Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XVIIe siècle

1613 • Samuel de Champlain

Voyages

Éric Thierry

Texte intégral

Samuel de Champlain, Les voyages du sieur de Champlain Xaintongeois, capitaine pour le roy en la marine, divisez en deux livres ou Journal tres-fidele des observations faites és descouvertures de la Nouvelle-France […], Paris, Jean Berjon, 1613. Collections de BAnQ (RES/AD/201)

1Né vraisemblablement vers 1580 à Brouage (Saintonge) et décédé le 25 décembre 1635 à Québec, Samuel de Champlain est le fils d’Antoine de Champlain, capitaine de navire, et de Marguerite Le Roy. Il grandit au milieu de marins, dont les figures marquantes sont non seulement son père, mais aussi un oncle maternel, le corsaire Guillaume Allène, dit le Capitaine provençal. Ces deux hommes prennent le très jeune Samuel à leur bord et lui donnent le goût de la navigation.

2Brouage étant aussi une cité de garnison, Champlain répond favorablement aux sollicitations du gouverneur, en 1592, pour aller combattre les troupes ligueuses du duc de Mercœur et leurs alliés espagnols en Bretagne. Il intègre le service des logis de l’armée d’Henri IV chargé de dresser les itinéraires, d’organiser les logements et de ravitailler les combattants. Pour cela, il doit acquérir une compétence indispensable, celle de dresser des cartes.

3Lors de la paix, en 1598, Champlain est à Quimper, promu capitaine de compagnie. Démobilisé, il va rejoindre son oncle Guillaume Allène à Blavet. Comme celui-ci est chargé de commander un des navires devant ramener chez elle la garnison espagnole, Champlain l’accompagne. Théoriquement, les bateaux français de la flotte doivent vite rentrer en France après leur arrivée à Cadix, en septembre 1598, mais, faute d’un nombre de navires suffisant, le gouvernement espagnol en retient quelques-uns, dont celui d’Allène, afin de les incorporer à la flotte envoyée chaque année en Amérique pour en ramener de l’or et de l’argent.

4Son oncle devant rester en Espagne, Champlain part comme maître de l’équipage français. Avec la flotte espagnole, il voyage aux Indes occidentales, de 1599 à 1600, à Porto Rico, Vera Cruz et La Havane. Installé à son retour à Cadix, il rédige un récit de son périple, qui restera manuscrit, à partir de ses souvenirs et d’informations recueillies lors de conversations, de lectures et de visites de cabinets de curiosités.

5Rentré en France en 1601, Champlain présente son récit à Aymar de Chaste, vice-amiral de France et gouverneur de Dieppe, et celui-ci l’introduit auprès du roi Henri IV. Comme le souverain français mène une guerre froide contre son homologue espagnol depuis la paix de 1598, il apprécie d’avoir à ses côtés un si fin connaisseur des ressources et des ports des Indes occidentales. Il accorde donc à Champlain une pension lui permettant de vivre à la Cour. Là, celui-ci entre en relation avec le « conseil des hommes de l’art du ciel et de la mer » qu’anime à Paris Isaac de Casaubon, le bibliothécaire du roi. C’est dans ce contexte que débutent les voyages de Champlain en Amérique du Nord.

6En 1603, il remonte le Saint-Laurent sous la conduite du Malouin François Gravé. Henri IV l’a chargé d’apprécier les possibilités offertes par les rives laurentiennes en vue d’un établissement français permanent. Du compte rendu de son expédition, il tire son premier livre imprimé, Des Sauvages, à la fin de l’année 1603. Puis, de 1604 à 1607, il participe aux fondations des établissements de l’île Sainte-Croix et de Port-Royal, en Acadie, sous la direction de Pierre Du Gua De Monts. Henri IV lui a demandé de cartographier cette région de l’Amérique du Nord-Est.

7En 1608, la carrière de Champlain change : il doit fonder l’établissement de Québec comme lieutenant de Pierre Du Gua De Monts. Mises à part ses expéditions jusqu’au lac Champlain en 1609 et dans la région des Grands Lacs en 1615 et 1616, il joue surtout un rôle d’administrateur de colonie, multipliant les traversées de l’Atlantique pour relancer l’intérêt des autorités de la métropole.

8Confronté aux changements de lieutenants généraux ou vice-rois de la Nouvelle-France et de compagnies bénéficiaires d’un monopole de la traite des fourrures, il prend souvent la plume pour justifier ses actions et encourager la venue de colons et l’évangélisation des Autochtones. Après ses Sauvages de 1603 paraissent ainsi ses Voyages du sieur de Champlain Xaintongeois de 1613, ses Voyages et descouvertures faites en la Nouvelle France de 1619 et ses Voyages de la Nouvelle France occidentale, dicte Canada de 1632.

Le livre

9Les Voyages du sieur de Champlain Xaintongeois se distinguent par leur contenu hétérogène. La page de titre porte la marque de l’éditeur parisien Jean Berjon et le millésime 1613. Suivent deux épîtres dédicatoires, au roi Louis XIII et à la reine régente Marie de Médicis, et deux poèmes en l’honneur de Champlain.

10Dans les 17 chapitres du livre premier, Champlain raconte son séjour en Acadie, de 1604 à 1607, marqué non seulement par les fondations des établissements de l’île Sainte-Croix et de Port-Royal, mais aussi par l’exploration du littoral de l’Amérique du Nord-Est, de l’île du Cap-Breton jusqu’au cap Cod. Le texte est illustré de 16 représentations de lieux visités. Dans les 11 chapitres du second livre, Champlain relate son séjour dans la vallée du Saint-Laurent en 1608 et 1609, avec, comme temps forts de son récit, la fondation de Québec, en juillet 1608, et sa victoire sur les Iroquois sur les bords du lac Champlain, le 30 juillet 1609.

11Il n’y a pas de troisième livre, mais deux sections intitulées Second voyage du sieur de Champlain fait en la Nouvelle France en l’année 1610 et Le troisiesme voyage du sieur de Champlain en l’année 1611. Elles relatent des expéditions dans la vallée du Saint-Laurent marquées par la prise d’un fort iroquois au bord de la rivière Richelieu le 19 juin 1610 et le franchissement des rapides de Lachine en juin 1611.

12Vient ensuite une longue notice expliquant deux cartes générales de la Nouvelle-France insérées dans le volume. Dans l’une figure l’Amérique du Nord-Est depuis Terre-Neuve jusqu’aux Grands Lacs et du lac Saint-Jean jusqu’au cap Cod. Il s’agit d’une carte dessinée en 1612 et destinée aux navigateurs, comme l’indiquent son titre et la première page des Voyages de 1613. L’autre représente la Nouvelle-France depuis le détroit d’Hudson jusqu’au cap Cod et de Terre-Neuve jusqu’aux Grands Lacs. En examinant différents exemplaires de l’édition originale des Voyages de 1613, on peut constater qu’il existe deux versions de cette carte.

13Une table des matières sous forme d’index, insérée à la fin de l’ouvrage, ne termine pas celui-ci puisqu’a été ajouté un opuscule, ayant sa propre pagination, intitulé Quatriesme voyage du s[ieu]r de Champlain capitaine ordinaire pour le Roy en la marine, et Lieutenant de Monseigneur le Prince de Condé en la Nouvelle France fait en l’année 1613. Champlain y raconte sa remontée de la rivière des Outaouais en mai et juin 1613, cherchant vainement à atteindre la « mer du Nord ».

14La structure complexe des Voyages de 1613 résulte de l’histoire mouvementée de sa composition. Leur auteur les a préparés pour appuyer les démarches qu’il a dû entreprendre après la démission de l’amiral Charles de Montmorency, en janvier 1612, et la perte par Pierre Du Gua De Monts de sa charge de vice-amiral. Il voulait placer l’entreprise de Québec sous le patronage d’un puissant seigneur bénéficiaire d’un monopole de la traite des fourrures. Grâce à ses relations familiales et à ses appuis au conseil du roi, Champlain a pu obtenir, en novembre 1612, la nomination d’un nouveau lieutenant général en Nouvelle-France, le prince de Condé. En même temps, celui-ci a reçu le monopole de la traite des fourrures dans la vallée du Saint-Laurent, pour une période de douze ans, et il a fait de Champlain son lieutenant.

15La rédaction de la quasi-totalité de l’ouvrage est achevée en septembre 1612, puisque Champlain relate le retour en France d’une partie du personnel de l’habitation de Québec, à la fin de la saison de traite. Quant à l’impression du livre, ses étapes peuvent être déduites de l’existence des deux versions de la carte de la Nouvelle-France dessinée depuis le détroit d’Hudson jusqu’au cap Cod et de Terre-Neuve jusqu’aux Grands Lacs. Elle inclut des informations de la Tabula nautica publiée par Hessel Gerritsz à Amsterdam en 1612, après la découverte par Henry Hudson de la baie qui porte son nom.

16Une première version est imprimée à la fin de 1612, ou plus vraisemblablement au début de 1613, sans doute avec la quasi-totalité des Voyages puisque leur page de titre porte ce millésime. Lorsque Champlain est de retour de sa nouvelle expédition dans la vallée du Saint-Laurent, c’est-à-dire après le 26 août 1613, il fait imprimer une deuxième version de sa carte, sur laquelle il a ajouté le tracé sommaire de la rivière des Outaouais qu’il venait de remonter. En même temps, il fait joindre à ses Voyages un récit de son quatrième périple laurentien. Un index des relations précédentes étant déjà sorti des presses, cet ajout est doté d’une pagination particulière et imprimé en 1614, comme Champlain nous l’apprend dans ses Voyages de 1619. En grande partie déjà prêts depuis plusieurs mois, ceux de 1613 ne sont mis en vente qu’en 1614.

17Leur auteur n’espère pas en faire un grand succès de librairie. Ils sont destinés avant tout aux hommes de gouvernement. En leur montrant l’ampleur du travail d’exploration réalisé en Acadie et au Canada, Champlain veut les convaincre de la nécessité du monopole de la traite des fourrures et de son attribution à un puissant seigneur, afin de permettre une réelle prise de possession de ces territoires par le roi de France. Il ne se soucie pas de plaire aux lecteurs amateurs d’exotisme. Peu importe l’aridité de nombreux passages, où abondent les caps suivis, les distances parcourues, les positions relevées et les ancrages choisis. Champlain s’est contenté de recopier de larges passages de ses journaux de bord tenus au cours de toutes ses expéditions au jour le jour.

18Le texte des Voyages de 1613 n’est, selon lui, que le commentaire des 18 cartes insérées. Celles-ci forment tout l’intérêt de l’ouvrage, car ce sont elles les véritables outils de la domination territoriale. Seize représentent différents endroits d’Acadie ou de la vallée du Saint-Laurent. On y reconnaît successivement le port de La Hève, celui du Rossignol, celui au Mouton, celui des Mines, la rivière Saint-Jean, l’île Sainte-Croix, la rivière Kennebec, celle de Chouacouët, le port Saint-Louis, celui de Mallebarre, le port Royal, Beauport, le port Fortuné, Tadoussac, Québec et le saut Saint-Louis.

19Ces cartes régionales réalisées par Champlain au cours de ses explorations sont destinées avant tout aux navigateurs. Y sont donc indiqués les entrées sûres des ports, les lieux d’ancrage possibles, la présence de récifs et les profondeurs d’eau. Pour les dessiner, Champlain allait d’un promontoire à un autre, près de l’endroit où il avait débarqué. Il utilisait un astrolabe, afin de déterminer les latitudes des différents points où il se trouvait et les distances les séparant. Puis, il usait d’une boussole et d’un compas, pour reporter, sur une feuille de papier graduée en degrés et comportant une rose des vents, les différentes directions des endroits les plus notables qu’il visait.

20À l’aide de ses cartes régionales et de la Tabula nautica publiée par Hessel Gerritsz, Champlain a pu réaliser les deux cartes générales de la Nouvelle-France qui sont aussi insérées dans les Voyages de 1613, l’une datée de 1612 et destinée aux navigateurs et l’autre existant en deux versions. Ainsi, il a fait faire à la cartographie de l’Amérique du Nord-Est des progrès remarquables. On lui doit non seulement une meilleure connaissance du bassin du Saint-Laurent, avec la rivière Richelieu, le lac Champlain et une ébauche des Grands Lacs, mais aussi le détachement de la péninsule de la Nouvelle-Écosse loin du continent par l’insertion d’une baie de Fundy grandement minimisée jusqu’alors, ainsi qu’au sud-ouest de celle-ci, le dessin très précis des échancrures de ce qui n’était qu’un vague demi-cercle sur les cartes précédentes, depuis celle de Verrazzano jusqu’à celle de Levasseur.

21Champlain a également veillé à la précision du texte des Voyages de 1613. L’auteur s’y présente comme particulièrement soucieux de tout vérifier par l’observation. On est bien loin du Champlain des Sauvages de 1603, qui semblait admettre les existences de l’effroyable Gougou et des monstrueux Almouchiquois. Grâce à sa remontée de la rivière Pentagouët, l’auteur des Voyages de 1613 dénie toute existence à la fabuleuse cité de Norembègue et, grâce à des vestiges de l’habitation utilisée par Jacques Cartier durant l’hiver de 1535-1536 au bord de la rivière Saint-Charles, il replace à sa position exacte la pointe Sainte-Croix du Malouin.

22Outre un relevé scientifique, les Voyages de 1613 sont aussi un texte de promotion des entreprises menées en Acadie et au Canada sous l’autorité du lieutenant général Pierre Du Gua De Monts. Champlain veut montrer tous les obstacles qu’il a fallu surmonter pour la plus grande gloire du roi de France. Les périls ont d’abord été ceux de la navigation. Champlain n’épargne jamais à son lecteur les naufrages subis ou évités de justesse. Ils sont très nombreux dans le récit de son séjour en Acadie de 1604 à 1607. Dans le second livre, celui qui couvre la période laurentienne, ils sont plus rares, mais on trouve une longue évocation de l’errance du navire de Champlain au milieu des glaces durant le printemps de 1611.

23Les indigènes, en particulier les Almouchiquois et les Iroquois, ont aussi fait courir de grands périls à Champlain et à ses compagnons. Ils sont représentés sur trois des six gravures insérées dans les Voyages de 1613. Avec les plans figurés des habitations de l’île Sainte-Croix, du port Royal et de Québec, on trouve des scènes illustrant l’attaque dont ont été victimes des hommes de Poutrincourt au port Fortuné le 15 octobre 1606, la défaite des Iroquois au bord du lac Champlain le 30 juillet 1609 et la prise d’un fort iroquois au bord de la rivière Richelieu le 19 juin 1610. On y apprend que, lorsque les indigènes nus et indisciplinés attaquent les Français par surprise, comme au port Fortuné, ils peuvent les massacrer, mais que, lorsque Champlain et ses hommes sont revêtus de leurs cuirasses, sont munis de leurs armes à feu et opèrent selon les règles de la guerre à l’européenne, ils sont invincibles.

24Comme beaucoup de récits de voyageurs, les Voyages de 1613 n’échappent pas à la tentation de faire de leur auteur un héros. Champlain évite tous les périls et résout toutes les difficultés. Alors que le scorbut fait des ravages autour de lui, il n’est nullement touché. Quand son arquebuse explose à Mallebarre en juillet 1605, il n’est même pas blessé, mais quand c’est le mousquet de Robert Pont-Gravé qui crève, après l’attaque du port Fortuné en octobre 1606, le jeune homme perd une main. Seul Champlain permet la victoire contre les Iroquois en 1609 et, même s’il peut compter sur l’intervention du traitant Des Prairies pour celle de 1610, c’est la tactique qu’il a lui-même choisie qui permet de l’emporter.

Le destin de l’ouvrage

  • 1 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, t. XIV, 1601-1607, Londres, 1734, p. 331.

25Dès leur publication, les Voyages de 1613 sont commentés. Ainsi, un de leurs premiers lecteurs est le président au parlement de Paris Jacques-Auguste de Thou, auteur d’une Historia sui temporis publiée de 1604 à 1620. Il y relate les événements de la période 1543-1608 et n’oublie pas les débuts de l’Acadie française, ainsi que la fondation de Québec, en puisant largement dans les Voyages de 1613 qu’il juge être « une relation très-fidélle et très circonstanciée1 ».

  • 2 Pierre Biard, Relation de la Nouvelle France, de ses Terres, Naturel du Païs, et de ses Habitans, (...)

26Pour sa part, en rédigeant sa Relation de la Nouvelle-France parue en 1616, le père Biard, un des deux jésuites ayant séjourné en Acadie de 1611 à 1613, porte le même jugement : « Quant aux faitcs, voyages, et descouvertures dudit Champlain, il n’est ja besoin, que je les vous crayonne, puis que luy mesme les a si bien et si au long depeint en ses livres2. » Par contre, Marc Lescarbot, compagnon de Champlain en Acadie en 1606 et 1607, a moins de retenue en préparant la troisième édition de son Histoire de la Nouvelle-France publiée en 1617 et 1618. Il faut dire que les deux hommes se querellent par publications interposées depuis déjà plusieurs années.

  • 3 Samuel de Champlain, Voyages, Paris, Jean Berjon, 1613, p. 151.

27Lescarbot a mis en cause Champlain dès 1609, dans la première édition de son Histoire de la Nouvelle-France, en lui reprochant la crédulité dont il a fait preuve dans un passage de ses Sauvages de 1603 à propos du Gougou, un monstre terrorisant les indigènes d’Acadie. Cela lui a valu une contre-attaque dans les Voyages de 1613 : en racontant une excursion de Lescarbot sur les rivières Saint-Jean et Sainte-Croix en juin 1607, Champlain a précisé que celui-ci « n’avoit encores sorty du port Royal » et il a ajouté que « c’est le plus loin qu’il ayt esté, qui sont seulement 14 à 15 lieues plus avant que ledit port Royal3 ».

28Ensuite, le conflit entre les deux hommes est devenu beaucoup plus sérieux, car, dans la troisième édition de son Histoire de la Nouvelle-France, Lescarbot s’en prend à ce qui fait le renom des écrits de Champlain : la précision de ses informations. Il relève quelques incohérences contenues dans les Voyages de 1613, mais ne parvient pas à faire douter de la fiabilité des Voyages de 1613. C’est plutôt l’aridité de certains passages qui les empêche de toucher un vaste public. Aucune réimpression n’est publiée et Champlain se rend bien compte qu’il lui faut faire la part plus belle aux évocations exotiques pour promouvoir efficacement ses entreprises. Il le reconnaît lui-même dans l’épître dédicatoire à Louis XIII de son ouvrage de 1619, les Voyages et descouvertures faites en la nouvelle France, depuis l’année 1615 jusques à la fin de l’année 1619.

29En 1631, lorsqu’il s’efforce de sortir de la disgrâce dans laquelle l’a plongé Louis XIII après la prise de Québec par les Anglais deux ans plus tôt, Champlain veut rappeler au roi ses actions, lui montrer que, depuis 1603, il n’a pas épargné sa peine, que maintes fois il a même risqué sa vie pour le servir. Il rédige, pour cela, son dernier ouvrage, ses Voyages de la nouvelle France occidentale, dicte Canada, qui paraissent en 1632. La première partie contient ses états de service de 1604 à 1613. Il les a dressés en reprenant le texte de ses Voyages de 1613, mais en se contentant, faute de temps, de travailler sur un exemplaire de cette ancienne publication, de barrer des morceaux de phrase, voire des paragraphes entiers, et d’ajouter les raccords nécessaires entre les lignes, dans les marges ou sur des feuilles volantes avec des renvois aux pages et aux endroits précis où l’imprimeur devait faire les additions.

30Pour l’évocation de ses années acadiennes, Champlain a délesté ses Voyages de 1613 de toutes les notations historiques, de tout ce qui en faisait un récit. Seules les remarques géographiques et ethnographiques ont été conservées. Il s’est efforcé de supprimer les dates, les noms d’individus et même les pronoms de la première personne du pluriel. Parfois, il a dû conserver ces derniers, mais il a alors remplacé les « nous » du texte initial par des « je ». Champlain a voulu montrer que l’exploration de l’Acadie était son œuvre. Il était, lui, demeuré sur place de 1604 à 1607, tandis que Du Gua De Monts, Gravé et Poutrincourt, qui s’étaient succédé à la tête des colons, n’étaient jamais restés plus d’un an.

  • 4 Pierre François-Xavier de Charlevoix, Histoire et description generale de la Nouvelle France, t. I (...)

31Parce qu’il est une synthèse commode de toutes les entreprises menées par Champlain en Nouvelle-France, son dernier ouvrage finit par occulter les précédents. Les Voyages de 1613 sont de moins en moins cités, tandis que ceux de 1632 restent une référence incontournable. En témoigne la bibliographie dressée par le père Charlevoix dans son Histoire et description generale de la Nouvelle-France parue en 1744. Il ne donne intégralement que le titre des Voyages de 1632 et ajoute que ces « Memoires sont excellens pour le fond des choses, et pour la manière simple et naturelle, dont ils sont écrits4 ».

32Au XIXe siècle, cet ouvrage est d’autant moins cité qu’il est très difficile de le lire, faute d’exemplaires disponibles. Ainsi, en 1870, alors qu’il s’apprête à en publier la première réédition depuis 1613, l’abbé Charles-Honoré Laverdière écrit : « L’édition de 1613 est si rare, qu’à peine pourrait-on en trouver 10 exemplaires dans tout le pays [le Canada] ; encore n’y a-t-il que celui de la bibliothèque de l’Université Laval qui soit parfaitement complet. » Cette rareté n’est plus acceptable à l’époque où l’histoire du Canada suscite un intérêt grandissant. Il faut pouvoir « recourir aux sources » et « s’appuyer sur des documents irréprochables ».

  • 5 Œuvres de Champlain publiées sous le patronage de l’Université Laval, éd. Charles-Honoré Laverdièr (...)

33Le temps est venu de disposer d’une édition complète et annotée des œuvres du fondateur de Québec, car, selon l’abbé Laverdière, « ce qui ajoute encore une valeur singulière aux écrits de Champlain, c’est qu’il est pour ainsi dire le seul de nos plus anciens auteurs que l’on puisse regarder comme source historique proprement dite ». À la différence de Marc Lescarbot et du frère Gabriel Sagard, il offre un haut degré de fiabilité : il est « témoin oculaire de presque tout ce qu’il rapporte5 ». Cet avantage se retrouve tout particulièrement dans les Voyages de 1613.

34Leur texte est publié par Laverdière dans le troisième volume de ses Œuvres de Champlain. Celles-ci doivent paraître dès 1869, mais elles ne peuvent être imprimées que l’année suivante à cause de l’incendie des ateliers de George-Édouard Desbarats à Ottawa. Heureusement, Laverdière a conservé chez lui un jeu d’épreuves. C’est ainsi que les Œuvres de Champlain paraissent en 1870 avec la mention « deuxième édition ». Laverdière a respecté les irrégularités orthographiques et typographiques, quitte à mettre en notes les corrections ou les explications nécessaires à l’intelligibilité du texte. De plus, il a visé, par son apparat critique, à une certaine contextualisation.

  • 6 Auguste Gosselin, « Le vrai monument de Champlain : ses Œuvres éditées par Laverdière », Mémoires (...)

35Cette édition des Œuvres de Champlain par Laverdière est considérée comme « le vrai monument de Champlain6 ». Elle est unanimement saluée, même par les historiens du Canada anglophone et des États-Unis. Les Voyages de 1613 ne peuvent plus dès lors rester ignorés des lecteurs anglophones, puisqu’il s’agit d’une source essentielle sur l’histoire de la Nouvelle-Angleterre et de l’Acadie. C’est sous l’égide de la Prince Society de Boston que Charles Pomeroy Otis les traduit pour la première fois en anglais et qu’Edmund F. Slafter les contextualise, dans les deuxième et troisième volumes de leurs Voyages of Samuel de Champlain, 1604-1618, publiés en 1878 et 1882. La traduction d’Otis est reprise par l’historien William L. Grant dans une nouvelle édition des Voyages of Samuel de Champlain, 1604-1618, parue à New York en 1907, mais elle est révisée, sous la direction de Henry P. Biggar, pour la publication des premier et deuxième volumes des Works of Samuel de Champlain par la Champlain Society à Toronto en 1922 et 1925.

  • 7 Samuel de Champlain, Premiers récits de voyages en Nouvelle-France, 1603-1619, éd. Mathieu d’Avign (...)

36L’édition de Grant est réimprimée en 1959 et celles de Biggar et de Laverdière le sont respectivement en 1971 et 1973, mais, malgré la mise à disposition du texte des Voyages de 1613, un obstacle à sa lecture par un public francophone apparaît progressivement. Il s’agit de la difficulté de lire le « vieux français ». Les 400es anniversaires des fondations de l’Acadie et de Québec, célébrés respectivement en 2004 et 2008, ont le mérite de susciter plusieurs éditions en français moderne, la première à Paris aux Éditions Cosmopole et deux autres à Québec, aux Presses de l’Université Laval et aux Éditions du Septentrion. Espérons que seront exaucés les vœux formulés par Camil Girard dans sa préface à l’édition procurée par Mathieu d’Avignon : « Découvrir ce Champlain ouvert sur le monde, cela intéressera au plus haut point tant les spécialistes que les enseignants du primaire et du secondaire ou les amateurs d’histoire. Mais encore, cela intéressera les jeunes lecteurs et les chercheurs qui doivent repenser eux-mêmes à créer leurs propres “héros” » d’une histoire qu’ils devront réécrire aussi un jour7… »

Bibliographie

Bibliographie

Champlain, Samuel de, À la rencontre des Algonquins et des Hurons, 1612-1619, éd. Éric Thierry, Québec, Éditions du Septentrion, 2009, 240 p.

Champlain, Samuel de, Les Fondations de l’Acadie et de Québec, 1604-1611, éd. Éric Thierry, Québec, Éditions du Septentrion, 2008, 294 p.

Champlain, Samuel de, Œuvres de Champlain publiées sous le patronage de l’Université Laval, éd. Charles-Honoré Laverdière, t. III, Québec, Geo.-E. Desbarats, 1870, 327 p.

Champlain, Samuel de, Premiers récits de voyages en Nouvelle-France, 1603-1619, éd. Mathieu d’Avignon, Québec, Presses de l’Université Laval, 2009, 386 p.

Champlain, Samuel de, The Works of Samuel de Champlain in Six Volumes, t. I, 1599-1607, éd. Henry Percival Biggar, Toronto, The Champlain Society, 1922, 469 p.

Champlain, Samuel de, The Works of Samuel de Champlain in Six Volumes, t. II, 1608-1613, éd. Henry Percival Biggar, Toronto, The Champlain Society, 1925, 351 p.

Études

Avignon, Mathieu d’, Champlain et les fondateurs oubliés. Les figures du père et le mythe de la fondation, Québec, Presses de l’Université Laval, 2008, 542 p.

Fischer, David Hackett, Le rêve de Champlain, Montréal, Boréal, 2012, 1008 p.

Litalien, Raymonde et Denis Vaugeois (dir.), Champlain. La naissance de l’Amérique française, Québec-Paris, Éditions du Septentrion-Nouveau Monde éditions, 2004, 397 p.

Thierry, Éric, La France de Henri IV en Amérique du Nord, Paris, Honoré Champion, 2008, 510 p.

Notes

1 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, t. XIV, 1601-1607, Londres, 1734, p. 331.

2 Pierre Biard, Relation de la Nouvelle France, de ses Terres, Naturel du Païs, et de ses Habitans, Lyon, Louis Muguet, 1616, p. 121-122.

3 Samuel de Champlain, Voyages, Paris, Jean Berjon, 1613, p. 151.

4 Pierre François-Xavier de Charlevoix, Histoire et description generale de la Nouvelle France, t. I, Paris, Rolin Fils, 1744, p. XLVII.

5 Œuvres de Champlain publiées sous le patronage de l’Université Laval, éd. Charles-Honoré Laverdière, t. I, Québec, Geo.-E. Desbarats, 1870, p. I-III.

6 Auguste Gosselin, « Le vrai monument de Champlain : ses Œuvres éditées par Laverdière », Mémoires de la Société royale du Canada, section I, 1908, p. 3-23.

7 Samuel de Champlain, Premiers récits de voyages en Nouvelle-France, 1603-1619, éd. Mathieu d’Avignon, Québec, Presses de l’Université Laval, 2009, p. XXII.

Table des illustrations

Légende Samuel de Champlain, Les voyages du sieur de Champlain Xaintongeois, capitaine pour le roy en la marine, divisez en deux livres ou Journal tres-fidele des observations faites és descouvertures de la Nouvelle-France […], Paris, Jean Berjon, 1613. Collections de BAnQ (RES/AD/201)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

Auteur

Professeur au Lycée Paul-Claudel de Laon (France), est docteur de l’Université de Paris-Sorbonne. Historien de l’Amérique française, il a édité, aux éditions du Septentrion à Québec, les œuvres complètes de Samuel de Champlain.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search