Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XIXe siècle

1877 • Léon Provancher

Petite faune entomologique du Canada

Raymond Duchesne

Texte intégral

Léon Provancher, Petite faune entomologique du Canada précédée d’un traité élémentaire d’entomologie, Québec, C. Darveau, 1874, vol. I. Collections de BAnQ (240275 CON).

1En 1877 paraît à Québec le plus singulier des ouvrages scientifiques, le premier volume de la Petite faune entomologique du Canada. Ce volume s’ouvre sur un traité élémentaire d’entomologie et ne traite que de l’ordre des coléoptères, l’un des sept ordres du monde des insectes alors connus. Il annonce cependant une suite, la description de toutes les espèces entomologiques du Canada. Inconnu du grand public, l’auteur est un autodidacte qui travaille seul dans sa retraite de Cap-Rouge. En effet, l’abbé Léon Provancher n’appartient ni à l’université, ni à un musée ou à un service scientifique de l’État. En marge des grandes sociétés savantes, et éloigné des capitales scientifiques de l’Europe et de l’Amérique, il ne compte que sur les ressources de sa modeste bibliothèque et sur ses propres collections pour mener à bien l’immense travail de compilation des espèces entomologiques du Canada.

2La publication de cette somme s’étirera sur cinquante ans. Pourtant, Provancher ne chôme pas. Le premier volume est suivi, en 1877, 1878, 1879, de trois fascicules d’Additions et corrections à la faune coléoptérologique de la province de Québec. Le deuxième volume, sur les hyménoptères, les orthoptères et les névroptères, paraît en 1883. Le troisième, qui recense les hémiptères, paraît en 1886. En 1889, Provancher donne au public des Additions et corrections aux hyménoptères. À la mort de l’auteur, en 1892, la « petite » faune compte près de 3 000 pages et comprend la description de plus de mille espèces nouvelles. Finalement, c’est l’abbé Victor-Alphonse Huard, disciple de Provancher, qui publiera en 1929 le dernier volume de la Faune entomologique, consacré aux lépidoptères.

3La Faune entomologique de Provancher, comme tous les ouvrages de taxonomie, est un ouvrage de référence qu’on consulte pour identifier un insecte et n’intéresse qu’un public étroit de naturalistes. Personne n’a probablement jamais lu l’ouvrage en entier, suite interminable de descriptions d’espèces, regroupées par genres et par familles. Au Canada français, les naturalistes sont alors si peu nombreux que le travail proprement taxonomique de Provancher se serait poursuivi dans l’indifférence générale, n’eussent été tout ce qui le précédait ou l’entourait et l’énergie déployée par celui qu’on a surnommé le « Linné canadien ». L’ouvrage de Provancher est la forme sans doute la plus aride, mais aussi la plus achevée d’une œuvre scientifique colossale, qui a embrassé presque toutes les branches et tous les degrés de l’histoire naturelle. Parmi la poignée de naturalistes auxquels le Canada français doit de n’être pas resté étranger au progrès scientifique du XIXe siècle, Provancher vient au premier rang.

Le « Linné canadien »

4Léon Provancher naît le 10 mars 1820 à Bécancour, dans une famille d’agriculteurs. Formé au Séminaire de Nicolet, il est ordonné prêtre en 1844. Débute alors une carrière dans le ministère paroissial qui va le mener de Québec à L’Isle-Verte, en passant par des paroisses de la Beauce. En 1847, il est appelé à la station de quarantaine de la Grosse Île, où il exerce son sacerdoce auprès des immigrants irlandais.

5En 1854, il est nommé curé de Saint-Joachim. C’est là que son intérêt pour l’histoire naturelle s’affirme. En 1857, il publie sous un pseudonyme son premier ouvrage scientifique, un Essai sur les insectes et les maladies qui affectent le blé. Suit un Traité élémentaire de botanique (1858), petit ouvrage scolaire d’une centaine de pages, largement inspiré des manuels américains. Dans la préface du Traité, il annonce son prochain titre : une flore du Canada, ouvrage de compilation qui manque aux botanistes du Canada. Promesse tenue dès 1862 : premier ouvrage du genre publié par un Canadien, la Flore canadienne, ou description de toutes les plantes des forêts, champs, jardins et eaux du Canada, donnant le nom botanique de chacune, ses noms vulgaires français et anglais, etc., comprend deux forts volumes totalisant 800 pages. On y trouve la description de plus de mille plantes vasculaires indigènes, auxquelles Provancher a ajouté 500 descriptions d’espèces cultivées. L’auteur a tiré parti, bien sûr, de ses propres herborisations, mais il a emprunté beaucoup aux auteurs américains. Les gravures ornant la Flore – y compris celle de la couverture où les palmiers et les cactus avoisinent les sapins – proviennent des ouvrages du botaniste américain Asa Gray, sans mention de la source. Cette indélicatesse sera relevée publiquement par Gray lui-même dans une recension de la Flore. Plus grave, les lacunes sont nombreuses et Provancher a pris quelques libertés avec les règles de la nomenclature scientifique, renommant à sa guise des espèces déjà décrites. Devant l’accueil mitigé des savants et du public – il faudra des années pour écouler la Flore –, Provancher abandonne le terrain à ses concurrents, l’abbé Ovide Brunet, professeur de botanique à l’Université Laval, et l’abbé Jean Moyen, du Collège de Montréal.

6L’homme n’est pas à court d’idées. L’année même où paraît la Flore, Provancher est nommé curé de Portneuf. Dans ce nouveau ministère, il crée une pépinière, publie un petit ouvrage d’horticulture, Le Verger canadien, trois fois réédité, lance une compagnie de cabotage avec des paroissiens et des financiers de Québec et, finalement, fonde Le Naturaliste canadien (1868), la première revue scientifique du Canada français et l’une des plus anciennes d’Amérique du Nord. Malheureusement, des querelles répétées avec ses paroissiens et les autorités religieuses, qui avaient débuté à Saint-Joachim pour se poursuivre à Portneuf, finissent par lasser l’archevêque de Québec. En 1869, Provancher est mis à la retraite.

7Provancher n’a que quarante-neuf ans. Il est sans fortune et sans emploi, mais il ne manque ni d’énergie ni d’idées. Il se fixe à Cap-Rouge, où il poursuit la publication du Naturaliste canadien. Pour sa revue, il obtient une subvention du gouvernement provincial. Il publie également des manuels scolaires et de petits ouvrages pratiques destinés aux agriculteurs et aux horticulteurs. En 1875, il devient le rédacteur de la très pieuse Gazette des familles canadiennes et fonde, en 1888, La Semaine religieuse, destinée aux membres du clergé. Il trouve aussi le temps de faire quelques voyages aux États-Unis, en Europe et jusqu’en Terre sainte. Il y guide des pèlerins et publie le compte rendu de ses voyages dans des ouvrages comme De Québec à Jérusalem (1884) et Une excursion aux climats tropicaux (1890).

8L’histoire naturelle demeure toutefois au centre de ses activités. Délaissant la botanique, Provancher se concentre sur l’étude des insectes. C’est dans ce domaine qu’il connaîtra ses plus grands succès scientifiques. Toutefois, ce touche-à-tout ne saurait se limiter à une seule science ni au domaine étroit de la taxonomie. Au fil des ans, Le Naturaliste canadien, sous sa direction et, disons-le, sous sa plume, va couvrir tous les domaines de l’histoire naturelle. À l’occasion, on débordera aussi sur des questions religieuses ou politiques, au grand dam de l’archevêché et de la classe politique.

9Les collaborateurs au Naturaliste sont peu nombreux. Il s’agit souvent de jeunes prêtres, trop jeunes encore pour le ministère paroissial, et auxquels on a confié l’enseignement des sciences naturelles dans un collège ou un séminaire de la province ; par exemple, l’abbé François-Xavier Burque au Séminaire de Saint-Hyacinthe, ou l’abbé Victor-Alphonse Huard au Séminaire de Chicoutimi. Quelques amateurs, comme le docteur Jean-Baptiste Meilleur, qui a été surintendant de l’instruction publique, fournissent aussi des articles. Tribune des naturalistes du Canada français, Le Naturaliste canadien est une monnaie d’échange pour obtenir les publications de musées, d’universités ou de sociétés savantes d’Europe et d’Amérique du Nord. C’est ainsi que Provancher parvient à réunir à Cap-Rouge la bibliothèque scientifique indispensable à ses travaux de vulgarisation et à l’élaboration de son œuvre originale.

10Profitant de ses propres voyages et d’échanges de plus en plus nombreux avec des naturalistes du monde entier, Provancher constitue peu à peu des collections d’envergure. Bien entendu, l’entomologie domine. Chose qui surprend les biologistes d’aujourd’hui et qui scandalisait déjà ceux du XIXe siècle, Provancher accepte de se départir de ses collections, lorsque l’occasion se présente. Il cédera ainsi des collections, moyennant finances, au ministère de l’Agriculture de la province en 1877 et au Collège de Lévis en 1889. À sa mort, plusieurs universités et musées américains offriront d’acheter les collections entomologiques restantes, mais c’est finalement le gouvernement du Québec qui les obtiendra. Comme sa bibliothèque, les collections entomologiques de Provancher sont aujourd’hui conservées à l’Université Laval.

L’entomologiste

11Les débuts de Provancher en entomologie ne sont guère prometteurs. La discipline compte peu d’amateurs au Québec. En 1865, quelques naturalistes de Québec, dont l’abbé Brunet et le peintre Cornélius Krieghoff, ont bien tenté de former une société locale, affiliée à l’Entomological Society of Canada. Dès 1870, la « branche » de Québec a cessé ses activités. Ne trouvant pas d’appui local, Provancher s’adresse à des entomologistes américains. Peu sont disposés à collaborer avec un novice, mais William H. Edwards, un spécialiste des papillons, lui offre ses premières épingles et Spencer F. Baird, secrétaire de la Smithsonian Institution de Washington, lui envoie quelques ouvrages de taxonomie.

12Dès le tout premier numéro du Naturaliste canadien, Provancher publie des descriptions d’espèces nouvelles, celles d’un Urocerus et d’un Nabis. Suivent, en 1872, quelques descriptions d’espèces d’hémiptères, que Provancher donne pour nouvelles. En taxonomie, la première description publiée d’une espèce fait autorité et confère à son auteur le privilège de la nommer. Encore faut-il que ces descriptions soient remarquées par les entomologistes. Les premières contributions de Provancher passent inaperçues, ce qui n’est pas étonnant. Mais en 1876, un spécialiste américain des hyménoptères, Ezra T. Cresson, remarque enfin les descriptions d’Ichneumonidæ que Provancher a publiées dans Le Naturaliste en 1873. Cresson demande à voir les spécimens originaux, les « types », du naturaliste de Cap-Rouge, c’est-à-dire les insectes qui ont servi à l’élaboration des descriptions. Le verdict du spécialiste américain ne se fait pas attendre :

J’ai passé en revue vos Ichneumons et vos Crypti, et j’étudie présentement vos Tryphones. Cependant, je découvre que plusieurs de vos spécimens étiquetés ne correspondent pas du tout à vos descriptions et que vous avez parfois classé dans une même espèce des spécimens très différents. Plusieurs de vos espèces n’appartiennent pas au genre que vous désignez et à plusieurs reprises les noms que vous suggérez sont déjà utilisés. (Notre traduction)

13Un autre entomologiste américain, moins diplomate encore que Cresson, rétorque à Provancher, qui tente de se justifier en disant qu’il travaille sans bibliothèque et sans collection d’envergure, qu’il ne faut pas tenter de fabriquer une montre dans une forge !

14Ces critiques sévères auraient pu décourager bien des novices, mais pas Provancher. À partir de ce premier échange, Cresson et Provancher vont collaborer assidûment à la description des hyménoptères du Canada. L’histoire se répète avec les spécialistes des autres ordres d’insectes. Pour les coléoptères, George Henry Horn, de l’Academy of Natural Sciences de Philadelphie, devient le mentor de Provancher. Osten Sacken guide son travail sur les diptères. H. A. Hagen, du Museum of Comparative Zoology de Harvard, en fait autant pour les névroptères et S. H. Scudder collabore à l’inventaire des orthoptères. Avec de tels guides, les progrès de Provancher sont rapides.

15À compter de 1880, membre de plein droit du cercle des entomologistes les plus connus d’Amérique du Nord, il a un nombre impressionnant de correspondants aux quatre coins du monde. Pour les entomologistes du Canada anglais, il est devenu à son tour un guide, principalement pour l’ordre des hyménoptères.

16Son intérêt est essentiellement taxonomique. Provancher s’intéresse peu à la physiologie ou à l’anatomie comparée des insectes ; guère plus à l’« histoire naturelle » de l’espèce, c’est-à-dire à son cycle de vie, à son comportement ou à son milieu. Il se préoccupe de classer les espèces et les genres, en appliquant les clés systématiques généralement acceptées. Provancher n’est pas un théoricien de la classification non plus.

17Nombre de naturalistes contemporains s’étonnent de la désinvolture avec laquelle Provancher accepte de se séparer des spécimens qui lui ont servi à décrire des espèces nouvelles. On a peu d’exemples, en effet, de naturalistes en pleine carrière se dessaisissant des seuls spécimens qui peuvent établir la valeur, l’originalité et la priorité de leurs descriptions. Plusieurs entomologistes de ce temps et quelques-uns de ceux qui ont étudié depuis l’œuvre de Provancher ont émis l’hypothèse que celui-ci n’était pas complètement conscient, en 1877, lorsque paraît la Petite faune entomologique, de l’importance du concept de type en systématique ou, du moins, qu’il n’était pas un « type-worshipper ». Dans les premières pages de la Petite faune entomologique, Provancher donne bien quelques explications sur les principes de la classification, distinguant la méthode artificielle, fondée sur des caractéristiques arbitrairement choisies, et la méthode naturelle, qui cherche des ressemblances objectives entre les espèces. Mais ces généralités n’éclairent pas la véritable pensée taxonomique du naturaliste de Cap-Rouge.

18Sur cette question, âprement débattue par les taxonomistes qui ont révisé les espèces de Provancher depuis 1892, l’unanimité n’est pas faite. Au terme d’une révision approfondie des Ichneumonidæ, J. R. Barron concluait en 1975 que le naturaliste n’utilisait souvent qu’un seul spécimen pour établir ses nov. spe. La chose faite, il n’attachait plus grande importance à ce spécimen. Cette conclusion diffère de celle de A. B. Gahan et de S. A. Rohwer, qui, après étude des collections conservées à Québec, ont affirmé que Provancher conservait tous ses types et les identifiait comme tels dans ses collections. Même en tenant compte du fait que le concept de type n’était pas encore tout à fait fixé à l’époque, force est d’admettre que les critères et la méthode taxonomiques de Provancher étaient plus relâchés que ceux de la plupart de ses collègues américains ou européens. Malgré tout, approximativement les deux tiers de ses descriptions d’hyménoptères ont survécu jusqu’à aujourd’hui aux critiques des entomologistes et aux révisions incessantes de la nomenclature. C’est une très honnête moyenne.

19D’un volume à l’autre de la Petite faune entomologique, peu de variations sur le fond ou la forme. Même si douze années séparent le premier volume du dernier, la méthode taxonomique et la forme des descriptions d’espèces demeurent sensiblement identiques. On remarque cependant qu’au fil des ans Provancher prend une conscience plus aigüe des problèmes que causent les naturalistes trop pressés de créer des espèces et des genres nouveaux. Sans aller jusqu’à faire amende honorable pour ses propres fautes de débutant, il deviendra beaucoup plus circonspect dans la description d’espèces nouvelles. Et il prendra bien garde de ne jamais imiter ces « systématistes remouleurs et refondeurs » qu’il dénonce dans le troisième volume de la Petite faune, c’est-à-dire ceux qui transforment constamment les clés systématiques. La théorie ne fut jamais son affaire.

20Il y a cependant une question sur laquelle Provancher est demeuré inébranlable : la fixité des espèces. Les premiers pas de Provancher en histoire naturelle coïncident avec la révolution scientifique que déclenche Darwin en publiant, en 1859, L’origine des espèces. Comme ses contemporains, le naturaliste canadien ne peut rester indifférent au débat. Ce n’est pourtant qu’en 1877, dans l’introduction de la Petite faune entomologique, qu’il aborde le sujet. L’attaque est féroce. Au moment de définir l’espèce, Provancher ne peut s’empêcher de stigmatiser « les matérialistes, les athées, les prétendus génies, les cerveaux creux » qui, « marchant sur les traces des philosophes du siècle dernier », ont voulu « se débarrasser de Dieu et le remplacer par des causes purement naturelles ». Or, soutient Provancher, l’espèce, définie par la possibilité de se reproduire qu’ont les êtres qui partagent les mêmes propriétés essentielles, est immuable. « L’espèce n’a donc pu venir d’une autre espèce, conclut-il, comme le veut Darwin, ni de la génération spontanée, comme le voulaient Buffon, Lamarck, Geoffroy Saint-Hilaire, etc. Car si la nature des matérialistes avait la puissance de faire naître spontanément des êtres, qui mettrait des bornes à sa fécondité ? Qui déterminerait leurs modifications ? Il n’y aurait dès lors plus de classification possible. »

21La disparition de toute classification est sans doute une perspective terrifiante pour un taxonomiste comme Provancher, mais son opposition est fondamentalement religieuse. La ligne adoptée dans le premier volume de la Petite faune entomologique ne variera jamais. Dix ans plus tard, dans les pages du Naturaliste canadien, Provancher revient sur le transformisme avec la même intolérance doctrinaire. Le transformisme, décrète-t-il, n’est qu’une théorie « au service de l’orgueil des politiciens matérialistes français, les Bert, les Hugo, les Ferry, les Goblet, les Clémenceau ». Cette théorie est « inséparable de la religion, puisqu’elle sape la base de toute religiosité quelconque ». Et Provancher de conclure par une malédiction : « avant un quart de siècle, cette absurde théorie aura fait son temps et ne sera plus l’apanage que de ces rares dévoyés qui, dans leurs appétits et leurs aspirations, n’ont pas honte de s’assimiler à la brute. » C’est une ligne dont Le Naturaliste canadien ne déviera jamais et Huard maintiendra ce ne varietur longtemps après la disparition de Provancher

1877, annus mirabilis

22La parution du premier volume de la Petite faune entomologique, qui coïncide avec la vente de ses collections, marque un sommet dans la carrière scientifique de Provancher.

23La cession des collections entomologiques au ministère de l’Agriculture cache un dessein plus vaste. L’entomologie économique est en plein essor aux États-Unis et au Canada. En Ontario, la Législature subventionne depuis 1870 les travaux appliqués de l’Entomological Society. Le National Museum of Natural History de Washington fait une large place à l’entomologie économique dès sa fondation. En 1877, le gouvernement américain crée la U.S. Entomological Commission. Les États de New York, de l’Illinois et du Missouri ont déjà à leur service un State Entomologist. Ce mouvement n’est pas passé inaperçu au Québec. Dès 1869, le Conseil de l’agriculture prône la création d’un « musée agricole ». Le projet est bien accueilli par le gouvernement et on commence à rassembler quelques collections en 1875.

24C’est alors que Provancher entre en scène, pour réclamer à son tour la création d’un musée agricole. À sa manière abrupte, il le fait en commençant par attaquer durement l’action du Conseil de l’agriculture. La plupart de ses membres, affirme-t-il, ne sont pas à la hauteur de leur tâche. Il en donne pour preuve que Le Naturaliste canadien ne compte que quatre abonnés parmi les 21 membres du Conseil ! On ne saurait confier un musée agricole à ces dilettantes !

25La suite est plus heureuse. Quelques mois plus tard, il revient à la charge en faisant du projet d’un musée des sciences le thème d’une conférence qu’il présente à l’Institut canadien de Québec, où se réunit l’élite de la capitale. Un musée national pourrait rendre aux agriculteurs d’inestimables services, affirme-t-il. Puis, il assène son meilleur argument : un musée des sciences est la marque d’une nation civilisée. Il en faut un au Canada français !

26Le coup porte. Moins d’un mois après sa conférence, le rédacteur du Naturaliste canadien reçoit d’Ernest Gagnon, secrétaire du Départe ment de l’agriculture, une lettre qui l’invite à faire savoir au premier ministre Boucher de Boucherville « ce qui se fait aux États-Unis » et à lui transmettre des « notes un peu précises sur les rapports entre la Science et l’État chez nos voisins ». Le contact est établi et Provancher ne va pas tarder à en profiter. À l’été de 1876, il visite Philadephie à l’occasion de la Centennial International Exhibition et se renseigne auprès des naturalistes américains sur les musées d’État. Il visite également les salles de l’Academy of Natural Sciences de la ville, un des hauts lieux de l’entomologie américaine. Après quelques nouveaux échanges avec Boucher de Boucherville, on finit par s’entendre, en octobre 1877. Tout d’abord, le Département de l’agriculture achètera la collection entomologique du naturaliste, collection qui formera le noyau d’un musée provincial. Provancher sera nommé « conservateur de la collection ». Le gouvernement lui assurera également les fonds nécessaires à quelques voyages scientifiques. Enfin, il se voit offrir 25 dollars par mois pour sa collaboration au Journal d’Agriculture, à titre de naturaliste et d’assistant-rédacteur.

27À l’automne de 1877, le naturaliste de Cap-Rouge remet ses casiers d’insectes au gouvernement. Auparavant, il en a dressé un catalogue minutieux, qui en révèle la richesse et l’organisation. À la page titre de ce document, écrit de sa propre main en un latin solennel, il se présente comme le « Collectore necnon Curatore » de la collection. Suit la liste des espèces. À la toute dernière page du catalogue, il note :

Collection la plus complète qui existe des insectes de la Province de Québec, ayant une valeur toute particulière en ce qu’elle renferme les types qui ont servi à décrire plus de 200 espèces nouvelles, particulièrement parmi les Ichneumonides, découvertes par l’abbé Provancher, comprenant 2286 espèces et plus de 5000 spécimens, livrée au Département de l’Agriculture.

28Aucune exagération dans cette description : s’il existe au Québec des collections entomologiques plus considérables – celle de l’Université Laval, par exemple, compte en 1878 plus de 13 000 spécimens −, la collection acquise par le gouvernement rassemble le plus grand nombre d’espèces indigènes. On peut même croire que Provancher sous-estime le nombre de types dans la collection. Il se contente d’indiquer « plus de 200 espèces nouvelles », alors qu’il a déjà publié dans Le Naturaliste canadien, entre 1873 à 1877, au-delà de 270 descriptions d’espèces nouvelles d’Ichneumonidæ. À cela, il faudrait ajouter les nov. spe. d’hémiptères et de coléoptères dont les descriptions sont parues dans Le Naturaliste canadien et dans le premier volume de la Petite faune entomologique de 1877.

29Cette année 1877 est l’annus mirabilis de Provancher. Même si sa carrière scientifique se poursuivra jusqu’à sa mort en 1892, le naturaliste atteint là un sommet. Très rapidement, la perspective de travailler dans un musée d’État et de pouvoir faire école va s’évanouir.

30Le musée agricole est à peine installé dans l’édifice de l’Assemblée nationale que le gouvernement de Boucher de Boucherville perd le pouvoir aux mains des Libéraux. L’éditeur du Naturaliste canadien ne compte pas parmi les amis du nouveau gouvernement. Provancher s’est depuis longtemps associé, à la tête de sa publication, à l’aile ultramontaine du Parti conservateur. Au printemps de 1878, quand le premier ministre libéral Joly déclenche des élections, Provancher se lance dans la bataille politique avec tant de fougue que son ordinaire, Mgr Taschereau, doit bientôt lui intimer l’ordre de se taire.

31Un temps suspendue par les libéraux, l’allocation gouvernementale au Naturaliste est rétablie par le gouvernement conservateur, revenu au pouvoir sous Chapleau et son successeur Mousseau. Toutefois, Provancher continue de décocher des flèches à tout ce qui n’est pas franchement ultramontain. Il bataille contre la Gazette des campagnes, pour des erreurs d’histoire naturelle ; tempête souvent contre l’Université Laval, où les ultramontains se plaisent à voir un foyer du libéralisme religieux. Il fait tant et si bien qu’en 1883 le gouvernement Mousseau, exaspéré, annule l’allocation au Naturaliste et retire à Provancher sa charge de conservateur du musée et d’assistant-rédacteur du Journal d’Agriculture. Il ne se trouve pas une voix hors des cercles ultramontains pour protester. Seul Tardivel dénoncera dans La Vérité ce qu’il nommera une « injustice doublée d’une sottise ».

32Le coup est dur, mais n’abat pas l’homme. La même année paraît le deuxième volume de la Petite faune entomologique ; le troisième suivra en 1886, preuve que Provancher poursuit son travail scientifique. Il édite ou réédite quelques ouvrages scientifiques destinés à l’enseignement dans les collèges ou aux agriculteurs, comme son Verger canadien. Il sera même un temps question de le nommer directeur de l’École normale de Québec.

Un héritage scientifique

33On ne le casera jamais. Même si Québec renouvelle un temps son appui au Naturaliste, avant de le suspendre définitivement en 1890, Provancher ne retrouvera ni son poste de conservateur ni aucune autre sinécure. À sa mort, il laisse une œuvre scientifique considérable, mais il n’a pas fait école. À l’écart du monde de l’enseignement et ne fréquentant guère les académies et les salons, polémiste redouté, il est demeuré un franc-tireur. Son unique disciple, l’abbé Huard, fera renaître quelques années plus tard Le Naturaliste canadien et sera un temps le grand pourvoyeur de manuels scientifiques pour les collèges et les séminaires du Québec. Il donnera même, on l’a déjà noté, un dernier volume à la série de la Petite faune entomologique en 1929. Mais Huard n’est pas Provancher. Comme le notait un prêtre du Séminaire de Québec lors de la renaissance du Naturaliste canadien :

Le second numéro du Naturaliste est sorti. Les prévisions se réalisent. M. Huard va faire un journal fort agréable à lire, mais qui n’aura pas la valeur scientifique de l’ancien Naturaliste. Le Père Provancher avait bien des travers, mais sa tête était richement meublée.

34Le compliment était mesuré, mais il avait au moins le mérite de la sincérité. Il aurait pu servir d’épitaphe à l’auteur de la Faune entomologique du Canada.

35Peu populaire en son temps, la Faune entomologique n’a pas gagné de lecteurs au fil des ans. Les entomologistes s’y réfèrent à l’occasion, mais comme Provancher publiait généralement ses descriptions nouvelles dans Le Naturaliste canadien avant de les reprendre dans les volumes et fascicules de la Faune entomologique, la règle de priorité fait en sorte qu’on cite la revue plutôt que l’ouvrage. Peu importe, avec les collections d’insectes conservées à l’Université Laval et les 20 premiers volumes du Naturaliste canadien, la Faune entomologique forme un tout : le remarquable héritage scientifique de l’abbé Léon Provancher.

Bibliographie

Bibliographie

Provancher, Léon, Additions et corrections à la faune coléoptérologique de la province de Québec, fascicules publiés à Québec, chez Darveau, en 1877 (38 p.), 1878 (18 p.) et 1879 (28 p.).

Provancher, Léon, Additions et corrections au volume 2 de la Faune entomologique du Canada traitant des Hyménoptères, Québec, Darveau, 1889, 476 p.

Provancher, Léon, Petite faune entomologique du Canada et particulièrement de la province de Québec, vol. 1, Les Coléoptères, Québec, Darveau, 1877, 785 p.

Provancher, Léon, Petite faune entomologique du Canada et particulièrement de la province de Québec, vol. 2, Les Orthoptères, les Névroptères et les Hyménoptères, Québec, Darveau, 1883, 830 p.

Provancher, Léon, Petite faune entomologique du Canada et particulièrement de la province de Québec, vol. 3, Cinquième ordre : les Hémiptères, Québec, Darveau, 1886, 354 p.

Études

Barron, J. R., « Provancher’s Collection of Insects… », Le Naturaliste canadien, 102, 4, 1975, p. 387-591.

Chartrand, Luc, Raymond Duchesne et Yves Gingras, Histoire des sciences au Québec, nouvelle édition, Montréal, Boréal, 2008, 535 p.

Desmeules, Mélanie, « La contribution entomologique et taxinomique de l’abbé Léon Provancher », Le Naturaliste canadien, 103, 2, 2006, p. 7-15.

Duchesne, Raymond, « La bibliothèque scientifique de l’abbé Léon Provancher », Revue d’histoire de l’Amérique française, 34, 1980-1981, p. 535-556.

Gahan, A. B. et S. A. Rohwer, « Lectotypes of the Species of Hymenoptera (except Apoidea) Described by the Abbé Provancher », The Canadian Entomologist, 49, 1917, p. 298-303.

Huard, abbé Victor-Alphonse, La vie et l’œuvre de l’abbé Provancher, Québec, Garneau, 1926, 509 p.

Table des illustrations

Légende Léon Provancher, Petite faune entomologique du Canada précédée d’un traité élémentaire d’entomologie, Québec, C. Darveau, 1874, vol. I. Collections de BAnQ (240275 CON).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

Auteur

Historien et sociologue des sciences, s’est intéressé tout particulièrement à l’histoire des sciences au Canada, des XIXe et XXe siècles. Il a enseigné à la Télé-Université (Université du Québec).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search