Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XIXe siècle

1850 • Étienne Parent

Discours

Louis-Georges Harvey

Texte intégral

Étienne Parent, Discours prononcés par M. É. Parent devant l’Institut canadien de Montréal, Montréal, Lovell et Gibson, 1850. Collections de BAnQ (RES/AD/342).

1La place importante des Discours (1846-1852) d’Étienne Parent dans l’histoire intellectuelle et culturelle du Québec découle du contexte politique et social de l’époque qu’il commente, soit celle de l’Union des deux Canadas qui suit l’échec des rébellions de 1837-1838 et le célèbre rapport de lord Durham, qui propose notamment l’assimilation des Canadiens français. Après s’être opposés à l’Union, les réformistes canadiens-français cherchent à collaborer avec leurs vis-à-vis haut-canadiens afin de s’assurer un certain contrôle des affaires locales, et l’évolution de la politique britannique favorise justement une plus grande autonomie de ses colonies. En effet, la métropole abandonne ses lois mercantiles et adopte une politique de libre-échange, ce qui provoque un réalignement économique des colonies dont les produits ne sont plus protégés sur le marché impérial. Sur la scène internationale, les gouvernements européens, dont celui de la France, vivent une période d’instabilité qui débouchera sur l’année révolutionnaire de 1848. L’effervescence idéologique de ces années au Québec s’alimente de la fondation de plusieurs sociétés littéraires, dont l’Institut canadien de Montréal (1844) sera le plus notoire, notamment en raison de son affrontement avec l’évêque ultramontain de Montréal, Ignace Bourget. Le plus souvent, ces associations tentent de mettre sur pied une bibliothèque et d’assurer l’instruction mutuelle en favorisant la diffusion de l’imprimé. Les sociétés littéraires deviennent aussi des tribunes pour des conférenciers tirés de l’élite locale, et Étienne Parent sera l’un des premiers et l’un des plus célèbres.

Un homme précoce, influent et prudent

2Étienne Parent naît à Beauport le 2 mai 1802 et il deviendra l’aîné d’une famille de 15 enfants. Après des études primaires dans son village natal, il entreprend un cours secondaire au Séminaire de Nicolet en 1814 et y passera cinq ans. Il entre ensuite au Séminaire de Québec où il se fait remarquer pour ses talents d’écrivain et rencontre Auguste Norbert Morin, qui lui propose d’écrire des textes pour Le Canadien. Selon Jean-Charles Falardeau, ses écrits politiques encourent la désapprobation de ses professeurs, et cela aurait pu provoquer son départ du Séminaire avant ses examens terminaux. Le propriétaire du Canadien et son éditeur Flavien Vallerand lui proposent la rédaction du journal en août 1822 à un moment critique de la politique bas-canadienne alors qu’un projet d’union des colonies laurentiennes est proposé à Londres. Parent accepte et devient rédacteur du Canadien à l’âge de vingt ans. Bien qu’il joue un rôle de premier plan lors de la crise politique sur le projet d’union, Le Canadien cesse de publier en 1825 et Parent poursuit sa carrière journalistique en tant que rédacteur de la section française de La Gazette de Québec/Quebec Gazette de John Neilson. Au cours de ces mêmes années, il étudie le droit, travaillant à l’étude de Joseph-Rémi Vallières de Saint-Réal, et de Charles-Eusèbe Casgrain. Reçu au barreau en juin 1829, Parent se marie quelques mois plus tard avec Marie-Mathilde-Henriette Grenier, également de Beauport.

3La réouverture du Canadien en 1831 consacre l’influence grandissante de Parent au sein de l’élite réformiste de la région de Québec. Le Canadien tente de supplanter La Gazette de Neilson dont le rédacteur s’éloignait des politiques du chef patriote, Louis-Joseph Papineau. Parent consacre son journal à la défense des droits des Canadiens français, mission dont il cerne l’importance dans son premier article : « C’est le sort du peuple Canadien d’avoir non seulement à conserver la liberté civile, mais aussi à lutter pour son existence comme peuple [...]. Notre politique, notre but, nos sentiments, nos vœux et nos désirs, c’est de maintenir tout ce qui parmi nous constitue notre existence comme peuple, et comme moyen d’obtenir cette fin de maintenir tous les droits civils et politiques qui sont l’apanage d’un pays anglais [...]. » De sa tribune, Parent fait la promotion du programme des Patriotes et entre ouvertement en conflit avec La Gazette de Neilson et les feuilles torys de la capitale, tel le Mercury. Ainsi, Parent est parmi les plus ardents défenseurs des 92 Résolutions, manifeste patriote adopté en février 1834. Par contre, il prend ses distances de la direction montréalaise du mouvement à partir de 1835, leur reprochant un républicanisme trop axé sur les États-Unis et une politique de confrontation envers les autorités coloniales dont il craint les conséquences. Pour sa part, Parent s’est lui-même rapproché de l’administration coloniale, cumulant les charges et les emplois. D’abord nommé traducteur de la Chambre d’assemblée en 1827, il devient son premier bibliothécaire en 1833, puis greffier de la chambre en 1835.

4De 1835 à 1837, Parent et des collègues modérés de Québec prennent leurs distances par rapport à la direction montréalaise du mouvement patriote et le rédacteur québécois rompt définitivement avec le mouvement au moment de la réaction musclée qu’il organise en réaction aux Résolutions Russell. Parent condamne tant les grandes assemblées organisées par les Patriotes que les gestes politiques posés par l’administration. Les premiers soulèvements dans le district de Montréal à l’automne de 1837 forcent la fermeture du Canadien, qui reprend la publication au début de 1838, son rédacteur prônant la conciliation et la modération. Ses critiques des répressions pratiquées sur les villages frondeurs après la seconde insurrection lui valent toutefois d’être arrêté et écroué à la prison de Québec où son emprisonnement dure près de trois mois, durant lesquels il réussit à faire publier des billets dans Le Canadien en les faisant sortir clandestinement de la prison avec l’aide d’un complice.

5Parent est parmi ceux qui condamnent le Rapport sur les affaires de l’Amérique du Nord britannique de lord Durham et il s’oppose à son projet de réunir les deux provinces et de proscrire le français. Il sera toutefois élu député dans la première législature du Canada-Uni, un poste qu’il n’occupera que pendant quelques années en raison d’une surdité qu’il aurait développée lors de son incarcération. L’administration coloniale le nommera de suite à la fonction publique provinciale en tant que greffier du Conseil législatif, une charge recommandée par le premier gouvernement La Fontaine. À ce titre, Parent devient un fonctionnaire important et il devra suivre le gouvernement de la province qui se déplace au gré des changements de la capitale provinciale. Il vit donc à Kingston, Montréal, Toronto, Québec et enfin Ottawa entre 1844 et sa retraite de la fonction publique en 1872. Il vivra encore deux ans dans la capitale fédérale, jusqu’à sa mort en 1874, après une courte maladie.

Les Discours : libéralisme modéré, modernisme, patriotisme

  • 1 Étienne Parent, Discours, édition critique de Claude Couture et Yvan Lamonde, Montréal, Presses de (...)

6Les conférences dont sont tirés les textes qui forment l’ensemble des Discours d’Étienne Parent sont prononcées sur une période de six ans, entre 1846 et 1852. Comme leurs titres l’indiquent, elles traitent d’une variété de questions, mais toutes s’intéressent à des enjeux critiques pour ce que Parent appelle la nationalité canadienne-française, les plus importants de ces enjeux étant sa conservation et son développement : « L’industrie comme moyen de conserver la nationalité canadienne-française » (22 janvier 1846), « Importance de l’étude de l’économie politique » (19 novembre 1846), « Du travail chez l’homme » (23 septembre 1847), « Considérations sur notre système d’éducation populaire, sur l’éducation en général et sur les moyens législatifs d’y pourvoir » (2 février 1848), et « Du prêtre et du spiritualisme dans leurs rapports avec la société » (17 décembre 1848), sont présentées devant l’Institut canadien de Montréal. Elles seront regroupées sous le titre Discours prononcés par M. É. Parent devant l’Institut canadien de Montréal et publiées par l’imprimerie Lovell et Gibson en 1850. En 1852, Parent amorce un deuxième cycle de « lectures publiques » à Québec, qui consiste en quatre conférences. « De l’importance et des devoirs du commerce » (15 janvier 1852), « De l’intelligence dans ses rapports avec la société, première partie » (22 janvier 1852), et « De l’intelligence dans ses rapports avec la société, deuxième partie » (7 février 1852), sont présentées devant l’Institut canadien de Québec. Enfin, Parent présente « Considérations sur le sort des classes ouvrières » (15 avril 1852) devant la Chambre de lecture de Saint-Roch à Québec. En 1863, les conférences de Québec sont colligées dans La Littérature canadienne de 1850 à 1860. En 1878, les huit conférences de Parent sont enfin regroupées et publiées dans un seul volume par Léger Brousseau et elles seront rééditées par James Huston dans son Répertoire national en 18931.

7Lorsque Parent prend la parole pour la première fois devant l’Institut canadien de Montréal en 1846 pour y prononcer sa conférence sur « L’industrie comme moyen de conserver la nationalité canadienne-française », la lutte pour l’obtention du gouvernement responsable semble presque gagnée, mais les marchands britanniques gardent encore la mainmise sur l’économie et le système politique de la colonie. Dans ce contexte, Parent délaisse le politique pour entretenir son auditoire sur les moyens de surmonter cette situation d’infériorité économique tout en assurant le maintien de la « nationalité canadienne ». Souvent considéré comme une rupture avec les traditions intellectuelles canadiennes-françaises, ce texte de Parent a été associé au modernisme, au libéralisme et à une ouverture sur le commerce et l’industrie. En effet, notant l’encombrement des professions libérales, Parent plaide pour une plus grande participation de la jeunesse canadienne-française au commerce et à l’industrie, des secteurs qui auraient été traditionnellement dédaignés par les élites. Le conférencier n’entreprend pas une critique du système colonial qui favorise les Britanniques, associant plutôt leur succès au penchant « naturel » des Anglo-Saxons pour le commerce. En ce sens, son analyse ne touche pas aux structures économiques et politiques qui encadrent la société canadienne et perpétuent sa dépendance économique, une analyse pourtant courante dans le discours des années 1830. Son plaidoyer pour un renouveau de l’agriculture comme « industrie » susceptible d’enrichir les Canadiens fait également écho aux discours des Patriotes au cours des années 1830 et innove peu sur le plan économique. L’originalité du propos de Parent se situe dans l’arrimage d’un nationalisme de conservation à un plaidoyer pour la création d’une bourgeoisie marchande canadienne-française qui permettrait de « rivaliser » avec celle des « autres nationalités » occupant le territoire bas-canadien. Ainsi, alors que les Patriotes souhaitaient le développement de l’économie locale afin d’accroître l’autonomie de la colonie et permettre un affranchissement graduel de la métropole, Parent cherche plutôt à permettre aux Canadiens français de mieux tirer leur épingle du jeu à l’intérieur du cadre politique et économique imposé par les structures impériales. S’il représente une évolution dans son ouverture au capitalisme commercial et le situe dans un courant libéral plutôt que républicain, le propos de Parent traite d’abord des moyens d’assurer la conservation de la nationalité canadienne-française à l’intérieur des contraintes qui lui ont été imposées. En ce sens, comme il le faisait déjà au milieu des années 1830, Parent écarte l’idée d’un État contrôlé démocratiquement par une majorité canadienne-française et insiste sur l’importance d’assurer la survivance culturelle du groupe canadien-français. Pour Parent donc, la nationalité canadienne-française doit primer sur toute autre considération :

Et voulons-nous ne nous tromper que le moins souvent possible, que l’idée de notre nationalité soit toujours notre phare, notre boussole, notre étoile polaire, au milieu des écueils dont est semée la mer orageuse de la politique. Soyons bien persuadés que ce qu’il y a de plus menacé, de menacé avant tout pour nous, ce n’est pas la liberté politique, qui est pour ainsi dire indigène à ce continent, mais bien notre nationalité. C’est donc de ce côté que doit principalement se tourner notre attention. Lorsque dans un mouvement, dans une démarche quelconque, il y aura clairement à gagner pour notre nationalité, ne nous inquiétons du reste que secondairement.
Notre nationalité pour nous, c’est la maison ; tout le reste n’est que l’accessoire, qui devra nécessairement suivre le principal.

8Le thème de la survivance devient le leitmotiv des conférences de Parent, et chacune de ses interventions, bien qu’elles portent sur des sujets variés, revient ultimement sur l’importance de conserver et de promouvoir la nationalité canadienne-française. Sur ce point, il termine sa dernière conférence en avril de 1852 en revenant sur ce qu’il considère comme le fil conducteur de sa pensée : « Pour moi, ç’a été et ce sera toujours la devise de ma vie. C’est sur un sujet étroitement lié à notre nationalité qu’en 1846, je donnai ma première lecture publique, et toutes celles qui l’ont suivie s’y rattachent d’une manière plus ou moins étroite. Et pendant douze années de journalisme, passées bien agréablement au milieu de vous, j’ai écrit, ayant devant les yeux et dans le cœur aussi, l’épigraphe : “Nos institutions, notre langue et nos lois” » (p. 101-102, 382).

9Il n’en demeure pas moins que la dépendance sociale et économique des Canadiens français représente un fléau auquel il faut s’attaquer. En 1846, Parent écrit : « Dans toutes ces branches nous sommes exploités ; partout nous laissons passer en d’autres mains les richesses de notre propre pays, et partant, le principal élément de puissance sociale. Et la cause de cela, c’est que les hommes que nous mettons en concurrence avec ceux de l’autre origine leur sont inférieurs et sous le rapport de l’instruction et sous celui des capitaux employés » (p. 107). L’instruction représente un moyen privilégié d’avancer la cause des Canadiens dans le contexte colonial. Dans ses deux premières conférences, Parent entend par éducation à la fois la préparation des jeunes pour des carrières dans le commerce et l’industrie et une nouvelle appréciation pour l’économie politique comme matière à étudier dans les collèges canadiens. Selon le conférencier, l’économie politique permettrait de comprendre le monde économique moderne et de mieux adapter les politiques gouvernementales aux conditions particulières d’un pays. Pour sa part, Parent approuve l’évolution de la politique économique de la métropole et appuie sans réserve le libre échangisme qui a cours à Westminster. Le protectionnisme représente un fléau qu’il faut tenter d’éviter, bien qu’il soit acceptable de protéger une industrie naissante ou d’atténuer les effets sociaux du déclin d’un secteur de l’économie. Dans les deux cas, les mesures protectionnistes doivent être temporaires et le libre cours des échanges doit être rétabli le plus tôt possible. Parent recommande à ses auditeurs la lecture d’Adam Smith et se proclame disciple de la doctrine du laisser-faire. En effet, il voit dans la main invisible du marché une loi naturelle aux origines divines.

10Si l’on devine que Parent réservait l’étude de l’économie politique aux fils de l’élite, il ratisse plus large sur la question de la réforme du système d’instruction publique et propose sa refonte fondamentale afin d’assurer que la nation aura une élite et une main-d’œuvre bien adaptées aux nouvelles réalités sociales et économiques. Parent préconise un système scolaire centralisé et financé par un système d’impôts progressifs qui permettrait de pallier les difficultés d’établir des écoles dans certaines régions rurales plus pauvres. La réforme de l’éducation qu’il propose devrait permettre à tous les enfants qui démontreraient du mérite d’avancer jusqu’aux collèges. Ainsi, elle privilégierait la création d’une aristocratie de l’intelligence qui mènerait les affaires du pays et veillerait sur le destin de la nation. L’école inculquerait également l’amour du travail aux élèves et donc à la société entière. Ici, le discours de Parent, étalé dans les conférences sur le système scolaire (1848) et sur l’intelligence dans la société (1852), souligne l’importance de transmettre des valeurs libérales et manifestement modernes à l’ensemble de la population. Il comprend que les Canadiens français devront abandonner certaines mentalités traditionnelles, qu’il associe aux anciennes familles nobles et à certaines familles de la bourgeoisie canadienne où l’amour du travail n’est pas bien implanté. Sur cette question, Parent se fait moralisant, reliant l’amour du travail à l’amour de Dieu. Paradoxalement, la conservation de la nation passe ici par l’assimilation de certaines nouvelles valeurs associées au capitalisme et le plus souvent, même dans les écrits de Parent, aux Anglo-Saxons.

11Malgré l’expression d’un certain modernisme libéral, il reste que Parent ne souhaite pas trop déstabiliser les assises sociales et morales de la nation. Dans sa conférence sur la place du clergé dans le monde temporel et spirituel, il défend vigoureusement le droit des clercs d’influencer l’opinion publique et celles des hommes politiques sans pour autant intervenir sur la place publique sur des questions purement civiles. Le journaliste Parent va même jusqu’à comparer le rôle de surveillance du clergé à celui des journaux : « Ainsi, tandis que la presse, d’un côté, tiendra la société en éveil à l’endroit des intérêts matériels, le prêtre, de l’autre, l’empêchera de mettre en oubli les choses spirituelles… » Le clergé « national », qui a déjà joué un rôle prépondérant dans la conservation de la nationalité canadienne-française est aussi appelé à veiller sur le destin de la nation par son influence spirituelle sur les affaires publiques. Il devient donc un aspect incontournable de la société moderne, temporisant l’individualisme naturel et sain des acteurs civils afin de protéger la collectivité : « L’Église doit être comme l’âme, la raison de la société, l’État comme le corps, les sens. L’homme politique sera d’abord de sa nature homme de parti, le prêtre sera plutôt national. » Parent attribue aussi au clergé un rôle primordial dans la prise en charge des éléments les plus faibles de la société. En ceci, il anticipe dans un discours de 1848 la place prépondérante que prendra l’appareil institutionnel catholique à la fin du XIXe siècle en matière de santé et d’assistance sociale, une composante très particulière du modernisme libéral tel qu’il s’édifie au Québec (p. 244, 259).

12Tempéré par le respect des particularités nationales, le libéralisme de l’ancien journaliste patriote se révèle méfiant à l’égard de la démocratie. Parent juge peu concluantes les expériences de gouvernement démocratique dans la France républicaine et les États-Unis et s’acharne sur les horreurs de la Terreur dans le premier cas et sur celles de l’esclavage dans le second. Dans les deux républiques, un excès de démocratie aurait fragilisé la société. Pour Parent, il est clair que « les masses » ne peuvent se gouverner : « La souveraineté des masses, c’est la souveraineté des instincts aveugles, instincts bons et généreux quelquefois, mais toujours irraisonnés, et n’ayant d’autre loi que celle de la force brutale, et cette souveraineté ne peut régner ailleurs que dans le chaos, comme elle régnait sur l’abîme, avant que l’esprit de Dieu y eût pénétré, et en eût fait sortir notre monde. » Bien qu’il reconnaisse que la doctrine moderne soutient que le pouvoir doit émaner du peuple, Parent explique que le vrai pouvoir vient ultimement de Dieu et que seules les intelligences supérieures peuvent prétendre interpréter cette intelligence divine. Sa pensée politique et sociale demeure donc teintée d’un élitisme évident, et le conférencier propose sans broncher un statut particulier pour les prêtres et une hiérarchisation sociale basée sur l’intelligence et la richesse. Pour sa part, le peuple doit reconnaître sa place et son rôle dans la société, et Parent s’attaque plus d’une fois aux idéologues socialistes qui chercheraient à niveler la société en abolissant toute distinction sociale. Par ailleurs, sa critique du socialisme et du libéralisme radical, tel celui des Rouges, finit par revenir sur le danger que les réformes proposées entraîneraient pour la nation. Il ne peut donc pardonner aux Rouges leur républicanisme trop inspiré de l’expérience étatsunienne : « […] par esprit de parti, par une haine, inexplicable aujourd’hui, pour la suprématie britannique, par la sotte manie de dénigrer nos propres institutions, et de voir tout en beau chez nos voisins, sans se demander si l’état de choses qui existe chez eux conviendrait à notre peuple, l’on se montre disposé à faire bon marché de notre nationalité ; à troquer notre droit d’aînesse pour un plat de lentilles, plat fort problématique encore. De nos jours, l’on appelle cela du patriotisme ! » (p. 305, 364).

13Dans le même ordre d’idées, Parent se montre fort critique envers le syndicalisme et les tentatives d’organiser les travailleurs. Il sent le besoin de « signaler une des plus graves erreurs que commettent quelquefois les classes ouvrières, en se coalisant pour faire augmenter le prix de la main-d’œuvre ; fatale erreur qui ne peut qu’empirer leur sort ». Revenant sur la question du libre-échange des biens et services, Parent considère qu’il est contre nature pour les travailleurs de se regrouper pour forcer « celui qui l’emploie à lui donner un prix plus élevé que celui résultant de la concurrence ». Le travailleur doit résister à l’envie, prendre plaisir aux bonheurs que lui réserve la vie ouvrière et reconnaître que « les avantages dont paraissent jouir quelques-uns viennent de qualités, de talents que Dieu a distribués selon qu’il l’a jugé à propos, dans sa sagesse et pour ses propres fins, et ici il faut bien se soumettre ». Évidemment, Parent reconnaît que les familles ouvrières peuvent sombrer dans la pauvreté quand l’évolution du marché et la concurrence créent des pertes d’emplois. Dans ces circonstances, rappelle-t-il à ses auditeurs, l’Église offre un secours important aux pauvres et aux démunis de la société. Justement, souligne-t-il, le célibat des prêtres, en les exemptant d’avoir à pourvoir aux besoins d’une famille, leur permet de venir au secours des moins favorisés de la société. En outre, les ordres religieux qui se livrent aux œuvres charitables accueillent dans leur sein les fils et filles du peuple qui devenaient « ces célibataires utiles [qui] sont un frein salutaire à ce trop-plein de population qui fait le tourment de l’Europe aujourd’hui, et qui fera celui de notre Amérique un jour, qui heureusement est encore éloigné ». Parent en conclut que le catholicisme est « le système religieux le plus favorable au peuple, ou, pour me servir de votre mot favori, le plus démocratique qu’il y ait, et qu’il y ait jamais eu au monde ». Ultimement, les travailleurs éprouvés par une perte d’emploi temporaire doivent redevenir des membres productifs de la société. Dans certains cas, les travailleurs ne pourront que se plier devant les lois du marché et se déplacer vers des régions où l’offre d’emploi est plus favorable. D’autres, les plus vertueux et les meilleurs travailleurs, pourraient devenir de nouveaux pionniers, défrichant les terres incultes du Bouclier canadien tant au Québec que dans l’Ouest canadien, enracinant donc la nationalité canadienne-française sur un plus vaste territoire. Ici encore, Parent reprend des idées courantes, alors que, dans les années 1850 et 1860, plusieurs campagnes tentent de soulager la situation économique et sociale des plus anciennes paroisses en établissant les familles sur de nouvelles terres. Il innove toutefois en suggérant un retour des travailleurs vers la vocation agricole et en cela il anticipe les programmes de colonisation qui seront établis dans le dernier tiers du XIXe siècle (p. 396, 398, 393, 394).

Le destin de l’ouvrage

14Selon Yvan Lamonde et Claude Couture, la réception critique des Discours d’Étienne Parent serait marquée par trois périodes distinctes : la réception de son vivant (de 1846 à 1874), la très grande appréciation de son œuvre entre sa mort et la Révolution tranquille, et enfin un oubli relatif et une certaine ambivalence depuis 1960. Les mêmes chercheurs ont dressé un inventaire des nombreux articles publiés dans les journaux dans les jours et semaines suivant les conférences de Parent. Selon eux, ses idées sont bien reçues, malgré quelques réserves.

15L’appréciation des Discours se transforme sensiblement après la mort de Parent, alors que l’on souligne ses grands talents d’essayiste et que de nouvelles éditions paraissent en 1878 et 1893. Étienne Parent atteint alors le statut de figure importante dans l’histoire littéraire et philosophique du Canada français. Ses idées sur la conservation de la nationalité, son libéralisme modéré et son appréciation du clergé confortent les idées dominantes des bourgeoisies libérales et commerciales. À partir de 1930, historiens et littéraires lui consacrent quelques œuvres spécialisés et trouvent dans ses discours les origines de la pensée économique canadienne-française et le consacre comme un des plus grands théoriciens du nationalisme canadien-français. La renommée des Discours et la réputation de Parent sont étroitement liées à la promotion d’une identité canadienne-française.

16Après 1960, son déclin au profit d’une nouvelle identité québécoise remet en question la pertinence de ses idées. Les courants idéologiques des années 1950 et 1960 portent les historiens et sociologues à débattre de la prépondérance du nationalisme ou du libéralisme dans la pensée de Parent, l’associant parfois au nationalisme traditionnel à proscrire ou à l’ouverture aux valeurs libérales associées à la Révolution tranquille. Il est tout de même instructif de constater que, depuis un demi-siècle, Parent continue d’intéresser. D’une part, ses textes refont périodiquement surface. Ainsi, en 1964 paraît un choix de textes dans une collection importante de l’époque, les « Classiques canadiens » des Éditions Fides, où se trouvent représentés des extraits tant de ses textes de journaliste que de ses conférences majeures. En 1975, l’éminent sociologue Jean-Charles Falardeau publie une étude accompagnée d’importantes sélections de textes de Parent. Enfin, en 2000, les Discours de Parent entrent dans le canon littéraire québécois grâce à une édition critique de Claude Couture et Yvan Lamonde publiée dans la collection « Bibliothèque du Nouveau Monde ». Parmi les études plus récentes, outre un essai de 1994 du politicologue Gérard Bergeron présentant Parent comme « notre premier intellectuel », soulignons les ouvrages d’Yvan Lamonde qui considère que les Discours représentent l’« acte de naissance » d’une grande tradition libérale modérée dans l’histoire des idées au Québec, tradition qui se serait affirmée plus tard avec l’ascension politique de Wilfrid Laurier. En contrepartie, Éric Bédard vante le réalisme de la génération réformiste des années 1840, dont Parent aurait été le grand idéologue. Pour Bédard, la pensée de Parent serait à l’origine d’une tradition qu’il préfère qualifier de « conservatisme moderne ». Au vu du destin observé de l’ouvrage de Parent, on peut penser qu’il continuera d’interpeller de nouvelles générations.

Bibliographie

Bibliographie

Parent, Étienne, Discours, Québec, Léger Brousseau, 1878, 213 p.

Parent, Étienne, Discours prononcés par M. É. Parent devant l’Institut canadien de Montréal, Montréal, Lovell et Gibson, 1850, 157 p.

Parent, Étienne, « De l’importance et des devoirs du commerce », « Considérations sur le sort des classes ouvrières » et « De l’intelligence dans ses rapports avec la société », dans La littérature canadienne de 1850 à 1860, t. I, Québec, Desbarats et Derbishire, 1863, p. 7-36, 37-75, 77-178.

Études

Bédard, Éric, Les réformistes. Une génération canadienne-française au milieu du XIXe siècle, Montréal, Boréal, 2006, 418 p.

Bergeron, Gérard, Lire Étienne Parent. Notre premier intellectuel, Québec, Presses de l’Université du Québec, 1994, 300 p.

Couture, Claude et Yvan Lamonde (dir.), Discours. Presses de l’Université de Montréal, coll. « Bibliothèque du Nouveau Monde », 2000, 463 p. [édition critique]

Falardeau, Jean-Charles, Étienne Parent : 1802-1874, Montréal, La Presse, 1975, 344 p. [édition critique]

Falardeau, Jean-Charles, « Parent, Étienne », Dictionnaire biographique du Canada, t. X, Québec, Presses de l’Université Laval, 1972, p. 633-641.

Lamonde, Yvan, Gens de parole. Conférences publiques, essais, débats à l’Institut canadien de Montréal, Montréal, Boréal, 1990, 180 p.

Lamonde, Yvan, Histoire sociale des idées au Québec, 1760-1896, Montréal, Fides, 2000,

Lamonde, Yvan, « Papineau, Parent, Garneau et l’émancipation nationalitaire (1815-1852) », Bulletin d’histoire politique, no 7, automne 1998, p. 41-49.

Notes

1 Étienne Parent, Discours, édition critique de Claude Couture et Yvan Lamonde, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Bibliothèque du Nouveau Monde », 2000. Les citations de Parent proviennent de cette édition. Pour les éditions successives des Discours, voir « Note sur l’établissement du texte » dans ce même ouvrage, p. 85.

Table des illustrations

Légende Étienne Parent, Discours prononcés par M. É. Parent devant l’Institut canadien de Montréal, Montréal, Lovell et Gibson, 1850. Collections de BAnQ (RES/AD/342).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

Auteur

Professeur titulaire au Département d’histoire de l’Université Bishop, a publié Le printemps de l’Amérique française : américanité, anticolonialisme et républicanisme dans le discours politique québécois, 1805-1837 (Boréal, 2005) et a collaboré à la préparation de De la République en Amérique française. Anthologie pédagogique des discours républicains au Québec, 1703-1967, paru aux Éditions du Septentrion en 2013.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search