Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

XVIIe siècle

1609 • Marc Lescarbot

Histoire de la Nouvelle-France

Marie-Christine Pioffet

Texte intégral

Marc Lescarbot, Histoire de la Nouvelle-France contenant les navigations, découvertes & habitations faites par les François és Indes Occidentales & Nouvelle-France […], Paris, Jean Milot, 1609. Collections de BAnQ (971.013 L624hi3 D 1609 BMRA).

1Marc Lescarbot, né à Vervins autour de 1570, est un polygraphe rompu à l’art de la polémique et formé dans la tradition érudite de la Renaissance. Auteur de diverses pièces poétiques, de quelques opuscules de circonstance et d’un traité perdu sur la polygamie, il consacre, à son retour de Port-Royal en 1607, 18 mois à la rédaction de son œuvre maîtresse, l’Histoire de la Nouvelle-France, qui dresse la chronique des établissements français au Nouveau Monde. Ouvrage plusieurs fois réédité et augmenté au fil des ans, l’Histoire de la Nouvelle-France est bien plus qu’une amorce ou qu’un coup d’essai. Il s’agit d’une œuvre accomplie, mûrie et parfaite au fil des quatre rééditions parues du vivant de l’auteur. Le mot « histoire », qui peut du reste sembler prématuré, puisque la colonie française en est à ses débuts, ne doit pas nous induire en erreur. Il s’emploie fréquemment à l’époque pour désigner la description d’une région géographique ou d’un voyage. Du reste, il ne dissimule pas non plus le caractère composite de l’œuvre : le terme s’inscrit dans la perspective de l’histoire conçue par le philosophe Jean Bodin (1529 ou 1530-1596) comme un savoir encyclopédique et totalisateur, mobilisant des considérations pluridisciplinaires, mais aussi une expérience susceptible d’orienter l’action. Le caractère hétérogène de l’ouvrage de Lescarbot répond aux visées critique, apologétique et politique de l’historiographie renaissante, qui s’intéressent moins aux faits eux-mêmes qu’à leur causalité.

Chronique d’un échec annoncé

2Disons d’abord un mot de la facture complexe de cette œuvre hybride. Avant de raconter son séjour en Acadie et les faits marquants des voyages de Pierre Du Gua De Monts et de Jean de Biencourt, baron de Poutrincourt, objectif premier du livre, Lescarbot revisite les différents établissements français dressés de façon erratique le long du littoral américain, du Brésil jusqu’à la rivière Sainte-Croix, près de l’actuelle ville de Québec, pour après se livrer à une étude des mœurs souriquoises ou micmaques comparées à celles des autres nations. On peut à bon droit s’interroger sur les raisons de la longue rétrospective qui s’étale sur les trois premiers livres de l’ouvrage. Laissons à Lescarbot le soin d’expliquer ce détour : « Si le dessein d’habiter la terre de Canada n’a ci devant reüssi, il n’en faut ja blamer la terre, mais accuser nôtre inconstance & lacheté. Car voici qu’apres la mort du Roy François premier on entreprent des voyages au Bresil & à la Floride, léquels n’ont pas eu meilleur succés, quoy que ces provinces soient sans hiver, & jouïssent d’une verdure perpetuelle » (Histoire de la Nouvelle-France, p. 403 ; toutes les références renvoient aux pages de l’édition de 1617, qui contient de nouveaux développements par rapport aux éditions de 1609 et de 1611-1612). On aura compris par ces précisions que le Vervinois souhaite réhabiliter le pays qui passe pour être inhabitable aux yeux de ses contemporains, en remontant aux causes des infortunes antérieures.

3Aussi, malgré la disparité des lieux, des climats et des circonstances qui ont mené à leur fondation, les « entreprises vaines » (406) de colonisation, le plus souvent avortées et oubliées, dont Lescarbot fait le vœu de raviver la mémoire, présentent-elles plus d’un dénominateur commun ; voilà pourquoi l’auteur les a délibérément amalgamées dans le corps du livre : « [Il] m’a semblé bon de mettre en un corps tant de relations & menus écrits qui étoient comme ensevelis, afin de les faire revivre » (5). De la disparition de Verrazzano aux déceptions de Samuel de Champlain, en passant par les faux espoirs de Jacques Cartier et de François de Roberval, de la mort tragique de Jean Ribaut et des siens au désastre de l’île de Sable au large de l’actuelle Nouvelle-Écosse, chaque fois les voyageurs français doivent abandonner leurs projets.

