Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XVIIIe siècle

1703 • Louis Armand de Lom d’Arce, baron de Lahontan

Dialogues avec un Sauvage

Réal Ouellet

Texte intégral

Louis Armand de Lom d’Arce, baron de Lahontan, Nouveaux voyages de Mr le Baron de Lahontan dans l’Amérique septentrionale, qui contiennent une relation des différens peuples qui y habitent […], La Haye, Frères l’Honoré, 1703, vol. I. Collections de BAnQ (RES/AF/186).

  • 1 Pour la biographie de Lahontan, voir les pièces d’archives reproduites dans l’appendice 1 des Œuvr (...)

1Louis Armand de Lom d’Arce naît le 9 juin 1666, à la baronnie de Lahontan (Pyrénées-Atlantiques). On ne sait rien de la jeunesse de Louis Armand, ni de son éducation, mais on devine qu’il s’intéressa très tôt à la géographie, à la botanique, à la médecine et à la zoologie. Il a sans doute fréquenté les auteurs anciens, qu’il citera plus tard dans son œuvre. Il complétera vraisemblablement sa formation intellectuelle pendant les longs mois d’inactivité relative de l’hiver canadien. À deux reprises, dans les Nouveaux voyages, il parle de ses lectures. Dans la lettre VIII, il dénonce le curé Guyotte de Montréal qui déchire son exemplaire du Satiricon de Pétrone. La lettre XI mentionne trois écrivains grecs qu’il apporte dans ses bagages quand il va passer plusieurs jours à la chasse avec des Amérindiens : Homère, Anacréon et Lucien1.

2Pendant son enfance, le jeune Louis Armand entend souvent parler du Canada et de l’Amérique puisque la baronnie de Lahontan est située à 40 km du port de Bayonne, d’où partent de nombreux navires pour la pêche sur les côtes de Terre-Neuve. En outre, son père était un ami de Jean Talon, qui avait été intendant de la Nouvelle-France de 1665 à 1668 et de 1670 à 1672.

3En août 1683, neuf ans après la mort de son père, Louis Armand, désormais « Baron de Lahontan », s’embarque à La Rochelle, avec trois compagnies de marine, pour aller au Canada combattre les Iroquois. Dès son arrivée, il s’active avec une ambition qui n’a d’égale que sa hâte à investir tous les champs d’action : exploration, expéditions de chasse et de guerre, lecture et écriture... Il parcourt la vallée du Saint-Laurent jusqu’au-delà des Grands Lacs, puis se retrouve à Terre-Neuve, à l’extrémité est du territoire colonisé par la France.

4Fort de son expérience et de l’assurance que lui confère une connaissance progressive du territoire, il participe à la défense de la colonie et se distingue lors de la victoire des Français à Québec contre William Phips (1690) puis à Plaisance (Terre-Neuve) contre la flotte de Francis Wheler (1692). Chargé par le gouverneur Mombeton de Brouillan d’aller porter la bonne nouvelle au ministre Pontchartrain, il communique aussi à celui-ci un projet de défense et de développement commercial de la colonie que le gouverneur Frontenac lui a demandé d’aller présenter à la Cour. Pour le récompenser de ses bons et loyaux services, les autorités françaises le nomment lieutenant du roi à Plaisance.

5Mais son avancement rapide s’arrête brutalement. À la suite d’une querelle avec le gouverneur concussionnaire de Terre-Neuve, Mombeton de Brouillan, il apprend qu’un ordre royal d’arrestation a été lancé contre lui. Le 14 décembre 1693, il quitte Plaisance sur le dernier bateau de pêche en partance pour le Portugal. Ce sera le début d’une longue errance de sept années pendant lesquelles Lahontan, nomade sans ressources, tentera vainement d’exercer le « métier d’espion » et de vendre ses connaissances sur l’Amérique à la France, à l’Espagne et à l’Angleterre, comme l’attestent plusieurs mémoires. Ainsi, au début de la guerre de Succession d’Espagne, qui oppose la France à presque tous les pays d’Europe, il fait parvenir quatre mémoires en français aux autorités anglaises pour les inciter à s’emparer de la Nouvelle-France.

6Seule éclaircie dans cette période sombre, l’œuvre de Lahontan s’élabore peu à peu. En novembre 1702, paraissent chez les éditeurs L’Honoré de La Haye deux livres millésimés 1703 : Nouveaux Voyages dans l’Amérique septentrionale et Mémoires de l’Amérique septentrionale, présentés comme les tomes I et II d’une œuvre unique. Un an plus tard, les mêmes éditeurs publient les Dialogues avec un Sauvage, suivis des Voyages au Portugal et au Danemark. Alors que ses œuvres obtiennent un énorme succès (comptes rendus, emprunts, plagiats, rééditions, traductions), l’auteur mène une vie de misère, errant d’un pays à l’autre jusqu’à ce qu’il trouve un emploi à la cour de Hanovre en 1707.

7On ne sait à quel titre il se trouvait à cette cour où le français était langue d’usage. Les archives hanovriennes nous apprennent qu’il touchait assez régulièrement diverses allocations pour l’entretien de son « petit carrosse » et de ses chevaux et que l’électrice Sophie lui laissa en héritage une somme de 60 thalers. Courtisan sans fonction officielle, vraisemblablement, il divertit la cour, anime les conversations et provoque les discussions.

8La correspondance de Wilhelm Leibniz nous révèle aussi que le grand philosophe finira par prendre ombrage de la faveur dont jouit Lahontan puisque, le 31 janvier 1714, il écrit à l’électrice Sophie vouloir donner à son fils George de meilleures « marques » de sa « dévotion » que de « que de contribuer à son divertissement de table » avec « M. de la Hontan ».

9Lahontan mourra quelques années plus tard à Hanovre, comme le consignent les registres de l’église Saint-Clément : « Le 21 avril 1716, est mort le très illustre seigneur baron de Lahontemps, de nationalité française, avant d’avoir pu faire ses Pâques comme il l’avait souhaité ; l’inhumation a eu lieu le 22 du même mois, vers le soir. Qu’il repose en paix ! » (traduit du latin par André Daviault).

Les Dialogues avec un Sauvage

10Si les archives nous permettent de suivre Lahontan dans les principales étapes de sa vie, aucun document ne nous renseigne sur l’élaboration de son œuvre. Sans doute a-t-il publié celle-ci, en 1702-1703, faute d’avoir trouvé un « emploi » au service de la France ou d’un autre pays européen, estimant qu’un ouvrage de synthèse, par un officier bien au fait de la vaste colonie nord-américaine, intéresserait à coup sûr le lecteur. Aux connaissances recueillies et consignées sur le terrain, l’auteur ajoutait celles acquises au contact d’acteurs importants de la colonisation comme le gouverneur Frontenac ou d’explorateurs comme Greysolon Duluth. Peut-être a-t-il pu consulter certains documents administratifs français ou même anglais.

11L’œuvre de Lahontan emprunte à trois formes d’écriture largement utilisées dans les relations de voyage de l’époque : l’épistolaire, le traité encyclopédique et le dialogue. Les Nouveaux voyages sont constitués de 25 lettres prétendument adressées à « un vieux parent » demeuré en France. Ces lettres donnent au lecteur l’impression de progresser dans la connaissance d’une réalité humaine, géographique et ethnographique nouvelle au même rythme que le jeune homme inexpérimenté du début, qui n’hésite pas à avouer son ignorance dans la lettre III : « Je ne puis vous informer si tôt des mœurs de ces peuples : il faut du temps pour les bien connaître » (OC, p. 276). Les Mémoires de l’Amérique septentrionale, présentés comme une longue lettre de 194 pages, sont en réalité un ouvrage encyclopédique sur la géographie et l’administration de la colonie, la faune et la flore et surtout l’ethnographie des populations amérindiennes. Les Dialogues avec un Sauvage, annoncés comme « divers entretiens » de Lahontan avec le chef huron Kondiaronk [Adario], sont en réalité un dialogue philosophique à la manière de l’Histoire véritable du sophiste grec Lucien de Samosate. Seuls nous retiendront ici les Dialogues avec un Sauvage.

12Dans l’« avis de l’auteur au lecteur », Lahontan affirme que ses Dialogues sont la transcription de « divers entretiens » avec le chef huron Kondiaronk (personnage que les Français respectaient au plus haut point et qui, selon Charlevoix, était le seul homme au Canada pouvant soutenir la discussion avec Frontenac) et que le gouverneur Frontenac l’aida à les mettre « dans l’état où ils sont » (OC, p. 799). C’est fort peu probable, même si le jeune officier a pu discuter avec Frontenac et converser avec le chef huron pendant son séjour en Amérique. La tradition littéraire et philosophique, plus que l’expérience du terrain, marque son texte. Plusieurs relations de voyage, depuis le XVIe siècle, mettent en scène des Amérindiens critiquant la civilisation européenne. Même les jésuites, dans leurs Relations, rappellent des objections contre la religion soulevées par leurs petits séminaristes indigènes, pour montrer à quel point ils sont délurés. Ainsi, dans sa Relation de 1639 (chapitre 9), le missionnaire Paul Le Jeune rapporte des réflexions d’un jeune Amérindien assez semblables à celle des Dialogues : « Vous dîtes […] que les anges ont été créés au commencement du monde et que ceux qui désobéirent furent jetés en enfer ; d’ailleurs, vous mettez l’enfer dans le fond de la terre ; cela ne se peut pas bien accorder, car si les anges ont péché devant la création de la terre, ils n’ont pu être jetés en enfer, ou l’enfer n’est pas où vous le placez. » De même, dans sa Nouvelle relation de la Gaspésie, publiée en 1691, le missionnaire récollet Leclercq fera tenir à un chef micmac un long raisonnement sur le bonheur comparé des « Gaspésiens » et des Français. Parce qu’il vit dans une société égalitaire et bienveillante, sans se préoccuper d’accumuler des richesses superflues, le Sauvage « s’estime infiniment plus heureux et plus puissant que les François » (chapitre 5).

13D’entrée de jeu, l’originalité de l’auteur des Dialogues est de se mettre en scène sous le nom de « Lahontan », mais sans se donner le beau rôle. Alors que ce « Lahontan » dialoguant est un personnage falot et borné, utilisé avant tout comme faire-valoir, son interlocuteur, le chef huron Adario, manifeste une logique et une faconde implacables pour attaquer les valeurs et les institutions européennes dans cinq entretiens : sur la religion, les lois civiles et politiques, le bonheur, la médecine et la sexualité.

14Les critiques d’Adario portent sur deux points principaux : la religion et les réalités sociopolitiques. Sur le plan religieux, le Huron tient une position libertine : il conteste, d’une part, les grands dogmes chrétiens (le péché originel, la prédestination divine, le ciel et l’enfer) ; d’autre part, il montre que les chrétiens ne sont pas meilleurs que les autres humains et que leurs pratiques sont entachées de superstitions. Sur le plan des réalités sociopolitiques, le discours d’Adario devance celui de Rousseau de cinquante ans : les maux physiques et moraux viennent de la propriété privée. En accumulant plus que leur nécessaire, les riches jettent les pauvres dans la misère et le malheur, sans devenir plus heureux, puisqu’ils vivent sans cesse dans la crainte de perdre et qu’ils suspectent même leurs parents et amis. Chez les Hurons, au contraire, l’égalité sociale, née de l’absence de propriété privée, leur assure la tranquillité d’esprit propice au bonheur. Adario reprend ici un lieu commun des moralistes et des voyageurs : la vie simple des Sauvages leur épargne d’être esclaves de deux grandes passions propres aux sociétés civilisées : l’ambition et l’avarice. Chez les Hurons, hommes, femmes et enfants, tous partagent cette liberté. Les filles, « maîtresses de leur corps » (OC, p. 669, 682), ne subissent pas la domination parentale, contrairement aux Européennes que leurs pères obligent à épouser des hommes qu’elles « haïssent mortellement » (OC, p. 882). Le sentiment amoureux lui-même exclut toute sorte d’esclavage et sauvegarde la liberté du cœur : les Hurons n’éprouvent pas « cette sorte de fureur aveugle que nous appelons amour » (OC, p. 669) et ils ne connaissent pas non plus l’indissolubilité du mariage chrétien qui brime la liberté.

15La contestation du Huron atteint même la monarchie héréditaire française. Pour Adario, les Français sont esclaves de « leur roi, qui est l’unique Français heureux par rapport à cette adorable liberté dont il jouit tout seul » (OC, p. 856), et ils voient la moindre de leurs actions soumise à l’autorité d’autrui. En Amérique, au contraire, le Sauvage jouit d’une autonomie et d’une liberté d’action totales, qui vont de pair avec la parfaite égalité qui existe entre eux : « Chacun est maître de soi-même et fait tout ce qu’il veut, sans rendre compte à personne et sans qu’on y trouve à redire » (OC, p. 856-857).

16La critique politique entraîne-t-elle l’auteur Lahontan à proposer un renversement de la monarchie ? On pourrait le croire en voyant le célèbre frontispice qui montre un Sauvage foulant aux pieds une couronne royale et un livre de lois. Et pour alourdir encore ce message explicite, la gravure porte l’inscription Et leges et sceptra terit : « Il foule aux pieds le sceptre et le livre des lois. » Le graveur a-t-il radicalisé la critique du pouvoir politique que le texte recelait ? On pourrait le supposer quand on se rappelle comment les illustrations des livres de voyage étaient souvent indépendantes des textes. Mais ce n’est pas toujours le cas chez Lahontan qui a laissé sa marque dans des gravures comme la carte de la rivière Longue ou celle sur les « hiéroglyphes » amérindiens reproduits à la fin des Mémoires.

17Dans sa préface aux Dialogues, l’auteur semble reprendre à son compte le contenu critique du frontispice : « J’envie le sort d’un pauvre Sauvage, qui leges et Sceptra terit, et je souhaiterais pouvoir passer le reste de ma vie dans sa cabane, afin de n’être plus exposé à fléchir le genou devant des gens qui sacrifient le bien public à leur intérêt particulier et qui sont nés pour faire enrager les honnêtes gens » (OC, p. 797). Mais ce renforcement du discours critique demeure ambigu : Lahontan souhaite-t-il l’abolition de la monarchie absolue ou veut-il seulement dénoncer les ministres « qui sacrifient le bien public à leur intérêt particulier » ? L’ensemble de son œuvre montre que sa critique porte moins sur le régime monarchique que sur son fonctionnement. De même, Adario attaque moins le pouvoir absolu du roi et les inégalités économiques nées de la propriété privée que les désordres sociaux. Ainsi, condamne-t-il « les jeux excessifs qui traînent mille maux après eux ».

18Il en va de même pour les juges ignorants et vénaux « qui n’ont en vue que de s’enrichir, qui ne sont accessibles qu’au démon de l’argent, qui n’administrent la justice que par un principe d’avarice ou par passion, qui, autorisant le crime, exterminent la justice et la bonne foi pour donner cours à la tromperie, à la chicane, à la longueur des procès, à l’abus et à la violation de serments, et à une infinité d’autres désordres » (OC, p. 837). Pareille critique appelle une réforme de l’appareil judiciaire plutôt que son chambardement sur une base égalitaire. Et cette réforme ne peut venir, paradoxalement, que d’une intervention de l’État !

19Lahontan est un moraliste, non un révolutionnaire, comme le montre sa critique de la propriété privée (le tien et le mien), plus particulièrement de l’argent : « Le père vend ses enfants, les maris vendent leurs femmes, les femmes trahissent leurs maris, les frères se tuent, les amis se trahissent, et tout pour de l’argent » (OC, p. 850).

20Outre qu’il corrompt, l’argent, comme l’affirmera Rousseau dans ses Confessions, est un intermédiaire pervers entre soi et les autres, entre soi et l’objet de son désir.

  • 2 Dialogues avec un Sauvage, Éditions Lux, p. 239 et 282.

21La critique radicale, révolutionnaire même, de la monarchie absolue viendra d’une réécriture de Lahontan, en 1705, par un moine français défroqué devenu polygraphe à Amsterdam, Nicolas Gueudeville. Avec une verve et un mauvais goût exemplaires, il fera appel au « droit naturel » pour demander d’« anéantir la propriété des particuliers », « détrôner le tyran » [le roi], qui « vous suce jusqu’à la moelle des os »2. Aucune nuance ici, aucun accommodement possible avec le système en place.

22Sans avoir cette portée révolutionnaire que lui a donnée Gueudeville, l’œuvre originale de Lahontan manifeste une virulence certaine, surtout quand elle attaque le pouvoir religieux établi, l’exercice de la justice et l’inégalité sociale. Mais là n’est pas sa marque originale. En donnant à son interlocuteur européen, naïf et lourdaud, le nom de « Lahontan », l’auteur inscrit ses Dialogues sous le signe de l’ironie. Or, le mot ironie, par son étymologie grecque (eirôneia), signifie selon le Petit Robert : « action d’interroger en feignant l’ignorance, à la manière de Socrate ». C’est exactement le procédé qu’utilise l’auteur des Dialogues, qui souvent feint l’ignorance, quand on prend Adario en flagrant délit de contradiction entre ses principes et sa conduite. Ainsi, à la fin de l’entretien sur « les lois » qui a dénoncé vivement l’inégalité sociale en Europe et l’exploitation de l’homme par l’homme, Adario conclut sur la phrase suivante : « Voilà mon esclave qui vient m’avertir qu’on m’attend au village » (OC, p. 848).

23L’ironie se glisse aussi dans la logique même de l’argumentation. Je ne rappellerai que l’exemple de la dernière réplique sur la religion, qui contient une contradiction importante. Après avoir avancé que « les hommes sont dans l’impuissance de connaître ce que le Grand Esprit demande d’eux », Adario conclut son plaidoyer quelques lignes plus bas : « L’innocence de notre vie, l’amour que nous avons pour nos frères, la tranquillité d’âme dont nous jouissons par le mépris de l’intérêt sont trois choses que le Grand Esprit exige de tous les hommes en général » (OC, p. 828). Adario est trop fin rhétoricien, trop subtil polémiste, pour penser pouvoir monter un bateau aussi facilement. Derrière le personnage, c’est l’auteur qui prend une posture ironique, comme s’il voulait décontenancer son lecteur virtuel, lui donner autre chose à entendre que ce que semble dire le texte ; l’échange verbal ironique l’invite à reconstruire à sa manière un discours original, comme le musicien construit ses « variations » en prenant pied sur la musique d’autrui.

24Pareil comportement rhétorique se comprend si l’on se rappelle que Lahontan était un petit noble de province dont la ruine familiale provoqua l’émigration en Amérique. En ce qu’elle joue sur la double entente, la parole ironique est inattaquable par le discours de raison. Elle possède aussi une fluidité, une ambiguïté créatrice qui permet de dire le malaise ou l’injustice sans se livrer totalement. Le philosophe nu, désillusionné, avec son discours surchargé de sens, finit par se dégager de toute vérité définitive.

25Avec ses Dialogues, Lahontan a réactualisé un des grands mythes de l’Occident : celui du primitif exemplaire, du Sauvage comme figure oxymorique de l’humanité, vue tour à tour comme belle et bonne, mais aussi comme mauvaise, cruelle ou dégénérée. Par-delà l’oxymore, Lahontan a repris la figure du philosophe cynique créée par Lucien de Samosate, pour faire la critique sociale et politique de son temps. Toutefois, la conscience de son déracinement l’amène à tenir un discours marqué par une ironie plus déstabilisante que sa critique même.

Le destin de l’œuvre

  • 3 Sur la fortune littéraire et historique de l’œuvre de Lahontan, voir l’introduction aux Œuvres com (...)

26Dès leur parution en 1702-1703, les œuvres de Lahontan obtiennent un succès considérable, avec huit contrefaçons et rééditions en douze ans, des traductions en anglais, en hollandais et en allemand3. Largement commentées, plagiées même dans les encyclopédies et les périodiques de l’époque, elles nourrissent les discussions philosophiques sur le politique, la morale et la religion, sur les peuples dits primitifs et sur la géographie de territoires encore mal connus. Si les périodiques comme les Nouvelles de la république des lettres et L’Histoire des ouvrages des savants, par exemple, les présentent de manière fort conventionnelle, le Journal de Trévoux, animé par les jésuites, mène une charge à fond de train contre un « auteur dangereux », un « mauvais écrivain », qui n’ajoute rien de neuf à ce que l’on sait déjà.

27En même temps qu’elle suscite les commentaires des périodiques de l’époque, l’œuvre de Lahontan pénètre les encyclopédies sur l’Amérique comme la Geographical Description of Canada (1705) de John Harris, dont les chapitres 16 à 26 sont empruntés aux Nouveaux Voyages et aux Mémoires. Dans un ouvrage paru à Londres la même année, History and Present State of Virginia, Robert Beverley cite Lahontan, mais le plus souvent pour le contredire ou lui reprocher de débiter ses propres opinions plutôt que celles des Sauvages. Cette méfiance touchant l’exactitude de Lahontan se retrouve encore, en 1703, chez le célèbre cartographe Guillaume Delisle qui introduit la « Rivière Longue » dans sa carte du Canada, en la chapeautant du commentaire suivant : « La Rivière Longue, ou Rivière Morte, a été découverte depuis peu par le Baron de Lahontan [...], à moins que ledit sieur de Lahontan n’ait inventé toutes ces choses, ce qu’il est difficile de résoudre, étant le seul qui a pénétré dans ces vastes contrées. »

28Cette méfiance deviendra suspicion avec la réédition de 1705 par Nicolas Gueudeville dont la verve bouffonne et pamphlétaire transforme complètement le texte. Cette réappropriation de l’œuvre a sans doute contribué au discrédit qui la marquera graduellement. On le voit bien dans la « Dissertation sur les peuples de l’Amérique » de Jean-Frédéric Bernard qui attaque à la fois le « libertin » Lahontan, qui veut « détruire la religion chrétienne », et le « moine défroqué Gueudeville, qui a semé la bouffonnerie dans la plus grande partie de ses écrits » (OC, p. 126-128).

29Pareille défiance ne se retrouvera pas à la cour de Hanovre, où s’installera Lahontan en 1707 et que fréquentent des philosophes et des théologiens comme Wilhelm Leibniz, Conrad Schramm et Wilhelm Bierling, qui s’intéressent vivement aux Dialogues. Leibniz y voit une confirmation de son optimisme politique qui lui permet d’affirmer que la naissance de la société ne vient pas de la nécessité de sortir d’un épouvantable « état de guerre », comme le croyait Thomas Hobbes, mais d’une aspiration naturelle à la concorde. Les Sauvages américains « vivent ensemble sans aucun gouvernement mais en paix : ils ne connaissent ni luttes, ni haines, ni batailles, ou fort peu, excepté contre des hommes de nations et de langues différentes. Je dirais presque qu’il s’agit d’un miracle politique, inconnu d’Aristote et ignoré par Hobbes » (OC, p. 122).

  • 4 Histoire de France au dix-huitième siècle. La Régence, Paris, Chamarot, 1863, p. 178-179.

30Avec la parution de deux grandes synthèses d’auteurs jésuites, les Mœurs des Sauvages américains de Joseph-François Lafitau en 1724 et surtout l’Histoire et description générale de la Nouvelle-France de François-Xavier Charlevoix, en 1744, l’œuvre de Lahontan est irrémédiablement disqualifiée. Seul, au XIXe siècle, l’historien Jules Michelet souligne son importance pour la libre pensée du siècle des Lumières : « rien n’eut plus d’effet que le livre hardi et brillant de Lahontan sur les Sauvages, son frontispice où l’Indien foule aux pieds les sceptres et les codes (leges et sceptra terit), les lois, les rois. C’est le vif coup d’archet qui, vingt ans avant les Lettres persanes, ouvre le dix-huitième4. » Chateaubriand, qui s’inspire pourtant de lui dans Atala, Les Natchez et son Voyage en Amérique, le condamne sans appel dans son Génie du christianisme : « On ne rougit pas de préférer, ou plutôt de feindre de préférer aux Voyages des Du Tertre et des Charlevoix, ceux d’un baron de Lahontan, ignorant et menteur » (chapitres 1, l. IV, IVe partie).

  • 5 On verra Gustave Lanctôt en 1952 et Sylvio Dumas en 1972 publier un livre chacun sur ces « Filles (...)

31Ignorant et menteur, ce sont les deux reproches qui reviendront le plus souvent dans l’historiographie canadienne-française du XIXe siècle pour qualifier l’œuvre et la personne de Lahontan. Cette accusation ne surprendra guère si l’on se rappelle que plus de la moitié des historiens étaient membres du clergé ultramontain de l’époque. Certains passages allusifs et ironiques retiendront longtemps l’attention. Au premier chef, les « Filles du Roi » présentées par Lahontan comme des « filles de moyenne vertu », dont « les plus grosses » furent choisies les premières5 (OC, p. 265-266). D’autres, comme la longue lettre XVI des Nouveaux voyages sur la rivière Longue permettront de le discréditer complètement sur le plan géographico-historique. En 1986 encore, le Guide du chercheur en histoire canadienne décrétera : « On attache peu de valeur comme source historique aux œuvres de Lahontan. On lui reproche d’avoir accommodé les faits à des fins littéraires » (p. 300).

  • 6 Œuvres complètes, Montréal, PUM, coll. « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1980, 2 vol.

32En dépit de cette longue et lourde critique négative, les textes de Lahontan suscitent un intérêt certain pendant les années 1970. Par leur valeur documentaire et leur portée critique, ils apparaissent comme une œuvre-phare du début du siècle des Lumières. Des deux côtés de l’Atlantique commence alors un travail considérable pour analyser l’ensemble de l’œuvre et la rendre disponible au public par des rééditions partielles et souvent bien documentées. Ainsi paraît, à Paris en 1973, celle des Dialogues, par Maurice Roelens, dans les « Classiques du peuple », aux Éditions sociales ; un an plus tard, les Éditions Élysée de Montréal publient la réimpression en fac-similé de la réédition Gueudeville de 1705. Viendront ensuite, en 1983, les Nouveaux voyages par Jacques Colin, à l’Hexagone, et Sur Lahontan : comptes rendus et critiques (1702-1711), publié par Réal Ouellet (L’Hétrière, 1984). Au cours de ces mêmes années, on verra aussi paraître des traductions en allemand des Dialogues (par Barbara Kohl en 1981), des Nouveaux voyages (par Rolf Dragsta et Dietmar Kamper en 1982), puis une traduction italienne des Dialogues (par Francesco Surdich, en 1984). Un pas important sera franchi en 1990, avec l’édition critique des Œuvres complètes, aux Presses de l’Université de Montréal par Réal Ouellet et Alain Beaulieu6. En procurant un texte sûr, annoté copieusement, cette réédition critique a mis à jour une documentation considérable utilisée pour diverses manifestations de vulgarisation ethno-historique, comme les expositions sur la Nouvelle-France ou l’Amérique du Nord pendant le régime français. Elle a aussi ouvert la voie à des rééditions ultérieures.

  • 7 Faut-il ajouter encore la parution du roman L’aventurier du hasard (Septentrion, 1986) par Réal Ou (...)

33Ces rééditions stimuleront d’autant une production critique diversifiée et informée. Elle augmentera aussi l’intérêt grandissant du public, comme le montrent deux manifestations récentes : à Québec, en août 2006, les Fêtes de la Nouvelle-France présentent une conférence sur Lahontan et un débat théâtral fondé sur les Dialogues ; à Montréal pendant l’été de 2008, le festival Présence autochtone a organisé à la Grande Bibliothèque une exposition en arts visuels réunissant huit artistes amérindiens inspirés par les Dialogues dont on a fait une lecture publique suivie d’une discussion7.

  • 8 Voir Jean-Pierre Lobies, « Lahontan », dans Jules Balteau et al. (dir.), Dictionnaire de biographi (...)

34Malgré cette notoriété grandissante, l’œuvre de Lahontan n’a pas encore trouvé toute sa place dans la littérature et l’histoire. De grands dictionnaires, comme celui de François Bluche sur le Grand Siècle (Fayard, 2005) ou celui de René et Suzanne Pillorget sur la France classique (Laffont, 1995), le montrent bien : Lahontan est absent chez Bluche et réduit chez Pillorget aux maigres connaissances qu’on avait de lui il y a un demi-siècle. S’il est présent dans la refonte dirigée par François Moureau du Dictionnaire des lettres françaises − XVIIIe siècle de Georges Grente (Fayard, 1995), l’article qu’on y trouve n’est nullement marqué par les nombreuses études des quarante dernières années sur Lahontan. Les seuls ouvrages encyclopédiques à prendre en compte les recherches récentes sont le Dictionnaire de biographie française et l’Encyclopedia of the Enlightenment8.

Bibliographie

Bibliographie9

Lahontan, Louis Armand de Lom d’Arce, Dialogues avec un sauvage, éd. Maurice Roelens, Paris, Éditions Sociales, 1973 ; Montréal, Leméac, 1974.

Lahontan, Louis Armand de Lom d’Arce, Dialogues avec un Sauvage [1703], suivi de Conversations de l’auteur avec Adario, Sauvage distingué [1705], éd. Réal Ouell et, Montréal, Éditions Lux, 2010.

Lahontan, Louis Armand de Lom d’Arce, Dialogues curieux entre l’auteur et un Sauvage de bon sens qui a voyagé et Mémoires de l’Amérique Septentrionale, éd. Gilbert Chinard, Baltimore, The Johns Hopkins Press ; Paris, A. Margraff ; Londres, Oxford University Press, 1931.

Lahontan, Louis Armand de Lom d’Arce, Mémoires de l’Amérique, ou la Suite des voyages de Mr. le Baron de Lahontan, La Haye, Frères L’Honoré, t. II, 1703 ; édition originale, dite « à la Renommée ».

Lahontan, Louis Armand de Lom d’Arce, Mémoires de l’Amérique septentrionale, éd. Réal Ouell et, Montréal, Éditions Lux, 2013.

Lahontan, Louis Armand de Lom d’Arce, Nouveaux Voyages de Mr. le Baron de Lahontan dans l’Amérique septentrionale, La Haye, Frères L’Honoré, t. I, 1703 ; édition originale, dite « à la Renommée ».

Lahontan, Louis Armand de Lom d’Arce, New Voyages to North America, Londres, H. Bonwicke, T. Goodwin, M. Wotton, B. Tooke et S. Manship, 1703, 2 vol.

Lahontan, Louis Armand de Lom d’Arce, Œuvres complètes, éd. Réal Ouell et et Alain Beaulieu, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1990, 2 vol.

Lahontan, Louis Armand de Lom d’Arce, Suite du Voyage de l’Amérique, ou Dialogues de Monsieur le baron de Lahontan et d’un Sauvage, [...] avec les Voyages du même en Portugal et en Danemarc, Amsterdam et Londres, Veuve de Bœteman et David Mortier, 1703.

Études

Ouell et, Réal, « Baron de Lahontan », dans Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française : http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-183/Baron_de_Lahontan.html#.U3Pa6yhoU-M

Ouell et, Réal (dir.), Sur Lahontan : comptes rendus et critiques (1702-1711), Québec, L’Hêtrière ; Paris, Touzot, 1984.

Notes

1 Pour la biographie de Lahontan, voir les pièces d’archives reproduites dans l’appendice 1 des Œuvres complètes, p. 1129-1154.

2 Dialogues avec un Sauvage, Éditions Lux, p. 239 et 282.

3 Sur la fortune littéraire et historique de l’œuvre de Lahontan, voir l’introduction aux Œuvres complètes, p. 102-199. Les rééditions et les traductions sont répertoriées, p. 1319-1348.

4 Histoire de France au dix-huitième siècle. La Régence, Paris, Chamarot, 1863, p. 178-179.

5 On verra Gustave Lanctôt en 1952 et Sylvio Dumas en 1972 publier un livre chacun sur ces « Filles du Roi » pour accuser Lahontan de mensonge et de bassesse. Pourtant, quand la romancière Anne Hébert osa reprendre les termes même de Lahontan dans son roman Le premier jardin (Seuil, 1988, p. 97), personne ne semble avoir protesté.

6 Œuvres complètes, Montréal, PUM, coll. « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1980, 2 vol.

7 Faut-il ajouter encore la parution du roman L’aventurier du hasard (Septentrion, 1986) par Réal Ouellet ?

8 Voir Jean-Pierre Lobies, « Lahontan », dans Jules Balteau et al. (dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, t. 19, 2001, p. 727-728 ; John F. Bosher, « Lahontan », dans Alan C. Kors (dir.), Encyclopedia of the Enlightenment, New York, Oxford University Press, 2003, t. 3, p. 343-344. En réalité, la majorité des encyclopédies actuelles (Britannica, Larousse, Universalis) en disent moins sur Lahontan que l’article paru en 1873 dans le t. 10 du Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse.

9 Pour les nombreux textes manuscrits de Lahontan, voir « Inédits et textes divers », dans Lahontan, OC, p. 993-1127. Sur les différentes rééditions, contrefaçons et traductions de ses œuvres, voir ibid., p. 1319-1348. Voir aussi la bibliographie des Mémoires de l’Amérique septentrionale, Éditions Lux, 2013, p. 291-316.

Table des illustrations

Légende Louis Armand de Lom d’Arce, baron de Lahontan, Nouveaux voyages de Mr le Baron de Lahontan dans l’Amérique septentrionale, qui contiennent une relation des différens peuples qui y habitent […], La Haye, Frères l’Honoré, 1703, vol. I. Collections de BAnQ (RES/AF/186).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 341k

Auteur

Professeur associé à l’Université Laval, a publié plusieurs livres et études sur le roman et la relation de voyage. Il a fait l’édition critique de quelques grands textes issus de la colonisation française en Amérique : Lahontan, Œuvres complètes, Leclercq, Nouvelle Relation de la Gaspésie, Exquemelin, Histoire des aventuriers flibustiers, Pelleprat, Relation des missions des pères de la Compagnie de Jésus dans les Îles et la Terre Ferme de l’Amérique méridionale.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search