Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Les nouveaux livres1

Texte intégral

  • 1 Voir supra, p. 892, n. 1.
  • 2 Jules Tremblay, Trouées dans les navales, Ottawa, Imprimerie Beauregard, 1921, 259 p. Poète, conteu (...)
  • 3 Conte des Lettres de mon moulin (1869) d’Alphonse Daudet.

1Ottawa nous a envoyé Trouées dans les novales2, un volume de « scènes canadiennes » dû à la plume de M. Jules Tremblay. Ces contes, ayant presque tous pour théâtre les Cantons de l’Est, sont d’une intention plutôt légère. Ce sont surtout des narrés d’aventures joyeuses où se croisent des types du cru, gros en lignes et hauts en couleur, dans des cadres tracés avec une vérité exacte. Quelques-uns seulement jettent la note tendre ou tragique. L’invention n’en est pas toujours saisissante. « Saintes langues », « Les significations », « La mort de Kéké », « Le dîner du curé », cela tiendrait, quant à la substance, sur la pointe d’une aiguille. « La poule noire » est moins un récit qu’une charge d’une distinction douteuse. Mais cela vaut par le détail, par l’allure leste et l’entrain. D’ailleurs, les avatars du père Patentane, ce Tartarin-apôtre échoué parmi les « chicots » de Beauval, amènent plus d’un contraste piquant et inattendu. Si la scène du molosse se sauvant avec la relique du grand saint Gérard est un brin irrespectueuse, elle l’est à la façon aimable et bon enfant de « L’élixir du père Gaucher3 », dont personne ne se scandalise. L’auteur a mêlé ici à l’humour sherbrookois la « galéjade » d’Arles ou d’Avignon, et ce mariage est fort réjouissant. Dans la note dramatique, c’est encore une trouvaille que le « Convoi fantôme », — cette grêle tambourinant sur les vitres d’une station télégraphique, avec les signaux du code Morse, une dépêche de mort. Ce qui plaît dans cette prose, c’est, malgré quelques gaucheries, une marche allègre et une tenue française ; puis un vocabulaire très varié, montrant plus d’intimité avec Larousse qu’on n’en rencontre d’habitude, et qui à l’occasion donne au style comme une pointe technique. Si vous saviez, avant d’avoir lu les Trouées, ce que signifie « rioter », « essarte », « lagan », « boqueteau », « croulière », « grisollant », « toron », « accore », « herpes », « drôme », « salvanos », « vaigrages », « déchalement », « biphore », « platin », « s’arrioler », vous êtes plus avancé que moi. Arrive-t-il à l’auteur, une fois ou deux, de se tromper de mot rare ? Je le soupçonnerais à propos de « bruit floche », qui me paraît un contresens ne relevant d’aucun lexique. Il ne faudrait pas, en tout cas, écrire « ululer » avec un « h ». Il serait bon aussi d’éviter des images cocasses comme « remâcher le bagage quotidien des cancans ». L’esprit d’observation, la description nette, exempte de faux lyrisme, la spontanéité, la belle humeur, voilà ce qui rend ces contes parfaitement lisibles et par endroits délectables. Certains tableaux en ont un relief plastique, celui-ci, par exemple, où l’on voit une habitation longtemps négligée renaître à la propreté et à l’ordre :

Tout d’abord le banc des seaux connut la délicatesse d’une attention quotidienne, et personne n’osa l’encombrer et l’inonder. Il fut écuré à la cendre et put mettre à nu sa belle couleur de bois blanc nature. La huche, depuis longtemps noircie par des mains calleuses et par les soirs de fumerie, respira par tous ses pores après un brossage vigoureux suivi d’une grande eau ; et depuis lors la saine odeur du pain de boulange s’imprégna dans tous les coins du vivoir. La table, habituée de longue main à subir des bousculements de vaisselle sur ses panneaux mal peints, fut consolée de se sentir couverte de blancheur carrelée, de tissus lessivés avec minutie. Les catalognes relevaient négligemment leurs bouts, et leurs bords accrochaient les bottes ferrées des gars et les sabots des vieux ; mais ce défaut fut corrigé : les torons de flanelle s’étalèrent de nouveau, unis et braves, devant le poêle à fourneau, sous la grande berceuse très vieille et même à la porte d’entrée, sans une seule fois courir le risque d’être à coup de pieds roulés en masses informes dans les coins. Il fallait voir le miroir se dévoiler au fond des terrines. La ferblanterie, les étains, s’épanouissaient dans leur boîte à deux compartiments, munie d’une cloison à poignée taillée en pleine œuvre, etc.

2Impossible de transmettre plus graphiquement la sensation des choses nettoyées, la senteur saine du savon, la poésie du balai et du récurage. Ce réalisme a son imagination et sa finesse. Il rappelle quelque peu le coup de brosse de l’oncle Zola ; et ce n’est certes pas prêter au conteur un « parent pauvre ».

3Daudet, Zola : oui, ce sont bien les deux affinités de M. Tremblay ; diluées, cela va sans dire, dans sa personnalité propre ; acclimatées de plus au pays de Sherbrooke, où la simplicité franche des types et leur persistante gaieté découragent l’écriture artiste et le pessimisme. M. Tremblay dédie son livre « à ceux qui préfèrent la patrie aux pays du dehors » ; mais il a le bon goût, au moins dans son style, de cultiver les « vieux pays », et, restant canadien, d’être le moins canayen possible. C’est une formule de régionalisme qui en vaut bien d’autres. D’ailleurs ces contes n’ont rien de proprement patriotique ; leur location n’est qu’un détail négligeable ; ils sont de la littérature ayant pris Sherbrooke pour prétexte ; un Japonais peut les aimer ; ils valent ce qu’ils valent, et leur patrie n’a rien à y voir.

***

  • 4 Rodolphe Girard, Ailes cassées, comédie en quatre actes, Ottawa, Le Courrier fédéral, 1921, 23 p. A (...)

4D’Ottawa encore, la comédie des Ailes cassées, par le major Rodolphe Girard4. Comédie, s’entend, à la façon des pièces de Dumas, pas très exhilarante et touchant de près au drame. L’intrigue a pour pivot l’ambitieux avocat Raymond Barsalou, qui sacrifie son amour à sa carrière et qui a lieu de s’en repentir. Il s’était épris d’un ange de pureté et de grâce, Jacqueline, qu’un caprice du destin avait faite modèle d’artiste. Mais la fille rouée d’un certain Sir Léon, Gilberte, grille de l’attacher à son char. Elle aussi est ambitieuse et veut arriver femme de ministre. Sir Léon aussitôt, qui a en main toutes les influences, offre du même coup à Raymond un mandat de député et un mariage. Jacqueline, trahie, s’efface et se désespère en silence. Le nouveau couple, quoique attelé cahin-caha, va très vite sur le chemin des honneurs. Le dernier acte nous montre Barsalou devenu ministre, mais hélas ! conscient du vide de sa vie intime à qui l’amour a toujours manqué. Gilberte, elle, plus finaude, et qui ne veut se passer de rien, trouve très simple d’avoir un amant. Son mari les surprend enlacés un soir de bal officiel : il fait un éclat de tous les diables, et le scandale est tel que sa démission s’impose. Par une coïncidence de commande, Jacqueline, qu’il n’a pas revue, se trouve à point chez lui au moment où sa déchéance le désole ; et par un autre hasard, ahurissant jusqu’à en être providentiel, le téléphone apporte à Raymond, à cette minute même, l’annonce de la mort de sa femme, broyée dans un accident d’automobile. Le rideau tombe sur le mot de Jacqueline : « Ah ! l’infortunée » — et derrière le rideau on perçoit les deux cœurs enfin réunis dansant un entrechat et chantant : Zon, zon, zon ! Cette histoire s’agrémente du flirt éhonté de Sir Léon, qui est un vieux marcheur, avec un régiment de sténographes, et de l’amitié, mêlée de profond respect, de l’artiste Georges Mathieu, et de sa femme, pour Jacqueline, le petit modèle.

5J’ai pour principe bien arrêté de chercher en toute œuvre ce qu’elle peut contenir de distinctif et de louable, mais j’avoue qu’il m’est difficile de prendre ceci au sérieux. De la trame, il y a peu à dire, sinon qu’elle est ancienne, qu’elle a circulé sur les planches un nombre incalculable de fois, qu’elle alimente depuis cent ans la comédie bourgeoise. C’est Le Mariage d’argent, et c’est Denise, et c’est un quart des plus touchants mélodrames. Dans ce dernier remaniement, je la trouve au surplus effroyablement immorale. La vertu peut y rester triomphante, mais le vice n’y est sûrement pas puni. Ce Raymond Barsalou n’a pas même une journée pour se lamenter sur son erreur. L’ancien amour lui est resservi sur un plateau à l’instant même qu’il le regrette. À peine s’est-il cassé les ailes qu’il lui en repousse. C’est d’une veine incroyable et déconcertante. C’est à encourager les pires avocats à délaisser leurs bonnes amies, qu’ils retrouveront fidèles comme de petits chiens dès que leur femme aura été écrasée.

6Mais enfin, l’intrigue usée et invraisemblable eût pu être sauvée par l’exécution. Il n’est art comme la comédie pour accommoder le vieux-neuf, pour créer quelque chose de rien. Ici l’exécution vaut encore moins que l’intrigue. L’action se traîne partout, guindée et factice ; les personnages sont des machines à sentences et à lieux communs ; le dialogue n’offre pas une trace de « langage parlé », celui qu’emploient des êtres humains s’entretenant ensemble. « Plongez-le plus avant dans mon cœur, ce poignard de douleur ; nous ne nous reverrons plus. » — « L’amour, paré des grâces les plus séduisantes et des promesses les plus sincères, te sourit, te convie au festin des heureux. » Vous figurez-vous une conversation pareille ? Quand ce n’est pas le lyrisme exorbitant, c’est le cliché dans toute son horreur : « Le mariage est une chose très grave, que tu sembles traiter un peu à la légère. Songe qu’il y va du bonheur de ta vie. » — « Je te préviens que tes arguments, quelque forts qu’ils puissent être, ne sauraient me convaincre : ma résolution est inébranlable. » Et les impayables naïvetés : « Voilà ma femme qui m’appelle, pour m’embrasser peut-être ? » Jacqueline se montant comme une petite dinde pour un baiser que lui prend l’homme qu’elle aime, presque un fiancé : « Mais vous êtes fou ! j’appelle, je crie : ah ! misérable ! » Et l’autre s’excusant : « Je vous jure que ça été plus fort que moi. » Et les péchés de mots et de syntaxe : « Comme la noirceur était venue » ; — « C’est pour cela que je suis arrêtée aujourd’hui » ; — « Téléphonez à B. s’il veut passer à mon bureau. »

7Vraiment, il y a peu dans les Ailes cassées, et sans vouloir user d’une trop facile plaisanterie, on peut se demander si l’auteur n’eût pas dû acquérir plus à fond la science du théâtre et de ses exigences essentielles avant d’essayer le vol dramatique.

Notes de fin

1 Voir supra, p. 892, n. 1.

2 Jules Tremblay, Trouées dans les navales, Ottawa, Imprimerie Beauregard, 1921, 259 p. Poète, conteur, historien, animateur culturel, journaliste, Jules Tremblay (1879-1927) fut secrétaire de l’École littéraire de Montréal de 1909 à 1912.

3 Conte des Lettres de mon moulin (1869) d’Alphonse Daudet.

4 Rodolphe Girard, Ailes cassées, comédie en quatre actes, Ottawa, Le Courrier fédéral, 1921, 23 p. Après la publication de Marie Calumet (1904), roman jugé immoral et qui fut interdit par les autorités ecclésiastiques, Rodolphe Girard (1879-1956) était devenu fonctionnaire à Ottawa. Il avait aussi publié Rédemption (1906) et L’Algonquine (1910).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540