Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XIXe siècle

1880 • Oscar Dunn et 1894 • Sylva Clapin

Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada et Dictionnaire canadien-français

Monique Cormier

Texte intégral

Sylva Clapin, Dictionnaire canadien-français ou lexique-glossaire des mots, expressions et locutions ne se trouvant pas dans les dictionnaires courants et dont l’usage appartient surtout aux Canadiens français […], Montréal/Boston, C. O. Beauchemin/Sylva Clapin, 1894. Collections de BAnQ (447.971403 C588d 1894).

1Il y a des ruptures dont les ondes de choc, tel un tsunami, mettent un certain temps à se manifester dans toute leur force. Ainsi, sur le plan de la langue, ce n’est qu’au XIXe siècle, et encore dans la deuxième moitié, que le Canada français semble devoir prendre la pleine mesure de l’effet de la Conquête anglaise de 1759, effet amplifié par une série de secousses parmi lesquelles comptent la Révolution française de 1789, qui l’isole quelque temps de la mère patrie, l’Acte d’Union, qui répond à la rébellion des Patriotes en réunissant le Haut et le Bas-Canada, et enfin, des interrogations sur le français canadien, pour ne pas dire des propos le dénigrant. Cette prise de conscience se traduit par deux grandes positions adverses aux conséquences vitales et formant le cadre d’un long et poignant débat dans lequel vont s’engouffrer les intellectuels avec toutes les nuances dans les positions intermédiaires possibles. La première veut éviter tout risque de contamination, notamment patoisant et anglicisant, par l’adoption de la langue française de l’Île-de-France, la seule digne d’être opposée aux visées assimilatrices du conquérant. La deuxième favorise à certaines conditions une langue française perméable à des régionalismes arrivés avec les colons et à des néologismes respectueux du génie de la langue, reflets de son nouvel environnement nord-américain. Quant aux véritables anglicismes et aux locutions dites « vicieuses », ils sont combattus de toutes parts.

  • 1 Maurice Lemire et Denis Saint-Jacques (dir.), La vie littéraire au Québec, t. IV, 1870-1894, Saint (...)

2Le débat est général et les listes d’expressions à corriger ne manquent pas, mais, nous rapporte La vie littéraire au Québec1, « voilà que le dernier tiers du XIXe siècle voit apparaître, sous la forme d’écrits normatifs, un nouvel objet d’étude : la qualité de la langue de communication au pays. Le volume de ces écrits est exceptionnel : entre 1880 et 1894, en plus d’importants travaux lexicographiques, voient le jour de multiples essais consacrés au sujet et une foule d’écrits journalistiques sur des questions de bon usage. » Dans la société canadienne-française, le temps est venu d’une ouverture décisive sur la langue française d’Amérique.

3Les deux dates ci-dessus correspondent à la parution de travaux lexicographiques majeurs, celui d’Oscar Dunn, qui publie, en 1880, son Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada, et celui de Sylva Clapin, qui publie, en 1894, son Dictionnaire canadien-français ou lexique-glossaire des mots, expressions et locutions ne se trouvant pas dans les dictionnaires courants et dont l’usage appartient surtout aux Canadiens-français. Pour la première fois, deux ouvrages publiés à quelques années de distance posent un regard neuf, au pays, sur le débat en cours, non pas en le dépassionnant, mais plutôt en lui insufflant une dose de réalisme ou de complexité. Ce regard, celui du glossairiste, viendra grossir l’approche descriptive, plus avancée déjà aux États-Unis et en France, et qui prendra désormais une place importante comme composante scientifique de tout débat linguistique raisonné.

4Quel est donc le parcours professionnel de ces deux hommes ? Pourquoi l’histoire retient-elle leur avancée lexicographique.

Oscar Dunn, le défricheur

5Quelques années après la publication de l’ouvrage de Dunn, le premier premier ministre du Québec et aussi l’un des premiers présidents de la Société royale du Canada, P.-J.-O. Chauveau, dans les Mémoires de cette société pour 1885, dira de ce dernier qu’il « était surtout dévoué au culte de sa langue maternelle. C’était sa passion dominante et le secret de toute l’ardeur qu’il avait mise à cette étude, nouvelle chez nous, de notre langage populaire. »

6Né le 14 février 1845, à Côteau-du-Lac, comme nous l’apprend Guy Provost dans le Dictionnaire biographique du Canada, Oscar Dunn est d’ascendance mixte, fils de Marie-Anne Mathilde Beaudet et de William Oscar Dunn, d’origine écossaise, protestant et loyaliste, qui a quitté les États-Unis à la Révolution américaine. Orphelin de mère et de père à l’âge de six ans, le jeune Oscar recevra l’essentiel de sa formation au Séminaire de Saint-Hyacinthe entre 1855 et 1864. De santé fragile, hésitant sur le choix d’une carrière, il entreprend tout de même, au cours de ces années de collège, d’écrire dans le Courrier de Saint-Hyacinthe, où il travaillera après ses études, soit de 1866 à 1868, année où il choisit d’aller parfaire sa formation de journaliste en Europe. De Paris où il séjourne près de un an, il est correspondant pour différents journaux montréalais ou parisiens, comme La Minerve, Le Journal de Paris, L’Univers. Ce séjour lui permet de découvrir la langue française dans un environnement radicalement différent de celui du Québec, c’est-à-dire un environnement où elle est la langue dominante et une langue incarnée et portée par de multiples locuteurs et de fortes institutions éducatives, culturelles et de communications.

7De retour au pays, Oscar Dunn continue d’écrire pour La Minerve et, en avril 1870, il reprend le poste de directeur du Courrier de Saint-Hyacinthe, mais après six mois seulement, le propriétaire du journal doit s’en défaire, ne le trouvant pas suffisamment sensible aux questions religieuses et trop bien disposé envers la République française. Dunn demeure dans l’univers du journalisme, correspondant à divers titres à La Minerve et à L’Opinion publique. En 1874, changement de carrière, il devient copropriétaire de la Revue canadienne de Montréal, mais il abandonne ce poste au bout d’un an. Très intéressé par la politique, Oscar Dunn se présente sans succès deux fois devant les électeurs : en 1872, dans la circonscription de Saint-Hyacinthe, et en 1875, dans celle de Soulanges. Après ce dernier revers, Oscar Dunn quitte Montréal pour Québec où il devient fonctionnaire. Il occupe cet emploi lorsqu’il fait paraître, parmi de nombreux articles et ouvrages, le fameux glossaire pour lequel il est célèbre, en 1880. En 1882, au moment de la création de la Société royale du Canada par le marquis de Lorne − alors gouverneur général −, Oscar Dunn fait partie de la liste des 88 noms qui sont soumis au choix du gouverneur pour la formation de l’Académie des lettres et des sciences humaines. Il fera partie de la liste des 20 premiers sociétaires choisis.

8Oscar Dunn meurt le 15 avril 1885, à Québec, à l’âge de quarante ans.

Le Glossaire

9En 1880, on continue de condamner beaucoup les mauvais emplois, mais pas seulement. L’abbé Napoléon Caron, par exemple, qui fait paraître cette année-là son Petit vocabulaire à l’usage des Canadiens-français, est mû essentiellement par l’ambition d’amener ses concitoyens à développer leur vocabulaire en les invitant à y intégrer la liste de mots qu’il leur présente. L’ouvrage d’Oscar Dunn n’échappe pas non plus à cet environnement correctionnel généralisé dans son Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada, qui paraît la même année. Mais l’histoire le retiendra davantage que le précédent, car il apporte beaucoup plus que le précédent et d’une façon plus nuancée.

10Le Glossaire franco-canadien est, en effet, un recueil de particularismes franco-québécois, qui comprend plus de 1750 entrées. C’est ainsi qu’y sont répertoriés, comme le signale Oscar Dunn, les mots du cru canadien, les locutions bonnes et mauvaises, les mots utilisés par les Canadiens et que l’on trouve dans le patois de quelque province de France, les anglicismes et les expressions vicieuses, les fautes de prononciation dans l’accent canadien ainsi qu’un certain nombre de mots français dont l’usage a été condamné.

11Une langue enracinée. Oscar Dunn a beaucoup réfléchi à l’affirmation de certains écrivains qui qualifient la langue française d’ici de « patois canadien ». La dégénérescence que sous-entend cette affirmation est très dommageable. Oscar Dunn en prend la pleine mesure. Il s’y attaque par l’argumentation dans la préface et par l’approche descriptive dans le corps du glossaire.

  • 2 Maurice Lemire et Denis Saint-Jacques (dir.), La vie littéraire au Québec, t. IV, 1870-1894, Saint (...)

12On l’a vu, Oscar Dunn est allé en France, où il a certainement prêté une oreille attentive à la langue des Parisiens et à celle des Français des régions. Dans la préface de son glossaire, il dresse toute une liste d’ouvrages qu’il a consultés à ce sujet : le Dictionnaire Breton-Français, le Glossaire du Centre de la France, le Glossaire du Patois Normand, le Glossaire de la langue Romane, etc. Aussi, comme il le fait depuis quelques années, réfute-t-il encore une fois, et vertement, la qualification de patois : « Or, il n’y a pas de patois chez nous ; nous parlons le français, et nous le parlons mieux, aux intonations près, que Paris, qui a son argot, mieux que la province, qui a ses patois » (p. XIV). Il va plus loin, selon La vie littéraire au Québec, il « suggère même de légitimer certains termes jugés patoisants en les reliant aux parlers régionaux de France2 », autrement dit, de les intégrer à la langue française.

  • 3 Louis Mercier, « À la découverte des particularismes canadiens et de leur origine : la lexicograph (...)

13Dans un article magistral sur la lexicographie québécoise à l’époque des glossaires, Louis Mercier présente ainsi l’originalité de l’approche descriptive du nouvel ouvrage : « Il ne s’agit plus seulement de partir à la découverte des particularismes canadiens dans le seul but de les dénoncer, mais aussi et d’abord dans celui de les inventorier. » Cette façon de faire « moins stigmatisante » se veut donc « plus curieuse ». Et Louis Mercier d’affirmer qu’« avec Dunn s’amorce la quête de l’origine des particularismes du français canadien3 ».

14C’est précisément cette approche qu’il utilisera pour traiter en termes neutres, entre autres des « mots qui, rejetés par l’Académie, nous sont venus toutefois de France ; ils appartiennent à quelque patois. On trouvera dans ce glossaire le premier relevé qui en ait été fait » (p. XIX). Des mots, rappelons-le, qui sont dénoncés par les puristes aux yeux desquels ils apparaissent comme des « tares ». Grâce à cette nouvelle façon d’appréhender les faits de langue, Dunn transforme, selon l’étude précitée de Louis Mercier, ces mots honnis en « autant de preuves de la fidélité du Canada français à ses origines françaises ». Par exemple, le mot « bers » pour « berceau » : « Ce mot, nous dit Dunn, comme le rappelle Mercier, remonte au 13e siècle ; il n’est plus dans le dict[ionnaire], mais il est généralement usité en Normandie et au Canada. »

15Le droit de nommer les choses. Le plaidoyer d’Oscar Dunn en faveur de la création de mots lorsqu’il n’en existe pas qui traduisent notre réalité se trouve à la fois dans la préface et dans le corps du glossaire. Ainsi, écrit-il dans sa « Préface », « [s]upposons que j’amène un des quarante immortels dans la cabane d’une sucrerie, que je fasse de la tire en son honneur, et que je lui demande comment il appelle cette opération. Le dictionnaire auquel il a collaboré ne lui donnera pas la réponse. Et cependant, il faut un mot pour dire la chose ; mais la France, ignorant la chose, n’a pu nous fournir le mot : nous l’avons donc créé, c’était notre droit » (p. XVIII).

16Et voici ce que l’on peut lire dans le corps du glossaire à l’entrée « sucrerie » : « Lieu où l’on fait le sucre, ou Raffinerie, dit le dict[ionnaire]. Pour nous, c’est une forêt d’érables, avec une ou plusieurs cabanes au milieu et tout le matériel nécessaire à la fabrication du sucre. Ce mot et tous les autres termes techniques de l’industrie du sucre d’érable, tels que Brassin, goudrelle, toque, tire, trempette, entailler, faire couler, sont, pour nous, aussi français que père et mère ; ils sont des premiers que nous ayons appris dans notre enfance. Ils ne sont pas dans le dict[ionnaire], ou si quelques-uns s’y trouvent, ce n’est pas avec l’acception canadienne. Comment la France pouvait-elle nous transmettre la langue d’une industrie qui n’existe pas chez elle, dont elle n’a pas la moindre idée ? N’est-ce pas à nous plutôt de lui fournir cette langue, et ne doit-elle pas en enrichir son dictionnaire ? » (p. 177-178).

