Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XIXe siècle

1848 • James Huston

Le Répertoire national

Aurélien Boivin

Texte intégral

James Huston, Le répertoire national ou recueil de littérature canadienne, Montréal, Lovell et Gibson, 1848, vol. II. Collections de BAnQ (RES/AE/365).

1Bien qu’il soit mort à l’âge de trente-trois ans à peine, James Huston a laissé sa marque dans l’histoire littéraire du Québec avec son œuvre maîtresse, Le Répertoire national ou Recueil de littérature canadienne, publié à Montréal entre 1848 et 1850 chez Lovell et Gibson. Cette œuvre unique au XIXe siècle constitue encore aujourd’hui une source importante de renseignements pour les historiens et les amants de la littérature.

  • 1 Jean Drapeau, « Notice biographique et bibliographique de James Huston », Montréal, École de bibli (...)
  • 2 Yvan Melançon, « James Huston, littérateur du canton de Kildare. Conférence à la Société historiqu (...)

2James Huston, baptisé Jacques, est né le 17 août 1820 à Québec, et non le 21 au Bas-Canada (selon Jean Drapeau1), ni en Irlande du Sud (selon Yvan Melançon2), d’un père, menuisier, et d’une mère dont on ne sait rien. Autodidacte, il a joué un rôle important à son époque dans la reconnaissance de la littérature canadienne. Très jeune, il s’initie, à Québec, au métier de typographe, avant d’entreprendre une carrière dans le journalisme, après avoir épousé à Montréal, le 21 octobre 1839, Marie Mulholland. Élu secrétaire de la Société Saint-Jean-Baptiste de Québec, en juin 1842, il y fonde, le 5 octobre de la même année, L’Artisan, journal politique, littéraire, industriel et commercial, dont il est rédacteur en chef jusqu’à la disparition du journal, le 20 juillet 1843. Déménagé alors à Montréal, il participe à la vie culturelle et est reçu membre actif de l’Institut canadien, dont il est élu président, le 14 novembre 1847. Il a impressionné les membres par un long réquisitoire, le 12 août 1847 (reproduit dans L’Avenir du 21 août), en faveur de la jeunesse canadienne-française où il dénonce sans détour et non sans un certain courage aussi les injustices dont cette jeunesse a été victime : « […] depuis 1759, la jeunesse canadienne-française a végété sur le sol natal, sans espoir, sans avenir, sans recevoir aucun appui, aucun encouragement, aucun conseil soit des hommes de son origine, soit de son gouvernement. » Il réclame la création d’écoles spécialisées (par exemple, droit, beaux-arts, commerce, industrie et agriculture), afin de mieux former cette jeunesse, et exige des réformes pour assurer la prospérité et le bonheur des jeunes de ce pays. C’est une question de nationalisme, de patriotisme et d’amour du pays. Une querelle avec des membres de l’Institut lui coûte sa présidence en 1848.

3Peu après son mandat à la présidence de l’Institut canadien, il commence la publication du Répertoire national. L’incendie du Parlement du Canada-Uni, le 25 avril 1849, à Montréal, le force, en tant que fonctionnaire, à quitter cette ville pour Toronto, puis pour Québec, en 1851. En 1853, il publie à Paris Légendes canadiennes, un recueil d’une dizaine de textes narratifs, tous recueillis dans son Répertoire. Le 21 septembre 1854, il meurt à Québec. La Patrie lui rend brièvement hommage, le 29 du même mois. Le texte est repris mot pour mot dans Le Pays du 3 octobre, sans que l’on puisse en savoir davantage sur les circonstances de cette mort prématurée.

Le Répertoire national

4En se lançant dans cette aventure unique au XIXe siècle, qui a donné Le Répertoire national, sous-titré Recueil de littérature canadienne (deux volumes parus en 1848 et deux autres en 1850), Huston a vraisemblablement voulu donner suite au projet que caressait avant lui Napoléon Aubin, auteur d’un prospectus de 1838 décrivant « Le Répertoire de la littérature canadienne ou Recueil choisi de divers écrits en vers et en prose composés en Canada ». L’idée du journaliste du Fantasque est de « reproduire sous une forme commode et rassembler tous les écrits en prose et en vers de quelque originalité ou de quelque mérite composés en Canada et publiés dans les journaux publics » avec « un choix étendu des chansons appelées de voyageurs, dont la naïveté et la simplicité des expressions font excuser les irrégularités poétiques ».

5Ce projet, c’est Huston finalement qui le mènera à terme, profitant sans doute du climat favorable à l’épanouissement d’une littérature nationale, surtout après la publication du Rapport Durham, qui avait insulté les Canadiens en les accusant d’être « un peuple sans histoire ni littérature ». L’historien François-Xavier Garneau avait répondu à la première partie de cette sévère sentence en publiant en quatre tomes, depuis 1845, son Histoire du Canada sous la domination française. Nationaliste convaincu, Huston a sans doute voulu s’occuper de la deuxième partie en prouvant hors de tout doute que les Canadiens avaient aussi une littérature.

6Certes, on peut douter que Huston se soit imposé le dépouillement systématique des périodiques publiés jusqu’en 1848 pour alimenter son Répertoire. Il est certain qu’il a bénéficié de l’aide d’amis, dont les frères Guillaume et Charles Lévesque, très heureux en échange de leur travail de publier quelques textes susceptibles de leur donner une belle visibilité. Le compilateur a sans doute aussi obtenu l’appui de quelques collègues de l’Institut canadien, qui lui ont fourni plusieurs pièces. Il a eu accès encore à la riche documentation de son ami Jacques Viger et, fort probablement, à celle du juge bibliophile Georges-Barthélemi Faribault. On peut supposer que plusieurs écrivains se soient empressés de lui faire tenir des textes à qui le compilateur voulait donner une nouvelle vie, comme Pierre-Joseph-Olivier Chauveau qui lui fournit un extrait inédit d’un ouvrage en préparation, « État de la littérature en France depuis la Révolution ».

7Selon le plan initial, le Répertoire devait compter deux tomes de 384 pages chacun, tel que précisé dans le Prospectus publié par Huston dans Le Canadien, le 29 octobre 1847, et dans L’Avenir, les 13 et 27 novembre. Les textes paraîtront en souscription dans des livraisons de 32 pages chacune, tous les quinze jours. Ils « porteront la date de leur première publication, et seront insérés dans le Répertoire sans subir aucun changement », ce qui permettra aux lecteurs « de juger du mérite intrinsèque des auteurs et [de] comparer les progrès qu’a faits la littérature à différentes époques ». De plus, Huston veut se faire rassurant en s’engageant auprès de ses abonnés à compléter les deux volumes, une fois la publication commencée. Il en coûtera 4 piastres ou 10 chelins pour chacun des deux ouvrages, « payable après la publication de la première livraison de chaque volume ». L’édition débutera dès que le nombre de souscripteurs aura atteint 250. Aussi, pour assurer le succès de son entreprise, il multiplie les annonces publicitaires dans L’Avenir, incitant les lecteurs à souscrire à son projet.

8Huston veut sauver de l’oubli plusieurs textes écrits « d’un grand mérite sous le rapport national » publiés dans les périodiques, dont la vie a souvent été éphémère, noyés, perdus, « comme quelques fleurs dans un gouffre ». Il espère les faire revivre « sous une forme plus légère, plus gracieuse et plus utile ». Cette remise en circulation ne peut, selon lui, qu’encourager les écrivains, même parmi les plus éminents, à reprendre la plume qu’ils avaient abandonnée, et « les jeunes à travailler avec énergie à éclipser leurs devanciers ». Il espère ainsi que son Répertoire permettra d’« ajouter un nouveau fleuron à la couronne nationale », souhaitant même qu’il « pourra être continué d’époque en époque ». Il reprend quelques-unes de ses idées dans la Préface du premier volume de la première édition et y va de sa propre interprétation pour justifier l’absence de textes de qualité. D’abord, le goût des lettres « ne s’est introduit qu’avec beaucoup de difficultés en Canada ». La Conquête a privé la colonie de talents quand beaucoup d’hommes instruits ont été forcés de renter en France, ce qui a ralenti les progrès tant en éducation qu’en littérature. Ainsi, le peuple souvent peu instruit, « ne sachant seulement pas lire, n’était nullement capable de goûter les travaux de l’esprit et de l’intelligence, ni d’apprécier l’importance d’une littérature nationale qui contribuerait à lui conserver son individualité ». Il évoque encore « le manque de livres, et surtout de livres français ». C’est avec difficulté que se sont établies quelques bibliothèques et des sociétés littéraires, qui ont contribué à répandre le goût de la littérature et à stimuler les écrivains. Il s’en prend aux critiques acerbes qui ont découragé ceux qui auraient pu avoir la hardiesse de se consacrer à l’écriture.

  • 3 Maurice Lemire, « Le Répertoire national ou Recueil de littérature [canadienne], compilation de Ja (...)

9S’il est conscient que la politique a monopolisé bien des jeunes de talent et que ce n’est que récemment que la littérature s’est émancipée du joug étranger, il précise toutefois : « Nous avons laissé de côté tous les écrits politiques en prose, quoiqu’il y en ait beaucoup qui mériteraient d’être conservés et même étudiés ; mais pour être impartial, il aurait fallu reproduire les répliques ou les réfutations, et cela nous aurait entraîné loin, bien loin de la route que nous nous sommes tracée » (édition de 1893, p. v). Une telle décision fait dire à Maurice Lemire : « En éliminant de propos délibéré les écrits politiques, Huston se privait volontairement de l’apport le plus riche, le plus vivant et le plus engagé de la littérature3 ». On peut penser, par exemple, à l’absence des discours de Louis-Joseph Papineau, figure dominante depuis au moins trois décennies, et de quelques autres hommes politiques influents, dont Louis-Hippolyte La Fontaine et Augustin-Norbert Morin, dont on ne trouve que quelques poèmes. Il est convaincu que, dans son florilège, il n’y a pas de chefs-d’œuvre, ni de modèles de littérature, car bon nombre des textes retenus, précise-t-il encore, sont l’œuvre de jeunes gens dont « le goût [n’est] pas encore bien formé, et que les études et la connaissance du monde [n’ont] pas encore mûris ». Ces textes ne sont pas non plus sans défaut, tant de composition que de style. Il s’en console toutefois et s’efforce d’amadouer le lectorat qu’il souhaite rejoindre, lançant d’abord une souscription, comme le confirment les listes déposées chez les libraires de Montréal et de Québec, au Cabinet de lecture de l’Institut canadien de Montréal, à l’Hôtel du Canada et à l’Hôtel de Québec de même qu’au bureau de L’Avenir.

Le plan et la répartition des textes du Répertoire

10Le premier volume regroupe 138 textes publiés entre 1778 et 1836 ; le deuxième, 124, parus entre 1837 et 1846. Les deux autres volumes qu’il a décidé d’ajouter renferment respectivement 30 et 25 textes, publiés de 1844 à 1846, dans le troisième volume, et de 1846 à 1848, dans le quatrième.

11Vu sa grande popularité, la poésie occupe la part du lion : 257 des 317 textes regroupés dans les quatre tomes sont des poèmes ou des chansons, souvent écrits « à la manière de… », soit un peu plus de 80 % du Répertoire. Certes, on est loin des presque mille poèmes et chansons recueillis jusqu’en 1849 par Jeanne d’Arc Lortie dans les quatre premiers tomes des Textes poétiques du Canada français (Fides). Voilà une autre preuve que Huston ne s’est pas imposé le dépouillement systématique des périodiques publiés entre 1778 et 1848. Une place d’honneur est réservée à des poètes comme Joseph-Guillaume Barthe : 30 poèmes et chansons, dont « Aux exilés politiques canadiens », poème controversé à sa parution en 1838, qui lui avait valu d’être emprisonné le 2 janvier 1839 pour appel à la sédition, et son hommage à Louis-Joseph Papineau, le chef des Patriotes. François-Xavier Garneau jouit aussi d’une place de choix avec 19 poèmes, dont « Le dernier Huron » et « Les exilés », dans lequel il plaint les infortunés des troubles de 1837-1838.

12On retrouve encore des noms connus et moins connus : Michel Bibaud et ses quatre satires, contre l’avarice, l’envie, la paresse et l’ignorance, Napoléon Aubin (12 poèmes), Pierre-Joseph-Olivier Chauveau (5 poèmes), François-Magloire Derome (16 poèmes), Joseph Lenoir (7 poèmes), Charles Lévesque (5 poèmes dont 2 en prose), Joseph Mermet (7 poèmes), et Joseph Quesnel (7 poèmes), Joseph-Édouard Turcotte (4 poèmes) et Denis-Benjamin Viger (6 poèmes). Huston n’a pas oublié les chansons déjà célèbres, telles « À la claire fontaine », qui ouvre le premier volume, l’« Hymne national » d’Isidore Bédard et « Ô Canada ! mon pays ! mes amours ! » de George-Étienne Cartier. Le Répertoire rend compte de la variété de la pratique des poètes : poèmes de circonstance, chants patriotiques, notamment pour la fête de la Saint-Jean-Baptiste, élégies, romances, poèmes politiques, surtout en hommage aux exilés de 1837-1838, ces « martyrs sanctifiés » (par exemple, « Aux exilés politiques canadiens » de Barthe ou « Les exilés », poème dans lequel Garneau loue ceux qui « ont osé naguère et sans chefs et sans armes/Jeter le gant au géant des combats » et dont « le nombre bientôt écrasa la vaillance ». Dans « Salut aux exilés » (1845), Gérin-Lajoie célèbre le retour de ces infortunés.

13Dans ce contexte, il est pour le moins surprenant que Huston n’ait pas retenu la chanson de Gérin-Lajoie, « Un Canadien errant », publiée dans Le Charivari canadien en juillet 1844 et qui a franchi les frontières du pays puisqu’elle a été interprétée, dans une version quelque peu remaniée, par Nana Mouskouri.

14Huston n’a retenu que 20 récits, contes et légendes, dont aucun dans le volume 4, où il aurait pourtant pu faire une place, par exemple, aux huit contes et nouvelles qu’Eugène L’Écuyer a publiés entre 1844 et 1848. Certes, il n’a pas oublié les principaux – et les meilleurs – conteurs. C’est ainsi que l’on retrouve la première version de la légende de l’Iroquoise (1827), la première aussi de la légende du diable à la danse, « L’étranger », qu’il extrait du chapitre V du premier roman canadien-français, L’influence d’un livre (1837) du jeune Philippe Aubert de Gaspé, y ajoutant aussi le chapitre X, « L’homme de Labrador », qu’il baptise « L’homme du Labrador ». Il redonne aux lecteurs du Répertoire la légende du « Débiteur fidèle », de Louis-A. Olivier, celle du feu qui ne brûle pas, « Histoire de mon oncle », d’Alphonse Poitras, du « Chien d’or », d’Auguste Soulard ou de la maîtresse de Bibaud, « Caroline » du jeune Amédée Papineau, sans oublier quelques récits qui tâtent du fantastique, tels « La tour de Trafalgar » de Georges Boucher de Boucherville, « Emma ou l’amour malheureux » d’Ulric Tessier, sous-titré « Une épisode du choléra à Québec en 1832 » et « Le frère et la sœur » de Joseph Doutre. Il ajoute quelques récits réalistes, comme « Monsieur Desnotes », « Une entrée dans le monde » et « La lucarne d’un vieux garçon » de Napoléon Aubin, voire deux courts romans, La terre paternelle, de Patrice Lacombe et La fille du brigand d’Eugène L’Écuyer. Il est pour le moins étonnant qu’il n’ait pas retenu « Louise Chawiniquisique » (1835) de Boucher de Boucherville, « Mon voyage dans la lune » (1839) d’Aubin, considéré comme le premier texte de science-fiction publié au Québec, « Faut-il le dire ! » (1844) de Joseph Doutre, « Conte populaire » (1848) de Charles Laberge et, surtout, la première version en prose de la légende de Cadieux, que son ami Guillaume Lévesque avait publiée dans L’Écho des campagnes en novembre 1847 sous le titre « La croix du Grand Calumet », de même que sa nouvelle réaliste, « Vœux accomplis », publiée dans le même journal. Et il y a d’autres oublis.

15Le théâtre, genre que l’on joue plus qu’on ne le lit, est l’enfant pauvre du Répertoire, avec seulement trois pièces, soit Colas et Colinette (1808) de Joseph Quesnel, La donation (1842), une comédie de Pierre Petitclair, d’abord parue dans L’Artisan du 15 au 29 décembre 1842, et l’incontournable tragédie en trois actes et en vers, Le jeune Latour, qu’Antoine Gérin-Lajoie, encore étudiant au Collège de Nicolet, avait composée pour la séance de fin d’année scolaire en 1844 et qui avait été publiée dans L’Aurore des Canadas, en septembre suivant.

16Pour les essais, on ne peut qu’être d’accord avec Maurice Lemire, qui affirme que ce choix « semble encore plus discutable », surtout que le compilateur entend à tout prix éviter les « sujets épineux ». Aussi Huston s’est-il souvent rabattu sur « des sujets non compromettants », voire parfois anodins. C’est le cas, par exemple, du court texte de Guillaume Lévesque, « De l’habitude de saluer les passants » ou encore « Du développement de la force physique chez l’homme », d’Ernest-Pascal Taché. On relit toutefois avec plaisir certains textes, dont le discours que Huston lui-même a prononcé devant les membres de l’Institut canadien « De la position et des besoins de la jeunesse canadienne-française », en 1847, et certaines conférences d’Étienne Parent, dont « L’industrie considérée comme moyen de conserver la nationalité canadienne-française » (22 janvier 1846), où il encourage les jeunes à s’intéresser à l’industrie, à la promouvoir même, et comme dans « Importance de l’étude de l’économie politique » (19 novembre 1846), invitant à nouveau les jeunes à se lancer dans l’industrie, seule façon à son avis de les éloigner des professions libérales, encombrées. Le célèbre conférencier critique ouvertement le système d’éducation dans ses « Considérations sur notre système d’éducation populaire, sur l’éducation en général et les moyens législatifs d’y pourvoir » en suggérant des solutions ou des correctifs aux besoins de la population. La remise en circulation de ces discours pousse l’éditeur du Répertoire à préparer une édition publiée en 1850 sous le titre Discours prononcés par M. É. Parent devant l’Institut canadien de Montréal. Voilà une retombée immédiate du travail de Huston.

17Lui qui ne voulait pas publier de textes politiques semble contrevenir à sa propre décision quand il inclut dans le volume 2 les « Dernières lettres d’un condamné » de Chevalier De Lorimier. Ces lettres autographes de « ce courageux martyr politique », précise-t-il en note, il les a obtenues de la famille par l’entremise d’un ami (sans doute Guillaume Lévesque). Il les a recopiées lui-même et garantit qu’elles sont « conformes aux originaux et aux copies que l’on nous a transmis ». On relira encore avec intérêt l’« Essai sur la littérature au Canada », où Louis-Auguste Olivier condamne l’apathie, l’indifférence des Canadiens à l’égard de leur propre littérature, qui en est encore à ses premiers balbutiements, et de leurs écrivains qui ne reçoivent guère d’encouragement et qui se voient ainsi forcés de renoncer à une carrière dans les lettres, carrière qui aurait pu être prometteuse. Certains textes en prose ont vieilli, tel celui de Jean-Baptiste Meilleur, « Géologie ».

18Il est bien sûr qu’avec les recherches menées par de grands projets, comme ceux du Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec et de La vie littéraire au Québec, entre autres, il serait possible de présenter un autre choix de textes, surtout des essais. Mais il faut toutefois reconnaître que le Répertoire de Huston a atteint son but de sauver de l’oubli nombre d’écrits devenus inaccessibles et ainsi menacés à jamais de disparition. Jusqu’aux années 1970, ce Répertoire a été la seule source d’approvisionnement des professeurs et des étudiants pour connaître les débuts de la littérature canadienne.

L’accueil du Répertoire national

  • 4 On trouve ces accusés de réception à la page 3 du journal aux dates suivantes : 29 janvier, 14 mar (...)

19La publication originale et les rééditions du Répertoire national ont été remarquées. Ainsi, le journal L’Avenir accuse réception de la plupart des livraisons des deux premiers volumes du Répertoire4. Lors du lancement de la première livraison, un commentateur anonyme de L’Avenir écrit : « Le plan de cet ouvrage est bon et le choix des morceau (sic) nous a paru très judicieux » (29 janvier 1848). Il espère que son auteur « recevra tout l’encouragement que mérite son œuvre patriotique et national, et qu’il n’y aura pas une bibliothèque canadienne où elle ne trouve une place ». À l’occasion de la parution de la deuxième livraison, il loue cette fois « la beauté de l’impression ainsi que […] le bon choix des articles » (11 mars 1848). Lors de la septième livraison, le commentateur est d’avis que « cette publication devrait être sur toutes les tables de nos familles canadiennes ainsi que dans les mains de touts [sic] les jeunes gens » (19 juillet 1848). La première livraison du deuxième volume est annoncée et saluée le 23 septembre. Cette réception positive porte fruit. Ainsi, dès le 30 décembre 1848, Huston fait part à ses lecteurs de l’ajout à son Répertoire de deux autres tomes et, le lendemain, il publie le prospectus des tomes 3 et 4, toujours dans L’Avenir, le 30 décembre 1848. Il explique ainsi sa décision : « Plusieurs de nos abonnés et de nos amis nous ont engagé à passer avec moins de rapidité et à être moins sévère dans nos choix afin de recueillir un plus grand nombre d’écrits qui, sans posséder beaucoup de mérite littéraire, pourraient donner une idée exacte de l’intérêt que les Canadiens portent à la littérature, comme le prouve le grand nombre d’essais de tout genre que nous avons republiés ». C’est donc dire qu’il a déjà fait ses choix, dès la fin de 1848, faisant part du même coup, pour la première fois, qu’il a porté des jugements pour écarter un certain nombre de textes. Il ne semble pas que L’Avenir ait continué à accuser réception des livraisons de 64 pages chacune cette fois, soit six livraisons par volume.

20Joseph Doutre, dans une « Chronique littéraire » de L’Avenir publiée le 31 octobre 1848, est d’avis que le travail de Huston, en voie de publication, fait « honneur au nom canadien » et se réjouit que le Répertoire exhume « bien des noms littéraires de l’oubli, qui, sans lui, les aurait pour toujours enveloppés, non que ces noms ne fussent pas dignes de passer à nos enfants ; mais attachés qu’ils étaient à des œuvres fugitives et légères et qui malheureusement passent avec un certain âge de la vie, il leur était impossible de survivre à l’époque de leur publication » (et lui aussi).

21Lors de la réédition des quatre tomes de l’ouvrage en 1893, le juge Basile Routhier ajoute à plusieurs textes une courte biographie et le portrait de plusieurs auteurs retenus, de même qu’une substantielle introduction dans laquelle il se dit convaincu qu’« après la publication du Répertoire National le goût des lettres a grandi parmi nous et que nous avons fait depuis lors de remarquables progrès » (p. xv). Il faut reconnaître toutefois que plusieurs jugements qu’il porte sur les textes retenus sont sévères et n’encouragent pas nécessairement à la lecture. À ses yeux, par exemple, Augustin-Norbert Morin, dans ses poèmes, fait preuve d’un manque « d’imagination, d’inspiration et de goût littéraire » (p. xxii). La chanson patriotique « Les Français aux Canadiens » de Napoléon Aubin est, selon lui, d’une « versification […] défectueuse, et contient des fautes graves » (p. xxx), qu’il n’identifie toutefois pas.

22Abordant les textes de fiction, Routier est plus positif. Il s’attarde à La fille du brigand d’Eugène L’Écuyer, un écrivain qui fait preuve d’une imagination fertile, d’un bon esprit observation et d’une facilité à communiquer ses émotions. Il apprécie Boucher de Boucherville, au « talent plus mûr », un « conteur habile, sachant ménager et soutenir l’intérêt, donnant de la vie à ses personnages, de la couleur locale à ses descriptions, et du mouvement à son drame » ou encore il a de bons mots pour Patrice Lacombe et pour La terre paternelle, « une charmante nouvelle, et une esquisse de mœurs populaires pleine de sentiment » (Ibid.).

23Le préfacier se réjouit enfin de la place que Huston a accordée au journaliste Étienne Parent : « il était un penseur plutôt qu’un phraseur »,» [s]a phrase est quelquefois rude et difficile » et « ne cherche ni l’élégance ni l’harmonie », mais elle n’est jamais vide. Routhier conclut sa « revue critique générale » des quatre tomes en précisant qu’il a voulu « donner à [ses] lecteurs une idée d’ensemble de cette précieuse anthologie ». Il encourage les jeunes à travailler « à le rendre plus sonore et plus harmonieux, plus puissant et plus admiré, ce verbe qui a fait la grandeur de notre première mère patrie, et fait encore la gloire de la civilisation chrétienne » (p. xliii).

24Paul-Marc Sauvage (Le National, 11 août 1893) se réjouit de la réédition du Répertoire de Huston, qui a sauvé « du naufrage les productions marquantes des premiers écrivains canadiens-français ». Voilà à ses yeux « un monument remarquable par sa précision et surtout par son honnêteté littéraire ». Il félicite les éditeurs pour cette édition soignée qui contient de « véritables merveilles typographique [sic] » et dont la qualité du papier « fait honneur à notre industrie nationale », avant d’émettre le souhait que « le Répertoire national figure dans toutes les bibliothèques canadiennes ».

  • 5 Lemire, op. cit., p. 652.
  • 6 Lemire, « Huston, James », DBC, Québec, Presses de l’Université Laval, 1985, vol. VIII : de 1851 à (...)

25À notre époque, dans le tome I du Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, Maurice Lemire conclut son analyse en affirmant que, « malgré ses lacunes inévitables », Huston « a bien atteint son but : conserver et propager les écrits canadiens ». Il soutient que, « [p]endant plus d’un siècle, les œuvres soustraites à l’oubli par l’intervention du compilateur ont été les seules à constituer notre littérature des origines5 ». Il se montre plus sévère dans le Dictionnaire biographique du Canada en affirmant que le Répertoire « n’a peut-être pas donné une image très exacte de la littérature canadienne-française, parce qu’il la présentait amputée de sa partie la plus dynamique et la plus fonctionnelle […] pour ne pas donner prise aux attaques politiques6 ».

26En 1982, Robert Melançon rédige la préface de la réédition de l’édition princeps du Répertoire national, un ouvrage qui, pour d’aucuns, « n’a d’autre valeur que celle d’une référence infrapaginale » et qui est loin d’être « une somme de compendieuses niaiseries ». À ceux-là il conseille d’abord de le lire, convaincu qu’ils y trouveront « plus d’une surprise », voire « un plaisir libre et désintéressé », et de « se défaire de quelques préjugés, dont l’idée qu’on peut se faire du littéraire » (p. 11). S’il a accepté de le rééditer dans son intégralité, c’est que, même s’il porte çà et là des jugements sévères à l’égard de certains choix, il le considère comme « un document exceptionnel dont on ne saisit la portée que si on le lit intégralement » (p. 14). Il a valeur d’un premier inventaire, d’un premier bilan de la littérature canadienne.

  • 7 David M. Hayne, « James Huston, Répertoire National [sic] », Livres et auteurs québécois, 1982, p. (...)
  • 8 François Gallays, « Lire le Répertoire national de James Huston », Lettres québécoises, 29, printe (...)
  • 9 Jean Royer, « Le Répertoire national : une réédition-événement », Le Devoir, 4 décembre 1882, p. 2 (...)

