher chicane pour n’être pas assez « claires, logiques ou précises dans l’exposition du sujet » ? À supposer que ce vague même ne soit pas un charme, leurs auteurs étaient-ils des logiciens et des docteurs en us ? Prétendre appliquer à ces œuvres des critériums pédagogiques, c’est vouloir mesurer du blé à l’aune. Les chants du peuple ont d’autres règles, tirées de leur caractère même, qui déterminent leur valeur ; mais aucun n’est à dédaigner s’il témoigne de ses origines, s’il reste « proche de la nature », s’il fournit une donnée sur la tradition et l’histoire de la race.

6L’auteur reconnaît, il est vrai, une élite de chants populaires qu’il loue et admire sans restrictions. Ainsi « La belle Françoise », « À Saint-Malo, beau port de mer », « Mon père a fait bâtir maison », « Digue dondaine », etc. Ceux-là, il les sacre intangibles ; il ne les croit pas « susceptibles de perfectionnement ». Mais qui ne voit comme ces préférences sont douteuses et arbitraires ? Serait-il malaisé, en appliquant à ces chansons la même critique méticuleuse, d’y signaler tous les défauts reprochés aux autres ? En dehors de l’appel sentimental, connaissez-vous des strophes littérairement plus pauvres, plus puériles, que celles du « Canadien errant », placé pourtant dans cette classe ? « Petite et jeune étions » est-il supérieur à « Marianne au moulin » et à « Malbrough » ? Et puisqu’on paraît confondre avec la vulgarité tout ce qui porte une touche de gauloiserie, ne sait-on pas qu’« À Saint-Malo », et « En roulant ma boule », se closent sur des suggestions fort suspectes ? À vouloir éplucher l’idée, l’expression, la logique, la moralité de ces choses légères et fragiles, on aurait bientôt fait de les mettre toutes au rancart. Plutôt les aimer toutes comme les voix naïves du passé et se laisser bercer à leurs ritournelles sans y regarder de si près.

7Mais surtout, n’essayons pas de les corriger. Les corriger, c’est les détruire. On ne corrige pas des documents, des pièces historiques. La moindre altération les fausse, leur enlève tout intérêt, toute autorité. Il devient impossible de démêler l’acte original de ses métempsycoses ultérieures, et le tout passe au rang des écritures apocryphes. S’il s’agit d’œuvres littéraires, leur attirance réside dans la société qu’elles recréent, dans la culture qu’elles remémorent, dans la grâce démodée qu’elles gardent comme un parfum de fleurs vieillies. Tout cela disparaît sous le badigeon du « restaurateur ». Si quelque ingénieur, sous un prétexte utilitaire, parvenait à mêler toutes les couches terrestres, à confondre partout le primaire et le tertiaire, l’éocène et le pliocène, dans une seule glaise uniforme, il donnerait le coup de mort à la science géologique, qui lit inscrite dans ces strata l’histoire des origines du globe. Il est aussi fatal de brouiller les dépôts intellectuels, les alluvions d’art et d’idées superposées au cours des siècles. Nos pères avaient ce respect des textes, et toute l’Antiquité nous est parvenue comme fossile dans leurs scrupuleuses copies. Mais imaginez le chaos si chaque moine eût pris fantaisie de mettre au point la géographie d’Hérodote, d’abréger les nomenclatures de l’Iliade, de donner du piquant aux derniers livres de l’Énéide, de gazer les audaces de Plaute ou de Pétrone ! Nos vieilles chansons, c’est évident, ne seront plus vieilles si on les refait, elles ne seront plus simples si on les attife. Quand on arriverait à substituer une autre naïveté à celle qui leur était propre, ce ne serait plus celle qui nous charme et que nous aimons. Ce serait du naïf voulu et fait exprès, comme les pénibles âneries qu’on débite aux tout jeunes enfants ; au lieu de toucher, cela ferait sourire.

8Aucun rapiècement littéraire ne suffirait d’ailleurs à remettre en mode les chants d’autrefois. Leur défaveur a des causes beaucoup plus profondes. Ils sont délaissés peu à peu parce que la vie sociale qu’ils supposent est abolie, parce que l’âme qu’ils condensent s’est évaporée. Nous ne les chantons plus parce que nous ne pourrions pas les chanter bravement, sans arrière-pensée, à pleins poumons et à plein cœur, comme au temps où ils furent écrits. Ils ne sont plus une voix égale à nos émotions et à nos rêves ; ils sont devenus des objets de culte rétrospectif, de curiosité artistique, et c’est ainsi qu’ils nous restent chers.

  • 5 Ernest Gagnon (1834-1915), historien, essayiste et musicien. Son recueil de chansons folkloriques a (...)

9Le peuple même, qui les a composés, ne les chante plus : comment seraient-ils adoptés par les salons et les sociétés mondaines ? — Tout ce qu’on peut vouloir, c’est qu’ils soient recueillis dans des herbiers fidèles, comme l’œuvre maîtresse d’Ernest Gagnon5, et que, dans des auditions spéciales, conçues comme des ragoûts d’artistes, on nous ressuscite fréquemment la réelle et intime beauté de leurs mélodies.

10J’ai peur d’avoir contrecarré en plein la thèse de M. Burke, car ce qu’il entreprend, c’est de refaire les vieilles chansons ; et son ambition est de les voir, ainsi ennoblies, installées au piano de nos banquets et de nos soirées. Purifier et fourbir nos cantilènes rustiques, « leur passer dessus la brosse ou le balai, pour les débarrasser des chenilles et des vilains vers qui les tuent », en élaguer « les fautes grossières contre la langue et la versification, en accordant le bon goût de la forme avec celui de la pensée », leur donner « l’allure littéraire » qui leur manque, tel est le programme. L’intention est louable, mais le moyen, je le répète, est mauvais, presque criminel. Sous prétexte de sauver notre folklore, il vise à sa dissolution fade dans des éléments étrangers, équivalente à sa dénaturation complète. Il aurait simplement, s’il réussissait, consacré la mort des refrains traditionnels et leur remplacement par autre chose. Car ce ne sont pas des retouches insignifiantes, des coups de ciseau à fleur de marbre, qui satisfont cet instinct rénovateur. Il n’est presque pas de couplet où il ne passe la pioche et la hache, au point de ne conserver très souvent pas un seul mot du texte ancien. C’est ainsi que « La Guignolée », « La Canadienne », « Dans les chantiers », etc. sont démolis du faîte à la base. Tout le reste, s’il n’est pas détruit, est plâtré et rendu méconnaissable. Tant de travail perdu au service d’un faux principe !

11Mais le folklore se venge et noie sa parodie dans la plus navrante médiocrité. Rien n’est rebelle à imiter comme ce qui est simple ; rien n’est revêche à rendre littéraire comme ce qui ne veut pas et ne doit pas l’être. On reste atterré devant les versions nouvelles promulguées par M. Burke. Elles sont toutes naïves, oh oui, mais bien plus naïves que nature ! Certaines d’elles nous ramènent non seulement à nos origines ethniques, mais aux commencements de l’écriture et du langage. Leur grammaire et leur rhétorique emboîtent le pas aux primitifs, et « ç’ui qu’a composé la chanson » y raillerait même souvent des énormités qu’il n’eût pas commises. Je n’insiste pas sur ce point, mais je veux citer. La citation est impersonnelle, impartiale et calme comme la justice même.

12Voici quelques-unes des dix-huit strophes de la nouvelle « Canadienne » :

C’est à qui la marie,
Vole, mon cœur, vole,
Les garçons en sont fous.

Par sa riche industrie
Elle joint les deux bouts.

Elle fait à l’aiguille
Nos habits, nos surtouts.

Elle est bien sans pareille
Pour soigner rhume et toux.

On adore ses tartes,
Son beurre et ses ragoûts.

Ce n’est qu’au cimetière
Que son règne est dissous.

13Un autre chant de cinquante-quatre couplets sur le même air, « La patrie », contient ces émouvants distiques :

Vivent nos forêts grandes
Et leurs jolis vents doux ;

Vivent nos blanches neiges
Et leurs jolis froids doux ;

Vivent notre roi-fleuve
Et son joli cours doux ;

Grandeur à toute épreuve
En dessus et dessous ;

Vive notre morue
Et ses jolis flancs doux ;

Notre alose ventrue,
Notre hareng surtout, etc., etc.

14Et voici « l’allure littéraire » que le restaurateur imprime à « Gai, lon, la, joli rosier » :

Que donneriez-vous, belle,
Qu’il fût par nous repris
Et que, — toujours fidèle,
Il fût à vous remis ?...

Je donnerais Versailles,
Paris et Saint-Denis,
La Chine et ses murailles,
Tous les biens réunis,

Venez donc voir, madame,
Votre galant mari.
L’objet de votre flamme
Regardez, le voici.

Aussitôt, elle embrasse
Son bel époux chéri :
Le bonheur a pris place
Dans son cœur attendri.

15Après avoir classé « En roulant ma boule » parmi les stéréotypes, qu’il faut « chanter tels qu’ils sont ou ne pas chanter du tout », l’auteur n’en crée pas moins un remplaçant plus digne à ce « nigaud de fils du roi qui vise un canard et en tue un autre ». Et voici quelques traits de sa peinture :

Le Canadien, brave habitant,
En roulant ma boule,
Vit toujours gai, toujours content.

Bon citoyen, fort bon vivant,
Il s’enrichit en cultivant.

Il est affable, honnête et franc,
Hospitalier, poli, galant.

En affaires il est prudent,
En politique il est ardent.

Sur les ondes il va voguant
Il est superbe en naviguant.

Un petit coup de vin brillant
Le rend d’esprit tout pétillant.

16La chanson de « Malbrough » est mieux respectée que bien d’autres. Elle a pourtant une correction qui en fait une rivale de celle de La Palisse. Au lieu du vieux cliché,

Monsieur Malbrough est mort,
Est mort et enterré.

17On dira désormais :

Malbrough n’est pas en vie,
Car il est décédé.

18Moyennant quoi on chantera « Malbrough » dans les salons.

19Et n’est-ce pas une fatalité que nous ne retrouvions même pas dans ce livre l’intégrité de nos vieux airs ? Les mélodies y sont transcrites à la diable, parfois reproduites tout de travers. A-t-on voulu encore corriger ici ? Je crois plutôt que la bonne dame chargée de cette partie manquait des premiers éléments de la notation musicale. Elle paraît ignorer que les rythmes binaires et ternaires ne peuvent à volonté s’employer l’un pour l’autre ; que les temps forts et faibles y ont leur place déterminée. Et le mélange de tout cela produit une confusion atroce. « Partant pour la Syrie » écrit en mesure à trois temps ! Quand les notes se refusent à entrer dans ces camisoles de force, on s’en tire par des triolets. Ce qu’il y a de triolets fleurissant ces portées est inconcevable. Inconcevable aussi que M. Burke n’ait pas songé à faire réviser ce département par un musicien professionnel.

20J’ai jugé ce volume au point de vue artiste, parce que l’auteur nous y invitait, nous y provoquait. Je n’ai pas amoindri son but excellent, ni l’intérêt possible qu’il conservera pour une portion de notre peuple. S’il est encore, dans nos ateliers ou nos campagnes, des régions encloses où l’âme du seizième siècle se soit conservée absolument vierge, des parcs demeurés hermétiques à toute infiltration moderne, où l’esprit soit resté dans son ignorance native et le goût au niveau des bons vieux âges, ayant le respect, la superstition de toute écriture pour elle-même, ne demandant à la chanson qu’un prétexte à filtrer une exubérance de vie, peut-être y recevra-ton de bon cœur ce nouveau Chansonnier. Et s’il fait chanter ces braves gens, il aura, malgré tout, fait une bonne œuvre.

  • 6 Le 1er juin 1922, Marie Le Franc écrit à Dantin : « En lisant votre dernier article dans La Revue m (...)

21Quant aux « salons », c’est autre chose. Et pourtant, même ici, s’il se trouve des cercles d’élite où la demoiselle, priée de chanter, prélude au piano par quelques triolets sentis, puis entonne d’une voix bien conduite « La belle rencontre » ou « Philomène aux atocas », ma foi, je n’y vois de mal dans aucun domaine excepté celui de l’art. Et vive notre morue6 !

Notes de fin

1 « Critique littéraire », La Revue moderne, vol. 3, n° 7, 15 mai 1922, p. 10-13 ; Poètes de l’Amérique française, t. I, p. 205-221.

2 Chansonnier canadien-français. Recueil de chansons populaires, chansons nouvelles et vieilles chansons restaurées par l’abbé F.-X. Burque (musique par Mme J.-B. Duplain), Québec, Imprimerie nationale, 1921, 283 p. François-Xavier Burque [Dantin écrit : « Burke »] (1851-1923) enseigna la philosophie au Séminaire de Saint-Hyacinthe puis fut curé à Fort Kent dans le Maine (1882-1904). De 1904 à sa mort, il demeura à Québec, pour s’y consacrer à l’écriture. Il publia, en 1906, un recueil en deux volumes intitulé Élévations poétiques. Dantin avait publié l’un de ses poèmes dans Le Petit Messager du Saint-Sacrement.

3 Madame Colette (Colette Lesage), « Les vieilles chansons », La Presse, 4 juin 1913 ; cité dans F.-X. Burque, « Préface », op. cit., p. I : « mode. Leurs mots simples et expressifs, comme s’ils étaient empruntés à la langue des petits enfants, me plaisent à l’égal des poèmes les mieux ciselés et les plus vantés. / / C’est peut-être que les vieilles chansons prennent ».

4 Camille Roy, compte rendu de In thé Heart of Canada par le colonel Wood, La Nouvelle-France, vol. 14, n° 7, juillet 1915, p. 319-320 ; cité dans F.-X. Burque, op. cit., p. XII : « valeur littéraire. [...] / / Mais la [...] l’effet littéraire. Elle s’applique [...] spontanéité quelque sentiment du cœur, [...] quelque souvenir de la petite patrie. Et telle ».

5 Ernest Gagnon (1834-1915), historien, essayiste et musicien. Son recueil de chansons folkloriques annotées, Chansons populaires du Canada (1865), est la pièce maîtresse de son œuvre musicale et littéraire.

6 Le 1er juin 1922, Marie Le Franc écrit à Dantin : « En lisant votre dernier article dans La Revue moderne sur le monsieur — j’allais employer un autre terme — qui veut corriger les vieilles chansons, je me suis félicitée de n’avoir pas à remplir le rôle de critique littéraire. Mais comme vous dites, vive tout de même la morue ! » (ANQ)

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540