Version classiqueVersion mobile

Monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien

 | 
Claude Corbo

Introduction

Claude Corbo

Texte intégral

1En 2006 paraissait aux éditions du Septentrion, sous le titre de Monuments intellectuels québécois du XXe siècle, un ouvrage collectif que j’avais conçu et dirigé. Cet ouvrage avait pour ambition de faire découvrir ou redécouvrir à un public élargi 26 livres du siècle dernier, inégalement connus, parfois méconnus et oubliés, et décrits, par le sous-titre du collectif, comme de « Grands livres d’érudition, de science et de sagesse » (exclusion faite, il faut le préciser, de la littérature de création). Par l’expression de « monument intellectuel », le collectif voulait désigner des livres « remarquables par leur richesse et leur profondeur intrinsèques autant que par leur influence et leur fécondité », chacun constituant « une réussite exceptionnelle et exemplaire de l’intelligence et de la pensée en terre québécoise ». Le collectif distinguait deux catégories de monuments intellectuels : des livres consacrés pour l’essentiel à examiner un aspect ou l’autre du Québec, de son devenir et de son identité, dans une perspective historique, ethnologique ou sociologique ; et des livres constituant une contribution du Québec au progrès du savoir universel ou un apport au patrimoine intellectuel commun de l’humanité. Le recours à une série de critères de choix avait permis d’établir une liste de tels monuments intellectuels, avec la conscience que tout choix comporte une mesure de subjectivité que j’assumais volontiers. Cependant, je m’étais imposé une liste de critères ni gratuits ni arbitraires, se contrôlant et se complétant les uns les autres, et astreignant la subjectivité à un effort de lucidité, de rigueur, de constance et de continuité. En rétrospective, je suis toujours en accord profond avec mes choix de monuments intellectuels québécois du XXe siècle, même si aujourd’hui, sans retrancher un seul titre de la liste, je serais enclin à en ajouter trois ou quatre.

2À la fin de 2012, l’idée m’est venue de renouveler ma démarche et de réaliser un nouveau collectif, également destiné à un public élargi, consacré aux monuments intellectuels antérieurs au XXe siècle, c’est-à-dire ceux de la Nouvelle-France et ceux du Québec ancien, soit des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Le présent ouvrage est la réalisation de ce projet. Un certain nombre d’orientations et de choix méthodologiques ont été mis en œuvre concernant le domaine historique couvert, le choix des œuvres étudiées et celui des auteurs. Il convient de s’expliquer.

De la Nouvelle-France au Québec « ancien »

3Il faut d’abord dire quelques mots de la période historique considérée, et plus précisément des deux périodes distinctes considérées. Chacune a des caractéristiques particulières qui ont été prises en compte dans la confection de la liste des monuments intellectuels retenus.

4Pour les fins de la présente entreprise, la période de la Nouvelle-France est celle consacrée par l’historiographie québécoise, soit des premières années du XVIIe siècle, au moment où la France établit des colonies de peuplement (plus que des comptoirs commerciaux) en Amérique du Nord, dont la ville de Québec en 1608, jusqu’à la Conquête et à la cession formelle de la colonie à la Grande-Bretagne par le Traité de Paris de 1763. Pendant cette période, il n’y a pas en Nouvelle-France d’imprimerie ni de maisons d’édition. L’infrastructure institutionnelle intellectuelle et scientifique est aussi à peu près inexistante. On comprend donc que, s’il y a des « monuments intellectuels » pendant la période, ils ne sont pas publiés ici, mais plutôt en France, et ils ne sont pas nécessairement écrits par des habitants de la colonie mais le plus souvent par des Français.

5Dans ce contexte, une question surgit : peut-on annexer au domaine culturel québécois à titre de monuments intellectuels, au sens précédemment défini, des écrits souvent produits par des auteurs n’ayant pas longuement vécu en Nouvelle-France et publiés en France ou ailleurs en Europe ? En d’autres termes, si l’on peut parler d’une tradition intellectuelle québécoise, peut-on la faire débuter dès la période de la Nouvelle-France, compte tenu des observations qui précèdent, ou ne doit-on pas plutôt la faire commencer avec des écrits attribuables à des auteurs alors définis comme « canadiens » (c’est-à-dire habitant un territoire appelé successivement « province de Québec », « Bas-Canada » à compter de 1791, « Canada-Uni » à compter de 1840 et de nouveau « province de Québec » à compter de 1867) et publiés ici même ?

6Un rapide survol de quelques ouvrages d’histoire de la littérature du Québec publiés depuis le milieu du siècle dernier montre que ce qu’on désigne souvent comme les « écrits de la Nouvelle-France » est considéré comme partie du domaine littéraire québécois. Dans Littérature canadienne-française (1957), Samuel Baillargeon traite des « Monuments écrits » de la Nouvelle-France et évoque les écrits de Cartier, Lescarbot, Champlain, Sagard, Marie de l’Incarnation, Marie Morin, Charlevoix, ainsi que les Relations des Jésuites. L’importante œuvre collective réalisée sous la direction de Pierre de Grandpré et intitulée Histoire de la littérature française du Québec (1967) consacre la première partie de son premier tome aux « Écrits de la Nouvelle-France (1534-1760) » et à plusieurs des auteurs précités. On trouve des pages de Marie de l’Incarnation, des Relations des Jésuites et du baron de Lahontan dans l’Histoire de la littérature canadienne-française par les textes publiée en 1968 par Gérard Bessette et deux collaborateurs. Pour sa part, dans un volume de la collection française « Que sais-je ? » intitulé La littérature québécoise (1974), Laurent Mailhot consacre aux « Écrits de la Nouvelle-France (1534-1760) » la première partie de son premier chapitre. La « Bibliothèque du Nouveau Monde », qui « rassemble les textes fondamentaux de la littérature québécoise en des éditions critiques », compte plusieurs auteurs de la période antérieure à 1760. En particulier, le premier volume du Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec (DOLQ, 1978) a pour sous-titre Des origines à 1900, soit précisément la période embrassée par le présent collectif. La récente Histoire de la littérature québécoise (2007) de Michel Biron, François Dumont et Élisabeth Nardout-Lafarge présente sous le titre d’« Écrits de la Nouvelle-France (1534-1763) » une série d’auteurs dont Cartier, Champlain, Lescarbot, Marie de l’Incarnation, Lafitau, Charlevoix. Ce survol rapide indique que les histoires de la littérature de langue française d’Amérique du Nord publiées depuis le milieu du XXe siècle donnent aux écrits rédigés en Nouvelle-France ou en traitant un statut qui les démarque clairement de la littérature de la France de la même époque.

7Il y a ainsi une tendance chez les historiens et les spécialistes de la littérature québécoise à considérer les écrits de langue française suscités par l’expérience de la Nouvelle-France comme relevant du domaine québécois, à tout le moins tout autant que du domaine français, lequel ne s’empresse pas nécessairement de les réclamer comme siens. Cela est d’autant plus vrai que les auteurs de ces écrits ont séjourné en Nouvelle-France et en ont une connaissance de première main ou en ont fait une véritable patrie − pensons à des personnages comme Samuel de Champlain ou Marie de l’Incarnation − ou encore y ont vécu des expériences formatrices, intenses, décisives pour leur œuvre écrite. Cela légitime une étude de monuments intellectuels reconnus comme appartenant à cette réalité que fut la Nouvelle-France, même si les ouvrages correspondants ont été publiés ailleurs.

8Le titre utilise aussi l’expression de « Québec ancien » pour désigner la période allant de 1763 à 1900. Si la première date correspond à un événement important (pour le meilleur ou le pire, selon les écoles de pensée) de l’histoire du Québec et du Canada, comme de la France et de la Grande-Bretagne, puisque c’est la fin de la Nouvelle-France et l’accélérateur d’un processus qui conduira à l’indépendance des 13 colonies américaines de la couronne britannique, la date de 1900 n’a pas nécessairement une signification aussi évidente que des dates comme 1837-1838, 1840, 1867, et autres du même ordre. L’année 1896 est souvent retenue comme moment charnière par plusieurs historiens : c’est l’élection du premier Canadien français comme premier ministre du Canada en la personne de Wilfrid Laurier, c’est la publication du premier poème d’Émile Nelligan ou de l’essai d’Edmond de Nevers sur L’avenir du peuple canadien-français. Pour sa part, l’historien des idées Yvan Lamonde utilise cette année comme début d’une période de transition importante en raison de l’irruption de plus en plus insistante de la modernité sous toutes ses formes dans la vie quotidienne tout comme dans la vie intellectuelle et culturelle de la société québécoise. Au passage du XIXe au XXe siècle, le changement s’accélère aussi ailleurs, aux États-Unis comme en Europe, sous l’effet de développements technologiques et scientifiques, de l’automobile au cinéma en passant par la naissance de l’aviation, de la chaîne de montage, de la radiographie et autres inventions appelées à transformer les conditions de vie, les mentalités et la culture. Pour toutes ces raisons, il est concevable d’utiliser le repère des alentours de 1900 pour indiquer que le Québec est engagé, plus profondément et plus largement qu’il n’en a alors probablement conscience, dans un vaste processus de transformation qui l’éloigne de plus en plus de ce qu’il a été et que l’on peut décrire comme le « Québec ancien ». Dans ce contexte, le dernier des monuments intellectuels retenu pour examen dans le présent ouvrage a été publié en 1898 et il décrit un type de société rurale en voie de disparition.

Critères de choix

9La liste des monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien a été établie en utilisant un ensemble de critères qui s’apparentent fort à ceux utilisés pour les Monuments intellectuels québécois du XXe siècle. Ces critères ont été utilisés en appréciant aussi correctement que possible les conditions spécifiques de la vie intellectuelle, culturelle, scientifique et celles de l’édition à l’époque de la Nouvelle-France, notamment dans la métropole, et dans le Québec du XIXe siècle. Ces critères ont permis de dresser une liste d’ouvrages répondant particulièrement à la majorité des caractéristiques suivantes. Ce sont donc des livres :

  1. conçus et écrits pour l’essentiel par une personne ayant eu un lien fondamental avec la Nouvelle-France ou le Québec ancien, soit en raison de sa naissance ou de son choix d’y vivre, de s’y implanter et d’y œuvrer, soit en vertu de son intérêt pour en comprendre les caractéristiques et le destin. Hormis un cas, ces livres sont l’ouvrage d’un seul auteur ;
  2. correspondant le plus souvent à la maturité intellectuelle de leur auteur et exprimant l’unité de vision de leur auteur ;
  3. de grande envergure et de grande portée par leur sujet ou leur thème ;
  4. proposant des percées conceptuelles ou des synthèses novatrices dans leur domaine et dans leur contexte ;
  5. se signalant aussi par leurs qualités formelles, y compris leur qualité littéraire ;
  6. reconnus par les pairs de l’auteur comme une contribution marquante au moment de leur publication ou par la postérité ultérieurement ;
  7. ayant pu exercer une influence importante sur leur discipline ou sur la société québécoise ;
  8. ayant rayonné à l’extérieur des frontières de la Nouvelle-France ou du Québec.

10Les ouvrages retenus ne « performent » pas également bien en regard de chacun de ces critères. Cependant, en appliquant l’ensemble des critères, on parvient à une évaluation qui, si elle n’est ni infaillible ni totalement dénuée de subjectivité, identifi des ouvrages qui ont véritablement statut de monument intellectuel dans les conditions concrètes de la vie intellectuelle, scientifique et culturelle de l’époque où ils ont été conçus et écrits et compte tenu du développement de la discipline dont ils relèvent à la même époque. Une liste de critères utilisés de façon constante a aussi soutenu l’effort de cohérence, de rigueur et de lucidité critique dans l’évaluation des ouvrages méritant d’être reconnus.

11Les ouvrages ainsi retenus se distribuent dans une demi-douzaine de domaines disciplinaires. Les ouvrages des XVIIe et XVIIIe siècles liés à la découverte et à l’exploration d’un nouveau monde et au contact avec des peuples très différents des Européens, que l’on peut regrouper dans des domaines disciplinaires tels que la géographie et l’ethnologie, sont nombreux : on pense aux ouvrages qui ont pour auteurs des explorateurs ou des voyageurs, comme Marc Lescarbot (1609), Samuel de Champlain (1613), Gabriel Sagard (1632), le baron de Lahontan (1703), Joseph François Lafitau (1724) et Françoix-Xavier Charlevoix (1744), auxquels on peut joindre l’auteur de travaux sur le territoire qu’est Joseph Bouchette (1832). Il se développe aussi dans ces ouvrages des considérations de nature historique. L’histoire comme genre plus scientifique que simplement littéraire commence vraiment avec F.-X. Garneau (1845) et se retrouve chez des auteurs comme Edmond Lareau (1888), Henri-Raymond Casgrain (1891), Joseph-Edmond Roy (1897), en joignant à eux le célèbre généalogiste Cyprien Tanguay (1871). D’autres ouvrages concernent la littérature et la culture québécoises : par exemple, le recueil anthologique littéraire de James Huston (1848), l’ouvrage sur la chanson populaire d’Ernest Gagnon (1865), le dictionnaire de la langue d’ici de Sylva Clapin (1894) et encore l’essai bibliographique de Philéas Gagnon (1895). Les études ou essais économiques, sociologiques ou politiques sont représentés par Étienne Parent (1850), P.-J.-O. Chauveau (1876) et Léon Gérin (1898). La géologie avec William Logan (1863), l’entomologie avec Léon Provancher (1877) et la médecine avec William Osler (1892) forment le contingent des sciences. Trois ouvrages relèvent de démarches d’un autre ordre disciplinaire que les précédents, soit de nature philosophique avec Jérôme Demers (1835) et Louis-François Laflèche (1866), soit de nature théologique et mystique avec Marie de l’Incarnation (1654). Le seul monument intellectuel dû à un collectif d’auteurs, soit les Relations des Jésuites écrites entre 1616 et 1673, relève, à des degrés variables, des domaines disciplinaires précédents et revêt souvent un caractère encyclopédique par la variété des sujets qu’il aborde.

12Comme ce fut le cas pour les monuments intellectuels québécois du XXe siècle, ceux de la Nouvelle-France et du Québec ancien sont, par-delà leur appartenance disciplinaire, de deux types ou catégories. Une première catégorie correspond à des livres qui révèlent, d’une façon particulièrement lucide et perspicace, les caractéristiques les plus significatives de ce que furent l’expérience et les caractéristiques la Nouvelle-France et du Québec ancien et du milieu géographique et humain dans lequel ils se sont développés. Ces livres contribuent à exprimer la conscience que le Québec a eue de lui-même, de son parcours historique et de son identité propre. Une deuxième catégorie regroupe des livres par lesquels le Québec a contribué, de façon innovatrice et substantielle et dans diverses disciplines, au progrès du savoir universel, et enrichi le patrimoine intellectuel commun de l’humanité en matière d’érudition, de science ou de sagesse. Sans doute certaines œuvres participent aussi, selon des dosages variables, aux deux catégories.

Les auteurs

13Quelques précisions sont de mise concernant les auteurs des ouvrages étudiés.

14En premier lieu, sauf dans le cas des Relations des Jésuites, tous les livres ont été conçus et écrits pour l’essentiel par un auteur. Cela fut un choix résolu. Essentiellement, ce choix veut mettre en lumière comment des individus, évidemment tributaires d’influences diverses et bénéficiaires de collaborations directes et indirectes, ont pu exploiter toutes les ressources de leur intelligence, de leur créativité, de leur volonté et de leur énergie pour concevoir et écrire un ouvrage qui se démarque indéniablement et qui prend figure de monument intellectuel dans le contexte de son temps, de son milieu et de la culture du lieu et de l’époque. Ce choix reconnaît que si l’esprit souffle où il veut, il aime passer par des intelligences individuelles. Celles-ci, certainement, sont portées et nourries par l’héritage dont elles bénéficient et par leur environnement social, intellectuel, culturel. Cela reconnu, il est intéressant d’observer comment des intelligences individuelles font office de creuset fusionnant et fondant des matériaux multiples en un ouvrage nouveau. Cela explique le choix de livres écrits par des individus.

15En deuxième lieu, les auteurs de ces livres majeurs entretiennent un lien personnel fort avec la Nouvelle-France ou le Québec ancien. Ce lien personnel fort peut prendre des formes diverses. Évidemment, la grande majorité des auteurs des ouvrages du XIXe siècle sont nés au Québec, y ont vécu l’essentiel de leur vie, y ont fait carrière, s’y sont identifiés sous des vocables variables ; mais ils n’ont d’autre pays de naissance et de vie que le territoire politique connu comme Bas-Canada, Canada-Uni ou province de Québec. Dans le cas de sir William Osler, né en Ontario en 1849 et ayant fait carrière à compter de 1884 aux États-Unis et de 1904 en Grande-Bretagne, le lien personnel fort au Québec se trouve dans la décennie de 1874 à 1884 pendant laquelle il enseigne à l’Université McGill de Montréal, où il effectue des travaux de pionnier en pathologie et en enseignement de la médecine qui seront une matière première essentielle de son grand ouvrage sur les principes et la pratique de la médecine.

16La situation est différente et plus complexe pour les auteurs des monuments des XVIIe et XVIIIe siècles. D’une part, aucun n’est né en Nouvelle-France ou en territoire québécois après la cession, mais tous y ont séjourné pendant des durées variables. Certains séjours furent brefs : c’est le cas de Marc Lescarbot (1606-1607) ou de Gabriel Sagard (1623-1624). D’autres un peu plus longs : par exemple, Joseph François Lafitau (1711-1717) ou François-Xavier de Charlevoix (1705-1709 et voyage en Nouvelle-France et ailleurs en Amérique du Nord, 1720-1722). Cependant, tous ces personnages développèrent un attachement très profond et très durable pour la Nouvelle-France qui les amena à écrire d’abondance sur le sujet et à s’en faire les défenseurs dans une France dont l’effort colonial privilégiait le plus souvent d’autres parties du monde. Les jésuites ayant contribué aux Relations furent aussi très fortement engagés dans la colonie et plusieurs y subirent le martyre dans leurs efforts d’évangélisation des Autochtones ; cela aussi est un lien personnel très fort. Quant à Samuel de Champlain et à Marie Guyart de l’Incarnation, on peut dire que l’un et l’autre vécurent les années les plus importantes de leur vie et accomplirent la part la plus importante de leur œuvre (au sens large du terme) en Nouvelle-France. Champlain peut revendiquer la paternité de la colonie la plus durable de la Nouvelle-France en Amérique du Nord. Marie de l’Incarnation fut en Nouvelle-France fondatrice d’une communauté religieuse, fondatrice d’une tradition éducative et pédagogique, intermédiaire entre les Français et les nations autochtones et aussi mystique, théologienne et écrivaine de grand talent. Sa Relation écrite à Québec et sa contribution d’ensemble à la colonie forment une œuvre considérable suscitant toujours l’admiration et l’intérêt.

17L’expérience de la Nouvelle-France et du Québec ancien a ainsi engendré et soutenu des érudits, des savants, des sages, qui ont consacré leur vie intellectuelle à expliquer cette partie du monde, son histoire et ses caractéristiques, à décrire et à faire connaître les peuples autochtones et ainsi à contribuer aux fondements de l’ethnologie, ou encore à comprendre et à faire découvrir l’une ou l’autre dimension de l’expérience humaine commune. Ces personnes ont légué les monuments intellectuels examinés dans le présent livre parce qu’elles ont, d’une façon ou d’une autre, appartenu à la Nouvelle-France ou au Québec ancien. Ce critère de l’« appartenance de l’auteur » a été utilisé avec grand soin. Ainsi, pour les auteurs des XVIIe et XVIIIe siècles, la durée du séjour a eu beaucoup moins d’importance que ce que l’on pourrait appeler son intensité et les traces qu’il a laissées dans la mémoire, l’imaginaire et la réflexion de la personne. La langue de l’auteur n’a pas été un facteur d’inclusion ou d’exclusion. Il y a eu à compter de la Conquête une communauté ainsi que, éventuellement, des établissements universitaires et scientifiques de langue anglaise. Deux livres écrits en langue anglaise par des personnes ayant eu un lien personnel fort avec le Québec ont donc été inclus dans la liste. Ainsi, encore, il n’importe pas que l’auteur se soit personnellement défini comme « français », « canadien », « Canadian », « British », « canadien-français », ou quelque autre terme de même nature, ni qu’il soit né en Nouvelle-France ou au Québec, s’il a choisi d’y vivre ou s’il a développé avec le pays un lien personnel fort. De même, cela étant acquis, il importe peu, compte tenu des conditions d’édition prévalant en Nouvelle-France ou au Québec ancien, que le livre ait été publié à l’étranger. L’important est que l’ouvrage respecte les critères de choix précédemment expliqués.

18En troisième lieu, les ouvrages retenus ont usuellement été publiés du vivant de l’auteur. Ce choix s’explique par le souci d’analyser une édition conforme à la volonté de son auteur. Cependant, compte tenu des conditions d’édition prévalant à l’époque ou de la nature de l’ouvrage, il y a des exceptions, notamment dans le cas des Relations des Jésuites ou de la Relation de Québec de Marie de l’Incarnation.

L’établissement de la liste

19La consultation de nombreuses sources bibliographiques et documentaires − dont en particulier le premier tome du Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec − et d’études sur l’histoire générale et littéraire de la Nouvelle-France et du Québec a fourni les informations de base nécessaires à l’établissement de la liste des livres considérés comme monuments intellectuels. Par ailleurs, des versions successives de la liste des ouvrages considérés ont été soumises à des spécialistes de l’histoire intellectuelle du Québec ; leurs commentaires ont permis soit de confirmer des choix, soit d’ajouter aux versions successives de la liste. J’ai personnellement examiné très attentivement les livres susceptibles de figurer dans la liste finale.

20Dans l’établissement de cette liste finale, ce qui a primé, avant toute autre considération, c’est la qualité et, pourrait-on dire, l’éminence intrinsèque des livres, sans considération de représentativité de quelque nature que ce soit. La seule préoccupation fut celle de trouver des livres auxquels on peut raisonnablement attribuer l’appellation de monuments intellectuels dans le contexte, rappelons-le, de la culture et du savoir du temps de leur conception et de leur rédaction. La liste, j’en suis certain, ne fera pas l’unanimité.

21Des livres méritoires, penseront certains, ont été injustement écartés. Des livres ont été inclus, diront d’autres, qui ne le méritent pas. Tout jugement est faillible ; je le reconnais bien volontiers. À la défense du présent projet, on peut dire d’abord que de multiples avis ont été sollicités de personnes compétentes, ensuite qu’on s’est efforcé d’établir des critères pertinents et explicites et de les respecter. Tout en remerciant les personnes consultées de leur intérêt pour cette démarche et pour leurs sages conseils, j’assume seul la responsabilité de la liste des livres retenus comme monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien.

La nature du présent collectif

22Il convient enfin de fournir quelques précisions importantes sur la nature du présent collectif. En accord avec l’éditeur, ce collectif vise un public généraliste plutôt qu’un public de spécialistes. Ce choix déterminé entraîne des conséquences. La plus importante est celle de l’allègement de l’appareil critique, dont à titre d’exemple la réduction de notes de bas de page ou la simplification de la bibliographie. Autrement dit, on ne saurait reprocher aux collaboratrices et collaborateurs cet allègement. Ce choix suggère aussi un style qui se veut libre de la pesanteur et de la justification documentée en détail de chaque assertion qui sont le propre des publications savantes. Cela dit, chaque chapitre de ce collectif est rédigé par une autorité en la matière : les personnes qui ont accepté mon invitation à collaborer connaissent très bien le sujet dont elles traitent comme l’attestent leurs travaux déjà publiés. Je les ai invitées à mobiliser tout leur savoir pour faire connaître, comprendre et apprécier par un public général et dans une langue accessible des ouvrages dont elles ont une connaissance approfondie.

23À chaque collaboratrice et collaborateur, j’ai aussi proposé de structurer son texte selon des paramètres tant quantitatifs que qualitatifs. D’une part, les textes sont de longueur comparable. D’autre part, chaque texte est structuré selon le même patron général : il présente l’un des monuments intellectuels, son auteur, les origines et les conditions de sa rédaction, sa substance et son propos, ses caractéristiques, son destin après publication. Une bibliographie des principales éditions de l’œuvre et des principales études complète chaque chapitre. Cela dit, chaque collaboratrice et collaborateur conservait sa liberté de choix quant à la manière de présenter le monument intellectuel, et aussi quant au style et au ton. Certains chapitres sont plus critiques que d’autres. Certains donnent davantage la parole au livre analysé lui-même que d’autres. Il m’est apparu et il m’apparaît toujours que cette diversité de ton et d’approche enrichit le résultat collectif. Les monuments intellectuels et leurs auteurs sont eux-mêmes différents et individualisés, comme les personnes qui les présentent. Enfin, chaque chapitre traite d’un monument, à une exception près. En effet, compte tenu de l’importance de la question de la langue dans une nation comme le Québec, un chapitre traite de deux dictionnaires du français du Québec publiés à quelques années d’intervalle à la fin du XIXe siècle.

***

24La réalisation de cet ouvrage collectif a été rendue possible grâce à la collaboration de plusieurs personnes que je désire remercier.

25En premier lieu, je remercie le directeur des Presses de l’Université de Montréal, monsieur Antoine del Busso, d’avoir accueilli avec beaucoup de chaleur mon projet pour publication dans sa réputée maison d’édition. Lui ayant présenté une liste préliminaire de monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien et un exemplaire du collectif Monuments intellectuels québécois du XXe siècle, il m’a très rapidement confirmé sa décision de publier le présent ouvrage. De même, nous avons convenu sans difficultés des grandes caractéristiques de l’ouvrage. Je lui suis très reconnaissant de son intérêt et, surtout, de la grande confiance dont il m’a honoré tout au long de la préparation du livre.

26En second lieu, je remercie particulièrement deux collègues qui m’ont patiemment accompagné de leurs conseils dans le processus d’établissement de la liste des ouvrages analysés dans ce collectif. Les professeurs Yvan Lamonde et Yves Gingras ont regardé d’un oeil informé et critique à la fois mes hypothèses successives et ont facilité l’établissement de la liste finale, dont j’assume évidemment seul la responsabilité. L’un et l’autre m’ont aussi suggéré les noms de collaborateurs possibles pour le projet.

27Par ailleurs, dans le processus de préparation de ce collectif, j’ai bénéficié de la précieuse collaboration de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et ce, deux fois plutôt qu’une, grâce aux précieux bons offices de madame Sophie Montreuil, directrice de la recherche et de l’édition. Dans un premier temps, il m’a été possible de consulter les éditions originales de la majorité des livres considérés et ultimement retenus à titre de monuments intellectuels de la Nouvelle-France et du Québec ancien, ce dont je remercie les personnes responsables. Par la suite, BAnQ a gracieusement accepté de produire les illustrations incluses dans ce collectif, en l’occurrence les pages titres des éditions originales des monuments intellectuels ; je remercie donc le personnel de la Direction de la recherche et de l’édition et le personnel de la Direction de la numérisation pour leur contribution.

28J’exprime ma très grande reconnaissance aux collaboratrices et collaborateurs de ce collectif. Ces personnes ont accueilli le projet avec un vif intérêt et s’y sont engagées avec grande gentillesse, malgré un échéancier qui les a souvent contraintes à bousculer leur propre plan de travail et à retarder quelque peu des entreprises scientifiques majeures dans lesquelles elles étaient déjà engagées. Elles ont aussi accepté de bonne grâce les cadres et les paramètres que je leur ai demandé de suivre. De même, elles ont reçu avec toute l’ouverture nécessaire les commentaires que je leur ai adressés concernant la première version de leur chapitre. J’espère que ces collaboratrices et collaborateurs seront heureux de leur participation à ce collectif.

29Je remercie enfin madame Nadine Tremblay, éditrice aux Presses de l’Université de Montréal, qui m’a accompagné dans ce projet, qui a patiemment répondu à toutes mes questions et qui, surtout, a fait en sorte que le manuscrit devienne livre.

30Août 2014

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search