4Loin d’entretenir la thèse d’une malédiction qui pèserait sur les expéditions françaises, la réécriture souvent dramatisée des épisodes malheureux de la colonisation de l’Amérique s’accompagne de plusieurs leçons à tirer. En évoquant les tentatives avortées de la France qui tente timidement de se tailler une place sur le vaste nouveau continent, l’auteur tente de justifier ces ratés et relève clairement les erreurs à éviter. Le premier manquement est sans doute de n’avoir su profiter des ressources du pays. Les occupants de Charles-Fort en Floride font figure de piètres colons et Lescarbot blâme sans détour leur inactivité et leur insouciance : « [J] e ne trouve point à quoy ilz s’occupoient : & ose bien croire qu’ilz firent bonne chere tant que leurs vivres durerent, sans se soucier du lendemain, ny de cultiver & ensemencer la terre » (52). Il fait d’ailleurs de l’agriculture son cheval de bataille pour reconquérir l’Amérique et renouvelle ses critiques à l’endroit de Jean Ribaut, blâmé pour son inertie :

Deux fautes sont à remarquer en ce que dessus, l’une

de n’avoir cultivé la terre, puis qu’on la vouloit habiter, l’autre de n’avoir reservé ou fabriqué d’heure quelque vaisseau, pour en cas de necessité retourner d’où l’on étoit venu. Il fait bon voir un cheval à l’étable pour se sauver quand on ne peut resister. Mais je me doute que ceux que l’on avoit envoyé là étoient gens ramassez de la lie des faineans, & qui aymoient mieux besogne faite, que prendre plaisir à la faire (59-60).

5Et comme une erreur survient rarement seule, « la division se mit entr’-eux [les hommes de Ribaut] à l’occasion de la rudesse ou cruauté de leur Capitaine [Albert], lequel pendit lui-méme un de ses soldats sur un assez maigre sujet » (55). Alimentée par la crainte suscitée par cette exécution, la mutinerie s’installe parmi les colons, qui s’en prennent au responsable du camp. Lescarbot saura de nouveau s’approprier ce dénouement tragique pour émettre une recommandation de clémence à l’intention de tout chef d’expédition à venir en lui rappelant que « la conservation de ses gens c’est sa force, & le depeuplement sa ruine » (56).

6Au nombre des causes des insuccès coloniaux s’ajoute l’insuffisance des provisions apportées, que Lescarbot relève non sans sarcasme :

Je trouve un autre defaut en ceux qui ont fait les voyages du Bresil que de la Floride, c’est de n’avoir porté grande quantité de blés & farines, & chairs salées pour vivre au moins un an ou deux, […] sans s’en aller par-delà pour y mourir de faim, par maniere de dire. Ce qui étoit fort aisé à faire, veu la fecondité de la France en toutes ces choses qui lui sont propres, & ne les emprunte point ailleurs (179).

7À vrai dire, l’ouvrage laisse croire que les préparatifs hâtifs découlaient de l’improvisation. Villegagnon, le marquis de La Roche et De Monts commettront, aux yeux du chroniqueur, une autre erreur stratégique : celle d’avoir choisi de s’établir sur une île plutôt que sur la terre ferme. L’histoire de ces établissements éphémères dispersée dans l’espace et dans le temps présente donc une continuité surprenante, à en croire Lescarbot, qui, malgré la diversité des circonstances, tente de souder ces épisodes disparates pour donner plus de force à sa conclusion, en se gardant bien de nommer Du Gua De Monts, allié du clan de Biencourt : « je seray toujours d’avis que quiconque va en un païs pour le posseder, ne s’arréte point aux iles pour y estre prisonnier » (507).

8En montrant ainsi du doigt l’incompétence des colonisateurs, Marc Lescarbot avait deux objectifs. Le premier était de montrer que ces échecs auraient pu être aisément évités. Le second consistait à prouver que, contrairement à tous ses devanciers, Poutrincourt était un chef d’expédition avisé et que la mission de Port-Royal devrait revenir à son clan. Certes, l’analyse de Lescarbot est un peu simpliste. Les sites choisis présentaient aussi des avantages. En vérité, l’Histoire, non sans quelque parti pris, utilise le souvenir des établissements antérieurs comme faire-valoir aux entreprises de Poutrincourt, qui se démarque des autres dirigeants par son acharnement au travail et sa bonne gestion des réserves alimentaires : « Le sieur de Poutrincourt en fit tout autrement en nôtre voyage. Car dés le lendemain que nous fumes arrivés au Por t Royal […] il employa ses ouvriers à cela […], & print garde aux vivres de telle façon que le pain ni le vin n’a jamais manqué à personne » (52-53). Ses qualités d’administrateur se doublent d’une humanité exemplaire. Poutrincourt apparaît, dans le panégyrique de Lescarbot, comme un modèle de clémence et de mesure.

9Si les premiers acteurs de la colonisation ne sont pas épargnés dans l’ouvrage, le réquisitoire de Lescarbot se fait encore plus dur envers leurs mandataires. Toutes les entreprises ont en commun de n’avoir pas « été secondées comme il falloit », écrit-il (406). Parmi les causes premières de l’échec, il évoque le désintérêt des milieux financiers pour le Canada : « Quoy que ce soit qui ait poussé quelques François à traverser l’Ocean, leurs entreprises n’ont encore bien reüssi. Vray est qu’ilz sont excusables en ce qu’ayans rendu des témoignages de leur bonne volonté & courage, ilz n’ont point eté virilement soutenus » (141). La Nouvelle-France, à la différence du Pérou et d’autres régions de l’Amérique, n’a jamais suscité l’engouement des grands et des armateurs, centrés sur le profit et affriandés par l’appât du gain facile : « On est bien aise d’en ouïr parler, mais d’y aider, on ne s’entend point à cela. On voudroit trouver les thresors d’Atabalippa sans travail & sans peine, mais on y vient trop tard, & pour en trouver il faut chercher, il faut faire de la dépense, ce que les grans ne veulent pas » (17). L’Histoire de la Nouvelle-France prend l’allure d’un pamphlet politique, comme en témoignent les deux épîtres liminaires, l’une adressée au roi très chrétien et l’autre, à son conseiller Pierre Jeannin, visant, par leur caractère épidictique, à obtenir des appuis financiers. Pour tenter de sortir ses compatriotes de leur léthargie, première cause de leur retard dans la course pour la conquête du Nouveau Monde, Marc Lescarbot, dans sa troisième épître « A la France », les invite à renouer avec les « vieux erremens » (n. p.) de leurs ancêtres gaulois. Dans un tel contexte, l’échec du clan de De Monts et de Poutrincourt était d’autant plus prévisible que ceux-ci ont reçu moins d’appuis que quiconque dans ces « voyages transmarins » (692). C’est sur le mode dramatique que Marc Lescarbot amorce le quatrième livre de son histoire consacré à la colonisation de l’Acadie, ce qui laisse présager son dénouement infructueux : « J’ay à reciter en ce livre la plus courageuse de toutes les entreprises que noz François ont faites pour l’habitation des Terresneuves d’outre l’Ocean, & la moins aydée & secouruë » (416). Dans la longue suite des déboires coloniaux, les expéditions des sieurs De Monts et de Poutrincourt, que l’auteur a suivies de très près et dont il fut le porte-plume, se donnent à lire comme l’aboutissement logique des carences de la politique coloniale française.

Histoires vécues, mémoires de textes

  • 1 « Introduction », dans Andreas Motsch et Grégoire Holtz (dir.), Éditer la Nouvelle-France, Québec, (...)

10Andreas Motsch et Grégoire Holtz placent, un peu hâtivement, Marc Lescarbot au rang des premiers « éditeurs chevronnés » des relations de voyage en Amérique1. Certes, le Vervinois reproduit de très larges passages des écrits de Jacques Cartier et en particulier de sa deuxième relation, encore inédite à l’époque, ainsi que d’autres histoires du Nouveau Monde. La plupart du temps, dans ce bricolage de textes, Lescarbot cède directement la parole au relateur qui livre un témoignage personnel, s’autorisant au besoin à expliciter ou à gloser des passages, ou à commenter certains termes et à corriger les erreurs qu’il aperçoit et même à moderniser les graphies jugées archaïques. Mais loin de suivre docilement le texte source, Lescarbot serait en fait un éditeur fort désinvolte, n’hésitant pas à omettre dans sa transcription de nombreux passages des relations, qui pourraient porter préjudice à son projet colonial en Acadie. Dans le contexte de la promotion de l’Amérique, on ne s’étonnera pas qu’il retranche de sa version les passages les moins flatteurs sur les mœurs amérindiennes consignées par Laudonnière dans son Histoire notable de la Floride. De même, lorsqu’il recopie la première relation de Champlain, Des Sauvages, on se surprendra de voir les entretiens théologiques entre les visiteurs et les chefs montagnais supprimés en raison du scepticisme de l’historien devant les propos de Champlain sur les mystères du christianisme : « tant de discours de nótre sainte Foy […] ne se peuvent exprimer en langue de Sauvages » (395). Fidèle à la matière des histoires plutôt qu’à leur disposition textuelle, Lescarbot jongle avec la chronologie événementielle, transposant à son gré le voyage du capitaine florentin Verrazzano « sans [s]’arrêter à suivre le fil de son discours » (31). Dans la suite du montage, il traite assez librement la trame chronologique, pour rationaliser l’espace textuel au profit d’un découpage géographique : « Jacoit donc que selon l’ordre du temps il seroit convenable de rapporter ici les voyages du Capitaine Jacques Quartier, toutefois il me semble meilleur de continuer ici tout d’une suite le discours de la Floride, & montrer comme noz François […] l’ont premiers habitee, & ont traité alliance & amitié avec les Capitaines & Chefs d’icelle » (40).

11Cette transition semble indiquer la primauté de la cohérence spatiale sur la succession des événements, faisant de la cosmographie et de la carte le support mnémonique de l’histoire. C’est sans doute autant un souci de rigueur géographique qu’une volonté pédagogique de faire voir, qui incite l’auteur à amorcer le livre III de son ouvrage par une table des « Lieux de la terre-neuve » (218). Il cherche ainsi à éviter de tomber dans la sécheresse des descriptions de Champlain et de Cartier, préférant suivre l’exemple de Pline l’Ancien qui inventorie « les distances des lieux & provinces » (214). Lescarbot se révèle autant un chroniqueur qu’un chorographe. Aussi, son récit hésite parfois entre la succession temporelle et la trajectoire de la découverte. On remarquera encore la désinvolture apparente avec laquelle il interrompt la relation du périple de Cartier pour enchaîner avec celle de Champlain : « Or maintenant laissons le Capitaine Jacques Quartier deviser avec ses Sauvages au port de la riviere de Saguenay, qui est Tadoussac, & allons au devant de Champlein, lequel nous avons cy-dessus laissé à Anticosti » (279). Puis, quelques pages plus loin, il coupe court, de manière analogue, au récit de Champlain pour revenir à celui de Cartier : « Laissons maintenant Champlein faire la Tabagie, & discourir avec les Sagamos Anadabijou, & Bezoüat, & allons reprendre le Capitaine Jacques Quartier […] » (298-299). Au-delà de ces enchaînements un peu artificiels qui se répètent au cours du troisième livre, se révèlent un brillant chassé-croisé narratif et une volonté d’aller au-delà du fil anecdotique pour développer une approche comparative de l’histoire. Lescarbot, par ce constant va-et-vient, parfait les découvertes de Cartier, à qui il reproche de ne pas avoir bien décrit la vallée du Saint-Laurent, à l’aide des observations de Champlain. L’Histoire de la Nouvelle-France, savante mosaïque textuelle, n’offre pas une simple reconstitution linéaire des événements, mais se déploie selon une démarche analogique, qui consiste, pour l’auteur, à raccorder les versions des événements et à confronter son vécu avec les rapports d’autrui.

12Ainsi, Lescarbot n’est pas qu’un compilateur de textes ; il nous offre, dans les livres IV et VI de son ouvrage, sans doute les plus personnels et les plus riches, les souvenirs émouvants de son séjour à Port-Royal de 1606 à 1607, ainsi que des bribes de son autoportrait. Aussi le voit-on à la nuit tombante « enclos en [s]on étude » (475) ou durant la journée affairé à travailler la terre, lui qui décriait naguère la fainéantise de ses contemporains : « je puis dire sans mentir que jamais je n’ay tant travaillé du corps, pour le plaisir que je prenois à dresser & cultiver mes jardins, les fermer contre la gourmandise des pourceaux, y faire des parterres, […] & les arrouser, tant j’avoy desir de reconoitre la terre par ma propre experience » (474). Cette curiosité, cet amour de la vie, son désir d’aller au-delà des apparences révèlent bien la personnalité de l’écrivain, qui s’interroge sur les origines de chaque coutume ou phénomène entrevu. Sur une note plus ludique, Lescarbot excelle encore à nous faire partager les émois que suscitaient les colères de Neptune pendant la traversée de l’Atlantique :

Pour venir à nótre propos des tempétes, durant nótre voyage nous en eumes quelques unes qui nous firent mettre voiles bas, & demeurer les bras croisez, portés au vouloir des fl ts, & balottez d’une étrange façon. S’il y avoit quelque coffre mal amarré (je veux user de ce mot de marinier), on l’entendoit rouler, faisant un beau sabat. Quelquefois la marmite étoit renversée, & en dinant ou soupant, noz plats voloient d’un bout de la table à l’autre, s’ilz n’étoient bien tenus. Pour le boire, il falloit porter la bouche & le verre selon le mouvement du navire. Bref c’étoit un passe-temps, mais un peu rude à ceux qui ne portent pas aisément ce branlement. Nous ne laissions pourtant de rire la pluspart : car le danger n’y étoit point, du moins apparemment, étans dans un bon & fort vaisseau pour soutenir les vagues. (520-521).

13La mission de Port-Royal est un des épisodes les mieux documentés du livre, grâce au témoignage de Lescarbot qui n’hésite pas à combler les failles de sa mémoire ou de son observation par diverses sources, car, dira-t-il, il n’a pas « tout veu » : pour l’historien, il n’y a pas d’opposition entre le résultat de l’autopsie au sens étymologique du terme et le savoir transmis par les livres ou les témoins indirects. La méthode historiographique est d’ailleurs précisée dans les premiers chapitres du livre : « je parleray […] selon ce que j’ay veu, oui dire […], ou trouvé par les écrits de ceux qui ont fait les premiers voyages » (5). Fort de cette ars historica, Lescarbot reprochera ouvertement à Samuel de Champlain et à François de Belleforest de ne pas avoir tenu compte, dans leur récit, des découvertes de Jacques Cartier.

14Contrairement à Champlain, homme de terrain qui parcourt le pays et qui consigne de manière brute sa perception de la réalité, Lescarbot cherche à valider ses observations ou les témoignages reçus d’autres auteurs. Chacune des informations recueillies est soumise à la contreexpertise d’autres sources, comme le récit du séjour de Champlain aux pays des Algonquins en 1612 : « Les particularités de ce dernier voyage m’ayans eté recitées par un Gentil-homme Norman qui alloit en Italie, je les ay depuis trouvées verifiées par la relation qu’en a fait trop au long ledit Champlein, lequel je ne trouve toujours constant en ses discours » (647). À la différence de Champlain, Lescarbot ne se contente pas d’explorer les lieux, il cherche, en philosophe-historien, à cerner les causes des singularités observées. De la rigueur du climat, il ne parvient pas toutefois à trouver d’explication valable : « je ne suis point encore bien satisfait en la recherche de la cause pourquoy en méme parallele la saison est par-dela plus tardive d’un mois qu’ici » (579). Il établit de fréquents parallèles entre les comportements des peuples d’Acadie et ceux des autres nations pour apprécier l’altérité souriquoise. Sur le transfert des patronymes, Lescarbot conclut encore : « Je ne voy point dans noz livres qu’aucun peuple ait eu cette coutume de noz Sauvages de changer de nom, pour eviter la tristesse qu’aporte la rememoration d’un decedé » (701). Récusant toute césure entre les fruits de ses lectures et ceux de son expérience, Lescarbot passe constamment de ses souvenirs personnels aux récits antérieurs pour évaluer un objet de découverte. Ce constant mouvement de balancier fait de son ouvrage un texte fondateur de l’historiographie critique.

L’Amérindien à l’épreuve des textes

15Si Marc Lescarbot est un historien expérimenté, habile à interroger les écrits antérieurs et à traquer les erreurs de ses prédécesseurs, il se révèle aussi un anthropologue avant la lettre. Son Histoire de la Nouvelle-France, écrit-il, serait « defectueuse » (697) sans le livre sixième qui constitue l’un des premiers traités d’ethnographie comparée. À défaut de présenter les splendeurs d’une grande civilisation, il espère racheter son livre par la description des Amérindiens, qui, à ses yeux, « sont hommes comme [lui] » (7). L’inventaire ethnographique, célébration enthousiaste de la « merveilleuse diversité » des « mœurs & façons de vivre » (697) est, de l’avis de l’auteur, la partie la plus parfaite de l’ouvrage. Lescarbot, qui suit le canevas adopté par Jean de Léry dans son Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil, retraçant les coutumes autochtones de la naissance au tombeau, s’en donne ici visiblement à cœur joie. C’est sans préjugés ou a priori idéologiques qu’il aborde les coutumes locales, comparant les usages des Micmacs à ceux des autres peuples. Face à la disparité des coiffures d’un pays à l’autre, Lescarbot note avec philosophie : « Voila comme une méme façon de vivre est receuë en un lieu & reprouvée en l’autre » (795). Le relativisme, qui fait de lui un disciple de Montaigne, s’observe à nouveau lorsqu’il est question de la nudité de ces peuples. Le Vervinois s’étonne simplement qu’ils circulent ainsi dévêtus « en païs froid » (814), sans porter de jugement moral. La polygamie pratiquée chez de nombreux Souriquois ne semble pas davantage le heurter, puisqu’il précise que la « loy Evangelique » peut être tempérée par les usages anciens. Lescarbot critique d’ailleurs les jésuites pour n’avoir su accommoder la doctrine chrétienne aux us et coutumes du pays et avoir manqué de souplesse (670). L’indulgence de Lescarbot, que d’aucuns jugeront suspecte, paraît rimer avec un certain laxisme religieux, qui se traduit chez lui par une ouverture aux idées de la Réforme et aux pratiques amérindiennes. Prenant pour caution des versets de saint Paul, il note « [qu’i] l est difficile, voire impossible aux mortels d’amener tous les hommes à une méme opinion, & principalement où il y va des choses qui peuvent étre sujettes à interpretation » (124).

16Plus ethnologue que moraliste, Lescarbot cherche à rendre compte le plus fidèlement possible des façons de faire du pays. Là encore, il n’hésite pas à combler les failles de son expérience par le témoignage de tiers. D’abord sceptique devant les révélations de Cartier sur la prostitution des Amérindiennes, qui contredisent ses propres observations, il se tourne ensuite vers le récit de Champlain qui les corrobore. Lescarbot porte également un regard critique sur les sources qu’il cite pour compléter son récit. C’est à travers une cascade de références livresques qu’il jauge le comportement des Micmacs à la lumière de celui des peuples d’autrefois. La référence aux Anciens, plus qu’un ornement de lettré, permet de transformer l’autre en un alter ego. Il n’est pas anodin à nos yeux que Lescarbot établisse un parallèle récurrent entre les peuples de l’Acadie et ceux de l’ancienne Gaule, qui habitaient à peu près au même degré de latitude nord. Tout au long du dernier livre de son histoire, il s’emploie à trouver aux singularités des mœurs autochtones des antécédents chez les Gaulois. S’étonne-t-il de la méconnaissance des Souriquois pour le raisin, Lescarbot croit se souvenir de la répugnance des Gaulois pour cet aliment, selon la lecture manifestement erronée qu’il fit d’Ammien Marcellin. Lorsque Jacques Cartier, dans sa Deuxième relation, dit avoir « veu des tétes de leurs ennemis conroyées [arrangées], étenduës sur des pieces de bois », il se rappelle la même coutume, observée par le géographe grec Strabon, chez les anciens Gaulois. La quête des origines ou la remontée aux sources perceptible dans l’Histoire est une manière d’appréhender l’altérité à l’aune des mœurs antiques connues du lecteur. Il s’agit non seulement d’une question de rhétorique, mais aussi d’une thématique essentielle à toute démarche historique valable aux yeux de Lescarbot. Cette lecture à rebours ou ce retour aux sources fournit une classification des comportements humains. Le déplacement sur l’axe temporel de la diversité ethnographique permet enfin de repositionner l’Indien d’Acadie comme un autre « moi » et d’attiser l’empathie pour l’homme des forêts. À l’aide de cette généalogie fictive, Lescarbot jette un regard favorable sur ces peuples d’Acadie : « je trouve qu’on leur fait tort de les appeller barbares, veu que les anciens Romains l’étoient beaucoup plus » (707). Par ces associations, cette remontée aux origines, Lescarbot superpose au temps de son séjour en Acadie une autre temporalité et donne à ses observations en Acadie une transcendance qui les place comme hors du temps et de l’espace.

Valeur et fortune de l’œuvre

17Même si Lescarbot se défend d’être un écrivain de métier, même si son sujet lui semble « bas », le plan de son ouvrage n’est pas livré au hasard ; l’auteur a un canevas en tête. Son style en apparence décousu n’est pas une marque de négligence, mais correspond à une volonté délibérée de séduction. L’accumulation des références et des réflexions philosophiques correspond chez lui à un projet historiographique unificateur, qui consiste à faire converger le présent et le passé, en se reportant en amont aux observations des Anciens. Contrairement à Champlain qui dresse méthodiquement son rapport de voyage suivant le fil de ses découvertes, Lescarbot navigue, par l’intermédiaire des textes, d’un continent à l’autre, de l’Antiquité à la Renaissance, cherchant à raccrocher ses souvenirs de l’Acadie aux réflexions des grands auteurs. S’il avoue candidement n’avoir pas été plus loin que l’île Sainte-Croix, sa pensée méandreuse n’a pas de frontières. Fréquemment opposé à Samuel de Champlain, dont il relève les incohérences et les longueurs ainsi que la trop grande crédulité, Lescarbot paraît, dans le différend qui l’oppose au fondateur de Québec, avoir triomphé au duel de la plume.

18Tandis que Champlain passe à la postérité pour ses explorations et ses cartes, Lescarbot entre dans les lettres canadiennes comme le premier grand penseur et lègue à ses successeurs nombre de références livresques dont s’empareront tour à tour les récollets Gabriel Sagard et Chrestien Leclercq pour décrire à leur manière l’altérité amérindienne. Sans toutefois constituer une autorité déclarée, la somme de Lescarbot s’impose pour les voyageurs du Nouveau Monde comme un point d’ancrage d’où dérive toute entreprise descriptive de ces contrées et de leurs habitants. Après Sagard et Leclercq, Jean de Laet, qui rédigea une Histoire du Nouveau Monde, s’en remet aux considérations de Lescarbot pour décrire les mœurs des Souriquois. Preuve de l’influence grandissante de notre auteur, Pierre d’Avity, dans sa Description generale de l’Amerique publiée en 1643, fait amplement référence aux remarques de Lescarbot non seulement sur tout le Canada, mais encore sur la Floride et le Brésil. Charles Sorel, dans sa Bibliotheque Françoise (1667), lui rend également hommage.

19Au siècle des Lumières, on ne se surprendra guère que le jésuite Lafitau se réclame en quelques occasions de Marc Lescarbot, qui inaugurait l’ethnographie comparée (Mœurs des sauvages ameriquains comparées aux mœurs des premiers temps, 1724). C’est non seulement ses réflexions sur les Micmacs qui retiennent, à l’aube de la Révolution, l’attention de l’abbé Prévost, mais encore son histoire de la Floride française (Histoire générale des voïages ou nouvelle collection de toutes les relations de voïages par mer et par terre […], t. XIV, Paris, Didot, 1757, p. 594). Au demeurant, l’éloge le plus net rendu à l’avocat nous vient, à la même époque, de Charlevoix, qui, dans son Histoire et description generale de la Nouvelle France, le décrit comme un écrivain « judicieux » et l’auteur des « meilleurs Mémoires […] de ce qui s’est passé sous ses yeux » (Paris, Nyon fils, 1744, t. I, p. 186).

  • 2 Normand Doiron, L’art de voyager. Le déplacement à l’époque classique, Paris/Sainte-Foy, Klincksie (...)

20Le succès de l’œuvre s’explique sans doute par le style aussi bien que par la méthode de l’historien. Nul écrivain de la Nouvelle-France n’a su mieux arrimer l’histoire aux triples exigences de la philosophie, de la science et de la rhétorique. En ce sens, le livre n’est pas seulement un des « sommets de l’historiographie française du XVIIe siècle », comme le rappelle Normand Doiron2, mais encore un des monuments littéraires et philosophiques de l’époque moderne.

Bibliographie

Bibliographie

Lescarbot, Marc, Histoire de la Nouvelle-France, Paris, Adrien Périer, 1617.

Lescarbot, Marc, Histoire de la Nouvelle-France, éd. H. P. Biggar, Toronto, Champlain Society, 1907.

Lescarbot, Marc, Voyages en Acadie (1604-1607) suivis de la description des mœurs souriquoises comparées à celles d’autres peuples, éd. Marie-Christine Pioffet, Québec/Paris, Presses de l’Université Laval/Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2007.

Études

Lestringant, Frank, « Champlain, Lescarbot et la “Conférence” des histoires », dans L’expérience huguenote au Nouveau Monde (XVIe siècle), Genève, Droz, 1996, p. 329-344.

Lestringant, Frank, « Écrire l’histoire de la Nouvelle-France en 1609. Note sur Marc Lescarbot », dans Alain Beaulieu et Stéphanie Chaffray (dir.), Représentation, métissage et pouvoir : la dynamique coloniale des échanges entre Autochtones, Européens et Canadiens (XVIe-XXe siècle), Québec, Presses de l’Université Laval, 2012, p. 157-174.

Notes

1 « Introduction », dans Andreas Motsch et Grégoire Holtz (dir.), Éditer la Nouvelle-France, Québec, Presses de l’Université Laval, 2011, p. 2.

2 Normand Doiron, L’art de voyager. Le déplacement à l’époque classique, Paris/Sainte-Foy, Klincksieck/Presses de l’Université Laval, 1995, p. 38.

Table des illustrations

Légende Marc Lescarbot, Histoire de la Nouvelle-France contenant les navigations, découvertes & habitations faites par les François és Indes Occidentales & Nouvelle-France […], Paris, Jean Milot, 1609. Collections de BAnQ (971.013 L624hi3 D 1609 BMRA).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/6802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

Auteur

Professeure titulaire à l’Université York de Toronto. Ses travaux portent principalement sur les textes de la Nouvelle-France et la littérature française du XVIIe siècle. Elle a publié une soixantaine d’articles et neuf ouvrages ou collectifs. Elle dirige actuellement un projet de recherche sur l’historiographie en Nouvelle-France, subventionné par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search