17De la même façon que nous pouvons adapter certains termes à notre réalité, comme la définition suivante de « croûte » nous le montre : « Can[adien]. En hiver, le lendemain d’un jour de pluie ou de dégel, la surface de la neige est durcie par le froid ; c’est cette surface que nous appelons croûte. Marcher sur la croûte. Dans le C[en]tre de la Fr[ance], on dit que la terre croûte lorsqu’elle se durcit par suite de la gelée, et on appelle croûte la surface de la terre ainsi gelée. La croûte porte » (p. 52).

18Locutions vicieuses et anglicismes. Dunn chasse les locutions vicieuses et les anglicismes. Par locutions vicieuses, il entend, par exemple, le verbe « acter » pour dire jouer un rôle ou le barbarisme qu’est l’expression « adresser une assemblée ».

19Chasser les anglicismes est un sport dans lequel Oscar Dunn excelle. Il leur donne une bonne place dans son ouvrage, mais, en expert de la question, « il n’en prévient pas moins son lecteur que l’on exagère le nombre de nos anglicismes véritables » et que l’« on met au compte de l’anglais bien des mots, bien des locutions qui nous sont venus directement de Bretagne et de Normandie ou qui appartiennent au vieux langage », rapporte Marcel Juneau (dans l’avant-propos à la reproduction du Glossaire, p. VIII) citant la préface d’Oscar Dunn. Et Dunn de donner l’exemple d’Acertainer, qu’on a cru avoir été formé sur l’anglais To ascertain, alors qu’il s’agit d’un mot encore en usage en Normandie et utilisé par François Ier.

20Réception et pérennité de l’ouvrage. Le Glossaire de Dunn est généralement apprécié tant au Canada qu’en France. Ainsi, si l’écrivain Narcisse-Henri-Édouard Faucher de Saint-Maurice, qualifie le répertoire de « curieux » et rappelle que ce « travail lui a valu [à l’auteur] quelques critiques », le critique français Théodore de Puymaigre estime pour sa part que « M. Oscar Dunn a composé avec beaucoup de soins l’intéressant petit dictionnaire ». L’ouvrage de Dunn est également cité « avec beaucoup d’éloges » dans les études linguistiques du journaliste et critique français Francisque Sarcey. Enfin, ce qui est fort révélateur de l’intérêt que l’ouvrage suscite en France, il figure sur la liste d’acquisitions faites par le Département des imprimés de la Bibliothèque nationale de France en août 1882.

21Au Québec, à la fin du XIXe siècle, le Glossaire fit partie pendant dix ans des livres distribués aux inspecteurs d’écoles pour être donnés en prix, suivant en cela le conseil du Journal de l’Instruction publique en 1881, organe des instituteurs catholiques de la province de Québec, qui, y voyant un puissant outil de correction du langage, encourage « fortement les instituteurs à se procurer ce livre et même à le mettre entre les mains de leurs élèves des classes avancées, en attendant qu’une édition à la portée de toutes les bourses leur permette de le mettre dans les mains de tous les élèves ».

22À sa mort, en 1885, Oscar Dunn était à corriger les épreuves d’une seconde édition revue, corrigée et augmentée de son Glossaire franco-canadien. Narcisse-Henri-Édouard Faucher de Saint-Maurice, alors député de Bellechasse, devait se charger de ce qui restait à faire pour l’impression, mais cette nouvelle édition ne vit jamais le jour. Dans la préface inédite de l’ouvrage, Dunn disait « regretter une foule de mots qui ne sont plus admis mais que l’on retrouve dans les vieux auteurs. C’est le langage que la France a transporté au Canada. » Il est intéressant de constater que, plus près de nous, une reproduction en fac-similé de l’édition originale de 1880, précédée d’un avant-propos et d’une note biographique par Marcel Juneau, parut en 1976 par les soins des Presses de l’Université Laval. Enfin, une autre reproduction en fac-similé fut publiée en 1981, cette fois chez Leméac, dans la collection « Trésors du patrimoine québécois ».

23Par son dictionnaire à paraître bientôt, en 1894, Sylva Clapin consacrera la richesse du filon ouvert par Oscar Dunn.

Sylva Clapin ou l’homme d’action

24Comme l’écrit Hans-Jürgen Lüsenbrink, « Clapin, qui fut lié, à travers des amitiés personnelles, aux réseaux et cercles de sociabilité tissés autour de Louis Fréchette, d’Oscar Dunn, de Jules-Paul Tardivel, de Jean Charbonneau et d’Arthur Buies, a fait partie, à côté de figures comme Edmond de Nevers et Paul-Marc Sauvalle, de ces personnages du Québec traditionnel que l’on pourrait caractériser comme précurseurs de sa modernité ».

25Né le 15 juillet 1853, à Saint-Hyacinthe, Sylva Clapin est le fils de Léocadie Lupien et de Joseph Clapin. Il étudie au Séminaire de Saint-Hyacinthe. À vingt ans, attiré par la marine des États-Unis, il y fera un séjour de deux ans. En 1875, de retour dans sa ville natale, il devient rédacteur au Courrier de Saint-Hyacinthe jusqu’en 1879 et, de 1880 à 1885, il dirigera Le Monde de Montréal. En 1885, il gagne Paris où il est libraire et éditeur. Il y fait paraître La France transatlantique et Le Canada. Après quatre années en France, il revient à Montréal où il agit aussi comme libraire-éditeur.

26En 1892, il émigre à Boston où il poursuit sa carrière dans le commerce du livre. Il est dans cette ville lorsqu’il fait paraître son fameux dictionnaire canadien-français, qu’il coédite avec la Librairie Beauchemin et qui le fait entrer dans l’histoire de la langue, en 1894. En 1896, Sylva Clapin troque le commerce du livre pour la direction de L’Opinion publique de Worcester, au Massachusetts, qu’il assume jusqu’en 1899. Au cours de la guerre hispano-américaine, il se réinscrit dans la marine et obtient une médaille de bravoure. De retour à Ottawa en 1900, il y exerce les métiers de libraire et d’imprimeur jusqu’à ce qu’il devienne, en 1902, traducteur à la Chambre des communes, poste qu’il conservera jusqu’à sa retraite en 1921.

27Au cours de sa carrière, Sylva Clapin aura aussi collaboré à un grand nombre de périodiques, parmi lesquels l’Almanach du Peuple, à qui il sera fidèle pendant plus d’un quart de siècle. Il aura également consacré plusieurs années de sa vie à l’édition canadienne du Larousse illustré et à la mise à jour du Nugent’s Up-to-date.

28Sylva Clapin décède à Ottawa, le 17 février 1928, à Ottawa, à l’âge de soixante-quatorze ans et sept mois.

Le Dictionnaire canadien-français

29Tout se passe comme si Oscar Dunn et Sylva Clapin s’étaient donné le mot, tant il est vrai que ce dernier pousse plus loin, notamment sur le plan purement quantitatif, dans la voie ouverte par le premier, qui a montré notamment que le puriste fait l’impasse sur une partie de la langue à qui il refuse toute légitimité. Sylva Clapin va, lui, donner une chance à tous les mots qu’il répertorie, en en donnant une description sans état d’âme, laissant au lecteur le soin de séparer le bon du mauvais et de décider « ce qu’il y a à prendre et à laisser ». Et ces mots, il y en aura plus de 4 000, accompagnés de nombreuses citations d’auteurs français et canadiens, contre quelque 1 700 pour le Glossaire d’Oscar Dunn.

30La langue française d’un « certain coin d’Amérique ». D’entrée de jeu, Sylva Clapin présente son dictionnaire, esprit et contenu, d’une façon magistrale, plus développée encore que celle d’Oscar Dunn. Il commence simplement en nous donnant la classification des mots qu’on y trouvera et « qui ne se trouvent pas dans les dictionnaires usuels », classification que Georges Straka qualifiera de juste dans l’ensemble, en 1974, en introduction à la reproduction de l’édition originale de 1894.

31Ces mots seront ainsi groupés dans les catégories suivantes. Les « termes “vieux français”, tombés en désuétude en France, et conservés au Canada » avec ou sans modifications. « Les différentes formes particulières à celles des provinces de France, qui ont fourni autrefois les plus forts contingents de colons », notamment la Normandie et la Saintonge, avec ou sans modifications. « Les mots absolument français », ayant au Canada une acception différente du français moderne » […] « conséquence directe du contact avec la population anglaise ». « Les canadianismes proprement dits, c’est-à-dire les nouveaux mots créés de toutes pièces au Canada. » Et enfin les « termes anglais et sauvages, écrits et prononcés tels que dans les langues originelles » ou encore « plus ou moins francisés » (Dictionnaire, p. VII-VIII).

32Mais, rapidement, Clapin s’en prend aux puristes qui « ont entrepris depuis quelque temps une vigoureuse campagne contre ce qu’ils appellent le jargon canadien, à leurs yeux une sorte de caricature du français et un parler tout-à-fait [sic] digne de mépris » (p. VIII). Ils dénoncent leur rêve « de faire du langage des Français d’Amérique, un décalque aussi exact que possible de la langue de la bonne société moderne en France, surtout de celle de la bonne société de Paris » (p. IX). Le juste milieu, voilà ce que prône Clapin, et « que si, d’une part, nous sommes loin – à l’encontre de ce qu’affirment les panégyristes à outrance – de parler la langue de Bossuet et de Fénelon, il ne faut pas non plus, d’autre part, nous couvrir la tête de cendres, et en arriver à la conclusion que le français du Canada n’est plus que de l’iroquois panaché d’anglais » (p. X). « On oublie trop, d’ailleurs, en ces sortes de dissertations, une chose capitale : c’est que le Canada n’est pas la France, et que, quand bien même celle-ci eût continué à posséder son ancienne colonie, une foule d’expressions locales auraient quand même surgi parmi nous, servant ainsi comme de prolongement à la langue-mère venue d’Europe. Qu’on le veuille ou non, la langue d’un peuple est une résultante générale de faune, de flore, de climats différents ; insensiblement les hommes se façonnent là-dessus, en reçoivent le contrecoup jusque dans leur structure intime, jusque dans leurs fibres les plus secrètes. Puis le verbe, enfin, apparaît, le mot typique longtemps cherché, sonore et musical dans le Midi, âpre et bref dans le Nord, et une langue nouvelle, fidèle reflet de la nature ambiante, est maintenant formée, qui roulera désormais son cours ininterrompu » (p. X-XI).

33Pour être bien clair, ce verbe, nous avons le droit strict de le créer au besoin, « c’est-à-dire de greffer sur le vieux tronc de la langue française les jeunes pousses que nous avons en quelque sorte fait surgir de notre sol » (p. XI). Cela dit, Clapin combat lui aussi les expressions vicieuses, en invitant les lecteurs à les reconnaître et à s’en défaire.

34Réception et pérennité de l’ouvrage. Tout comme le Glossaire d’Oscar Dunn, qui selon les mots mêmes de Clapin était devenu un « classique », le Dictionnaire canadien-français recevra un bon accueil comme en font foi plusieurs recensions élogieuses publiées à l’époque. Dans un article publié dans La Minerve du 30 juillet 1894, Louis Fréchette s’empresse d’offrir à l’auteur ses félicitations et espère que ce dictionnaire, qui est « destiné à avoir du succès encore plus en France qu’ici, un livre qui va délecter les lexicographes et les linguistes de tous les pays […] comptera […] parmi les travaux intellectuels les plus utiles et les plus patriotiques de notre génération ».. En octobre 1894, la Revue canadienne fait un accueil chaleureux à l’ouvrage de Sylva Clapin en disant que, « de tous les ouvrages publiés sur le langage canadien-français, celui que M. Clapin offre aujourd’hui au public est de beaucoup le plus complet ». Et l’auteur précise que c’est « un magnifique volume grand in-8 de 388 pages imprimé avec soin sur excellent papier, par la maison Beauchemin, de cette ville ». Broché, son prix est de 4,50 dollars ; relié, toile anglaise, il coûte cinq dollars. Ces montants, il faut le signaler, sont en dollars de 1894 et représentent un montant appréciablement plus élevé en valeur d’aujourd’hui. Quant à La Feuille d’érable, semi-mensuel illustré qui se définit comme un magazine sociologique, littéraire et anecdotique, elle reconnaît, dans son numéro du 10 mai 1896, sous la simple signature de Laurent, que « M. Clapin a fait là une œuvre méritoire, une œuvre qui a du [sic] lui coûter beaucoup de travail et qui ne manque pas d’intérêt et d’utilité pratique ». Mais, jugeant que l’auteur « a forcé la note à plusieurs endroits, qu’il a créé des mots franco-canadiens pour augmenter la taille de son ouvrage », Laurent se promet de relever un jour les petites exagérations qu’il a trouvées.

35L’ouvrage lexicographique de Sylva Clapin a connu un sort quelque peu différent de celui de Dunn, notamment parce qu’il sera réédité dès 1902, huit ans seulement après sa parution, chez chez C.O. Beauchemin & Fils. Enfin, en 1974, les Presses de l’Université Laval en publieront une reproduction intégrale avec un avant-propos du professeur Georges Straka.

Deux aventures linguistiques, un même fondement

36La ville de Saint-Hyacinthe, qui a abrité d’autres intellectuels notables du XIXe siècle, peut s’enorgueillir avec raison d’avoir apporté une contribution remarquable au débat linguistique du Canada français. Oscar Dunn et Sylva Clapin y ont tous les deux étudié et travaillé, le dernier y est né et une rue de la ville porte son nom.

37Comment expliquer cette production à laquelle rien dans leur naissance, leur formation ou leur carrière ne les destinait a priori ? Comment expliquer le rôle qui fut le leur dans le débat linguistique du XIXe siècle ? Leurs biographies révèlent tout de même un champ d’intérêt commun qui a nourri leur intuition, exercé leur jugement critique, stimulé leur goût de l’engagement, voire hébergé leur génie propre, le journalisme. Le journalisme a-t-il tenu un rôle de formateur ? L’historien et journaliste Alfred Duclos De Celles, qui succède à Oscar Dunn à la Société royale, lui rend un hommage posthume dans son discours de réception paru en 1886 dans les Mémoires de la Société royale du Canada. Il y voit lui aussi cette influence pour expliquer ses ambitions politiques : « Il lui semblait que la meilleure préparation à la vie publique était le journalisme, qui, dans les conditions où il pouvait y entrer, le mettrait d’emblée en rapports avec les hommes marquants du pays, lui permettrait d’étudier toutes les questions qui devraient être familières à quiconque aspire aux premiers rôles du théâtre parlementaire. » Mais alors que ses ambitions politiques ont été déçues, son œuvre lexicographique, elle, a fait sa marque. Par ailleurs, dans La Minerve du 30 juillet 1894, Louis Fréchette subodore aussi l’influence formatrice du journalisme dans le cas de Sylva Clapin : « C’est l’œuvre d’un Canadien bien connu dans les Lettres, d’un studieux et d’un bibliophile, qui a vécu longtemps dans nos villes et nos campagnes, et qu’un séjour de plusieurs années à Paris où il s’est occupé de journalisme et de librairie, a dû achever de rendre éminemment apte à la tâche entreprise. »

  • 4 Claude Poirier et Gabrielle Saint-Yves, « La lexicographie du français canadien de 1860 à 1930 : l (...)

38Par-delà leurs origines géographiques communes, Dunn et Clapin ont d’autres traits communs qui ont pu les préparer à leurs travaux lexicographiques. Le journalisme, métier qui, avant l’invention des médias électroniques, travaille essentiellement avec les mots, est, comme le signalent leurs contemporains Fréchette et De Celles, une occupation commune à Dunn et Clapin. Tous deux connaissent la langue anglaise et sont à même d’apprécier comment elle peut influencer, d’une façon ou de l’autre, le français tel qu’il se déploie au Québec. Tous deux ont voyagé, voire séjourné à l’étranger, notamment en France ; cela leur a permis de connaître comment se parle et s’écrit le français dans un environnement où sa présence et sa force sont massives. Tous deux ont pu voir comment le français se situe hors du Québec. Ils sont donc en mesure de saisir toute l’originalité, comme tous les dangers, de la langue française en Amérique du Nord. Hommes de réflexion, l’écriture est leur mode d’action. C’est celui qu’ils choisiront pour traduire leur pensée et apporter les preuves qu’ils jugent nécessaires d’offrir au public sous forme de glossaire ou de dictionnaire. Pour eux, la langue du Canada français est lacunaire par certains côtés, et ils en combattent farouchement les travers, mais fondamentalement, ils sont convaincus que cette « langue est déjà belle4 » et démontre un sens de l’adaptation en sachant répondre aux réalités du continent. Parce qu’ils rallient tout le monde, parce que ceux qui regardent exclusivement vers la France comme ceux qui veulent concilier à la fois la France et l’Amérique y trouvent tous leur compte, leurs ouvrages reçoivent une réception remarquable. Mais au-delà de ces querelles, l’histoire allait retenir d’eux leur effort d’inventaire et l’esprit scientifique dans lequel ils l’on fait, quelque imparfait qu’il ait été aux yeux d’aujourd’hui.

39À l’occasion de l’Exposition universelle de Paris, en 1900, le libraire et éditeur Flavien Granger sera chargé de mettre sur pied un stand de livres canadiens et publiera à cette occasion une liste d’ouvrages parmi lesquels figurent le Glossaire de Dunn et le Dictionnaire de Clapin. Le nouveau siècle perfectionnera sur les plans théorique et pratique leur œuvre. Le Glossaire du parler français au Canada et le Trésor de la langue française poursuivront, en la perfectionnant suivant des critères scientifiques éprouvés, l’étude de l’originalité et du caractère de la langue française du Canada et du Québec élaborée par ces deux grands linguistes amateurs, chasseurs de trésors linguistiques du XIXe siècle.

Bibliographie

Bibliographie

Clapin, Sylva, Dictionnaire canadien-français ou Lexique-glossaire des mots, expressions et locutions ne se trouvant pas dans les dictionnaires courants et dont l’usage appartient surtout aux Canadiens-français, Montréal/Boston, C. O. Beauchemin/Sylva Clapin, 1894, XLVI, 389 p.

Dunn, Oscar, Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada, Québec, A. Côté et Cie, 1880, XXVI, 200 p.

Études

Juneau, Marcel, « Avant-propos », Oscar Dunn, Glossaire franco-canadien, reproduction de l’édition originale de 1880, Québec, Presses de l’Université Laval, p. VII-X.

Lemire, Maurice et Denis Saint-Jacques (dir.), La vie littéraire au Québec, 1870-1894, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, t. IV, 1999, XXII, 669 p.

Lüsebrink, Hans-Jürgen, « Sylva Clapin, médiateur d’encyclopédie. Transferts, adaptations et usages du Larousse illustré au Canada », dans Marie-Pier Luneau, Jean-Dominique Mellot et Sophie Montreuil (dir.), Passeurs d’histoire(s). Figures des relations France-Québec en histoire du livre, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010, p. 165-178.

Mercier, Louis, « À la découverte des particularismes canadiens et de leur origine : la lexicographie québécoise à l’époque des glossaires (1880-1930) », dans Monique C. Cormier et Jean-Claude Boulanger (dir.), Les dictionnaires de la langue française au Québec. De la Nouvelle-France à aujourd’hui, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Paramètres », 2008, p. 61-98.

Poirier, Claude et Gabrielle Saint-Yves, « La lexicographie du français canadien de 1860 à 1930 : les conséquences d’un mythe », Cahiers de lexicologie, vol. 80, no 1, 2002, p. 55-76.

Provost, Guy, « Dunn, Oscar », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. XI, Université Laval et University of Toronto, 2003, consulté le 23 février 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/dunn_oscar_11F.html.

Remysen, Wim et Louis Mercier, « Les prêtres et religieux du Canada français observateurs de la langue et collecteurs de mots », Port Acadie, 24-25-26, 2013-2014, p. 227-257.

Notes

1 Maurice Lemire et Denis Saint-Jacques (dir.), La vie littéraire au Québec, t. IV, 1870-1894, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, p. 304.

2 Maurice Lemire et Denis Saint-Jacques (dir.), La vie littéraire au Québec, t. IV, 1870-1894, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, p. 306.

3 Louis Mercier, « À la découverte des particularismes canadiens et de leur origine : la lexicographie québécoise à l’époque des glossaires », dans Monique C. Cormier et Jean-Claude Boulanger (dir.), Les dictionnaires de la langue française au Québec. De la Nouvelle-France à aujourd’hui, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Paramètres », 2008, p. 63.

4 Claude Poirier et Gabrielle Saint-Yves, « La lexicographie du français canadien de 1860 à 1930 : les conséquences d’un mythe », Cahiers de lexicographie, 80, 1, 2002, p. 67.

Table des illustrations

Légende Sylva Clapin, Dictionnaire canadien-français ou lexique-glossaire des mots, expressions et locutions ne se trouvant pas dans les dictionnaires courants et dont l’usage appartient surtout aux Canadiens français […], Montréal/Boston, C. O. Beauchemin/Sylva Clapin, 1894. Collections de BAnQ (447.971403 C588d 1894).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6839/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

Auteur

Professeure titulaire au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal. Elle est reconnue internationalement pour ses travaux sur l’histoire des dictionnaires, dont la qualité et l’importance lui ont valu de nombreux prix et distinctions. Lauréate du prix Georges-Émile-Lapalme en 2009, elle a notamment été élevée au rang de chevalière de l’Ordre national du Québec en 2011.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre