Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Chez nos ancêtres par l’abbé Lionel Groulx1

Texte intégral

  • 1 « Chez nos ancêtres », La Revue moderne, vol. 2, n° 10, 15 août 1921, p. 10-13 ; Gloses critiques, (...)
  • 2 Lionel Groulx (1878-1967), historien, professeur à l’Université de Montréal, romancier, essayiste, (...)
  • 3 Lionel Groulx, Chez nos ancêtres, Montréal, Bibliothèque de l’Action française, 1920, 105 p.
  • 4 Variante (La Revue moderne) : « l’Iroquois, fait ».
  • 5 « Brayage » : action de broyer le lin, le chanvre. « Épluchette » : fête au cours de laquelle on ép (...)
  • 6 Pehr Kalm (1716-1779), botaniste suédois, séjourna en Amérique du Nord, de 1748 à 1855, pour y étud (...)
  • 7 Joseph-Charles Taché (1820-1894), journaliste, homme politique, conteur et essayiste, fut l’un des (...)

1Dans ses deux précédents ouvrages, La Naissance d’une race et Lendemains de conquête, M. l’abbé Lionel Groulx2 donnait à notre histoire ses fondements scientifiques, et en traçait l’évolution avec l’appareil rigide et précis de l’érudit et du philosophe. Dans cette nouvelle étude, Chez nos ancêtres3, il a voulu surtout vulgariser et suggérer. C’est la moelle de son œuvre principale condensée et offerte à tous comme aliment de patriotisme et de loyauté à nos admirables origines. C’est, comme il dit, « l’histoire intime, la petite histoire », souvent plus capable que l’autre de nous livrer l’âme du passé. Il s’y restreint à replacer dans leur milieu, à saisir dans leurs attitudes vivantes, ces types solidement cambrés, ces cœurs courageux, ces braves gens que furent nos ancêtres, en les suivant cette fois dans le détail de leur existence et dans les traits minutieux de leurs traditions et de leurs coutumes. Rien mieux que cette attachante vision ne saurait nous aider à garder nette et forte notre conscience de race, empêcher nos cultes anciens de crouler tout à fait sous la poussée des réalités présentes. Et bien qu’on devine dans ces pages des velléités de polémique, je ne sais personne, pour ma part, qui ne soit chez nous pleinement d’accord avec leur but essentiel ; qui ne se sente ému par notre simple et grande histoire et par le souvenir de nos pères picards ou normands ; qui n’aime et ne respecte le caractère, les mœurs, la vie tout entière des aïeux, même en sachant qu’ils représentent un état social, par suite un état d’âme, irrémédiablement finis. Tout Canadien accueille et goûte ce qui le reporte aux sources pures de son être : les choses du bon vieux temps font ses délices ; et quand ces tableaux sont fixés d’une plume aussi alerte, aussi aimable que celle de M. l’abbé Groulx, c’est charme pour le sens esthétique comme pour le sens national. Car M. Groulx a le style sobre de l’historien relevé par la pointe d’enthousiasme du conférencier, juste assez de littérature pour animer et orner le document, juste assez de « panache » pour hausser les faits et les aperçus jusqu’à l’éloquence. Ses croquis se déroulent avec une simplicité familière qui exclut toute raideur, et une belle concision qui est à elle seule une maîtrise. Il possède si bien ses « ancêtres » qu’il en parle comme en se jouant ; mais on sent combien cette aisance dissimule d’archives retournées. Bref, c’est une joie de faire sous sa conduite le tour de la vieille « paroisse » canadienne, reconstruite dans les éléments dont se constituait sa vie : le groupement serré et patriarcal de la famille avec sa merveilleuse fécondité ; le labeur agricultural, cette conquête d’un sol vierge où tout est à ouvrir et à créer ; l’organisation féodale, ses lois, ses diverses hiérarchies ; la nécessité militaire qui, contre l’Iroquois4, ou l’Anglais, fait de tous ces paysans des soldats ; l’esprit d’aventure qui les disperse en des découvertes lointaines ; la tradition religieuse enfin, pénétrant et dominant toutes les autres. Sous chacun de ces chefs, l’auteur masse en faisceau des traits significatifs et de pittoresques détails dont l’ensemble se meut et atteint par degrés une vraie puissance d’évocation. Ainsi, à propos de la vie familiale, il commence par décrire de la base au pignon, par le dedans et le dehors, située dans son cadre et flanquée de ses accessoires, la « maison canadienne » ; et cette maison surgit avec une physionomie distincte ; ce n’est ni la hutte, ni le chalet, ni la chaumière : c’est la demeure typique de 1’« habitant » de Vaudreuil ou de Berthier il y a deux siècles. Sous cet abri naissent et grandissent des familles vigoureuses et saines, des clans prodigieux de quinze, dix-huit, vingt-quatre et jusqu’à trente-deux enfants, dont le travail coordonné pourvoit aux besoins de tous et trace le plan anticipé d’une « coopérative » parfaite. L’auteur cite, dans sa famille même, tel bisaïeul qui eut « à lui seul », vingt rejetons, pour se voir découronner ensuite par l’un de ceux-ci avec un record de vingt-six ; et c’est à bon droit qu’il réclame un monument en l’honneur de nos mères, dont la tâche en ces temps apparaît surhumaine et réellement touche au martyre. Ce qui soutient cette communauté primitive, c’est le travail des champs auquel tous participent, auquel contribuent aussi les bonnes bêtes qu’on aime et dont on est fier, le cheval surtout, pour lequel on professe une « passion presque coupable ». Cette vie est monotone, elle est dure, mais elle n’étouffe pas dans les cœurs la gaieté foncière ni sur les lèvres le rire spontané et sonore. Elle a ses réjouissances, ses fêtes, où s’ébattent les gigues emportées, où résonnent les chansons interminables et les exploits des violoneux ; les noces gourmandes, altérées aussi, qui mettent en branle toute une paroisse ; les visites et les souhaits du jour de l’an ; la célébration de la grosse gerbe, les corvées de brayage et les épluchettes5. Quant aux distractions du dehors, tout se borne au courrier postal qui vient de temps en temps donner des nouvelles de la colonie, et aux visites occasionnelles de monseigneur l’évêque ou de monsieur le gouverneur. Ou bien c’est Kalm6, le Suédois, s’arrêtant pour un jour à herboriser au cours de son excursion scientifique. Mais pourquoi, à propos des barbarismes « contre » le français que cet étranger doit commettre, M. Groulx s’oublie-t-il à couler justement un solécisme ? Car, d’après lui, le voyageur « se fait moquer joliment par les Canadiennes très puristes » ; et ceci, entre nous, est peut-être suédois, mais n’est guère français. En tout cas, il a bien résumé dans ce chapitre tout un aspect de la vie populaire d’alors ; il nous a introduits au foyer intime de la famille canadienne. Il n’y a rien dans tout cela d’entièrement neuf, rien que ne sache à peu près quiconque a lu Taché ou de Gaspé7, quiconque même a connu son propre grand’père ; mais il fallait de l’art et de la méthode pour le rappeler ainsi.

  • 8 Antoine-Denis Raudot (1679-1737) fut, avec son père, Jacques, intendant de la Nouvelle-France de 17 (...)

2Mettons que, pour l’effet artistique, peut-être pour des fins de propagande, l’auteur idéalise un peu, qu’il glisse légèrement sur les imperfections, les misères même, dont l’état social d’alors n’était pas exempt. Ainsi il semble faire du régime féodal auquel nos pères étaient soumis un système sans reproche et fonctionnant dans une harmonie parfaite. Ce n’est pas ce qu’attestent les procès sans nombre entre seigneurs et censitaires dont les archives du temps sont encombrées, ni les réclamations fréquentes adressées au roi par des intendants qu’intéressait le sort du peuple. Il semble réduire à peu de chose les dépendances impliquées par ce régime : le sol par arpent, quelques boisseaux de grains, quelques jours de corvée, le onzième poisson, le douze pour cent des « lods et ventes », « et c’est tout ». Mais ces charges imposées à une population pauvre et se suffisant à peine étaient, en fait, un lourd tribut, odieux en principe comme tout servage, plus odieux dans un pays où la terre attendait ses occupants et s’épandait en espaces et en ressources illimités. Y eut-il jamais une excuse pour l’accaparement du fleuve lui-même, ce patrimoine commun de tous, par le privilège des droits de pêche ? Le sol par arpent est peu de chose, mais les seigneurs, en fait, ne s’en contentaient presque jamais, et le taux du cens variait grandement d’un fief à l’autre, l’intendant Raudot8 s’en plaignait en 1707 et suppliait Sa Majesté d’ordonner pour le pays un taux uniforme « afin d’empêcher les seigneurs d’imposer des conditions vexatoires ». Mais, par l’arrêté qu’il obtint, il était seulement interdit d’exiger rien de plus que le cens en usage dans les terres voisines, et les abus déjà établis n’en furent pas corrigés pour cela. Les seigneurs prétendaient de plus se faire payer en monnaie de France, et refusaient les billets dépréciés de la colonie, la « monnaie de cartes », qui faisait pourtant la base de toutes les transactions locales. Les « rentes », pour la plupart, étaient payables en produits ou espèces au choix du seigneur, et c’était un autre prétexte à mainte exaction : les maîtres exigeaient les produits quand le prix en était élevé, et l’argent dans le cas contraire, mais en estimant alors les produits bien au-dessus de leur valeur. « Les chapons, écrivait Raudot au ministre, sont comptés à trente sols, alors qu’ils n’en valent pas plus que dix. Les seigneurs forcent souvent les habitants de les payer en argent, au grand inconvénient de ceux-ci, qui, fréquemment, n’ont pas d’argent à donner. Trente sols peuvent paraître une bagatelle, mais c’est considérable dans un pays où l’argent est si rare. »

3Les « lods et ventes », avec leur prélèvement usuraire sur chaque mutation de propriété autre que par héritage direct, décourageaient l’échange des terres, asservissaient le paysan au sol une fois occupé, et amenaient le morcellement à outrance des biens dans la même famille, jusqu’à les rendre insuffisants à sa subsistance, qui dut être interdit enfin par une ordonnance de Louis XV. D’autres abus plus graves se glissaient parfois. Certains seigneurs omettaient à dessein de donner à leurs censitaires des titres légaux, les plaçant de cette sorte entièrement à leur merci et en faisant les victimes faciles de leurs exactions. « Bon nombre d’habitants, écrivait l’intendant cité, ont fait sur leurs terres des travaux considérables sur la seule parole des seigneurs ; d’autres sur de simples billets n’exprimant pas exactement les termes des concessions acquises. De là un grand abus s’est élevé, qui est que lesdits habitants ayant travaillé sans titres certains, ont été soumis à de très lourdes rentes et redevances, les seigneurs refusant de leur octroyer des actes si ce n’est à ces conditions, lesquelles ils sont forcés d’accepter pour ne pas perdre tout leur travail. »

  • 9 Variante (La Revue moderne) : « une partie importante ».
  • 10 Michel Bégon de la Picardière (1667-1747) fut intendant de la Nouvelle-France de 1710 à 1726.
  • 11 William Bennett Munro (1875-1957), auteur de deux ouvrages sur le système seigneurial : The Seignio (...)
  • 12 Voir Louis Veuillot, Droit du seigneur au Moyen Âge, Paris, L. Vriès, 1854, 467 p.
  • 13 Variante (La Revue moderne) : « en France, non comme institution légale, mais à l’état d’abus isolé (...)

4M. Groulx ne dit rien des « banalités », qui formaient cependant une part9 importante du système : obligation pour les vassaux de faire moudre leurs grains au moulin banal, de cuire leur pain au four banal, etc. Cette dernière restriction était si absurde, pour des gens demeurant souvent à des lieues dudit four (et qui en hiver eussent leur pâte gelée en route) que les seigneurs n’osaient en presser l’exécution ; ils la maintenaient pourtant dans les actes, « afin, selon Raudot, de pouvoir forcer l’habitant à s’en racheter moyennant finances ». La corvée pouvait n’être pas fort lourde, mais c’était la corvée, le travail non rétribué d’un homme pour un autre ; et les seigneurs s’arrogeaient le droit de la réclamer en tout temps, même à l’époque des semailles ou des récoltes. L’intendant Bégon10 demandait en vain, en 1716, l’abolition de cette servitude « et d’une variété d’autres charges contraires à la coutume de Paris et aux intérêts du développement colonial ». Le professeur Munro11, de Harvard, a même cru, à de vagues indices, que certains seigneurs prétendaient au droit de jambage, ce fameux « droit du seigneur » qui, quoi qu’en ait dit Louis Veuillot12, a bel et bien existé en13 certaines régions, non comme institution légale, mais à l’état d’abus toléré et subi. Mais j’avoue que ce dernier point me laisse totalement incrédule.

  • 14 Notamment dans le chapitre intitulé « Des Loix », dans Suite du Voyage de l’Amérique ou Dialogue de (...)

5L’auteur passe encore sous silence les droits de « haute, basse et moyenne justice », d’habitude inhérents à la tenure ; et leur application, sans doute, ne fut pas chez nous fort tragique : il n’y a pas un exemple d’une cour seigneuriale ayant condamné à la peine de mort. Mais c’était beaucoup trop déjà qu’en plus de sa mainmise sur les biens des vassaux, le seigneur eût ce pouvoir théorique sur leur liberté et leur vie. La seule menace en pouvait devenir un instrument d’oppression et de terreur. En fait, grâce à ce droit, les seigneurs se trouvaient les juges d’une foule de démêlés qui les intéressaient directement : ils ordonnaient la saisie des biens pour paiement de leurs propres rentes, imposaient des amendes pour manquements aux égards qui leur étaient dus. Cette justice, d’après Lahontan14, pouvait même s’acheter, quoiqu’un peu moins cher qu’en France. On sent à quelles persécutions mesquines tout cela devait tendre entre les mains de maîtres avides ou hargneux.

6M. Groulx nous décrit la plantation du mai devant le château seigneurial comme une occasion de festivités et de réjouissances. Il faut croire que même cet hommage devenait onéreux en certains cas, puisque les habitants d’une seigneurie demandèrent et obtinrent d’en être exempts.

7J’ai rappelé ces faits multiples pour démontrer comment, sans fausser nullement l’histoire, mais en la profilant seulement d’une autre façon, on pourrait composer des peintures fort différentes des chromos souriants de cette étude. Le seigneur canadien n’était pas toujours, tant s’en faut, le père et le bienfaiteur de la légende.

  • 15 Section d’une clôture entre deux pieux consécutifs.
  • 16 Jean Talon (1625-1694) fat intendant de la Nouvelle-France de 1665 à 1668 et de 1670 à 1672.

8Le même résultat s’obtiendrait plus ou moins quant aux autres parties du livre. En regard de cette unité morale symbolisée dans la « paroisse » et présentée comme un idéal de paix et de charité chrétiennes, on pourrait mettre l’esprit chicanier bien connu, un des legs à nos pères de leur héritage normand, qui souvent divisait familles et amis en des procès sans fin à propos d’une rigole ou d’une « pagée15 », et créait des rancunes aussi tenaces que des vendettas corses. L’intendant Talon16, dès 1667, déplorait cette disposition chronique. Il reprochait sévèrement au peuple de la Nouvelle-France son manque d’harmonie, sa tendance à invoquer l’aide des cours pour la décision de causes triviales, et il exhortait les colons à régler leurs difficultés entre eux-mêmes et à l’amiable. Mais sans remonter aussi haut, qui ne sait les paroisses scindées en deux par quelque vétille, les guerres s’acharnant sans merci sur la limite d’un « rang » ou l’emplacement d’une église, les curés même, d’aventure normands et demi, en procès continu avec la moitié des ouailles ? Tout cela est fort loin de la cité parfaite louée par M. l’abbé Groulx « où les sociologues trouveraient peut-être la démocratie sans phrases, avec les freins qui la conditionnent, avec la discipline qui crée de l’ordre et de l’avenir ». Nos ancêtres malgré tout restent admirables ; mais la vérité les ramène au niveau de l’humanité commune, à la mesure de leur époque et du développement social qu’elle connaissait.

  • 17 Pharamond, chef franc légendaire, aurait vécu au ve siècle. Etienne Alexandre Millerand (1859-1943) (...)
  • 18 Samuel de Champlain (né à Brouage vers 1570, décédé à Québec en 1635), géographe, explorateur, fond (...)

9Quand donc M. Groulx nous exhorte au rôle d’enfants prodigues, qu’il veut nous ramener à ce passé, et nous faire « rentrer pénitents, dans la maison de nos pères », il y a lieu de dissiper une équivoque. Veut-il simplement nous faire vénérer mieux nos gloires anciennes, nous passionner pour les leçons d’énergie féconde qu’elles proclament, nous instiller l’esprit héroïque qui créa notre race, pour nous raidir contre les luttes futures ? Tout Canadien alors l’approuvera sans aucune réserve. Prétend-il, au contraire, nous faire regretter des formes mortes et des moules à jamais brisés, nous orienter vers quelque oligarchie pareille à celle de ces temps, nous faire ignorer les progrès certains accomplis dans l’évolution nationale et ceux qu’elle garde encore en germe, borner notre horizon à celui des pionniers et notre élan à leurs ambitions modestes ? Veut-il nous empêcher, par delà nos prochains ancêtres, de remonter jusqu’à notre ascendance française dont ils ne furent que des chaînons, et de nous croire toujours les disciples et les messagers de la France ? Il doit sentir alors combien sa tâche est impossible. Jamais nous ne redeviendrons, ni par le dehors, ni par l’âme, les censitaires du dix-huitième siècle. Ce ne sont pas seulement les chemins de fer et les cheminées d’usine qui rendent ce rêve illusoire, c’est tout un monde d’institutions et d’idées surgi depuis lors : c’est Rousseau, Karl Marx et Auguste Comte ; c’est une douzaine de révolutions dont chacune a déteint sur nous ; c’est le système parlementaire et le féminisme ; c’est la dernière guerre mondiale et la dernière grève anglaise ; c’est le sol qui nous porte et l’air que nous buvons. Les vieux, dit M. Groulx « avaient le bonheur appréciable de ne pas lire les journaux ». Mais M. Groulx lui-même voudrait-il vivre sans journal ? Énumérez la plupart de ces « bonheurs » dont jouissaient nos pères, et vous verrez qu’ils ne sont plus faits pour nous. Nous murer dans le cloître des souvenirs, ce serait fuir la vie, rester immobiles quand tout marche et nous condamner à une impuissance inerte. Y faire une retraite de temps en temps, à la bonne heure. Et quant à briser nos attaches avec la France moderne, ce serait, par orgueil ou par défiance, renier d’un coup nos aïeux et nos frères, il nous faut, pour être logiques, accepter tout entière notre parenté, de Pharamond à Millerand17, en passant par Champlain et par Pierre Boucher18.

10L’abbé Groulx se défend, il est vrai, de ces conclusions extrêmes, mais on sent leur esprit latent en plus d’un endroit de son livre. Il crée l’impression vague qu’il nous voudrait, non seulement revenus à nos ancêtres, mais immobilisés chez eux. Il signale entre les deux sources de notre mentalité française, la nouvelle et la vieille patrie, une sorte d’opposition qu’il ne cherche guère à concilier. Il est pourtant facile de les cultiver ensemble et également, d’emprunter à nos traditions prochaines leurs précieux éléments de stabilité et de force, et à la France du jour l’élan mental et scientifique qu’elle seule peut nous imprimer. Le Français d’aujourd’hui honore comme nous les communs ancêtres, qu’ils soient Jacques Bonhomme ou Jeanne d’Arc, sans se croire tenu pour cela de porter leurs sabots ; ne pouvons-nous comme lui unir le culte des âges morts avec l’éveil très alerte sur le présent et le souci des générations à naître, vouloir pour celles-ci un monde plus éclairé, plus juste, aux idées élargies, au sens social plus attentif aux droits de tous ? Nous serons dignes de nos grands-pères en cherchant à les dépasser, à mettre entre eux et nous la distance qu’il y eut entre eux et les serfs du moyen âge. L’audace intellectuelle elle-même cadre bien avec leur esprit, car ce furent des découvreurs lancés à la poursuite d’un rêve épique et toujours prêts aux belles aventures. Rien dans leur caractère ne peut nous détourner de chercher obstinément, où qu’elles se trouvent, des formules plus hautes de vérité et de progrès.

Notes de fin

1 « Chez nos ancêtres », La Revue moderne, vol. 2, n° 10, 15 août 1921, p. 10-13 ; Gloses critiques, t. I, p. 21-34.

2 Lionel Groulx (1878-1967), historien, professeur à l’Université de Montréal, romancier, essayiste, conférencier, directeur de la revue L’Action française (1920-1928). Outre des essais, notamment Une Croisade d’adolescents (1912), Nos Luttes constitutionnelles (5 vol., 1915-1916), La Naissance d’une race (1919) et Lendemains de conquête. Cours d’histoire du Canada à l’Université de Montréal, 1919-1920 (1920), Lionel Groulx avait publié un recueil de souvenirs, Les Rapaillages (1916).

3 Lionel Groulx, Chez nos ancêtres, Montréal, Bibliothèque de l’Action française, 1920, 105 p.

4 Variante (La Revue moderne) : « l’Iroquois, fait ».

5 « Brayage » : action de broyer le lin, le chanvre. « Épluchette » : fête au cours de laquelle on épluche des épis de maïs (ou blé d’Inde) que l’on fait cuire dans de vastes marmites.

6 Pehr Kalm (1716-1779), botaniste suédois, séjourna en Amérique du Nord, de 1748 à 1855, pour y étudier la flore et recueillir des spécimens pour l’Académie des sciences de son pays. Le journal de ses voyages fut publié en Suède en trois volumes (1753-1761) puis traduit en anglais par J. R. Forster sous le titre Travels into North America (3 vol., 1770-1771) et en français par L.-W. Marchand sous le titre Voyage de Kalm en Amérique (2 vol., 1880).

7 Joseph-Charles Taché (1820-1894), journaliste, homme politique, conteur et essayiste, fut l’un des fondateurs des Soirées canadiennes (1861), où il publia notamment Trois légendes de mon pays (1861) et Forestiers et voyageurs (1863). Philippe Aubert de Gaspé père (1786-1871), auteur du roman Les Anciens Canadiens (1863) et de Mémoires (1866).

8 Antoine-Denis Raudot (1679-1737) fut, avec son père, Jacques, intendant de la Nouvelle-France de 1705 à 1710. En 1707, dans une dépêche conjointe avec son père au ministre de la Marine, le comte de Pontchartrain, il rendit compte de la crise économique de la colonie. Il est l’auteur de mémoires remarquables sur les finances, le commerce, les fortifications, la défense de la colonie et les rapports avec les Indiens. En 1904, l’éditeur Rochemonteix publia son étude sur les tribus indiennes sous le titre Relation par lettres de l’Amérique septentrionale, années 1709 et 1710, en l’attribuant au père Antoine Silvy, mais on découvrit par la suite que c’est bien Raudot qui en est l’auteur.

9 Variante (La Revue moderne) : « une partie importante ».

10 Michel Bégon de la Picardière (1667-1747) fut intendant de la Nouvelle-France de 1710 à 1726.

11 William Bennett Munro (1875-1957), auteur de deux ouvrages sur le système seigneurial : The Seigniorial System in Canada (New York, Longmans, Green, and Co., 1907) et Documents Relating to thé Seigniorial Tenure in Canada (Toronto, The Champlain Society, 1908). Albert Pelletier reprochera à Dantin d’« avoir jugé un livre de l’abbé Groulx à la chandelle de préjugés yankis (il est facile de trouver meilleure lumière à qui veut comprendre l’histoire du Canada), on invoque l’autorité d’un professeur de Harvard pour énoncer que le droit de jambage fut pratiqué sous notre régime seigneurial, et l’on ajoute : “J’avoue que ce point me laisse totalement incrédule” » (Égrappages, p. 89).

12 Voir Louis Veuillot, Droit du seigneur au Moyen Âge, Paris, L. Vriès, 1854, 467 p.

13 Variante (La Revue moderne) : « en France, non comme institution légale, mais à l’état d’abus isolé et toléré. Mais ».

14 Notamment dans le chapitre intitulé « Des Loix », dans Suite du Voyage de l’Amérique ou Dialogue de Monsieur le baron de Lahontan Et d’un Sauvage (Lahontan, Œuvres complètes, édition critique par Real Ouellet et Alain Beaulieu, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1990, t. II, p. 829-848).

15 Section d’une clôture entre deux pieux consécutifs.

16 Jean Talon (1625-1694) fat intendant de la Nouvelle-France de 1665 à 1668 et de 1670 à 1672.

17 Pharamond, chef franc légendaire, aurait vécu au ve siècle. Etienne Alexandre Millerand (1859-1943) fat ministre du Commerce dans le gouvernement de Waldeck Rousseau (1899-1902) puis se désolidarisa de son parti après la fondation du Parti socialiste unifié (1905). Il fat élu président de la République en 1920.

18 Samuel de Champlain (né à Brouage vers 1570, décédé à Québec en 1635), géographe, explorateur, fondateur de la ville de Québec en 1608, est considéré comme le père de la Nouvelle-France. Pierre Boucher (1622-1717), interprète, soldat, gouverneur de Trois-Rivières, fat le fondateur et premier seigneur de Boucherville. Il a laissé une Histoire véritable et naturelle des mœurs et productions du pays de la Nouvelle-France, vulgairement dite le Canada (1664).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter