Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XIXe siècle

1845 • François-Xavier Garneau

Histoire du Canada

Fernande Roy

Texte intégral

François-Xavier Garneau, Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu’à nos jours, Québec, N. Aubin, 1845, vol. I. Collections de BAnQ (RES/AD/410).

  • 1 Henri-Raymond Casgrain, « Le mouvement littéraire », dans Œuvres complètes, Québec, Typographie de (...)

Nous n’oublierons jamais l’impression profonde que produisit sur nos jeunes imaginations d’étudiants l’apparition de l’Histoire du Canada de M. Garneau. Ce livre était une révélation pour nous. Cette clarté lumineuse qui se levait tout à coup sur un sol vierge, et nous en découvrait les richesses et la puissante végétation, les monuments et les souvenirs, nous ravissait d’étonnement autant que d’admiration1.

1François-Xavier Garneau est né à Québec le 15 juin 1809. Les origines canadiennes de sa famille plongent jusqu’au XVIIe siècle. Poitevin, son ancêtre Louis Garnault s’est installé sur la côte de Beaupré vers 1659. Son père François-Xavier a d’abord été cultivateur, puis voiturier, capitaine de goélette et, enfin, aubergiste. Si sa famille est ancienne, elle n’est pas pour autant très fortunée, de telle sorte que le jeune Garneau n’a pas les moyens de poursuivre des études classiques. À l’âge de 14 ans, il devient saute-ruisseau au greffe de la Cour du banc du roi, sous la protection du greffier Joseph-François Perrault dont il avait par ailleurs fréquenté l’école. Deux ans plus tard, il opte pour le notariat et commence sa cléricature chez le notaire Archibald Campbell. Tant Perrault que Campbell mettent à la disposition de leurs clercs leurs riches bibliothèques. Autodidacte, Garneau lit Milton et Shakespeare, Montesquieu et Voltaire, notamment. Il apprend l’anglais, le latin et l’italien. Il obtient sa commission de notaire le 23 juin 1830, mais il poursuit ses études notariales durant une autre année.

2Tout comme ses nombreuses lectures, les voyages façonnent l’apprentissage du futur historien. En 1828, par l’intermédiaire de Campbell, il parcourt durant quelques semaines les autres colonies anglaises et les États-Unis en compagnie et aux frais d’un Anglais. Son second voyage s’avère une expérience encore plus significative, comme il le racontera lui-même dans un récit paru en 1855. En juin 1831, il quitte pour Londres et Paris. Lorsqu’il arrive dans la capitale française, les Parisiens fêtent le premier anniversaire de la révolution de Juillet. Garneau applaudit à ce qu’il présente comme une victoire de la souveraineté populaire contre l’absolutisme, tout en affirmant préférer le système politique britannique. De retour à Londres, il fait la connaissance de quelques Polonais émigrés à la suite de l’échec de leur récente insurrection. L’année suivante, il devient membre de la Société littéraire des amis de la Pologne. Enrichi culturellement par la fréquentation des musées, théâtres, églises, Garneau conservera une forte impression des mouvements libéraux et nationalistes de son temps. Par ailleurs, il note le contraste entre la société hiérarchisée en Europe et l’égalité américaine. S’il a pu prolonger son séjour en Angleterre, c’est grâce à un emploi de secrétaire auprès de Denis-Benjamin Viger, lequel est alors délégué de la Chambre d’assemblée du Bas-Canada pour soutenir les intérêts de celle-ci vis-à-vis la métropole. Garneau a ainsi l’occasion de mieux connaître la politique britannique et de rencontrer certaines personnalités, tels le patriote irlandais Daniel O’Connell, le député Arthur Roebuck, qui défend la cause canadienne au Parlement britannique, et William Lyon Mackenzie, le leader réformiste du Haut-Canada.

3Garneau rentre à Québec en juin 1833. Durant une dizaine d’années, il semble, à l’instar de son père, osciller d’un métier à l’autre. Tenté par le journalisme, il fonde en décembre 1833 un périodique culturel, L’Abeille canadienne, qui dure à peine deux mois. Plusieurs années plus tard, une autre tentative avec l’aide de Louis-David Roy ne connaîtra pas beaucoup plus de succès : d’abord lancé en décembre 1840, le Journal des étudians se poursuit en février suivant sous le titre de L’Institut. Mais cet hebdomadaire destiné à répandre l’instruction, les arts et les sciences parmi les jeunes disparaît en mai 1841.

4Entre-temps, Garneau a épousé Marie-Esther Bilodeau ; ils auront 10 enfants dont sept mourront en bas âge. Pour gagner sa vie et celle de sa famille, il travaille comme notaire. Toutefois, cette profession ne semble pas lui réussir puisque, en 1837, il devient caissier à la Banque de l’Amérique septentrionale britannique ; deux ans plus tard, il passe au service de la Banque de Québec.

5Durant cette décennie, Garneau publie dans le journal Le Canadien plusieurs poèmes d’inspiration patriotique. En 1834, au moment des 92 Résolutions, il s’affiche patriote aux côtés d’Étienne Parent et il agit comme secrétaire du Comité constitutionnel de Québec. À partir de 1837, il s’intéresse de plus en plus à l’histoire. Au XIXe siècle, un emploi de fonctionnaire s’avère ce qui facilite le mieux les travaux intellectuels et, en 1842, il devient traducteur adjoint à l’Assemblée législative. En plus d’être plus près de ses intérêts d’écrivain, ce poste lui facilite l’accès à la riche collection d’ouvrages et de documents rassemblée par Georges-Barthélemi Faribault pour la bibliothèque de l’Assemblée nationale. Il fréquente aussi la bibliothèque de la Société littéraire et historique de Québec.

6Finalement, en 1844, il obtient un poste mieux rémunéré et plus stable : il sera greffier de la Ville de Québec jusqu’à sa retraite en 1864. Mais gagner sa vie tout en travaillant à son œuvre monumentale d’historien taxe sa santé ; à partir de 1843, Garneau souffre d’épilepsie et ce mal entraînera sa mort, le 3 février 1866.

L’œuvre

7Garneau commence à publier son Histoire du Canada en 1845. Sa vocation d’historien ne tient pas du hasard. Il a peut-être été provoqué par la célèbre remarque de lord Durham pour qui les Canadiens étaient un « peuple sans histoire ni littérature », mais la défaite des Patriotes, suivie de l’Union des deux Canadas l’ont sans doute motivé davantage.

8Il faut reconnaître que les récits historiques dont disposent ses contemporains sont nettement insatisfaisants. Le meilleur ouvrage est sans doute celui de Charlevoix, mais son Histoire de la Nouvelle-France, date de 1744 ; Garneau l’utilisera, tout en critiquant gentiment la « pieuse crédulité » du jésuite. Entre 1832 et 1836, Joseph-François Perrault a fait paraître un Abrégé de l’histoire du Canada, en cinq courts volumes, qui s’avère un manuel plutôt terne. Pour sa part, Michel Bibaud publie en 1837 le premier tome d’une Histoire du Canada qui en contiendra trois. Le premier tome porte sur la Nouvelle-France ; le deuxième va de 1760 à 1830 et paraît en 1844. Cet ouvrage sans grand attrait s’avère essentiellement une chronique des différentes administrations, entrelardée de citations de documents. Plus il approche de la période dont il a été témoin, plus il devient partisan, attaquant les Patriotes avec acharnement.

9Par ailleurs, les anglophones ont aussi commencé à écrire l’histoire du Canada. Ce sont des chroniqueurs, comme George Heriot, qui publie une History of Canada, en deux volumes, à Londres en 1804, et William Smith, dont l’ouvrage du même titre va des débuts de la Nouvelle-France jusqu’en 1791. Imprimé en 1815, mais diffusé seulement en 1826, l’ouvrage de Smith reflète son milieu d’origine : tory, protestant, souvent francophobe et anticatholique. Son histoire marque le début d’une tradition assez longue qui consiste à déprécier le régime français pour mieux faire valoir le régime anglais.

10Ainsi, le travail de Garneau impressionne d’autant plus qu’il s’insère dans un contexte historiographique embryonnaire. Son Histoire du Canada a marqué son époque parce qu’elle représente la première véritable œuvre d’interprétation et aussi parce que cette lecture arrive à point nommé pour redonner un sens à l’orientation nationale. Dans un contexte d’abattement moral et politique, il veut redonner confiance à ses compatriotes. Il fait part de sa détermination à Louis-Joseph Papineau dans une lettre en date du 26 octobre 1845 : « Dans l’ouvrage que j’ai entrepris, je n’ai eu en vue que de justifier mes compatriotes aux yeux de l’avenir quel que soit leur sort. Je veux montrer ce qu’ils étaient et sont réellement. » Cette relation entre le présent, l’avenir et le passé sous-tend l’œuvre garnélienne. Plus tard, le 17 septembre 1850, l’auteur écrit à Louis-Hippolyte La Fontaine : « Je veux empreindre cette nationalité d’un caractère qui la fasse respecter à l’avenir. »

11Cette clé de lecture s’insère d’entrée de jeu, dans le Discours préliminaire, où Garneau précise sa conception de l’histoire et les grandes lignes de son interprétation. L’histoire est une science analytique rigoureuse, proclame-t-il, et ses praticiens doivent s’efforcer de créer un ensemble cohérent, appuyé solidement sur des documents. Sur ce plan, Garneau s’inscrit dans le sillage de ses pairs contemporains, tels Jules Michelet, Augustin Thierry, François Guizot. Plus tard dans le siècle, les historiens proposeront une autre conception de l’histoire scientifique et, notamment, de la critique des sources. Pour l’heure, Garneau rejette les fables et le merveilleux au profit des explications rationnelles. Le développement de la civilisation représente le triomphe de la raison et celui de la liberté. Deux grandes périodes scindent l’histoire nationale, mais le destin des Canadiens est de lutter sans cesse, affirme Garneau : sous la domination française, les combats sont d’ordre militaire, contre les Amérindiens et contre les colons britanniques ; puis, sous la domination anglaise, le combat devient essentiellement politique.

12L’accent mis sur les événements politiques et militaires s’explique en grande partie par la manière de faire de l’histoire à son époque, de même que par le type de sources à sa disposition. Garneau peut jouir des fruits du travail des collectionneurs, tels Georges-Barthélemi Faribault, Jacques Viger et Hector Berthelot, qui depuis des années s’efforcent de rassembler les documents relatifs à l’histoire du Canada. À la fin des années 1840, il aura aussi accès à la documentation amassée par E. B. O’Callaghan à Albany, aux documents recopiés en France par L.-J. Papineau et par l’abbé J.-B. Ferland, de même qu’à la correspondance des gouverneurs avec les deux métropoles.

13De Michelet, Garneau a retenu la notion de peuple que, comme lui, il confond plus ou moins avec celle de nation. Le peuple, c’est la nation en devenir, celle dont le développement sera entravé par l’insouciance des autorités coloniales françaises. Quasiment laissé à lui-même, voire abandonné par la France, ce petit peuple bien inférieur en nombre réussit, malgré tout, à s’implanter, à explorer le continent et à se défendre contre les attaques de ses ennemis. L’Histoire du Canada prend alors une coloration à la fois épique et tragique.

14Garneau critique non seulement la politique coloniale de la France, il remet en cause le système de monarchie absolue qui génère des institutions entravant toute liberté. Soumis aux autorités coloniales, les colons ne peuvent pas développer leur potentiel. La Conquête s’avère donc une conséquence logique et inévitable d’un mauvais système politique. La mère patrie, à laquelle il reste attaché, c’est la nation française et non ses dirigeants ; il va jusqu’à affirmer que la perte du Canada ayant été une des « causes déterminantes » de la Révolution française, le peuple canadien a été vengé par le peuple français.

15En critiquant l’absolutisme, Garneau conteste aussi le statut de l’Église dans la société d’Ancien Régime. Il dénonce la combinaison exorbitante à ses yeux que forment le pouvoir politique détenu par la force et le pouvoir religieux commandé par la foi. Garneau ne s’oppose pas à la religion, mais il ne se gêne pas pour critiquer l’Église quand elle intervient dans les affaires civiles. Par exemple, il trouve que Mgr de Laval a tort d’interdire le commerce de l’eau-de-vie avec les Amérindiens, monnaie d’échange nécessaire pour le développement du commerce des fourrures, à son avis. L’historien se montre aussi très sévère en ce qui concerne l’éducation en Nouvelle-France : « c’est la page la plus sombre de nos annales », déplore-t-il. Selon lui, en cette période d’absolutisme, l’Église, avec la complicité des gouvernants, n’a pas fait grand-chose pour l’éducation : l’absence d’instruction, écrit-il, a rendu les colons plus dociles et moins ambitieux. Enfin, contrairement à son prédécesseur Charlevoix ou à plusieurs de ses successeurs, il ne décrit pas l’histoire de la Nouvelle-France comme une épopée mystique. Ses facteurs explicatifs ne relèvent pas du surnaturel et il prend ses distances par rapport à ce qu’il appelle le délire de la dévotion de Marie de l’Incarnation, par exemple. Il va encore plus loin : il critique vertement la décision d’interdire la venue de protestants dans la colonie, décision qui prive la Nouvelle-France de colons qui lui font tellement défaut. Ces prises de position vont, bien sûr, choquer certains membres du clergé.

16Dès 1845, certaines critiques anonymes paraissent dans la presse. Un article de La Minerve apprécie sans réserve la nouvelle histoire du Canada, son magnifique discours préliminaire, les connaissances solides et la qualité de la narration. Mais aussi vite, dans Le Canadien, quelques plumes cléricales expriment un autre avis : on critique l’esprit libre-penseur du discours préliminaire, l’utilisation de Michelet et, pire, de Voltaire, les propos qu’on juge anticatholiques sur le clergé et, notamment, les remarques sur l’autoritarisme de Mgr de Laval, de même que les commentaires audacieux sur l’émigration souhaitable des huguenots. C’est le libéralisme de l’auteur qui suscite le plus de commentaires négatifs, mais, en général, le talent de l’écrivain et la valeur littéraire de l’œuvre sont appréciés. À cet égard, une des rares exceptions sera celle exprimée par Maximilien Bibaud, le fils de Michel Bibaud, qui publiera, en 1855, une attaque fielleuse contre Garneau qu’il accusera d’ignorance et dont il déplorera la philosophie, tout en insistant finalement surtout sur les coquilles et les fautes de français.

17Garneau reçoit par ailleurs des encouragements, voire des éloges dans la presse française. Dès 1847, Isidore Lebrun publie un article enthousiaste dans la Nouvelle Revue encyclopédique. Th odore Pavie signe une longue étude dans la Revue des Deux Mondes, en 1853 : il admire l’érudition, les jugements solides et impartiaux, tout comme le fait que Garneau s’est porté à la défense de la nationalité et de la liberté. L’année suivante, Louis-Ignace Moreau est plus mitigé dans Le Correspondant parisien : malgré ses qualités, l’œuvre garnélienne aurait mal présenté le rôle de l’Église catholique en Nouvelle-France.

18Si l’on se fie à sa correspondance, Garneau ne semble pas très perturbé par les censeurs cléricaux et il poursuit son travail. Le premier tome de l’Histoire du Canada, paru en 1845, allait de la découverte de l’Amérique jusqu’à 1689 ; l’année suivante paraissait la suite, de 1690 à 1755 ; enfin, en 1848, paraissait le troisième volume qui rendait le récit jusqu’à 1792. En 1852, Garneau publie une seconde édition avec un supplément qui amène le récit de 1792 à 1840.

19Après avoir en quelque sorte sauvé la réputation des Canadiens, héros au destin tragique sous le discutable régime français, Garneau veut montrer la lutte tout aussi exemplaire et encore plus dramatique des Canadiens sous la domination anglaise. L’historien admire les États-Unis, qui ont su se libérer de l’Angleterre et se donner des institutions démocratiques afin d’assurer leur développement dans les meilleures conditions. On pourrait y voir une sorte de modèle. Il ne cache pas son intérêt grandissant pour les luttes parlementaires de ses contemporains, tout comme il ne masque pas non plus sa sympathie pour le Parti canadien, puis patriote. Imparfaite, la constitution de 1791 s’avère tout de même porteuse d’espoir démocratique. L’histoire devient alors celle d’une majorité qui défend ses droits menacés par une minorité, qui n’a de force ou d’influence qu’en raison de l’appui qu’elle reçoit de la métropole. Cette défense canadienne s’appuie sur des principes de justice et non sur des préjugés nationaux, et c’est d’ailleurs, selon lui, ce qui explique qu’elle soit appuyée par des éléments extranationaux. Garneau déplore la radicalisation du Parti patriote et il voit la scission entre John Neilson et L.-J. Papineau comme « un vrai malheur pour le pays » ; de même, il prend une certaine distance par rapport à Papineau qui s’abandonne imprudemment à un enthousiasme républicain. On constate alors un glissement de sens révélateur dans l’emploi du mot « peuple ». Jusqu’à l’été de 1837, le peuple désigne la nation canadienne qui approuve et suit ses leaders. La cause de la nation est la cause du peuple ; les assemblées de protestation sont des assemblées populaires ; le parti de Papineau est appelé le parti populaire. Puis, les patriotes s’écartant définitivement de la modération et de la conciliation prônées par Garneau, le peuple désigne alors les couches populaires entraînées et égarées par les agitateurs.

20L’historien décrit assez sobrement les manifestations de l’été de 1837, mais il condamne finalement la rébellion parce que c’était une folie de tenter la lutte armée contre l’Angleterre. Il s’efforce de minimiser l’importance des combats de Saint-Denis et de Saint-Charles. En revanche, il ne cherche pas à atténuer ni même à expliquer les actes répressifs commis par l’armée britannique. Il parle du carnage et du pillage de Saint-Eustache, et ce sont les chefs militaires et non les soldats qui en portent la responsabilité, tout comme celle des arrestations arbitraires de 1837 et 1838. Les pendaisons sont décrites comme un acte de vengeance : « Douze des condamnés périrent sur l’échafaud, aux applaudissements de leurs ennemis accourus pour prendre part à un spectacle qu’ils regardaient comme un triomphe. »

21La rébellion fut le résultat d’une lutte politique prolongée au-delà de toute mesure, plutôt qu’une détermination formelle de rompre avec l’Angleterre. Prématurée et inattendue, elle a été le fait d’extrémistes qui ont pris le pas sur les modérés. Pourtant, ce n’est pas le droit de se rebeller qui est mis en cause, mais plutôt la disparité des forces en présence. Si le Parti patriote s’est obstiné d’une manière fatale, la responsabilité des troubles est imputée à l’Angleterre, dont la conduite injuste à l’égard des Canadiens français a amené ceux-ci à défendre leurs droits et leur nationalité. Sous le masque de la bienveillance, les dirigeants britanniques ont toujours conservé le but d’assimiler les Canadiens. Comme plusieurs de ses contemporains, Garneau avait mis beaucoup d’espoir dans la mission de lord Durham ; il sera amèrement déçu par un rapport qu’il décrit comme « un plaidoyer spécieux en faveur de l’anglicisation ». L’Union de 1840, qui proscrit la langue française et bafoue les droits démocratiques des Canadiens s’avère une « grande injustice ».

Le destin éditorial

22On a longtemps cru que Garneau s’était plié à la censure, dans les deuxième et troisième éditions de son Histoire. Les spécialistes ont plutôt établi que les milliers de retouches servaient surtout à éliminer les coquilles et à corriger le style, de même qu’un certain nombre d’erreurs factuelles, apparues à la suite de l’enrichissement de la documentation disponible. L’écriture garnélienne est marquée par la clarté et la sobriété, et l’auteur s’avère constamment soucieux de perfectionner la forme et le fond. Dans la troisième édition, parue en 1859, et la dernière de son vivant, il a retouché quelques passages incriminés, mais, là encore, essentiellement pour en atténuer le ton, sans modifier l’analyse d’ensemble. Garneau n’a pas cédé aux pressions de ses adversaires et il a préservé son interprétation à la fois nationaliste, libérale et laïque. Comme il l’écrivait fièrement dans la lettre à L.-H. La Fontaine citée plus haut : « Au surplus, je puis parler avec une parfaite indépendance. Je ne dois de reconnaissance spéciale, ni au gouvernement, ni à qui que ce soit, et je n’ai pris aucune part aux événements publics ; ce qui me laisse dans la plus grande liberté de parler des hommes et des choses comme un historien éclairé, indépendant et véridique doit le faire. »

23C’est après la mort de l’historien que les choses se gâtent. Au-delà des polémiques, cependant, Garneau est célèbre et son décès suscite un deuil national. Dès l’année suivante, un monument est inauguré en son honneur. Le discours prononcé à cette occasion par P.-J.-O. Chauveau réoriente la lecture de l’œuvre, tout en acclamant son auteur, présenté comme un ami. La consécration s’accompagne d’une récupération. L’abbé H.-R. Casgrain poursuit dans la même voie : il encense Garneau tout en insistant sur l’interprétation nationaliste au détriment des idées libérales. Il sera un des premiers à tenter de faire croire que l’historien, en bon chrétien, a expurgé son œuvre de tout passage litigieux. Cela étant, Casgrain lui décerne le titre d’historien national, même si le premier à utiliser l’expression a été Paul-Henry de Belvèze, commandant de La Capricieuse, venu fêter les retrouvailles France-Québec en 1855.

  • 2 Voir Micheline Cambron, « P.-J.-O. Chauveau, lecteur de Garneau », dans Gilles Gallichan, Kenneth (...)

24De 1882 à 1884 paraît une quatrième édition de l’Histoire du Canada, préparée par le fils de l’historien, Alfred Garneau, qui n’a pas craint d’introduire des modifications de son cru et d’émousser la plume de son père. La page-titre annonce une préface de Chauveau, qui ne paraîtra cependant qu’à la fin du dernier volume. Ce long texte de plusieurs centaines de pages consiste essentiellement en une relecture tout à fait biaisée de l’œuvre et conforme à l’orthodoxie clérico-nationaliste. Chauveau juge et corrige l’historien national, tout en affectant de le célébrer. Il lui reproche, notamment, d’avoir négligé les origines religieuses du Canada. Faisant mine de l’excuser pour n’y avoir pas suffisamment insisté, il pousse l’effronterie jusqu’à prétendre que Garneau croyait à l’intervention de la Providence dans l’histoire des Canadiens et même qu’il endossait le mythe de la conquête providentielle2. Bien évidemment, Garneau qui insistait sur la méthode scientifique et sur la liberté de conscience qu’elle suppose, n’a jamais inscrit l’histoire du Canada dans le plan divin.

  • 3 Cette section s’appuie sur les travaux de Pierre Savard, « Les rééditions de l’Histoire du Canada (...)
  • 4 Lettre à l’abbé Napoléon Morissette, 21 novembre 1934, citée par Pierre Savard, loc. cit., p. 547.

25Une trentaine d’années plus tard, en 1913, Hector Garneau, petit-fils de l’historien, publie à Paris une cinquième édition basée sur la première. Il y ajoute 2000 notes et 200 appendices, mais ses interventions sont indiquées entre crochets, comme il se doit3. La préface de Gabriel Hanotaux valorise l’œuvre. Les critiques françaises sont enthousiastes et cette édition s’épuise rapidement, de telle sorte qu’une septième, puis une huitième édition paraissent en 1920 et en 1928, mais ce ne sont, en fait, que des réimpressions. La réception au Québec est plus mitigée : si Léon Gérin, Henri d’Arles et Gustave Lanctôt commentent positivement, il n’en va pas de même de quelques membres du clergé, comme le chanoine Georges Robitaille, qui publie une virulente dénonciation. Même Henri Bourassa s’y met. Les accusations répètent celles du milieu du XIXe siècle : on trouve inadmissible cette reprise d’un texte voltairien et gallican. Contrairement à son grand-père, Hector Garneau ne résiste pas à la critique. Il se met à la préparation d’une huitième édition bien expurgée. En 1934, il écrit à l’abbé Napoléon Morissette qu’il se propose de supprimer « tout ce qui est sujet à caution ou à critique, et en particulier les opinions premières et surannées de l’auteur4 ». Le résultat paraît entre 1944 et 1946, en neuf volumes. Calquée sur la quatrième, cette édition supprime l’appareil critique de même que le Discours préliminaire ; tel que promis, les passages incriminés ont disparu et les éloges au clergé se sont multipliés. Hector Garneau est rentré en grâce et il reçoit même les félicitations du cardinal pour avoir nettoyé le texte de son grand-père de ses « éclaboussures voltairiennes ». Cette huitième édition satisfait l’orthodoxie cléricale du milieu du XXe siècle et complète la spoliation entreprise à la fin du XIXe siècle. Une neuvième édition, publiée à Paris en 1969 par François de Beauval, a plus ou moins recopié la huitième. Enfin, l’édition critique des œuvres de Garneau entreprise par Pierre Savard et Paul Wyczynski n’a jamais été terminée. Ce chantier, sans doute colossal, est certainement à reprendre : il serait souhaitable d’établir l’édition critique à partir de la dernière approuvée par l’auteur, celle de 1859, en indiquant les modifications introduites depuis l’édition princeps.

26François-Xavier Garneau a conclu son œuvre par quelques phrases qui laissent encore les historiens perplexes. Le paragraphe sans doute le plus souvent cité se lit comme suit : « Que les Canadiens soient fidèles à eux-mêmes ; qu’ils soient sages et persévérants, qu’ils ne se laissent point séduire par le brillant des nouveautés sociales et politiques ! Ils ne sont pas assez forts pour se donner carrière sur ce point. C’est aux grands peuples à faire l’épreuve des nouvelles théories : ils peuvent se donner toute liberté dans leurs orbites spacieuses. Pour nous, une partie de notre force vient de nos traditions ; ne nous en éloignons ou ne les changeons que graduellement. »

  • 5 Voir Gilles Marcotte, « La voie honorable », Études françaises, 30, 3, hiver 1994-1995, p. 49-74.

27Qu’a-t-il voulu dire ? Les lecteurs clérico-nationalistes y ont vu, bien sûr, une confirmation de leurs valeurs conservatrices. De nombreux commentateurs y ont perçu l’appel à un repliement sur soi et une sorte d’abandon des valeurs libérales, voire de la modernité. À la suite de Gilles Marcotte, nous croyons qu’il faut plutôt chercher le sens de cette conclusion en regard du Discours préliminaire auquel Garneau n’a jamais renoncé5. Plus encore, il faut aussi prendre en compte la dernière préface signée par Garneau, en 1859. L’historien persiste à défendre la cause embrassée depuis le début et il soutient encore que la survie de la nationalité passe par la « conservation de notre religion, de notre langue et de nos lois ». Cependant, il est conscient des conséquences pour qui s’attarde ainsi à ce qu’il nomme des « sympathies répudiées ». « Nous savons qu’en heurtant de front les décrets d’une métropole toute puissante, nous allons nous faire regarder par elle comme le propagateur de doctrines funestes et par les Canadiens ralliés au gouvernement qu’elle nous impose, comme le disciple aveugle d’une nationalité qui doit périr » (p. ix). Le citoyen Garneau refuse toujours l’Union ; il rejette les compromis des réformistes, sans pour autant rejoindre les rouges. Invariablement partisan de la liberté, il ne professe aucun goût pour les idées révolutionnaires. Il choisit la « voie honorable », celle de rester fidèle à ses convictions. L’annexion aux États-Unis, pays de liberté, serait par ailleurs trop dangereuse pour la nationalité ; la prudence s’impose. L’infériorité numérique des Canadiens en Amérique du Nord fragilise la nation. Toutefois, Garneau persiste à croire que le « petit peuple » auquel il appartient pourra tirer son épingle du jeu des rapports politiques entre les grandes nations : « Les États-Unis ont déjà plus d’une fois arrêté, par leur attitude, l’oppression des Canadiens. Le drapeau de cette république possède cet avantage qu’en se déployant dans le ciel, il impose la violence et paralyse le bras qui cherche à effacer un peuple du livre des nations » (p. x). C’est sur cet optimisme impressionnant que se termine la préface de l’édition de 1859, sans doute les derniers mots écrits par François-Xavier Garneau.

Bibliographie

Bibliographie

Garneau, François-Xavier, Dix-neuf poèmes parus entre 1832 et 1841 reproduits par James Huston, dans Le Répertoire national, Montréal, Lovell & Gibson, 1848-1850.

Garneau, François-Xavier, Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu’à nos jours, Discours préliminaire, Livres I et II, texte conforme à l’édition de 1845, avec une préface de Gilles Marcotte, Montréal, Bibliothèque québécoise, 2008, 245 p.

Garneau, François-Xavier, Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu’à nos jours, Québec, Imprimerie de N. Aubin, 1845-1848, 3 vol. (le 3e vol. a paru chez Fréchette et frère).

Garneau, François-Xavier, Voyage en Angleterre et en France dans les années 1831, 1832 et 1833, texte établi, annoté et présenté par Paul Wyczynski, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1968, 377 p. (1re édition : Québec, Augustin Côté, 1855).

Études

« François-Xavier Garneau et son histoire », numéro spécial d’Études françaises, 30, 3, hiver 1994-1995.

Gallichan, Gilles, Kenneth Landry et Denis Saint-Jacques (dir.), François-Xavier Garneau, une figure nationale, Québec, Éditions Nota Bene, 1998, 399 p.

Savard, Pierre, « Les rééditions de l’Histoire du Canada de François-Xavier Garneau devant la critique, 1913-1946 », Revue d’histoire de l’Amérique française, 28, 4, 1975, p. 539-553.

Savard, Pierre et Paul Wyczynski, « Garneau, François-Xavier », Dictionnaire biographique du Canada/Canadian Dictionary of Biography, Université Laval/University of Toronto, 1977.

Wyczynski, Paul (dir.), François-Xavier Garneau, aspects littéraires de son œuvre, ouvrage préparé à l’occasion du centenaire de la mort de F.-X. Garneau, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1966, 207 p.

Notes

1 Henri-Raymond Casgrain, « Le mouvement littéraire », dans Œuvres complètes, Québec, Typographie de C. Darveau, 1875, vol. III, p. 75.

2 Voir Micheline Cambron, « P.-J.-O. Chauveau, lecteur de Garneau », dans Gilles Gallichan, Kenneth Landry et Denis Saint-Jacques (dir.), François-Xavier Garneau, une figure nationale, Québec, Éditions Nota Bene, 1998, p. 333-346.

3 Cette section s’appuie sur les travaux de Pierre Savard, « Les rééditions de l’Histoire du Canada de François-Xavier Garneau devant la critique, 1913-1946 », Revue d’histoire de l’Amérique française, 28, 4, 1975, p. 539-553.

4 Lettre à l’abbé Napoléon Morissette, 21 novembre 1934, citée par Pierre Savard, loc. cit., p. 547.

5 Voir Gilles Marcotte, « La voie honorable », Études françaises, 30, 3, hiver 1994-1995, p. 49-74.

Table des illustrations

Légende François-Xavier Garneau, Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu’à nos jours, Québec, N. Aubin, 1845, vol. I. Collections de BAnQ (RES/AD/410).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 355k

Auteur

Professeure au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal. Spécialiste de l’histoire culturelle du Québec, ses travaux ont porté sur l’histoire des idéologies, l’histoire de la presse, l’histoire du livre et de la librairie, de même que sur l’historiographie québécoise.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre