Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kulturkritik et philosophie thérapeutique chez le jeune Nietzsche

 | 
Martine Béland

Partie III. Thérapie

Chapitre 9. Front musical : détruire l’opéra

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Aucun pacte n’est possible avec la société moderne.
Richard Wagner, Opéra et drame, partie iii, ch. 7, Table

Nietzsche écrit dans les Cinq préfaces de 1871-1872 que les philistins amènent souvent le penseur à fuir « vers l’endroit où il lui est donné de voir ce que ceux-l[à] ne verront jamais, où il lui faut écouter la musique qui monte vers lui des grandes profondeurs de la nature et descend des étoiles. C’est là qu’il s’entretient des grands problèmes qui viennent planer autour de lui, et dont les accents sont assurément tant inconfortables et fertiles qu’anhistoriques et éternels1. » Il évoque ainsi une image de Tribschen, près de Lucerne, en Suisse, où Richard Wagner et Cosima von Bülow s’étaient installés après avoir dû quitter Munich en 1866. Nietzsche y séjourna fréquemment entre 1869 et 1872. S’y rendant pour la dernière fois au printemps 1872, il fit ses adieux à cette période heureuse, pour laquelle il conserva longtemps une nostalgie2. Les six années pendant lesquelles les ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter