Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XVIIIe siècle

1744 • François-Xavier de Charlevoix

Histoire et description générale de la Nouvelle France

Pierre Berthiaume

Texte intégral

Pierre-François-Xavier de Charlevoix, Histoire et description générale de la Nouvelle-France, avec le journal historique d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique septentrionale, Paris, Didot, 1744, vol. I. Collections de BAnQ (RES/AD/46).

1L’auteur d’Histoire et description générale de la Nouvelle France, Pierre-François-Xavier de Charlevoix serait né le 29 (ou 24) octobre 1682 à Saint-Quentin (Aisne). Toutefois, son acte de naissance n’a pas été retrouvé. Un acte sur un « Pierre, fils de Mr. Roger de Charlevoix », nom du père de Charlevoix, daté du 3 octobre 1683, fait sans doute allusion à celui-ci, mais rien ne l’assure. Si Pierre est bien le prénom de Charlevoix, celui-ci a vraisemblablement ajouté le nom de l’« apôtre des Indes » après son retour d’Amérique, en 1722. C’est, en effet, dans son épître à la reine Élisabeth d’Espagne, dans La Vie de la Mere Marie de l’Incarnation (1724), qu’il signe pour la première fois « Pierre-François-Xavier de Charlevoix ». Toute sa vie est marquée par sa vocation religieuse et par son intérêt pour les entreprises coloniales françaises.

2Il entre au noviciat des jésuites le 15 septembre 1698 et prononce ses vœux définitifs en septembre 1700. Après ses études de philosophie au Collège Louis-le-Grand (1704), il est envoyé au Canada (septembre 1705). Il enseigne au Collège des jésuites de Québec jusqu’en 1709. Revenu en France, il fait ses études de théologie et est ordonné prêtre en 1712 (ou 1713). Sa carrière se poursuit alors au Collège Louis-le-Grand, où il enseigne les humanités et la philosophie. En 1715, il fait paraître l’Histoire de l’établissement, des progrés et de la décadence du Christianisme dans l’empire du Japon, un démarquage de l’Histoire de l’Eglise du Japon. Par Mr l’Abbé de T. (1689), du jésuite Jean Crasset. En 1719, il est chargé de rédiger un mémoire sur les limites de l’Acadie et, l’année suivante, il est envoyé au Canada afin de s’informer sur les routes possibles pour gagner la « Mer de l’Ouest ». Il arrive à Québec le 23 septembre et entreprend sa mission dès le début de mars 1721. Elle le mènera jusqu’au détroit de Mackinac entre les lacs Huron et Michigan (28 juin 1721), puis à la Nouvelle-Orléans (5 janvier 1722). Il quitte La Nouvelle-Orléans le 5 avril sur l’Adour, mais le 14, le navire fait naufrage au large des Keys de la Floride. Charlevoix réussit à gagner Biloxi (3 juin) et reprend la mer peu après (22 juin). Arrivé au cap François (Cap-Haïtien) le 1er septembre, il quitte Saint-Domingue le 25 et arrive à Plymouth le 2 décembre. Il est de retour à Paris au début de janvier 1723. En 1724, il fait paraître La Vie de la Mere Marie de l’Incarnation, Institutrice & premiere Superieure des Ursulines de la Nouvelle France, avant d’effectuer un voyage en Italie (1724-1727). Le 12 avril 1729, il obtient la permission de consulter les documents du Dépôt de la Marine et ceux du Dépôt des cartes et plans de la Marine. L’Histoire de l’Isle espagnole ou de S. Domingue paraît en 1730-1731 et en mai 1731, Charlevoix produit un mémoire sur le projet d’exploration de l’ouest du Canada de La Vérendrye. En janvier 1735, il fait paraître son « Projet d’un corps d’Histoires du nouveau Monde » et, l’année suivante, l’Histoire et description générale du Japon, une refonte de l’ouvrage paru en 1715. En 1742, il est nommé procureur des missions des jésuites du Canada et de la Louisiane et du Couvent des ursulines de Québec. En 1744, paraît son Histoire et description générale de la Nouvelle France. En 1749, il rédige un texte sur les limites de l’Acadie. En 1756, il fait paraître l’Histoire du Paraguay. Retiré au Collège des jésuites de La Flèche (Sarthe), il décède le 1er février 1761.

Une histoire du Nouveau Monde

  • 1 Deux courts paragraphes font toutefois allusion au conflit avec les Chicachas, en 1736 (HDG, II, p (...)

3L’Histoire et description générale de la Nouvelle France comprend deux parties. La première, composée de 22 « livres » ou chapitres, fait l’historique des colonies françaises du Brésil, de la Floride, de l’Acadie, de la Louisiane et de la Nouvelle-France, des premiers contacts des pêcheurs français avec le littoral atlantique du Canada, en 1504, à la rétrocession de la Louisiane à la couronne, en 17311. La seconde partie, le Journal historique, relate le périple de Charlevoix en Amérique du Nord au cours des années 1720-1722. Pour bien comprendre la signification et l’intérêt de l’ouvrage, il faut examiner son « Projet d’un corps d’Histoires du nouveau Monde » publié en janvier 1735 dans le Journal de Trévoux.

4Le projet inclut « tous les Pays, qui étoient inconnus aux Européens avant le XIVe siecle » (p. 160). De là une difficulté : comment « donner une uniformité » aux différentes histoires des « Provinces » du Nouveau Monde, celles-ci n’ayant « entr’elles aucune liaison » (p. 161) ? La solution consiste à les aborder à travers une « méthode » commune : « Catalogue exact de tous les Auteurs, qui auront écrit sur le même sujet », avec indication de l’usage qu’il en fait ; « Notice générale du Pays » dans laquelle il précise « le caractere de la Nation, son origine, son gouvernement, sa Religion, ses bonnes & ses mauvaises qualitez, le climat & la nature du Pays, ses principales richesses » (p. 162), sans oublier l’« histoire naturelle » et tout ce qui peut intéresser le lecteur, par exemple, « le Commerce & les Manufactures », la « Médecine, & c. » (p. 163). Après ces deux « préliminaires » vient le « corps » proprement dit d’histoire, c’est-à-dire l’exposé chronologique des événements propres à chacune des colonies, ainsi que tout « ce qu’on a pû apprendre de l’histoire [de leurs] premiers habitans » (p. 163-164). Par son souci d’exhaustivité, Charlevoix souscrit aux visées encyclopédiques de son siècle.

5En plus, il entend « choisir » ce qu’il rapporte et s’en tenir aux « Ecrivains qui par leur sincérité, & leur application à s’instruire, se sont rendus dignes d’être regardés comme des guides sûrs & des témoins irréprochables » (p. 164). Ainsi veut-il fonder l’histoire sur une approche critique des textes. Certes, le « rayon de lumiere » qui le guide le conduit surtout à dénoncer les écrits agrémentés « du pernicieux assaisonnement de la satyre, du libertinage & de l’irréligion », publiés « au grand préjudice des mœurs & de la pieté » (p. 165), mais cela ne signifie pas pour autant que son seul critère soit d’ordre moral. Pour preuve, il reproche aux historiens qui l’ont précédé de s’être « bornés à l’Histoire Ecclésiastique » (p. 169), de n’avoir « laissé que des Mémoires tronqués, sans liaison », d’avoir parsemé leurs ouvrages de « redites », quand ce n’est pas de « détails de Voyages & de Commerce, qui n’interessent que peu de personnes » (p. 170).

6Par opposition, il se présente comme un historien rigoureux, doté de jugement et d’esprit critique, donc capable de produire des synthèses aptes à rendre compte de l’ensemble des événements et de leur liaison. Comme il l’explique dans son avertissement à l’Histoire de l’Isle Espagnole, il ne suffit pas de lire les « Memoires » de ceux qui ont été témoins des faits, il faut aussi, et surtout, consulter les documents officiels (missives royales, instructions du ministre, procès-verbaux, etc.) car ils « sont comme l’Ame » de l’histoire. C’est par eux « qu’on découvre les ressorts cachés des mouvemens, que ceux mêmes, qui les ont vûs de plus près, ne comprenoient pas toûjours ». Qui mieux est, en « rapprochant » témoignages personnels et documents officiels, « on les peut corriger les uns par les autres ». De « la confrontation de ces deux sortes de monumens » naît la vérité (I, p. xij-xiij).

7C’est vraisemblablement en 1714, alors qu’il cherchait à parfaire le travail de Jean Crasset, que Charlevoix a pris conscience que toute étude historique nécessite une recherche de textes, leur examen et leur confrontation. « Ayant par hazard jetté les yeux sur quelques Historiens » qui avaient parlé du Japon, explique-t-il dans sa préface à l’Histoire de l’établissement, des progrés et de la décadence du christianisme dans l’empire du Japon, il a été « surpris d’y trouver des choses fort singuliéres » omises par Jean Crasset. « Cela [l’]engagea à lire les autres » textes et c’est après les avoir consultés qu’il conçut « aussi tôt que c’étoit un nouvel Ouvrage qu’il [lui] falloit composer ». Pour rendre compte du passé, l’historien doit monter un dossier qui inclut des textes d’horizons différents et comparer ceux-ci afin de s’élever au-dessus des contingences propres à chacun et de comprendre les ressorts en jeu dans le déroulement des événements.

8L’histoire des colonies pose cependant une difficulté particulière. « Une Histoire générale ne permet pas de petits détails », tout justes dignes d’une « Relation » (HDG, éd. in quarto, I, p. i-ij) ; or les « grands événemens » ne sont pas toujours au rendez-vous dans l’histoire d’une colonie. Mais « la Comedie, qui prend toujours ses Sujets […] dans la vie privée, n’est-elle point parvenuë à une aussi grande perfection » que la tragédie ? Ne permet-elle pas aussi des réflexions « judicieuses » et ne met-elle pas en scène des caractères « singuliers » (I, p. ij) ? De là l’intérêt de Charlevoix pour des « détails », par exemple l’humanité d’Amérindiens qui réconfortent un matelot échappé de justesse à la noyade ou la force de caractère d’un Iroquois sous la torture, qui confère à son ouvrage une dimension humaniste non négligeable. C’est alors que sa maîtrise de la langue et son art du récit atteignent leur apogée. Charlevoix sait créer une tension dans le récit et donner aux événements un caractère dramatique qui tient le lecteur en haleine. Il n’hésite pas même à prêter aux protagonistes une éloquence digne d’un rhéteur. Surtout, il sait produire des synthèses dans lesquelles les détails d’opérations militaires ou de négociations diplomatiques s’inscrivent dans des ensembles qui mettent en lumière les enjeux politiques en cause. Tant par ses réflexions sur le métier d’historien que par son esprit d’analyse ou par sa maîtrise du récit, Charlevoix jette les bases d’une des formes du discours historique moderne.

9Moderne, Charlevoix l’est aussi par les exigences qu’il s’est imposées. Pour rédiger son ouvrage, il a consulté un nombre impressionnant d’historiens, parfois même ceux d’autres nations, de documents officiels, de manuscrits privés, de récits de voyage et de relations de missionnaires. Il a aussi, quand il a pu, interrogé les témoins des événements qu’il rapporte. Ces textes et ces propos, il les a soumis à un examen critique et il a pu ainsi indiquer jusqu’où leur faire confiance. Souvent aussi, il produit les pièces qu’il a étudiées, quitte à distinguer ce qui est assuré de ce qui est incertain, à corriger les erreurs des uns et des autres, à « rapporter […] deux versions, qui se contredisent, [à] ajoûter les raisons & les autorités, sur quoi les uns & les autres se fondent, & [à] en laisser le jugement au Public » (HDG, I, p. 83), voire à reconnaître les limites de son propre savoir : « j’ignore », « je n’ai pû même sçavoir », « je ne sçai pas au juste », avoue-t-il souvent. Il n’hésite pas, non plus, à analyser le comportement des hommes qu’il met en scène et à les juger à la lumière des valeurs chrétiennes et humanistes auxquelles il adhère, ou en fonction d’enjeux coloniaux, mais toujours en cherchant à rendre justice à chacun, même lorsqu’il éprouve peu de sympathie pour les personnes en cause. Ainsi un Cavelier de La Salle et un Frontenac trouvent-ils en partie grâce à ses yeux, malgré leur hostilité à l’endroit des jésuites. Si son amour de la patrie émousse parfois son sens critique, par exemple lorsqu’il fait l’impasse sur les exactions exercées par les alliés des Français sur les Anglais, son désir de « rendre […] service à [sa] Patrie » (HDG, I, p. 1) l’incite à examiner de près la politique coloniale française, voire à dénoncer certaines pratiques à cause de leurs piètres résultats sur le terrain. Son esprit d’analyse est manifeste aussi lorsqu’il rend compte de la politique et de la diplomatie des alliés des Français ou de celles de leurs adversaires.

10Enfin, ses visées scientifiques sont manifestes à de nombreuses occasions. Pour rédiger sa « Description des plantes principales de l’Amerique septentrionnale », il a consulté les ouvrages de Jacques Cornut et de Joseph Pitton de Tournefort ; ses descriptions d’animaux s’inspirent en partie de celles de Michel Sarrazin, un chirurgien et naturaliste en poste à Québec ; il cherche le plus souvent à expliquer les phénomènes naturels à la lumière des connaissances de son époque ; son ouvrage comprend des cartes et des plans dressés par le cartographe Nicolas Bellin, qui lui rend d’ailleurs hommage (HDG, III, p. ij et xij). En somme, le travail de Charlevoix s’inscrit bien dans la problématique du siècle des Lumières.

11Cela dit, le caractère scientifique de l’Histoire et description demeure limité, Charlevoix ne mettant pas en doute la vision providentialiste à l’origine de sa conception de l’histoire. Pour Charlevoix, qui ponctue son texte de nombreuses allusions bibliques, le tremblement de terre de 1663, par exemple, est plus qu’un simple phénomène naturel : c’est un « avertissement du Ciel » à l’endroit des trafiquants qui vendent de l’alcool aux Amérindiens, contre la volonté des autorités religieuses, « la conduite ordinaire de la Providence en pareilles occasions [étant] de faire avertir les Coupables que la Justice divine est prête à lancer la foudre » (HDG, I, p. 363). C’est encore la Providence qui fait échouer les invasions anglo-iroquoises de 1690 et de 1710 (II, p. 88, 102, 362). Si ses exigences critiques l’inscrivent bien dans le siècle des Lumières, Charlevoix a une conception de l’histoire qui fait de lui un contemporain de Bossuet.

12En effet, s’il estime devoir produire « une Histoire exacte & suivie » des événements survenus en Nouvelle-France, il entend aussi « faire connoître les miséricordes du Seigneur, & le triomphe de la Religion » sur les « Elus » amérindiens (HDG, I, p. 1-2) et, plus largement, « ne rien omettre de remarquable, qui puisse édifier [ses] Lecteurs » (I, p. 435). Aussi accorde-t-il une place importante, pour ne pas dire démesurée, à l’apostolat des jésuites, tant par le volume des pages consacrées à l’activité des pères de la Compagnie de Jésus que par le rôle politique et social qu’il leur prête. Autres exemples de sa tendance à l’apologie du catholicisme : les « traits bien édifians » des néophytes amérindiens qu’il rapporte (I, p. 332), les piques, relativement nombreuses, à l’endroit des protestants, ou les « Particularités de la vie et de la mort de quelques Sauvages chrétiens » à l’égard desquelles il abandonne tout sens critique pour verser dans l’hagiographie, soucieux qu’il est d’illustrer « jusqu’à quel dégré de sainteté la Grace peut, dans le centre même de la Barbarie, élever les Ames, qui lui sont fidéles » (I, p. 572). On peut penser aussi aux nombreux rapprochements qu’il fait entre les chrétiens de la colonie et ceux des « premiers siécles de l’Eglise » (I, p. 180, 251, 340). Charlevoix voit l’apostolat missionnaire et l’Église canadienne à travers le prisme de la Bible, qui donne tout leur sens aux événements rapportés. C’est ainsi que les Hurons prisonniers des Iroquois forment « au milieu des infidéles une Eglise assez semblable à celle des Hebreux pendant la captivité de Babylone » (I, p. 316-317) ou que les habitants de Montréal, menacés par les Iroquois, évoquent « les Israëlites, au retour de la captivité de Babylone » (I, p. 389). En outre, les jésuites, cherche-t-il à montrer, ont bien servi les intérêts de la France. En plus de jouer un rôle essentiel dans la découverte de la « Mer du Nord » (I, p. 350) et dans celle de « plusieurs routes pour aller à la Baye d’Hudson » (I, p. 339), les missionnaires ont toujours été des alliés précieux pour les autorités coloniales en poste à Québec : « connoissant mieux le caractére des Sauvages, dont ils étoient presque les seuls, qui sçussent les Langues » (I, p. 333), ils ont pu prévenir celles-ci des complots qui se tramaient dans le fond des bois, circonvenir les manœuvres des Anglais (I, p. 495-496, 501-502, 568-570), empêcher les trafiquants de commettre trop de désordre au sein des tribus amérindiennes, enfin créer, à l’aide des néophytes, une « barriere » contre les Iroquois, sinon même contre les Anglais (I, p. 436, 541).

13Plus grave, la confrontation des textes à laquelle il s’est engagé n’est jamais faite dans le cas de ceux des jésuites. Pas un instant il ne met en doute ce qu’affirment les pères de la Compagnie de Jésus, dont il reproduit les textes chaque fois qu’il en a l’occasion. En insistant, comme il le fait, sur le rôle et la sainteté des missionnaires, en transformant l’histoire de la colonie en défense et illustration de l’apostolat jésuite, jusqu’à faire de certains d’entre eux des « martyrs » (I, p. 240, 241, 250, etc.), contre la volonté de Rome, en produisant une histoire qui se déroule sur deux plans, l’un humain, l’autre marqué par la « Grâce », Charlevoix a consolidé le mythe d’une Nouvelle-France entée à un projet d’évangélisation des peuples autochtones, quitte à faire souvent l’impasse sur les enjeux politiques, économiques et sociaux de la colonisation française en Amérique, alors même qu’il est conscient de leur importance.

14Malgré l’apparence d’une transitivité historique fondée sur la conscience critique des limites de sa propre objectivité, c’est à une forme de légende dorée que Charlevoix convie son lecteur, à une épopée dans laquelle le martyre le dispute à l’héroïsme. Sous sa plume, l’histoire de la Nouvelle-France devient celle des « Héros, qui ont rempli le Nouveau Monde de l’éclat de leurs exploits, & de leurs vertus » (Journal de Trévoux, p. 166), pieuse isotopie qui se retrouve jusque dans la version française de l’hymne national du Canada.

Le sens du Journal

  • 2 ANF, Col. C11E 16, f. 102r.

15Reste la seconde partie de l’ouvrage : le Journal historique d’un Voyage fait par ordre du Roi dans l’Amérique Septentrionnale, ordre qui consistait à « aller dans les principaux postes de l’Amerique Septentrionale faire des enquêtes touchant la Mer de l’Ouest2 ».

16Avant de lancer une expédition d’exploration, inévitablement coûteuse, les autorités françaises souhaitaient avoir des renseignements sur la route à suivre pour atteindre la mer. De là l’idée d’envoyer un jésuite en mission. En plus d’être moins enclin qu’un militaire ou un coureur de bois à se lancer dans le commerce des fourrures, un jésuite serait plus à même d’obtenir des informations des missionnaires en contact avec les Amérindiens.

17Pourquoi confier la mission à Charlevoix ? L’absence de documents ne permet pas de répondre à la question. Compte tenu toutefois de l’insistance de ce dernier à revenir au Canada pour achever sa mission, on peut penser qu’il s’est lui-même proposé pour mener l’enquête.

18Celle-ci, malheureusement, débouche sur un échec. Ses recherches auprès des « voyageurs […] n’eurent pas grand Succés » ; son voyage ne lui permit pas d’apprendre quoi que ce fût de nouveau sur la mer de l’Ouest ou sur une rivière qui permettrait de l’atteindre ; les « memoires » qu’il laissa aux officiers en poste sur les Grands Lacs s’avérèrent inutiles, Charlevoix n’ayant pu revenir à Michillimakinac comme prévu. Quant aux « Canadiens » qui auraient pu lui fournir des renseignements, il trouva « tant de contradiction dans leurs rapports » qu’il n’a « pas jugé y devoir faire beaucoup de fonds ».

  • 3 Ibid., f. 102-107v.

19Au terme de sa mission, Charlevoix ne sait rien de plus que ce qu’on savait déjà. Tout ce qu’il peut avancer, c’est que la mer de l’Ouest existe et qu’elle est « tantôt plus proche de La Louysiane et tantot plus loin ». Quant au bassin versant, des « Sauvages Miamis, Illinois, Sioux, Missourites, et autres assurent qu’a [sic] la hauteur des terres du Mississipi, du Missouri et de la riviere St Pierre [rivière Minnesota] on trouve des rivieres qui courent à l’Ouest ». Aussi suggère-t-il « deux moyen [sic] pratiquables » pour découvrir la mer de l’Ouest : « remonter le Missouri, dont la source n’est certainement pas loin de la Mer, tous les Sauvages » qu’il a rencontrés l’en « ayant unanimement assuré », et « établir une Mission aux Sioux », les missionnaires ayant alors la possibilité d’acquérir « toute la lumiere qu’on souhaitte d’avoir3 ». En bref, il faut reprendre l’enquête.

20Quel sens peut-on alors donner à son Journal, composé de 36 lettres adressées à la nièce de Mme de Montespan, Gabrielle-Victoire de Rochechouart de Mortemart, duchesse de Lesdiguières ? Charlevoix n’y fait aucune allusion à sa mission : le journal sert, en réalité, de second « préliminaire » (HDG, I, p. 184, note « a ») à l’Histoire et description, c’est-à-dire de « Notice générale du Pays » (HDG, III, p. ij).

21Est-ce dire que le journal repose sur des observations personnelles ? Malheureusement, non. Au lieu de témoigner de son expérience de voyageur et de rendre compte de ce qu’il a vu, Charlevoix ne cesse d’emprunter les informations qu’il produit aux voyageurs et aux relationnaires qui l’ont précédé. Le cadre épistolaire n’est qu’un artifice qui lui permet de distribuer la matière sur plusieurs chapitres, ou lettres, afin d’éviter l’ennui d’un exposé trop scolaire. Le récit de ses déplacements et les quelques notations plus personnelles sur la beauté des lieux lui permettent tout au plus de conférer à l’exposé didactique un semblant de vie et de donner l’illusion que ce qu’il avance est le résultat d’observations personnelles.

La rédaction

22Bien que Charlevoix manifeste dès son retour à Paris, en 1723, son intention de faire paraître son journal de voyage et une « Histoire générale des Découvertes & des Etablissemens des François dans l’Amérique Septentrionale » (Histoire de l’Isle espagnole, I, p. viij), ce n’est que vingt ans plus tard, en 1744, que l’ouvrage est publié.

  • 4 « Il se pourroit bien faire que ces prunes », écrit-il au sujet des pruniers de la Floride, « ne f (...)

23Compte tenu des nombreuses occupations qui l’accaparent à son retour d’Amérique, Charlevoix n’a guère pu s’atteler à la tâche avant la publication de l’Histoire de l’Isle espagnole (1730-1731). Des allusions à des personnes et à des événements suggèrent que la rédaction de l’ouvrage a eu lieu entre 1734 et 1738. Il a d’abord rédigé son Journal, puisqu’il y renvoie à quelques reprises dans les volumes consacrés à l’histoire proprement dite de la Nouvelle-France4. Il a dû terminer la rédaction de l’ouvrage vers la fin de 1739, date à laquelle s’arrête sa « Liste et Examen des Auteurs ». Son texte est alors soumis à l’approbation des autorités de la Compagnie de Jésus et, le 13 juillet 1740, Jean Lavaud, le provincial des jésuites de France, donne son aval à la publication. L’« approbation » royale est donnée le 1er février 1741 et le privilège d’impression, octroyé à Pierre-François Giffart le 30 mars 1741, est enregistré le 8 mai 1741. Pour limiter les risques financiers d’une édition en deux formats, trois volumes in quarto et six volumes duodecimo, Giffart s’associe à quatre autres éditeurs, Didot, Jean-Luc Nyon fils, Jacques Rolin et Marie Rubat, veuve d’Étienne Ganeau. L’emprisonnement de Didot retarde vraisemblablement l’impression de l’ouvrage, qui ne paraît qu’en 1744, accompagné d’une dédicace à Louis Jean Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, datée du 15 octobre 1743.

Le destin de l’œuvre

24Si les lecteurs français de l’Histoire et description ont parfois été sévères à l’endroit de Charlevoix, celui-ci a reçu un accueil bien différent au Canada. Selon l’historien Léon Pouliot, il a sauvé le pays d’un « malheur » en produisant une « histoire suivie » des efforts de la France « pour implanter en terre d’Amérique son esprit et son âme ». Nombreux, en effet, sont les historiens canadiens-français marqués par l’esprit de son œuvre, sinon même influencés par celle-ci au point d’en reprendre des pages parfois complètes. À défaut d’un relevé des emprunts effectués par les historiens, on peut montrer que Charlevoix a servi de référence aux premiers historiens du Canada. Par exemple, dans la seconde édition de son Histoire du Canada sous la domination française, Michel Bibaud avoue avoir dû « corriger plusieurs erreurs » dans lesquelles il avait été entraîné « en suivant Charlevoix » (p. 6), ce qui est une façon de témoigner de sa dette envers lui. Dans son Histoire du Canada, François-Xavier Garneau reproche à l’œuvre de Charlevoix d’avoir été « écrite principalement au point de vue religieux » et de contenir « de longues et nombreuses digressions sur les travaux des missionnaires » (I, p. 3), mais il puise volontiers dans celle-ci pour rendre compte des années antérieures à 1730. Dans son Cours d’histoire du Canada, Jean-Baptiste-Antoine Ferland reconnaît s’inspirer du « précieux travail de Charlevoix » (I, p. vi). Dans son Histoire de la colonie française en Canada, publiée en 1865, Étienne-Michel Faillon relève certes des « lacunes » chez Charlevoix (I, p. vij), mais cela ne l’empêche pas de le citer à maintes reprises. Au vrai, l’historiographie canadienne-française a contracté une dette importante à l’endroit de Charlevoix. C’est sa vision mystifiante du passé qui a nourri l’enseignement de l’histoire dans les écoles, dans les collèges et dans les universités du Québec jusqu’à la Révolution tranquille. Ainsi s’est développée une idéologie clérico-nationaliste fondée sur la geste héroïque d’un peuple appelé à défendre des valeurs spirituelles au sein d’une Amérique matérialiste, qui a maintenu le culte d’un passé aussi grandiose qu’édifiant, passé qui a pu servir de compensation à la défaite de 1759 et à l’abandon de la « mère patrie », passé, enfin, qui a conforté le pouvoir d’un clergé prompt à dénoncer les avancées de la Révolution de 1789. L’Histoire et description générale de la Nouvelle France constitue bel et bien un testament, celui d’une France mythique, fille aînée de l’Église, garante de la foi et de la langue.

  • 5 Voir Charlevoix, Letters to the Dutchess of Lesdiguieres, Londres, Printed for R. Goadby, and sold (...)

25Le paradoxe, pour ne pas dire l’ironie de ce testament, c’est que l’abbé Raynal et Diderot l’ont pillé pour rédiger certaines des critiques les plus virulentes contre la colonisation française dans l’Histoire des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, et que, selon le traducteur anglais de l’ouvrage de Charlevoix, les Britanniques auraient pris conscience de l’importance de la Nouvelle-France à la lecture de celui-ci5.

26Si l’œuvre de Charlevoix a encore un sens aujourd’hui, c’est dans le champ de la sociologie et de l’histoire des idées qu’il faut le chercher : l’Histoire et description générale de la Nouvelle France est devenue elle-même un objet historique.

Bibliographie

Bibliographie6

Charlevoix, P.-F.-X. de, Histoire et Description générale de la Nouvelle France, avec le Journal Historique d’un Voyage fait par ordre du Roi dans l’Amérique Septentrionale, Paris, Didot, Pierre-François Giffart, Nyon fils, Rolin Fils et Veuve Ganeau, 1744, 3 vol. in quarto et 6 vol. duodecimo (réimpression anastatique de l’édition Nyon in quarto : Montréal, Éditions Élysée, 1976).

Charlevoix, P.-F.-X. de, Journal d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique septentrionale, édition critique par Pierre Berthiaume, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1994, 2 vol7.

Études

Bideaux, Michel, « Charlevoix et l’historiographie littéraire de la Nouvelle-France », dans Giovanni Dotoli et Sergio Zoppi (dir.), Canada ieri e oggi. Atti del 6e Convegno internazionale di studi canadesi, Fasano, Schena editore, 1986, p. 83-101.

Paquette, Jean-Marcel, « François-Xavier de Charlevoix ou la métaphore historienne. Contribution à une systématique du récit historiographique », dans Recherches sociographiques, 15, 1, janvier-avril 1974, p. 9-19.

Notes

1 Deux courts paragraphes font toutefois allusion au conflit avec les Chicachas, en 1736 (HDG, II, p. 501-502).

2 ANF, Col. C11E 16, f. 102r.

3 Ibid., f. 102-107v.

4 « Il se pourroit bien faire que ces prunes », écrit-il au sujet des pruniers de la Floride, « ne fussent autre chose que les Piakimines, dont j’ai parlé dans mon Journal » (HDG, I, p. 29). Le passé composé suggère que le texte du Journal est achevé au moment où Charlevoix écrit ces lignes. Voir aussi HDG, I, p. 184, n. a., p. 228, 369, 436, 449, etc.

5 Voir Charlevoix, Letters to the Dutchess of Lesdiguieres, Londres, Printed for R. Goadby, and sold by R. Baldwin, 1763, « Advertisement of the Translator », n. p.

6 Bibliographie plus complète dans Charlevoix, Journal, 1994, t. II, p. 994-1006.

7 Sur les traductions allemandes et anglaises de l’Histoire et description et du Journal, voir Journal, 1994, t. II, p. 999-1000.

Table des illustrations

Légende Pierre-François-Xavier de Charlevoix, Histoire et description générale de la Nouvelle-France, avec le journal historique d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique septentrionale, Paris, Didot, 1744, vol. I. Collections de BAnQ (RES/AD/46).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6816/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

Auteur

Professeur émérite de l’Université d’Ottawa, est spécialiste de la littérature française du XVIIIe siècle et des relations de voyage aux Amériques (XVIIe et XVIIIe siècles). Il a notamment réalisé l’édition critique du Journal Historique d’un Voyage fait par ordre du Roi dans l’Amérique Septentrionnale, de Charlevoix, dans la « Bibliothèque du Nouveau Monde » (Presses de l’Université de Montréal, 1994).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search