Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XIXe siècle

1871 • Cyprien Tanguay

Dictionnaire généalogique des familles canadiennes-françaises depuis la fondation de la colonie jusqu’à nos jours

Jacques Gagnon

Texte intégral

Cyprien Tanguay, Dictionnaire généalogique des familles canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu’à nos jours, Montréal, Eusèbe Senécal, 1871, vol. I. Collections de BAnQ (929.2097103 T1648d 1871b).

  • 1 Mgr Joseph-Clovis-Kemner Laflamme, « Le Dictionnaire généalogique », Bulletin des recherches histo (...)

1Cyprien Tanguay vit le siècle de la reine Victoria, car il naît en 1819, la même année que la souveraine et il meurt un an après elle, en 1902. Il a dix-huit ans quand éclatent les rébellions du Haut et du Bas-Canada et quand Victoria accède au trône. Rien dans sa généalogie ne prédisposait Cyprien Tanguay à devenir le prince des généalogistes québécois. Son père était un simple maçon de Québec et ses deux grands-pères paternel et maternel, respectivement cultivateur et cordonnier sur la Côte-du-Sud, en aval de Québec. Mais, Mgr Laflamme relate que, dès l’âge de neuf ans, au Séminaire de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, il avait confectionné une « liste de tous les élèves, classe par classe, celle de tous les professeurs, prêtres et séminaristes, en un mot, le personnel complet du collège, peut-être même les domestiques. Sa vocation s’était ainsi affirmée dès le commencement1. »

2En tout état de cause, Cyprien ne passa que trois mois au Collège de Sainte-Anne et il compléta l’ensemble de ses études au Séminaire de Québec, à deux pas de son lieu de naissance, rue Ferland.

  • 2 Honorius Prévost, Le Séminaire de Québec. Documents et biographies, Québec, Publications des archi (...)

3On ne sait pas grand-chose de son cours classique sinon que celui-ci durait alors neuf ans, que les vacances annuelles étaient courtes (six semaines par année) et le programme d’études, étoffé, comme le précise Honorius Prévost : « On enseigne les langues française, anglaise, latine et grecque ; l’Arithmétique et la tenue de livres ; la Géographie ancienne et moderne ; la Mythologie ; l’histoire ancienne et moderne ; la Prosodie latine ; les Belles-lettres ; la Rhétorique ; la Philosophie intellectuelle et morale, les Mathématiques (Algèbre, Géométrie, Trigonométrie rectiligne et sphérique, Sections coniques, etc.), la Physique, la Chimie, l’Architecture, l’Histoire naturelle, le Dessin, la Musique vocale et instrumentale2. »

4C’est à l’âge de douze ou treize ans que le jeune Cyprien en uniforme de séminariste posa pour Antoine Plamondon, qui allait devenir le portraitiste attitré de la bonne société de Québec. Cyprien semble en avoir gardé pour le reste de sa vie le goût des poses avantageuses qui ne laissent pas deviner sa très petite taille.

5À la fin de son cours classique, Cyprien s’oriente vers le grand séminaire ; il assume aussi une charge de professeur de rhétorique dans son alma mater pendant deux ans et il est ordonné prêtre en mai 1843, à vingt-trois ans. Il est alors nommé vicaire à Trois-Pistoles pour six mois, puis à Rimouski pour près de trois années. En octobre 1846, il obtient enfin une cure à Saint-Raymond-de-Portneuf, une paroisse de colonisation où le jeune pasteur cumule successivement les tâches de secrétaire de la commission scolaire, de maître de poste puis d’agent des terres, en plus de desservir une deuxième paroisse, celle de Saint-Basile... Son ministère paroissial s’exerce pendant la plus grande partie du régime de l’Acte d’Union ; il sera vicaire puis curé de 1843 à 1865 dans des paroisses des comtés de Rimouski, Portneuf, Bellechasse et Dorchester, dans des conditions souvent difficiles.

6Début 1862, Tanguay se retrouve dans la petite paroisse de Sainte-Hénédine-de-Dorchester, à 40 kilomètres au sud de Lévis. C’est là qu’il organise peu après son arrivée une campagne en faveur de la protection des registres conservés dans les paroisses et les archives publiques du Canada-Est. Le 27 août 1862, il a reçu la signature de 35 curés au bas d’un Projet à soumettre à l’administrateur de l’archidiocèse de Québec. Le Dictionnaire Généalogique des Familles Canadiennes est dès lors en gestation : « Le moyen qui paraît le plus efficace serait de charger un membre du Clergé de s’occuper activement de ces recherches, de constater toutes les lacunes qui se trouvent dans les Registres des Fabriques et des Archives de la Province, d’obtenir pour chaque Fabrique copie authentique de tout ce qu’il est encore possible de retrouver dans les Archives de la Province et vice versa, de préparer ensuite un Répertoire chronologique et Alphabétique qui serait en trois parties, Baptêmes, Mariages et Sépultures, de faire en outre un Répertoire général de tous les Registres indiquant en tête des noms leur orthographe et leurs variations. Un octroi spécial pour subvenir aux frais de cet important travail serait sollicité dans la prochaine session parlementaire. » (document inédit, Fonds d’archives du Séminaire de Québec, Musée de la civilisation).

7Il se trouve qu’en août 1864 l’ancien député de Rimouski, le docteur Joseph-Charles Taché, est nommé sous-ministre de l’Agriculture et des Statistiques par ses amis conservateurs. Il a bien connu Cyprien Tanguay à Rimouski. C’est ainsi que ce dernier reçoit en date du 13 mars 1865 une lettre de Taché lui annonçant que « le ministre de l’Agriculture ayant été informé du fait que des études et des travaux entrepris par vous, depuis plusieurs années, vous ont acquis des connaissances toutes spéciales sur les statistiques des premiers temps de l’établissement du pays, et ayant l’intention de constituer la statistique canadienne à dater de cette époque, [il] m’a chargé de vous demander l’assistance de vos aptitudes, de votre expérience et de votre travail dans l’exécution du projet que je viens de vous indiquer » (vol. VII, p. X, Dictionnaire Généalogique des Familles Canadiennes). L’abbé n’attendait que l’invitation. Le 22 mars, il avise l’administrateur du diocèse de l’offre du sous-ministre et demande à être relevé de sa cure pour le 30 avril ; il reçoit une réponse positive dès le lendemain. Le curé laisse la place au généalogiste pour les vingt-sept prochaines années.

8Son Dictionnaire lui vaut enfin la reconnaissance publique à laquelle il semble si attaché. Dans la note biographique qu’il a lui-même rédigée et publiée dans son Répertoire général du clergé canadien de 1893, Tanguay mentionne quelques-uns de ses titres : « membre de la Société Royale du Canada ; Docteur-ès-lettres et professeur titulaire de l’Université Laval ; président d’honneur du Conseil Héraldique de France ; membre de la société d’Histoire Diplomatique de France ; prélat romain, et procureur en Amérique, de sa Béatitude le patriarche de Constantinople ». Vanitas vanitatis...

Le livre

9On attribue généralement au sulpicien français François Daniel le premier ouvrage généalogique publié au Québec : Histoire des grandes familles françaises du Canada ou Aperçu sur le chevalier Benoist et quelques familles contemporaines (1867). Il se limite à 18 familles de nobles et de notables et le ton en est apologétique pour ne pas dire hagiographique. Mais auparavant, deux autres clercs se sont intéressés à l’ensemble des registres de leur paroisse. L’abbé Jean-Baptiste-Antoine Ferland fait paraître en 1854 et 1863 ses Notes sur les registres de Notre-Dame de Québec et l’abbé Jean Langevin publie en 1860 et 1863 ses Notes sur les archives de Notre-Dame de Beauport. C’est à ces deux confrères que Cyprien Tanguay se réfère dans le premier volume de son Dictionnaire : « La voie était ouverte : chaque curé aurait pu, et pourrait encore aujourd’hui, en faire autant pour sa paroisse. Nous aurions alors une masse de renseignements utiles, mais qui ne pourraient tenir lieu d’un dictionnaire comme celui que je publie » (vol. I, p. VIII-IX). Dans le dernier volume du Dictionnaire, Tanguay renchérit sur l’originalité de son œuvre, « dont il n’y avait pas de modèle chez aucun peuple [...], une œuvre regardée comme impossible par tant de personnes. La généalogie de toute une nation. Cette œuvre était heureusement possible pour le peuple canadien » (vol. VII, p. V), essentiellement grâce aux registres de baptêmes, mariages et sépultures conservés dans les paroisses catholiques et aux archives provinciales.

10La préparation du Dictionnaire généalogique des familles canadiennes a requis un travail colossal et minutieux, comme en fait foi le matériau de base utilisé par Cyprien Tanguay. Ainsi, au Centre de référence de l’Amérique francophone, rue de la Vieille-Université à Québec, on peut voir six grandes armoires de bois divisées en 50 casiers chacune. Chaque casier contient un carton bourré de fiches généalogiques manuscrites d’environ cinq sur trois pouces. Il s’agit du fichier du dictionnaire Tanguay, l’outil de base utilisé par le généalogiste pour la confection de son grand œuvre. Benjamin Sulte raconte que l’abbé Tanguay avait toujours dans sa poche un paquet de fiches réunies par un élastique sur lesquelles il inscrivait ses découvertes au fur et à mesure de son dépouillement. « Les registres de toute une paroisse sont ainsi relevés en détail et tiennent dans un petit volume qui n’est guère plus gros qu’un livre de prières ordinaire. Il suffit de placer ensuite ces notes dans l’ordre alphabétique. »

11Cyprien Tanguay a calculé avoir compilé pas moins de 122 623 fiches familiales regroupant elles-mêmes une moyenne de 10 actes ou dates pour un total approximatif de 1 226 230 baptêmes, mariages et sépultures. Il a aussi fait le compte des fiches par initiale de noms de famille :

12« Pour recueillir les pièces nécessaires à l’exécution de cet ouvrage, précise Tanguay, il m’a fallu parcourir non seulement la province de Québec, mais encore tout le territoire, qui constituait la Nouvelle-France [...], du golfe Saint-Laurent aux rives du Mississipi [sic], et du golfe du Mexique. Deux fois j’ai visité l’Europe pour compléter, par de nouveaux documents, ceux que je possédais » (vol. VII, p. VI). Son ami l’abbé Hospice-Anthelme Verreau ajoute que Tanguay a aussi mis à profit les recensements du régime français, les greffes de notaires canadiens ainsi que les Archives du dépôt de la Marine à Paris pour compléter ses données.

13Le projet initial de dictionnaire prévoyait trois livraisons : un volume pour la période 1608-1700, trois volumes pour la période 1700-1760 et un nombre non déterminé de volumes pour « 1760 à aujourd’hui ». Finalement, un premier volume de 591 pages couvrant la période 1608-1700 paraît en 1871 chez Eusèbe Senécal, imprimeur-éditeur de Montréal. Il faut attendre ensuite les années 1886-1890 pour que le même éditeur présente les six volumes qui traitent du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe, avec 3 538 pages de données généalogiques supplémentaires, d’ABEL à ZISEUSE. Notons que ceux que l’on désignait alors comme les « Sauvages » se trouvent sous la lettre S des premier et dernier volumes, les esclaves (Noirs et Panis) à la fin du volume III, les « illégitimes » à la fin du volume IV, et la liste des Blancs mariés aux femmes indigènes, à la fin du volume VII.

14Quelques remarques de Tanguay, typiquement victoriennes, peuvent faire sourciller le lecteur du XXIe siècle. Concernant le nombre limité d’illégitimes, le généalogiste mentionne que « les chiffres sont la meilleure preuve que les Canadiens ont su conserver les vertus de leurs ancêtres en dépit de toutes les occasions données au vice, par l’augmentation de la population et du bien-être » (vol. IV, p. 607). Et s’agissant du nombre encore plus restreint de Blancs mariés à des indigènes, il conclut : « Voilà une réfutation des étranges préjugés qui font croire, en certains pays, que la race franco-canadienne est d’origine métisse, sinon presque sauvage » (vol. VII, p. VII).

15Mais attardons-nous plutôt sur la Clef du Dictionnaire généalogique pour apprécier la qualité de la présentation des données généalogiques par Tanguay (vol. I, p. XXXIII). Dans chaque notice, on trouve successivement la date (en caractères gras) et le lieu de mariage du probant, son degré de filiation avec le fondateur de la lignée (en chiffres romains), les nom et prénom du probant, le prénom de son père (précédé d’un crochet), la date et le lieu de sa sépulture (précédé d’un s), le nom et le prénom de sa femme, le prénom du père de celle-ci (précédé d’un crochet), les prénoms de ses enfants, la date et le lieu de leur baptême et, le cas échéant, de leur mariage et de leur sépulture, ainsi que le nom et prénom de leur conjoint(e). Ainsi donc, chaque notice constitue une fiche de famille aussi complète que possible.

  • 3 Jacques Michon, « Senécal, Eusèbe », Dictionnaire biographique du Canada en ligne, www.biographi.c

16Il va sans dire que cette forme de présentation, aussi avantageuse qu’elle soit pour le généalogiste et l’historien de famille, constitue un véritable défi typographique pour l’imprimeur-éditeur. Malgré le fait que tous les évêques du Québec aient recommandé l’achat du Dictionnaire de Tanguay par chaque fabrique et chaque bibliothèque paroissiale de leurs diocèses respectifs, l’entreprise était fort onéreuse et elle explique en partie les difficultés financières d’Eusèbe Senécal et fils dans les années 18903.

17Outre leurs 4 000 pages et plus de données généalogiques, les volumes du Dictionnaire de Tanguay contiennent plusieurs ajouts ; les uns relèvent davantage du traité de généalogie que du dictionnaire, d’autres font carrément dans l’autopromotion de l’auteur. L’Introduction générale porte sur l’utilité du Dictionnaire, sur la noblesse française au Canada et celle proprement canadienne, sur la noblesse des martyrs canadiens et celle des Sauvages, sur les difficultés rencontrées au cours de la réalisation de l’ouvrage, ainsi que la citation d’une « plume amie » (celle de l’abbé Hospice-Anthelme Verreau, principal de l’École normale Jacques-Cartier). Le premier volume comprend aussi un « Aperçu étymologique et historique sur les noms », la Clef du dictionnaire, une « poësie » en hommage à la famille de Joseph-Charles Taché, son arbre généalogique et deux illustrations sur la manière de tracer un tel arbre à partir du Dictionnaire. La partie proprement généalogique est suivie de plusieurs listes en fin de volume (provinces ecclésiastiques et villes de France en 1631 ; paroisses et missions de la province de Québec de 1621 à 1871 ; gouverneurs, intendants, juges, médecins et notaires de la Nouvelle-France de 1608 à 1700 ; seigneuries et personnel des maisons religieuses en 1681). En outre, on joint un fac-similé de la première carte des établissements de la Nouvelle-France dressée par Jean Bourdon en 1641.

18Le deuxième volume inclut une préface de l’éditeur Eusèbe Senécal et fils ; les notes explicatives reprennent le texte de l’abbé Verreau et la Clef du Dictionnaire, et son introduction reproduit les lettres d’appréciation du gouverneur général et des neuf évêques catholiques du Canada ainsi que la bénédiction apostolique du pape Léon XIII. Suit un poème de Louis Fréchette en hommage à Cyprien Tanguay. Au volume IV, on retrouve la lettre de remerciement et de félicitation du gouverneur général et, au volume V, le rappel par les éditeurs du deuxième séjour de Cyprien Tanguay en Europe (1887-1888). L’épilogue du volume VII relate l’aventure de l’entreprise échelonnée sur vingt ans, après quoi Cyprien Tanguay donne l’explication des armoiries et de la devise qu’il s’est données et qui ornent la couverture de son œuvre. Les quatre tableaux qui complètent ce volume sont particulièrement intéressants pour les généalogistes d’hier et d’aujourd’hui : la table alphabétique des noms d’hommes, leurs variantes et surnoms ; la table alphabétique des noms de femmes n’ayant pas fait souche au Canada ; la liste des femmes dont le nom de baptême seul est mentionné ; les noms des Blancs mariés aux femmes indigènes (cités précédemment).

  • 4 Roland-J. Auger, « Dictionnaire généalogique des familles canadiennes de monseigneur Cyprien Tangu (...)
  • 5 Archange Godbout, « Familles venues de La Rochelle en Canada » et « Vieilles familles de France en (...)

19Roland-J. Auger a relevé une quinzaine d’articles faisant l’éloge du Dictionnaire de Tanguay au moment de sa parution, entre 1871 et 18914. Mais, l’ouvrage original de Tanguay n’est pas un travail terminé une fois pour toutes. Il demeure en quelque sorte en croissance. En effet, à partir des années 1920 commencent à paraître des « corrigés » très fragmentaires au Dictionnaire de Tanguay par divers auteurs du Bulletin des recherches historiques (E.-Z. Massicotte, Régis Roy, Lionel Audet-Lapointe, Pierre-Georges Roy, R. La Roque de Roquebrune et Jean-Jacques Lefebvre, entre 1925 et 1952). En 1948, Gérard Malchelosse y va d’une douzaine de pages de corrections dans Les Cahiers des Dix (no 13) et le père Archange Godbout ajoute les siennes pour les patronymes d’ABRANCOURT à BRASSARD dans le Rapport de l’Archiviste de la Province de Québec, entre 1953 et 1965. Son décès nous a privé de la suite de cette entreprise, mais deux travaux posthumes nous en donnent un bon aperçu pour l’ensemble du XVIIe siècle5.

20Le plus important travail de correction reste donc celui de J.-Arthur Leboeuf, Complément au Dictionnaire généalogique Tanguay, publié à la Société généalogique canadienne-française de Montréal entre 1957 et 1964, avec une nouvelle série en 1977. Limités aux mariages du XVIIIe siècle, ces Compléments n’en contiennent pas moins quelque 17 000 entrées.

Le destin et l’influence du livre

21Malgré toutes les corrections qu’il a connues, le Dictionnaire Généalogique des Familles Canadiennes lui-même continue à être fréquemment consulté par les généalogistes, sous différentes formes. En effet, il a fait l’objet d’une réédition américaine en 1969 (Ams Press), québécoise en 1975 (Élysée), cédérom en 2001 (Originis). Et il est maintenant disponible sur Internet dans les collections numériques de Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Mais il est aussi à l’origine d’autres dictionnaires, répertoires et fichiers généalogiques qui vont le compléter et l’améliorer.

22Le premier en date est le Dictionnaire national des Canadiens français (1608-1760), en deux volumes, de l’Institut généalogique Drouin. Initiée en 1917 par l’avocat Joseph Drouin et poursuivie par son fils Gabriel à partir de 1937, cette entreprise commerciale se spécialise dans la confection de généalogies familiales. Inutile de dire que c’est le Dictionnaire de Tanguay qui fournit d’abord la matière première des productions de l’Institut Drouin. Cependant, à la fin des années 1950, l’Institut produit pour ses clients son propre dictionnaire, limité aux mariages du régime français mais de consultation rapide et efficace.

23Sans doute en réaction à cette utilisation mercantile des données de Tanguay, le franciscain Archange Godbout fonde à Montréal, en 1943, la Société généalogique canadienne-française. Suivent en 1961 la création de la Société de généalogie de Québec et, en 1968, celle de la Société de généalogie des Cantons-de-l’Est. Aujourd’hui, la Fédération québécoise des sociétés de généalogie compte près de 70 sociétés membres et bon nombre d’entre elles ont produit et continuent de produire des répertoires de baptêmes, mariages et sépultures concernant les paroisses de leur municipalité, comté ou région. Compte tenu de leur assise territoriale limitée, aucune de ces sociétés n’a cependant rédigé un dictionnaire d’envergure nationale.

  • 6 René Jetté, Traité de généalogie, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1991, p. 229-230.

24À l’instar de Tanguay, certains chercheurs free lance, non rattachés à une société de généalogie, ont néanmoins laissé une œuvre conséquente6.

25Sont dignes de mention les trois dictionnaires régionaux du frère mariste Éloi-Gérard Talbot (à partir de 1941), les nombreux répertoires de l’agronome Benoît Pontbriand et du frère du Sacré-Cœur Dominique Campagna (à partir de 1962) ainsi que les milliers de fiches de mariages du dominicain Antonin Loiselle (colligées surtout dans les années 1950).

26Il faut cependant attendre le Dictionnaire généalogique des familles du Québec des origines à 1730 de René Jetté, publié aux Presses de l’Université de Montréal en 1983, pour enfin trouver un digne successeur au dictionnaire Tanguay. Jetté a pu profiter des données recueillies dans le Répertoire des actes de baptême, mariage, sépulture et des recensements du Québec ancien du Programme de recherche en démographie historique (PRDH) de l’Université de Montréal pour reprendre à zéro le travail de Tanguay. Et en 2002, à la veille de son décès, c’est son collègue du PRDH Bertrand Desjardins qui assure la production en cédérom du Dictionnaire généalogique du Québec ancien des origines à 1765 (chez Gaëtan Morin Éditeur).

  • 7 À commencer par les registres de l’Acadie. À l’égard des Acadiens, les continuateurs de Tanguay on (...)

27C’est donc au dictionnaire de René Jetté (p. IX) que nous laisserons le jugement final quant à l’œuvre de Cyprien Tanguay : « Cette révision, acte par acte, famille par famille, du travail de Tanguay a permis en premier lieu, il importe de le souligner, d’admirer la qualité d’ensemble de l’œuvre dont les imperfections proviennent de facteurs vraisemblablement incontrôlables de la part d’un pionnier : inexpérience, difficultés de lecture, manque de familiarité avec les noms de personne et de lieu qui ne peut s’atténuer qu’avec le dépouillement même des registres, lacunes parfois importantes de ces derniers7 ».

28Mais la généalogie continue à faire de grands progrès au Québec. À l’été de 2013, l’Institut généalogique Drouin (racheté par Jean-Pierre Pepin en 1999) s’associe au PRDH de l’Université de Montréal et au projet BALSAC des universités UQAC, Laval et McGill pour assurer l’indexation complète et la diffusion dans le fichier LAFRANCE des actes d’état civil du Québec au XIXe siècle. L’œuvre de Cyprien Tanguay est enfin parachevée par cette initiative.

29Ajoutons pour conclure que si la généalogie est devenue au Québec une matière d’intérêt pour quelques dizaines d’universitaires – dans le domaine de la recherche, sinon de l’enseignement –, elle reste aussi un loisir scientifique pour des milliers d’amateurs d’histoire familiale. Et les uns comme les autres sont redevables à Cyprien Tanguay de son formidable travail de pionnier.

Bibliographie

Bibliographie

Tanguay, Cyprien, À travers les registres, Montréal, Librairie Saint-Joseph, 1886, VII, 276 p.

Tanguay, Cyprien, Dictionnaire Généalogique des Familles Canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu’à nos jours, vol. I, Depuis 1608 jusqu’à 1700, Province de Québec, Eusèbe Senécal Imprimeur-éditeur, 1871 [d’ABEL à ZAPAGLIA].

Tanguay, Cyprien, Dictionnaire Généalogique des Familles Canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu’à nos jours, vol. II, Montréal (Canada), Eusèbe Senécal et fils, Imprimeurs-éditeurs, 1886 [d’ABEL à CHAPUY].

Tanguay, Cyprien, Dictionnaire Généalogique des Familles Canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu’à nos jours, vol. III, Montréal (Canada), Eusèbe Senécal et fils, Imprimeurs-éditeurs, 1887 [de CHARBONNEAU à EZIÉRO].

Tanguay, Cyprien, Dictionnaire Généalogique des Familles Canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu’à nos jours, vol. IV, Montréal (Canada), Eusèbe Senécal et fils, Imprimeurs-éditeurs, 1887 [de FABAS à JININE].

Tanguay, Cyprien, Dictionnaire Généalogique des Familles Canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu’à nos jours, vol. V, Montréal (Canada), Eusèbe Senécal et fils, Imprimeurs-éditeurs, 1888 [de JOACHIM à MERCIER].