27Rendant compte de cette réédition, David M. Hayne7 approuve la décision de Melançon de redonner la première édition à un nouveau public lecteur et commente longuement sa longue introduction. François Gallays félicite l’éditeur et le présentateur « d’avoir rendu accessible au public lecteur, ce qui fut [,] pendant trop longtemps réservé aux spécialistes, cette partie du patrimoine littéraire du Québec que renferme le Répertoire national8 ». Jean Royer, lui, parle d’« une réédition-événement », car le Répertoire est un « ouvrage […] essentiel à la connaissance de notre histoire littéraire9 ».

28Un fait est indéniable : Le Répertoire national de James Huston a rendu de précieux services à tous ceux qui s’intéressent à la naissance, au développement et à la reconnaissance de la littérature canadienne, aux XIXe et XXe siècles. Malgré ses lacunes, dont celle de ne pas donner les sources premières des écrits, il a rendu de précieux services aux professeurs et étudiants à qui il a permis de se familiariser avec ce qu’on peut appeler les textes fondateurs, à l’exclusion, bien sûr, des textes du régime français, que Huston a volontairement écartés.

Bibliographie

29Huston, James, Répertoire national ou recueil de littérature canadienne, Montréal, de l’Imprimerie Lovell et Gibson, 4 volumes : t. i, 1848, viii + 368 p. ; t. II, 1848, 376 p. ; t. III, 1850, 397 p. ; t. IV, 1850, 404 p.
Réédition avec introduction d’Adolphe-Basile Routier, Montréal, J.-M. Valois, 1893.
Réédition conforme à la première édition, avec introduction de Robert Melançon, Montréal, VLB Éditeur, 1982.

Notes

1 Jean Drapeau, « Notice biographique et bibliographique de James Huston », Montréal, École de bibliothécaires, Université de Montréal, 1947, 57 f. [v. f. 3]. Il répète l’erreur du père Louis-Marie Lejeune (Dictionnaire général de biographie, histoire, littérature […], Ottawa, Université d’Ottawa, 1931, vol. I, p. 782) quant à la date de naissance

2 Yvan Melançon, « James Huston, littérateur du canton de Kildare. Conférence à la Société historique de Joliette, le 8 février 1968 », f. 1, Archives du DOLQ, CRILCQ, Huston, James.

3 Maurice Lemire, « Le Répertoire national ou Recueil de littérature [canadienne], compilation de James Huston », Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, t. I, Montréal, Fides, 1978, p. 650-652 [v. p. 652].

4 On trouve ces accusés de réception à la page 3 du journal aux dates suivantes : 29 janvier, 14 mars, 5 avril, 17 juin, 19 et 29 juillet, 30 août, 13 et 23 septembre, 4, 11 et 31 octobre, 6 et 23 décembre 1848 et le 17 janvier 1849.

5 Lemire, op. cit., p. 652.

6 Lemire, « Huston, James », DBC, Québec, Presses de l’Université Laval, 1985, vol. VIII : de 1851 à 1860, p. 465-467 [v. p. 466].

7 David M. Hayne, « James Huston, Répertoire National [sic] », Livres et auteurs québécois, 1982, p. 297-300.

8 François Gallays, « Lire le Répertoire national de James Huston », Lettres québécoises, 29, printemps 1983, p. 61-62 [v. p. 62].

9 Jean Royer, « Le Répertoire national : une réédition-événement », Le Devoir, 4 décembre 1882, p. 21, 30 [v. p. 21].

Table des illustrations

Légende James Huston, Le répertoire national ou recueil de littérature canadienne, Montréal, Lovell et Gibson, 1848, vol. II. Collections de BAnQ (RES/AE/365).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6824/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

Auteur

Professeur associé (littérature québécoise) à l’Université Laval, où il a enseigné pendant près de trente-cinq ans. Membre de l’équipe de recherche du Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, dès 1971, il a codirigé le tome VI et dirigé les tomes VII, VIII et IX. Spécialiste du conte littéraire québécois au XIXe siècle, il a publié plusieurs articles sur le sujet et des anthologies, dont Les meilleurs contes fantastiques québécois du XIXe siècle (Fides). Membre du collectif de la revue Québec français, il a assumé les fonctions de rédacteur en chef et de directeur, jusqu’en 2012. Il a reçu plusieurs prix et distinctions.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search