Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XIXe siècle

1832 • Joseph Bouchette

The British Dominions In North America. A Topographical Description

Claude Boudreau

Texte intégral

Joseph Bouchette, The British Dominions in North America; or a Topographical and Statistical Description of the Provinces of Lower and Upper Canada […], Londres, Longman, Rees, Orme, Brown, Green et Longman, 1832, vol. I. Collections de BAnQ (RES/AC/99).

1Si Joseph Bouchette mérite de figurer parmi les auteurs de monuments intellectuels du Québec du XIXe siècle et si, en particulier, son ouvrage de 1832 lui vaut cette reconnaissance, il est nécessaire de dire d’entrée de jeu que ce livre considérable est accompagné d’un très important travail proprement cartographique, une première formulation faite quinze ans auparavant et refaite par la suite, ainsi que d’un « dictionnaire topographique », ces deux réalisations fournissant en quelque sorte le socle assurant la solidité et la grandeur du monument intellectuel.

2Arpenteur, officier de marine et de milice, et auteur, Joseph Bouchette, est né le 14 mai 1774 à Québec, l’année même où fut proclamé l’Acte de Québec. Cet acte, qui remit en vigueur les lois civiles françaises, devait permettre à l’Angleterre de consolider son emprise sur le Canada et repousser les indépendantistes des 13 colonies anglaises. C’est dans ce contexte que naquit le fils aîné de Jean-Baptiste Bouchette et de Marie-Angélique Duhamel. Le 4 juillet 1797, Joseph épousa à Montréal Adélaïde Chaboillez, qui lui donna cinq enfants. Décédé le 8 avril 1841, à Montréal, Joseph Bouchette fut inhumé dans la crypte de la basilique Notre-Dame, un privilège réservé aux notables et aux gens influents.

3Le nom de Joseph Bouchette ne figure pas dans la liste des élèves qui ont fréquenté le Petit Séminaire de Québec. Plusieurs historiens en ont conclu qu’il n’avait reçu qu’une éducation sommaire. Pourtant, bien des aspects de sa vie et de sa carrière laissent croire le contraire. La facilité avec laquelle Bouchette écrira et parlera l’anglais ainsi que le fait d’assimiler en un an seulement les connaissances nécessaires à l’obtention de son brevet d’arpenteur-géomètre permettent de croire qu’il jouit d’un certain degré d’instruction. Il se peut qu’il ait reçu cette formation de sa mère, qui était fort instruite, ou bien qu’il ait suivi des cours d’un maître anglais, ou encore qu’il ait pu s’embarquer sur un navire-école.

4Dans l’un de ses états de service, en 1817, Bouchette affirme avoir participé à des travaux d’arpentage avec l’équipe de William Chewett dans la région de Montréal en 1788, puis entre Vaudreuil et Long-Sault (Ontario) l’année suivante. En mars 1790, il figure dans la liste des employés du Bureau de l’arpenteur général à Québec, où il est engagé comme dessinateur adjoint pour recopier des plans de la province. Le fait que son oncle, Samuel Johannes Holland, était l’arpenteur général lui a sans doute permis d’obtenir ce poste. Bouchette se lie d’amitié avec un adjoint de Holland, James Peachy, aquarelliste de talent. Il en profite aussi pour suivre des cours de François Baillairgé, artiste, architecte et sculpteur bien connu de Québec.

5Bouchette est nommé arpenteur-géomètre le 25 mars 1791, mais il préfère s’engager dans la marine provinciale. La même année, il se rend à York (Toronto) pour servir sous les ordres de son père, alors capitaine de vaisseau dans la région des Grands Lacs. Son habileté et ses connaissances en arpentage lui valent de diriger les levés hydrographiques du port d’York, qu’il complète en novembre 1792. En mai 1794, il se distingue en renflouant un schooner échoué près du port d’York et considéré comme irrécupérable. Cet exploit lui vaut une promotion au rang de lieutenant en second le même mois. L’hiver suivant, Bouchette travaille à titre de dessinateur chargé de reproduire en plusieurs exemplaires une carte du Haut-Canada. Cependant, il doit quitter la marine provinciale en 1796 à la suite d’une importante réduction des effectifs. Il achète alors une commission de lieutenant dans le Royal Canadian Volunteer Regiment, puis revient au Bas-Canada et s’installe à Montréal. Le 1er juin 1797, il reçoit le commandement d’un bateau armé et d’un détachement de 30 hommes de son régiment. On lui confie une mission sur le Saint-Laurent, entre Québec et Montréal.

6Pendant l’hiver de 1800-1801, à la demande de Holland, Bouchette agit en qualité d’examinateur des candidats au poste d’arpenteur. Au printemps de 1801, il vient s’installer à Québec et, dès juillet, il réintègre le Bureau de l’arpenteur général. Holland, avançant en âge, a besoin d’une personne de confiance pour le seconder et, éventuellement, le remplacer. Il désire que son fils John Frederick prenne la relève, mais le lieutenant-gouverneur Robert Shore Milnes use de son pouvoir et de son influence, et c’est Bouchette qui obtient le poste en juillet. Le choix de Milnes n’est guère surprenant quand on sait l’importance qu’il accordait au développement des cantons. De plus, Bouchette, qui a maintes fois démontré sa loyauté envers la Couronne, qui s’est même lié d’amitié avec le duc de Kent, est l’homme sur qui le lieutenant-gouverneur peut compter. Holland meurt le 28 décembre suivant. Bouchette assure dès lors l’intérim jusqu’à sa nomination officielle en tant qu’arpenteur général en 1804. Sa première tâche consiste à remettre de l’ordre dans un bureau que son prédécesseur, à la suite de tensions avec les Américains et sans doute aussi en raison de son âge avancé, avait passablement négligé.

7En mars 1806, Bouchette rédige un rapport sur la seigneurie Saint-Maurice et le terrain occupé par les forges. Ce document contient des cartes et plans accompagnés d’un texte fournissant le détail des travaux exécutés par ses collaborateurs, ainsi que ses propres observations et vérifications. L’année suivante, Bouchette se rend à Londres afin d’attirer l’attention des autorités sur l’importance de préciser la frontière entre le Bas-Canada et les États-Unis. Il insiste alors sur la nécessité d’établir correctement le tracé du 45e parallèle. De retour à Québec à la fin de 1807, il recueille des données afin de réaliser une carte du Bas-Canada et de rédiger un ouvrage statistique et descriptif pour accompagner cette carte. Ce projet ne l’empêche pas de s’occuper activement des travaux liés à son poste d’arpenteur général. Ainsi, le 12 décembre 1808, il soumet un rapport sur la délimitation de la frontière entre les États-Unis et le Bas-Canada. À l’été de 1809, il effectue les levés topographiques et hydrographiques des rives du Saint-Laurent, depuis Cap-Rouge jusqu’à Sillery. L’été suivant, il fait le même travail dans l’embouchure de la rivière Saint-Charles. En 1811, il se préoccupe à nouveau du problème de la frontière canado-américaine.

8Bouchette mène aussi une brillante carrière militaire. La guerre de 1812 lui permet de s’illustrer en effectuant d’importantes missions de reconnaissance. À titre d’arpenteur, il sait décrire toutes les voies d’accès que l’on doit maîtriser à l’intérieur d’un réseau de défense. Ses missions l’amènent à Lachine, sur les rives du lac Saint-François, à Rivière-du-Loup, ainsi qu’à Lacolle et Odelltown. Il profite aussi de la guerre pour tisser des liens avec plusieurs personnages importants, tel sir Georges Prévost, le gouverneur. Le 26 octobre 1812, Bouchette est promu major du bataillon de la milice de l’île d’Orléans. Dès le mois suivant, il recrute des miliciens pour mettre sur pied les Quebec Volunteers, qu’il commande par la suite. En mars 1813, il est nommé lieutenant-colonel de la milice du Bas-Canada. La fin de la guerre met un terme à sa carrière militaire. Il conserve cependant son grade de lieutenant-colonel. Il fera souvent état de ses exploits, notamment lorsqu’il réclamera au gouvernement un meilleur salaire.

La carte de 1815 : une première synthèse topographique des connaissances acquises

9Bouchette projette depuis quelques années déjà la réalisation d’une carte à grande échelle du Bas-Canada, accompagnée d’un dictionnaire topographique. Le 18 février 1814, il présente son projet devant la Chambre d’assemblée, qui le renvoie à un comité spécial. Le 23 février, le comité émet un avis favorable à ce sujet. La Chambre d’assemblée décide ensuite de mettre 1500 livres sterling à la disposition de Bouchette. Une souscription publique est aussi lancée au montant de cinq guinées, payables au moment de la réception de la carte. La majorité des souscripteurs sont anglophones, ce qui illustre bien les liens privilégiés qui unissent Bouchette à cette communauté. Fort de l’appui de la Chambre, Bouchette s’embarque pour l’Angleterre en août 1814 avec l’objectif de faire publier ses travaux. Il compte sur l’appui du gouverneur et des hauts fonctionnaires, de même que sur l’amitié de quelques personnes particulièrement influentes, dont le duc de Kent.

10Dès l’année suivante, Bouchette publie à Londres une carte du Bas-Canada à l’échelle de 2,75 milles au pouce, accompagnée de sa Description topographique du Bas-Canada, qui paraît aussi en anglais. L’auteur précise ses intentions au début de l’ouvrage : « L’intérieur du Bas-Canada étant si peu connu en dehors de ses limites, le sentiment qu’un document détaillé serait utile non seulement pour le montrer dans son état actuel, mais aussi pour le faire mieux connaître et pour faciliter la mise en valeur de ses vastes ressources, m’a déterminé à faire une carte à grande échelle et à publier ce livre pour mieux expliquer celle-ci. »

11La carte de 1815 représente la première synthèse des connaissances acquises sur le territoire canadien. Elle permet alors à l’État d’avoir en sa possession une carte précise de l’ensemble du territoire placé sous juridiction britannique, après la guerre de 1812. Ce qui la rend exceptionnelle, ce ne sont pas seulement les détails qu’elle contient, mais aussi l’échelle utilisée par l’auteur pour couvrir un aussi vaste territoire. En effet, il n’existait pas jusqu’alors de cartes permettant une lecture détaillée des différentes régions de la province.

12L’ouvrage est fort bien reçu des milieux scientifiques, puisque, le 1er avril 1816, la Society for the Encouragement of Arts, Manufactures, and Commerce, de Londres, lui décerne une médaille d’or comme appréciation de son travail. En France, le Dictionnaire historique et raisonné de 1821 écrit à son sujet : « On estime également les cartes qu’il a levées à cause de leur parfaite exactitude. Tous ceux qui se livrent à l’étude de la géographie désireraient dans l’intérêt de cette science, que les différentes parties de l’Europe fussent décrites et dessinées avec le même soin. »

13Pendant son séjour à Londres, Bouchette est nommé arpenteur spécial de Sa Majesté et est chargé de l’application de l’article 5 du traité de Gand, qui prévoyait la création de commissions ayant pour tâche de régler le problème de la délimitation de la frontière entre le Nouveau-Brunswick et les États-Unis. Désireux de bien remplir sa tâche, Bouchette suit, à ses frais, des cours d’astronomie avant de revenir au pays.

14Au printemps de 1817, Bouchette se rend aux sources de la rivière Sainte-Croix en compagnie d’arpenteurs américains. C’est à partir de cet endroit qu’est fixée la limite entre le Nouveau-Brunswick et le Maine. Il remet ensuite aux commissaires un volumineux rapport qui lui vaut de nombreuses félicitations. Il part aussitôt pour Burlington, au Vermont, d’où il organise une expédition en vue d’établir le tracé du 45e parallèle. Contractant la « fièvre du lac Champlain », il se fait reconduire à Montréal et nomme l’arpenteur William Franklin Odell pour le remplacer en 1818. Bouchette reçoit une autre marque d’estime du seigneur Alexander Fraser, qui, en novembre 1817, lui donne le quart des seigneuries du Madawaska et du lac Témiscouata.

15Bouchette n’étant pas été entièrement satisfait de sa carte de 1815, il songe à la reprendre dès le début des années 1820. C’est d’ailleurs ce qu’il réalisera seize ans après sa première publication.

Publication de son œuvre majeure

16De 1826 à 1829, Bouchette travaille à recueillir les données qui lui permettront de publier l’ouvrage le plus important de sa carrière, The British Dominions in North America ; or a topographical description of the provinces of Lower and Upper Canada [...], qui s’inspirera, tout en la complétant, de la Description topographique parue en 1815. Parcourant le pays, il accumule des données statistiques, des cartes et des plans, amassant notes et croquis qu’il rassemblera dans un ouvrage considéré de nos jours par plus d’un comme le premier manuel de géographie régionale du Canada.

17La collecte de ces informations est facilitée par la pratique de sa profession d’arpenteur, qui, à l’époque, exige de nombreux déplacements à travers des régions mal connues et peu développées. Bouchette dirige lui-même plusieurs de ces expéditions, qui se font en voiture ou à cheval, et souvent même en canot et à pied en empruntant les portages. L’arpenteur effectue ainsi des tournées à travers la province en 1824, 1827 et 1829. En 1828, les commissaires Andrew et Stuart sont chargés de faire enquête sur les possibilités de développement de l’arrière-pays situé au nord du fleuve Saint-Laurent et encore inexploré. Dans le cadre de ce programme de recherche, Bouchette dirige à l’été de 1828 une expédition qui se rend de Trois-Rivières jusqu’au lac Saint-Jean, en passant par la Mauricie. Dans sa correspondance, on note les nombreuses difficultés qu’il rencontre au cours de son périple et la rigueur scientifique dont il fait preuve. À son retour, il dépose un rapport qui soulève tant d’intérêt qu’une autre expédition est mise sur pied dès l’année suivante. Mais Bouchette n’y participera pas en raison d’une querelle avec un certain Nixon.

18Ce retrait forcé n’empêchera pas Bouchette de mener son projet à terme. Après s’être départi de ses terres du lac Témiscouata et avoir obtenu de l’Assemblée une promesse d’achat de cent exemplaires de son ouvrage, Bouchette s’embarque le 29 septembre 1829 sur le General Wolfe à destination de Londres en compagnie de sa femme et de son fils Robert Shore Milnes, ainsi nommé en l’honneur du lieutenant-gouverneur d’alors devenu son parrain. Bouchette peut compter sur l’appui des autorités coloniales et des nombreux amis qu’il a en Angleterre. Pendant des mois, il réalise les cartes manuscrites qui seront utilisées par les graveurs : « Après dix-huit mois de travail incessant, consacré à la préparation des cartes manuscrites et à l’examen minutieux que faisait mon père lui-même des épreuves que nous envoyait le graveur, nous pûmes enfin passer de la partie topographique à la partie littéraire », écrit son fils dans ses Mémoires.

19Après trois ans d’effort, Bouchette publie en 1831 sa carte à grande échelle du Bas-Canada. Outre les éléments naturels et anthropiques, l’auteur y a ajouté de nombreux éléments par rapport à sa carte de 1815. Ainsi, l’industrie rurale et les réseaux de transport y revêtent beaucoup plus d’importance. L’élimination des plans de villes permet la couverture d’un plus vaste espace, notamment l’addition de la péninsule gaspésienne, d’une partie du Nouveau-Brunswick et, à l’autre extrémité, d’une partie du Haut-Canada avec le détail du canal Rideau, sans compter l’élargissement de l’espace couvert de part et d’autre du fleuve. Finalement, Bouchette élimine la couverture forestière qui nuisait, sur le plan visuel, à la lisibilité de sa carte de 1815. Si cette dernière semble associée à l’idée du contrôle militaire et défensif du territoire, celle de 1831 montre davantage des préoccupations d’ordre socioéconomique. En effet, même si la frontière et les postes de défense sont bien identifiés sur la carte de 1831, le quadrillage du territoire, qui marque le contrôle des populations et des ressources, occupe maintenant l’avant-plan. Le territoire étant clairement délimité, l’État peut désormais se tourner vers le développement et l’exploitation des ressources du milieu.

20En 1831, Bouchette publie également le Topographical Dictionary of the province of Lower Canada. L’auteur dédicace au souverain britannique, le roi William, cette œuvre « of one of Great Britain’s most happy and flourishing colonies ». Ce dictionnaire topographique joue un rôle essentiel dans l’interprétation du contenu de la carte en complétant la description tant physique qu’économique de la colonie. La carte se veut une image utilisée pour rendre plus intelligible la description du territoire, et c’est dans ce sens descriptif que le dictionnaire apparaît comme un complément non seulement utile, mais nécessaire à une bonne compréhension de l’image projetée par Bouchette.

21D’abord sur le plan physique, le dictionnaire comble les lacunes de la carte, notamment en ce qui a trait aux sols et à la végétation. Le quadrillage sectoriel (limites administratives) de la carte trouve sa correspondance dans le dictionnaire, permettant ainsi au lecteur possédant les deux outils (carte et dictionnaire) de se faire une représentation assez juste de la réalité exprimée par Bouchette.

22Du point de vue administratif, le dictionnaire nous renseigne sur la propriété et le statut (paroisse, seigneurie) des différentes localités de la province. Sur le plan économique, il nous livre plusieurs informations non mentionnées sur la carte concernant l’industrie rurale et la production agricole.

23Finalement, la structure même du dictionnaire confirme le rôle de complément nécessaire qu’entendait lui faire jouer Bouchette. Non paginé, il décrit par ordre alphabétique les éléments suivants : districts, comtés, cantons, seigneuries, fiefs, fleuve, rivières, lacs et îles. À chaque élément correspond une description à laquelle s’ajoutent, dans le cas des divisions administratives, un extrait des actes de propriété et un tableau contenant les principales statistiques d’ordre socioéconomique, par exemple, celles concernant la population, les églises, les moulins, la production agricole, etc. Il appert donc que Bouchette a conçu sa carte en fonction du dictionnaire qui devait l’accompagner, l’un et l’autre devant contribuer à produire une image des plus complètes du territoire décrit.

24En 1832, Bouchette publie en deux volumes The British Dominions in North America; or a Topographical Description of the provinces of Lower and Upper Canada, New Brunswick, Nova Scotia, the Islands of Newfoundland, Prince Edward, and Cape Breton. Sur la page liminaire, Bouchette énumère ses nombreux titres : arpenteur général du Bas-Canada, lieutenant-colonel, vice-président de la Société historique et littéraire de Québec et membre correspondant de la Société des arts de Londres. L’œuvre est publiée par Longman, Rees, Orme, Brown, Green, and Longman. Au tout début de l’ouvrage, on y voir une gravure représentant Joseph Bouchette et la signature de ce dernier.

25The British Dominions in North America vient achever l’œuvre cartographique et littéraire de Bouchette qui constitue un ensemble. En effet, on constate que le Dictionnaire topographique et The British Dominions ont été conçus en même temps puisque, dans le premier ouvrage, l’auteur y invite le lecteur à consulter le second pour en savoir plus. Par exemple, pour la description de la ville de Montréal, de ses sols, de son climat, Bouchette renvoie au premier volume de The British Dominions, en indiquant la page. Même chose pour l’île Jésus, Anticosti ou le Saguenay. Écrit cette fois dans un style littéraire, The British Dominions vient ainsi ajouter de nombreuses informations au dictionnaire, plus limité dans sa forme.

26Le premier volume de 500 pages contient 17 chapitres. Dans une longue préface, l’auteur explique comment il en est arrivé, après avoir accumulé un très grand nombre de données, à publier en même temps que cet ouvrage deux cartes, l’une, topographique, sur le Bas-Canada, et l’autre, géographique, sur les provinces britanniques d’Amérique. Seule l’île de Terre-neuve a été décrite à partir de registres publics seulement, l’auteur ne disposant pas de données personnelles sur l’état de ce territoire. Bouchette ne manque pas de remercier son fils pour sa contribution tout au long de l’ouvrage.

27Le premier chapitre s’ouvre sur les grands explorateurs des Amériques, depuis Christophe Colomb jusqu’à Jacques Cartier. Bouchette résume ensuite les faits militaires et politiques qui ont amené la France à céder une partie de la Nouvelle-France aux Britanniques, en 1713. Il s’attarde à la question des frontières, surtout celles touchant les États-Unis, avant de décrire les grandes régions physiques et les caractéristiques géologiques du territoire. Les territoires des communautés amérindiennes occupant le secteur de la baie d’Hudson jusqu’aux limites du nord-ouest du pays, les postes de traite et le passage du Nord-Ouest couvrent une trentaine de pages.

28Les chapitres trois à six concernent le Haut-Canada. On y découvre l’histoire du peuplement, d’abord français puis britannique, de ce territoire devenu une province distincte du Bas-Canada en 1788. Un tableau présente les districts, comtés et cantons. Bouchette examine ensuite le relief, les sols, le réseau hydrographique, puis les villes et les villages : York, London, Perth, Kingston, Bytown, Gore, Niagara, etc. Pour attirer de nouveaux immigrants, la Canada Company, formée en 1826, a reçu le mandat d’acheter des terres puis de les distribuer aux nouveaux arrivants. Cette politique a beaucoup favorisé la colonisation. Bouchette termine cette partie par l’étude du gouvernement, de sa constitution et de ses lois.

29Le chapitre sept explore les grands cours d’eau des deux Canadas : les Grands Lacs, leurs tributaires et leurs îles, les courants et les chutes du Niagara, les canaux Welland, Érié, Rideau et Grenville, enfin le majestueux Saint-Laurent, depuis Kingston jusqu’à l’île Saint-Paul dans le golfe du Saint-Laurent, sans oublier les obstacles à la navigation de cette grande voie commerciale.

30Les chapitres 8 à 16 sont consacrés au Bas-Canada, qui occupe la plus grande partie du livre. Seul le chapitre 11 fait exception en traitant du climat du Haut et du Bas-Canada. Le Bas-Canada y est décrit dans tous ses aspects. Après une brève introduction qui présente la géographie du territoire avec ses subdivisions en comtés, seigneuries, fiefs et cantons, Bouchette aborde ensuite la province en deux parties : celle située au nord du Saint-Laurent, puis celle située au sud-est du fleuve. Au nord, le parcours commence par la région située entre les rivières Ottawa et Saint-Maurice. Les traits caractéristiques du paysage y sont notés, les cantons, les seigneuries, les villes, les villages et leur population y sont décrits minutieusement. Bouchette présente ensuite les îles de l’archipel de Montréal et la ville du même nom, avec ses édifices et ses institutions d’enseignement, sans oublier la nouvelle cathédrale. Suit la région située entre les rivières Saint-Maurice et Saguenay et, bien sûr, la ville de Québec, son histoire, ses bâtiments publics, ses fortifications, ses marchés, son port et ses traversiers. Plusieurs croquis des villes mentionnées et des tableaux statistiques viennent compléter le texte. Bouchette analyse ensuite la région intérieure comprise entre les rivières Saguenay et Saint-Maurice, à partir d’un rapport qu’il a produit. Il termine son périple en revenant vers Tadoussac jusqu’aux limites de la province.

31Sur la rive sud-ouest du Saint-Laurent, Bouchette examine les aspects physiques et humains du territoire compris entre la rivière Chaudière et le district de Gaspé, jusqu’aux îles de la Madeleine. Il aborde aussi les Cantons-de-l’Est et le litige concernant la frontière canado-américaine. Les chapitres suivants traitent d’agriculture, du mode de tenure des terres en seigneuries et en cantons, de statistiques sur la population, de la milice, de la constitution et des lois du Bas-Canada, de même que des traditions et du caractère de la société française comparé à celui de la société américaine.

32Le deuxième volume contient 15 chapitres, dont les cinq premiers sont consacrés à la Nouvelle-Écosse. L’auteur y dépeint d’abord sa géographie, ses rivières et ses forêts, poursuit avec les subdivisions de la province en cantons et villes, et décrit enfin ses ports, son économie, sa législation et sa religion. Il est aussi question de l’île de Sable, où un établissement sert à accueillir les naufragés. Les deux chapitres suivants abordent l’île du Cap-Breton et ses nombreuses ressources en pêcheries et minéraux (coals, gypsum, salt springs, iron). Bouchette signale la situation stratégique de l’île, qui en fait la clé du golfe du Saint-Laurent. L’auteur présente ensuite le Nouveau-Brunswick et le comté de Charlotte. Dans le chapitre 10, on peut y lire des remarques générales sur la population, le climat, le commerce et l’industrie manufacturière. Bouchette termine son tour d’horizon des Maritimes avec les îles du Prince-Édouard et de Terre-Neuve et il aborde, notamment, la question des pêches et des routes.

33Dans le chapitre 13 (Land Granting), Bouchette classe les terres en trois catégories : celles données à des militaires, celles utilisées pour les usages civils (civil services) et, enfin, celles octroyées pour l’occupation du pays (settlement of the country). Le chapitre suivant traite de l’importance de l’émigration qui a commencé en 1815 et des vagues qui ont suivi grâce, notamment, aux politiques d’encouragement du gouvernement. Bouchette parle aussi d’un plan d’emploi qui doit tenir compte du climat (Plan of employment to suit the climate). Le dernier chapitre présente des considérations générales sur les colonies britanniques en Amérique du Nord.

34Dans les nombreux appendices, 26 en tout, on trouve, entre autres, des instructions pour les agents des cantons dans le Bas-Canada (Agents of Townships in Lower Canada). De nombreux plans et dessins faits par Bouchette ou son fils embellissent l’ouvrage. L’un représente l’inscription sur le nouveau monument érigé à la source de la rivière Sainte-Croix, le 31 juillet 1817, à la suite de l’établissement du tracé de la frontière entre le Maine et le Nouveau-Brunswick (Inscription on the new Monument erected at the source of the St Croix on the 31 July, 1817). On peut également voir les plans de Montréal, Québec, Saint-Hyacinthe, mais aussi de ports, de rivières (Niagara, Ottawa, Richelieu), de chutes et de forts. En fin de volume figure un plan montrant un « projected plan of Four Townships for emigrant Settlements in the British Colonies of North America ». Une géométrie rigoureuse caractérise le canton et ses subdivisions en rangs et en lots avec, en son centre, un carré réservé au village et, aux extrémités du canton, les terres réservées au clergé et à la Couronne. Des tableaux statistiques et une table des distances entre les villes et du coût d’envoi postal d’une lettre complètent le second volume (Table of post towns on the main post route with the distances and the rates of postage for a single letter).

35Après la parution de ses ouvrages, Bouchette demeure en Europe jusqu’en 1834, profitant de son séjour pour visiter la France et l’Italie. Pendant ce temps, son fils Joseph, arpenteur général adjoint depuis quelques années déjà, le remplace et semble très bien s’acquitter de sa tâche. À son retour, Bouchette reprend ses fonctions, mais laisse la direction de plusieurs dossiers à son fils.

L’héritage de Bouchette

36Sur le plan scientifique, il contribue en 1824 à la fondation de la Société littéraire et historique de Québec. Il est aussi à l’origine de la fondation de la Société pour l’encouragement des sciences et des arts au Canada en 1827 ; il en sera président jusqu’à sa fusion avec la Société littéraire et historique de Québec en 1829.

37Son ouvrage de 1815 représente la première synthèse des connaissances sur le territoire bas-canadien. Certes, Bouchette travaillait dans l’intérêt de l’Empire britannique, mais ses travaux n’en dénotent pas moins un très grand souci de l’avancement de la science. À cet égard, ses publications de 1831-1832 sont encore plus détaillées et plus complètes que les précédentes.

38Il est évident qu’à titre d’arpenteur général Joseph Bouchette s’est trouvé dans une situation qui favorisait l’élaboration et la publication de ses ouvrages. Toutefois, la synthèse qu’il a produite de ses travaux, augmentée de ses recherches personnelles, force l’admiration et en font un homme particulièrement important quant à l’histoire et au développement du Canada. En plus d’avoir réorganisé complètement les services d’arpentage et de cartographie du Bas-Canada, il a publié des œuvres qui témoignent de ses talents d’artiste et de scientifique. Outre ses publications, il a laissé un nombre impressionnant de cartes qui s’avèrent très utiles pour les chercheurs. De fait, Bouchette a produit les premiers ouvrages de géographie régionale et est devenu un incontournable pour qui s’intéresse au Québec du début du XIXe siècle.

Bibliographie

Bibliographie

Bouchette, Joseph, A Topographical Dictionary of the Province of Lower Canada, Londres, Longman, Rees, Orme, Brown, Green and Longman, 1832, 360 p.

Bouchette, Joseph, Description topographique de la province du Bas Canada, avec des remarques sur le Haut Canada et sur les relations des deux provinces avec les États-Unis de l’Amérique, [Londres (Angleterre), T. Davison], Imprimée pour l’auteur et publiée par William Faden, 1815, 664 p.

Bouchette, Joseph, General Report of an Official Tour through the New Settlements of the Province of Lower Canada, Québec, Th mas Gary & Co., 1825.

Bouchette, Joseph, The British Dominions in North America; or A Topographical and Statistical Description of the Provinces of Lower Canada and Upper Canada, Nova Scotia, The Islands of Newfoundland, Prince Edward and Cape Breton, including considerations on land-granting and emigration, to which are annexed statistical tables and tables of distances, etc., Londres, Longman, Rees, Orme, Brown, Green and Longman, 1832, 2 vol.

Études

Boudreau, Claude, L’analyse de la carte ancienne, essai méthodologique. La carte du Bas-Canada de 1831, de Joseph Bouchette, Québec, Université Laval, CÉLAT, coll. « Rapports et mémoires de recherche du CÉLAT », no 7, 1986, 169 p.

Boudreau, Claude, Archives cartographiques et architecturales. Guide, Québec, Ministère des Affaires culturelles, Direction des communications, Archives nationales du Québec, Centre d’archives de Québec, 1989, 401 p.

Boudreau, Claude, « Bouchette, Joseph », Dictionnaire biographique du Canada en ligne, vol. VII, sur le site : www.biographi.ca/index-f.html.

Boudreau, Claude, La cartographie au Québec, 1760-1840, Québec, Presses de l’Université Laval, 1994, 270 p.

Boudreau, Claude, et Michel Gaumond, Le Québec sous l’œil de l’arpenteur-géomètre. Depuis Champlain, Québec, Les Publications du Québec, 2007, 140 p.

Table des illustrations

Légende Joseph Bouchette, The British Dominions in North America; or a Topographical and Statistical Description of the Provinces of Lower and Upper Canada […], Londres, Longman, Rees, Orme, Brown, Green et Longman, 1832, vol. I. Collections de BAnQ (RES/AC/99).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6818/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

Auteur

Chercheur émérite, est titulaire d’un doctorat en géographie de l’Université Laval, avec une spécialisation en histoire de la cartographie du Québec. Boursier de l’American Geographical Society, il a étudié à Chicago et à Milwaukee. Reconnu comme l’un des rares spécialistes canadiens de l’histoire de la cartographie et de l’arpentage au Québec, il est l’auteur d’une trentaine de publications et de cinq ouvrages sur le sujet. Il a été responsable de la division des archives cartographiques et architecturales de BAnQ durant plus de dix ans et, depuis une dizaine d’années, il agit à titre d’expert-consultant en matière d’histoire et d’organisation du territoire québécois, auprès de différents ministères.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search