Tanguay, Cyprien, Dictionnaire Généalogique des Familles Canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu’à nos jours, vol. VI, Montréal (Canada), Eusèbe Senécal et fils, Imprimeurs-éditeurs, 1889 [de MERCIN à ROBIDOUX].

Tanguay, Cyprien, Dictionnaire Généalogique des Familles Canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu’à nos jours, vol. VII, Montréal (Canada), Eusèbe Senécal et fils, Imprimeurs-éditeurs, 1890 [de ROBILLARD à ZISEUSE].

Tanguay, Cyprien, Monseigneur De Lauberivière, cinquième évêque de Québec 1739-1740, Documents annotés, Montréal, Eusèbe Senécal et fils, 1885, 159 p.

Tanguay, Cyprien, Répertoire Général du Clergé Canadien par ordre chronologique depuis la fondation de la colonie jusqu’à nos jours, Québec, C. Darveau, Imprimeur-éditeur, 1868, XXIX, 321 p.

Tanguay, Cyprien, Répertoire Général du Clergé Canadien par ordre chronologique depuis la fondation de la colonie jusqu’à nos jours, Montréal, Eusèbe Senécal et fils, Imprimeur, 1893, XIII, 526, XLVI p.

Études

Bélanger, Noël, « Tanguay, Cyprien », Dictionnaire biographique du Canada, vol. XIII, Québec et Toronto, Université Laval et University of Toronto, 1994, p. 1094-1097.

Laurendeau, Adrien, Notes bio-bibliographiques sur Mgr Cyprien Tanguay, Montréal, École de bibliothécaires de l’Université de Montréal, 1949.

Sulte, Benjamin, « L’abbé Tanguay », L’Opinion publique, Journal Illustré, Montréal, vol. 5, no 11, 12 mars 1874, p. 121-122, et no 12, 19 mars 1874, p. 133-134 (collection numérique de BAnQ).

Notes

1 Mgr Joseph-Clovis-Kemner Laflamme, « Le Dictionnaire généalogique », Bulletin des recherches historiques, vol. 8, 1902, p. 238-239.

2 Honorius Prévost, Le Séminaire de Québec. Documents et biographies, Québec, Publications des archives du Séminaire de Québec, 1964, p. 316-317.

3 Jacques Michon, « Senécal, Eusèbe », Dictionnaire biographique du Canada en ligne, www.biographi.ca

4 Roland-J. Auger, « Dictionnaire généalogique des familles canadiennes de monseigneur Cyprien Tanguay », dans Maurice Lemire (dir.), Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, t. 1, 1978, p. 187-189.

5 Archange Godbout, « Familles venues de La Rochelle en Canada » et « Vieilles familles de France en Nouvelle-France », parus respectivement dans les tomes 48 (1970) et 53 (1975) du Rapport des Archives nationales du Québec.

6 René Jetté, Traité de généalogie, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1991, p. 229-230.

7 À commencer par les registres de l’Acadie. À l’égard des Acadiens, les continuateurs de Tanguay ont été successivement Bona Arsenault, Histoire et généalogie des Acadiens, 6 vol., 1978 ; Adrien Bergeron, Le grand arrangement des Acadiens au Québec, 8 vol., 1981 ; Stephen White, Dictionnaire généalogique des familles acadiennes 1636-1714, 2 vol., 1999.

Table des illustrations

Légende Cyprien Tanguay, Dictionnaire généalogique des familles canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu’à nos jours, Montréal, Eusèbe Senécal, 1871, vol. I. Collections de BAnQ (929.2097103 T1648d 1871b).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6834/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6834/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

Auteur

Titulaire d’une maîtrise en science politique de l’Université Laval et ancien élève de la London School of Economics and Political Science. Il a fait carrière dans l’enseignement collégial. Chercheur autonome, il s’est spécialisé en histoire politique. Il a publié aux presses de quatre universités québécoises (Bishop’s, Laval, Sherbrooke et Université du Québec). Il travaille actuellement sur le phénomène de la parenté en politique.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search