Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XVIIe siècle

1632 • Gabriel Sagard

Le grand voyage du pays des Hurons

Alain Beaulieu

Texte intégral

Gabriel Sagard, Le grand voyage du pays des Hurons situé en l’Amerique vers la Mer douce, és derniers confins de la Nouvelle-France, dite Canada […], Paris, Denys Moreau, 1632. Collections de BAnQ (971.025 S129gs 1632 BMRA).

1Précurseurs des ethnologues modernes, les auteurs des récits de voyage de la Nouvelle-France font généralement une large place aux nations autochtones dans leurs ouvrages, brossant le portrait, parfois de manière très détaillée, des mœurs et coutumes des peuples rencontrés dans l’expansion de l’Empire français d’Amérique. Dans la première moitié du XVIIe siècle, les Wendats de la baie Georgienne, longtemps désignés sous le nom de Hurons, figurent en tête de liste de ceux qui retiennent leur attention. Réunis dans une confédération qui comptait quatre nations et quelque 25 000 personnes, ils jouent un rôle crucial dans les débuts de l’histoire coloniale française en Amérique du Nord, s’imposant dès les années 1620 comme les principaux intermédiaires commerciaux des Français dans la traite des fourrures.

  • 1 Les références ultérieures (GV) renvoient à l’édition de Jack Warwick, Le grand voyage du pays des (...)

2En 1619, Champlain présenta à grands traits leur mode de vie, mais le mérite d’avoir publié une première description ethnographique détaillée à leur sujet revient au récollet Gabriel Sagard. Rédigé dans le contexte d’une intense rivalité avec les jésuites, son Grand voyage du pays des Hurons1, publié à Paris en 1632, visait à rappeler l’expérience antérieure des missionnaires de la famille franciscaine dans la colonie et à faire valoir leurs droits d’y retourner. Témoignage fondamental pour l’histoire des missions de la Nouvelle-France, l’ouvrage joue aussi un rôle important aux XVIIe et XVIIIe siècles dans la construction d’un imaginaire européen associé aux « Sauvages » américains. Depuis un demi-siècle, il figure parmi les sources incontournables pour reconstituer l’histoire et la culture des Wendats au moment des premiers contacts avec les Français.

L’auteur et la rédaction du Grand voyage

3La date et le lieu de naissance de Sagard restent inconnus. On présume qu’il est né en France, probablement vers 1580, car en 1604, il appartenait déjà à la congrégation des récollets, après des études en humanités effectuées avec un enthousiasme modéré, selon son propre aveu, dans son ouvrage de 1636 intitulé Histoire du Canada. En 1611, il était au Couvent de Metz ; quatre ans plus tard, il se trouvait à Paris, rattaché à la province de Saint-Denis, qui fournit en 1615 les premiers missionnaires de la colonie laurentienne. Sagard, qui était alors le secrétaire privé du provincial, aurait souhaité faire partie de ce premier contingent, mais il lui faudra attendre huit ans pour que son vœu soit exaucé.

4Arrivé à Québec à la fin du mois de juin 1623, en compagnie du père Nicolas Viel, il prend rapidement la route de la Huronie, en compagnie des Wendats venus échanger leurs peaux de castor contre des marchandises européennes. Après un hiver parmi les Wendats, Sagard rentre à Québec à l’été de 1624. Officiellement, il ne venait que pour chercher « beaucoup de petites choses » (GV, 317) qui faisaient défaut à la mission. À son arrivée, il apprend que le provincial demande son retour à Paris, « où il désirait se servir » (GV, 338) de lui. Il quitte donc la colonie au mois d’août 1624.

5Sagard avait peut-être envisagé dès le départ de publier le fruit de ses observations, mais il lui faudra plusieurs années avant de passer à l’acte. Ce n’est qu’en 1632, probablement à la demande de ses supérieurs, qu’il publia son Grand voyage. Une menace sérieuse planait alors sur le sort des missions franciscaines au Canada. Les récollets soupçonnaient en effet les jésuites de manœuvrer pour les exclure de la colonie. Après la prise de Québec par les frères Kirke en 1629, au nom du roi d’Angleterre, la petite colonie venait d’être rendue à la France par le traité de Saint-Germain-en-Laye, du 29 mars 1632. Les jésuites avaient été autorisés à retourner à Québec pour y poursuivre leurs missions, mais pas les disciples de saint François.

6Le Grand voyage faisait partie de l’arsenal déployé par les récollets pour obtenir les autorisations nécessaires à leur retour en Nouvelle-France. Pendant quelques années, appuyés par Rome, ils entretiennent des espoirs à ce sujet, mais en 1635, Jean de Lauson, directeur de la Compagnie des Cent-Associés, leur refuse de nouveau l’accès aux navires qui partent pour le Canada. Dans une ultime protestation, Sagard publie en 1636 son Histoire du Canada, qui retrace l’histoire des missions des récollets au Canada jusqu’à la prise de Québec par les frères Kirke en 1629. L’ouvrage, au ton plus revendicateur que le Grand voyage, reflétait le peu d’espoir que les récollets conservaient au sujet de leur retour au Canada.

7Quelques mois après la publication de l’Histoire du Canada, dans des circonstances nébuleuses, mais qui suggèrent un conflit d’autorité avec ses supérieurs, Sagard quitte le Couvent des récollets de la province de Paris pour se réfugier chez les cordeliers, la branche contemplative de la famille franciscaine. Ses confrères, outrés par cette décision, entreprennent des démarches juridiques pour le forcer à revenir dans son couvent. Ils obtiennent une première décision favorable, mais les cordeliers en appellent au roi en octobre 1638. On ignore le résultat de ces démarches et ce qu’il est advenu de Sagard, qui meurt peut-être peu de temps après.

Le contenu du Grand voyage

8Même si le Grand voyage vise à faire valoir les droits des récollets, la polémique en est pour ainsi dire absente. L’ouvrage prend certes la forme d’une justification, mais qui s’appuie d’abord sur la démonstration d’une expérience sur le terrain et d’une connaissance des populations qui l’habitent. Pour rédiger son Grand voyage, Sagard disposait certainement de notes prises durant son séjour au Canada. Il pouvait aussi compter sur l’aide de ses confrères et sur les écrits d’auteurs qui l’avaient précédé, comme Champlain et Lescarbot. Si le Grand voyage est l’expression d’une aventure personnelle, c’est aussi en partie le résultat d’une compilation réalisée en bibliothèque à partir de différents matériaux. Il est facile en effet d’y reconnaître certains emprunts à Champlain, notamment aux Voyages de 1619, où il puise certaines informations factuelles, d’ordre géographique ou culturel, ou à Marc Lescarbot, dont l’Histoire de la Nouvelle-France lui fournit à la fois des référents classiques et une manière d’organiser ses matériaux ethnographiques.

  • 2 « Le livre à Québec dans le premier XVIIIe siècle : la migration d’un objet culturel », thèse de d (...)

9L’ouvrage se divise en trois parties. Des 22 chapitres que compte la première, Sagard consacre les cinq premiers au récit de son voyage entre la France et la Huronie et à la présentation des activités des récollets parmi les Wendats. Le reste traite des mœurs et coutumes des Wendats : cadre matériel d’existence (villages, agriculture, chasse et pêche), activités quotidiennes, caractéristiques physiques, activités sociales, mode de gouvernement et religion. Les quatre premiers chapitres de la deuxième partie décrivent la faune et la flore du pays, Sagard réservant le cinquième au récit de son retour à Québec. Enfin, le Dictionnaire de la langue huronne, annoncé comme faisant partie de la deuxième partie, forme en fait une section autonome, avec une pagination indépendante. Ce Dictionnaire, « grossièrement dressé » et préparé à la hâte, en « dix ou douze petites journées » (GV, 347), visait, selon Sagard, à faciliter la tâche de ceux qui auraient « à voyager dans le païs » (GV, 344), mais qui n’en connaîtraient pas la langue. Comme le note François Melançon2, le véritable objectif se trouvait probablement ailleurs, dans la volonté de répliquer à la publication à Rouen en 1630 par les jésuites d’un catéchisme français-montagnais, intitulé Doctrine chrestienne du R.P. Ledesme de la Compagnie de Iesu. Traduite en Langage canadois, pour la conversion des habitans dudit pays. Dans cet ouvrage, repris dans l’édition de 1632 des Voyages de Champlain, une publication où les jésuites faisaient un étalage, aussi imparfait que celui de Sagard, de leur connaissance des langues autochtones.

10Par plusieurs des remarques de son Grand voyage, Sagard témoigne de l’état d’esprit classique d’un religieux du XVIIe siècle confronté à une réalité culturelle étrangère. La nourriture des Wendats lui semble ainsi particulièrement dégoûtante. Il ne peut s’empêcher de condamner la grande liberté sexuelle de ses hôtes, associant le comportement des jeunes femmes à de la prostitution − elles ont « licence de se prostituer » dès « qu’elles en sont capables » − et l’attitude des parents à du proxénétisme − « les pères & mères sont souvent maquereaux de leurs propres filles » (GV, 208). Il juge très sévèrement la manière dont les Wendats éduquent leurs enfants, voyant dans leur refus de les châtier la cause du mépris et des mauvais traitements qu’ils en reçoivent par la suite, une chose « qui ne sent rien moins que la beste brute » (GV, 216).

11Sagard décrit l’univers religieux des Wendats en termes de manque, leur incapacité à expliquer et à défendre de manière cohérente leurs croyances confirmant « qu’ils ne recognoissent & n’adorent vrayement aucune Divinité ny Dieu, duquel ils puissent rendre quelque raison » (GV, 250). La langue des Wendats fait aussi l’objet de commentaires négatifs. Dans l’introduction à son Dictionnaire, Sagard revient à quelques reprises sur l’imperfection de cette « langue sauvage », dont les règles sont « confuses et mal-aisées » à connaître, tout y étant « confondu & imparfaict » (GV, 346). Récupérées plus tard au profit de thèses évolutionnistes, ces remarques servent surtout chez Sagard à justifier les défauts de son Dictionnaire, qu’il ne veut pas associer à ses lacunes linguistiques, qu’il ne dissimule pas par ailleurs, affirmant qu’il était « très peu versé en langue huronne, & fort incapable de faire quelque chose de bien » (GV, 344). Même un plus habile que lui, écrit-il, n’aurait pas pu mieux faire avec une langue « presque sans règle, & tellement imparfaicte ».

12De nombreuses observations de Sagard viennent toutefois considérablement nuancer, voire neutraliser, ses constats les plus sombres. Le Grand voyage met en effet en lumière les nombreuses qualités des Wendats. Leurs corps sont bien formés ; il n’y pas parmi eux « de ces gros ventrus, pleins d’humeurs et de graisses » comme en France (GV, 220). Sagard admire la « constance » de ses hôtes, le « pouvoir qu’ils ont sur leurs passions » (GV, 152) et leur retenue, notamment lorsqu’ils sont invités à des festins. Ils s’y rendent « d’un pas modeste », pareils à des magistrats, et s’y « comportant avec la même modestie » (GV, 200). Leur bonne santé s’expliquerait par la « concorde qu’ils ont entr’eux » et par « leur vie douce & la tranquilité de leur esprit ». Il n’y a point de procès chez eux, ni cette obsession d’acquérir les « commodités de cette vie » qui tourmente tant les chrétiens (GV, 268).

13La nourriture ne leur manque pas, car chaque famille possède suffisamment de terres pour assurer sa subsistance et celles qui sont encore en friches appartiennent à tous. L’esprit d’entraide, l’hospitalité et la générosité sont des traits de caractère qui ont particulièrement frappé le missionnaire. Les Wendats s’assistent constamment les uns les autres, pourvoyant « à la nécessité d’un chacun », de sorte qu’il n’y a pas de mendiants dans leurs villages (GV, 178). Lorsqu’ils entendent parler du grand nombre de « nécessiteux & mendians » qu’il y avait en France, ils s’étonnent et critiquent les Français pour leur manque de charité (GV, 178).

Les influences de l’œuvre

  • 3 Sur l’utilisation de Sagard par Locke, voir Ann Talbot, The Great Ocean of Knowledge. The Influenc (...)

14Les auteurs de la Biographie universelle ancienne et moderne (1843-1865) écrivent que la « relation de Sagard fut bien accueillie », mais nous n’avons pu trouver d’indications précises sur la réception de l’ouvrage, qui ne connaît qu’un seul tirage. Une série d’indices montrent cependant que le Grand voyage et l’Histoire du Canada s’imposent rapidement en Europe comme des ouvrages de référence sur les « Sauvages » américains. Dès 1643, dans sa polémique avec Hugo Grotius au sujet des origines du peuplement de l’Amérique, Jean de Laet utilise ainsi le Dictionnaire de la langue huronne de Sagard, qu’il compare avec d’autres dictionnaires des langues autochtones ; le jésuite Charlevoix lui en fera le reproche dans son Journal d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique septentrionale. À la fin du XVIIe siècle, le Grand voyage était connu du théoricien britannique du libéralisme politique, John Locke, qui l’avait acquis lors de son séjour à Paris entre 1675 et 1679. L’ouvrage n’est jamais mentionné dans les écrits du philosophe, mais ses archives montrent qu’il en avait fait une lecture très attentive, y trouvant matière à réflexion sur les différentes formes de gouvernement3.

15Au XVIIIe siècle, l’œuvre continue manifestement de retenir l’attention. Dans son Histoire naturelle, publiée en 36 volumes entre 1748 et 1788, Buffon le donne ainsi en référence à de nombreuses reprises. En 1705, dans une discussion sur les religions des peuples du Canada (Continuation des pensées diverses), Pierre Bayle le cite assez longuement. En 1744, dans son Histoire de la Nouvelle-France, Charlevoix, poursuivant les vieilles rivalités du siècle précédent, s’en prend toutefois à la crédibilité de Sagard. En quelques phrases lapidaires − qui marqueront l’historiographie −, il dessine le portrait d’un observateur crédule, peu familier avec les réalités qu’il décrit. Charlevoix jette aussi le discrédit sur le Dictionnaire de la langue huronne, preuve selon lui que ni Sagard « ni aucun de ceux, qu’il a pu consulter, ne savaient bien cette langue ».

16Paradoxalement, c’est ce Dictionnaire qui allait attirer l’attention sur l’œuvre de Sagard à la fin du XVIIIe siècle et au début du siècle suivant. À ce moment, ce dictionnaire n’avait pas encore de concurrent en version imprimée, de sorte qu’il était le seul à fournir des informations accessibles sur les particularités de la langue huronne. En 1767, Voltaire y fait une allusion satirique dans L’Ingénu, histoire véritable tirée des manuscrits du Père Quesnel, roman qui mettait en scène un Huron séjournant en France. C’est toutefois l’écossais James Brunet, lord Monboddo (1714-1799), dans son ouvrage en six volumes intitulé On the Origin and Progress of Language (Édimbourg, 1774-1792), qui le fit entrer dans le champ des réflexions philosophico-linguistiques. Dans cette imposante étude sur l’origine et l’évolution des langues, Mondobbo cite à quelques reprises Sagard. Les remarques du récollet sur la pauvreté, l’absence de structure et la grande variabilité de la langue huronne permettaient d’étayer par un exemple concret sa thèse évolutionniste, où les langues indiennes figuraient comme des vestiges des premiers pas de l’humanité pour s’extirper du monde animal : « In such language as I have described, being nothing but the natural and instinctive cries of the animal, a little varied and distinguished by articulation, no art or regularity can be expected. And accordingly Sagard tells us, the Huron language is so very imperfect and irregular, that it is impossible to form a grammar of it; that is to reduce it to any rule » (vol. 1, p. 483-484).

  • 4 GV, 344, 346. Sur les influences de Sagard sur la pensée des grammairiens philosophes du XVIIIe si (...)

17Dans sa lecture du Grand voyage, Monboddo, grossissant manifestement le trait, omettait de surcroît les passages où Sagard introduisait ses remarques sur la langue huronne en dressant des parallèles avec la langue française. Les caractéristiques qu’il décrivait n’étaient pas, à ses yeux, propres à la langue huronne, mais plutôt des traits communs à toutes les langues4. Les idées de Monboddo − et le recours sélectif aux textes de Sagard pour les appuyer − connurent cependant une longue postérité au XIXe siècle. Les idées de Monboddo sont, par exemple, reprises par Dugald Stewart, qui cite aussi Sagard dans un ouvrage publié à Édimbourg en 1845, Elements of the Philosophy of the Human Mind, comme par Max Muller dans Lectures on the Science of Language (New York, 1862). Elles furent toutefois aussi critiquées, surtout en Amérique. Dans son Histoire des mœurs et coutumes des nations indiennes, d’abord publiée en anglais en 1818, puis en 1822 à Paris, John Heckewelder fut sans doute le premier à contester la valeur des conceptions linguistiques attribuées à Sagard. Ce « bon et pieux missionnaire français », qui avait présenté la langue huronne « comme pauvre, imparfaite, irrégulière, peu propre à exprimer les idées », était selon lui « peu instruit » et avait séjourné « trop peu de temps avec cette nation pour pouvoir donner une idée juste et exacte de sa langue ».

  • 5 Pierre-Étienne Du Ponceau, Mémoire sur le système grammatical des langues de quelques nations indi (...)
  • 6 Du Ponceau, Mémoire, p. 110. Sur d’autres utilisations du Dictionnaire de Sagard au XIXe siècle da (...)

18Heckewelder laissait entendre que le Dictionnaire même de Sagard fournissait des exemples qui contredisaient sa vision réductrice. C’est peut-être ce qui incita le linguiste Pierre Étienne du Ponceau, auteur de plusieurs études sur les langues amérindiennes, qui entretint une longue correspondance avec Heckewelder, à tester l’ouvrage auprès de locuteurs wyandots. Ceux-ci s’étonnèrent, rapporte du Ponceau, de le voir parler ainsi leur langue : « Ils entendirent parfaitement ce que nous leur lûmes, et leur interprète nous en donna l’explication, en anglais, entièrement conforme à celle du livre que nous tenions à la main5. » L’exemple servait à illustrer la stabilité des langues indiennes, qui, même si elles n’étaient pas transcrites, ne se transformaient pas aussi rapidement que le pensaient les défenseurs des thèses évolutionnistes. Du Ponceau en tirait aussi la conclusion que Charlevoix avait « beaucoup trop déprécié » le Dictionnaire de Sagard, une attitude qu’il associait à la jalousie qui existait alors entre jésuites et récollets au Canada6.

19Ces mentions récurrentes des écrits de Sagard stimulèrent sans doute l’intérêt pour le Grand voyage, qui, dans la seconde moitié du XIXe siècle, était vivement recherché et se vendait au prix fort lorsque certains exemplaires étaient mis aux enchères, comme on le constate en consultant des bibliographies de l’époque. Les auteurs de la Biographie universelle attribuaient « cette brillante fortune d’un livre assez longtemps oublié » à l’intérêt grandissant pour « les études ethnographiques » et « à l’empressement des bibliophiles américains à se procurer » ce qui se rapportait à l’histoire de l’Amérique. Le regain d’intérêt pour l’œuvre de Sagard contribua sans doute à la décision d’Edwin Tross, libraire à Paris, de rééditer le Grand voyage en 1865 ainsi que l’Histoire du Canada l’année suivante. Grâce à ces rééditions, les deux ouvrages de Sagard, malgré le jugement sévère de Charlevoix, jugement qui continue à circuler au XIXe siècle, s’intègrent au corpus des sources essentielles à l’histoire des premiers moments du régime français. En 1930, l’historien H.-A. Scott, dans Nos anciens historiographes et autres études d’histoire canadienne, résumait sans doute une impression assez répandue sur la valeur du témoignage de Sagard, qui avait « pour lui la bonhomie, la simplicité, le naturel et l’honnêteté ».

20Au XXe siècle, comme le précise la bibliographie qui suit, le Grand voyage fit l’objet de quelques rééditions. Il est d’abord reproduit à Paris en 1929, dans une forme abrégée et modernisée, par Bertrand Guégan, sous le titre de Trois voyages au Canada. Une deuxième édition, en 1976, préfacée par Marcel Trudel, est en fait la réimpression de l’édition de Tross. En 1990, Réal Ouellet et Jack Warwick ont publié une version modernisée du texte de Sagard, dans la collection « Bibliothèque québécoise ». Enfin, en 1998, Jack Warwick a préparé une édition critique du Grand voyage, dans la collection « Bibliothèque du Nouveau Monde ». L’ouvrage a aussi connu deux traductions : la première, en anglais, a été publiée en 1939 par la Champlain Society ; la seconde, en italien, est parue en 1972. Le Dictionnaire de la langue huronne, qui n’avait pas été inclus dans l’édition de la Champlain Society, a récemment été publié en anglais par John L. Steckley.

21Ces rééditions reflètent l’intérêt que ce texte continue à susciter non seulement au Québec et au Canada, mais aussi à l’étranger, en France notamment, où depuis le début du XXe siècle il figure parmi les classiques de la littérature ethnologique : Lucien Lévy-Bruhl le cite, par exemple, dans Les fonctions mentales dans les sociétés inférieures (1910) ; Émile Durkheim fait de même dans Les formes élémentaires de la vie religieuse (1912) ; Marcel Mauss le mentionne en introduction à son article « L’ethnographie en France et à l’étranger » (1913) parmi les précurseurs de l’ethnologie, formule qui inspira Claude Lévi-Strauss pour son discours de réception à l’Académie française en 1974.

  • 7 Les enfants d’Aatæntsic. L’histoire du peuple huron, Montréal, Libre Expression, 1991, p. 331.

22Depuis les années 1960, les spécialistes de l’histoire et de la culture des Wendats s’entendent sur la valeur du témoignage de Sagard, qui se révèle un fin observateur de certaines facettes de leur culture. Comparant l’approche en cette matière de Champlain et de Sagard, Elizabeth Tooker notait dans les années 1960 que la démarche du récollet s’apparentait davantage « à celle de l’anthropologue moderne ». En 1976, dans son ouvrage classique sur l’histoire des Wendats − The Children of Aatæntsic − Bruce G. Trigger commentait aussi très favorablement l’apport de Sagard, son Grand voyage formant « la meilleure relation connue de la vie chez les Hurons7 » au moment des premiers contacts avec les Français.

  • 8 Voir la présentation de Laurier Lacroix, « L’art des Huronnes vu par le frère récollet Gabriel Sag (...)

23Avec son souci des détails, Sagard se révèle en effet un fin observateur de la réalité des Wendats, notamment pour leur cadre de vie matériel, une réalité qu’il pouvait bien appréhender malgré ses lacunes dans la maîtrise de la langue huronne. Il se montre particulièrement sensible à l’artisanat des Wendats, surtout celui des femmes, un aspect largement négligé par les jésuites8. Certes, ceux-ci laisseront après lui une masse beaucoup plus considérable d’informations sur ce peuple, mais comme le note Marcel Trudel, les observations de Sagard se situent à un moment où le mode de vie des Wendats n’a pas encore été véritablement transformé par le contact et les échanges avec les Français, ce qui en fait un témoignage particulièrement précieux.

Bibliographie

Bibliographie

Sagard, Gabriel, Grande Viaggio nel pæse degli Uroni, introduzione, note e traduzione dall’originale francese a cura di Ugo PISCopo, Milan, Longanesi, 1972.

Sagard, Gabriel, Le grand voyage du pays des Hurons, préface de Marcel Trudel, Montréal, Hurtubise HMH, 1976.

Sagard, Gabriel, Le grand voyage du pays des Hurons, suivi de Dictionnaire de la langue huronne, édition critique par Jack Warwick, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1998.

Sagard, Gabriel, Le grand voyage du pays des Hurons, texte édité par Réal Ouellet et Jack Warwick, Montréal, Leméac, « Bibliothèque québécoise », 1990, réédition 2007.

Sagard, Gabriel, The Long Journey to the Country of the Hurons, édité par George Wrong, Toronto, The Champlain Society, 1939. Cette édition a été réimprimée en 1968 (New York, Greenwood Press).

Sagard, Gabriel, Trois voyages au Canada, choix de textes par Bertrand Guégan, Paris, Carrefour, 1929, p. 65-234.

Étude

Steckley, John, trad. et éd., Gabriel Sagard’s Dictionary of Huron, Merchantville (N. J.), Evolution Publishing, 2010. Ce spécialiste de la langue huronne utilise aussi beaucoup le Dictionnaire de Sagard dans ses travaux.

Notes

1 Les références ultérieures (GV) renvoient à l’édition de Jack Warwick, Le grand voyage du pays des Hurons suivi du Dictionnaire de la langue huronne, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1998.

2 « Le livre à Québec dans le premier XVIIIe siècle : la migration d’un objet culturel », thèse de doctorat, Université de Sherbrooke, 2007, p. 53-54.

3 Sur l’utilisation de Sagard par Locke, voir Ann Talbot, The Great Ocean of Knowledge. The Influence of Travel Literature on the Work of John Locke, Leyde, Brill, 2010, p. 21-44.

4 GV, 344, 346. Sur les influences de Sagard sur la pensée des grammairiens philosophes du XVIIIe siècle, voir l’étude de Julie T. Andresen, Linguistics in America 1769-1924. A Critical History, Londres et New York, Routledge, 1990, p. 84-92.

5 Pierre-Étienne Du Ponceau, Mémoire sur le système grammatical des langues de quelques nations indiennes de l’Amérique du Nord, Paris, A. Pihan de La Forest, 1838, p. 110-111.

6 Du Ponceau, Mémoire, p. 110. Sur d’autres utilisations du Dictionnaire de Sagard au XIXe siècle dans des compilations de langues indiennes, voir John C. Greene, « Early Scientific Interest in the American Indian : Comparative Linguistics », Proceedings of the American Philosophical Society, vol. 104, no 5, 1960, p. 515.

7 Les enfants d’Aatæntsic. L’histoire du peuple huron, Montréal, Libre Expression, 1991, p. 331.

8 Voir la présentation de Laurier Lacroix, « L’art des Huronnes vu par le frère récollet Gabriel Sagard en 1623-1624 », Les Cahiers des Dix, 66, 2012, p. 323-338.

Table des illustrations

Légende Gabriel Sagard, Le grand voyage du pays des Hurons situé en l’Amerique vers la Mer douce, és derniers confins de la Nouvelle-France, dite Canada […], Paris, Denys Moreau, 1632. Collections de BAnQ (971.025 S129gs 1632 BMRA).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

Auteur

Professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal. Il est l’auteur ou le coauteur de plusieurs ouvrages, dont Les Autochtones du Québec : des premières alliances aux revendications contemporaines (Fides, 1997) ; Représentation, métissage et pouvoir (Presses de l’Université Laval, 2012) ; Les Autochtones et le Québec. Des premiers contacts au Plan Nord (Presses de l’Université de Montréal, 2013) ; Les Wendats du Québec. Territoire, économie et identité, 1650-1930 (GID, 2013).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search