Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kulturkritik et philosophie thérapeutique chez le jeune Nietzsche

 | 
Martine Béland

Partie IV. Comment vivre en philosophe

Chapitre 11. Retraits

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ne te laisse, surtout, en aucun temps
Entraîner à contredire !
Les sages tombent dans l’ignorance
Dès qu’ils disputent avec des ignorants.
Goethe, Divan occidental-oriental, no 28 :
« Hikmet Nameh. Le livre des maximes »

Dans une lettre à Carl von Gersdorff en juin 1872, Nietzsche reprend à son compte la maxime du Divan occidental-oriental de Goethe : « Jamais je ne me laisserai entraîner dans une polémique1. » Erwin Rohde évoque à son tour cette sagesse goethéenne, à l’automne de la même année. Dans une lettre adoptant le ton froid et détaché d’un découragement qui se veut réaliste, Rohde rompt avec les accents enflammés de ses missives précédentes, toutes combatives et exaltées face au sentiment de sa mission. Il décrit ainsi la résolution commune qu’il propose à Nietzsche : « [N]e jamais plus se laisser détourner de notre propre voie par des polémiques contre ceux qui voient les choses autrement que nous2 ». Cette résolution fait écho aux déceptions suscitées par la publication de La n...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540