Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XIXe siècle

1863 • William Logan

The Geology of Canada

Raymond Duchesne

Texte intégral

William Edmund Logan et autres, Report of Progress from its Commencement to 1863, Montréal / Londres / Paris / New York, Dawson Brothers / Ballière, 1865. Collections de BAnQ (M40 COF).

1En 1863, la Commission géologique du Canada fait paraître à Montréal un ouvrage scientifique très attendu et qui sera sans doute l’œuvre scientifique canadienne la plus importante du XIXe siècle. Le titre officiel de cet ouvrage monumental, qui compte plus de mille pages et comprend de nombreuses cartes et gravures, est Report of Progress from Its Commencement to 1863. Très vite, on le désigne plutôt sous son titre abrégé : Geology of Canada. Le premier auteur est William Edmund Logan, directeur de la Commission géologique, mais celui-ci a pris soin d’associer à l’œuvre ses principaux collaborateurs de la Commission géologique.

2Pour l’histoire du livre au Canada, la publication de Geology of Canada est également un événement marquant. Jamais encore on n’avait publié au Canada un ouvrage d’une telle ampleur et d’une telle complexité. Pour satisfaire aux exigences de la Commission, l’éditeur Dawson a dû se procurer des caractères spéciaux, achat couvert en partie par Logan lui-même. Le tirage est impressionnant pour l’époque (on parle de dix mille exemplaires !), ce qui explique pourquoi l’ouvrage est lancé à Londres, Paris et New York en même temps qu’à Montréal. Comme il s’agit d’une publication officielle du gouvernement du Canada-Uni, une version française paraît à la fin de 1865. La même année, Logan donne à la Géologie du Canada son complément indispensable : un Atlas des cartes et des sections des formations géologiques décrites.

3La publication de la Géologie du Canada est un aboutissement et un sommet. Après des années de labeur, Logan et ses collaborateurs ont réussi à donner au public et aux savants une vue d’ensemble des formations géologiques et des ressources minières du Canada. Même s’il s’agit du Canada d’avant la Confédération, le territoire décrit est immense : il s’étend des frontières du Nouveau-Brunswick jusqu’aux rives du lac Supérieur. Cet opus magnum est le fruit de vingt années d’un travail scientifique méticuleux, réalisé dans des conditions que les aléas de la vie politique coloniale et les pressions des promoteurs miniers ont rendu parfois bien difficiles.

Logan et la création de la Commission géologique

4L’intérêt pour la géologie du Canada et les ressources minières remonte aux débuts de la colonisation. Cartier, on s’en souviendra, avait cherché fortune sous le cap Diamant. Cet intérêt se ravive au début du XIXe siècle. Avec les encouragements des entrepreneurs de Québec et de Montréal, des officiers de la Royal Navy ou du corps des Royal Engineers explorent la vallée du Saint-Laurent, la Mauricie et le Saguenay. Ces reconnaissances confortent les espoirs de ceux qui rêvent de découvrir dans le Haut ou le Bas-Canada des gisements de fer, de cuivre et de charbon, éléments indispensables à toute industrialisation. En 1838, lord Durham, qui est lui-même l’un des plus riches entrepreneurs miniers britanniques et un protecteur des sciences, évoque la possibilité de créer un « geological survey », sur le modèle de ceux qui existent déjà en Grande-Bretagne et dans quelques États américains. La fin hâtive de sa mission au Canada met un terme au projet, mais ce n’est que partie remise.

5En 1841, répondant à une pétition conjointe de la Natural History Society of Montreal et de la Literary and Historical Society de Québec, la Chambre d’assemblée du Canada-Uni approuve la création de la Commission géologique du Canada et vote un modeste budget à cette fin. La Natural History Society of Montreal et la Literary and Historical Society of Quebec sont les deux sociétés scientifiques les plus importantes de la colonie, mais que l’on ne s`y trompe pas. Elles comptent dans leurs rangs les hommes d’affaires les plus influents de Montréal et de Québec. Parmi les députés qui ont appuyé la création de la Commission, on remarque Benjamin Holmes, directeur de la Banque de Montréal, et William H. Merritt, le constructeur du canal Welland. La science et l’industrie ont été les deux marraines de la Commission géologique et la chose va déterminer la suite de son histoire.

6À cette Commission, il faut un directeur. On le trouve en la personne de William Logan. Celui-ci est né à Montréal, en 1798. Sa famille, d’origine écossaise, y possède des intérêts commerciaux et immobiliers considérables. On a aussi gardé des liens avec la mère patrie et c’est à Édimbourg que le jeune William fait ses études secondaires. Il commence également des études à l’université de la ville, université réputée pour son enseignement des sciences, mais quitte au bout d’un an pour entrer au service d’un oncle qui possède des intérêts dans des exploitations de cuivre au pays de Galles. Ce travail permet au jeune homme de se familiariser à la fois avec la géologie particulière des terrains cuprifères et carbonifères (le charbon n’est jamais loin des préoccupations des géologues et des entrepreneurs au XIXe siècle) et avec les problèmes d’exploitation. Quelques travaux de cartographie et de stratigraphie, d’une précision peu commune à l’époque, et un article remarqué sur l’origine des couches carbonifères attirent sur lui l’attention de la communauté scientifique britannique. Aussi, en 1842, peut-il réunir à l’appui de sa candidature à la direction de la Commission géologique un nombre impressionnant de savants anglais et américains. Le plus en vue est sir Henry De la Bêche, directeur du Geological Survey de Grande-Bretagne. Facteur déterminant, Logan a également les suffrages des hommes d’affaires de Montréal, grâce à ses liens avec la famille Molson et à son frère James, marchand en vue de la ville.

7La Commission géologique est appelée à devenir la plus importante agence scientifique du Dominion avant la Première Guerre mondiale, préfigurant ce que sera la big science au XXe siècle. Pourtant les débuts sont modestes. Le personnel se réduit à deux personnes, Logan compris, et le budget initial de 1 500 livres sterling suffit à peine aux dépenses d’installation à Montréal. Dès cette époque, Logan prend l’habitude de suppléer de ses propres deniers aux insuffisances du budget octroyé par la législature. À sa mort, la Commission sera encore débitrice de 8 000 dollars envers ses héritiers.

Le dur métier de géologue

8Le manque de moyens alloués par le gouvernement n’empêche pas Logan de se lancer avec énergie dans l’exploration de la géologie du Canada. Dès l’été de 1843, il parcourt la Gaspésie, en particulier la baie des Chaleurs. Dans le but d’identifier des correspondances entre les couches géologiques de la péninsule gaspésienne et les terrains carbonifères (encore le charbon !) du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, il explore également les rives de la baie de Fundy. C’est un travail éreintant. Les moyens de transport modernes sont inexistants et le géologue ne peut pas compter sur des cartes topographiques précises pour ses levées géologiques, comme c’est le cas pour les géologues de Grande-Bretagne ou de France. En fait, il doit être arpenteur, cartographe et géologue tout à la fois. Pas question de forages : il faut s’en tenir à l’observation directe des formations rocheuses qui affleurent. C’est pourquoi le travail se concentre le long des rivières, où l’érosion découvre les roches, et sur les rivages de la baie des Chaleurs. Plus tard, on pourra profiter des excavations réalisées pour les chemins de fer, les ponts, les canaux ou les premières exploitations minières afin de compléter les relevés géologiques. Comme le note Logan lui-même, le géologue de cette époque offre aux habitants du Haut et du Bas-Canada le spectacle inusité d’un homme en redingote qui parcourt la campagne en zigzaguant et qui s’arrête de temps à autre pour casser de petits cailloux qu’il enveloppe ensuite soigneusement dans du papier. Logan affirme être passé souvent à deux doigts d’être interné. Sans doute exagère-t-il, mais cela donne une assez bonne image du métier de géologue au XIXe siècle.

9La campagne de 1843 préfigure ce que sera le travail de Logan et de ses collaborateurs au cours des années suivantes. Dès le retour de la belle saison, les géologues partent en expédition. En 1844, on retourne en Gaspésie. En 1845, Logan commence les premières explorations des formations rocheuses qui s’étendent au nord de Montréal. En 1846, on explore la vallée de l’Outaouais, l’Estrie en 1847 et 1848, Charlevoix en 1849, les bassins de la Chaudière et le Témiscouata en 1850, etc. Le Haut-Canada n’est pas en reste : les géologues de la Commission explorent successivement les formations du lac Supérieur et du lac Huron, où des dépôts de cuivre sont connus depuis bien longtemps. On explore également les environs d’Ottawa et de Kingston, profitant des travaux réalisés pour le canal Rideau. Le portrait de la géologie du Canada émergera peu à peu de ce vaste et patient travail d’observation.

10Le travail ne peut se limiter aux observations in situ. Pour comprendre comment les couches géologiques se sont formées et se sont transformées à travers le temps, le géologue doit connaître la composition chimique des roches. Lorsque celles-ci contiennent des fossiles, il dispose d’un élément supplémentaire pour leur identification et leur classification. Dès 1847, Logan a la chance de compter sur un excellent chimiste, l’Américain Thomas Sterry Hunt. Trouver un paléontologiste compétent s’avère plus difficile. Longtemps, la Commission n’a d’autre choix que de soumettre ses spécimens au professeur James Hall, qui travaille pour le Geological Survey de New York à Albany. Ce n’est qu’en 1857 que le paléontologiste Elkanah Billings se joint à l’équipe de Logan. On retrouvera Hunt et Billings, de même qu’Alexander Murray, le premier adjoint de Logan, parmi les cosignataires de la Géologie du Canada en 1863.

11Au terme de leur toute première saison d’exploration en Gaspésie, Logan et Murray rapportent quelque 70 caisses de spécimens minéralogiques et paléontologiques. Ces spécimens, on travaillera à les identifier et à les classer pendant les mois où la rigueur du climat canadien interdit tout travail de terrain. Ils serviront également à former le musée de la Commission géologique.

La science et la politique dans les deux Canadas

12Logan a vite compris l’importance de présenter au public et aux membres de la législature les résultats concrets du travail des géologues. En mars 1844, il écrit à Murray :

Dans le but de produire de l’effet sur les membres de l’Assemblée, je dois trouver une salle ou un ensemble de locaux pour notre collection. Dans l’organisation de celle-ci, il faut mettre en évidence nos spécimens économiques ; il me semble que de grandes masses feront une plus forte impression que de petits échantillons. On dirait qu’une espèce de règle de trois agit dans l’esprit du profane qui observe des minéraux. Celui-ci semble juger de la valeur de l’échantillon en fonction de ses dimensions. (Notre traduction)

13On ne saurait sous-estimer l’importance de « produire de l’effet » sur les politiciens et le public. Jusqu’en 1877, la Commission n’a pas de statut permanent. Son existence et son budget doivent être renouvelés périodiquement par un acte du Parlement, d’abord tous les deux ans, puis tous les cinq ans. En 1842, beaucoup de parlementaires et d’entrepreneurs ont pensé qu’il suffirait de quelques expéditions bien menées pour connaître la géologie du Canada : une affaire vite bâclée, croyait-on ! D’autres s’inquiètent du caractère trop scientifique et donc peu pratique des travaux de la Commission. Cette inquiétude est avivée quand il devient clair, à la lumière des travaux de Logan, que le sol du Canada-Uni ne recèle pas de gisements de charbon. Sans charbon, comment développera-t-on le Canada ? Et à quoi sert une commission géologique dans un pays sans charbon ? À l’impatience des uns et au désappointement des autres, Logan doit offrir régulièrement explications et consolations. En 1854, par exemple, il a l’occasion d’exposer à un « comité spécial » du Parlement, qui scrute les activités la Commission, sa conception du travail du géologue et du paléontologiste :

L’économie mène à la science, et la science à l’économie. J’ai entendu dire que certaines personnes, devant mon intérêt pour la distribution des fossiles parmi les strates, ont pris le moyen pour la fin et, tout en reconnaissant − à tort – en moi une autorité en la matière, ont supposé que je sacrifiais l’économie à la science. Je ne suis pas un naturaliste. Je n’étudie pas les fossiles pour eux-mêmes, mais je m’en sers. Ce sont des amis qui conduisent le géologue aux richesses de la terre. (Notre traduction)

14Logan s’assure que le musée de la Commission reflète fidèlement cette double nature, scientifique et économique, du travail accompli. À partir de 1850, les expositions universelles et internationales vont lui fournir un autre moyen, plus puissant encore, de mettre la Commission géologique en valeur. Cette année-là, Logan est prié de préparer une collection de minéraux du Canada pour la Great Exhibition of the Works of Industry of All Nations qui doit avoir lieu à Londres en 1851. Tenue sous le patronage du prince Albert, époux de la reine Victoria, l’exposition est une gigantesque foire scientifique, commerciale et industrielle. Le succès est tel que l’exposition de Londres va servir de modèle pour des décennies.

15Les collections minéralogiques de Logan sont remarquées par le public et les juges de Londres. En fait, c’est un tel triomphe que les collections de Logan et de la Commission seront désormais au programme de toutes les participations du Canada aux expositions suivantes. À l’Exposition universelle de Paris, en 1855, Logan et Hunt doivent non seulement assembler les collections de la Commission, mais veiller sur l’ensemble de la contribution du Canada. À cette occasion, ils publient à Paris un bref essai, intitulé Esquisse géologique du Canada, qui contribue au succès de la collection géologique et qui préfigure la Géologie du Canada de 1863. Hunt et Logan profitent également de leur passage à Paris pour présenter des communications devant les sociétés savantes de France. Ils font tant et si bien qu’ils reçoivent des mains de Napoléon III la Légion d’honneur. Pour ne pas être en reste, la reine Victoria anoblit Logan. Il est le troisième Canadien à recevoir un tel honneur. Pour le coup, « sir » William devient un véritable héros national. L’International Exhibition de Londres ramène une nouvelle fois Logan en Europe, en 1862, cette fois à titre de commissaire du Canada. Cette nomination ajoute peu de chose à la célébrité du Canadien le plus décoré et le plus titré de son siècle, mais elle lui permet de mettre en valeur, une fois de plus, la Commission géologique et de préparer le public à la parution de son grand ouvrage, la Géologie du Canada. Bien entendu, Logan ne manque jamais l’occasion d’associer les parlementaires du Canada-Uni aux succès internationaux de la Commission. La London Saturday Review note en avril 1864 ; « [L]es effets de l’appui que reçoit la science dans un pays jeune méritent d’être remarqués » et il faut saluer « la sagesse d’un gouvernement qui sait entreprendre un tel effort » (notre traduction). Pour que ces louanges métropolitaines n’échappent ni aux membres du Parlement, ni au public canadien, elles sont reprises dans le semi-officiel Journal of Education de Toronto.

La corvée des rapports annuels et la Géologie du Canada

16Outre le musée et les expositions, Logan et ses collaborateurs disposent d’un troisième moyen de mettre en évidence leurs travaux scientifiques. Il s’agit des publications de la Commission géologique ; en particulier de ses « rapports annuels ». Ces rapports officiels sont longtemps une source de frustration pour Logan. Pour les parlementaires soucieux de présenter au public des résultats rapides et qui justifient l’allocation de fonds publics, ces rapports semblent une nécessité. Pour Logan, au contraire, ils sont une contrainte et parfois une source d’embarras. Chercheur méticuleux, le directeur de la Commission répugne à présenter au public et à ses pairs scientifiques les résultats de travaux incomplets et des hypothèses hasardeuses sur la géologie canadienne. Logan craint également de divulguer des résultats incertains sur des gisements d’intérêt économique, résultats qui pourraient entraîner spéculations ou investissements prématurés. Les parlementaires n’ont pas de tels scrupules. En 1845, Logan a la surprise de constater que des extraits de quelques lettres qu’il a adressées au ministre responsable de la Commission géologique ont été publiés dans le journal officiel de la législature, dans les deux langues officielles et sous le titre de Rapport des progrès de la Commission géologique pour 1843. En expédiant un exemplaire du document au directeur du Geological Survey of Great Britain, Logan s’excuse du caractère improvisé et répétitif de ses observations. « I wish these annual reports were at the devil », ajoute-t-il, « but it is the fashion on this side of the Atlantic and I cannot help myself. »

17Ces lamentations ne changent rien à la situation : Logan et ses collaborateurs doivent rapidement trouver une solution qui satisfasse à la fois les exigences de la communication scientifique et les attentes d’un public intéressé surtout par des résultats pratiques. Cette solution émerge assez vite : on la trouve ébauchée dès le rapport annuel de 1847. Dans une formule qui sera reprise et développée pour les rapports subséquents, Logan divise ses observations en trois parties. La première sert à décrire, sous une forme narrative, les explorations d’une saison. On trace un portrait de la géographie physique du territoire parcouru, notant les principaux points d’intérêt : cours d’eau, chaînes de montagnes, couvert végétal, potentiel agricole, et ainsi de suite. La deuxième partie est consacrée à la géologie proprement dite. On s’y attarde à la stratigraphie, c’est-à-dire à la succession des terrains géologiques, des plus anciens aux plus récents, et à l’histoire de leur formation ou de leur transformation. Enfin, la dernière partie est consacrée à tout ce qui peut présenter un intérêt économique. On suit une classification scientifique des minéraux, selon leur composition, mais en ajoutant de nombreux détails sur leur exploitation, leur transformation et leurs usages.

18La formule de ces rapports en trois parties ne variera pas, mais au fil du temps, ceux-ci vont s’allonger considérablement. De 30 ou 40 pages, en 1847, les rapports annuels passent à près de 300 pages en 1856. La chose pose un nouveau problème, nouvelle source de frustration pour Logan et les scientifiques de la Commission. Les rapports sont des documents officiels, publiés annuellement dans les Journaux de l’assemblée législative de la province du Canada. Autant dire qu’ils y sont enterrés, échappant à l’attention tant de la communauté scientifique que des entrepreneurs. « But who the devil ever reads a report? » se lamentera Logan.

19L’acte qui reconduisait l’existence et le financement de la Commission venant à échéance en 1855, la législature forme en 1854 un « comité spécial » chargé d’examiner son mandat et ses activités. Comme il l’a fait plusieurs fois déjà, Logan doit rassurer les parlementaires : la Commission fait un travail utile et ne dilapide pas les fonds publics dans de vaines entreprises scientifiques. Ce plaidoyer n’est sans doute pas inutile, mais il n’est plus nécessaire. Dans l’ensemble, les membres du comité spécial de 1854 et les témoins qui comparaissent sont très favorables à la Commission et à Logan. La chose devient évidente à la lecture du rapport du comité. Non seulement recommande-t-on de poursuivre le travail entrepris, pour cinq ans encore, mais on insiste pour que des fonds importants soient désormais alloués à la dissémination des résultats. On suggère la republication, en 20 000 exemplaires, des rapports précédents révisés, accompagnés de cartes géologiques en couleurs − un travail particulièrement difficile pour les imprimeurs du XIXe siècle et donc très coûteux. Les parlementaires vont même jusqu’à recommander l’appropriation de fonds spéciaux pour la publication des descriptions des fossiles canadiens ! On prévoit enfin la distribution des ouvrages scientifiques de la Commission aux universités et collèges du Canada, ainsi qu’aux sociétés savantes des États-Unis et d’Europe.

20Cet ambitieux programme est à l’origine de la publication des nombreux volumes de la série Decades of Canadian Organic Remains. Il engage également Logan et ses collaborateurs dans la longue préparation de la Géologie du Canada, ouvrage qui doit faire la synthèse du travail accompli depuis 1842.

La Géologie du Canada de 1863

21Bien entendu, la préparation de la Géologie du Canada n’interrompt pas les explorations en cours, l’identification des fossiles, les analyses chimiques, les services rendus aux entreprises minières, l’entretien du musée et toutes les autres occupations qui sont l’ordinaire de la Commission. Il faudra donc encore huit ans à Logan et à ses collaborateurs pour compléter l’ouvrage et les nombreuses cartes qui l’accompagnent.

22Le résultat est impressionnant. Enfin, Logan peut-il présenter au public un ouvrage qui donne une vue d’ensemble, cohérente, de la géologie du Canada. Cette somme scientifique répond aux attentes des membres du comité spécial de 1854 et de tous ceux qui espéraient voir le sujet traité dans un ouvrage unique et susceptible de connaître une large circulation. Œuvre de compilation, la Géologie du Canada s’appuie sur les rapports annuels précédents, mais elle prolonge et précise ce qui y était simplement ébauché.

23Dans une longue préface, Logan commence par rappeler les travaux de ses prédécesseurs de la Royal Navy et des Royal Engineers. Il prend également soin de citer les nombreux collaborateurs qui ont participé aux travaux de la Commission géologique depuis 1842, citant à la fois des savants éminents, comme le professeur William Dawson, principal de McGill et paléobotaniste distingué, et de jeunes recrues de la Commission, comme l’ingénieur Robert Bell. Pour la suite, l’ouvrage reprend le modèle des rapports annuels : une première partie, la plus courte, est consacrée à la topographie du Canada ; la suivante traite des formations géologiques et des espèces minéralogiques. La troisième, enfin, est consacrée à la géologie économique.

24Pour la partie proprement géologique, Logan et ses collaborateurs donnent une première vue d’ensemble des formations rocheuses du territoire qui forme le Canada-Uni. Au nord de la vallée du Saint-Laurent et vers l’ouest s’étend une vaste formation de roches métamorphiques, qu’on nommera plus tard le Bouclier canadien. Ces formations qui comptent parmi les plus anciennes de la Terre présenteront aux géologues et aux minéralogistes un formidable défi d’interprétation. Logan identifie une deuxième formation de roches plissées allant des Cantons-de-l’Est à la péninsule de Gaspé. De Montréal aux rives des Grands Lacs, on trouve enfin un vaste ensemble de roches paléozoïques relativement plates, mais traversées par une bande de gneiss et de schistes. À leur tour, chacune de ces grandes régions géologiques est marquée par des formations inusitées ou difficiles à expliquer : le groupe de Trenton, celui de Potsdam, la formation de Chazy, le groupe de Québec, etc. Dans cette dernière formation, des couches géologiques plus anciennes ont été poussées par-dessus des roches plus récentes tout le long d’une faille qui s’étend du lac Champlain jusqu’au détroit de Belle Isle, faille à laquelle on donnera le nom de Logan. Dans la Géologie du Canada, le directeur de la Commission et ses collègues peuvent pour la première fois s’étendre à volonté sur toutes ces curiosités géologiques.

25Un des grands défis de l’heure pour les géologues nord-américains est de trouver des concordances avec les classifications géologiques européennes. Les géologues britanniques, pionniers de la discipline, avaient pris l’habitude de désigner les terrains du nom d’antiques tribus celtes : le Cambrien, le Dévonien, le Silurien. Pour les géologues américains, il n’est pas toujours possible d’établir des correspondances avec le système britannique. Aussi plusieurs proposent-ils leur propre nomenclature, ajoutant à la confusion. Dans la mesure du possible, les géologues canadiens vont tenter de trouver des correspondances avec la nomenclature britannique, puis, par défaut, avec les classifications en vigueur dans les États américains frontaliers. À compter de 1855, toutefois, Logan introduit les termes « huronien » et « laurentien » pour décrire de vastes formations au nord du lac Huron et de part et d’autre de la vallée du Saint-Laurent. Ces termes sont toujours en usage.

26La dernière partie de la Géologie du Canada contient une très longue énumération des richesses du sous-sol canadien, classées par type (phosphate, gypse, pierre propre à la construction, minerais de fer ou de cuivre, etc.), suivies d’indications sur les localités où on les trouve et sur l’exploitation qu’on en fait déjà. On y remarque déjà quelques informations sur les bitumes de la Gaspésie, dépôts appelés à une récurrente célébrité.

Une pierre apportée à la Confédération

27Ouvrage attendu, ouvrage préparé de longue main, la Géologie du Canada reçoit les louanges unanimes du public et de la communauté scientifique, en Amérique du Nord et en Europe. Dans un journal britannique, on peut lire:

No other Colonial Survey has ever yet assumed the same truly national character; and the day may come – if ever the « Imperial Colony » shall claim and obtain independance – when the scientific public of a great land shall regard the name of Logan with the same affectionate interest with which English geologists now regard the names of our great geological map-makers.

28La Géologie du Canada et le travail de la Commission géologique font, bien sûr, honneur à la colonie, mais comme le note l’auteur de cette recension, ils confortent aussi un projet national plus vaste. La fédération des colonies britanniques d’Amérique du Nord est déjà dans l’air. Le regroupement de provinces liées par des intérêts politiques et économiques communs, mais aussi par des intérêts scientifiques partagés, s’impose peu à peu comme une nécessité. L’historienne Suzanne Zeller a bien montré comment des entreprises scientifiques du XIXe siècle, comme la Commission géologique ou le relevé du magnétisme terrestre, ont contribué à l’idée que la « Nature » imposait au Canada ses frontières véritables et que les colonies britanniques d’Amérique du Nord avaient une destinée commune au sein d’un espace à conquérir, à connaître et à exploiter. Même si le grand ouvrage de Logan traite d’un Canada d’avant la Confédération, il fournit l’exemple de ce qu’une organisation comme la Commission géologique pourrait accomplir, d’un océan à l’autre, pour les colonies qui entreraient dans le pacte confédératif. Déjà, Logan avait poussé quelques explorations au-delà des frontières politiques des deux Canadas. On avait également « prêté » des géologues de la Commission au Geological Survey de Terre-Neuve. Le Canada-Uni n’a pas de charbon ? Qu’importe puisqu’on en trouve en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick ! Et que ne va-t-on découvrir dans les étendues encore inexplorées du Canada, à l’ouest de l’Ontario ? Sans jeu de mot, Logan et la géologie apportaient leur pierre à la Confédération.

29Aujourd’hui, on ne lit plus la Géologie du Canada. Une science ne progresse qu’en s’oubliant et, à l’ère de la détection par satellite, les géologues canadiens sourient sans doute un peu s’il leur arrive de penser aux « traverses » solitaires de Logan dans les forêts de la Gaspésie ou de l’Outaouais. Mais le grand œuvre des géologues de la Commission conserve encore une résonance unique pour l’histoire des sciences de ce pays comme pour son histoire politique.

Bibliographie

Bibliographie

Études

Chartrand, Luc, Raymond Duchesne et Yves Gingras, Histoire des sciences au Québec, nouvelle édition, Montréal, Boréal, 2008, 535 p.

Harrington, Bernard J., Life of William E. Logan, Montréal, Dawson, 1883, 432 p.

Shipley, Brian C., « From Field to Fact: William E. Logan and the Geological Survey of Canada », thèse de doctorat, Halifax, Dalhousie University, 2007, 306 p.

Shipley, Brian C., « “I wish these annual reports were at the devil”: William E. Logan and the Publications of the Geological Survey of Canada », dans Fiona Black, Patricia Lockhart et Yvan Lamonde (dir.), History of the Book in Canada, vol. II, 1840-1918, Toronto, University of Toronto Press, 2005, 670 p.

Zaslow, Morris, Reading the Rocks. The Story of the Geological Survey of Canada, 1842-1972, Toronto, Macmillan, 1975, 599 p.

Zeller, Suzanne, Inventing Canada. Early Victorian Science and the Idea of a Transcontinental Nation, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2009, 372 p.

Table des illustrations

Légende William Edmund Logan et autres, Report of Progress from its Commencement to 1863, Montréal / Londres / Paris / New York, Dawson Brothers / Ballière, 1865. Collections de BAnQ (M40 COF).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6828/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

Auteur

Historien et sociologue des sciences, s’est intéressé tout particulièrement à l’histoire des sciences au Canada, des XIXe et XXe siècles. Il a enseigné à la Télé-Université (Université du Québec).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search