Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kulturkritik et philosophie thérapeutique chez le jeune Nietzsche

 | 
Martine Béland

Partie IV. Comment vivre en philosophe

Chapitre 12. Conflits

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nietzsche a interprété ultérieurement le milieu des années 1870 comme le moment d’une véritable crise, lors de laquelle il prit conscience de l’antagonisme absolu entre le métier et la vocation. Dans son dernier ouvrage, il se remémore l’année suivant la quatrième Inactuelle : « [J]e vis qu’il était grand temps de revenir à moi. D’un seul coup, je compris avec une terrible évidence combien de temps j’avais déjà gaspillé — combien inutilement, combien arbitrairement toute mon existence de philologue jurait avec ma tâche […]. Fouiller avec une minutie maniaque — et une mauvaise vue — les métriciens de l’Antiquité : voilà où j’en étais arrivé1 ! » Ses problèmes oculaires font figure de symbole : la cécité physique traduit un aveuglement tout aussi réel quant à la tâche de la pensée et, par extension, quant à la vie adéquate pour l’esprit naturellement philosophe. Dans Ecce homo, Nietzsche répète ainsi ce qu’il avait écrit treize ans plus tôt, dans son essai pour une Inactuelle sur la p...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter